Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Droite populaire : les ambiguïtés cultivées de l’UMP

Droite populaire : les ambiguïtés cultivées de l’UMP

Ratisser large. UMP et Front National partagent la même stratégie : déployer le plus largement possible leurs filets pour tenter de ramener un maximum d'électeurs en 2012. Quitte à cultiver l'ambiguïté avec une ligne officielle et une ligne officieuse parfois critiquée mais jamais sanctionnée. Derrière l'image de respectabilité entretenue de leurs dirigeants FN et UMP braconnent en eaux troubles en recourant aux services respectifs de Jean-Marie Le Pen et de la Droite populaire.

Non, J.M. Le Pen n'est pas mort politiquement. La porte du placard du président d'honneur du Front national s'entrebaille régulièrement pour émettre des saillies verbales dont il a le secret.

Un double effet qui permet dans le même temps de rassurer les "traditionalistes" du FN et de donner par contraste une fausse image de modernité et de modération de Marine Le Pen.

La tuerie survenue dernièrement en Norvège illustre parfaitement cette répartition des rôles digne d'un commissariat entre bons et méchants flics. Dès les premières heures suivant le drame norvégien, Marine Le Pen s'était empressé de condamner. A l'inverse, son père a brisé avec délice le consensus politique du moment : "La situation me paraît grave non pas par cet accident d'un individu qui, sous l'effet d'une folie fut-elle passagère, se met à massacrer ses concitoyens, ce qui me paraît plus grave et que démontre cette affaire, c'est la naïveté et l'inaction du gouvernement norvégien (...)". Le vieux leader frontiste voit dans la Norvège "un petit pays sympathique", "mais qui n'a pas pris la mesure du danger mondial que représentent d'abord l'immigration massive (...)"

Dans un réflexe pavlovien, le PS et SOS racisme, mais aussi l'UMP par la voix de Valérie Rosso-Debord déléguée générale adjointe, sont montés au créneau pour dénoncer un énième dérapage. Tous pointent le double langage de la formation d'extrême droite. L'UMP ne fait pourtant pas autrement en entretenant dans son propre sein un collectif de 44 députés auto-investi de la défense des fondamentaux du sarkozysme.

Animé par des élus décomplexés et à la langue bien pendue, ce groupe informel est censé retranscrire le ressenti du terrain, de la base, d'où son nom, "la Droite populaire".

Ses représentants - Jacques Myard, député des Yvelines, Lionnel Luca (Alpes-Maritimes), Christian Vanneste (Nord), Philippe Meunier (Rhône) ou encore Jean-Paul Garraud (Gironde) - partagent avec JM Le Pen un parler cru et volontairement provocateur.

Ils peuvent se prévaloir de l'attention bienveillant du Chef de l'Etat qui voit dans cette liste d'élus à la Prévert un carré de grognards qui lui offre un effet double lame. Un premier passage avec la voix officiel de l'UMP ramène les électeurs "propres sur eux" quand la deuxième lame permet d'emporter les récalcitrants.

Cette politisation à la Don Camillo pourraît prêter à sourire si elle n'engendrait crispations et montée de l'agressivité dans une société suffisament tendue. L'apéritif saucisson vin rouge organisé à l'Assemblée nationale le 12 juillet dernier pour fêter le premier anniversaire de la création de la Droite popu­laire restera à ce titre dans les annales de la vie parlementaire comme l'un de ces moments où l'on touche le fond.

Thierry Mariani qui a porté la Droite populaire sur fronts baptismaux avec Lionnel Luca est contraint de mettre de l'eau dans son vin depuis qu'il s'est vu gratifié par l'Elysée du maroquin de ministre des Transports.

Dans Le Figaro du 18 juillet, il justifie son absence à l'apéritif saucisson vin rouge organisé par le député Meunier : "En politique, il n'est pas interdit d'être intelligent. La Droite populaire ne doit pas être la droite de la surenchère et de la caricature". Une inflexion peut-être, un reniement sûrement pas.

Conscient de détenir une clé pour 2012, Thierry Mariani évoque quelques lignes plus loin, la création d'un forum de la Droite populaire : "Chaque Français pourra ainsi témoigner et poster des propositions sur notre site Internet. En septembre ou octobre, notre courant fera dix à quinze propositions autour de trois thèmes : autorité et République, justice sociale et équité, mondialisation et protection. Enfin, nous appelons les députés et élus républicains de droite qui se retrouvent dans nos valeurs à nous rejoindre".

Fin stratège, Nicolas Sarkozy a choisi d'accompagner ce qu'il ne peut maîtriser. Quitte à laisser émerger un FN "light" au sein de l'UMP.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 1er août 2011 11:48

    Droite populaire, d’après la définition du terme populaire qui signifie qui appartient au peuple, qui est conforme aux goûts du peuple, qui est fait pour plaire au peuple, qui se concilie l’affection du peuple, apprécié par lui, démocratique etc… je ne vois guère ou la droite actuelle est populaire. Populiste certainement mais sa proximité avec les citoyens auxquels cette droite vole les votes (Traité de Lisbonne) et passe son temps à mentir et à appauvrir le pays n’a rien de populaire. Mais il est vrai que ses représentants ne sont pas à une contradiction près …


    • foufouille foufouille 1er août 2011 12:15

      populaire comme jeune pop
      petit bourgeois en pavillon


      • Cro Magnon Cro Magnon 1er août 2011 14:11

        La droite comme la gauche ne peuvent être que populaires !! Les élus de ce pays, tous autant qu’ils sont, sont des élus, pas des auto-proclamés ! On se fiche complètement de leurs états d’âme et on a ras le bol de leurs trahisons, de leurs accords mal dissimulés, etc...
        Il n’y a pas besoin d’être un grand « medium », pour se rendre compte qu’ils ne sont là que pour la fameuse trilogie : fric, cul, pouvoir... !!
        Entre ceux qui pour des raisons purement économiques (voire stratégiques : élections, se faire passer pour des « humanistes », créer les conditions d’une guerre mondiale.....) veulent voir la France envahie (PS - UMP[qui parle beaucoup, mais ne fait...rien]) et ceux qui pour des raisons d’éthique nationale veulent conserver les valeurs de notre pays (FN) nous nous trouvons envahis par des termes tels que xénophobie, racisme..., sans finalement que l’on précise bien qui doit être affublé d’un tel langage ! Comme si le racisme anti-blancs, anti-français n’existait pas ! Les faits divers et tout ce qui n’est jamais rapporté mais que nous devons subir nous prouve que la barbarie xénophe n’est pas celle que l’on nous présente quotidiennement !!
        Mais, pendant ce temps, les grands moralisateurs évitent les sujets inquiétants et primordiaux dont souffre réellement le pays : insécurité permanente à tous les niveaux de la pyramide de Maslow, Europe esclavagiste au profit de la seule Allemagne, travail des enfants (apprentissage à 14 ans !!!!), destruction de l’éducation nationale, des services de santé...travailler plus pour gagner...rien, destruction de notre protection sociale et de tous nos acquis et la liste pourrait encore continuer !
        Alors que nous nous croyons toujours en démocratie et en république tout ce qui vient du peuple français est traité par le mépris du populaire et du populisme !! Mais le peuple a-t-il vraiment besoin de « chefs » ? Je commence à en douter sérieusement !


        • non667 1er août 2011 21:15

          à cromagnon
          Comme si le racisme anti-blancs, anti-français n’existait pas !
          si il existe même il est majoritaire dans ce pays !
          le fn étant le seul parti « les français d abord » tout les autres du front républicain sont contre lui donc CONTRE LES FRANÇAIS et MONDIALISTE CONTRE TOUTES LES NATIONS  !


          • pastori 1er août 2011 15:19

             le terme de « droite », est par définition le symbole du chacun pour soit, de surenchérissement par l’exploitation des hommes, de l’égoïsme, du fric à tout prix, du système D de la fraude fiscale, de l’admiration des riches et leur soutient.........


            comment la droite pourrait-être « populaire » puisque le « peuple » par définition et dans sa grande majorité en est la victime ?

            • oncle archibald 1er août 2011 17:17

              « comment la droite pourrait-être »populaire« puisque le »peuple« par définition et dans sa grande majorité en est la victime » ...

              Pastori expliquez moi comment la gauche, qui est selon vous très majoritaire, est battue si souvent aux élections présidentielles et législatives ? Il y a un os dans votre raisonnement ... Et je crois que prenant vos désirs pour des réalités, vous pensez« tout naturellement » que le « peuple » est de gauche .. et de quelle gauche s’il vous plait ?? Celle de DSK ? Celle de Laurent Fabius ? ou celle de Besancenot ?

            • Gaël 2 août 2011 10:16

              Gauche et droite symbolisent deux tendances lourdes et universelles : les forces de conservation et de changement. L’une tend à préserver le statu quo, considéré comme fonctionnel malgré ses défauts, et fuit les innovations, vues comme dangereuses, tandis que l’autre souhaite leur mise en place pour résoudre les problèmes actuels, au risque d’en créer de nouveaux.

              Bien entendu, ceux pour qui le système en place est bénéfique auront tendance à militer pour sa conservation, tandis que ceux qui s’estiment lésés plaideront pour des changements majeurs. Mais selon les époques, le champ de bataille sera différent. Si le débat porte aujourd’hui essentiellement sur la mondialisation, sa défense n’est en aucun cas « par définition » une idée de droite : avant d’être appliquée massivement, il s’agissait d’une idée de gauche, sensée ouvrir la voie à la communion des peuples...

              D’un point de vue global, les forces de conservation et de changement sont nécessaires et s’équilibrent. Qui change tout le temps de destination ne va nulle part.

              Dans notre monde actuel, où tout doit aller vite et où l’avenir est perçu comme beaucoup plus important que le passé, la parti de changement a la cote, du moins auprès des élites intellectuelles. Ce ne fut pas toujours le cas. À Rome, l’expression « res nova » (littéralement : chose nouvelle) signifiait à peu près « révolution ». Les vieux Romains voyaient d’un mauvais oeil tout ce qui constituait, à leurs yeux, une trahison de leur culture et de leurs traditions.

              Just pour remettre un peu les choses en perspective, et éviter les raccourcis faciles...

            • JL JL 1er août 2011 15:46

              Il n’y a pas de droite populaire, il n’y a que des droites populiste.

              Populiste relève du discours, populaire relève du peuple. Le titre « Droite populaire » est un oxymore destiné et un miroir aux alouettes, c’est clair.

              C’est de cette façon que le PS avec ce nom de « socialistes », nous a bernés si longtemps.


              • Traroth Traroth 1er août 2011 16:04

                L’UMP, tous ces gens habitués au caviar et aux jets privés qui ont le culot de s’autoproclamer « populaires »...


                • oncle archibald 1er août 2011 17:18

                  Ah c’est vrai que les spaguettis aux truffes à 200 euros l’assiette c’est déjà beaucoup plus « peuple » ...


                • Traroth Traroth 1er août 2011 17:34

                  Non, pourquoi ?


                • foufouille foufouille 1er août 2011 17:42

                  ils seraient malheureux sinon
                  il leur faut une nourriture speciale


                • 70% DE L UMP EST PRETE A S ALLIER AVEC M LE PEN POUR RESTER AU POUVOIR A
                   
                  TOUT PRIX...LE MENEURS..MYARD...L LUCAS..BUISSON.............et tant d’autres..mariani.

                  hortefeux..estrosi...


                  vite un c n r comme en 1944...INDIGNEZ VOUS...RESISTEZ


                • SergeL SergeL 1er août 2011 18:12

                  La droite populaire pourquoi pas la cigue comestible ?


                  • leon1er 1er août 2011 18:44

                    Comme le dit un commentaire la droite populaire c’est la droite du peuple c’est la droite présente alors sous Pétain, associé le Front National à l’UMP me parait un peu fort, le Front National est le seul parti à ne pas avoir de dissidents à vouloir créer une branche différente de celle existante alors que PS et UMP c’est un peu comme la vente pyramidale ce qui en théorie est répréhensible mais à la seule différence c’est qu’eux il ne vendent pas de bien matériel, ils vendent du vent car les promesses ou les engagements pris ne sont jamais appliqués. En principe dans la normalité il y a la droite, l’extrème droite et la gauche, or pour ce qui est de gauche et de la droite on se perd dans les méandres de différents groupes,gauche, centre gauche, extrème gauche, communiste,et de même pour la droite, centre droite, droite, centriste, etc, etc...une lapine n’y retrouverai pas ces petits mais tout ça pourquoi ? tout simplement pour embobiner l’électeur car de toute façon à la fin du film c’est soit la droite soit la gauche, quand au front national il n’y a qu’un chef ou une cheftaine point, ce sont encore eux qui sont le plus crédibles .


                    • Cro Magnon Cro Magnon 1er août 2011 19:50

                      S’ils ne touchaient que le SMIG (et c’est déjà beaucoup, sachant que tous leurs frais, faux frais, etc sont à la charge soit de l’état, soit des adhérents, soit de....et qu’ils cumulent les indemnités) ce qui est déjà beaucoup plus comme argent de poche que ce dont dispose une large majorité de français qui vont bosser tous les jours, je pense que nous aurions beaucoup moins de groupuscules et de volontaires pour venir troubler le jeu politique ! Idem pour les syndicats, certaines associations ultra minoritaires créées dans le seul but de soutenir tel ou tel parti ou telle idéologie refusée par les citoyens du pays !
                      Et ils n’ont même pas honte quand ils nous dépouillent pendant qu’ils s’engraissent... !!!Ils voudraient en prime que l’on croit à leur humanisme, les bienfaits de la solidarité ; l’égalité etc... ! Mais on a bien tous compris que se serrer la ceinture et partager c’est bon pour la populace,, pas pour eux.... !! Je commence même à avoir honte de me faire un devoir d’aller...voter !


                    • moebius 1er août 2011 21:07

                      « Ratisser large. UMP et Front National partagent la même stratégie : déployer le plus largement possible leurs filets pour tenter de ramener un maximum d’électeurs en 2012. » En gros (et c’est ecrit en gros) c’est la statégie basique de tout parti politique... qui peu reprocher a un parti de se faire élire et de magner un rateau avec de grosses dents ... les purs ? ceux qui sont désigné par la main de dieu et qui ont les mains manucurés... Apres j’ai plus lu... j’aurais du peut etre mais j’ai pu plus


                      • moebius 1er août 2011 21:17

                        je vote à gauche et j’espére qu’ils ratisseront avec de larges rateaux sinon ont pourra nous les électeurs se mettre le manche dans le cul et pour bien longtemps alors que le noyau durs des militants pourront eux conserver leurs convictions c’est à dire rester intransigeant sur la distributions de ces foutus mandats dont nous électeurs avons en gros rien a foutre puisque c’est pas nos oignons par contre le manche du radeau dans le cul c’est génant et ça raie le parquet


                        • LE CHAT LE CHAT 1er août 2011 21:55

                          tout parti veut ratisser large , ses subventions dépendent du score obtenu !


                          • Lucknow 2 août 2011 00:37

                            Mais pourquoi donc encore parler « d’ambiguïtés », alors qu’il n’y en a plus depuis longtemps. L’ambiguïté suppose une forme de contradiction interne au discours, de double tranchant d’une personne ou d’une idéologie, comme si c’était le cas de l’UMP actuelle. 

                            La droite actuelle s’est formée vers 2001, aux municipales de la même année, avec un discours monothématique sur l’insécurité. En 2002, elle a fait campagne en disant clairement que si elle gagnait, elle s’assumerait, qu’il était hors de question cette fois de faire de la droite honteuse à la Juppé ou de se « balladuriser ». Comment le dire plus clairement que ce camp fait de plus en plus dans le populisme, l’anti-intellectualisme, que cela était dans son code génétique certes, mais que ça n’a fait qu’empirer avec le temps. Leurs crispations sur l’Islam, leur obsession sur le « travail » à l’époque des gains de productivité, du chômage et de l’arrivée imminente de l’IA ont toujours été des constantes. 

                            Pas d’ambiguïtés non plus, parce qu’aucun discours contradictoire ou qui nuance à l’intérieur de l’UMP, aucun signe d’apaisement par exemple sur le rapport aux banlieues, ni en matière économique (en fait si, mais de manière cachée et peut être inconsciente, car s’il y a des mesures dont la logique à long terme va dans le sens d’une plus grande protection, comme le RSA, le discours sur les pauvres est extrêmement violent). Aucun discours audible sur une société apaisée, toujours un propos méprisant, hautain, violent.

                            Hitler était pour le moins ambiguë, le Chirac de 1995 aussi dans son genre, avec des programmes qui partent dans tous les sens et veulent ménager la chèvre et le chou. Après, ça fait des déçus, en 1934, les « pauvres » SA, qui avaient cru au discours antiriches d’un fanatique uniquement obsédé par les Juifs, qui se sont rendus compte (pour les non liquidés à la nuit des longs couteaux) qu’Adolf était certes « national » à fond la caisse, mais pas « socialiste », et pour Chirac, ceux qui pensaient qu’il était un homme à lutter contre les inégalités. Mais pour les électeurs de Raffarin ou de Sarkozy, pas de déception/trahison, ce qui est dit est effectivement appliqué en toute honnêteté, le seul problème est que c’est inefficace, mais cela, tout homme intelligent le savait. S’il suffisait de taper sur les Arabes et de rendre les riches plus riches (et de stigmatiser les pauvres) pour que tout aille bien, ça se saurait....

                            • Catherine Segurane Catherine Segurane 7 août 2011 08:29

                              La différence entre le FN et la droite populaire, c’est que cette dernière est capable de donner quelques coups de mentons, mais, quand il s’agit de les traduire en actes, il n’y a plus personne.


                              La droite pop, c’est un fake. Un truc pour pirater les voix du FN et les mettre au service de la politique anti-française de Sarkosy.


                              • JL JL 7 août 2011 08:37

                                Le FN, c’est un fake. Un truc pour pirater les voix de la gauche et les mettre au service de la politique anti-socilae de Sarkozy.


                              • elec 42 elec 42 7 août 2011 10:37

                                le fn,c’est un fake,la droite et la gauche,c’est quoi ?


                                • bdoume bdoume 8 août 2011 09:54

                                  Cet article fait echo au saillies verballes de la « bienpensance » dont les arguments éculés perdent en crédibilité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès