Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ecolos : 1 Vert ça va, 3 Verts bonjour les dégâts !

Ecolos : 1 Vert ça va, 3 Verts bonjour les dégâts !

Le « Vert » est dans le fruit !. Entre faits et propagande, l’écologie politique surfe sur la vague déferlante de la « Nouvelle économie ». 

RELIGION de l’ "ECOLO-CREDO"

Ces derniers temps, et surtout depuis que certains politiques et quelques scientifiques envahissent les médias avec pour seule thèse que les catastrophes naturelles en tous points de la planète qui nous sont transmises en direct sont la conséquence de la seule activité humaine, soulignant abondamment le gaspillage consumériste de cette société "capitaliste" en omettant de préciser que les régimes communistes et socialistes prônent la même philosophie de production et que la seule différence réside en la redistribution des richesses accumulées et non dans la recherche de moyens d’en produire d’autant moins que pour le collectivisme, la mise au travail de l’ensemble de la population peut se faire au détriment des conditions de travail rendues plus pénible par un recours moins systématique au progrès technologique générateur de chômage.

Sauf à défendre, ce que par ailleurs, on commence à entendre au fil de leurs discours de plus en plus dirigistes, une décroissance pour tendre vers une vie en commun meilleure...supposée.

Ni plus ni moins qu’un saut dans le vide et sans parachute (doré ou non !).

ECOLO-DOGMES

Et ceci sur base d’une science récente loin d’être exacte dont les graphiques et certitudes de l’avenir se basent sur la mise en perspective de phénomènes et relevés chiffrés d’un passé relativement récent à l’échelle de la planète.

Ces modèles mathématiques sont semblables à ceux que l’on pourrait utiliser pour tenter de pronostiquer les résultats du Lotto ou de la Bourse de New-York sauf qu’en l’occurence, leurs prédictions alarmistes visent à modifier l’ensemble des comportements de la totalité des humains vivant sur Terre : une sacrée mondialisation de la "Pensée Unique".

A tel point, que toute critique faite à l’encontre des conclusions du Giec (groupement d’experts intergouvernemental) provoque non seulement l’ire de ceux-ci mais aussi des appels à sanction au plus haut comme le montre le fait récent avec l’affaire C.Allègre qui apparait, à leurs yeux, comme le fer de lance d’une vile entreprise de dénigrement de la seule vérité vraie...oui, mes frères comme au sein d’une secte pour laquelle l’affrontement des idées n’est tout simplement pas autorisé et que seule la mise à l’écart voire l’excommunication sied à ces dissidents !.

Le pire, c’est que l’opportunisme tant politique que financier peut trouver dans ce message simplissime, un formidable vecteur de manipulation des esprits et de reconditionnement des comportements quitte, du moins pour les partis politiques de gauche, à mettre à mal de manière pour le coup "durable", tout l’édifice de prospérité qui objectivement a permis aux humains de vivre de manière globalement plus décente, surtout depuis que les régimes communistes ont compris l’intérêt d’accéder à l’économie de marché, tout en ne niant pas l’évidence de certaines disparités encore bien trop flagrantes la plupart du temps dues aux potentats locaux craints par une population défavorisée culturellement et économiquement privée des richesses accumulées au seul profit d’une caste entourant le pouvoir corrompu.

Nul doute que la propension avec laquelle les populations sont sujettes à se laisser guider par les nouveaux tribuns aux discours manichéens renforcés par le fait même que toute catastrophe aux quatre coins du globe les plus reculés est rapportée "live on TV", on risque fort d’assister soit à un appauvrissement global soit plus probablement au constat que les régions les plus développées se retrouveront, victimes d’un sentiment de honte coupable, submergées de taxes et obligations de suivre une quantité de restrictions administratives et règlements astreignants afin d’annihiler toute progression du niveau de vie sous-tendant une surconsommation si répréhensible.

Une ère de "dévolution" (néologisme associant dévotion et évolution négative) s’ouvre à l’humanité avec pour effet de culpabiliser tout qui ne serait pas digne des préceptes auto...proclamés de consommation et de production respectueux de l’environnement tout en se gardant de réprimander pour ce qui concerne les porteurs de cette doctrine écologique leurs voyages aux antipodes pour assister à des symposiums, congrès et autres conclaves alors que la vidéo-conférence est opérationnelle et "éco-compatible".

Pour autant que les caméras soient présentes, les plus habiles d’entre eux effectuent à vélo (embarqué dans l’avion) le court trajet les séparant de l’hôtel au lieu de la conférence !.

De même et à titre d’exemple parmi tant d’autres, aucun de ces ayatollahs verts ne semblent perturbés par le gaspillage énergétique lié aux incessants déplacements de délégations avec armes et bagages que constituent, entre parenthèse, les trois Parlements européens situés en trois villes et pays différents

Pour le surplus anecdotique, quelle attitude adoptent-ils face aux barbecues entre amis, feux à la sortie d’hiver, brulages de pneus et palettes lors de grêves...et enterrements humains générateurs de pollution des nappes phréatiques sans parler de la perte de terres !.

ECOLO-PROPAGANDE

L’influence politique des écologistes fut rapide et favorisée par une utilisation systématique et "complaisante" des médias tant par les reportages de saccage de champs supposés transgéniques que par les manifestations anti nucléaires...dites pacifiques et qui souvent tournaient en affrontements musclés.

D’aucuns comparent cette machine de cette propagande écologique ultra-gauche plutôt efficace à celle utilisée par des régimes dits staliniens, convictionnels et dictatoriaux.

En effet, nous retrouvons au premier plan, les gardiens de la vérité écolo-pseudo-scientifique (GIEC) épaulés par quelques sympathiques communicants médiatiques de talent (Yann Arthus Bertrand, Nicolas Hulot et le déclencheur, actuellement en retrait, de ce déferlement Al Gore) avec en appui des commandos (collectifs divers, Greenpeace...) sans oublier l’armée des militants guidés par les "élites élues" censées imposer le message au niveau politique.

Avec pour corollaire, de plus en plus instillé au fur et à mesure des succès engrangés, que ceux qui ne se convertiraient pas à cette doctrine, qui seule peut assurer la survie de l’espèce humaine et la sauvegarde de la planète, seront "excommuniés" et ne feront pas partie de ce peuple d’élus des petits hommes (et femmes) verts...voguant sur l’Arche de Noécologique !.

SORCIERS et TOTEMS de ces nouveaux Martiens

Avec, au départ d’arguments inattaquables en ce qu’ils promeuvent la protection de la nature et des générations futures faisant ainsi appel à la sensibilité naturelle des humains, ces écolos-politiques jadis hostiles à notamment la pollution visuelle de tous pylones GSM réussissent à détruire tout paysage maritime et/ou terrestre avec l’érection d’éoliennes et bientôt l’autorisation systématique pour tout particulier d’installer, fut-ce à taille réduite, de ce type d’équipement.

On notera, par ailleurs, que ces champs de pylônes trouvent essentiellement place en zone résidentielle et agricole alors que cette nuisance eut été limitée via une implantation au sein des nombreux zonings industriels existants ou en bordure d’autoroutes, de voies ferrées...

Question se pose quant aux retombées des taxes communales qui, à l’évidence, incitent ces gestionnaires communaux à préférer un apport financier au budget communal au mépris de la qualité de vie de ses propres concitoyens plutôt que de partager cette manne "écolo-financière", avec l’ensemble des communes limitrophes des voies autoroutières.

Toutes choses égales par ailleurs, rappelons-nous des premiers humains qui pour se rassurer et tenter de calmer les "dieux" rendus responsables des catastrophes qu’ils subissaient, s’inventaient nombre de rituels, d’offrandes et de sacrifices animaux et humains souvent prémices des religions sans la moindre efficacité et qui cependant ont, pour certaines de ces pratiques, encore cours aujourd’hui...

Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions !.


Autre article "visionnaire" de 2007 : Ecologie : Apocalypse Tomorrow.

Lien : http://infotox.skynetblogs.be/post/4385212/ecologie-apocalypse-tomorrow

 

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Emile Red Emile Red 22 avril 2010 11:54

    Dramatiquement nul, non avenu et sans aucune source.

    La cosmologie des Shadoks vu par le trou du cul des pompes à cosmogol.

    Dire qu’il y a encore des personnes prêtes à croire que la boboïtude est de gauche...

    En guise de signature vous auriez dû parapher votre article : Bozo le gros bobo..


    • kataroff kataroff 22 avril 2010 13:46

      Quel magnifique contre argument...


    • apopi apopi 22 avril 2010 23:32

      Dévolution ? un bon disque du groupe « De Vision » à part ça et à propos de cet article, circulez il n’y a rien à voir.
       Se donner autant de peine pour enfoncer des portes ouvertes...


      • Daniel 23 avril 2010 10:46

        Très bon article :
        L’écologie est une très bonne idée. Mais comme toute bonne idée, elle a été dévoyée et récupérée par des « politiques » inconséquents. Ils ont commencé de parler d’écologie quand ils y ont vu un intérêt. En toute logique, l’écologie demande de produire moins, mieux et elle est incompatible avec la croissance à tout prix. Elle demande de consommer moins aussi ! L’écologie pour produire « plus de voitures » même si celles-ci consomment moins, est-ce raisonnable ? Est-ce écologique ? Que l’état aide financièrement, est-ce juste ? Posons-nous les bonnes questions et résistons à la propagande.


        • alceste 26 avril 2010 10:08

          Excellent article, qui dénonce fort justement les dérives politico-financières d’une science pourtant fort respectable, l’écologie. Quand la science se laisse happer par l’idéologie, quelle qu’elle soit, les résultats sont désastreux, et c’est le cas ici.
          En ce qui concerne la frénésie d’implantations d’éoliennes dans les derniers coins de campagne un peu retirés , les industries qui en font commerce ont largement profité de la pauvreté de certaines petites communes pour obtenir leur accord, et ce d’autant que les lignes d’éoliennes sont installées à la limite avec d’autres communes, qui ne bénéficieront pas de la manne, mais qui verront leurs chemins défoncés et leurs sites touristiques ruinés sans compensation : c’est ce qui se passe en Montagne Bourbonnaise...
          A partir du moment où les promoteurs ont fait valoir que les mâts métalliques d’une hauteur totale de 135 mètres « vont s’intégrer harmonieusement dans le paysage », aucune objection n’’a été jugée recevable quant à l’implantation de 8 éoliennes sur une ligne de crête bien visible à des dizaines de kilomètres à la ronde.
          C’est ainsi que des sites aux noms évocateurs de l’histoire de la région, le Roc des Gabelous, le Chemin de la Ligue, le Rocher Saint Vincent - qui ne rapportaient rien à personne , sinon un sentiment de beauté et de sérénité ( sentiments bien passéistes et bourgeois, il faut le dire), entreront de force dans la productivité et contribueront à la prospérité d’une firme industrielle dont je tairais le nom pour ne pas lui faire de publicité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès