Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Effondrement du système Aeschlimann à Asnières : danger en Sarkoland (...)

Effondrement du système Aeschlimann à Asnières : danger en Sarkoland ?

Les Hauts-de-Seine ont connu dimanche 16 mars 2008 le début du plus grand bouleversement politique que ce département ait vécu depuis sa naissance. Le Sarkoland, comme beaucoup appellent le 92, est ébranlé dans ses tréfonds. Une des villes piliers de l’UMP sarkozyste a été perdue pour ce parti face à une liste républicaine unitaire PS-Divers droite-MoDem. C’est la perte la plus significative pour l’avenir du Sarkoland. D’autant que l’effondrement du système Aeschlimann, comme l’appelait L’Express en septembre 2006, est susceptible d’avoir des conséquences en chaîne plus que ravageuses en Sarkoland. Regardons les faits d’un peu plus près.

L’effondrement du système Aeschlimann mine-t-il les fondements du Sarkoland ?

La défaite électorale de Manuel Aeschlimann, qui était député-maire UMP d’Asnières, et n’est plus que député depuis le 16 mars 2008, peut maintenant être comparée à la mise en marche d’un cataclysme politique possible dans le département le plus « cher » à l’UMP, celui d’où est sorti le sarkozysme, ses idées, ses appuis, ses modes de fonctionnement.

On apprenait hier par de multiples médias, dont Le Parisien et l’AFP, que Manuel Aeschlimann, l’ex-maire battu, avait été « entendu » plusieurs heures par la BRDE (Brigade de répression de la délinquance économique) à Nanterre dans trois affaires distinctes.

Selon la presse et lui-même, l’ancien maire d’Asnières a été interrogé sur :

  • une affaire d’usage présumé de fonds parlementaires pour payer les salaires de la nounou de ses enfants, donc des affaires privées. Si cette affaire aboutissait à un renvoi en correctionnelle, Manuel Aeschlimann risquerait alors, entre autres peines et sanctions, l’inéligibilité en tant que député ;
  • une affaire sur l’utilisation présumée de « fichiers ethniques » basés sur les informations des listes électorales de la commune. Ce dossier peut être relié aux accusations portées contre Manuel Aeschlimann par ses adversaires de « politique communautariste » sur la ville ;
  • la troisième affaire concernait une convention passée entre la mairie et la société Avenance, que les opposants aujourd’hui en mairie avaient dénoncée à l’époque de son vote par la majorité de Manuel Aeschlimann. Cette affaire a aussi déjà valu 36 heures de garde à vue à son ex-directeur général des services, Bernard Loth.

A cela, se rajoute une histoire qui pourrait trouver sa place dans un roman de Marcel Pagnol par son caractère ubuesque : avant de laisser son siège de maire à son successeur Sébastien Pietrasanta, outre le fait que la presse a révélé que la broyeuse municipale avait beaucoup « travaillé » entre le 17 et le 22 mars 2008 . L’ex-maire, devenu de par sa défaite et la loi, simple gestionnaire des « affaires courantes et urgentes » de la ville, a fait envoyer le 21 mars à plus de 25 000 électeurs de la commue, sur du papier glacé luxueux, le fameux Rapport de la Chambre régionale des Comptes d’Île-de-France dont il disait auparavant qu’il ne pouvait être divulgué SANS avoir été étudié et discuté par le Conseil municipal.

Encore mieux, il a accompagné ce Rapport qui épingle fortement sa gestion depuis 2001 d’un toujours luxueux placet de plus de vingt pages pour expliquer en substance, que, malgré les analyses et faits présentés par les magistrats financiers, « sa gestion aurait laissé la ville dans une situation saine ».

Au passage, il consacre comme VRAI un Rapport qu’il dénonçait comme « FAUX » voici quelques semaines... Plus risible encore, son envoi postal groupé aux citoyens d’Asnières met en cause aussi au passage sa propagande électorale récente.

Voilà au moins un avis totalement objectif et neutre puisque signé par le gestionnaire même de ce bilan !!!

Il y a encore mieux : la dépense pour ce document envoyé par La Poste à 25 000 citoyens se monte approximativement, selon la mairie d’Asnières, à 40 000 euros !!!

Tout cela APRES les élections et alors que ce Rapport a été divulgué largement par de nombreux sites et blogs AVANT.

Danger en Sarkoland : qui sera le bouc émissaire ?

Au-delà de ces aspects tragicomiques, les « affaires judiciaires » enclenchées sur Asnières, sans oublier celle où Manuel Aeschlimann est déjà mis en examen - « dossier du Festival International » de juin 1998 « pour complicité de favoritisme dans l’attribution d’un marché public » -, commencent à faire penser à de nombreux dirigeants et responsables UMP du département qu’il serait plus que temps de laisser l’ancien maire assumer seul ses responsabilités d’ancien édile d’Asnières.

Ce sentiment peut avoir quelque légitimité si l’on sait que d’autres dossiers sont pendants, suite justement au Rapport de la Chambre régionale des Comptes, notamment sur deux BEA (Baux emphytéotiques administratifs) relatifs à deux écoles qui semblent être très critiquables au regard des intérêts de la commune et des contribuables asniérois et à des opérations immobilières qui mettent en cause l’ancien adjoint Antoine Bary, fils de l’ex-maire de Neuilly, à travers la société dont il est un des cadres.

Ainsi, de « dossier » en « affaire », l’effondrement du système Aeschlimann crée des ondes de choc sur tout le Sarkoland.

En témoigne bien sûr ce qui est dit plus haut, mais aussi la mise en examen de la fille de l’ancien maire de Neuilly Louis-Charles Bary, Fabienne, dans le dossier du Festival International de 1998.

Par ailleurs, les auditions de jeudi dernier peuvent aussi créer des remous dans les sociétés privées ayant passé des contrats, BEA ou conventions avec la ville d’Asnières. Sachant que certaines de ces entreprises travaillent avec des communes du département, les ondes de choc de ce qui se passe à Asnières pourraient être appelées à s’étendre sur le Sarkoland.

En effet, des irrégularités éventuelles sur Asnières pourraient attirer l’attention des magistrats de la Chambre régionale des Comptes, de la justice, d’élus, d’associations ou de citoyens d’autres villes du 92 sur les contrats ou conventions passés sur leur commune...

L’audit financier de la gestion de la ville d’Asnières et l’examen attentif de la gestion passée par la nouvelle majorité unie sont aussi susceptibles de faire naître d’autres interrogations sur cette gestion passée.

Tout ceci ne peut que provoquer une inquiétude croissante en Sarkoland pour l’image publique de ce département, de ses élus et au final de Nicolas Sarkozy.

Après les pathétiques remous politiques de la campagne municipale à Neuilly, alors que Puteaux vient de connaître un terrible coup de semonce électoral adressé à son maire et que l’UMP vient de perdre Colombes, malgré la présence médiatisée de Rama Yade, ce qui se déroule à et autour d’Asnières ne peut qu’attirer l’attention publique sur les évolutions en cours en Sarkoland.

Selon certains militants de l’UMP, il serait question d’établir une sorte de « cordon sanitaire » autour d’Asnières et de laisser la justice faire sereinement et totalement son travail, quitte à ce qu’à l’arrivée, le parti "chahuté" du président puisse avoir trouvé un bouc-émissaire sur la gestion d’Asnières.

L’essentiel serait, selon ces militants, non pas de « sauver le soldat Aeschlimann », considéré par presque tous comme « déjà perdu », mais le reste du Sarkoland des conséquences des processus en cours à Asnières.

Un connaisseur de l’UMP 92 et nationale suggérait ainsi avec son humour quelque peu flegmatique que Manuel Aeschlimann devrait lire maintenant, non plus les oeuvres complètes de Machiavel qu’il se vantait de bien connaître, mais plutôt la fable de Jean de la Fontaine Les Animaux malades de la peste.

Et le même spécialiste de ce milieu politique de conclure avec un brin d’ironie détachée : «  il pourrait y trouver des indications morales sur son destin ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 mars 2008 10:58

    Il serait bon que la justice passe avant de tirer des conclusions hatives

    C’est cela la démocratie et il est assez étonnant de voir des articles ici se plaire des "atteintes à la liberté" quand dans le même temps on ne respecte pas le droit à la personne à la justice et à ses droits à la défense.

     


    • nick 28 mars 2008 11:37

      où tu vois des conclusions hatives toi ?

      Très bon article...un nouveau départ pour Asnieres...il était temps...


    • Forest Ent Forest Ent 28 mars 2008 11:48

      Il ne faut pas s’inquiéter. La justice est bien tenue. M Courroye va pouvoir enterrer beaucoup d’affaires d’ici 2012.

      Le plus gros danger est la guerre Devedjian-Balkany, mais il semble que Sarko ait tapé du poing et que cela se soit fini en "embrassons-nous Folleville". Pour l’instant...

      Selon le "canard enchainé", Sarko pourrait être poursuivi en collatéral à une affaire Santini, mais il est - présidentiellement - intouchable pour l’instant.

      A propos, où en sont les affaires Chirac ? smiley


      • Charles Ingalls Charles Ingalls 28 mars 2008 11:58

        Et le délit d’initié de Lagardère ?

        Qu’est ce qu’il y a comme dossiers qui se perdent...

        Lerma ! , toi qui est informaticien, tu pourrais pas faire une base de données pour aider la justice ?


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 12:38

        Forest Ent,

        Que voilà une réaction "pessimiste" sur l’indépendance de la Justice dans le 92 sous l’autorité de Philippe Courroye....

        Je corrige donc votre "pessimisme" ici bien compréhensible, disons, pour des affaires qui ne ont pas initiées par des Communes comme celle d’Asnières.

        En effet, Philippe Courroye est un juriste assurément compétent qui connaît bien son Droit : il n’ignore pas quene pas ouvrir une information judiciaire quand les faits allégués le permettent légalement, c’est s’exposer inutilement à deux risques importants :

        1) se déconsidérer publiquement comme Procureur de la République et se retrouver en situation de jouer à "Rachida Dati" du départemennt, ce que l’intéressé ne veut surtout pas, et avec juste raison.

        2) obliger la Ville ou des associations de contribuables, très dynamiques à Asnières, se constituer partie civile, ce qui fénérerait aussi des conséquences délicates à gérer.

        De toute façon, quelle que soit la position que vous supposez à Philippe Courroye, la situation est telle, et les "affaires" qui arrivent sont si bien "documentées", sans oublier le suivi du Conseil Municipal d’Asnières, mais aussi d’autres mairies et forces politiques, que le Parquet ne peut faire autrement qu"ouvrir les informations judiciaires nécessaires.

        Pour ne rien vous cacher, il semble que c’est une avalanche de "dossiers" qui se prépare contre l’ancien maire d’Asnières. Selon des sources quasi-offiicelles, la Ville d’Asnières devrait sous peu alerter le Procureur de la République sur des subventons municipales pour une association d’aide aux devoirs dont les membres attendent encore de voir la réalité de ce soutien financier public et des accusations d’attributions de logements HLM contre des enveloppes en liquide, voire des logements sociaux occupés par des parents d’un élu de l’ancienne majorité en toute illégitimité.

        Et, comme vous le savez par intuition : quand une avalanche arrive, on ne s’y oppose jamais, ce qui serait suicidaire. On la laisse passer, on compte les dégâts et...on les annonce ensuite.

        En résumé, personne au Parquet de Nanterre ne lèvera le petit doigt pour "sauver le soldat Manuel Aeschlimann", car ce serait peine perdue et aussi une source d’ennuis bien inutiles à ce niveau.

        Bien cordialement,


      • alberto alberto 28 mars 2008 13:21

        Au Japon, peut-être ?


      • alberto alberto 28 mars 2008 13:27

        Le Japon : c’est pour répondre à Forest...


      • Forest Ent Forest Ent 28 mars 2008 17:33

        @ l’auteur

        Oui, il est possible que le bouc soit sacrifié pour le plus grand repos de tous les autres. Mais je pense que même dans ce cas d’aucuns veilleront à ce que le feu ne s’étende pas. En particulier concernant les comptes de l’EPAD et les marchés publics de Mme Balkany.

        Il n’est pas besoin de s’opposer à une instruction pour l’enterrer. Il y en a des tas qui ont été simplement annulées pour délai excessif. L’affaire "drapo" par exemple... Il faut dire qu’instruire contre la corporation du BTP en entier est sans doute plus risqué qu’instruire contre l’UMP du 92 en entier. Pourtant, ce sont les mêmes. smiley

         


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 12:51

        Cher Le Furtif,

        Oui, vous avez raison : Neuilly va encore souffrir de maux nouveaux à cause cette fois, non pas du rififi hilarant entre les amis de Nicolas Sarkozy dans un remake de mauvaise qualité de "cris et chuchotements", mais du sort judiciaire qui s’annonce sombre pour les enfants de l’ancien maire de la ville, Louis Charles Bary, j’ai nommé Antoine et Fabienne.

        Il est fortement à craindre en effet que, à la mise en examen de Fabienne Bary, épouse Van Aal, dans le dossier du Festival International de juin 1998, se rajoutent bientôt, pour des faits qui pourraient être bien plus graves et ennuyeux, des ennuis judiciaires, suite au Rapport publié donc largement par Manuel Aeschlimann en toute illégalité aux frais des citoyens, de la Chambre Régionale des Comptes, pour Antoine Bary.

        En effet, celui-ci est sévèrement mis en cause pour des faits que des esprits citoyens simples et naïfs pourraient comprendre comme de la prise illégale d’intérêts, notamment sur le dossier du site Dragoco.

        Comme le dit l’article, de fil en auiguille, c’est tout le système du Sarkoland qui pourrait se retrouver emporté par l’effondrement du système Aeschlimann, pan après pan.

        Résumé en quelques mots concentrés, les problèmes d’Asnières risquent fort de devenir ceux de tout le Sarkoland, et tout cela par la faute de la chute de Manuel Aeschlimann.

        Bien amicalement,

         

         


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 02:02

        Cher Le Furtif,

        Certes, comme en 1789, ce qui met le feu aux poudres déjà prêtes à s’enflammer est le comportement de cynisme méprisant des puissants du moment.

        Dans le 92, de ce côté, les citoyens sont "choyés".

        Mais, quand le feu prend dans le château d’un baron du département, les autres barons se disent avec raison que le feu peut aussi prendre chez eux.

        Santini a des écuries à nettoyer avec l’affaire Hamon, Neuilly est devenue un "Dallas" où les comptes n’ont pas fini de se régler à travers des haines inexpiables, le nouveau maire de Colombes va faire un audit de la gestion de Mme Goueta, et les dossiers Pasqua sortent des placards où ils étaient rangés en bon ordre à l’abri des regards indiscrets.

        Il est vrai que le coup d’envoi des grands mouvements est donné souvent par les puissants eux-mêmes, qui se croient, bien à tort, intouchables et inamovibles à vie.

        La morgue et l’arrogance sont de très mauvaises conseillères en politique, même en République. En abuser conduit à des effondrements brusques aux conséquences imprévisibles.

        Mais, le futur est "plein d’avenir citoyen".

        Bien amicalement,


      • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2008 12:49

        tout ça c’est du théatre , le 92 est le département des Hauts de scène !


        • alberto alberto 28 mars 2008 13:19

          Le Sarkoland, ex Pasquasie, est en effet un théatre où se jouent quelques vaudevilles tragi-commiques !

          Depuis les querelles entre les époux Balkany eux-mêmes, puis face à leur vizir Devedjian, dont ils convoitent la place, aux péripéties de leur voisin Santini empêtré dans les suite de l’affaire Hamon, sans compter la batterie de cuisine judicière accrochée aux basques du dit sieur Balkany, en passant par les bouffonneries électorales de Neuilly, pour finir avec les pétards à répétition qui pètent aux fesses d’Aesclimann : voilà un département modèle pour les scénaristes de feuilletons politico-rocambolesques !!!

          Et où les gens de justice trouverons du grain à moudre !

          Il est (ce département) réputé le plus riche de France, ceci explique peut-être cela...

          Merci Philippe pour vos infos nous attendrons les prochains envois avec toujours autant de plaisir :

          Bien à vous.


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 14:41

            Alberto,

            Merci de votre commentaire sympathique et ironique sur le 92. Il est vrai que l’argent du plus riche département de France crée des tensions, des problèmes et des réactions aussi.

            L’essentiel à mes yeux est que cette richesse départementale serve avant tout aux citoyens, à la satisfaction de leurs besoins sociaux et de leurs aspirations à une vie digne, démocratique et heureuse.

            Il serait bon qu’un jour, département le plus riche de France rime avec département aux citoyens les plus heureux de France ;

            C’est à mon sens à quoi concourt le combat des démocrates asniérois unis.

            Bien amicalement,


          • brieli67 28 mars 2008 23:32

            au dépends de qui ? Ras le bol de cette forme de Fermiers Généraux

            Laisser aux campagnes et provinces de France la plus grande part des bénéfices des sociètés au lieu de les engranger dans ces départements hôtes.

            Il est urgent de réformer cette lubie des sièges sociaux des entreprises. Et les NITC peuvent très bien délocaliser. Le travail à domicile dans le tertiaire ça marche...

             

            Sortez de votre trip d’économiste localiste egoïste et dépassez Les bornes d’Asnières. Faut dégonfler cette baudruche de Paris et d’IDF

            NOUS LES PROVINCIAUX sommes des cItoyens de seconde zone à vos yeux et nous le vivons quotidiennement.

            Avec tout le barrouf que vous avez fait autour de votre municipalité vous vous bornez à continuer la magouille ! C’est du propre !

             


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 01:33

            Brieli67,

            Parfaitement d’accord avec votre souhait de rééquilibrer les rentrées fiscales er donc les ressources de la République au profit de l’égalité d’attention et de moyens à tous citoyens de cette même République, sur tout le territoire national.

            Ceci étant dit, je ne suis que simple citoyen, et ces décisions de péréquation des moyens fiscaux nationaux au bénéfice de tous dépend, sauf erreur, non d’un citoyen seul, mais du pouvoir des députés.

            D’ailleurs, cette péréquation, avant les lois de décentralisation, existait de facto au profit, entre autres,des départements, cantons et communes moins bien lotis que les autres (et tout spécialement les régions rurales).

            Il n’en reste aujourd’hui que la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) qui sert dorénavant à détruire de plus en plus la démocratie dans les petites communes rurales en les contraignant à des regroupements forcés, avec à terme, encore une fois, des problèmes accrus pour les citoyens.

            Mais, c’est là un autre débat.

            Votre comparaison avec les Fermiers Généraux de 1788 est assez pertinente concernant les barons et petits marquis du Satkoland dit 92.

            Mais qui les a fait barons ou marquis peut aussi leur retirer tous leurs pouvoirs, lesquels reposent sur ...les citoyens.

            Bien cordialement,


          • foufouille foufouille 28 mars 2008 13:26

            l’ UM-PS est connu pour ses magouilles. les autres (honnete ?) qui ne touchent a rien et ne vont pas ds les receptions luxueuses, doivent avoir un "floutage automatique".

            j’entends pas de crie d’orfraie comme pour les pauvres qui trafique.

            ces "proces" passeront" de toute maniere en 10s au JT. ou, comme par hasard seront programmes en meme temps qu’une manif/emeute de banlieue

            chirac ira pas en prison, et l’ineligibilite c’est si ils sont d’accord


            • vivelecentre 30 mars 2008 08:08

              un exemple parmi les "autres" :

              c’est vrai que le parti communiste possèdent une manne providentielle et inextensible en le monopole de la vente du muguet

              un seul jour de travail par an le met à l’abri de toute tentation de dérive sur les marchés publics, de puiser dans les trésors des CE des entreprises publiques, d’attribuer les subsides aux associations d’une façon despotique

              chanceux communistes , eux au moins ont le muguet !


            • Sébastien Sébastien 28 mars 2008 13:34

              Question a l’auteur : Comment en habitant Taipei peut-on s’interesser a de la politique aussi locale ?

              A quand un article sur la relation Taiwan / Chine ?


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 14:35

                Sébastien,

                Votre commentaire est amusant : ourquoi ne pas m’intéresser à Asnières maintenant et peut-être à un autre sujet demain ?

                Parce que ce qui se passe à Asnières est une oeuvre collective qui a, selon mon humble opinion, une importance exemplaire et aura des conséquences assez "significatives".

                Vivre quelque part ne signifie pas, de mon point de vue, se restreindre à un endroit ou à un sujet qui serait donné comme obligatoire.

                Enfin, mais ce n’est pas un secret pour les lecteurs d’Agoravox, je m’intéresse à Asnières, à l’heure d’Internet, parce que c’est ma ville de résidence quand je suis en Francen une ville où j’ai passé beaucoup d’années de ma vie, une commune à la vie publique de laquelle j’ai participé et continue à participer.

                Mais, rassurez-vous, un autre jour, je pourrais rédiger un article sur la répression au Tibet par la dictature corrompue de Pékin ou le contrat de ventes d’armes secret passé entre la France et Taiwan le 29 janvier 2008, sur la situation sociale et économique en Chine ou la vie politique à Taiwan.

                C’est toujours fécond d’aller du local à l’international et vice et versa, mais avec toujours le même sens de l’intérêt public, le même attachement à l’intégrité et la même passion de la démocratie.

                Bien cordialement,

                 

                 


              • Tristan Valmour 28 mars 2008 14:15

                 

                La brave secrétaire qui envoie ses lettres par le biais de son entreprise, l’ouvrier qui utilise le matériel et les infrastructures de sa boîte à des fins personnelles, le commercial qui se fait abusivement rembourser des notes de frais avec la complicité des hôteliers et restaurateurs, le commerçant qui fait du noir, l’intendant d’un établissement scolaire qui commande des ordinateurs chez un assembleur parce qu’il se verra offrir une télévision plasma, le patron qui trafique…

                 

                … tout cela participe du même élan que ce que l’on dénonce chez Aeschlimann, seule la proportion change. Mais vous mettez les personnes précitées, les bons pères de famille, dans la position de jouir d’un pouvoir important, un certain nombre d’entre eux adoptera des attitudes similaires. Et on s’habitue vite à ces attitudes qu’on n’en voit plus la mesure ni le mal.

                 

                Quel est le problème commun ? La perte de l’intérêt général, l’explosion de l’individualisme, du matérialisme, du narcissisme. Il ne sert à rien de s’attaquer à Aeschlimann si on ne s’attaque pas aussi à ce qui a permis son éclosion.

                 

                Qui est prêt à faire don de soi, à être confronté au pouvoir sans en attendre un bénéfice personnel excessif, à faire œuvre d’humilité ? Cela fait bien longtemps que l’éthique a été sacrifiée à l’autel de la culture du résultat. Tout pour soi, c’est tous pourris !

                 

                Nous ne récoltons que ce que notre société a semé, et des Aeschlimann, on en compte par centaines à gauche, à droite, au centre et aux extrêmes ! Cessons l’hypocrisie et intéressons-nous aux arbres - aux valeurs et organisation de notre société - pas à ses branches !


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 15:01

                  Tristan,

                  Votre commentaire, qui se veut "collectiviser" des pratiques sociales est assez instructif d’une approche qui me paraît stérile et surtout tend à accepter l’inacceptable pour les citoyens, en tentant de le passer dans un moule qui serait "général".

                  Il peut apparaître satisfaisant à des moralistes abscons de prendre ainsi les problèmes que cet article expose.

                  Ceci dit, ce n’est pas la société qui oblige par exemple un groupe ou une personne à accomplir des faits portant atteinte à l’intérêt public collectif, surtout si ces personnes, par exemple, des élus ou des dirigeants de sociétés ou de pays, ont de très confortables revenus assurés.

                  Votre position abstraite consiste en filigrane à justifier par exemple l’esprit de lucre, la corruption, la concussion, les atteintes aux libertés et aux droits...par une cause qui serait en quelque sorte inné à...la société et partagée par tous !!!

                  Si tel était le cas, nous serions tous dans une situation de mise en cause permanente de l’intérêt collectif, donc de conflit entre tous et de chacun contre chacun. Vous savez bien que telle n’est pas la réalité.

                  Il existe une majorité écrasante de gens honnêtes, qui essaient de vivre en société et de faire en sorte, au quotidien, que celle-ci soit plus "collective", plus fraternelle, plus humaine, plus conviviale.

                  Il existe aussi une minorité de gens qui méprisent l’intérêt public collectif, violent les lois garantissant le bien public, s’emparent de l’argent public à leur profit privé et agissent de manière malhonnête en ne pensant qu’à eux, quitte à recevoir le boomerang de leurs actes ensuite.

                  C’est ainsi pour l’heure et aucune attitude n’est innée par essence.

                  C’est notre conscience de nous-mêmes et des autres, de notre place et de notre rôle dans la société, nos conceptions de celle-ci et notre compréhension de ses intérêts communs, qui génèrent notre comportement social, à titre individuel.

                  Il n’y a ni automatisme, ni obligation, ni généralisation.

                  Chacun est libre de choisir sa voie en la matière.

                  Quant à ceux qui choisissent d’attaquer par leurs actes privés à des fins strictement personnels l’intérêt public, ils reçoivent de tous temps et toujours la sanction que leurs actes génère inévitablement.

                  La vie sociale peut avoir donc ses tolérances et ses limites de tolérance. A les dépasser contre l’intérêt collectif, on génère forcément une réaction inverse car la collectivité défend légitimemnt ses intérêts aussi contre les prédateurs égotistes et égoistes. Dans toute société, par nécessité vitale.

                  Bien cordialement,

                   


                • biloudestax 28 mars 2008 17:44

                  Juste un petit détail, s’il est vrai que beaucoup sont tentés d’abuser de leur situation pour obtenir un profit personnel, les politiciens en tant que représentants du peuple ont un devoir d’exemplarité.

                  Il est donc normal que les élus soient sanctionnés lorsqu’ils sont pris la main dans le sac. Il est également normal que ces sanctions et/ou mises en cause soient plus médiatisées que celles qui concernent les "gens du commun" que nous sommes, notamment parcequ’elles doivent avoir valeur d’exemple pour tous.

                  Cette vision est cependant, je le sais, idéale et donc un peu naïve face à la réalité.


                • Tristan Valmour 28 mars 2008 18:56

                   

                  Philippe,

                   

                  Le problème est à la base culturel, et Aeschlimann ou tartempion ne représentent que le sommet de l’iceberg, la forme excessive. Les pratiques énumérées dans mon précédent post sont très fréquentes, ne faites pas semblant de l’ignorer. Et nombre d’entre elles ne choquent même plus personne, tant certaines sont culturellement – donc collectivement – admises. Problème culturel qui se remarque lorsqu’on voyage à l’Etranger, parce que ces pratiques ne sont pas partagées par tous les peuples, dans leur fréquence et leur intensité. Je sais, ça ne va pas plaire de comparer la France à une République bananière et d’épingler le comportement d’un grand nombre de Français, mais nous n’avons pas la réputation de compter parmi les personnes les plus honnêtes. C’est un fait.

                   

                  La pression sociale, l’exemplarité, la culture du résultat conduisent l’homme à laisser souvent la probité de côté car elle est plus un frein qu’un moteur. C’est ainsi que certains employés se servent du matériel et de l’infrastructure de leur entreprise à des fins personnelles. Ils ont vu leurs collègues le faire, ils ne trouvent pas que cela soit très grave, ça ne se verra pas, de toutes les façons, l’entreprise, ce n’est personne, et puis, ce qu’ils font est tellement peu de choses par rapport à ce que d’autres ont fait. Le raisonnement est le même pour tous les cas de figure, pour toutes les catégories sociales : j’ai vu autrui le faire, je m’interroge d’abord sur la licéité et la moralité de l’acte, je pèse les risques par rapport aux gains. Et seule une solide culture morale pourra m’empêcher de passer à l’acte. Pour le moment, vous l’avez dit avec raison, celle-ci emporte la majorité de nos concitoyens. Mais j’ai le sentiment que cette majorité s’effrite devant la culture du résultat.

                   

                  Culture du résultat parce qu’on glorifie le résultat, peu importent les moyens. Parce qu’on habitue les Français à aduler ceux qui réussissent sans s’interroger sur leur manière d’agir.

                   

                  Je crois enfin que vous m’avez mal lu. Il n’y avait aucune justification par l’exemple – Si Aschlimann est reconnu coupable par la justice, il doit être puni comme il convient -, et rien ne permettait d’affirmer que l’inné dominait. J’ai au contraire démontré que le problème était culturel, relevait donc de l’acquis. L’Homme ne naît ni bon ni mauvais, l’humaniste que vous êtes connaît la source historique de ce débat.

                   

                  Aschlimann n’est qu’un nom, un produit du système. Nous avons le devoir de nous interroger sur le fonctionnement de notre société, sur les valeurs qu’elle véhicule. C’était la portée de mon intervention.

                  Bien cordialement aussi

                   

                   

                   


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 01:44

                  Tristan,

                  Bien d’accord avec votre conclusion encore qu’elle me semble trop "systématique" au sens premier du mot.

                  Ceci dit, à Asnières, les citoyens ne se sont pas contentés de s’interroger, de réfléchir et de penser à ce qui produit des Aeschlimann ou des Balkany (quoique des différences notables existent objectivement entre les deux élus, que je ne vais pas développer ici), ils ont tiré des conclusions pratiques, ont agi et ont modifié le cours des choses.

                  D’un certain point de vue, ils ont fait à leur niveau -ici celui d’une commune de près de 90.000 habitants à ce jour- un exemple de lutte pour la démocratie communale, la transparence et la saine gestion des fonds publics.

                  Et chassé le système en place qui semble bien ne pas avoir porté ces valeurs et principes en lui.

                  Ils ont donc dépassé l’interrogation morale, fructifié leur réflexion par les faits constatés et agi collectivement pour faire cesser ce qui ne devait pas être et durer.

                  L’action a donc suivi la réflexion et a payé, si je puis dire.

                  Bien cordialement,


                • casa9a 28 mars 2008 16:31

                  Mr Vassé fidele au poste...nous aussi.... :0)=

                  Alors pour votre information, Mr Aeschlimann s’est presente de lui meme a titre de temoin pour les 3 sujets que vous nous rapportez ...il n’a meme pas ete convoque...fff (marque depose) encore une info d’une feuille de chou avec un article d’un journaliste partisan...(sic)

                  Ensuite, et afin de stopper tout usage abusif du fameux rapport CRC presente par l’opposition pendant la campagne (ouh...pas bien ! ) bien plus negativement qu’il n’est en realite, un mailing, alors qu’il etait encore maire, a ete envoye a l’ensemble des Asnierois. Le nouveau maire n’est en activite que depuis le 22 mars...et heureusement que l’on arrete pas de travailler dans une municipalite en attendant que le successeur arrive...Que l’on soit decu par cette communication que l’on aurait souhaite maitriser et utiliser a ses propres fins comme pendant la campagne soit, mais apres tout, chacun a le droit de savoir...

                  Nous pourrons y decouvrir en fait que la ville est endettee, comme la plupart des villes de france, parce qu’il y a eu des investissements que l’on peut facilement comprendre et lire sur le site de la ville....une ville comme une entreprise qui veut se developper doit investir...mais, tout le monde ne peut le concevoir...surtout un ecart de 80 euros sur plusieurs millions d’euros de budget...(sic, vous roulez en clio ?)

                  http://www.ville-asnieressurseine.fr/article.php?rubrique_select=14

                  Moins de 30000 Euros, le cout estimé par les medias pour la diffusion, divise par 76000 Habitants soit 30 centimes pour connaitre la verite...si c’est le prix de notre derniere liberte de pense ca me va .....

                  Je ne pense pas que cela soit plus honnereux que l’audit que vous demandez....Mais alors, il ne sert a rien le rapport de la crc s’il faut refaire un audit ???

                  Dans tous cas, cette communication est tout a fait legale contrairement a la publication d’un torchon de rapport de CRC diffuse aussi par vous, pendant les 3 mois de campagne electorale...a ce sujet, un post tres interessant de Lionel L sur rue89....

                  Allez vous pouvez lachez la horde des enrageschlimanns....


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 17:09

                    CASA9A,

                    Votre commentaire mériterait un prix d’humour et de cynisme, mais surtout d’illettrisme avancé.

                    Passe que vous vous mettiez au "pluriel" de majesté ’"nous", pour vous évoquer vous-même : c’est risible. Mais, pourquoi cette hargne à détruire ce que fait Manuel Aeschlimann en toute illégalité et à modifier les chiffres que tout un chacun peut vérifier ? Pour lui nuire encore plus que lui-même ne se nuit ?

                    Selon les chiffres officiels de la mairie, un plus plus de 25.000 envois (et non 76.000 selon vous) ont été faits en toute illégalité par Manuel Aeschlimann le 21 mars 2008 pour un coût de 40.000 euros (et non 30.000 euros selon vous).

                    Le problème est que la Ville est obligée de demander le remboursement de cette dépense illégale à...Manuel Aeschlimann, qui, si il refuse, pourra y être contraint par la voie judiciaire (un référé est ici possible, avec une astreinte heure par heure, s’agissant de l’usage de fonds publics hors la loi puisque sans avis, discussion et vote du Conseil Municipal.

                    Le plus drôle est que Manuel Aeschlimann enfreint lui-même la loi et le CGCT -Code Général des Collectivités Territoriales) pour se tirer, avant de partir, une dernière balle politique dans le pied....

                    Car, en envoyant ainsi le Rapport de la Chambre Régionale des Comptes que chacun peut lire, il a, outre la faute légale indiquée ci-dessus, commis une erreur essentielle : il a fait preuve que sa propagande électorale adressée par un envoi postal similaire AVANT les élections comportait un rajout, faux, attribué par lui aux magistrats de la CRC.

                    Il n’est pas acquis que ce "rajout faux" ne soit pas non plu sanctionnable à divers échelons.

                    Bref, le dernier acte de Manuel Aeschlimann avant de disparaître de la scène politique asniéroise aura été de s’auto-détruire en pensant encore se grandir.

                    Il y a dans cette initiative un aspect pathétique manifeste, mais aussi une volonté politique suicidaire évidente.

                    A trop vouloir "communiquer" sur son bilan qu’il ne voulait pas publier via ce Rapport AVANT les élections, Manuel Aeschlimann a marqué un but grandiose contre...lui-même. Un échec de plus en quelque sorte !!!

                    Quant à l’audit de la gestion de la ville depuis 2001, il n’a rien à voir avec ce Rapport tiré de documents sélectionnés par la CRC : il visera l’ensemble exhaustif de la gestion de Manuel Aeschlimann depuis 2001.

                    Mais, déjà, comme vous ne l’ignorez pas, ses anciens co-listiers ont "dénoncé" d’eux-mêmes des faits qui peuvent intéresser la Justice et ouvrir probablement 3 autres "informations judiciaires".

                    J’écris cela pour les lecteurs d’Agoravox à travers ma réponse pour vous, n’ayant aucun doute sur votre acharnement à nier la réalité, à essayer d’instaurer doutes et désinformations, à tenter encore et toujours de manipuler pour faire croire que votre "héros" a encore un avenir devant lui.

                    Ce qui n’est plus le cas. comme tous le constatent, sauf vous !

                    Mais sachant que vous ne reconnaîtrez jamais vos erreurs, vous qui aviez annoncé des "surprises" pour le Conseil Municipal du 22 mars 2008 (où la seule fut le nombre de citoyens venus soutenir la nouvelle majorité en mairie ce samedi), j’utilise à bon escient les occasions de répondre que vous m’offrez si aimablement, comme Manuel Aeschlimann a donné à la Ville les verges pour se faire sanctionner encore plus fort avec ses 25.000 envois illégaux.

                    On ne change pas une stratégie d’échecs répétés quand on est un amateur d’échecs permanents....

                    Bien citoyennement vôtre,


                  • casa9a 28 mars 2008 17:39

                    25 000 envoies certe, mais 76 000 Habitants..il ne faudrait pas les oublier....Pour le reste, c’est comme a votre habitude...vous parlez desinformation , c’est pas vous c’est l’autre, ouh le mechant.....vous devenez agressif et cherchez a ecraser mes propos.... alors que je ne fais que rapporter le lien du site officiel de la mairie gere aujourd’hui par la municipalite en place... vite vite dite leur de supprimer le lien....des fois que l’on puisse comparer dans quelques mois...

                    Pour ce qui est de la presentation de l’ancien maire de son propre chef comme temoin...lisez le nouvel obs...et les dernieres infos reuters, afp...etc - Mais bon, c’est la nouvelle ere de la democratie asnieroise...

                    Vos pseudos menaces d’astreindre l’ancien maire.....pensez vous reellement que celui a qui vous reprochez d’etre un procedurie aurait publie ce rapport en le diffusant sans s’etre assure de son juste droit....Il aura surement fait cela dans la precipitation et par depit....smiley 

                    Ensuite, si je me rappelle bien, le discours officiel c’etait une baisse des frais de justice...A c’est pas vous c’est l’autre...comme c’est bizarre...vous commencez bien vite.

                    Mais continuez donc, deuxieme round des enrageschlimann....

                     


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 28 mars 2008 18:33

                    CASA9A,

                    De rectificatif en rectificatif, il ne vous restera plus rien à écrire d’intéressant, sinon à répéter les dires de la voix de son maître.

                    Comme vous me donnez l’occasion de vous répondre avec la douce sérénité que donne la conscience du citoyen honnête, j’en profite pour compléter le point de droit que vous tirez de Lionel L qui est à la réflexion sensée ce que le désert est à l’eau.

                    Vous vous réfugiez derrière l’hypothèse, comme le précité, que Manuel Aeschlimann n’aurait pas violé la loi en faisant envoyer 25.000 courriers, de plus en toute connaissance de cause.

                    Mais, si justement et deux fois même : aux termes justement des textes du CGCT qui régisent les changements de majorité municipale, Manuel Aeschlimann ne pouvait que "gérer les affaires courantes et urgentes de la Ville". Soit donc, quelqu’un l’a induit en erreur en lui cachant ce texte, soit il a voulu forcer le destin contre lui.

                    En plus, s’il voulait publier ce Rapport aux frais de la mairie en toute légalité, selon l’article cité par votre ami Lionel L et comme le rappelait Manuel Aeschlimann AVANT sa chute, il devait requérir ce droit du Conseil Municipal après étude et discussion de ce Rapport. Ce qui n’a pas été le cas.

                    Et de 2 infractions. Deux !!!

                    La troisème, celle que votre maître n’a pas vue de suite, c’est que le Rapport qu’il a expédié souligne de lui-même que Manuel Aeschlimann avait laissé ou fait commettre un faux rajout attribué à la CRC dans ses documents de campagne électorale.

                    Soyons juste avec vous et votre nouvel ami, Lionel : si vous croyez ce que vous dit ou disait Manuel Aeschlimann, il est sûr que vos informations seront à vérifier et à passer au crible de la critique citoyenne.

                    Résultat : Manuel Aeschlimann est visé par une demande légitime de remboursement de 40.000 euros dépensés "hors la loi" d’un Rapport qu’il ne pouvait faire publier, comme maire, par la mairie sans réunion préalable du Conseil Municipal.

                    Et il a prouvé ainsi de plus qu’il avait commis un faux attribué aux magistrats de la CRC auparavant.

                    Mais, comme Lionel L, vous allez dire que les textes sont vagues ou imprécis, ce qui n’est pas ici le cas.

                    A défendre l’indéfendable, on se retrouve ridiculisé et seul. Mais, cela, c’est votre droit le plus strict.

                    Bien citoyennement vôtre,

                     

                     

                     

                     


                  • princenas 29 mars 2008 00:00

                    75000 habitants et 25000 envois OK mais si on resonne par foyer avec electeur inscrit sur les listes, on s’y retrouve


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 01:51

                    Princenas,

                    Je corrige juste un chiffre que Manuel Aeschlimann néglige souvent, comme ses amis, de mettre en avant pour ne pas montrer à "ses électeurs" que la ville s’est densifiée et qu’elle a été largement "bétonnée" : en 2008, Asnières compte 90.000 habitants.

                    Le chiffre de 76.000 date de 1999. Depuis, par miracle, de ZAC en ZAC, la ville a accru sa population fortement presque plus que 20%.

                    Celui qui en 2001 voulait dans ses discours garder à Asnières son "côté village" (bien que discutable selon les quartiers) a densifié la ville à l’extrême et réduit les espaces verts. Résultat : le nombre d’habitants par km² est un des plus élevés de France pour une commune urbaine.

                    Cela ne retire rien à la pertinence de votre commentaire, mais le souligne juste.

                    Bien cordialement,


                  • Gilles Gilles 29 mars 2008 08:00

                    Pffffff...il sera condamné à 6 mois ou un an avec sursis, sera inéligible un an ou deux et en 2014 il reviendra aux commandes de la ville, élu par plus de 60% des voix.

                    Un précédent existe Balkani..par mi d’autres

                    Vous n’en avez pas fini avec lui !

                     


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 11:03

                      Gilles,

                      Les raisons qui font que les époux Balkany sont revenus et restent en mairie de Levallois sont très loin de la situation et des réalités d’Asnières : gestion, opposition, vie publique, tout y est grandement différent.

                      Depuis disons 14 ans, Asnières a "épuisé" 3 maires dont aucun n’est revenu.

                      Asnières et sa situation ne sont donc absolument pas comparables, tout autant que Patrick Balkany est très différent de Manuel Aeschlimann sur une multitude de points.

                      Chaque ville a son histoire et elle est...fort différente !

                      Disons surtout que Manuel Aeschlimann n’a plus déjà aucune chance de revenir un jour en mairie comme maire : Asnières n’aime les "loosers".

                      Merci quand même de votre intérêt à la vie de cette commune du Sarkoland ?

                      Bien cordialement,


                    • chmoll chmoll 29 mars 2008 09:39

                      Manuel Aeschlimann ,vu que l’gus fait partit d’la france d’en haut,à partir de là le petit théatre d’la "justice" vas dépendre de l’état,plus connu sous l’élysée circus

                      i vas ètre puni sévèr’ment et hop !! au canada comme l’juppé, mon dieu ç’est atroce pour Aeschlimann

                      un p’tit rappel l’élysée circus fait des représentations tous les mercredi matin


                      • Philippe Vassé Philippe Vassé 29 mars 2008 11:09

                        Chmoll,

                        Le cas de Manuel Aeschlimann est très différent de Juppé : Juppé fut Premier Ministre et le protégé de JacquesChirac. Ce qui ne l’a pas empêché d’être condamné pour UNE seule affaire.

                        A voir l’avalanche de dossiers qui s’accumulent sur les bureaux des Juges de Nanterre, pour Manuel Aeschlimann, cela ressemble plus à une longue et lourde queue de casseroles judiciaires.

                        Donc, en toute logique, son avenir politique est derrière lui, d’autant que sa gestion n’a pas laissé un souvenir admiratif chez les citoyens d’Asnières.

                        Quant à l’Elysée, personne ne pense plus à lui.

                        La solitude des perdants politiques est souvent terrible : après le Capitole, la roche tarpéienne.

                        Bien cordialement,


                      • Radix Radix 29 mars 2008 13:03

                        Bonjour

                        Ce sont les préliminaires, nous n’en sommes qu’à la régence...

                        Que la fête commence...

                        Radix


                        • Iroquois Iroquois 29 mars 2008 19:42

                          C’est une bonne nouvelle de cette gestion cesse, que ses responsables soient de l’ump ou de n’importe quel autre parti. La corruption n’a pas de couleur politique.


                          • moebius 29 mars 2008 22:23

                            gnin gnin sarkosy prout prout..agonie vox

                             


                            • moebius 29 mars 2008 22:47

                              Tibet libre LIBERTE

                               


                              • moebius 30 mars 2008 00:21

                                La corruption politique n’a pas de couleur politique certe certe mais tapez TIBET LIBRE

                                 


                                • Christoff_M Christoff_M 30 mars 2008 23:56

                                   comme Schuller qui avait perdu Clichy à l’époque, il a fini par porter le chapeau pour la bande à Pasqua et Balkany, notre ami SARKOZY était déja maire de Neuilly !! m’est avis qu’Aeschlimann va porter le chapeau pour d’autres, cela devient une habitude dans une certaine droite, et avec mr Devedjian à la tete de tout ça, on ne peut qu’avoir des "comportements amicaux"....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès