Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Efficacité énergétique : hypocrisie française et lobby nucléaire…

Efficacité énergétique : hypocrisie française et lobby nucléaire…

Efficacité énergétique : alors que nos dirigeants politiques n’ont que cette expression à la bouche, la réalité est que la France s’emploie actuellement à torpiller les avancées législatives à l’échelle européenne sur la question. Dans le silence assourdissant de l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle, écologistes compris…

Les associations environnementales viennent de sonner l’alarme : le gouvernement français est en train de détricoter discrètement la directive européenne qui vise à promouvoir l’efficacité énergétique à l’échelle européenne. Nicolas Sarkozy fanfaronnait pourtant fin 2011, à l’occasion des 4 ans du Grenelle de l’Environnement : «  L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas. » Or, la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), comprenons le Ministère de l’environnement, est en train de travailler activement à affaiblir la directive. L’enjeu : continuer à pousser la consommation d’électricité plein pot, avec en sous-jacent le développement de notre fabuleuse industrie nucléaire. Évidemment, l’Europe, c’est loin et technique… Alors expliquons.

L’Union européenne a mis en place une stratégie dite 3 fois 20 pour prendre le virage de la troisième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique : une réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre, une amélioration de 20% de l'efficacité énergétique et une part de 20% d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie de l'UE d’ici à 2020. C’est le paquet climat-énergie. Sauf qu’au train ou les mesures se déploient, l’Europe ne devrait économiser que 9% d’énergie, soit la moitié. Manquer cet objectif coûterait au moins 34 milliards d'euros aux États d'ici 2020 et compromettrait la possibilité de créer plus de 400 000 emplois « verts », selon le directeur général de la DG Énergie de la Commission européenne, Philip Lowe. D’où l’idée de mettre en place une directive un peu contraignante, pour inciter les Etats à investir.

Sauf que… Le lecteur aura compris qu’une telle directive gêne un certain nombre de lobbies, en premier lieu celui du nucléaire. En effet, pourquoi investir dans l’énergie nucléaire, cette énergie de base lourde et onéreuse, si la tendance est à la baisse de consommation d’énergie ? La France, patrie du nucléaire, accompagnée d’autres Etats, est donc hostile à la directive. Cela se murmurait dans les cénacles européens. Cela vient de se confirmer avec des prises de position récentes. Les principales associations environnementales françaises (GREENPEACE, CLER, France Nature Environnement, Fondation pour la Nature & l'Homme, Isolons la terre contre le CO2, Réseau Action Climat France, Effinergie, WWF, Gimélec) se sont donc manifestement senties obligées de sortir un communiqué de presse pour alerter l’opinion publique de ces pratiques. Que nous disent-elles ? « Les premières prises de position officielles de l’administration française sur le projet suscitent l’étonnement et nombre de leurs demandes inquiètent, comme la suppression du plan de long terme de rénovation de l’ensemble du parc immobilier, l'affaiblissement de l'ambition de développement de la cogénération ou bien encore l’exclusion des collectivités locales de l’obligation de rénovation des bâtiments publics. De plus, alors que le coût des carburants bat actuellement des records, la demande de ne pas prendre en compte dans l’assiette de calcul des pans entiers de la consommation énergétique française mène à une diminution de 40% des objectifs globaux d’économies d’énergie. »

Les collectivités territoriales ne seraient plus obligées d’être économes en énergie ? « Nous ne pouvons pas imposer aux collectivités territoriales la rénovation de leur patrimoine, cela leur coûterait trop cher », répond le ministère de l’Energie français.

On ne comptabilisera plus que l’énergie finale dépensée et plus l’énergie primaire (celle extraite de la terre, comme le pétrole, le gaz ou le charbon) ? « C’est plus pratique de comptabiliser les économies au compteur. On voit tout de suite les effets des efforts réalisés. », nous dit la DGEC. Mais ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’une telle comptabilisation est favorable à l’énergie nucléaire et au modèle français du chauffage électrique : si l’on remplace une chaudière à gaz par un chauffage électrique plus performant, on améliore bien l’efficacité énergétique sur l’énergie finale. Mais, pour générer cette électricité, il faut augmenter la production nucléaire et construire des centrales au gaz et au fioul pour les périodes de pointes de consommation. Résultat, le bilan est négatif si l’on comptabilise le tout en énergie primaire. « L’énergie primaire est défavorable à l’électricité, résume le Cler. Ce subterfuge permettrait à la France de continuer sa politique absurde de développement du chauffage électrique. »

Voilà donc la politique énergétique française : faire semblant de promouvoir les économies d’énergie et organiser un travail de sape discret de toutes les mesures qui y sont favorables ? Pourquoi ce genre de scandale n’est-il pas dénoncé par les différents candidats à l’élection présidentielle ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Romain Desbois 24 avril 2012 17:47

    Pourquoi mettez vous les écologistes dans le coup ?Je n’ai pas compris.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 24 avril 2012 18:54

      Les bonnes nouvelles en matière de transition énergétique de substitution au nucléaire se font rares. Notez bien, les bonnes nouvelles en matière de véhicule électrique aussi, et les bonnes nouvelles en matière de courbe de croissance des énergies renouvelables aussi...Reste peut être un espoir de changer de karcher en tête, et encore...pas sur !


      • Romain Desbois 24 avril 2012 19:57

        je vous conseille de lire la revue S !lence et vous verrez que malgré nos politiques aux pouvoirs, des alternatives se développent et des innovations se multiplient partout à travers le monde comme en France.

        Et la France est en pointe en plus : voir l’entreprise Metabolic Explorer

        Qui aurait pu imaginer il y a dis ans , que l’on fabriquerait du plastique à base de végétaux ?

        Je me souviens de débats où l’on me riait au nez et me traitait d’utopiste. Cela a été pareil pour la voiture électrique.


      • Le Yeti Le Yeti 25 avril 2012 09:49

        Je suppose que c’est par soucis d’efficacité énergétique que nos voitures se sont alourdies de plus de 200kg en quelques années ...


        • Mutamuta 25 avril 2012 11:41

          Sarkozy : «  L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas. »
          Les gens se foutent du prix de l’énergie qu’ils ne consomment pas mais pas de celle qu’ils consomment. Consommer moins est utile mais là n’est pas le problème principal. Ce dernier est dans le choix de l’énergie et, surtout, que celle-ci soit à disposition sans racket, tant du producteur que de l’État.
          Certains disent que la voiture électrique n’a pas d’avenir. Peut-être. Mais ces prédicateurs prennent-ils en compte le fait que les consommateurs ont plus que marre d’être pris en otage et rançonnés par les lobbies de l’énergie (électricité, pétrole notamment) ?
          Ayant une voiture électrique, les gens peuvent fabriquer eux-mêmes l’énergie qui lui est nécessaire (soleil, vent, ...) avec un investissement modéré qui va diminuer considérablement dans les années futures.
          A moins qu’on trouve, pour l’automobile, une autre énergie à fabrication similaire, je pense que la voiture électrique sera demandée de plus en plus.


          • Romain Desbois 25 avril 2012 19:20

            ou alors on peut aussi devenir client d’Enercoop


          • Romain Desbois 25 avril 2012 19:23

            j’ai des soucis avec l’insertion des liens d’Avox

            http://www.enercoop.fr/


          • Marco07 25 avril 2012 13:24

            @l’auteur, quand l’état parle des problèmes énergétiques, c’est juste un projet de façade, rien de plus, faut justifier le fait de brasser un peu d’air pendant que les entreprises du secteur énergétique se gavent.


            Alors que des mesures relativement simple permettrait de faire des économies.
            (Ne serait-ce qu’obliger l’affichage en gros de tout appareil électrique connecté, veille ou non, certains 24h/24, avec le coût équivalent en €) 

            Pour le reste, certaines administrations climatisent à 20°C en été (20-22, pas 26)... J’ai même vu des CTA tourner quelques mois, juste à cause du rideau de scène qui est « sensible » alors que la salle de concert était fermé pour l’été.. Des brûleurs totalement déréglés tourner des années avec pour seul « entretient » un test de combustion -sans interprétation des valeurs, faut pas déconner-, des condenseurs complètement encrassés... (dans certains secteurs, c’est le pressostat HP de sécurité qui déclenche la maintenance, faut le faire)

            Enfin bref, du délire. Sans aller chercher du pseudo-renouvelable ou autre, il y a moyen d’économiser sans problèmes quelques % sans même aller investir dans du nouveau matériel. Quand on voit comment les solutions à disposition sont exploités, ça sert à rien pour le moment de proposer « mieux »...

            • lloreen 25 avril 2012 14:17

              Pour contrer le lobby nucléaire (énergétique...) il est possible de contribuer à propager l’information sur l’énergie libre.

              http://www.wikistrike.com/article-e-cat-l-energie-libre-infinie-et-propre-qu-on-vous-cache-96789369.html

              Effectivement, les sites qui informent sur les énergies alternatives ont le vent en poupe.
              Un parmi d’autres :

              http://quanthomme.free.fr/qhsuite/ListeNouv.htm


              • Karash 26 avril 2012 05:10

                " auf que… Le lecteur aura compris qu’une telle directive gêne un certain nombre de lobbies, en premier lieu celui du nucléaire. En effet, pourquoi investir dans l’énergie nucléaire, cette énergie de base lourde et onéreuse, si la tendance est à la baisse de consommation d’énergie ?"


                Ce paragraphe témoigne d’un manichéisme et d’un manque de connaissances impardonnables.

                L’état de la dépendance actuelle aux énergies fossiles est tel qu’on ne peut pas se permettre ce genre de raisonnements à l’emporte pièces. Prenez le temps de vous renseigner sur la situation, mettez bien tous les risques dans la balance avant de jeter le nucléaire à la poubelle. Rien n’est jamais aussi simple qu’on voudrait le croire. Notamment, la responsabilité de Monsieur tout le monde, qu’on a trop tendance à victimiser. Chacun est responsable de son destin.

                • Magnon 9 mai 2012 00:05

                  @Gregoryc
                  Je rappelle à l’aimable auteur, que le chauffage électrique à été créé pour sauvez la France de la rente pétrolière qui, à partir de 1974, épuisait financièrement notre pays.
                  Il était lié à une sur-isolation des appartements et maisons, sur-isolation qui est maintenant devenue la norme !
                  La France est devenue, à cause de cette politique, et d’autres comme l’électrification systématique des lignes ferroviaires qui ont un trafic moyen, le pays évolué qui émet le moins de CO² par habitant.
                  Si j’ai bien compris, vous souhaitez le retour du chauffage au gaz, au fuel, au charbon, ou au bois !
                  Ainsi que le retour aux locomotives diesel !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès