Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > EELV guillotiné par l’arrivisme

EELV guillotiné par l’arrivisme

Petite leçon de cynisme et d'immoralité pour édifier les générations futures

Le dernier remaniement du gouvernement Valls est, on le sait, un acte sans importance autre que politicienne dans le cours du quinquennat de M. Hollande, qui a choisi dès 2012 la stratégie du désastre politique, optant à peine élu pour la trahison de ses engagements. L' « ennemi de la finance » en est l'agent le plus dévoué, et ce n'est pas M. Macron, banquier de son état avant de devenir ministre, qui démentirait ce propos (quoique... !)

On est ainsi en droit de considérer que tous ceux qui ont suivi depuis son élection le Président de la République, quitte à l'abandonner (volontairement ou non) plus tôt que ne l'a fait une autre ancienne patronne des « Verts » Mme Duflot, ne sont des gens « de gauche » que sur le papier si l'on en juge par la politique de droite conduite sous les auspices de M. Ayrault et de M. Valls.

Le quinquennat Hollande donne aujourd'hui très clairement à « la gauche de gouvernement » actuelle sa vraie dimension, celle de l'arrivisme, du carriérisme et de la compromission. On pourrait ajouter que cela s'était aussi vérifié avec les deux septennats Mitterrand de triste mémoire.

On va risquer que M. Hollande, pas plus à gauche, mais pas plus à droite que M. Mitterrand, est un centriste (un homme de droite donc) comme son mentor, l'habileté politicienne en moins, dans la bonne tradition des sociaux démocrates français depuis 1945. Il aime d'autant plus jouer avec les symboles sociétaux que sa politique économique et sociale reste systématiquement à l'écoute du MEDEF et de ses réclamations incessantes contre les salaires et le droit du travail.

Ce cacique de la politique n'a même pas réussi à revêtir durablement le costume d'un chef de l'Etat solide et structurant après les attentats islamistes du 13 novembre 2015. Soyons juste, il a essayé. Supposons qu'il s'est trompé de job, en croyant que l'ENA donne un statut dans la fonction publique et parallèlement l'épaisseur politique qui sied à un leader. Notre grande école aurait de nombreux défaut, mais elle a au moins celui, évident, de ne pas faire d'un esprit doué un grand esprit.

Soyons cependant assuré que si M. Hollande peut se tromper dans le choix d'un métier (ou alors, illustre-t-il parmi d'autres le « principe de Peter » ?), il ne se trompe jamais d'amis. On parle ici des oligarques qui détiennent aujourd'hui grâce à lui et aux « grands médias » qui leurs appartiennent, les leviers de commande.

Le départ de Mme Taubira, au prétexte fallacieux qu'elle ne transige pas sur certains principes ( les attaques contre le droit du travail ou la politique salariale par exemple ne l'ont guère émue, ce qui laisse supposer que pour elle, ils n'ont rien à faire avec les grands principes), a été une tragi-comédie, sinon une farce ubuesque tout juste susceptible d'animer les salles de rédaction pendant quelques jours.

Tous ces gens étaient d'accord sur le fond, l'UE, l'Euro, l'austérité, et l'atlantisme. Rappelons que le chef de l'Etat, comme quelques uns de ses ministres telle Mme V. Belkacem, fait partie des « young leaders », structure d'influence des Etats Unis en Europe qui recrute beaucoup aussi chez les journalistes.

Les Verts ont pourri par la tête

Admettons à présent que des professionnels de la politique, fussent-ils dans le bain jusqu'au cou comme Mme Cosse, n'aient pas bien mesuré les dérives de l'équipe Hollande, qui sont trop nombreuses pour être listées ici, tout comme d'ailleurs le bilan de M. Fabius au Quai d'Orsay ne saurait être qualifié en quelques lignes, tant la France sort amoindrie de ses choix de politique extérieure, qui sont en gros ceux des Etats Unis, parfois en pire.

Mais voilà : il est impossible de trouver l'ombre d'une excuse au reniement de la patronne de EELV, du moins si l'on se réfère à certaines de ses récentes déclarations répercutées par Libération sous le titre : « Quand Emmanuelle Cosse s'opposait fermement à la déchéance de nationalité dans la Constitution ». Attristons-nous donc d'un tel naufrage moral en lisant ce bref communiqué :

« Remaniement.

En novembre, Emmanuelle Cosse, nouvelle ministre du Logement mais alors secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, estimait dans un entretien à Libération que l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution serait un fait « scandaleux et extrêmement inquiétant » :

« Si nous faisons ça, nous tombons exactement dans le piège que veut nous tendre Daech. Ce serait inefficace voire contre productif pour lutter contre le terrorisme, car cela installerait l'idée qu'il y a un problème avec les personnes qui ont une double nationalité. (...) »

Et elle rejoint le gouvernement qui vient de faire adopter cette mesure par l'Assemblée nationale. Si au moins le Chef de l'Etat lui avait téléphoné avant qu'elle fasse semblant d'avoir un avis politique tranché sur un fait politique ! Mais non, tel n'est pas le cas.

Elle est suivie (ou précédée ?) dans sa honteuse équipée par deux brillants collègues dont, n'en doutons plus, l'écologie est le premier souci, même si ils n'appartiendrait plus à EELV :

« - Jean-Vincent Placé est nommé secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification.

-Barbara Pompili est nommée secrétaire d'Etat chargée des relations internationales sur le climat »

Mme Pompili et M. Placé ont paraît-il beaucoup oeuvré dans l'ombre depuis un bon moment pour accéder « au maroquin », en l'occurrence un demi maroquin, (à la mesure de leurs talents ?), ce qui paraît être la marque d'un mépris affiché par MM. Hollande et Valls pour ces deux « gagneurs » à la petite semaine. Perdre sa dignité pour si peu, voilà qui est dommage. A moins que cette dernière, de guerre lasse, ait seulement pris des vacances bien méritées devant ce misérable ralliement « téléphoné » à un gouvernement en plein naufrage. Comment ne pas juger cette attitude extrêmement préjudiciable à l'idée déjà fort sombre que tant de Français se font de leurs personnels politiques ?

Mais Mme Cosse a fait vraiment très fort Secrétaire nationale d'Europe Ecologie Les Verts au moment où elle a pris sa décision (forcément courageuse ?), se trahit peut-être, ce qui est difficile à croire, trahit ses idées, du moins celles qu'elle proférait abondamment, et surtout ses camarades, pour un ministère, un vrai. Si mon esprit mathématique a encore un peu de vigueur, j'en déduis qu'une planque au gouvernement vaut une vie de (fausses ?) convictions assénées à grand renfort de cris et d'indignation. En ces temps de crise monétaire, le maroquin ministériel peut donc encore acheter des consciences, dont le « juste prix » sera laissé au débat des citoyens goguenards, mais un brin ulcérés par cette mauvaise course aux bonnes places. Donc Mme Cosse peut à bon droit être soupçonnée de n'avoir, à ce jour au moins, aucune vraie conviction. Pour les années précédentes, que penser ?

Dans ce contexte lamentable qui voit des ambitions subalternes s'afficher au grand jour quand le pays vit l'une des plus grandes crises de son histoire, on est en droit de s'interroger à propos des membres d'EELV qui ont porté Mme Cosse à la tête du parti. Il est certes injuste de mettre tout le monde dans le même sac, mais nul n'empêchera les citoyens de se poser des questions : ces militants valent-ils moralement et politiquement ce que vaut cette dame, à savoir pas grand chose ? A-t-on à faire à des brigands en bande organisée sans ambition réelle, mais prêts à se vendre eux aussi pour un médiocre poste gouvernemental, quand on sait en outre que le vrai pouvoir n'est plus à Paris ? Notre pays serait donc au moins partiellement entre les mains de tels démagogues (on ne les connaît pas tous !) attendant l'aubaine dérisoire d'une nomination ? A chacun de juger.

L'écologie étant matière sérieuse à vocation universelle, on va avancer que l'écosystème de l'écologie politique en France, ses engagements, ses projets, ses faciles emportements, son image d'honnêteté bohème, ses défauts liés à ce que l'on pensait être une éternelle jeunesse fleurant bon la campagne, et la confiance que de nombreux électeurs avaient encore en elle, sont morts. Petite cause, grand effet : l'anthropocène a tué l'écologie politique en France au détour d'un remaniement de seconde main. Que la vie est dure pour les espèces inadaptées à la rude concurrence pour la survie égotiste et alimentaire !

Quel profit pour M. Hollande ?

Le pays vacille, sous la haute autorité de M. Hollande, les petites ambitions pullulent telles les symptômes d'une grave maladie. Accueillir ces gens estampillés Verts dans le gouvernement de M. Valls n'est pas forcément un bon calcul pour la « majorité ». Ils n'amèneront pas les voix escomptées en 2017, tant leur indignité va en faire des pestiférés auprès de leurs anciennes troupes. Ils sont non seulement « comme les autres », mais en pire lorsqu'on s'attarde à lire ce qu'ils ont pu nous raconter. Ils seront un handicap de plus pour la « majorité », qui l'est à présent si peu. Si un calcul électoraliste préside à ces nominations, il y a de fortes chances pour qu'il soit erroné.

On a souvent critiqué le PCF pour être devenu une machine à nourrir sa technostructure. On va pouvoir rire de ces révoltés de salon dont le seul souci paraît être l'arrivisme, et le seul honneur celui de fréquenter les aires dorées du pouvoir républicain. C'est donc un mauvais coup pour EELV, dont on voit mal comment il pourra se relever de cette monstrueuse pantalonnade. M. Hollande, qui a lui-même tourné le dos à ses engagements, a en quelque sorte détruit les trois écolos qu'il accueille dans sa galère ainsi que EELV, victime collatérale de cette magouille de bas étage dont le président lui-même ne sort évidemment pas grandi. (Espérons au moins que sur de telles bases, les trois nouveaux venus au gouvernement s'entendront bien avec le Chef de l'Etat).

L'idée écologique, dont on pense ce que l'on veut, mais qui en dehors des gens supposés la porter reste essentielle, a été insultée et abaissée. Dans son ensemble, le monde politique se retrouve sali par cet épisode minuscule, fait de petits arrangements entre amis dans une impudence assumée. Le pays vaut mieux que cela.

Allons, souvenons nous que Stendhal a peint ce déjà pitoyable univers dans « Lucien Leuwen », et a réussi à en faire un joyau de la littérature. M. Hollande pour sa part a livré à l'Histoire une nouvelle petite leçon de cynisme et d'immoralité, domaine dans lequel il excelle, pour édifier les générations futures. Pour un homme politique en fonction, n'est pas si mal. Et après tout, chacun fait ce qu'il peut à son niveau pour embellir la culture française.

 

Pucciarelli.fr

omnibusactu-wordpress.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • sarcastelle 13 février 09:59

    On n’a pas plus besoin d’écologistes politiques pour protéger le cadre de vie que de cocos pour faire du social. Si EELV se porte mal, je m’en tamponne. 


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 13 février 10:09

      Il en va des verts comme des autres mouvements d’« opposition », ou « contestataires ».


      L’ambition personnelle des manipulateurs qui ont raté leur plan à droite - où les postes juteux sont réservés aux « héritiers » - les a amenés à des sinécures à gauche ou dans les syndicats ou dans les associations.

      La corruption a fait le reste.

      Les cent familles peuvent dormir tranquille : leurs sbires politicares font bien leur travail.

      • Daniel Roux Daniel Roux 13 février 10:21

        Bien sûr que les ambitions personnelles entrent en jeu, mais on ne peut pas exclure que certaines personnes croient sincèrement qu’elles auront plus de chance d’influencer le système de l’intérieur que de l’invectiver de l’extérieur.

        Bien sûr, elles se trompent. Le système est sévèrement verrouillé par ceux qui possèdent le seul vrai pouvoir, celui de l’argent, c’est à dire les riches actionnaires des multinationales.

        Hollande sait qu’il n’est que le gouverneur de la France avec un droit de vote consultatif au Conseil d’Administration du groupe Europe à Bruxelles, présidé par Merkel.

        Il était pathétique et (déjà) défait à la télé l’autre soir. Ses reculs et compromis boiteux ont dévoilé un homme à bout de souffle, désabusé, vaincu.

        Je commence à me demander s’il va se présenter pour 2017.


        • JBL1960 JBL1960 13 février 11:16

          @Daniel Roux Si je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il est impossible de réformer ce Système de l’intérieur, je le suis moins sur l’homme usé, fatigué, voire défait. Ce type est fou, et il nous l’a prouvé, aussi méfions-nous. Par ailleurs, sur l’illusoire Cop21 et les Verts de gouvernement, j’ai rédigé un billet que je me permets de vous coller ici ;
          https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/11/cap-vert-de-gris/ Et pour ma part, je pense qu’aussi bien Oblabla, qu’Hollandouille peuvent être maintenus dans leur poste si ça peux arranger les psychopathes aux manettes ce dont je m’explique dans ce billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/19/non-cest-n-o-m/ Mais, ce n’est que mon avis de Superflue notoire... smiley


        • jaja jaja 13 février 10:35

          @ l’auteur ; « Le quinquennat Hollande donne aujourd’hui très clairement à « la gauche de gouvernement » actuelle sa vraie dimension, celle de l’arrivisme, du carriérisme et de la compromission. »

          Notez que la gauche « de gauche » n’est pas en meilleur état avec un PCF et les deux députés d’Ensemble votant la prolongation de l’état d’urgence mais qui se retrouvent pour certains aux côtés du NPA, des anarchistes et des associations, à manifester contre dans la rue en fantastiques adeptes du grand écart sans peine...

          De même que les fusions « techniques » de tout le FdG sur les listes PS aux Régionales attestent de l’indépendance politique pour le moins limitée de ce regroupement d’ailleurs en cours d’explosion depuis la candidature personnelle et « hors parti » de Mélenchon Bonaparte....

          Il est plus qu’urgent de s’organiser en dehors de ces impasses politiques...


          • leypanou 13 février 13:15

            on est en droit de s’interroger à propos des membres d’EELV qui ont porté Mme Cosse à la tête du parti : et aussi parler de ceux qui ne se sont pas gênés pour aller voir ailleurs opportunément, dont la dernière en date la sénatrice Leïla Aïchi qui a rejoint Valérie Pécresse des LR.

            Avec Jean-Luc Benhamias qui a fait le tour EELV - Modem - assimilé PS, Y.ann Wehrling (le monsieur environnement sur la liste régionale Pécresse), les opportunistes, ce n’est pas ce qui manque à EELV.

            Et que dire de cette idée opportune de primaire à gauche, avec le PS (interdit de rire) initiée entre autres par le député européen Yannick Jadot : une manœuvre de plus pour faire ramasser la mise à François Hollande !


            • périscope 13 février 18:14

              @leypanou qui a écrit : « faire ramasser la mise à François Hollande »

              Ce monsieur peut faire ce qu’il veut, trafiquer les chiffres, inviter le diable, il est définitivement Hors Service (H.S)
              La seule chose qu’il puisse encore faire, et là il excelle, c’est laisser des peaux de bananes à ses successeurs. Certaines pourraient profiter à la démocratie, comme le rétablissement de la proportionnelle, le referendum d’initiative populaire, mais un vrai, à la Suisse, pas celui du menteur Sarkozy. Mais d’autres pourraient aggraver, encore plus, l’état du pays.
              Là où il en est, attribuer des sinécures à des amis, des subventions à des associations anti-France (Sos racisme, Mrap ou autres) ne serait pas payé de retour, puisqu’il ne sera plus rien


            • JMBerniolles 13 février 13:46
              Pourquoi se limiter à EELv qui est certes bâti sur le carrièrisme, mais c’est une constante sur tout l’échiquier politique.

              Nous avons aujourd’hui la classe politique la plus corrompue que nous ayons jamais eue.
              Quand ce n’est pas de la corruption directe, ce sont des postes au parlement européen, au sénat, au gouvernement, dans des missions bidons comme celle que Sarkozy avait confiée à José Bové, un grand donneur de leçons. Les fondations et ONG destinées à servir le système sont aussi pleine de profiteurs. Des organisations comme SOS racisme, le MRAP sont des refuges pour des permanents politiques... 

              Sur le plan de la corruption générale, il y a le financement des partis politiques. On connaît l’apport de Kadhafi à Sarkozy, mis il est clair que le PS, un parti sans beaucoup d’adhérents, certes incrusté dans toutes les représentations, est lui aussi le récipiendaire de fonds suspects. La manière dont il traite le Qatar et l’Arabie saoudite est éloquente. On peut penser que la mise au piloris de Cahuzac a été un moyen de détourner l’attention sur le financement de la campagne présidentielles de Hollande

              • colza 13 février 17:19

                Globalement, EElv-LesVerts est une erreur de la nature.
                L’écologie ne peut pas être un parti politique.


                • périscope 13 février 17:46

                  De sensibilité écologiste (la vraie, humaine d’abord), je me réjouis de la fin prochaine de Ensemble Eliminons La Vie (E.E.L.V).,Ce ramassis d’ex-trotskistes ou autres déviants sectaires,  prétendait combattre les OGM végétaux ou animaux, mais a mis toute son énergie au service des OGM humains, via PMA et GPA pour tous, avec l’aide de multinationales de la génétique.
                   Grâce à eux, plein d’enfants ne pourront connaître ni leur Père, ni leur Mère,alors que c’est pourtant un droit sacré de l’humanité.
                  Le mal fait aux familles, cellules de base de la France, et le coup-bas porté à la démocratie, par un groupuscule, aussi méprisant des autres,seront durs à réparer.

                  En plus, donner une promotion à une ennemie de la Nation France, une internationaliste du genre de Mme Cosse,uniquement pour servir son espoir illusoire de réélection, relève purement de l’amateurisme et disqualifie DEFINITIVEMENT son auteur. Avec un peu d’honneur, et de respect de sa fonction, on aurait, plutôt attendu, que dis-je, espéré, la démission immédiate de Mr Hollande !

                  Il n’est pas trop tard pour la réaliser, et, à gauche, une seule personne représente une chance pour l’avenir : Emmanuel Macron


                  • zygzornifle zygzornifle 13 février 18:28

                    depuis longtemps le vert est dans le fruit .....


                    • BA 13 février 19:01

                      Vendredi 12 février 2016 :

                      Pour Noël Mamère, EELV est désormais « aux soins palliatifs. »

                      Noël Mamère a comparé EELV, dont la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse est entrée hier au gouvernement, à un « grand corps malade » destiné aux « soins palliatifs ».

                      « Aujourd’hui, c’est un grand corps malade, ça, c’est sûr, qu’on va peut-être être obligés de mettre en soins palliatifs », a-t-il déclaré sur BFM TV, critiquant vertement la décision d’Emmanuelle Cosse de rejoindre le gouvernement. « Emmanuelle Cosse était secrétaire nationale d’EELV, elle contribue à ruiner la parole politique, puisque le mardi elle fait le contraire de ce qu’elle a dit le lundi. »

                      « Je pense que les militants ont un profond sentiment d’abandon. D’être abandonnés par celle qui était censée incarner notre projet de société, mais aussi abandonnés par un gouvernement, un président de la République et un Premier ministre qui considèrent que l’écologie est subalterne », a-t-il poursuivi.

                      « Il faut refonder l’écologie politique, il faut dépasser effectivement EELV, c’est au-delà du parti qu’il faut aller, et ce n’est pas une primaire qui réglera le problème », affirme Noël Mamère, en constatant qu’il existe aujourd’hui « un fossé » entre l’écologie politique et ses militants.

                      Noël Mamère a qualifié d’« évidence » la nécessité d’une candidature écologiste à la présidentielle de 2017, dans la mesure où « l’écologie politique est laissée en jachère, en ruine », ajoutant d’emblée que Nicolas Hulot pourrait être un « très bon candidat ».


                      • LOKERINO LOKERINO 13 février 19:46

                        @BA
                        Noel Mamere très connu pour sa lutte contre le cumul des mandats (sauf pour lui même)

                        Noel Mamere qui fait régler ses condamnations au civil par la collectivité

                        Noel Mamere grand spécialiste (imprudent ) de la recuperation ( comme dans l’accident de car de Puisseguin )

                        Noel Mamere qui n’honore ni sa parole ni ses paris , il est vrai stupides

                        Noel mamere l’arché type du politicard professionnel qui aura vécu sur la bête les trois quarts de sa carriere sans rien apporter à la collectivité ( vu la nullissime precedante dans le « journalisme » de basse cours)

                        Noel Mamere , hautain haineux et mégalo, sur un exemple ...


                      • exocet exocet 13 février 23:22

                        Ce qui est marrant, c’est que François Hollande a choisi Emmanuelle Cosse précisément parcequ’elle est tête de file des verts.

                        En ce disant qu’elle allait lui attirer la sympathie du mouvement et représenter la caution écologiste du gouvernement.

                        Maintenant que chez EELV ils la perçoivent comme « achetée », et qu’elle a dû se mettre en retrait du parti au vu du tollé provoqué, Madame Cosse ne représente plus qu’elle-même......

                        Mauvaise pioche, François....

                        Décidément, ce remaniement s’annonce malaisé...


                        • exocet exocet 13 février 23:26

                          Quant à l’arrivisme des verts, on ne s’en douterait pas à les entendre, le coeur sur la main, vous parler du sort des générations futures, on pourrait se dire « eux ils sont différents »....

                          Que nenni, suffit de regarder le parcours du petit poussé, pardon, petit placé, pour voir qu’ils apprécient les postes qui paient bien....Il suffit de savoir se placer...


                          • exocet exocet 13 février 23:27

                            ...et jouer des coudes....vertement....


                            • BA 14 février 08:15

                              Sans limite.

                              Avec Emmanuelle Cosse, c’est sans limite.

                              15 septembre 2015 :

                              Emmanuelle Cosse (EELV) : « On peut accueillir des réfugiés en France sans limite, comme dans toute l’Europe. »

                              https://www.youtube.com/watch?v=Ijm_7e4qsxY


                              • smilodon smilodon 15 février 21:17

                                @ l’auteur : Demain on te propose une place à 10.000 euros au lieu des 1215 que tu gagnes en bossant 35 heures par semaine !... Tu réponds quoi ??... Franchement !.... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

pucciarelli

pucciarelli
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès