Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Edgard Pisani : citoyen du Monde

Edgard Pisani : citoyen du Monde

Mon premier vrai job, à la sortie de Sciences Po, fût de travailler avec Edgard Pisani, comme assistant parlementaire. Ma vie commençait bien… En 1979, Pisani « éclairait » encore fortement l’opinion publique… sa vie était une véritable légende. Résistant, Ancien ministre de De Gaulle, en rupture avec la droite en mai 1968, il soutient la révolte étudiante (il faut relire son discours à l’Assemblée de l’époque), et rejoint enfin le Parti Socialiste après 1974.

Cette rencontre fût mémorable. C’est Eric Orsenna, qui était mon professeur d’économie à Science Po, qui me mis en contact avec lui  : « Il cherche un assistant parlementaire au Parlement européen, c’est un bon job, un bon départ dans la vie professionnelle… ». Rendez-vous fût pris… mais dans le train Paris Strasbourg… j’habitais alors Nancy, donc sur le trajet. Un horaire de train, un wagon, un numéro de place donné par sa secrétaire au téléphone… étrange entrée en matière. Le cœur battant, inquiet j’embarquais et trouvais rapidement le compartiment.

Il faut s’imaginer aussi physiquement Edgard Pisani, belle allure, un profil taillé dans le marbre à la manière des princes italiens. De fait j’entrais dans sa vie, au rythme même de sa vie, l’allure d’un train à grande vitesse. C’était sans doute un peu trop vite, trop rapide, il me fallut quelque temps pour trouver mon équilibre. Je dois cette adaptation à sa secrétaire au Sénat et surtout à son épouse de l’époque Isola Pisani qui tempérait son ardeur à mon égard. Il fallait faire vite et lui démontrer très vite si l’on était à la hauteur, à la sienne….

Quelques jours après mon embauche, je me souviens d’une réunion en petit comité avec Christian Blanc, directeur de cabinet de Michel Rocard et Jean-Paul Ciret son responsable de communication. C’était bien avant 1981, à un moment où Michel Rocard tentait sa chance pour la présidentielle. Il fallait lui préparer un papier pour le journal le Monde. Et bien sûr Edgard Pisani se tourne vers moi, Jean va le faire… oups, heureusement Isola y mis le holà à mon grand soulagement.

Il reste néanmoins qu’Edgar Pisani fut mon premier formateur… exigeant, tyrannique à l’excès, mais aussi paternel, affectueux.. J’ai avancé alors à pas de géant avec lui. Lorsque nous traversions le jardin du Luxembourg pour rejoindre le Sénat, il parlait à voix haute, il me parlait : c’était comme si l’histoire n’était plus un livre… elle était là… pour moi, pour moi seul à cet instant.

Le destin frappe à la porte. Ma sœur ainée, bien plus âgée que moi, eut son premier poste d’institutrice au Haute Marne à Liffol-le-Petit. Sa première visite officielle fût celle d’Edgard Pisani préfet du département de 1947 à 1955 … je le lui raconte et cela l’amuse…

Notre histoire s’est achevée tristement. Très proche de sa femme Isola, je la croise sur le boulevard Saint Germain m’apprêtant à aller gare de l’Est prendre mon train pour Nancy. Je le voie bien, elle est mal…, elle est souvent mal (elle a perdu son unique fils à l’âge de 19 ans, tué dans un accident de moto). Nous parlons un peu, elle s’apprête de son côté à retourner à Valpuiseau dans l’Essonne où les Pisani on leur propriété. J’hésite à la laisser seule et lui propose de l’accompagner. Elle ne veut rien entendre et m’encourage gentiment à rejoindre ma famille à Nancy. C’est un ange qui passe à cet instant sur moi, sur ma vie … mon destin aurait pu basculer tragiquement.

Je prends mon train, sur le quai, ma femme m’attend, ce n’est pas dans ses habitudes, vues mes nombreux allers et retours entre Nancy et Paris. Elle est blanche comme un linge… « Mme Pisani s’est tuée accidentellement en voiture, ils viennent de l’annoncer au journal de 20 heures… ». Cette rupture marqua la fin aussi de mon aventure professionnelle, c’était à quelque mois de la victoire de François Mitterrand à la présidentielle de 1981. Le jour de l’enterrement d’Isola, sortait son dernier livre (elle était écrivain) dont le titre était : « Mourir n’est pas mourir », cela ne s’invente pas.

Edgard Pisani est né le 9 octobre 1918 à Tunis, il va bientôt avoir 96 ans à la rentrée. A l’âge de 18 ans il « monte » à Paris pour s’inscrire en Khâgne. La guerre arrêtera ses études, qu’il ne reprendra jamais… l’aventure commence. Il rejoint la résistance intérieure. Tout jeune homme il contribue activement à la libération de Paris (C’est Michel Piccoli qui interprète son rôle dans Paris brûle-t-il ?)

Il est naturellement remarqué pour sa bravoure par le Général de Gaulle et le Conseil national de la résistance, qui le nomment sous-préfet en 1944, il a 24 ans ! Il devient le chef de cabinet du préfet de police de Paris, puis directeur de cabinet du ministre de l’intérieur André Le Troquer en 1946, il épousera sa fille. C’est à cette date qu’il sera nommé préfet de la Haute Loire, puis en 1947 de la Haute Marne. Il sera sénateur de ce département de 1954 à 1961 au groupe du rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique.

Il poursuit sa carrière et fonde le Mouvement pour la réforme (MPR, gaulliste de gauche), il devient député en 1967 UD-Ve .Sa carrière ministérielle commence en 1961 comme Ministre de l’Agriculture dans le cabinet de Michel Debré, puis de Georges Pompidou de 1962 à 1966. Il sera un grand ministre de l’Agriculture qui marquera la mémoire du monde paysan ; il sera aussi le père de la Politique Agricole commune de la CEE (la PAC). Il sera aussi ministre de l’Equipement de 1966 à 1967, il quitte la majorité gaulliste en désaccord avec la volonté de Georges Pompidou de gouverner par ordonnance. Mai 68 sera l’occasion pour lui de rompre définitivement avec la droite. Il retournera au Sénat de 1974 à 1981, d’abord comme non-inscrit, puis il rejoindra le groupe socialiste.

La victoire de François Mitterrand ne lui ouvrira pas en grand les portes des ministères comme il l’espérait, il s’imaginait bien Ministre de l’Education, ce sera Savary qui l’emportera. L’épisode de son soutien à la candidature de Michel Rocard est resté en travers de la gorge de François Mitterrand. Il sera toutefois nommé à la commission, de Bruxelles pour représenter la France. Et c’est là que nos chemins se sont séparés.

La crise en Nouvelle Calédonie amènera le Président de la République à faire appel à lui, il le nomme Haut-commissaire de la république en Nouvelle Calédonie de 1984 à 1985, puis ministre plein de mai à novembre 1985. Avec Christian Blanc il fera un excellent travail et réussira à ramener la paix par une réorganisation administrative du Territoire et l’inscription dans le calendrier d’un référendum à l’autodétermination.

De 1986 à 1992 (il a 74 ans) il occupe les fonctions de chargé de mission auprès du Président de la république. Il présidera aussi l’Institut du Monde Arabe de 1988 à 1995, présidence houleuse et difficile. Il entre au Conseil économique et social en 1992.

D’un point de vue familial il épousera aussi en secondes noces Fresnette Ferry, la fille d’Abel Ferry (le neveu préféré de Jules Ferry, né en 1881-mort dans les tranchés en1918). Il est le père du journaliste Francis Pisani et de l’économiste Jean Pisani-Ferry.

Il est l’auteur d’une multitude d’ouvrages du Général indivis, éd. Albin Michel, 1974 qui réunit ses souvenirs du général de Gaulle à l’Utopie foncière, édit. Gallimard, 1977, préfacé par Michel Rocard, le Socialisme de raison, éd. Flammarion, 1978, Un vieil homme et la terre, éd. du Seuil, 2004, le sens de l’Etat, éditions de l’Aube, 2008.

Pour finir j’aimerai le citer, lui si bien placé pour résumer son engagement : « on me prend pour un sage, alors que je suis quelqu’un de « fou ».

Jean-Marie Guilloux a dit de lui : « Car plus qu’une figure, vous êtes une voix… Celle d’une exigence constante et reconnue. Car jamais, Edgard Pisani, vous n’avez changé de cap. Guidé à la fois par une inébranlable conviction républicaine issue de la résistance et une inclination constante pour le destin des hommes, vous êtes l’animateur du combat incessant pour un équilibre du Monde ».

Encore récemment, toujours sur le pont, malgré son grand âge il préconisait de créer sous l’autorité de l’ONU un « conseil international de la sécurité alimentaire et du développement », chargé de la gestion et de la prévention des crises. Celui-ci aurait autorité sur les choix stratégiques de la FAO, du FMI et de la Banque mondiale.

Edgard Pisani, continue encore aujourd’hui à consulter, à être entendu par les plus grandes autorités de la planète, il pense, il réfléchit, il s’affranchit…


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • antonio 6 août 2013 17:24

    Merci pour cet article ; bien de vieux Hauts Marnais se souviennent encore de lui avec sympathie.


    • jo1934 6 août 2013 19:19

      Je ne suis pas allé au bout ! Des fautes d’orthographe insupportables : ’’ Il mi(s) ....,je voi(e)....,vu(es que..., et....’’ !!!
      Je ne sais pas comment Pisani pouvait supporter ce niveau orthographique ...


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 août 2013 20:12

        Mon pauvre garçon prend un lexomil cela ira mieux après....


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 août 2013 20:14

        Pas seulement les vieux...les pas encore trop vieux aussi s’en souviennent.


        • jako jako 7 août 2013 08:15

          Bonjour Jean, je l’ai entendu il y a quelque temps , brillant. A cette occasion il avait dirigé un ouvrage collectif sur les problèmes d’alimentations dans le monde, son dada qui fait le tour de la question.


          • jako jako 7 août 2013 09:47

            Ce petit fascicule ( petit mais bien rempli) porte le titre de « une politique mondiale pour nourri le monde » tous les problèmes actuels ( de 2007 mais cela n’a bien sûr pas changé) y sont décrits, éditions Springer, pour se battre là dessus à son age cela démontre la profondeur du personnage.


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 11:16

            Bonjour Jako,

            J’ai le souvenir de l’avoir accompagné au fin fond de la campagne, dans un petit village alsacien où il venait faire une conférence sur la PAC.... c’était sidérant de voir comment il captait son auditoire, beaucoup de pédagogie portée par un engagement sincère

             

             


          • zozoter 7 août 2013 09:39

            Qu’il se trouve 3 personnes sur 6 qui moinssent cet article démontre me semble t il que nous sommes très près à la Guerre civile. Et ceci pour le + grand bonheur de l’Empire. Çà va être terrible. Comment peut on être contre, un article comme çà. Sur Attila, cela aurait été plus consensuel.


            • oncle archibald 7 août 2013 10:06

              Des personnes qui ont la carrure, la netteté de conscience, la vision à long terme et la capacité de travail d’Edgar Pisani il n’y en a pas à la pelle. Pour tout dire il en manque cruellement aux postes à responsabilité dans la France de 2013 ....


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 11:04

              @Oncle Archibald,

              Oui ils nous en manquent cruellement.... trop de blablateurs...

               


            • oncle archibald 7 août 2013 11:57

              Pour la plupart le projet important c’est d’être réélu ou faire partie du prochain ministère .... Des hommes qui avaient une vision et un projet clair comme Edgard Pisani étaient déjà rares lorsqu’il était aux affaires et cruellement manquants aujourd’hui. 

              Les seuls ministères bien gérés sont celui des belles promesses et celui du baratin soporifique ... Quand on est dans l’opposition passe encore, ça n’a pas de conséquences sur le court terme, mais quand on est aux commandes de l’état ça ne va plus du tout .

              Ca va encore moins bien quand une majorité de Français en sont conscients. Je trouve la situation actuelle, avec perte de confiance de la population non pas envers une majorité mais envers tous les partis capables d’accéder aux responsabilités, donc envers le système démocratique, très préoccupante. 

            • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 14:32

              Oncle Archibald,

               

              préoccupante est le mot... on peine voir la relève...


            • volpa volpa 7 août 2013 11:17

              Jean PELLETIER.

              Veuillez réviser votre copie.

              Çà sert à quoi d’ être allé à l’école ?.

              Il aime se raconter et surtout des conneries.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 14:31

                Oui maître, je vous prie de bien vouloir m’excuser....


              • volpa volpa 7 août 2013 14:49

                Monsieur Pelletier,

                Je ne suis ni le maître, ni le soumis à quiconque.

                Je ne connais qu’un mec à la hauteur ces dernières années. C’est De Gaulle.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 16:29

                Oui Maître.... je vous suis maître...


              • Furax Furax 7 août 2013 12:00

                Bonjour jean,
                Article émouvant sur une personnalité attachante dont l’ouverture d’esprit est la marque de fabrique ainsi que l’engagement passionné pour tout ce qui fait progresser une société plus juste.
                J’ai bien connu en Afrique un de ses collaborateurs (il fit également partie des proches de Sankara), Guy Delbrel. Peut-être le connaissez vous ? Il m’avait longuement parlé, toujours en bien, de son ancien « patron »....


                • ZEN ZEN 7 août 2013 12:16

                  Pisani a courageusement critiqué sa politique agricole à marche forcée pratiquée sous De Gaulle, notamment cette volonté de faire de la Bretagne cette région d’élevage forcené dont nous voyons les conséquences funestes aujourd’hui. Il écouta trop les sirènes de la FNSEA, allié du parti gaulliste et des lobbys semenciers
                  La politique de l’OMC est à remettre en question


                • kergen 7 août 2013 13:17

                  C’est quoi l’intérêt de l’article ?
                  Je connaissais vaguement Pisani , cet article ne me le fait pas mieux connaître et ne me le rend ni plus honorable ni plus sympathique.
                  Surtout quand l’auteur ose écrire qu’en 85 Pisani avait apporté la paix en NC. Faut être soit cinglé, soit malonnête soit ignorant pour oublier les évènements qui ont ensanglantés cette île deux ans à peine après le départ de Pisani.
                  C’est Rocard qui a solutionné le problème.
                  Sinon, quoi ? Rien, l’auteur se contente de nous déballer des histoires persos sans aucun intérêt et de nous faire le parcours d’un carriériste.
                  On était en droit d’attendre mieux sur quelqu’un comme Pisani


                  • kergen 7 août 2013 13:23

                    J’attends toujours qu’on me dise en quoi le bonhomme est exceptionnel.
                    Qu’est ce qu’il a fait dans la résistance ?
                    Qu’est ce qu’il a fait de marquant avec de Gaulle ?
                    Qu’est ce qu’il a fait de marquant avec Mitterand ?
                    Quelle est son oeuvre ?
                    Quant au MRP, il n’a JAMAIS été de gauche. C’est un mouvement centriste de droite créé pour recycler la droite éradiquée pour fait de collaboration massive.
                    Prétendre que le MRP c’était des gaullistes de gauche quand on est sorti de science po dans les années 70 est quand même.....


                    • kergen 7 août 2013 13:28

                      Erratum, pan sur le bec, j’ai lu MRP quand il fallait lire MPR.
                      Mais bon, MPR.... c’est dire l’importance de parti.
                      Pas grave, ça a permis à Pisani de devenir parlementaire en pleine UDR et grâce à celle ci pour être parlementaire ....socialiste, 7 ans plus tard.
                      Non, rien qui en fasse un homme d’exception. Merci d’être plus explicite.


                    • kergen 7 août 2013 14:06

                      Au fait , pourquoi « citoyen du monde » ????


                      • Mr Dupont 7 août 2013 14:38

                        Mr Kergen

                        Je peux vous expliquer en quoi Mr Pisani est exceptionnel pour Mr Pelletier

                        Mr Pisani à eu la chance de croiser Mr Pelletier

                        Mr Kergen : connaissez-vous Mr Pelletier ?

                        Non ?

                        Dommage pour vous ; vous ne serez jamais un article sur Agoravox


                      • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 14:43

                        Dupont..... toujours aussi.....


                      • Mr Dupont 7 août 2013 14:52

                        Mr Pelletier

                        Les mots vous manquent ?

                        Je vais vous aider

                         « Mr Dupont : vous êtes toujours aussi exceptionnel »

                        Merci , mais je le savais déjà


                      • kergen 7 août 2013 16:01

                        En tout cas, je note que Pelletier est absolument incapable de nous dire pourquoi son homme exceptionnel est exceptionnel.


                      • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 16:32

                        je ne pensais pas vraiment à exceptionnel, mais plutôt quelque chose qui rime avec Dupont smiley


                      • volpa volpa 7 août 2013 14:53

                        Monsieur Pelletier,

                        Je vous reconnais la qualité d’être poli.

                        Le défaut est de vous raconter même si c’est à travers Pisani.

                        Un fond sympa et en même temps énervant.


                        • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 16:34

                          Mais Monsieur Volpa,

                           

                          Si cette manière de faire et d’écrire ne vous plait pas, rien ne vous oblige à la faire...

                           

                          http://jmpelletier52.over-blog.com/categorie-12232322.html

                           


                        • volpa volpa 7 août 2013 17:33

                          Si j’ai bien compris, c’est une thérapie par l’écriture !.


                          • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 août 2013 17:43

                            avec, ne vous en déplaise des lecteurs... de nombreux lecteurs !!!


                          • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 7 août 2013 19:49

                            Comme le dit Zen, la politique de De Gaulle de transformer l’agriculture de terroir en agriculture intensive a été une erreur, mais à l’époque, l’écologie n’existait pas, et Monsanto non plus... , c’est facile de refaire l’histoire 70 ans après.

                             Pisani ne semble pas avoir retenu grand chose du souci d’indépendance de la France, l’obsession de De Gaulle, et comme tous les socialistes, Pisani nous a vendus à l’ UE pour un plat de lentilles....

                            Ce n’était pas du tout le projet européen de De Gaulle, qui voulait la même chose que Chavez, des pays indépendants et souverains qui signent des accords de coopération, et rien d’autre.

                            Pas d’armée commune, pas de monnaie commune, pas de disparition des frontières ni des Nations, pas de porte ouverte ni aux anglais ni aux américains.

                            On nous beaucoup menti sur De Gaulle, justement parce qu’il n’était pas favorable à une Europe fédérale.
                            On le redécouvre aujourd’hui que cette Europe a fait faillite.

                             Livre d’Alain Peyrefitte : « C’était De Gaulle », il ne s’agit pas d’une interprétation, mais des milliers de notes prises lors des Conseils des Ministres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès