• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron en marche vers la terre promise ou bien Waterloo (...)

Emmanuel Macron en marche vers la terre promise ou bien Waterloo ?

Le premier ministre vient d’être nommé. On connaît bien ses positions et son positionnement, d’abord fidèle rocardien et plutôt à gauche, il a basculé à droite en restant dans la mouvance modérée, celle incarnée par Alain Juppé. C’est un homme d’influence comme on dit, avec certainement un carnet d’adresse et un réseau. Sa participation à la réunion Bilderberg de juin 2016 en atteste. Mais n’en fait pas pour autant un diable. Cette réunion a vu aussi Christine Lagarde côtoyer un responsable du Point ainsi que la biologiste Emmanuelle Charpentier. Les décideurs aiment bien échanger leurs manières de voir le monde pour l’améliorer ou l’utiliser.

La nomination d’Edouard Philippe a étonné les observateurs politiques et les électeurs. Pourtant, des connivences souterraines étaient connues. Ayant pu discuter avec des militants en marche avant le second tour de la présidentielle, j’ai su que le candidat en marche pressenti pour la circonscription de Bègles-Talence n’était autre qu’un adjoint modem à la mairie de Bordeaux, propulsé par le maire Juppé. Pour le reste, cette cuisine politique du monde d’après laissera un goût amer aux électeurs de gauche qui ont voté Macron. Pour ma part, je préfère prendre de la hauteur et tenter de voir ce qui se précise pour le quinquennat à venir plutôt que gémir en maugréant sur les élites.

La nomination de E. Philippe prend un sens assez clair si l’on note que Macron « aurait fait exploser » le PS et maintenant « s’apprêterait à fracturer » les LR. Avec un objectif, celui de créer un grand rassemblement de personnalités considérées comme progressistes par-delà les anciens clivages gauche droit ayant joué le rôle de pôle structurant pendant quelque six décennies de 5ème république. Le sens clair et évident ne rejoint pas forcément le sens philosophique. Macron joue avec la politique et c’est une bonne tactique. Mais pas forcément une bonne stratégie. Macron, tacticien ou stratège ? Nous verrons bien pour celui que d’aucun ont qualifié de Bonaparte du numérique. Une chose est certaine, Macron et Philippe connaissent très bien le fonctionnement du système. Et c’est ce qui plaît aux gens qui sont dans le système et savent tirer leur épingle du jeu. D’autres n’aiment pas le système ou sont en colère d’être déclassés. Ils votent Mélenchon ou Le Pen. C’est un grand défi pour Macron que de convaincre ces gens qu’ils peuvent avoir leur place.

Alors, tactique ou stratégie ? Il faut considérer que les recompositions politiques ne se décident pas uniquement avec les manœuvres des élites qui ont le levier ni avec les bavardages médiatiques. Les gens ont un bulletin de vote pour les prochaines élections qui s’annoncent incertaines. Macron ne devrait pas trop compter sur un désir de changer d’ère. Les citoyens apprécient ce personnage bienveillant mais sont perplexes face à cette conquête transgressive. Peut-être est-ce bien joué. Un test pour voir comment les LR vont se déterminer. Avec deux effets opposés et tout à fait plausibles. Le repliement ou l’éclatement vers une recomposition. A gauche, le PS peut très bien se refaire une santé en se dégageant de l’impasse Mélenchon.

Macron s’essaie au jeu d’échec une fois de plus. A-t-il plusieurs coups d’avance ou bien a-t-il joué une mauvaise pièce sur l’échiquier avec Philippe ? Ce signal à droite peut donner des ailes au républicains et remobiliser la famille socialiste. L’électeur désarçonné peut décider de revenir en arrière, ce qui affaiblira les candidats de la république en marche. A l’instar du peuple d’Israël qui dans l’Exode traverse le désert, s’insurge, ce qui conduit Moïse à leur demander s’ils préfèrent œuvrer dans de nouveaux temps ou bien revenir à la situation faussement dorée de l’esclavage en Egypte. Nombre de Français sont certainement en état d’oscillation, entre le passé PS-LR qui n’a pas trop marché mais qui est connu et un futur en marche s’avérant incertain pour ne pas dire inquiétant. Les électeurs vont trancher en juin 2017.

Pour l’instant, on peut tracer la question politique sous l’angle de l’identité. Le PS a vu son identité se fracturer pendant le quinquennat Hollande. Les primaires ont acté cette division. Chez les LR, même configuration. Les courants Fillon et Sarkozy ne sont pas compatibles avec Macron. Ensuite, ce sont les politiciens en personne qui jugent s’ils sont compatibles. Et par une étrange métamorphose, quelques-uns se découvrent subitement une affinité nouvelle dès lors qu’un poste est en vue. Quant à l’électeur, il est désorienté avec l’identité perdue ou fracturée des LR et du PS, mais il ne connaît pas encore l’identité de la REM. C’est un drôle de pari que de voter pour un parti dont on ne connaît pas l’identité exacte et qui du reste n’en a pas encore. Il faut du temps pour façonner une identité. (Si j’étais Heidegger, j’écrirais un livre intitulé identité et temps. Quoique, ce livre est déjà écrit en contre-jour, dans ma thèse de 1996 intitulée procès et miroir)

Un monde apocalyptique est en vue. Il risque d’être accompagné de troubles et de révélations au sens philosophique et mystique. Néanmoins, si pour les troubles on peut être certain, les révélations n’adviennent pas nécessairement et ne sont jamais comme on les attend. Etrange stratégie. Espérons que ce ne sera pas une étrange défaite. Ce 14 mai au soir de l’investiture, mon esprit était marqué par de sombres pressentiments. Malgré un excellent dimanche, je ne pouvais ressentir d’émotions positives et sereines. Tout devient possible, y compris une dissolution de l’Assemblée d’ici deux ans. C’est prévu dans la constitution et cette éventualité confirmerait le côté américain de Macron qui par cette procédure, nous placerait dans la situation d’une élection à mi-mandat.

Le pouvoir est une chose, les tensions et les forces traversant une société et parfois fracassant le cours de l’Histoire sont puissantes. En marche, ne l’oublions pas, c’est, en sacrifiant au cliché, une communauté hétéroclites de pèlerins métropolitains du numérique naviguant entre les open bars du soir pour une détente en bonne compagnie tout en s’affairant dans les start-up la journée face aux écrans plats. La France ce sont aussi des travailleurs à la peine, pas certain d’être encore aux machines les années suivantes, des agriculteurs en souffrance, des jeunes en désespérance, des déclassés et des perdants avérés (pour les distinguer des perdants narcissiques traversés par les envies et le sentiment de mal vivre). Bref, nous sommes avec deux catégories, ceux qui accrochent le temps et ceux qui décrochent. Et c’est le défi pour Macron que de créer les conditions de l’accroche. A bon entendeur !

On se souviendra de ce 14 mai. Cette marche solitaire. Une pyramide. Deux symboles. La sortie d’Egypte et la terre promise par Moïse ou bien la révolution technumérique et son Bonaparte traversant le Rhin pour conquérir l’Europe avec le spectre de Waterloo. En marche et deux destins, la sortie d’Egypte ou la campagne d’Egypte. Il manquait à cette scène une figure elle aussi symbolique, le Sphinx et son énigme.


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • zzz999 17 mai 13:32

    Macron n’est rien d’autre qu’un syndic de liquidation du pays.


    • devphil devphil 17 mai 13:54

      @zzz999

      Il est juste un liquidateur judiciaire comme le sont ceux qui pratiquent ce travail de démantèlement.

      Aucun état d’âme et ils touchent sur la déstructuration des entreprises. 

      Dans le cas de Macron , c’est le niveau au dessus de la déstructuration de la France.

       


    • Albert123 17 mai 14:25

      @zzz999

      vous oubliez le caractère psycho pathologique commun à tous ces jeunes loups, non content de liquider le pays, le peuple totalement asservi et hypnotisé en redemandera en plus.

      c’était déjà assez difficile de vivre dans un pays qui ne cesse de mettre des dégénérés au pouvoir, il faudra en plus bientôt supporter le fait qu’il est en train de devenir un asile de fous impropre au bien être des gens encore un peu sains d’esprit.



    • microf 17 mai 14:20

      La vie d´un être humain va de 0 á 100, la vie d´une Nation est éternelle.

      Oui une certaine France va mourrir, car si le grain de blé ne tombe á terre et meurt, il ne produit pas de fruits. Mais dès qu´il tombe á terre et qu´il meurt, il produit beaucoup de très bons fruits.
      Cette France actuelle va mourrir, surviendra alors une autre France que nous attendons.


      • julius 1ER 17 mai 15:15

        . D’autres n’aiment pas le système ou sont en colère d’être déclassés. Ils votent Mélenchon ou Le Pen. C’est un grand défi pour Macron que de convaincre ces gens qu’ils peuvent avoir leur place.


        @Dugué, 
        ce qui est gonflant à la longue avec vous Dugué c’est de mettre Mélenchon et Le Pen sur la même ligne ... 
        au delà de la simple caricature c’est tellement réducteur et simpliste que c’en est pesant de mauvaise foi surtout pour quelqu’un qui se prétend de Gauche et éclairé comme vous le faîtes à longueurs de forums ....

        dois- je vous rappeler pour exemple que Mélenchon parle du nucléaire et avertit les citoyens de ce pays que pendant le quinquennat de l’heureux élu des médias la plupart des centrales nucléaires arriveront en fin de vie et qu’il y a péril en la demeure ??????
        à titre comparatif la Bobo de Montretout ne parle jamais du nucléaire car elle est pronuc et fait l’impasse sur tous les grands sujets dont celui-ci et parle d’augmenter les Dépenses militaires pour les passer à 3% du Pib et de lancer la construction d’un nouveau Porte-avions déjà baptisé Richelieu tout en parlant de « Guerre asymétrique » ....
        si vous Dugué qui êtes un génie d’Avox ne voyez pas de contradictions dans ce simple exposé et croyez y voir une quelconque cohérence ... n’hésitez pas à me contacter je serais tout-ouïe ....

         en attendant j’attends votre argumentation, en ce qui concerne les synergies et les valeurs communes entre Mélenchon et Le Pen !!!!

        • Sparker Sparker 17 mai 15:38

          @julius 1ER

          Dupagai, sait trés bien tout ça mais il traite tout à « l’esprit ». La différence de réalités pratiques ne l’intéresse pas et il met donc tout dans le même sac.
          Macron à ’l’esprit" du changement qui flatte les neurones disponibles de dupagai, comme c’est un grand scientifique les neurones disponibles ne sont pas nombreux alors il fait court.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 mai 21:36

          @julius 1ER

          Mélenchon et Le Pen se ressemblent à travers les passions tristes et une défiance face à l’Europe. Avec une obsession anti-germanique, surtout chez Mélenchon. Cela dit, il existe une moitié du cerveau insoumis qui est Macron compatible. Mélenchon et Le Pen, c’est le retour en arrière. Macron c’est l’inconnu. Il manque des grands philosophes visionnaires à la France. Le salut n’est pas dans le bit, ni le qbit


        • Gabriel Gabriel 18 mai 10:35

          @Bernard Dugué
          Parce que pour vous le programme humaniste et écologique de FI c’est un retour en arrière ? Croyez moi Monsieur Dugué, la continuité du libéralisme débridé et du culte de la personnalité va nous faire faire un grand bond en avant et, soit on tombera dans les abîmes d’un cataclysme économique et humain sans précédent soit on s’écrasera contre le mur d’une catastrophe nucléaire ou écologique de plus en plus inévitable.


        • julius 1ER 18 mai 11:03

          @Bernard Dugué


          sans parler du binaire, je suis bcp plus pragmatique que vous Mr Dugué je ne vois pas les mêmes choses aux mêmes endroits ...
          vous voyez Mélenchon comme quelqu’un anti -allemand , je pense à l’instar de Mélenchon que l’Allemagne n’est pas à la hauteur de son rôle en tant que 1ier de la classe européen ..... 
          un seul exemple : 
          cette volonté de l’Allemagne ( car ce n’est pas être anti-allemand de le dire ) de ne pas laisser la BCE financer directement les Etats à des Taux négatifs ou presque et de refinancer les banques justement à, des taux négatifs ou presque avec le QE .. politique qu’elle mène depuis plusieurs années maintenant !
          ceci est un scandale, surtout lorsque dans le même temps on sait que la France a payé des Taux d’intérêts sur sa Dette à 2% sans citer l’Espagne et le Portugal qui ont payé des taux entre 6 et 9 % 

          si cela n’est pas de l’assassinat économique je ne connais plus rien à l’économie , alors que tous nos économistes patentés certifiés libéraux / compatibles nous en faisaient des tonnes lorsque la France payait des Taux d’intérêts négatifs il y a 3 ans de cela .... 

          nous n’avons pas les mêmes valeurs Mr Dugué je ne crois pas au Capitalisme Ultra/ Libéral qui repose sur des dogmes jamais validés, partout il s’est imposé par la force et la coercition,voir la ruse !!!
          pour ce qui est du nucléaire je me sens très concerné parceque dans ma région il y a déjà deux centrales..... une qui est arrêté depuis bientôt 30 ans Creys -Malville (et dont on ne sait que foutre ) 

          et l’autre qui s’appelle Bugey .. va arriver en fin de vie dans la décennie ( ces 2 centrales sont à quelques encablures l’une de l’autre )

          alors la question qui va se poser pour le doux rêveur que je suis est :

          est-ce que l’on va en installer une autre entre les 2 précitées ( ou juste un peu plus loin )
          car Macron n’est pas un anti-nuc, ni le Pen d’ailleurs ... et Mélenchon sur son blog et dans son programme pose le problème de l’après-nucléaire et voyez -vous çà me parle car çà c’est du concret !!!!!
           

        • arthes arthes 17 mai 16:47

          @L’auteur, : Et vous avez oublié de dire que le roi, il guérit les écrouelles...Tant qu’à faire dans le style courtisan journalistique hein....Tu parles d’un sphinx, l’autre avec sa tête de minet sucré...Un bon acteur de série B quoi.



          • Pierre-Yves Martin 17 mai 18:36

            Je pense pour ma part que les macronistes vont ramasser une pelle et que leur parti a à peu près autant d’avenir que le presque défunt Modem.

            Dans ma circonscription, mais certainement pas dans elle seule, leur amateursime est pittoresque :

            Acte 1 : ils désignent un jeune ENA, peu connu localement. Acte 2 : ils découvrent que celui-ci n’a pas le droit de se présenter dans la région du fait de fonctions administratives qu’il exerçait il y a peu. Acte 3 : ils désignent sa suppléante, une parfaite inconnue, ceci en fonction de critères que je ne devine pas. Acte 4 : un autre macroniste, un petit peu plus connu, annonce qu’il va se présenter comme candidat dissident (j’ignore s’il l’a fait ou non).

            J’ajoute pour être juste que la gauche n’est pas mieux lotie. Ceux qui ont voté pour M. Mélenchon auront le choix entre un candidat PG (pardon : FI) et un PCF, dont les charismes ne sautent pas à mes yeux, sachant que chez nous le PCF conserve un peu d’influence alors que le PG/FI est parfaitement insignifiant.

            Résultat : le sortant UMP filloniste pourrait même s’abstenir de faire campagne !



            • Gavroche 17 mai 18:57

              @Pierre-Yves Martin

              « Ils découvrent que celui-ci n’a pas le droit de se présenter dans la région du fait de fonctions administratives qu’il exerçait il y a peu. »

              C’est comme le FN aux municipales qui présentait même une nonagénaire à l’insu de leur plein gré smiley

              Ce gouvernement sera changé dans un mois, après les Législatives. Ils pourront corriger alors tous les défauts.

            • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 mai 20:28

              @Pierre-Yves Martin

              J’avoue être perplexe et comme je ne suis pas sondeur, je ne peux prédire les résultats. Juste raisonner à la place d’un électeur lambda d’un parti X ou Y face au gouvernement que l’on connaît maintenant. Ce qui se passe est assez étrange. C’est un peu comme une pomme qui défierait les lois de la gravitation


            • Pierre-Yves Martin 18 mai 09:26

              @Bernard Dugué

              En matière électorale, il y a quant même des constantes.

              Éliminons d’abord les sondages qui ne veulent pas dire grand’ chose à un mois d’un scrutin mais deviennent exacts quelques jours avant, car les instituts de sondage jouent alors leur crédibilité.

              Aux élections présidentielles, ce qui prime ce sont les chances des candidats de l’emporter (les électeurs ont bien compris qu’elles se jouent au premier tour) et leur grande tendance politique telle qu’elle est perçue. Viennent ensuite leur campagne et leur image (au sens star system). Le parti politique compte assez peu.

              Aux élections législatives, l’investiture des partis politiques reste très importante. Viennent ensuite la notoriété et l’image politique locale. Les soutiens locaux, notamment municipaux, et les services rendus ne sont pas non plus sans influence.

              Cela fait trois fois que l’élection législative suit immédiatement l’élection présidentielle et toujours au profit d’un des deux partis dominants : 2 fois pour l’UMP et une fois pour le PS.

              Il s’en dégage certes une tendance à donner une majorité au parti du président élu. Mais il faut regarder cela avec précaution.

              On n’a jamais vu le cas d’un président non rattaché à un parti dominant, et encore moins d’un président tentant de pêcher des voix des deux côtés.Les déplacements de voix entre partis aux législatives sont assez limités. En nombre d’élus, par contre, les différences sont énormes en raison du scrutin majoritaire.Les partis de candidats non élus mais ayant fait beaucoup de voix aux présidentielles (M. Mélechon, M. Bayrou, les Le Pen père et fille) ne récupèrent qu’une partie, souvent faible, de ces voix.

              La stratégie de M. Macron ne me semble pas être de donner un rôle essentiel à son nouveau parti. Je pense qu’il ne s’agissait que d’un outil pour les présidentielles, mais il fallait bien récompenser...

              Ce que les grands financiers qui dominent le monde veulent, c’est un seul parti dominant qui leur soit totalement inféodé, un parti Bruxelles-Bildenberg, comme en Allemagne. Il s’agit de rassembler l’UMP, amputée de ce qu lui reste de gaullisme et de catholicisme (car gaullisme et catholicisme entrent en conflit avec la domination absolue des profits mondiaux), et PS affairiste, amputé de ce qui lui reste de gauche. Quant aux autres partis, leur division garantira leur impuissance, tout en donnant l’illusion de la démocratie.

              Le contrôle des opinions publiques par les media, la possibilité de contrôler ceux qui comptent grâce au big data (chantages) rendent malheureusement ce schéma assez réaliste.


            • izarn izarn 17 mai 20:34

              Pondre un article aussi vain sur le rien.
              Parti de RIEN, Macron marche vers RIEN...
              Et nous n’avons RIEN à dire sur le RIEN.
              En sciences physiques l ’équation du VIDE donne une particule : Le macron !
               smiley

              Une sorte de boson de Higgs...
              Hollande vient de découvrir le macron : Prix Nobel en perspective ?
               smiley


              • abcd 17 mai 20:47

                J’ai eût la même réaction ; il est bon tacticien, mais pour quel stratégie ? (le renouveau, le consensus ne sont pas une stratégie) et La stratégie c’est proclamer la fusion d’une absence de politique et d’un continent.
                Imaginez un président qui suite à des manifestations résumeraient sa position par : « je suis pour la France », qui au moindre problème dirait : « je crois en la Marne dans la France » et pour qui l’absence d’efficacité de la France n’aurait qu’une solution : « la paix c’est la France, ne pas y croire c’est être pour la st Barthélemy ».
                Au bout d’un moment on lui dirait la géographie et l’histoire en connait, tu voudrais pas être plus précis, parce que L’Europe de Francfort, n’est pas l’Europe des Grecs, qui n’est pas l’Europe vue d’Écosse, qui n’est pas l’Europe Anglaise, etc...
                Avoir une stratégie c’est quel Europe, quel niveau de vie pour un Laiton, un Portugais, un Flamant dans 10 ans, quel dépendance énergétique, qu’elle niveau éducatif ? quel valeurs ?, bref on fait quoi du machin, à par clamer qu’il existe...
                Un continent ne risque pas de disparaitre comme cela, et un libre marché n’est pas un corps social, on peut acheter du pétrole Turque venant de l’état Islamique et lui faire la guerre, mais vue que personne ne lit entièrement le paragraphe du « doux commerce », on n’ira pas plus loin.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 mai 21:39

                  @abcd

                  Il faut dépasser l’opposition entre régression et progression. Je crains que les gens ne soient enchaînés dans la caverne numérique, observant les ombres projetés depuis le néant des formes sans contenu. Reviens Platon ! Et l’autre qui se cache pourrait nous envoyer un Paraclet, c’est de saison il paraît


                • abcd 18 mai 10:19

                  @Bernard Dugué
                  Oui un paraclet, cela ne ferait pas de mal.
                  Effectivement le numérique n’est pas une ouverture au monde, mais la recherche des ombres qui nous rassurent, mais c’est peut-être une étape dans sa massification (Benjamin Bayart expliquai qu’au début de l’internet, il y avait octobre rouge c’est-à-dire les premières années à la faculté qui oubliait tout civisme sur internet et qu’il fallait les socialiser numériquement, mais aujourd’hui la massification empêche toute progression vers la civilité), peut-être pas... peut-être que les altruistes risquent de devenir suspect (osef la faim dans le monde, la moyennisation du monde, etc..).


                • cathy cathy 18 mai 04:58

                  La sortie du peuple hébreu d’Egypte a été son commencement.

                  Le règne de Napoléon a été le commencement de la fin du peuple français ainsi qu’un coup d’épée mortel pour l’empire catholique. La catholique renaît de ses cendres avec l’islam.
                  Oui tout un symbole cette investiture.

                  • grangeoisi 18 mai 09:16

                    Pour le moment on manque d’informations sur les tractations et désignations des ministrables.
                    Les journalistes restent en deçà de leur travail d’ enquête, bousculés dans leurs habitudes et à la recherche de contacts nouveaux, fiables.

                    On glose pas mal, sinon on s’extasie aussi, ainsi va le superficiel faute d’autres choses !

                    Macron semble s’exercer au jeu de marionnettiste ! Mais quel public aura-t-il lors des premières représentations ? Et quelle fréquentation ? Les législatives donneront une réponse.

                    On lui reconnait une vision assez juste du microcosme politique, lui permettant d’avoir quelques coups d’avance sur l’échiquier cependant on ne gouverne pas un pays avec de l’esbroufe...voyons voir !


                    • baldis30 18 mai 10:18

                      Bonjour,

                      Waterloo ... mais c’est une excellente référence en matière d’arnaque financière ... excellente !

                      Est-ce voulu ou impromptu ?

                      En effet par l’annonce de la victoire de napoléon à Waterloo, une famille de petits banquiers londoniens rafla toutes les actions de petits porteurs en quelques heures . Puis le lendemain arriva le véritable résultat de la bataille et les cours flambèrent .....

                       Question subsidiaire : quel est le nom de cette famille de petits banquiers ?

                      N.B. Toute relation entre la nomination d’un ministre écologique et la chute des actions EDF serait purement fortuite et sans aucun rapport avec la situation bi-séculaire évoquée ci-dessus .... 


                      • zygzornifle zygzornifle 18 mai 11:21

                        Macron c’est un cancer généralisé , il cherche a s’étendre en corrompant toutes les cellules saines qui croisent son chemin ....


                        • Croa Croa 18 mai 12:27

                          « En Marche » ça veut juste dire « En Marche ! » ( Bref, tu obéis ! )
                          .
                          Et à ceux qui renâclent : Qu’ils remarque que Hulot, supposé insoumis (à tors !), s’est déjà mis En Marche !
                          Non mais !  smiley 


                          • Seudo 19 mai 12:04

                            @Croa

                            Je me suis la même remarque quand j’ai vu son slogan.
                            En Marche ou plutôt En avant marche.


                          • Seudo 19 mai 12:06

                            @Seudo

                            « Je me suis fait »


                          • Croa Croa 18 mai 14:28

                            Le slogan « En Marche » ça a déjà bien fonctionné...
                            .
                            comme dans cette série de pré-programme (courts métrages) au cinéma d’autrefois.


                            • zygzornifle zygzornifle 19 mai 11:18

                              Bien venu au pays des pleurnichards , vous avez votés comme des cons , maintenant vous allez vivre comme des cons ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès