Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ENDETTEMENT

Lettre ouverte à M. Thierry Breton, ancien Ministre des Finances,

Qui vient de participer à l'émission de France 3 "Le monde d'après"

Objet : ENDETTEMENT DE LA FRANCE Emission « Le monde d’après » FR3 12 /11/ 2012

Monsieur le Ministre, J’ai suivi avec attention et intérêt vos interventions sur France 3, au soir du 12 novembre 2012, les seules à être restées totalement pertinentes pendant tout le débat, celles des autres participants ne l’ayant pas toujours été. Cependant, si les chiffres et les graphiques, fort bien pensés et présentés, démontraient brillamment aux uns, ou rappelaient aux autres, une situation pratiquement désespérée que beaucoup connaissent déjà, pas une seule fois n’ont été évoqués les causes profondes et réelles de ce vrai désastre. Bien entendu, l’impuissance, depuis des décennies, quand ce n’était pas l’incompétence, voire la culpabilité, des dirigeants politiques, de droite comme de gauche, sautait d’un bout à l’autre aux yeux de chacun, sans qu’elles soient vraiment soulignées dans le débat. Mais, jamais, n’ont été clairement prononcés, au moins dans le sens qui convenait, les mots d’ « immigration » d’Europe, d’Euro et de « mondialisation ». Or, ce sont pourtant les causes principales et évidentes de notre débâcle économique et sociale. A part les « autruches » qui s’enfoncent la tête dans le sable pour ne pas voir, tout le monde le sait. 1 – Première cause : l’immigration. Depuis 1973, alors que le chômage s’installe et commence à croître, au lieu de développer la productivité, on fait venir des étrangers pour tenir à moindre cout des emplois déjà tous pourvus, réellement ou potentiellement en main-d’œuvre locale et nationale. Depuis, la courbe du chômage n’a pas cessé d’augmenter. Attiré par le même courant, s’est très vite développée une immigration massive, de peuplement, à la croissance exponentielle, mais donc largement improductive, dont la prise en charge sociale s’est forcément avérée de plus en plus ruineuse. L’effet « boule de neige » s’est alors peu à peu fait sentir : le chômage, même traité artificiellement, s’est mis à atteindre des sommets. Et donc, le poids des charges sociales n’a cessé d’augmenter le coût du travail et de diminuer la compétitivité. Résultat, les industries et les entreprises qui pouvaient le faire se sont mise à délocaliser de plus en plus leurs activités. Pendant ce temps, inconscients ou coupables, nos dirigeants ont continué à encourager l’immigration, qu’elle soit légale ou illégale, accordant massivement des prises en charges et des aides sociales attractives aux arrivants étrangers, prises en charge dont ils n’avaient pas le premier centime d’Euro et qui ne pouvaient qu’être financées par des augmentations de la dette. Générosité factice, facile, mais quand même coupable de trahison. Ce mot de trahison doit s’appliquer aux dirigeants qui, alors que le Pays était déjà surendetté, au bord de la faillite comme il l’est aujourd’hui, et qu’ils le savaient bien, ont quand même pris la responsabilité de régulariser massivement des « sans papiers » ou, d’autoriser 150.000 à 200.00 entrées nouvelles d’étrangers sur le sol français, chaque année ! Pour ne pas mécontenter les lobbies de l’immigration, les financiers, les entreprises et les associations qui en font un fonds de commerce. C’est tout de même un comble de l’avoir fait et de le faire encore ! Ce commentaire ne traite que le seul volet des conséquences économiques, présentes et à court terme, de l’immigration en France, pas des conséquences sociales et politiques attendues. Ces faits pourtant très graves n’ont pas été pris en compte par le débat.

2 – Deuxième cause : L’Europe. On ne peut que faire l’Europe et continuer à la faire jusqu’au bout. Pourtant, on voit bien que le montage actuel que l’on adopte ne peut pas tenir debout, que le cerveau et les rouages de cet assemblage fait au mépris des lois de l’équilibre, comme du bon sens, fonctionnent très mal. L’U.E. d’aujourd’hui est encore une tour de Babel virtuelle, sans langue unique obligatoire, sans peuple unique, sans fédération d’état, sans président, sans parlement, sans cohésion politique réelle, un ectoplasme qui se prend les pieds dans une monnaie unique inadaptée et inadaptable. C’est encore un espace d’états tenus en laisse par des traités douteux et lamentablement mal dirigé par des fonctionnaires dont les résultats très négatifs obligent à les condamner sans appel. Ces fonctionnaires et responsables de Bruxelles sont incapable de défendre les intérêts européens et, comme le reconnaît le Commissaire Européen Michel Barnier, ont agi dans certains domaines avec grande naïveté. La remise complète en chantier de l’U.E. est donc incontournable et urgente. En attendant, il faudrait se tenir à l’écart. Je n’ai pas entendu que le débat ait soulevé cette question pourtant primordiale de l’Europe.

3 - Troisième cause : l’Euro. Comme je l’ai écrit plus haut, la monnaie commune européenne est inadaptée et inadaptable. Cette monnaie ne pourrait fonctionner qu’avec une fusion globale de toutes les économies des états européens, dans une entité politique réelle. En attendant, c’est un boulet qui plombe complétement notre économie. C’est même d’une totale évidence. Des faits concrets confirment cette évidence. Le moins technique et le plus simple à vérifier est que, dès l’adoption de l’Euro fin 1999/début 2000, par exemple, la compétitivité des entreprises françaises a commencé son long décrochage et ne s’en est pas du tout remise. Je n’ai toujours rien entendu sur cette question pendant l’émission.

4 – Quatrième cause : la mondialisation. L’ultralibéralisme et le libre-échange à tout-va forment une fondrière dans laquelle la plupart des occidentaux – et les Français avec l’U.E. plus particulièrement encore – se sont laissés enliser bien dangereusement. Non seulement, cet enlisement paralyse notre économie mais encore il est pour elle un danger mortel dont peu nombreux sont ceux qui s’en rendent compte. La mondialisation est donc bien la quatrième des causes de l’endettement abyssal de la France d’aujourd’hui. Cela aussi n’a pas été traité au débat. Tout devrait être entrepris d’urgence pour y faire face. La course sans fin à une meilleure compétitivité des entreprises à pratiquement atteint ses limites. Il convient de regarder ailleurs, de sortir de la zone d’échec permanent dans laquelle nos dirigeants se cramponnent désespérément tandis qu’ils continuent à nous envoyer dans le mur :
- il faut exiger de l’U.E. qu’elle défende tout de suite et efficacement notre économie ou, si elle ne le fait pas, reprendre vite une liberté suffisante pour le faire par nous-même.
- sur le plan national, il convient d’agir sur les produits largement importés par une TVA spécialement majorée et adaptée à ces mêmes produits.
- sur le plan international, il faut provoquer, autant que faire se peut, une remise à plat des traités et règles du commerce mondial. Le commerce mondial est lui tout aussi menacé par l’absurdité de la situation qu’il s’est choisie. Des solutions simples et acceptables pour tous existent. C’est un peu l’œuf de Christophe Colomb et personne n’y pense. En attendant, il faut tout de suite que la France exige dans ses accords commerciaux spécifiques, au minimum, la réciprocité et le respect de ses normes.

Conclusion : Il y a le feu à la maison. Ceux qui gèrent nos affaires échouent tous les uns après les autres depuis plus de 40 ans. Cela ne peut durer. Ces mêmes dirigeants ont, par leurs multiples et lourdes erreurs, leur électoralisme, leur cupidité politique, leur manie de sur endetter le Pays, abandonné le vrai pouvoir souverain et, dans les faits, ils ont « vendu » la France aux bailleurs de crédit dont nous sommes devenus les sujets. Après notre appartenance actuelle au grand capital international apatride, deviendrons-nous bientôt chinois ? Qui sait !.. Il y a donc bien eu haute trahison et c’est maintenant aux Français de juger. Mais, le feront-ils seulement un jour ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • lionel 17 novembre 2012 11:23

    C’est étrange. Vous constatez que l’UE est une structure inepte (j’espère résumer votre propos) sans pour autant souligner combien cette entité est anti-démocratique, tant dans son existence même que dans son fonctionnement. Vous oubliez qu’elle a un Président. Vous oubliez qu’elle a avalisée trois coups d’Etat en Europe cette année, quelle est manifestement pilotée par les zétazunis en Amérique et des banques mafieuses comme Goldman Sachs, etc...


    Comment ne pas en tirer la conclusion pourtant évidente (selon vos propres propos) qu’elle est techniquement irréformable et que la France doit au plus vite s’en sortir, ainsi que de la monnaie unique et de l’entreprise criminelle de l’OTAN ?



    • superyeti superyeti 17 novembre 2012 14:14

      Les commissaires européens font le boulot et renvoient l’ascenseur pour ceux qui les ont mit en place, le monde du capitale, les eurocrates et les politiciens européens véreux de tout bords, les différents traités européens votés ou non par les peuples européens sont appliqués a marche forcée, l’Europe est capitaliste et antidémocratique, on en voit tout les jours l’exemple.   


      • Robert GIL ROBERT GIL 17 novembre 2012 15:45

        1) savoir ce qu’est cette FAMEUSE DETTE

        2) savoir QUI DETIENT LA DETTE DE LA FRANCE ?


        • Pierre d'Humières Pierre d’Humières 17 novembre 2012 17:20

          Merci de votre commentaire.Je pense que l’U.E. est très difficilement réformable et que la France pourrait tirer profit à s’en éloigner ainsi qu’à reprendre son autonomie monétaire. Mais, on ne peut pas arrêter comme cela le mastodonte en pleine phase de décollage dans lequel nous nous sommes - hélas ! - embarqués qu’est l’Europe d’aujourd’hui. Il faudrait une majorité écrasante, une réelle volonté politique et une détermination citoyenne sans faille qui font encore beaucoup trop défaut. Je suis également totalement contre notre réintégration à l’OTAN.

          Ceci dit, il est dans la nature des choses que l’Europe se fasse et elle se fera forcément un jour. Je confirme donc et signe ce que j’ai écrit .L’U.E., conçue par les dirigeants, il est vrai, démocratiquement élus de ses pays membres, n’est ni un état ni une fédération d’état mais une sorte d’ association boîteuse et à plusieures vitesses d’économies et de nations, un montage qui ne fonctionne évidemment pas. Vous écrivez : « Vous oubliez qu’elle a un Président ». Non, pas vraiment !. M. Herman von Rompuy est le Président (d’opérette) élu pour 2 ans 1/2 du Conseil européen. Pas de l’Union européenne. Le Conseil européen se réunit seulement deux fois par semestre !.. Quant au Parlement européen !... Ne rions pas. Evidement, ce sont surtout les commissions et leurs fonctionnaires qui jouent avec les manettes et on voit les brillants résultats obtenus. Politiquement, l’U.E. n’existe pas, n’est pas et ne peut pas être représentée en tant que telle dans le monde.

          Cela n’a donc, en effet, pas grand-chose de démocratique dans le fonctionnement. Le hic, c’est que cette usine à gaz nuisible est l’oeuvre de nos dirigeants, eux, démocratiquement élus dans leurs pays et qui sont maintenant piégés. Et nous avec eux.

           

          Pierre d’Humières

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès