Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Encore une réforme courageuse

Encore une réforme courageuse

Selon J-M Ayrault, cette réforme du quotient familial "est la preuve qu’on peut sauver le modèle social français en le réformant, en réduisant les injustices, en répondant à des besoins nouveaux et en apportant plus de solidarité".

Question de point de vue. Pour Michel Canet, président de l’Union des familles laïques (UFAL), ces mesures vont dans le sens d’"une semi-privatisation de la politique sociale".

Le plafonnement du quotient familial va concerner nombre de couples de cadres et « l’aménagement », comme il est dit élégamment, de la prestation jeune enfant touchera des couples avec un revenu de 3250 euros par mois, qui perdront tout de même plus de 900 euros par an !

Certes, le gouvernement, en renonçant à moduler les allocations familiales en fonction des revenus, semble avoir renoncé à porter atteinte à l’universalisme de la politique familiale hérité de la période de la Libération.

Il reste cependant qu’avec la modulation du quotient familial, c’est la famille en tant que telle qui va devoir ouvrir sa bourse. Par le biais de l’impôt, certes, et cela fait indiscutablement une différence, mais il s’agit bien tout de même d’installer le fait comme l’idée que c’est au fond aux familles de supporter l’effort.

Si les mesures fiscales sont datées, les annonces sociales : la scolarisation de 75 000 enfants de deux à trois ans supplémentaires, la création de 100 000 solutions d’accueil auprès d’assistantes maternelles, des mesures pour les familles monoparentales et celles sous le seuil de pauvreté, celles-ci ne le sont pas datées et surtout qui va payer ? Les collectivités locales ? Avec pour effet de reporter sur l’impôt ces efforts supplémentaires ?

Il y a en plus, dans ce choix de faire payer les familles, fussent-elles « aisées », ou supposées telles, une opération idéologique, amenant en quelque sorte à les rendre responsables du déficit de la branche famille, quitte à leur serrer un peu la ceinture pour aider les familles les plus démunies. Tout le social du socialisme est là.

Outre le fait que ce déficit provient de ce que la branche famille supporte des charges indues, l’ensemble de ces mesures fait entendre un silence assourdissant sur une vraie progressivité de l’impôt sur le revenu comme sur les cotisations des entreprises, dont Jean-Marc Ayrault dit pourtant qu’elles sont aussi la Nation.

Il s’agit donc plutôt pour les protagonistes d’une appartenance du style : Je te tiens, tu me tiens par la barbichette...

Tant il est vrai que le Medef estime que les entreprises n’ont rien à voir avec la famille et ne devraient pas payer du tout.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2013 15:40

    ce gouvernement hait les familles , surtout celles qui ont défilé devant leurs fenêtres , il faut leur faire payer cet affront ! Pierre Bergé se fout du coefficient familial ....


    • JP94 5 juin 2013 15:54

      Blague à part ( cf concombre masqué) , effectivement la nouvelle politique sociale consiste à exonérer totalement le patronat de contribution , tout au contraire :

       - pour ces allocations , la contribution des entreprises est passée de 17% à 5% environ , en quelques années . Alors évidemment , on s’étonnera d’un déficit soudain .

      Ce qui est très cocasse est cette apparente contradiction à droite entre le discours pro-manifs contre le mariage pour tous « au nom de la famille » , et puis ce discours du medef -appuyé par le gvt actuel- pour demander des efforts à ces familles , aussi bien pour les allocations que quand il s’agit de mobilité au travail détruisant la stabilité du mode de vie ( nécessaire à l’éducation des enfants ) , voire quand le chômage casse cette famille .

      Que le medef s’attaque aux victoires de la Libération ( ne disons pas acquis puisque même la Constitution est précarisée) , rien que de très logique de la part de qui a collaboré - mais qu’un gouvernement ayant comme appui les électeurs lassés de Sarkosy , tous les parlements et leviers du pouvoir s’affiche avec le medef sarkosyste , c’est scandaleux ! 

      • Akerios 5 juin 2013 16:43

        Du moment que les plus riches annulent le social en se faisant verser les mêmes prestations que les pauvres tout va.

        Puis il faut bien payer le petit personnel de maison qui n’est pas assez riche lui pour avoir des enfants mais va verser sur son impôt de quoi entretenir les enfants de ses patrons !

        C’est pas « bo  » ça la bonne égalité sociale que voilà ?


        • Akerios 5 juin 2013 16:58

          Tiens je viens de penser à une bonne blague.

          Un prince du Quatar de visite à Paris réserve deux étages du Ritz pour loger une dizaine de ses femmes et quelques employés. Une de ses femmes enceinte a voulu faire quand même parti du voyage. C’est prévisible un petit Quatari nait à Paris !

          Un des conseillers du Prince pour plaisanter dit a son Altesse  : nous avons désormais parmi nous un petit français et votre Altesse va toucher des allocations familiales de retour au Qatar !

          Faite en la demande dit le prince qui aime bien s’amuser.


          • Richard Schneider Richard Schneider 5 juin 2013 18:02

            Bien évidemment que cette nouvelle « réforme » écorne encore un peu plus les acquis du CNR ...

            On ne demandait pourtant pas grand-chose à Hollande ! Qu’il tienne au moins sa promesse de réformer en profondeur la politique fiscale et bancaire ... Qu’a-t-il fait ? Vraiment pas grand-chose ... 
            Avec cette histoire de quotient familial, il reprend quasiment les propositions de « Terra Nova », officine gauche-libérale et européïste s’il en est.
            La prochaine réforme, celle des retraites, à laquelle le courageux J.Marc Ayraud va s’atteler, paraît-il en septembre, sera encore plus dure pour les salariés que celle entreprise par Sarkozy-Fillon. Il est vrai que Bruxelles a exigé que la France aille un peu plus vite : elle est encore trop « sociale » !
            Fermer le ban. Angela et Barroso n’aiment pas que les Français ne fassent pas les efforts, consentis par les Grecs et les Espagnols ... Il faut ce qu’il faut. Le Capitalisme ne supporte pas le bien-être des peuples : il veut qu’ils souffrent. Au XIX°s., Dupanloup ne disait-il pas que, les ouvriers, avant de rejoindre le Paradis devaient traverser la « vallée des larmes » ?

            • vesjem vesjem 5 juin 2013 20:40

              de plus en plus lamentables


              • nobody 6 juin 2013 11:13

                On pourra également sauver le système des retraites en repoussant l’âge de départ à 75 ans.

                Ensuite il conviendra de sauver la compétitivité de nos entreprises (et donc l’emploi) en supprimant purement et simplement les retraites.

                Arrivés à ce stade, il nous faudra constater que les enfants ne servent plus à payer nos retraites : d’ailleurs à quoi servent-ils (du point de vue économique) puisqu’il n’y a plus assez d’emploi pour tout le monde ? Il ne faut pas, en plus, perdre de vue qu’un enfant coûte cher à la collectivité : crèche, éducation nationale, sécurité sociale, systèmes associatifs subventionnés (ex :clubs de sport), pôle emploi, formations post scolaires, etc…

                Par conséquent, du point de vue de l’intérêt général et pour la sauvegarde de ce qu’il restera à sauver…, ne conviendrait-il pas de donner un allègement fiscal aux foyers fiscaux avec 0 ou 1 enfant (ce qui serait un moyen de leur ristourner pour partie les économies qu’ils contribuent à réaliser au niveau des dépenses publiques) et de plus faire contribuer les foyers dépassant 2 enfants ?? 

                Ce que le gouvernement nous dit peut-être implicitement avec sa mesure c’est que l’on n’a plus les moyens de faire autant d’enfants.

                Ce qu’un gouvernement UMPS ne voudra par contre jamais nous indiquer, c’est ce que sont devenues les ressources dont nous disposions autrefois (celles qui ont disparu entre 1970 et 2013). 


                • ZenZoe ZenZoe 6 juin 2013 11:37

                  Réforme courageuse mon oeil.
                  Le vrai courage aurait été de supprimer le supplément familial des fonctionnaires pour commencer. Cette prime, accordée dès le premier enfant et cumulable avec les allocations familiales génére une facture annuelle de plus de 1 milliard d’euros pour l’Etat et illustre encore une fois les inégalités de traitement criantes en France.


                  • ZenZoe ZenZoe 6 juin 2013 11:45

                    Et aussi :
                    Ce supplément familial est d’ailleurs en lui-même parfaitement inégal puisqu’il est déterminé par le montant du salaire. Il a été épinglé par la cour des comptes. Avec trois enfants, un fonctionnaire modeste percevra environ 182 € par mois, un haut fonctionnaire 281 €.

                    Mais ça, les inégalités de traitement, Hollande et sa clique s’en fichent comme de leur premières bretelles. C’est bien plus rigolo de taxer toujours les mêmes que de mettre un peu d’ordre dans le bourbier !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès