Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Elections présidentielles : Est-ce la fin du rêve démocratique français qui (...)

Elections présidentielles : Est-ce la fin du rêve démocratique français qui nous attend au bout du chemin ?

Les singes iront au paradis, quand nous autres – cousins bâtards et dégénérés – pourriront dans la fange d'un grand nul part, enfants oubliés du bon dieu ou de rien.

Et pourquoi Lucifer nous ouvrirait ses portes ? Détrompez-vous. Vous pouvez jetez crucifix, croissant et étoile. Désertez vos confessionnal, passez sur l'extrême onction, il n'y aura pas de jugement dernier : Personne ne reprochera au cafard d'être né cafard et d'avoir vécu ainsi.

Je divague, mais la dépression consécutive à la beuverie est inévitable, et celle-ci, à la lumière de ce que je viens de pondre, me paraît assez violente.

 Voilà qu'arrive l'année 2012, paradoxalement effrayante et excitante pour nous autres gosses de l'extraordinaire vacuité caractérisant ces vingt dernière années. Non qu'il ne se soit rien passé, loin de là : mais quoi de bon ? Notre deuxième décennie restera marqué par le terrorisme et la troisième semble être celle de la loi de l'économie, des marchés financiers, de la rigueur. Et notre indifférence n'évolue plus.

Nous avons vu, et avons pour la plupart encore en tête la victoire de Jean-Marie Le Pen sur Lionel Jospin, ce 21 avril 2002. La France prend conscience de sa connerie. Il n'y a rien de pire qu'une population indifférente. Que cela arrive une fois, accidentellement, soit. Il n'y a aucun pays ni aucun peuple infaillible. Et puis, un léger moment d'indifférence peut et débouche souvent sur une plus grande prise de conscience, plus significative et bien plus massive que celle d'un peuple se sentant concerné par intermittence, vaguement, quand une affaire fait médiatiquement plus de bruit qu'une autre. Seulement ce ne fut pas suffisant pour nous autres français et voilà que nous élûmes Nicolas Sarkozy en 2007 …

1972, États-Unis d'Amérique. Alors que l'affaire du Watergate n'intéresse qu'une poignée de journaliste de Washington, Richard M. Nixon est réélu face à George McGovern avec un écart presque record de 23,2%. C'est proprement énorme, et lorsqu'en août 1973 il évoque sa défaite dans une tribune du Washington Post, McGovern a ces mots :

« En réfléchissant à la signification de la dernière élection présidentielle, il me semble maintenant que la victoire avalanche de M. Nixon et ma défaite écrasante auront finalement une plus grande valeur pour la nation que la victoire que mes partisans et moi-même avons si durement tenté de remporter. Je crois que l'Histoire démontrera qu'il n'était pas seulement important que M. Nixon gagne et que je perde mais que l'écart devait être aussi gigantesque. Le prodigieux triomphe de M. Nixon et la révélation encore plus grande de la corruption qui l'entourait ont fait plus pour réveiller la nation qu'une victoire éventuelle de ma candidature. »

C'est peut-être le mieux, même pour nous. Il faudrait finalement, pour que se ravive l'esprit critique français, une nouvelle victoire de la droite. Que M. Sarkozy étrille M. Hollande, Mme Le Pen et les autres, malgré toutes ces affaires tournoyant près du centre névralgique de l’Élysée. Si tout cela s'avère compromettre le Président, on aura alors réélu un escroc, un malhonnête, un homme sans principe prêt à sacrifier l'esprit profond de la démocratie française sur l'autel de l'argent et des ses propres ambitions. Sera-ce la gifle nécessaire pour que nos concitoyens sortent de leur léthargie ? Qui sait, il est des choses imprévisibles. Si cela ne marche pas, nous serions alors dans un sacré tas de merde duquel il sera difficile de s'extraire.

Je n'arrive pas à comprendre comment la droite populaire/iste peut aujourd'hui avoir une si grande audience et un poids aussi important dans la gouvernance de l’État, quand il est manifeste que le fond de leurs propositions trouve racine dans l'idéologie d'extrême droite …

Enfin si, je le comprends. Disons que je pige pas que tant de gens se fassent happer … Nous savons tous qu'en temps de crise, les extrêmes remontent toujours dans les sondages. Quoi de plus facile que de stigmatiser les étrangers, de rejeter tous les maux d'une société sur la mondialisation et l'immigration. Quoi de plus simple qu'un bon discours sécuritaire et nationaliste. La raison à cette montée de la droite populiste, c'est qu'elle est assez beauf pour toucher de ses braiments une population d'âne prête à croire n'importe quoi d'assez stupide qui puisse la rassurer et la conforter dans ses réflexions.

Cette droite populaire c'est l'héritage et, en quelque sorte, la création du Sarkozisme. Il est peu probable que les députés à la base de ce mouvement se soit senti une si grande liberté d'expression si notre actuel Président n'avait pas, depuis sa nomination Place Beauvau, multiplier les déclarations aux senteurs frontiste. M. Sarkozy a décomplexé l'aile dure de l'UMP.

Revenons en 2007 : Nicolas Sarkozy est le ministre de l'intérieur le plus sécuritaire de la Vème. L'immigration est le fait de délinquants et la délinquance le fait d'immigrés. Alors en campagne présidentielle, profitant de l'effet de peur produit par les émeutes de 2005, il se présente comme celui qui va laver les banlieues difficile de leur vermine et empêcher que la France ne soit envahi d'autres voyous venu d'ailleurs.

(Le qualifier de raciste serait complètement malhonnête, tant il a tenu à montrer le contraire, ne faisant aucune différence entre maghrébins et africains noirs, et roms de Roumanie.)

Il avait fait ses preuves par deux fois à l'Intérieur : Nicolas Sarkozy est un homme d'état actif – d'aucuns dirait hyper – qui n'a pas peur d'aller au charbon sur le terrain.

Et apparemment, la majorité des français le trouvèrent convainquant, assez pour en faire notre dirigeant. C'est la réussite du pompier pyromane … Pour un temps. Il semblerait que la France, à son rythme, commence à comprendre l'escroquerie et à voir sous le masque, l'imposture.

Avec de grand geste et des mots effrayants, Nicolas Sarkozy réussit à essorer le FN de pas mal de ses électeurs, cette fois-ci.

L'intégration raté des enfants d'immigrés et l'explosion des banlieues en 2005 ont en quelques sortes ouvert la voie au plus petit président de notre histoire – heureux serions-nous s'il ne l'était que par la taille.

Aujourd'hui, le secret est éventé : Ce type n'est pas plus performant que les autres, et même les fachos bâtardisés du front national l'ont compris. L'original ne sera jamais dépassé par une imitation. Que les électeurs traditionnel de l'extrême droite y retourne n'est pas grave en soi, mais il est fort probable que ceux qui habituellement votaient modéré les suivent, trop souvent déçu par un Nicolas gesticulant mais impuissant.

Le plus beau des risques, c'est l'UMP qui joue avec. La droite s'expose à une assez grande séparation de son électorat pour que le PS puisse passer au second tour – si Dieu le veut, se sera face au FN. J'aime à penser que la plupart des électeurs de la droite modéré abhorre autant que moi leur extrême, et favorise un parti républicain plutôt que ces nostalgiques de Vichy.

En fait, le seul véritable risque qui me ferait chialer si j'y pensais – une fois avoir pris ne serait-ce qu'un peu d'acide - serait de voir au second tour Marine le Pen et Nicolas Sarkozy s'affronter. Je ne pourrais jamais me résoudre à voter Sarkozy, c'est proprement au dessus de mes forces.

Il n'y aurait alors plus rien de bon à sauver en France.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • dawei dawei 9 novembre 2011 10:48

    votre billet de mort la queue, alors que vous m’aviez donné une touche d’espoir :
    le sarkozisme est le pire des régime que la V eme ait connu, s’il est reconduit, ça pettera forcément, le rouleu compresseur d’indignation se mettera serieusement en marche ... finallement, vous m’avez soulagé avec l’idée que Sarko passe, s’il passe, on rase tout et on recommence tout depuis le début ! Ordo ab Chaos.
    Remarque, si LePen passe aussi ce serait la guerre civile ... donc dans les deux cas ordo ab chaos, j’espere seulement que l’ordre vainceur sera un Ordre humaniste et citoyen en réaction à l’ Ordre fasciste .


    • HerveM HerveM 9 novembre 2011 16:00

      Votre titre m’a fait pensé à Flaubert qui écrivait en 1871 : « Tout le rêve de la démocratie est d’élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois. Le rêve est maintenant en partie accompli. »

      Pour ce qui est de vos comparaison douteuses entre Front National et le gouvernement de Vichy, rapellez vous que cette fois ci, les nationalistes n’auraient pas les baïonettes allemandes au cul....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samy

samy
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès