Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > DSK : Le « bâton merdeux » du PS

DSK : Le « bâton merdeux » du PS

S’il pouvait y avoir un doute quant à l’après DSK au PS avant la relaxe de l’ancien directeur du FMI, force est de constater qu’il ne fut qu’artificiel. Car les derniers mouvements internes au parti l’illustrent à la perfection : même relaxé DSK fait plané le spectre du handicap insurmontable pour son propre parti. 

Un acquittement sans tambour ni trompette tant l’actualité s’y prêtait guère. Une innocence avérée en ce qui concerne les accusations d’agression sexuelle mais uniquement fondée sur l'aveu d'une relation sexuelle faite à la va-vite d’une envie subite et d’un avion à ne surtout pas rater.

Pour Dominique Strauss-Kahn si l’avenir judiciaire s’est éclairci c’est essentiellement au prix de tout ce que Nafissatou Diallo n’avait pas les moyens de prouver. Mais restent les doutes, les incertitudes et l’image déplorable de certaines habitudes de mœurs, sans doute le véritable enfermement de l’ancien directeur du FMI.

A tel point que lorsqu’on parle d’un retour possible de l’ancien député de l’Oise vers une carrière politique hexagonale c’est, à demi-mot, pour ne pas le transformer en handicap pour le parti socialiste.

Ses « amis » et « lieutenants » l’ont déjà compris même s’ils nous forcent, comme souvent au PS, à le comprendre par un exercice de lecture entre les lignes.

Car qu’on en juge :

Entre un François Hollande, candidat paradoxale de la normalité, ouvertement sur le modèle d’un comportement de rupture vis-vis de certains comportements politiques qu’il ne peut ; moralement, cautionner et une Martine Aubry en quête de légitimité, la place manque pour Dominique Strauss-Kahn. Car pour accréditer sa posture Hollande tachera de s’éloigner de DSK lorsque Martine Aubry a parfaitement compris que sa victoire passera par l’effacement de celui qui devait se présenter à sa place à elle.

A plus longue vue il y a aussi pour le PS la tentation de laisser DSK loin de la présidentielle afin de se rapprocher de certains arguments anti bling-bling d’hier ou même d’un certain électorat effrayé par tout ce que l’affaire DSK a pu montrer du règne de l’hypocrisie.

Reste peut être pour Dominique Strauss-Kahn l’arme de ses « lieutenants ». Mais éparpillés au gré des opportunités à venir entre plusieurs candidatures ces derniers sont certainement les premiers à avoir compris que l’affaiblissement du chef était le plus sûr moyen de leur propre renforcement. A tel point qu’entre Dominique Strauss-Kahn et ses lieutenants on peut se demander si les rapports de hiérarchies ne se sont pas inversés.

Ultime illustration d’un ancien leader à qui on garde objectivement estime et personnellement affection la dernière intervention de Pierre Moscovici sur la question. Sur RTL le 23 aout le député du Doubs parlait à propos de son ancien mentor de son obligation à « réinventer un rapport à la vie publique". Sans pour autant refuser l’idée de son retour à la politique française, mais, au moins dans un premier temps, pour ses compétences d’économiste.

On reste très loin de l’homme providentiel sensé porter à lui seul le PS à la victoire présidentielle. Aujourd’hui Dominique Strauss-Khan ne peut et ne doit être qu’un super conseillé économique pour beaucoup de leaders socialistes. C’est la seule façon, pour lui, de jouer un rôle sans être un handicap.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/08/23/97001-20110823FILWWW00300-dsk-un-respect-humain-moscovici.php

http://www.lefigaro.fr/photos/2011/08/24/01013-20110824ARTFIG00600-le-ps-attend-la-voix-de-dsk-pas-sa-candidature.php
 
http://www.lepoint.fr/societe/une-majorite-de-53-de-francais-contre-le-retour-de-dsk-dans-le-debat-politique-25-08-2011-1366025_23.php
 
http://www.lemonde.fr/primaire-parti-socialiste/article/2011/08/24/le-retour-prochain-de-dsk-embarrasse-le-parti-socialiste_1562792_1471072.html
 
http://www.liberation.fr/monde/1201499-dsk-affaire-classee

Anthony RIGOT le 25 aout 2011


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 25 août 2011 12:44

    mais quel « super conseiller économique » ???
    Il a sauvé la planète ? il a créé des systèmes révolutionnaires ? Il a su faire face aux troubles financiers de ce temps ?

    il s’est contenté, à la tête d’un organisme plus que douteux, pour ne pas dire franchement mafieux, de faire, sans doute, ce qu’on lui disait de faire.

    Et par dessus le marché il était gonflant avec ses histoires de cul.
    il y en a bcp qui ne veulent pas comprendre que ce ne sont pas les grands projets économiques de DSK qui l’ont planté mais le ras le bol qu’il a dû faire naître chez ses pairs à chaque écho de nouvelle incartade. car il y en a quand même un certain nombre.

    ce type là était un poids aux yeux de bcp et à ce titre il a été abandonné.
    On ne va pas le récupérer quand même !


    • johnsmith johnsmith 25 août 2011 15:30

      Vous aussi vous êtes gonflante.


      Pour info, DSK ne s’est pas « contenté » (quel euphémisme !) d’être directeur du FMI, il a aussi fait un passage a bercy, entre autres...
      Je vous laisse le soin de vérifier à quelle époque, et quel a été son bilan.

      Mais on sait vous et moi que ca ne vous empêchera pas de continuer à déverser votre bile.

      Remarque, les rageux de votre trempe présentent un intérêt : celui d’effrayer et d’éloigner les agnostiques de votre position anti DSK primaire. 

    • Ariane Walter Ariane Walter 25 août 2011 16:31

      http://www.leblogfinance.com/2011/05/quand-dsk-nageait-entre-emploi-fictif-affaire-elf-et-mnef.html

      ce sont les faits qui sont « gonflants » , cher monsieur ; votre idole est un magouilleur .


    • Ariane Walter Ariane Walter 25 août 2011 16:37

      Johnsmith,

      vous n’êtes inscrit que depuis peu.
      Vous n’avez envoyé que 11 posts.
      Tous sur des articles anti-DSK ou vous le défendez avec furia. (et un où vous défendez Royal.)

      C’est votre nouveau job ?


    • Lorelei Lorelei 25 août 2011 17:29

      bravo Ariane quel grand homme à la tête d’un organisme totalitaire, corrompu, affameur des peuples une oligarchie de la pire espece, une bande de mafieux que l’on devrait traduire devant le tribunal pour crimes contre l’humanité voilà ce qu’est le fmi et pas de quoi se féliciter...

      extrait

      En tant que Ministre de l’Economie, DSK a privatisé Thomson (devenu Technicolor). A l’époque et juste avant sa privatisation, l’action de Thomson valait 50€. Douze ans plus tard, l’action vaut 50 cents……. Dans la ruine rapide, difficile de faire mieux. Pour rappel, il faut dix titres ex-Thomson pour avoir un titre Technicolor côté 5€.

       

      Ensuite, la deuxième tranche de vente d’actions France Télécom, (56€ l’action en 1997) c’est encore lui. Lessivée France Télécom. Cette société est devenue la plus endettée de la planète. Pas moins de trois millions de victimes au total…… Aujourd’hui, l’action France Télécom vaut 14,50€….

       

      Et puis, il a parachevé l’œuvre de Bérégovoy-Naoury en dérèglementant totalement les marchés financiers en France. Les clients des Caisses d’Epargne, de la Poste, du Crédit Agricole…….. victimes de la folie des placements financiers à risques vendus par leurs établissements « naguère pépères ». (Dont Natixis, 3 millions de victimes de plus)

       

      En bref, des millions d’épargnants ruinés suite aux agissements de DSK en tant que Ministre de l’Economie.

       

      Vous me direz qu’il n’est peut être pas le seul à avoir fait des « bourdes »….

       

      Mais voilà, ça ne s’arrête pas là. Voyons un peu sa présidence au FMI.

      Avant la crise de 2007-2008, le FMI et son directeur général n’avaient rien dit sur les exagérations en Irlande, en Espagne, au Portugal et en Grèce. (Dans l’immobilier surtout, trucage des comptes publics déjà patent en Grèce). Fin 2008 et début 2009, il n’y a pas eu de jour ou presque, où DSK n’a appelé les Etats à emprunter massivement pour renflouer les banques et pour « relancer les économies ».

      Il aurait mieux valu promouvoir le contraire, soit : Rigueur de la dépense publique pour libérer les initiatives privées. Mais ça, trop facile très certainement.

      DSK a même osé dire que les salariés grecs n’avaient qu’à se serrer la ceinture et accepter des salaires gelés. Pour quelqu’un qui se paye des costards à 35 000€, c’est fort de café quand même.

      http://www.lepost.fr/article/2011/05/27/2508143_dsk-anciennement-a-bercy-bilan.html


    • lacenaire 25 août 2011 17:34

      parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir .


    • GillesR 25 août 2011 20:04

      Contrairement à ce qui est affirmé par les indignés professionnels DSK aura été plutôt bon au FMI.


      Bien sûr, pour l’accepter il faut d’abord comprendre le FMI comme un organisme utile. Sans FMI la situation sur la planète serait pire.

      Allez, feu : moinsser.

    • at974 at974 25 août 2011 20:19

      Je soutiens le petit nouveau.
      Le fait de publier n’importe quoi et d’intervenir sans arrêt pour ne rien dire ne crée pas la légitimité


    • Defrance Defrance 25 août 2011 20:41

       Et c’est qui qu’a perdu la cassette Mery permettant ainsi de sauver Chichi ????

       Des noms SVP


    • johnsmith johnsmith 25 août 2011 21:29
      Bonsoir

      @Ariane

      Je ne suis inscrit que depuis peu... Encore une de vos lumineuses déductions ?

      Quant à mon nouveau job... Votre paranoïa vous égare.
      Même si c’était le cas, ça ne changerait pas le contenu de vos posts... Attendez vous donc à être régulièrement prise en défaut de reconnaissance pour votre prose par des bénévoles.

      Il se trouve que les conneries que je peux lire sur le sujet DSK sont bien plus denses et profondes que d’habitude, cela m’insurge et me sort de ma réserve habituelle de lecteur.

      Je ne défend pas avec furia DSK, je combats l’imbécilité. Et ceci n’est pas une nuance.

      J’ai la faiblesse de croire que ce combat, que dis-je, cette chasse, ne peut être mené qu’avec rigueur, logique, impitoyabilité, violence.

      Mais pour vous répondre, je reconnais qu’en plusieurs circonstances, j’ai souvent laissé la défense de personnalités de droite a des gens que cela concernait plus que moi. Mais au risque de me répéter, les contributions ont rarement atteint le niveau, le degré 0, de ce qu’on peut lire sur AV ces derniers mois au sujet de l’affaire DSK.

      Ne vous déplaise.

      @Lorelei

      Je pensais plutôt à la réduction de la dette publique, par exemple. Ces privatisations ne me choquent pas. Celles du réseau autoroutier, si.
      Et puis... Le prix des actions FT ou Thomson aujourd’hui.... Personnellement, j’en ai rien à foutre. 
      Même si c’était le cas, je vois mal comment vous pourriez justifier la responsabilité de DSK là dedans... Je ne suis pas spécialiste, mais pour ce genre de démonstration, il serait logique d’étudier la courbe entre le moment ou DSK agit sur le système, et le moment ou son action n’a plus d’impact... 
      Sur la période que vous mentionnez, 1997-2011 Il serait plus correct d’étudier la totalité des événements, et de mentionner la date réelle des accidents. Mais on doit pouvoir se renseigner facilement, sur lesechos.fr, par exemple.

      Mais comme je vous l’ai dit, je n’en ai rien à cirer. Et même que des épargnants aient perdu leur mise, je m’en fous aussi. Je m’en en fous tout autant que s’ils avaient gagné, d’ailleurs. Quand on joue, il faut accepter de perdre. Je suis d’ailleurs persuadé que vous n’auriez aucune empathie pour ceux qui parmi eux ont spéculé et gagné, n’est ce pas ?

      D’ailleurs je ne sais même pas pourquoi je vous répond, j’ai lu récemment un de vos sujets, vous y divaguez d’une manière inquiétante. 









    • Lorelei Lorelei 25 août 2011 23:50

      vous demandez aux argentins aux africains etc..ce qu’ils pensent du fmi, et dire qu’il y a encore de gens à la mentalité oncle tom


    • Defrance Defrance 26 août 2011 10:10

       @ Jean Forgeron ,

       Je suis d’accord pour qu’on le laisse tranquille en prévenant quand même la gente féminine, mais de là a continuer a faire de la pub a un détraqué, il y a un pas que je ne veux pas franchir !


    • Traroth Traroth 25 août 2011 12:51

      « Un acquittement sans tambour ni trompette » : Vous rigolez, là ??? Tous les médias ne parlent que de ça !


      • Traroth Traroth 26 août 2011 11:36

        Je ne rentre pas dans ce type de débat antisémite, répugnant et stérile à la fois.


      • Panoramix14 30 août 2011 14:09

        Débat antisémite ? Parce qu’on parle de DSK ? Mais vous délirez !

        Bien sûr DSK est juif, ha ça tout le monde le sait, mais fait-il honneur à sa communauté ?

        Et l’avocat de Tristane Banon, n’est-il pas juif également ? Tant que vous y êtes allez-y franchement, traitez-le aussi d’antisémite...

        Je vous rappelle qu’on est en république laïque, et qu’on a encore le droit d’exprimer nos convictions. Et ce n’est pas DSK qui nous en empêchera. Ni vous d’ailleurs.


      • marie-Pierre de Rieux marie-Pierre de Rieux 25 août 2011 12:52

        « Aujourd’hui Dominique Strauss-Khan ne peut et ne doit être qu’un super conseillé économique pour beaucoup de leaders socialistes. C’est la seule façon, pour lui, de jouer un rôle sans être un handicap. » Vous avez raison.
        Il n’y a pas d’autres sorties pour lui. Et pour le PS qui agonise et auquel DSK peut apporter une caution économique. Fabius aurait été un bon candidat mais le scandale du sang contaminé l’a injustement mis sur la touche.
        Quant aux candidats aux primaires, ils sont tout juste bons à inaugurer des foires agricoles.
        (NB : « conseiller » et pas « conseillé » ) smiley


        • Lorelei Lorelei 25 août 2011 17:30

          encore le concours d’orthographe, c’est bien de ne pas ecrire en sms, mais il faut avoir des arguments et des idées...tres souvent les maniaques de l’ortho n’ont que ça...


        • Fergus Fergus 25 août 2011 13:09

          Bonjour, Anthony.

          Le titre résume bien la situation, et le meilleur service que pourrait rendre DSK au PS serait d’aller se retirer quelques mois dans son ryad de Marrakech pour déguster des merguez en écoutant des CD de musique séférade !


          • njama njama 25 août 2011 13:17

            Sarko pourrait peut-être offrir à DSK une mission en Lybie ...

            Lorsque le FMI félicitait la Libye (février 2011)
            Le document félicite le Colonel Kadhafi et son gouvernement pour la qualité de leur gestion budgétaire et pour les réformes déjà entreprises, ...


            • velosolex velosolex 25 août 2011 13:24

              Allez ! On en remet encore une couche pour bien que ça tienne
              A force de matraquage, une forme de vérité finira bien par surgir
              En tous les cas les pauvres seront contents
              Car on voit bien maintenant qu’on ne fait pas que prêter aux riches !

              Pendant ce temps là, dans le village Gaulois qui ne résiste plus depuis longtemps à l’empire Romain, on ne parle plus que de ça !
              Astérix et Obélix dépriment
              Et même les sangliers, sur la grève, n’ont plus la forme.


              • Tall 25 août 2011 14:17

                Et voilà le travail ... Sarko a déjà liquidé son adversaire le + dangereux juste un an avant les présidentielles.

                Comment va-t-il liquider les autres ?

                • LE CHAT LE CHAT 25 août 2011 14:36

                  Dsk , le baton merdeux du PS

                  p


                  • LE CHAT LE CHAT 25 août 2011 14:37

                    pourquoi , il a aussi sodomisé quelqu’un ?  smiley


                    • Jean-paul 25 août 2011 14:40

                      Les autres sont deja liquides mais sont heureux pour DSK.


                      • joelim joelim 25 août 2011 15:09

                        S’il te plait, reviens, DSK ! 

                        Tu donneras ainsi à la France une chance de battre les notables de l’UMPS.

                        • JL JL 25 août 2011 15:32

                          à joelim,
                           
                          selon vous, DSK ne serait pas un notable de l’UMPS ? Il serait quoi, alors, à votre avis ? Un homme de gauche ? De l’extrême droite ? Un agent de l’étranger ?

                          Quel « étranger » ? Vous avez des infos ?


                        • hgo04 hgo04 26 août 2011 07:27

                          DSK, homme de gauche ??

                           

                          Ca c’est une info !!


                        • Defrance Defrance 26 août 2011 10:07

                           Ben oui, a gauche de l’extreme droite ? !


                        • joelim joelim 26 août 2011 10:53

                          selon vous, DSK ne serait pas un notable de l’UMPS ? 

                          Bien sûr que si. Pourquoi non ?

                        • 1984 25 août 2011 16:01

                          La place de DSK ??? Attaché dans la backroom d’un club gay peut-être ?


                          • Ariane Walter Ariane Walter 25 août 2011 16:38

                            1984

                            Hard but so funny !


                          • Fergus Fergus 25 août 2011 17:25

                            @ 1984.

                            Faute désormais de pouvoir l’être dans les douches de Rikers Island ?


                          • antonio 25 août 2011 17:02

                            « Un acquittement sans tambour ni trompette » écrivez-vous.
                            Où avez-vous pêché qu’il a été acquitté puisqu’il n’y a eu ni procès, ni jugement ? Même pas relaxé non plus ...
                            Son « innocence » , sa « culpabilité » n’ont pas été prouvés, c’est tout.
                            Au lieu d’énoncer des contre-vérités sans vergogne, affichez clairement que que vous soutenez clairement un individu dont le comportement, les moeurs dissolues sont indignes du poste auquel il « prétendait ».
                            Quant à ses « compétences » économiques, soyez sûr que les Grecs et d’autres l’en remercient chaque jour à genoux !


                            • lesdiguières lesdiguières 25 août 2011 18:44

                              DSK est-il l’orbe d’une machination planétaire ?

                              http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre37049.html

                              Cette lecture ... à vous de voir !


                              • feeloo 25 août 2011 19:10

                                « Un acquittement sans tambour ni trompette »

                                Mais quel acquittement ? Il n’y a aucun acquittement, aucun « blanchissement ». Il est toujours présumé innocent autant que coupable... ça commence à être gonflant tous ces méDias qui laissent entenDre qu’il est « blanchi ». Il n’en est rien, absolument RIEN. 


                                • bigglop bigglop 25 août 2011 19:10

                                  Bonjour,
                                  Tout d’abord une info : la Reine du Poitou-Charentes accepte de répondre aux questions qui lui sont posées sur RUE89. Allez-y, lâchez-vous, faites-vous plaisir !!!
                                  Ensuite, juridiquement il ne s’agit pas de relaxe car il n’ y a pas eu de procès, il s’agit d’un terme juridique du droit français. Il faudrait dire abandon des poursuites pour...
                                  Enfin cette affaire me « gonfle » prodigieusement. Quel gaspillage de temps, d’énergie et quelle désinformation.
                                  Pour finir, lisez la réflexion de Philippe BILGER ’son blog) sur cette affaire détestable :

                                  UN PEU DE PUDEUR


                                  Le procureur Cyrus Vance a décidé d’abandonner les charges à l’encontre de DSK parce que la plaignante aurait trop menti. Le juge en a pris acte.

                                  Feint ou sincère, l’enthousiasme socialiste à la suite de cette exonération pénale me semble à la fois ridicule et indécent. Je ne doute pas une seconde que pour le couple DSK-Anne Sinclair, à l’évidente joie judiciaire se mêle une durable tristesse, à la certitude d’un avenir enfin dégagé le sentiment d’un absurde gâchis. Cette victoire conjoncturelle, à l’évidence, n’efface pas toute l’histoire.

                                  Il est passionnant de comparer les procédures américaine et française. On peut imaginer que la justice française n’aurait pas apporté le même dénouement (nouvelobs.com).

                                  Le procureur de l’Etat de New York, dans la démarche qui a été la sienne, a étrangement, parce que très rapidement, souligné que la plaignante avait menti sur certains points puis, au bout d’une réflexion approfondie conclue par un rapport de 25 pages, il a pris le parti de ne pas assumer sa mission d’accusateur en l’occurrence.

                                  Il est frappant de constater à quel point les débats médiatiques français - notamment sur France 2 - méconnaissent la singularité de l’attitude de Cyrus Vance en la résumant à une sorte de non-lieu. Alors qu’à l’origine, ce qui s’est passé le 14 mai entre DSK et la plaignante et qui a duré de sept à neuf minutes lui est apparu comme "n’étant probablement pas le produit d’un rapport consenti". Faute de témoins, l’accusation ne pouvait se fonder que sur les dires de Nafissatou Diallo et les documents médicaux. Cyrus Vance a considéré que les mensonges de la plaignante sur son histoire antérieure et ses variations sur ce qu’elle a effectué à la sortie de la chambre n’étaient pas susceptibles de permettre une poursuite suffisamment assurée pour espérer un succès. Il a craint à l’évidence que Nafissatou Diallo, en dépit du caractère" précipité" de la relation et de l’essentiel de l’agression qu’elle avait sans cesse confirmé, soit mise à mal et totalement décrédibilisée par les avocats de la défense. L’abandon des charges pour l’accusation américaine, résulte non pas de la certitude de l’innocence mais de la crainte d’un insuccès. Ce qui compte, ce n’est pas la vérité en elle-même ou l’intuition qu’on a d’elle mais le pragmatisme du procès. Est vrai, pour le procureur, seulement ce qui pourrait être démontré à coup sûr lors des audiences. Faute de cette confiance, il abandonne au nom d’un réalisme supérieur. Le non-lieu vient à l’issue d’une procédure alors que celle-ci, à New York, est privée, au contraire, du procès qui la mettrait à l’épreuve (Le Figaro).

                                  La procédure française n’aurait sans doute pas fait apparaître aussi rapidement que l’autre les mensonges d’une plaignante sur son passé. Elle aurait peut-être, lors de l’instruction criminelle et devant la cour d’assises, révélé quelques failles, lacunes ou variations dans la relation des agissements dénoncés qui en définitive n’auraient pas forcément emporté l’acquittement. La France a une conception de la vérité en quelque sorte absolue, métaphysique. Elle existe même si l’avenir judiciaire demeure incertain et peut laisser dubitatif. Souvent, il y a débat entre le problème des preuves et la conviction intime que quelque chose s’est produit malgré, parfois, la médiocrité des premières. La justice française choisira de tout tenter judiciairement alors que l’américaine jettera l’éponge auparavant. La précaution du doute raisonnable ne relève pas de notre registre.

                                  Une seconde différence fondamentale entre nos systèmes se rapporte au fait que le procureur Vance apparemment ne s’est soucié que de la plaignante et de ses récits, sans chercher quoi que ce soit à charge ou à décharge dans l’attitude de DSK (qui initialement semblait récuser l’existence de tout acte sexuel avant d’en admettre l’existence à cause de l’ADN). Le procureur français, le juge d’instruction, les parties au procès criminel sont eux directement intéressés dans leur démonstration par les propos du mis en cause, ses éventuelles contradictions ou sa sincérité.

                                  Un peu de pudeur tout de même. DSK a résolu de se taire avant de faire diffuser un communiqué succinct. Anne Sinclair a fait preuve d’une dignité infinie et a veillé à ce que personne ne parle en son nom, en leur nom. Laure Adler l’a appris à ses dépens (Le Monde ). Aussi, il me semble que le moins qu’on puisse attendre des amis de DSK, des socialistes qui le soutiennent, de la confrérie des politiques toutes tendances confondues et des journalistes focalisant absurdement sur le seul registre judiciaire comme si l’humain, la tenue, l’allure d’une personnalité politique emblématique n’avaient aucune importance, c’est qu’ils adoptent retenue et réserve. Qu’ils ne confondent pas la décision américaine avec une absolution - même sans la menace de l’instance civile - et qu’ils ne poussent pas des cocoricos choquants ou ne s’abandonnent pas à une joie hypocrite.  Parce que cette affaire, tout de même, de quelque côté qu’on l’envisage, n’est pas brillante pour DSK, dont on attendait qu’il incarne tout ce qui politiquement avait été investi sur lui (Marianne 2). A ce titre, les socialistes Le Guen et Cambadélis ont dépassé les bornes tandis qu’André Vallini a su trouver le ton juste, à nouveau. Et l’éditorial du Monde, avec lui. C’est une apparente victoire mais qu’accompagne une désillusion triste.

                                  Il y a la justice. Mais il y a le reste qui est presque tout.

                                  http://www.philippebilger.com/

                                   


                                  •  C BARRATIER C BARRATIER 25 août 2011 19:37

                                    Les vieux proberbes évoquaient toujours la présence sur les lieux des galipettes de celui qui tenait la chandelle. Personne n’a rien vu, mais tout le monde raconte. Quel recul !

                                    Assez d’accord avec l’auteur, sauf de considérer DSK comme un économiste. Nous n’avons pas d’économiste sauf les auto proclamés..même si nous avons des prix Nobel d’Economie comme FRIEDMAN, des usurpateurs qui croient à l’économie comme une fatalité dont les politiques doivent être les propagandistes. Une fatalité laissant libres les pillards puissants et organisés. Une machine qui produit des milliardaires en conduisant des millions de gens spoliés au désespoir, à la faim, à la rue, souvent à la mort. Je ne crois qu’à l’économie politique, c’est à dire contrôlée par les élus. Davantage d’Etat, on a fait, on a réussi dans un passé proche.

                                    Ceux qui savent le mieux ce que pensent les socialistes de DSK sont bien sûr les socialistes et pas les intervenants d’Agoravox. J’ai donc cherché, et je dois reconnaître ma surprise.

                                    Les journaux cités font partie de la presse capitaliste. Pour élargir ce pannel , voici donc, pris dans Désir d’avenir, un point de vue socialiste absolument délicieux :

                                    "DSK est-il indispensable au Parti Socialiste : évidemment non !... Il y a 18 Heures, 54 Minutes

                                    Les commentateurs, chroniqueurs, dirigeants de gauche et de droite, économistes, n’ont ces dernières heures qu’une phrase à la bouche, répétée en boucle :

                                    "DSK est indispensable au Parti Socialiste ! Il y a toute sa place ! Son expertise est nécessaire !"

                                    Je pense absolument le contraire.

                                    DSK est un véritable boulet pour le Parti Socialiste.

                                    Passons rapidement sur sa dernière frasque qui a eu pour effet de mettre dans l’embarras et d’affaiblir tout le Parti, de le ridiculiser aux yeux des français, de l’Europe et peut-être du monde, qui a eu pour conséquence de plonger celles et ceux qui le soutenaient dans la peine car, et on les comprend, ils n’ont toujours pas compris comment ni pourquoi un homme de cette trempe a pu tomber si bas en se livrant à quelques galipettes -puisque la justice américaine nous a dit qu’il s’agissait de cela « seulement »- dans une suite d’Hôtel. Quand on compte se présenter aux plus hautes fonctions de l’Etat, on adopte un comportement public ET privé en conformité avec la grandeur de la fonction, à moins de vouloir imiter un Berlusconi.

                                    DSK serait donc, nous assène-t-on, l’économiste dont les socialistes ne peuvent, ne doivent pas se passer.

                                    Observons les choses d’un peu plus près.

                                    DSK est un économiste sans doute de talent mais le talent n’a jamais suffi à éviter les errements. Voire les trahisons idéologiques que le PS et certains de ses dirigeants semblent n’avoir toujours pas voulu admettre.

                                    C’est avec DSK que le libéralisme économique, que le capitalisme financiarisé, que le carriérisme le plus cynique des hauts fonctionnaires à son service ont fait leur entrée rue de Solférino pour ne plus en sortir. Pourtant, ces trahisons ont connu leur première conséquence négative avec l’élimination de Jospin en 2002. Celui-ci ayant l’inconscience d’affirmer un soir que son programme n’était pas socialiste ! Le ver déja était dans le fruit. En 2007, c’est parce que les éléphants du PS ont voulu à tout prix poursuivre dans une dérive libérale suicidaire que Ségolène Royal ne parviendra jamais à imposer ses vues.

                                    Puis vint Nicolas Sarkozy, gestionnaire du vide, Président du mouvement mais pas de l’action. Et beaucoup, y compris deux éminents hommes de gauche, vont sombrer dans l’alliance impossible : Pascal Lamy, nommé directeur de l’OMC, défenseur déclaré du libre échange. Et bien entendu DSK, proposé par Nicolas Sarkozy à la tête du FMI. Un poste où, personne ne le dit jamais, il ne servira strictement à rien sinon à satisfaire le plaisir pervers du Chef de l’Etat.

                                    A rien en effet puisque les pays émergents se méfiaient du FMI au-delà de tout, ceux-ci préférant accumuler des réserves de change plutôt que goûter au prêts du Fonds monétaire. Il faudrait QUAND MEME le faire savoir ! Le FMI sous DSK ne fut rien d’autre qu’une coquille creuse. En revanche, DSK fut, par le biais du FMI, un formidable relais des idées libérales et un allié providentiel des tenants de la financiarisation. Si cet homme-là est indispensable au Parti de Jaurès, quelque chose alors m’échappe. Si cet homme-là peut aider à retrouver l’électorat ouvrier que Ségolène Royal avait réussi à faire passer de 12% (! !) pour Jospin à 24% pour elle, qu’on me le prouve !

                                    (Pour rappel, ce sont les idées libérales du PS, la conversion du parti au « Strauss-khanisme », son détournement du monde ouvrier qui sont allés grossir les rangs des déçus du socialisme et ont fourni les bataillons qui ont permis à la droite de l’emporter en 2007...). C’est pourtant DSK que toute l’intelligentsia et autres « sachant » parisiens considèrenet comme indispensable...

                                    Avec Dominique Strauss-Kahn, plus grand privatiseur de banques tous ministres confondus pendant la Vème, le Parti Socialiste a accepté de se soumettre à la domination sans partage de la pensée économique dominante, celle que depuis des jours un Elie Cohen déverse dans vos cerveaux lors des journaux télévisés et autres émissions de radios. Ce faisant il a trahi sa base, brouillé le message et perdu son crédit. Il a même fait pire en provoquant la division entre les fonctionnaires et les ouvriers qui formaient il y a peu encore le gros de ses militants encartés ! Pourtant, et c’est la un paradoxe étonnant, l’immense majorité des français est opposé au dogme du libre-échange sauvage et incontrôlé, encore plus aujourd’hui qu’il a basculé dans le tragique tant ses résultats sont catastrophiques.

                                    Dominique Strauss-Kahn est indispensable ?... Evidemment non ! Il ne peut plus l’être. Il ne doit plus l’être... A moins de changer... Beaucoup !...

                                    Les théories qu’il a imposées, aidé en cela par la passivité d’un François Hollande pendant onze ans à la tête du Parti Socialiste où il ne fit quasiment rien, ont contribué à la décrédibilisation du socialisme français et à son manque d’audace. Les programmes économiques 2002 et 2007 bétaient, il faut avoir le courage et la clairvoyance de le dire, d’une vacuité affligeante. Il faut dire, à la décharge peut-être de DSK, que ceux qui l’entourent et le conseillent sont issus du Conseil d’Etat ou de la Cour des Comptes, hauts lieux du conformisme économique le plus frileux.

                                    Enfin, et ce n’est pas le moindre, on observe chez DSK et ses amis un mépris affiché pour la démocratie. En effet les Lamy, Trichet (Ex CFDT et PSU) et évidemment DSK affichent une prédilection pour les nominations plus que pour les élections. L’écrasement de DSK par Ségolène Royal a démontré à quel point un Strauss-Kahn était plus un homme de salon qu’un homme de combat. Il ne suffit pas de moucher un Ministre des finances médiocre (Nicolas Sarkozy) un soir sur un plateau de télévision pour faire un bon candidat. N’oublions pas que DSK avaiy=t beaucoup d’admiration pour un Jacques Delors qui, faut-il le rappeler, ne fit pas preuve d’un esprit démocratique lors des débats européens sur le traîté de Maastricht. Jacques Delors était à cette époque à la tête de la Commission européenne.

                                    Alors, quelques semaines avant les primaires de gauche (9 et 16 octobre), quelques mois avant l’élection présidentielle, faisons l’effort de constater que DSK n’est pas indispensable. Bien au contraire, il est l’ « exemple » même de ce qu’il ne faut plus faire, de ce à quoi il ne faut surtout plus croire !

                                    Place au courage, ce courage disait Jaurès, qui est d’aller à l’idéal...

                                    Chris

                                     

                                    http://www.desirsdavenir.org/participatifs-les-ateliers/en-partage/les-debats-participatifs/4-les-cafes-sego.html

                                    "

                                     


                                    • Defrance Defrance 25 août 2011 20:21

                                       Bâton Merdeux ou baton Spermeux ? serait il bi le Dominique ?


                                      • Defrance Defrance 25 août 2011 20:35

                                         D S K , le satyre du père Noël est une ordure ?

                                         Et les qualificatifs, même celui du père noël lui vont très bien puisque certains y croient encore ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Anthony Rigot

Anthony Rigot
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès