Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > DSK : de deux choses l’une...

DSK : de deux choses l’une...

Soit il est coupable des faits dont il est accusé par Mme Diallo, femme de chambre du Sofitel de Manhattan, soit il ne l’est pas...

 S’il n’est pas coupable, soit Mme Diallo a inventé l’agression alors qu’elle était consentante, et peut-être même impatiente, sur le conseil d’une autre habituée du Sofitel, Mme Pirochka Nagy, de tailler une pipe au big boss du Fonds monétaire international ; soit elle a malencontreusement taché son chemisier du sperme que DSK avait éjaculé un peu partout dans la suite après avoir visionné sur la TV câblée un porno intitulé « FMI : Fuck Me Immediately ! ».

 Dans ce dernier cas, pas de problème, tout le monde peut (légalement) se faire une branlette sans se soucier du risque pour la tenue de service des soubrettes. Mais si Mme Diallo a, de son plein gré, sucé le gros crayon (comme on dit en Aquitaine) pour en tirer la substantifique moelle, de deux choses l’une : soit elle en a éprouvé l’irrésistible envie, que ce soit sur le conseil de Mme Nagy ou parce qu’elle s’est trouvée subjuguée à la vue du phallus effémique ; soit elle s’est sciemment laissée faire dans le but d’exercer par la suite un odieux chantage sur DSK, bénéficiaire consort, comme chacun sait, de la fortune Sinclair.

 Si Mme Diallo a eu, sans arrière-pensée, une faiblesse pour la chipolata strauss-kahnienne, pas de problème : après tout, le vit c’est la vie, et rien n’interdit à l’antilope de faire une gâterie au lion dont chacun sait, suprême délice, qu’il possède un os dans son organe (le lion, pour DSK, on ne sait pas). Mais si Mme Diallo a voulu faire chanter le patron du FMI, l’attaquer au portefeuille après lui avoir délibérément soulagé les bourses, de deux choses l’une : soit elle jouait finement la partie en exigeant, sous la menace d’une dénonciation pour viol, une somme rondelette mais infiniment moins coûteuse pour DSK qu’un très médiatique procès ; soit elle s’exposait, dans l’espoir d’une énorme indemnité au civil, à un procès à l’américaine pouvant déboucher sur tout et son contraire, y compris en mettant en lambeaux sa propre réputation.

 Chacun, à l’aune de sa connaissance de la grande comédie humaine, jugera comme il l’entend la crédibilité de cette dernière alternative, sachant qu’une discrète et rondelette « indemnisation compensatrice », versée pour solde de tout compte à Mme Diallo, eût coûté – politiquement et financièrement – infiniment moins cher qu’un procès à DSK, et de surcroît donné à la fausse victime la possibilité de s’assurer un avenir confortable en Guinée. Reste la possibilité que Strauss-Kahn soit effectivement coupable de l’agression sexuelle qui lui est imputée par Cyrus Vance, district attorney de Manhattan. Et là, de deux choses l’une : soit il a estimé parfaitement normal de « trousser une domestique », pour reprendre la malheureuse expression de JFK (pas le queutard assassiné à Dallas, mais l’éditorialiste* de Marianne) ; soit il a, pour parler trivialement, « pété un câble » en sautant, flamberge au vent, sur la malheureuse femme de ménage, avec le vorace appétit sexuel d’un bonobo en rut.

 « Trousser une domestique » relève d’une vieille pratique aristocratique et bourgeoise qui, dans un pays de tradition gauloise fortement porté sur la gaudriole, a malheureusement trouvé son prolongement dans le harcèlement sexuel sur les lieux de travail. Un harcèlement exercé par un pourcentage encore trop important de patrons sur leurs subordonné(e)s dans tous les lieux où se côtoient humbles et puissants. Mais en admettant que DSK se soit livré à ce « droit de cuissage » auto-délivré, de deux choses l’une : soit il l’a fait par habitude de la chose, persuadé que Mme Diallo se montrerait finalement aussi raisonnable que celles qui, dans le passé, auraient déjà subi ses assauts virils sans trop protester (censées qu’elles étaient d’être honorées d’avoir servi de fourreau à l’épée du FMI) ; soit, s’étant accidentellement trouvé nu face à une jeune femme appétissante, Strauss-Kahn a illustré l’adage bien connu « l’occasion fait le larron », inconsciemment persuadé que rien de fâcheux ne pouvait atteindre un personnage aussi considérable que lui, une insignifiante fauvette ne pouvant sérieusement mettre en difficulté un aigle aussi majestueux et aussi puissant.

 Un aigle au raisonnement de buse qui ignore qu’agressées, il arrive que des fauvettes, surmontant leur traumatisme, puissent, à l’image de Mme Diallo, réclamer justice en dénonçant cet ignoble droit de cuissage, qu’il relève de l’habitude du satyre mis en cause ou de la circonstance fortuite. Encore parle-t-on là d’un DSK à peu près conforme à l’image que l’on en découvre : celle d’un érotomane compulsif qui avait pourtant tout intérêt à contrôler ses libidineuses pulsions, eu égard à son prestigieux plan de carrière. C’est donc tout naturellement que l’on en revient à la question sus-évoquée : et si Strauss-Kahn avait « pété un câble » ? Pourquoi pas, en effet ? Mais alors, de deux choses l’une : soit il avait une prédisposition psychologique à craquer tôt ou tard dans la galipette ancillaire, soit il a, de manière inconsciente, voulu imposer à sa très exigeante moitié, véritable coach de son ambition élyséenne, un NON radical et définitif à une aventure politique pour laquelle il n’avait pas d’appétit réel. Les psychanalystes appellent cela « un acte manqué ».

 Et si la clé de cette sordide affaire était là, dans un acte manqué ? De deux choses l’une : soit cette hypothèse est sensée, soit elle est débile. Á chacun de se faire une opinion au fil des révélations. Mais alors, de deux choses l'une...

Fergus (avec une très humble pensée pour le regretté Georges Pérec).

* Jean-François Kahn, of course


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

167 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 mai 2011 10:10

    Salut Fergus !
    Soit...certains avaient de bonnes raisons de le disqualifier, nonobstant le fait qu’il allait (peut-être !) quitter le FMI pour une destinée élyséenne...soit...
    De deux choses l’une... smiley


    • Fergus Fergus 30 mai 2011 10:17

      Bonjour, Zen.

      Nous saurons tout cela dans les prochains mois, et peut-être en apprendrons-nous un peu plus dès l’audience du 6 juin au cours de laquelle devrait être dévoilée la stratégie de défense de DSK.

      Encore que cela n’ait rien d’automatique, la procédure américaine prévoyant que cette stratégie peut évoluer à tout moment avant la tenue d’un éventuel procès.

      Cordialement.


    • Fergus Fergus 30 mai 2011 10:54

      Salut, Calmos.

      Je n’ai rien écrit de tel. Je crains même que DSK ne se soit effectivement rendu coupable de cette agression. Mais si ma raison m’incite à penser cela, je lui reconnais, jusqu’à plus ample informé, le droit à la présomption d’innocence en ne perdant pas de vue que s’il est une personne dont la parole doit être elle aussi, et sans doute plus encore, respectée, c’est celle de la victime. Je ne supporte pas les agressions sexuelles, particulièrement lorsqu’elles relèvent du « droit de cuissage ».

      Bonne journée.


    • Fergus Fergus 6 juin 2011 09:05

      Bonjour, Calmos, et merci pour ce lien amusant.


    • Ariane Walter Ariane Walter 30 mai 2011 10:42

      Un chef-d’œuvre ce billet , Fergus, et je pèse mes mots !!!

      Et qui par dessus le marché permet , quand même , de se faire une idée....Quand l’utile se joint à l’agréable !

      Décidément que cet « agoravox » du lundi est talentueux !!!


      • Fergus Fergus 30 mai 2011 10:58

        Bonjour, Ariane.

        J’en suis rouge de confusion.

        Cela dit, oui, mon objectif était, sous cette forme si particulière, de soulever les interrogations que suscite cette affaire, mais aussi quelques-unes des implications qu’induisent certaines des hypothèses évoquées. Tant mieux si j’y suis parvenu.

        Cordiales salutations.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 mai 2011 20:03

        @ Ariane Walter :


        Bien d’accord avec vous que l’analyse de Fergus est parfaite. Mon hypothese preferée est qu’il y a eu sexe consensuel contre récompense et que c’est après le fait que d’autres force sont entrées en jeu pour convaincre Diallo, par promesses ou plus probablement menaces, d’accuser DSK de viol. Depuis ce temps, ces forces la tiennent sous surveillance et essaient de la préparer pour l’audition….

        Cette hypothèse de l’acte consenti et payé est la seule compatible avec le calme de DSK apres les événements et jusqu’à son arrestation.


         Pierre JC Allard




      • Fergus Fergus 30 mai 2011 23:13

        Bonsoir, Pierre.

        Ce n’est pas mon hypothèse privilégiée, mais je me garde bien de prendre une position tranchée en l’état actuel du dossier et sachant par expérience à quel point peut être surprenante la nature humaine. Cela dit, vous êtes peut-être dans le vrai, auquel cas les prochaines auditions pourraient nous révéler des surprises appelées à de grands retentissements.

        Cordiales salutations.


      • thaumaetopea 30 mai 2011 23:34

        @allard
        J’ai jeté l« électrique je ne me rase plus qu’à l’Ockam.... donc :
         »....Le calme de DSK...«  Quel calme ?....
        Il était plutôt complètement »sonné« ... K.O. debout en fait... réalisant d’un seul coup (si j’ose m’exprimer ainsi... et j’ose...) qu’il avait, sur un coup de tête (bis repetitat) foutu (ter repetitat) la fin de sa carrière et de sa vie en l’air !....
        L’addiction a des raisons que la raison ignore.
        En plus, pourquoi avoir dit au téléphone (à sa femme je crois) qu’il y avait eu quelque chose de »très grave«  ?
        Si, quand bien même, il y avait eu rapport tarifé, pourquoi alors , en bon économiste à col roulé, ne pas avoir exigé un »reçu" ? ... non, là je déconne....


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 mai 2011 05:52

        @ Ariane Walter :


        Bien d’accord avec vous que l’analyse de Fergus est parfaite. Mon hypothese preferée est qu’il y a eu sexe consensuel contre récompense et que c’est après le fait que d’autres force sont entrées en jeu pour convaincre Diallo, par promesses ou plus probablement menaces, d’accuser DSK de viol. Depuis ce temps, ces forces la tiennent sous surveillance et essaient de la préparer pour l’audition….

        Cette hypothèse de l’acte consenti et payé est la seule compatible avec le calme de DSK apres les événements et jusqu’à son arrestation.


         Pierre JC Allard




      • Castel Castel 31 mai 2011 08:52

        Je garde aussi une hypothèse qui peut-être fausse, mais nous imaginons que DSK est forcement une victime ou il a eut ce qu’il méritait... mais peut-être que sa communauté lui a demander de faire ces actes (ce viol) pour permettre de commencer à moraliser la vie politique. Ainsi, un de nos prochains dictateurs pourrait très bien être irréprochable moralement, mais il serait issu d’une communauté proche de DSK et donc notamment lié à la haute finance.
        Je m’inquiète pas pour DSK, je sais qu’il va s’en sortir avec tout l’argent qu’il a en sa possession...


      • SEPH 30 mai 2011 10:52

        D$K est un grand socialiste. En effet, il a réalisé avec son parti le PS :

        • la privatisation des banques publiques  : le GAN, le CIC, la Marseillaise de Crédit, le Crédit Lyonnais, le Crédit Foncier de France, le Groupe Caisse d’Epargne. Après le passage de D$K, il n’y a plus de secteur financier public. Sous l’impulsion de D$K, le gouvernement Jospin a davantage privatisé que les gouvernements de droite présidés par Balladur et Juppé : Airbus, France Télécom, Thomson-CSF, Thomson Multimedia, Air France,

        • la libéralisation du secteur de l’énergie : Strauss-Kahn, qui défend les négociations de l’OMC, soutient l’adhésion du gouvernement Jospin aux propositions européennes (Barcelone) qui vont permettre ensuite à la droite de privatiser EDF-GDF.

        • c’est lui qui met en place le régime des stocks options avec plusieurs mesures favorables à cette manière de rémunérer les hauts-dirigeants d’entreprises

        • c’est lui qui lance l’idée de fonds de pension « à la française »

        • c’est lui qui pousse Jospin à renier les engagements pris par le PS devant les électeurs, en 1997  : défendre et renforcer les services publics, défendre Renault-Vilvoorde, poser quatre conditions pour le passage à l’euro.



        A la tête du FMI de D$K avait poursuit ainsi 5 objectifs :

        -diminuer les salaires des fonctionnaires,

        -remplacer les retraites par répartition par un recours aux assurances privées,

        -réduire les investissements dans la santé, l’éducation, la culture, vendre les services publics aux firmes transnationales.

        -flexibiliser le marché du travail en démantelant le droit du travail, en favorisant les délocalisations et en rendant les licenciements plus faciles,

        -augmenter les profits des firmes privées en multipliant les exonérations de cotisations sociales ou d’impôts et en gelant ou en réduisant les salaires.

        C’est ce qui se passe aujourd’hui en Grèce, au Portugal, en Island........et bientôt ailleurs !!

        Alors comment un véritable socialiste peut diriger (salaire annuel de 500 000 dollars) le FMI qui affame le planète pour les banques !


        • Fergus Fergus 30 mai 2011 11:06

          Bonjour, Seph.

          Le bilan de DSK n’est pas aussi noir que cela, à mon point de vue, mais vous avez raison de souligner quelques-unes de ses plus grands réussites... libérales. Strauss-Kahn n’avait évidemment rien d’un socialiste dans la tradition de ceux qui ont, anguère, lutté pour le progrès social et l’émancipation des classes populaires.

          En cela, si l’affaire de Manhattan est consternante pour lui (et sans doute plus encore pour la présumée victime), elle est aussi une bénédiction pour la gauche qui est libérée d’un terrible poids : être représentée par un candidat libéral vaguement teinté de rose ; et d’un terrible danger : voir son candidat exploser en plein vol à tout moment, du fait de sa fragilité révélée.

          Au PS de tourner dès maintenant et définitivement la page DANS L’UNITE. Ce qui n’empêche pas les amis de DSK de suivre les péripéties de l’affaire en lui gardant leur amitité tant qu’il n’a pas été condamné par la justice.


        • Ariane Walter Ariane Walter 30 mai 2011 11:37

          Seph,
          Excellent récapitulé. Je vais l’apprendre par cœur.
          ca va me permettre de briller en soirée avec mes crétins de copains qui voulaient voter DSK...Et qui pensent que c’est un complot !
          (Si l’on m’avait dit qu’un jour je serai anti-complotiste !!!!)


        • bluerage 30 mai 2011 12:56

          oh délicieuse Ariane

          Qui a commit l’outrage de vous moinsser ? Je vous plusse immediatement, car moi aussi j’ai d’anciens collègues profs dskistes (pardon pour le néologisme) qui préfèrent encore croire à un complot dirigé en sous main par l’Elysée


        • Ariane Walter Ariane Walter 30 mai 2011 13:39

          merci, Bluerage !!

          Il faut qu’on fasse un groupe : « Ceux qui ont des copains idiots qui voulaient voter DSK !! »
          on se réunirait dans des bistrots, on boirait du bon rouge bio....Pas mal, non ?


        • bluerage 30 mai 2011 15:48

          Ah Ariane

          En votre compagnie un bon verre de rouge bio ne peut que devenir une divine ambroisie...


        • Elisa 30 mai 2011 17:18

          @ Seph

          Voilà un rappel salutaire qui démontre par les faits la vraie nature de D$K : un homme qui a mis en application au niveau mondial ce qu’il s’apprêtait à réaliser au niveau national, faire régner la dictature de l’argent sous un masque social qui ne trompe plus personne tant il est effrité par les trahisons successives du PS.


        • epicure 30 mai 2011 19:15

          Effectivement DSK était un possible candidat qui attirait plus le centre droit que le vrai électorat de gauche.
          Il a fait plus pour les idées de droite que beaucoup de politiciens de droite.
          C’est quand même quelqu’un qui voulait que les budgets de l’état soient décidés à Bruxelles, loin de tout contrôle démocratique.

          Faire croire qu’il est socialiste, ce n’est pas un crime (sauf politique), mais c’est une belle arnaque.


        • Fergus Fergus 30 mai 2011 19:54

          Bonjour, Epicure.

          Le pire est (était plus exactement) que de nombreux électeurs de gauche étaient prêts, d’emblée, à aller vers DSK aux primaires du PS par pragmatisme, pour se donner, pensaient-ils, les meilleures chances de battre Sarkozy. Une aberration qui trouve son origine dans la présidentielle de 2002 et le rejet de la politique antisociale de Sarkozy.


        • platon613 1er juin 2011 18:29

          DSK ou la culpabilité de l’innocent

          Considérations sur l’affaire DSK (I) : et s’il ne s’était rien passé dans la chambre d’hôtel du Sofitel ou pourquoi la gauche n’aurait pas forcément gagné la présidentielle...

          http://www.news-26.net/justice/608-dsk-ou-la-culpabilite-de-linnocence.html


        • SEPH 5 juin 2011 14:50

          Au delà de la culpabilité ou non de D$K, ce qui choque le plus les pauvres gens, c’est sa fortune ( au moins 60 millions de $).

           Ils viennent de découvrir que celui qui promettait de les défendre, n’était pas de leur milieu, mais à des années lumières de leur misérable condition.

          Cette affaire D$k a eu pour avantage d’assainir un peu le milieu politicien dont certain prétendent demain gouverner la France : une sorte de ballon d’oxygène !!

          Il serait souhaitable que ce vent salutaire démasque les arrivistes,les imposteurs et les prédateurs de nos vies.


        • Fergus Fergus 5 juin 2011 18:22

          Bonjour, Seph.

          Les choses ne sont pas si simples : de tous temps, des riches ont été alliés aux pauvres, et vice versa. De nos jours, cela se traduit par des engagements de riches à gauche et des engagements de pauvres à droite...


        • ARMINIUS ARMINIUS 30 mai 2011 10:55

          Bonjour Fergus et merci pour ce morceau choisi. Par contre une énormité que relève entre autres « Die Zeit » de la semaine passée, journal autrement plus sérieux que le« New York Post » -torche-balle de la presse Murdoch- et qui devrait être surligné en rouge : l’impossibilité d’une pipe forcée sans moyen de contrainte style Magnum( comme le fit Balkany pour obtenir la même faveur de sa secret-taire)ou rasoir sous la gorge : sans cela la victime à tous loisirs de serrer les dents avant mais aussi pendant, ce qui entrainerait d’irréversibles et profondes lésions sur l’objet du délit. D’autant que comme le souligne le journal allemand on a à faire à un homme plus très jeune et à une vigoureuse femme de ménage de trente deux dents qui doit travailler « hard for the money » comme le dit la chanson...


          • FRIDA FRIDA 30 mai 2011 11:05

            @L’auteur,
            Ne pas abonder dans le sens de la victime, ne veut pas dire mettre en doute sa parole, vouloir que la présomption d’innocence soit préservée ne veut pas dire un soutien indéfectible à DSK. La mythomanie et les dénonciations calomnieuses existent malheureusement, également les machinations pour faire tomber un adversaire.
            Mais c’est l’occasion de voir le fond de certaines personnes (femme/homme), quand dans la précipitation et l’emballement, les beaux principes concernant le droit de la femme et sa dignité volent en éclat, pour défendre mordicus un des leurs.
            http://www.maitre-eolas.fr/


          • Fergus Fergus 30 mai 2011 11:18

            Bonjour, Arminius.

            Pas d’accord. On est là, une nouvelle fois, sur les bons vieux clichés masculins qui ne tiennent pas compte du psychisme des victimes et de l’état de sidération dans lequel elles peuvent se trouver en cas d’agression sexuelle. Toutes les femmes n’ont pas la même attitude, entre cette jeune fille poignardée à mort de multiples coups de couteau dans le RER pour s’être défendue jusqu’au bout, et ces autres qui deviennent quasiment paralysées, incapables de réagir et entièrement soumises à leur tortionnaire. Je vous invite à cet égard à lire l’article que j’ai écrit en octobre 2009 sur le viol. Intitulé « Violée, humiliée... Détruite !  » il relatait un dramatique et très éprouvant procès d’Assises que j’ai vécu en 2004. Il apporte une réponse à Die Zeit dont je m’étonne qu’un journal aussi sérieux puisse relayer de telles sottises.

            Cordialement.


          • Fergus Fergus 30 mai 2011 11:23

            @ Frida.

            Votre propos est frappé au coin du bon sens et j’y souscris totalement.
            Merci pour le lien sur le très intéressant et très complet billet de Me Eolas.

            Bonne journée.


          • AB Berurier AB Berurier 30 mai 2011 11:30

            Je ne suis pas tout à fait d’accord au sujet des moyens de contraintes.
            Il n’y a pas que les armes : menacer la femme de chambre de lui faire perdre son emploi ou de demander aux services d’immigration d’enqueter sur elle est tout aussi contraignant


          • Fergus Fergus 30 mai 2011 11:38

            Bonjour, Berurier.

            Merci de rappeler que la contrainte peut s’exercer de différentes manières, y compris psychologiques, ou sous forme de chantage à l’emploi par exemple.

            Bonne journée.


          • ARMINIUS ARMINIUS 30 mai 2011 12:34

            « Die Zeit » propose un article de fonds sérieux ou il relève les anomalies du traitement 1/ de DSK
            2/ de l’information par la plupart des médias. C’est un vrai travail d’information loin du traitement souvent épidermique, souvent raccoleur d’une affaire dont bien des tenants restent encore dans l’ombre...


          • Ariane Walter Ariane Walter 30 mai 2011 13:41

            je vais même ajouter que dans une circonstance pareille, si tu mords , tu as quand même peur de te faire allumer d’un bon coup de poing ou d’un coup de pied de lampe de chevet !


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 30 mai 2011 16:41

            Tu oublies, mon cher Arminius, un détail : en cas de :morsure de sa part elle aurait pu, vu sa position, en prendre plein la gueule et non pas seulement plein la bouche ! Tu connais l’adage : « Pour une dent, toute la gueule ! » Au sens littéral et figuré !


            De plus la menace de licenciement immédiat devait être suffisante en cas d’une rétro-action aussi blessante et dévirilisante sur un homme d’un tel pouvoir exhibant un tel sceptre.

            Enfin et surtout, ce n’est pas elle qui a averti la police, car elle était trop choquée et avait trop peur des conséquences pour elle, mais la direction du Sofitel qui, probablement, avait quelques raisons de ne plus couvrir ce genre d’affaire, laquelle était devenue dans l’hôtel un affaire publique pour l’ensemble du personnel qui avait été témoin de l’état de la présumée victime....

            Die Zeit me semble pécher par angélisme...social-démocrate

          • Fergus Fergus 30 mai 2011 16:59

            Bonjour, Sylvain.

            D’accord avec votre commentaire.


          • epicure 30 mai 2011 19:59

            Tout à fait d’accord avec sylvain reboul.

            Je suis sûr que si on demande à n’importe quelle femme bien au chaud comment elle réagirait si on essayait de leur imposer une fellation, elles sortiraient toutes en chœur qu’elles fermeraient la bouche.
            Mais ça c’est dans la théorie, facile à dire quand on est pas impliqué.

            Sauf que dans le feu de l’agression les choses se passent différemment, la raison est mise en sommeil en général, car c’est la peur qui doit dominer pour nombre de victimes.

            Déjà pour lui imposer une fellation, avant de mettre l’arme du crime dans la bouche, il faut exercer une certaine violence physique, au moins par la contrainte, donc les victimes peuvent légitimement penser que leur agresseur est capable de plus de violences physiques si elle résiste.

            En tout cas les témoignages venant du personnel de l’hôtel, disent que d’une part, elle ne savait pas qu’il y avait quelqu’un en rentrant dans la chambre, et qu’elle était gravement traumatisée après les faits supposés. C’est la direction de l’hôtel qui a lancé la plainte à la police.
            Elle n’est pas allée porter plainte toute pomponnée dans les bureau de la brigade spéciale, comme dans les cas d’affabulation manifestes.

            Et puis il y a peu de chance qu’elle savait à qui elle avait à faire, le directeur du FMI, ce n’est pas ce qui doit attirer l’attention d’une femme de ménage immigrée africaine. La seule chose qu’elle pouvait se doutait c’est que ce devait être quelqu’un de riche ou important au vu de la chambre. Cela aurait été un très grand hasard que l’inconnu qu’elle accuse ait une réputation très douteuse vis à vis des femmes, avec même des accusations de viol non abouties judiciairement. Pour du hasard c’est du hasard.

            Donc en fait la théorie du complot ne tient pas vraiment, elle a grandit dans une famille qui tient beaucoup à l’honneur du sexe féminin.

            Et surtout c’est le procureur qui porte plainte, pas la victime supposée. C’est à dire qu’au vu du récit rapporté par la femme ou par le personnel de l’hôtel, le procureur peut lancer les poursuites contre l’accusé sans que la victime décide de se lancer dans un procès qui risque d’être très fortement médiatisé.
            Déjà le kit de viol est un élément très parlant : traces de sperme sur les habits, peau sous les ongles, et peut être traces de violences, déjà l’accusation ne pouvait pas reposer sur de l’affabulation pure, ce qui a dû motiver le procureur de lancer les poursuites.

            Donc ce qui est le plus irrationnel, c’est la théorie du complot, qui fait fi de tous les indices et informations.

            Entre la culture de la femme de ménage, les divers éléments et témoignages qui sont sortis publiquement, et ce qui est ressorti du passé de DSK vis à vis des femmes ( qui n’est bien sûr pas une preuve mais un indice de ce dont est capable DSK ), rationnellement on ne peut pas éloigner une possible culpabilité de DSK.

            Mais c’est la justice américaine qui a tous les éléments pour le savoir précisément.


          • Fergus Fergus 30 mai 2011 23:22

            Bonsoir, Epicure.

            Vous avez bien fait de le souligner car la chose nest pas claire chez certains de nos concitoyens : c’est bien le procureur (attorney) qui a engagé des poursuites contre Strauss-Kahn au vu du rapport de police et des éléments qu’ils a obtenu de l’enquête préliminaire efectuée sous son contrôle et celui de ses collaborateurs.

            Une plainte au civil de la victime présumée devra par ailleurs être déposée si cette femme entend obtenir un dédommagement, et cela indépendamment de la peine encourue par DSK, que ce soit lors d’un procès ou dans le cadre d’une négocation de « plaider coupable » avec le district attorney.


          • thaumaetopea 30 mai 2011 23:52

            @Epicure
            Tous les bergers australiens vous diront que pour faire pisser un Merinos.... il faut lui boucher le nez...
            De même, tous les pros de la turlute savent que pour qu’une dame ouvre la bouche.... c’est dito.... au risque, bien sûr, de se faire rayer le casque....
            De même « l’épongage » doit précéder la sodomie... l’inverse est risqué !
            Alors le coup du complot... je pouffe...
            et celui du rapport consenti ... ou tarifé (le seul qui lui permette encore de plaider not guilty).... je repouffe...


          • ARMINIUS ARMINIUS 31 mai 2011 08:28

            Salut Sylvain,
            Il n’empêche que la position est risquée, un peu comme celle du dompteur qui met sa tête dans la gueule du lion. Quant au compte rendu de la supposé scène, n’oublie pas que les principaux rapporteurs des soi-disant faits font partie de la presse Murdoch comme le souligne le « Zeit ».
            Au fait as-tu lu l’article ?


          • Fergus Fergus 30 mai 2011 11:24

            Amusant, Parkway !

            Bonne journée.


          • thaumaetopea 31 mai 2011 00:11

            @Fergus
            ... de deux choses l’une... l’autre c’est le soleil.
            J.Prevert.
            et aussi : http://www.youtube.com/watch?v=_S7ITkoxojI


          • Fergus Fergus 31 mai 2011 09:35

            Bonjour, Thaumaetopea.

            Merci pour ce lien sur une chanteuse que j’apprécie, Joan Baez, une chanson qui m’est familière, et une ville que je connais pas encore, Carrickfergus. Si je suis déjà allé à diverses reprises en République d’Irlande, je ne connais de l’Ulster que Derry. Mais l’Irlande du Nord fait partie de mes projets, ne serait-ce que pour ses remarquables sentiers côtiers.

            Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès