Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Electricité : vers un confort urbain et une précarité rurale (...)

Electricité : vers un confort urbain et une précarité rurale ?

En matière d’électricité, risque-t-on de retourner vers un système inégalitaire entre villes et campagnes, que l’on croyait disparu depuis plus 60 ans ? C’est cette crainte qui a amené les responsables nationaux du système électrique à se mobiliser face aux menaces que faisaient peser certains élus locaux.

De fait, les débats sur la transition énergétique ont fait émerger de manière forte le thème de la « décentralisation énergétique », qui permettrait à chaque territoire de gérer de manière quasi autonome sa production, sa distribution et sa consommation. Une telle solution peut paraître séduisante et rentable pour ceux qui, en ville, disposent d’unités de production à proximité et de réseaux solides. Par contre, dans les campagnes, où les raccordements sont plus distants et vulnérables face aux aléas climatiques, la facture d’entretien du réseau risque vite de devenir insoutenable.

Ainsi, ce qui est en question, dans ce débat, est le maintien du service public national de la distribution d’électricité, tel qu’il est organisé depuis 1946. Devant le caractère crucial de cet enjeu pour la solidarité nationale, la FNCCR (Fédération Nationale des collectivités concédantes et régies) et ERDF, qui gèrent en partenariat le réseau d’électricité, ont signé un nouvel accord de coopération. Il porte notamment sur les échanges de données et les investissements, et réaffirme ainsi le principe de péréquation entre les territoires.  

Pour autant, cet accord ne règle pas tout et il y a toutes les chances que certains élus d’agglomérations déterminés, comme Denis Baupin (EELV) à Paris ou Gérard Collomb (PS) à Lyon, poursuivent avec force leur combat en faveur d’une décentralisation énergétique. 

Toutefois, le système renforcé de solidarité nationale dispose aujourd’hui d’un nouvel allié de poids au niveau de l’Union européenne. En effet, pour Joaquin Nunes de Almeida, directeur des « marchés publics » à la Commission Européenne, le modèle électrique français constitue une source d’inspiration, qui pourrait être transposé notamment en Europe centrale afin de lutter contre la corruption. Il assure donc que (pour une fois !) dans ce domaine, ce ne seront pas les institutions européennes qui pousseront au démantèlement


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Patrick Samba Patrick Samba 19 septembre 2013 15:35

    Bonjour,

    un article manifestement utile, et qui pose une très bonne question. Malheureusement le titre, clair, ne trouve pas une traduction satisfaisante dans le développement.
    Par un trop grand souci de concision ? (les liens ne font pas tout, et ne doivent-ils pas en général apporter la confirmation d’une affirmation, et non pas servir d’argumentaire développé rendant alors la lecture trop fastidieuse ?)


    • mister dust mister dust 19 septembre 2013 15:40

      je m’en tape de la précarité rurale. faire de l’élecricité est assez facile et quand on se la fait, on pense à étteindre lulières et veilleuses ...

      quand au confort urbain et ses effets secondaires comme avc, cancers, apnée du sommeil, dépression ... je vous le laisse =)


      • Corinne Colas Corinne Colas 20 septembre 2013 18:02

        « Je m’en tape, tu t’en tapes, il/elle s’en tape etc. »


        Si chacun était encouragé à se la fabriquer, personne n’aurait l’électricité coupée à cause d’impayés.

        Nous sommes nombreux à nous en taper à la campagne, sur l’eau, en montagne, sur les routes et à préférer notre « précarité » heureuse au « confort urbain ». Cela ne les empêchera pas d’inventer différents dispositifs afin d’essayer de nous faire cracher notre obole. 

        Et malheureusement la « fée » Areva refilée au privé par l’intermédiaire des régions, cela va finir comme pour la gestion de l’eau. Ce n’est pas la précarité rurale ou trop de confort urbain qu’il faut craindre mais le scénario Tepco... Dès le départ, on sait ce qu’il se passe à la fin du dernier épisode de la série.

      • Ruut Ruut 19 septembre 2013 17:18

        Avec la privatisation de l’électricité, les campagnes seront délaissées, c’est une évidence.



        • baldis30 19 septembre 2013 20:36

          une bonne solution la renationalisation , outre la sécurité comme Laurent Pinsolle le soulignait ici-même il y a peu et dans tous les domaines hydraulique, et nucléaire.
          Ô cela ne fait pas plaisir à ceux qui cherchent à détruire la nation ... mais qu’on se rappelle la mobilisation de tous lors des dégâts de la tempête de 1999....
          Que cela recommence, et ce n’est pas si rare que cela, sans qu’il puisse y avoir de parade réelle satisfaisante on verra comment les élus des petites entités géographiques réagiront , et se ce n’est pas eux ce seront leurs électeurs ....Qu’on le veuille ou non la france compte dix millions de ruraux .... pas nécéssairement tournés vers l’agriculture, mais par leur habitat ...


        • aberlainnard 20 septembre 2013 12:04

          La privatisation et la régionalisation de la production d’énergie électrique me paraît être une absurdité sans nom, à la fois techniquement et économiquement. Les sources de production existantes (charbon, gaz, hydro-électricité barrages de montagne et au fil de l’eau, nucléaire, et très marginalement éoliennes, hydroliennes, et photovoltaïque) ne sont pas réparties de façon homogène en Europe. Les interconnections de toutes ces sources par le réseau de transport haute tension permettent l’optimisation de l’ajustement production-consommation à tout moment de la journée et des saisons en fonction de la disponibilité instantanée des sources de production. La conduite d’un réseau est d’autant plus simple à assurer que le nombre de centres de décision est plus réduit. Regrouper la production et le transport d’énergie électrique au niveau national et même européen est sans doute une solution techniquement et économiquement sage et justifiée.


          • Ruut Ruut 20 septembre 2013 14:31

            La Régionalisation as toujours été une stupidité.

            Plus il y as de contribuables, plus de gros projets peuvent voir le jour.

            La Régionalisation c’est diluer les fonds dans des projets ridicules.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès