Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Elections européennes : la campagne a minima

Elections européennes : la campagne a minima

Le 25 mai auront lieu les élections européennes. Mais entre cette Europe fâchée avec la démocratie et une majorité guère à l’aise après la défaite des municipales et dont le discours européen est assez inaudible, la campagne n’a que timidement démarré dans les médias : un vrai scandale démocratique.

Rideaux de fumée de la majorité
 
Il faut croire que la défaite aux municipales, qui devrait être encore amplifiée aux européennes, a poussé les stratèges de l’Elysée à opter pour une occultation pure et simple de la seconde élection, en espérant que cela limite la défaite et surtout qu’on en parle le moins possible. En effet, comment ne pas constater que la communication de la majorité a changé, en adoptant la tactique sarkozyste consistant à faire l’actualité tous les jours ? Les nominations au gouvernement ont été étalées dans le temps, ce qui a permis d’occuper les médias pendant une bonne semaine. Puis, nous avons eu la déclaration de politique générale, et l’annonce de la réforme territoriale. Puis a suivi l’annonce du plan d’économie de 50 milliards, le tout entrecoupé de déplacements internationaux du président, pour se présidentialiser.
 
On peut même se demander si les atermoiements de l’aile gauche du PS (à la nomination de Manuel Valls, puis avant le discours de politique générale, avec le suspens sur leur vote, puis sur le plan d’économie) ne sont pas directement chorégraphiés à l’Elysée et Matignon tant ils se ressemblent et finissent toujours par un retour au bercail. Outre le fait d’occuper les médias, ces discussions internes et publiques sont peut-être un moyen pour la majorité de ratisser plus large en plaçant le gouvernement le plus au centre possible (pour ne pas dire à droite, économiquement) tout en conservant une critique de gauche marquée au sein même de la majorité. Ce faisant, Hollande et Valls ont repris le contrôle de l’actualité politique et l’occupent suffisamment pour occulter le plus possible tout débat sur les européennes.
 
Reprendre le débat en mains

On peut comprendre pourquoi le PS suit cette stratégie. Il n’a rien à dire sur le sujet, ayant ratifié tous les traités et ne pouvant pas vraiment décemment reprendre un discours sur l’Europe sociale dans le contexte actuel. L’UMP n’a pas non plus un grand intérêt à pousser ce débat, du fait de ses divisions internes entre une aile fédéraliste qui assume le bilan européen et une frange plus critique, représentée par Henri Guaino (qui a déjà déclaré qu’il ne voterait pas UMP le 25 mai, du fait du choix d’Alain Lamassoure comme tête de liste pour l’Ile de France) ou Laurent Wauquiez, à la ligne chaotique sur la question. Les centristes font le service minimum car leur position d’eurobéats est devenue ultraminoritaire en France et les Verts prient pour ne pas trop perdre par rapport aux résultats surprenants de 2009.

Il est assez effarant que l’UMP et le FN aient attendus si tard pour lancer leur campagne, partant sans doute du principe que quatre semaines étaient suffisantes pour débattre de ces questions, quand les listes de Debout la République ont démarré, pour certaines, dès la fin 2013 ! Si certains médias organisent des débats et des interviews qui permettent d’informer les électeurs, beaucoup n’accordent pas la place qu’il conviendrait d’accorder à un tel débat étant données les innombrables questions qui se posent sur l’Europe, que ce soit sur son organisation ou la monnaie unique. Une campagne insuffisante ne va pas mobiliser les électeurs, qui pourraient être tentés par l’abstention, ce qui représenterait un satisfecit pour l’UE actuelle, comme le disent bien 3 jeunes de DLR, du MRC et du FG sur Marianne.
 
Il est tout de même effarant d’en entendre certains se plaindre de l’abstention aux élections européennes, tout en n’accordant pas une place suffisante au débat sur la question. L’Europe, parlons-en, et nous verrons bien le 25 mai quels projets les Français soutiendront. Gageons que ce ne sera pas l’UE actuelle…

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Wells 14 mai 2014 10:59

    A noter qu’il existe un vrai choix lors de cette election (c’est à souligné !)

    On peut le résumé à pour ou contre rester dans l’Europe.

    Etant entendu que « changer » l’Europe est juste impossible, l’UPR propose la seule solution viable : la sortie de l’Europe.

    Pour une fois, vous aurez le choix lors de ces élections, profitez en !

    http://www.upr.fr/elections-europeennes-2014


    • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2014 11:55

      vous avez crée combien de comptes pour troller ce site avec votre propagande UPR ????

      L’UPR tient dans une cabine téléphonique et personne ne la connait , moi ça m’interroge !

    • fredleborgne fredleborgne 14 mai 2014 12:11

      18 dans une cabine téléphonique pour Démocratie Réelle ?
      Quoique il faut encore multiplier par 5 (puisque 5 listes au total).
      Oui, il y a le choix pour limiter l’Europe à ce qu’elle devrait être : une organisation au service des ses peuples et non l’interface au service du lobbyisme mondial.
      C’est mon seul compte sur ago et je suis là depuis des années ;o
      Cordialement


      • ppazer ppazer 14 mai 2014 13:02

        N’oubliez jamais que la Révolution Française et la prise de la Bastille étaient violentes et parfaitement illégales. Les gens n’ont pas mis de bulletin dans l’urne pour dire qu’ils étaient mécontents. Et pourtant aujourd’hui on célèbre cette énorme désobéissance civile au plus au niveau en en ayant fait notre fête nationale.
        Donc le respect du droit, c’est bien gentil, mais quand celui-ci conduit à bafouer les intérêts du peuple, il est du DEVOIR de ce dernier de s’y opposer, et de ne pas se laisser endormir par les dispositifs pseudo-démocratiques et attrape-couillon mis en avant par l’administration en place.

        D’ailleurs, sur ce point, je renvoie à l’article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".
        La première étape consiste à arrêter de croire que de telles élections changeront quoi que ce soit. L’administration n’est pas assez bête pour mettre en place des instruments qui nuiraient à sa raison d’être, il ne faut pas se leurrer. Autrefois certains disaient « élections, piège à cons » : ça n’a jamais été aussi vrai que maintenant.

        Mais bon...Je dis ça... Je sais que chez certains il faut du temps pour que l’idée fasse son chemin...


        • Pasco 15 mai 2014 09:07

          Nous sommes certainement des milliers à avoir envie de ressortir nos piques révolutionnaires et d’aller prendre cette nouvelle bastille qu’est l’Élysée pour contraindre cet ersatz de roi poltron à faire enfin son devoir envers le peuple.
          Si nous étions juste assurés de ne pas nous retrouver devant un bataillon de CRS armé jusqu’au dents, et prêt à tirer sur la foule. Ça s’est déjà vu...
          Parce qu’il est bien évident que les urnes ne changerons jamais rien. Si c’était le cas ce serait déjà fait.
          Alors, qui commence ?


        • Zeb_66 15 mai 2014 15:42

          @ Pasco

          « Si nous étions juste assurés de ne pas nous retrouver devant un bataillon de CRS

          armé jusqu’aux dents, et prêt à tirer sur la foule. Ça s’est déjà vu... »

          Simple velléité alors... bof, ça va pas loin !

          Pour changer les choses il faudra que le sang coule, beaucoup, en être certain et

          peser le pour et le contre puis assumer les risques, OK pour ceux qui n’ont plus

          grand-chose à perdre, c’est dans la logique, mais pour les autres ?

          Pour en arriver là il faut beaucoup plus de misère et de souffrance que la situation

          actuelle des Français mais ça progresse, ça progresse. smiley


        • Gaston39 14 mai 2014 13:19

          Comme semble l’indiquer les sondages, le projet que les Français risquent de soutenir le 25 mai sortie sera celui d’une sortie de l’UE.
          Reste à savoir si les Français vont retenir les propositions douteuses et en demi-mesure ou s’ils vont conclurent que du clair et net comme seul le propose l’UPR est la solution la plus viable ?


          • zygzornifle zygzornifle 14 mai 2014 17:34

            Je me demande même si le PS s’est imprimé des bulletins ??


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 mai 2014 18:03

              Pourquoi et pour qui voter : Deux questions qui ont une même réponse.

              http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/europeennes-2014-pour-qui-voter-151751?debut_forums=200#forum4024059

              La meilleure résolution est de NE PAS VOTER puisque les votes nationaux ne donnent rien du tout depuis des décennies ; que peut alors promettre le théâtre de Bruxelles ? Ce vote n’est qu’une diversion qui consiste à attirer et aligner les opinions publiques nationales vers l’agora du bal bla sans fin et sans but ! Les seuls bénéficiaires sont les milliardaires des multinationales et bien sur tous ceux qui en profitent du pouvoir parallèle qui en découle ! Les États sont en porte à faux, si on pouvait afficher le fonctionnement des institutions et des administrations on pourrait voir en direct comment les ordres et les directives viennent des paradis fécaux et comment les nations sont réellement gouvernées par le pouvoir de l’argent sale !

              Le LEURRE DÉMOCRATIQUE qui permet l’installation des irresponsables aux postes politiques doit être banni, il ne génère que les trahisons électorales officiellement assumées par des élus sans aucune conscience !

              Dire qu’il y a un semblant de démocratie en France c’est affirmer avec force que 01) Hollande a été choisi par une majorité de Français (nous savons que c’est faux) ; 02) La France est globalement homosexuelle (nous savons AUSSI que c’est faux). Or la réalité est celle-ci : Hollande préside et conditionne le destin de 65 millions de Français et 65 millions de Français sont sous le poids des lois les plus idiotes et les plus scélérates !

              Alors « »pour qui voter ? « » AU DIABLE LE PRINCIPE MÊME DE LA DEMOCRATITUDE qui consiste à installer au pouvoir des irresponsables en utilisant la supercherie des cirques électoraux dont les résultats ne sont en général que 20 pour cent de « oui » sur 30 pour cent de participants ! Ou est la légitimité ?

              Il faut réformer l’organisation sociale et humaine : Nous sommes en 2014 et je vous rappelle que les jacasseries grecques sont depuis longtemps, tres longtemps périmées !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès