Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron fait ce que Sarkozy n’avait pas osé faire (...)

Emmanuel Macron fait ce que Sarkozy n’avait pas osé faire !

Dans quelques années, quand on prendra un peu plus de recul sur ce qu’il se passe, on regardera sans doute avec étonnement cette majorité prétenduement de gauche, qui parie son mandat sur la libéralisation de l’économie, après 10 ans de pouvoir de droite  !

Je libéralise, tu libéralises, il libéralise, nous libéralisons
 
Il est tout de même effarant que les médias ne notent pas davantage l’effarant paradoxe qu’il y a à ce qu’une majorité dite de gauche ponde une loi de libéralisation de l’économie après dix années de majorité de droite. Après tout, François Hollande n’avait pas reproché à Nicolas Sarkozy d’’avoir été trop dirigiste pendant son mandat et de ne pas avoir fait assez d’effort pour libérer les entreprises pendant la campagne de 2012. Il l’avait, logiquement, plutôt attaqué par la gauche. Et voilà que deux ans et demi après, la majorité dite de gauche, par la voix d’Emmanuel Macron, nouveau ministre de l’économie, dénonce les « trois maladies de la France : la défiance, la complexité et le corporatisme  ».
 
Un tel discours semblerait plus cohérent dans la bouche de Margaret Thatcher, après avoir repris les rênes de la Grande-Bretagne que dans celle d’un ministre d’une majorité « socialiste » qui a récupéré le pays deux ans auparavant, après dix années de pouvoir de la droite. Au programme : facilitation du travail le dimanche et le soir, dérégulation des professions dites protégées avec ouveture du capital des pharmacies, ouverture du transport par autocar, qui pousse la SNCF dans un sens toujours plus élitiste et éloigné du service public et poursuite des cessions d’actifs de l’Etat. Mais après tout, cela est dans la continuité pour un PS qui a plus privatisé que la droite et dérégulé la finance comme personne.
 
La dérive thatchérienne du PS se poursuit

Finalement, ceci n’est pas surprenant. Au final, le programme commun et 1981 n’ont été qu’une parenthèse pour un parti que le Général de Gaulle aurait dit ne pas aimer car il n’était pas socialiste. François Mitterrand a fait plus pour la libéralisation de la finance que quiconque et Lionel Jospin davantage privatisé qu’Edouard Balladur et Alain Juppé. Mais la politique économique du PS place le pays dans une impasse politique car les Français se retrouvent à choisir entre deux variantes légères de la même potion austéritaire néolibérale, seuls quelques détails parvenant encore à différencier les politiques menées par les deux camps. Comment trouver une alternative quand les deux partis sont si proches.

Mais s’il y aurait une certaine logique à ce que l’UMP cède à ces sirènes, il est effarant, pour reprendre Paul Krugman, que François Hollande adopte les politiques de la droite la plus bête. Tout ceci montre que plus personne ne réfléchit au PS, parti qui est bien davantage uni aujourd’hui par la défense tribale de ses prés carrés que par une quelconque idéologie, si ce n’est sur quelques questions sociétales peut-être. Mais il faut être honnête : l’UMP ne vaut pas mieux. Comment ne pas être sidéré par le manque de curiosité intellectuelle de nos deux grands partis de gouvernement qui ne réfléchissent plus à rien, et qui ne semblent que gérer à la marge ce que l’époque semble leur dicter.
 
L’Humanité a bien raison de critiquer le projet d’Emmanuel Macron et de la majorité. Mais je ne suis pas persuadé que le qualificatif de « réactionnaire  » soit le bon. Au final, le PS ne fait que suivre le courant de laisser-faire et laisser-passer qui domine notre vie politique depuis 30 ans.

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • JL JL 22 octobre 2014 12:04

    Jamais on ne verra quelqu’un dénoncer la droite au pouvoir qui ferait une politique de gauche ; preuve s’il en fallait que le distinguo droite gauche, ça a encore du sens.


    • Le421 Le421 22 octobre 2014 17:53

      Sans déconner...
      Quand j’entends les journaleux à la Pujadas (genre je me fais pincer au QG de campagne de Sarko en plein boum) dire que le gouvernement Hollande est de gauche, ça me conforte dans l’idée qu’ils sont pervertis au plus haut point.
      Si Hollande leur disait que ses parents étaient d’origine gabonaise, ils le répèteraient certainement...
      Ben voyons !! Plus c’est gros, plus ça passe !! (Chirac)


    • lsga lsga 22 octobre 2014 13:04

      Macron ? Libéral....


      Mais lol franchement...

      Donc pour vous : un ministre qui augmente les Impôts et qui fait intervenir l’État partout en permanence dans l’économie est un libéral ???

      Ah... la nov’langue...

      • JL JL 22 octobre 2014 13:20

        Un libéral c’est un type de droite qui est contre l’impôt ... sur les riches !

         smiley


      • lsga lsga 22 octobre 2014 13:22

        ah bas Macron a supprimé la première tranche d’impôt sur le revenu en augmentant les impôts sur les dernières tranches... dommage... 


        macron n’est ABSOLUMENT PAS un libéral. 

        Votre nov’langue est insupportable. 
        Les mots ont des définitions, merci de les respecter. 

      • JL JL 22 octobre 2014 13:27

        Je suppose que Macron ne mettra pas fin à ce scandale :

        « La presse dominante est subventionnée pour débiter de la propagande libérale »Un système dévoyé, incapable d’atteindre ses objectifs de pluralisme et mis au service de ceux… qui fustigent constamment la dépense publique.

      • lsga lsga 22 octobre 2014 13:35

        mais tu fais de mieux en mieux toi hein ?


        Donc le subventionnement d’entreprises par l’État c’est le Libéralisme ?

        Hey : va t’acheter une culture économique s’il te plait. 


      • JL JL 22 octobre 2014 14:28

        Je déteste être tutoyé par un truc que je ne connais pas et qui pourrait être une machine ou un collectif.

        Si je dis que le libéralisme c’est le faux nez de la droite, je peux en effet dire que les libéraux acceptent les subventions quand elles leur sont versées. Je ne connais aucun soi-disant libéral qui refuserait une subvention : les seuls qui râlent, ce sont les concurrents qui n’en reçoivent pas et c’est seulement à ce titre qu’ils sont contre.

        Définition : Un libéral est un entrepreneur qui est opposé à toutes subventions versées à d’autres que lui.


      • lsga lsga 22 octobre 2014 14:33

        Le vouvoiement est une forme de respect, je le réserve au gens que je respecte. 


        Le libéralisme dans le cadre Capitaliste est opposé à toute forme de distorsion de la concurrence, en particulier dans le secteur médiatique, car cela donne un pouvoir de propagande à l’État dangereux pour les individus. 

        Hey : un libéral est un partisan du libéralisme. Autant dire qu’il y en a extrêmement peu, et qu’aucun n’est au pouvoir aujourd’hui. 

      • JL JL 22 octobre 2014 14:59

        Isga,

        comme les voyous, vous devez sûrement confondre crainte et respect.


      • lsga lsga 22 octobre 2014 15:06

        non, il y a beaucoup de gens que je respecte et que je vouvoie, même des gens qui ne sont pas de mon bord.


        Mais entendre dire que subventionner les entreprises et augmenter les impôts c’est faire une politique libérale... cela ne mérite vraiment que le mépris... 

      • JL JL 22 octobre 2014 19:01

        Chacun ses valeurs.

        Moi ce sont les amis que je tutoies, jamais les petites frappes, sauf quand je suis en colère, mais alors, la confusion n’est plus permise.


      • lsga lsga 22 octobre 2014 19:04

        c’est bien, tu flood sur le tutoiement pour changer de discussion.

        Donc rappelons le : TU n’as rien compris à ce qu’est le libéralisme.


        Macron augmentent les impôts, subventionne l’économie, il n’est ABSOLUMENT PAS libéral en quoi que ce soit. 

      • JL JL 22 octobre 2014 19:13

        Avec son air de troll, isga a botté en touche mon com,

        alors bis repetita :

        « La presse dominante est subventionnée pour débiter de la propagande libérale » Un système dévoyé, incapable d’atteindre ses objectifs de pluralisme et mis au service de ceux… qui fustigent constamment la dépense publique.

        Ce gouvernement libéral subventionne la presse libérale pour faire de la propagande libérale.

        Les faits sont têtus, même si ça fait mal au fondement des intégristes libéraux.


      • lsga lsga 22 octobre 2014 19:14

        WOOOO OOOH : SUBVENTIONS === CONTRAIRE AU LIBÉRALISME  !!!



        vous avez du mal, c’est un truc de dingue...

      • JL JL 22 octobre 2014 19:34

        Justement,

        c’est là qu’est le vice :

        Riche idée : subventionner la presse libérale, qui dit que le gouvernement n’est pas libéral puisqu’il subventionne !

        Elle est pas belle la vie en absurdie = libéralie ?

        Et la réaction de troll isga nous prouve que j’ai raison.


      • JL JL 22 octobre 2014 19:37

        Le libéralisme n’est que le faux nez de la droite.

        vous avez du mal, c’est un truc de dingue...


      • lsga lsga 22 octobre 2014 19:37

        mais la presse dominante N’EST PAS LIBÉRALE !


        tsss.... 

      • lsga lsga 22 octobre 2014 19:39

        donc, le Libéralisme, c’est baisser les impôts, et réduire au maximum l’intervention de l’État dans l’économie. 


        à part Atlantico qui est un pure player, je ne vois absolument aucun organe de presse qui défende cette approche de l’économie.

        Au passage, le libéralisme est un courant historiquement situé à gauche. En anglais, « gauchiste » se dit « liberal ».


      • JL JL 22 octobre 2014 19:43

        Le libéralisme n’est que le faux nez de la droite.

        vous avez du mal, c’est un truc de dingue...

        Ps. On parle ici de libéralisme économique.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 octobre 2014 20:23

        « Le libéralisme, c’est baisser les impôts »
        Rassurez vous, quand le gouvernement aura fini de détruire le modèle social français, privatisé en masse, les impôts baisseront, et les salaires aussi. C’est le même modèle déjà appliqué par Tchatcher et les lois Hartz en Allemagne.


        Envoyer les Etats providence au égouts, c’est le rôle de l’ UE et de l’ euro. Robert Mundell.
        J’ai dû mettre ce lien 20 fois, si vous le lisiez, vous comprendriez à quoi servent l’ UE & l’euro :
        à faire une révolution conservatrice Reagan - Tchatcher.

        Détruire le modèle social français, c’est la feuille de route de la Commission européenne que Hollande / Valls / Macron doivent appliquer.

      • lsga lsga 22 octobre 2014 21:11

        vous utilisez des mots sans vous souciez de leur définition, vous faites dans la nov’langue....


      • A. Nonyme A. Nonyme 22 octobre 2014 23:02

        Woaouw P...... ! Le boulet trotskyte ! Igsa, j’organise un dîner avec quelques amis qui seraient ravis de vous rencontrer. smiley


      • sleeping-zombie 23 octobre 2014 08:28

        @Isga
        et en passant @pinsolle

        Utiliser des définitions pour clarifier la pensée et s’assurer qu’on parle bien de la même chose ?
        mais ça va pas non ?
        Vous n’êtes que des scientifiques !

        Répétez après moi :
        La gauche, par définition, c’est le PS.
        Le libéralisme, par définition, c’est le clientélisme pour les rentiers.

        Voilà, maintenant, vous pouvez cesser de vous engueuler :)


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 2014 08:35

        Isga
        Quand Robert Mundell dit : « Le but de l’ euro n’était pas de faire de l’ Europe une puissante unité économique unifiée. Son but était le même que celui de Reagan - Tchatcher : la révolution conservatrice », c’est de la nov langue ?


        Tout le monde comprend exactement ce que cela veut dire ! Sauf vous, cela va de soi.

      • lsga lsga 23 octobre 2014 14:02

        La nov’langue : c’est avant tous les illettrés qui sont incapable d’apprendre un tant soit peu les théories économiques.

        Pour dire que Macron est libéral, il faut vraiment ne rien avoir compris à ce qu’est le libéralisme.



        Macron :

        1. Augmente les impôts
        2. Fait intervenir l’État partout
        3. Subventionne l’économie
        4. Est partisan de l’intervention étatiste pour lutter contre la Crise économique.

        Et vous appelez ça un libéral ?
        Vous êtes vraiment des illettrés. 

      • JL JL 23 octobre 2014 14:25

        Si un vrai libéral au sens mystique d’Isga, va jusqu’à s’interdire de prêter aux États, alors je soutiens qu’il n’existe aucun vrai libéral.


      • lsga lsga 23 octobre 2014 17:20

        Ah les libéraux n’ont jamais eu le pouvoir, ça va sans dire...


      • nation 22 octobre 2014 14:06

        Si la gauche ouvre les yeux tant mieux qui s’en plaindra. Cependant le libéralisme à la sauce socialiste est loin du libéralisme qui serait nécessaire pour éradiquer toutes ces idées communistes qu’elle charrie encore et qui laissent la France à la traîne.


        • lsga lsga 22 octobre 2014 14:21

          Alors, le Marxisme appartient au courant Libéral. Désolé pour toi. 


        • Taverne Taverne 22 octobre 2014 15:26

          Macron, nouveau ministre de l’économie, dénonce les « trois maladies de la France : la défiance, la complexité et le corporatisme  ». Il a raison sur le diagnostic...

          Désormais, en fac d’économie il faudra enseigner, en plus de la micro économie et de la macro économie, la macron économie, sorte de concentré de petites recettes sarkoziennes et hollandiennes. Je plaisante, ce serait lui faire trop d’honneur. Il n’est à l’origine d’aucune doctrine cohérente et efficace capable de relancer la croissance.


          • lsga lsga 22 octobre 2014 15:29

            100% d’accord avec ce commentaire. 


            J’ajouterais : au niveau de surproduction où nous sommes, il est impossible de relancer le taux de profit (la « croissance »), et cela d’autant plus que la prochaine révolution de la structure (robotique, greentechs, etc.) sera strictement destructrice d’emploi. 

            Le Capitalisme est mort. Il va falloir un certain temps avant que les gens s’en rendent compte. 

          • Pan Démo Pan Démo 24 octobre 2014 00:37

            Ok, donc comme vous êtes un inutile Lsga, vous êtes condamné comme les autres...
            Le révolutionnaire ne participant jamais à une révolution est forcément un branleur de troll ou un branleur tout court, faites vos preuves et envoyez nous des selfie sur un territoire mouvementé, pour changer ; un peu... smiley


          • Brady 22 octobre 2014 15:41

            Je suis perdu dans cette grille politique. Je suis de gauche, plus que le gouvernement actuel.

            Et il faut que ce soit un militant de Debout la République, un parti classé plus à droite que l’UMP, très proche du FN (même si Pinsolle défend le cordon sanitaire, contrairement à Dupont-Aignan), un parti qui s’est allié à Bob Ménard à Béziers, qui exprime exactement le malaise que je ressens vis-à-vis de la ligne libérale actuelle.

            En tout cas, vous avez raison sur un point : François Hollande est sans doute le meilleur président de droite de la Ve République : il réalise tous les fantasmes de Sarkozy, sans rencontrer la moindre opposition syndicale.


            • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2014 15:53

              Macron a du grâce à ses connaissances de la fiscalité éviter à Hollande de payer une montagne d’impôts c’est pour cela qu’il l’a nommé ministre .....


              • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2014 15:55

                Que restera t’il a la droite pour sa campagne de 2017 ? Les Fauxcialistes sont en train de mettre en oeuvre toutes leurs idées .....


                • Depositaire 22 octobre 2014 16:31

                  On peut certes, comme isga, discuter sur les termes. Même si j’admets volontiers qu’il faille respecter le sens ces mots que l’on utilise.

                  Ceci dit, en dehors de cette question, ce que dénonce l’article est très juste. Mais alors, par contre, il y a de quoi être consterné à propos des commentaires.

                  Si tout le monde s’accorde pour dénoncer les dérives d’un gouvernement qui ne gouverne plus rien, personne ne semble signaler que le problème de fond n’est pas là.

                  Ignorez-vous que le gouvernement ne fait qu’appliquer la politique décidée par la commission européenne et cette dernière ne fait qui suivre les désirs des multinationales ?

                  Mais le problème est encore plus profond, car toute la gouvernance de la majorité des pays du monde est basée sur l’économie, et cette dernière basée sur la doctrine de l’école de Chicago de Milton Friedman.

                  Or on peut faire un bilan assez exhaustif des effets de cette doctrine dans ses applications depuis qu’elle est appliquée.

                  Le résultat est édifiant : Jamais le monde na été aussi mal. Jamais la misère aussi grande à l’échelon mondial, comme local. Jamais la nature et l’environnement n’ont été aussi saccagés. Jamais la santé humaine n’a été aussi remise en question.

                  Comment peut-on préconiser comme modèle un système aussi destructeur ? Comment peut-on encore enseigner et proclamer de façon aussi affirmative le dogme aussi absurde que délétère d’une croissance économique exponentielle. On n’entend et lit que cela : « la croissance »,« il faut renouer avec la croissance » ! Mais comme je ne cesse de le dire, un enfant de dix ans est capable de comprendre qu’une croissance exponentielle dans un monde aux ressources limitées est un non sens. Alors comment des individus, pourtant intelligents, peuvent-ils continuer à proférer une telle idiotie et promouvoir un système économique aussi destructeur ?

                  Je dois avouer que pour moi c’est incompréhensible.

                  L’excuse est de dire, comme M.Thatcher : « il n’y a pas d’alternative » ! Alors nous n’aurions comme choix que de nous laisser pousser à la misère la plus abjecte, et voir notre environnement et notre santé saccagés juste pour permettre à une infime quantité d’individu animés d’une cupidité insatiable de s’enrichir de façon exponentielle ? Mais qui est capable, s’il a un minimum de discernement, d’admettre un tel non sens ?


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 octobre 2014 20:32

                    Depositaire,

                    Quand on a compris « qui dirige réellement la France et l’ Europe », on comprend mieux ce qui se passe.


                    Heureusement, les Français ne se résignent jamais à la soumission ! par François Asselineau.

                  • Philippe VINSONNEAU Philippe VINSONNEAU 22 octobre 2014 19:19

                    ô combien ils sont nombreux ceux qui vont à l’église sans avoir la Foi

                    ô combien ils sont nombreux ceux qui se réclament du socialisme sans avoir aucune conviction sociale humaniste

                    ô combien ils sont nombreux ceux qui vont à l’église et votent à droite comme si Dieu était encarté à l’UMP

                    ô combien ils sont nombreux ceux qui militent au PS et cautionnent une politique de droite comme si la raison de vivre de Jaurès avait été le CAC40

                    Camarade de la gauche, Camarade socialistes QUAND ENFIN ALLEZ VOUS EXCLURE LA BANDE hollandemacronvallss et compagnie du Parti pour trahison à l’idéologie 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès