Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Enseigner à domicile : la dernière liberté des parents tombe (...)

Enseigner à domicile : la dernière liberté des parents tombe ?

Une des dernières libertés des parents, garantie par les droits de l'homme, c'est à dire la liberté de choisir l'enseignement pour leurs enfants, dictée par leur conscience, fondé sur leurs convictions profondes, risque de tomber en France : le droit pour les parents d'enseigner à domicile.

En effet, une proposition de loi vient d'être déposée au Sénat le 18/12/2013.
http://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html

Cette proposition ne vient pas de la majorité actuelle, mais de l'U.M.P !

Jusqu’à ce moment, en conformité avec les déclarations des droits de l'homme, article 26
( 3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.), les parents avaient, selon la législation actuelle, le droit de donner l'enseignement à domicile :

Article L. 131-2

L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix.

Un service public de l’enseignement à distance est organisé notamment pour assurer l’instruction des enfants qui ne peuvent être scolarisés dans une école ou dans un établissement scolaire.

La proposition de loi indique maintenant :
« À titre exceptionnel, l'instruction obligatoire peut être donnée dans les familles par les parents, ou l'un d'entre eux, ou toute personne de leur choix, lorsque l'enfant est dans l'impossibilité, pour des raisons liées à son incapacité physique ou mentale, de pouvoir suivre régulièrement une formation dans un établissement d'enseignement. Cette incapacité est constatée et attestée, dans chaque département, par un médecin agréé par le directeur académique des services de l'éducation nationale (DASEN). Celui-ci notifie à la famille l'autorisation d'éduquer l'enfant à leur domicile. Cette autorisation est accordée pour un an et doit être renouvelée, suivant la même procédure, chaque année jusqu'au terme de la scolarité de l'enfant. À cette occasion le directeur académique des services de l'éducation nationale fait vérifier que l'instruction dispensée est conforme au droit de l'enfant à l'instruction tel que défini au présent article.

« Le directeur académique des services de l'éducation nationale informe le maire de la commune de résidence de la famille de sa décision. »

L'instruction à domicile sera donc seulement accessible à des malades !
Le but est clair : limiter la possibilité d'instruction obligatoire donnée par la famille !

PROPOSITION DE LOI
visant à limiter la possibilité d'instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d'incapacité,
PRÉSENTÉE
Par MM. Hugues PORTELLI, Christian CAMBON, Jacques GAUTIER, Mme Hélène MASSON-MARET, M. Michel HOUEL, Mme Colette MÉLOT et M. Louis PINTON,


Les auteurs de cette proposition estiment que :
Elle ne peut être le prétexte d'une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l'enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux.

Ils estiment que les parents ne peuvent pas « enseigner » leurs enfants, seulement « conditionner » !

On peut se demander : quels sont les droits qui restent aux parents ?
Est-ce que les enfants appartiennent à leurs parents ou à l’Etat ?

Le ministre de l'éducation vient de rappeler ce midi « que la scolarité est obligatoire en France », dans le contexte des mouvements de retraits de l'école » qui bousculent les institutions en ce moment.
http://jre2014.fr/

Ce ministre ignore donc la législation en place car ce n'est pas « la scolarité » mais « l’enseignement » qui est obligatoire en France !

Certains se posent même la question si la France devient une dictature :
http://www.prorussia.tv/La-therrie-du%20Gender-sera-impossible-a-tous-quitte-a-interdire-l-ecole-a-la%20maison_v735.html

Je précise que j'ai eu la chance moi-même, en arrivant en France dans les années 70 de suivre des cours par correspondance et ainsi obtenir mon Baccalauréat en France. Ma situation et relation familiale était alors catastrophique, cette possibilité donnée en France m'a permis de me rattraper, j'en suis toujours reconnaissant.

Les raisons pourquoi des enfants font des cours par correspondance peuvent être multiples (quelques exemples) :
-la famille se déplace beaucoup, difficile d'être liée à un lieu (déplacements à l'étranger, artistes)
-maladies des enfants
-problèmes familiales ou échec scolaire, rattrapages d'une année scolaire manquée
-motivations religieuses (non accord avec certains programmes donné dans les écoles)
(voir les droits de l'homme, article 26,3 )
-enfant surdoué ayant besoin d'une approche personnalisée
-enfant ayant des difficultés d'apprendre, ayant besoin d'une approche personnalisée

Je me suis installé en France en 2000 avec ma femme et mes trois garçons, loin des villes et des écoles, avec l'assurance que l'enseignement à domicile était possible et bien encadré en France.
N'y avait-il pas le CNED, connu pour ses cours par correspondance de haut niveau ?
http://www.cned.fr/

Ce n'était pas facile au début : immigrer en France, j'étais le seul à maîtriser la langue, notre activité nous obligeait à repartir plusieurs fois par an en Belgique durant 2 semaines en moyenne.

Mes fils aînées (12 et 10 ans) ont d'abord suivi des cours par correspondance en Belgique, en Néerlandais, pour pouvoir se présenter à un examen à Bruxelles leur permettant d'avoir un certain niveau.
Envoyer nos garçons dans des établissements lointaines, en internat n'était pas une option pour nous.
Ils ont donc commencé les cours écrits par le CNED, à leur grande satisfaction, une fois la barrière linguistique tombé. Nous avons beaucoup d'amis dans la région, puis il y avait des activités de jeunesse presque chaque week-end.

Ils ont pu faire leurs cours, assisté surtout par ma femme, puis participer a beaucoup de nos activités (jardin , apiculture, visite de producteurs, cueillettes de plantes et de fruits).

Il fallait leur donner beaucoup de livres à lire, leur donner envie d'apprendre un maximum.
L'informatique, entretenir des ordinateurs, créer leur page web ou base de données faisait parti du programme.

Ils sont adultes maintenant, un est médecin (interne) maintenant, il est passé par les cours du CNED directement en première année de médecine, sans rattrapages ni cours privés, l'autre à choisi d'aller au lycée vers seize ans et est maintenant ingénieur, (robotique), le dernier espère obtenir son licence en droit cette année.

Je précise en résumé que nos enfants ont été enseignés entre l'âge de 6 à 18 an environs 6 années dans des écoles et 6 années à domicile.

Il faut savoir que le CNED est connu par les académies, des contrôles du niveau de scolarité sont possible.
D'autres initiatives que le CNED existent.
Je connais d'autres parents qui ont fait des choix similaires, parfois pour un certain temps, parfois pour plusieurs années.
La majorité des enfants que je connais, devenu adultes maintenant, ont pu accéder à des métiers ou carrières de leur choix, sans problèmes majeurs de « sociabilité », puisque la très grande majorité des parents ayant fait ce choix d'enseignement sont prêts à tous les sacrifices en temps et moyens pour offrir le meilleur pour leurs enfants !

Je me demande alors : pourquoi changer quelque chose qui marche ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 29 janvier 2014 17:26

    Oh purée c’est énorme. Ils ont osé. Et actuellement Agoravox est le seul à relayer l’information. Ca fait flipper. Je paris sur une grosse polémique sur l’IVG ou sur un quelconque humoriste sans intérêt pour étouffer l’affaire et faire passer ça en douce.


    Merci pour cet article, qui, j’espère peut être un peu naïvement, sera peut-être un jour relayé sur les « grands » médias.

    • foufouille foufouille 29 janvier 2014 17:44

      ordre de l’europe et déjà le cas en allemagne (au moins)


      • Surya Surya 29 janvier 2014 18:17

        Espérons que la majorité actuelle rejettera cette proposition de loi, surtout si elle vient du camp adverse. Cela dit, si les ordres viennent de plus haut, alors là, évidemment...
        Sous prétexte de protéger l’enfant de possibles dérives sectaires, ce qui peut se comprendre mais ce qui peut être en réalité n’arrive pas si souvent que ça (ils devraient le savoir, avoir des chiffres, puisque les enfants scolarisés à domicile bénéficiaient régulièrement, il me semble, de visites d’inspecteurs de l’éducation) on retire cette liberté à tout le monde sans exception.
        Encore une liberté qui va peut être être retirée...
        Il restera aux parents désireux de donner une éducation différente à leurs enfants la possibilité de les inscrire dans les écoles hors contrat, jusqu’à ce qu’on déclare peut être un jour que toutes les écoles doivent être sous contrat.


      • hunter hunter 29 janvier 2014 19:57

        Exact Foifouille !

        Des parents en allemagne, refusant la programmation pour leurs marmots sont menaçés de zonzon !

        L’UE = Grande allemagne dont rêvait Adolf !

        qui dirige l’UE ? Angela et Manuel !

        Cqfd

        H/


        • SysATI 29 janvier 2014 18:22
          Vous n’avez sans doute pas d’enfants si vous êtes capable d’écrire une telle monstruosité : « Est-ce que les enfants appartiennent à leurs parents ou à l’Etat ? »

          Pour votre gouverne, les enfants « n’appartiennent » à personne sinon à eux même comme n’importe quel individu normalement constitué. Les parents de même que l’état ont une _responsabilité_ envers ces enfants et c’est tout, mais en aucun cas un « quelconque titre de propriété » leur donnant des « droits » !

          L’instinct maternel/paternel fait que (normalement) les parents souhaitent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants, dont entre autre l’éducation. Mais dans le cas de parents membres de sectes religieuses ou dans l’incapacité d’élever correctement leurs enfants (alcooliques, drogués), il est logique de l’état se substitue à eux et s’occupe entre autre de l’éducation de ces enfants jusqu’à ce qu’ils soient capables de décider pour eux mêmes.

          Je n’ai pas lu le reste de votre article mais si la proposition de loi vient de l’UMP elle est sans doute bonne à jeter... D’ailleurs quelque soit le parti politique ce serait sans doute la même chose. Mais ce n’est pas par ce que nos partis sont pourris jusqu’à la moelle qu’il faut retirer à l’état la responsabilité de veiller au bien être des citoyens ni octroyer aux parents « la propriété » de leurs enfants !

          • aspic aspic 29 janvier 2014 18:50

            Vous aurez-pu lire tout l’article avant de réagir ainsi.
             smiley

            J’ai voulu paraphraser madame Rossignol :

            Laurence Rossignol, sénatrice PS, déclarait le 5 avril 2013, sur le plateau de l’émission « Ce soir ou jamais » :

            Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l’Etat.


          • logan 30 janvier 2014 00:27

            Rendre l’école obligatoire et retirer aux parents le rôle d’enseigner à leurs enfants est l’un des progrès sociaux majeure de notre civilisation.
            C’est ce qui permet de réduire les inégalités et d’assurer pour tous un enseignement de qualité, bref de mettre fin à l’illettrisme et de permettre les progrès technologiques que nos ainés ont accomplis.
            Alors voir un article comme celui-ci prôner l’enseignement par les parents, c’est quand même assez hallucinant. C’est une sacrée régression.


          • aspic aspic 30 janvier 2014 09:32

            Pour ceux qui ne savent pas lire : j’ai bien mis « ? »= »question » à la fin de ma phrase.
            Je n’ai pas écrit que mes fils sont MA propriété comme des objets !
            Madame Rossignol, sur RMC ce matin nie d’avoir dit la phrase qui choque (apparemment pas pour tout le monde). Dont acte.
            Elle a aussi avoué ne pas connaître le dossier sur l’enseignement a domicile, ni son ampleur, elle avait l’air dépassé. Tant mieux, que le débat commence !
            De toute façon, ma question reste : pourquoi vouloir changer cette belle liberté d’enseignement à
            domicile qui existe en France ? Les messages sur les ondes restent d’ailleurs assez confus : on « découvre » la liberté existante de l’enseignement par les parents, tout en criant que « l’école est obligatoire ».
            J’ai apporté mon témoignage, mes trois enfants ne sont pas des illettrés, au contraire (médecin, ingénieur robotique, étudiant en droit), nous ne sommes pas les seuls.
            Des amis en Belgique ont pu accompagner leur enfant autiste, puis leurs autres enfants, sans jamais passer par la maternelle ni les écoles : l’enfant autiste occupe une place en université maintenant, un autre est artisan, l’autre enfant est criminologue.


          • Chabinpolitain 30 janvier 2014 13:35

            Vous parlez de parents incapables de prendre en charge leurs enfants... au regard de certaines normes préétablies.
            Heureusement que bien des alcooliques sont et restent des parents dignes !
            Mais il n’y a pas que cet aspect, aujourd’hui l’Académie vous envoie les A.S. ( les nouveaux flics des pauvres ) si vous suivez un régime végétarien et un bilan de santé leur sera imposé ( situation vécue par les familles rastas aux Antilles ).
            Quand à « l’appartenance », au sens des libertés individuelles en effet l’enfant n’appartient qu’à lui-même, cependant en effet également, dans la réalité il appartient à l’État, justement par le truchement de la totalité des systèmes socio-éducatifs qui sont devenus des moyens coercitifs attaquant directement la liberté d’éduquer ses enfants différemment, par exemple leur donner un sens moral qui les fera respecter la vie, le bien-être des autres... enfin tout ce qui n’est pas ou plus enseigné dans les écoles ( publiques ou privées ).

            Les enfants ne sont plus que des forces vives destinées à faire gonfler le Capital PIB et leur scolarisation n’est plus qu’un long chemin d’apprentissage à la soumission, les attitudes de révoltes sont considérées comme des pathologies et on leur enseigne à « gérer » des comptes bancaires dès le primaire ( le Crédit Agricole subventionne des animations scolaires, entre autres ! )
            Mais quelle est donc cette force qui pousse à ne voir que les dangers sectaires à la non-scolarisation ?
            Un excellent article-entretien avec un psy étasunien qui parle de la soumission de ses jeunes concitoyens.
            http://www.reporterre.net//spip.php?article2095
            et un dossier très complet à propos de « l’instruction dans la famille comme alternative à l’école »
            http://www.lesenfantsdabord.org/wp-content/uploads/2012/05/memoire_dheps_lyon.pdf


          • alinea Alinea 30 janvier 2014 14:56

            logan : vous confondez égalité et uniformité ! mais vous avez le droit de vouloir l’uniformité ; en ce cas, le bonheur est dans votre pré !


          • logan 2 février 2014 12:10

            Il est important que les enfants suivent dans un premier temps la même base d’enseignement, car il est important que tout le monde ait un savoir commun. En parallèle de cet enseignement commun, il existe déjà des enseignements optionnels, que chacun peu choisir à sa préférence.

            Enfin, une fois que cette base commune est transmise, là l’enfant devenu adolescent peu choisir dans quel domaine il veut se spécialiser.

            Alors où est l’uniformité ?

            Car cet enseignement commun est obligatoire, il s’agit bien d’égalité, on s’assure que tout le monde a le minimum de savoir requis.

            Si l’on devait laisser l’enseignement aux parents, des millions d’enfants n’auraient même pas ces bases là. C’est un progrès social fondamental de notre société. Et c’est triste que vous ne le compreniez pas.

            L’enseignement à domicile était toléré à condition que ces bases soient bien transmises à l’enfant. Cela n’exemptait pas l’enfant de passer des contrôles et les diplômes requis comme les enfants qui suivent l’enseignement public.

            Mais dès lors que ce droit est détourné pour inculquer aux enfants de la propagande antirépublicaine, il est normal que l’état réagisse.


          • Chabinpolitain 2 février 2014 16:57

            Logan vous interprétez comme ça vous arrange, qui en dehors de vous parle de propagande anti-républicaine ?
            En revanche il est du droit de tout citoyen de désirer que son enfant ne soit pas endoctriné par l’économisme et le technologisme, maladies fort méconnues et à l’état de pandémie...
            J’estime avoir le droit d’enseigner à mon enfant tout ce qui fera de lui un Humain, avec les valeur afférentes et les connaissances nécessaires pour être en harmonie avec la société dans la quelle il vit et ces valeurs ne passent surtout pas par la valeur capital-argent !!!
            Si j’estime juste qu’il apprenne ma mangue maternelle si je suis un migrant, ce droit doit être respecté et ce n’est pas parce que mon enfant sera privé de Globish qu’il sera associal.
            Lui enseigner que la démocratie est autre chose que les caricatures grimaçantes que l’on veut nous montrer est tout sauf anti-républicain !


          • zygzornifle zygzornifle 29 janvier 2014 18:31

            Depuis 2 ans les socialistes s’attaquent à toutes les formes de liberté pour imposer leur pensée unique ....


            • slave1802 slave1802 30 janvier 2014 15:57

              Proposition de loi UMP...

              Quand on parle de pensée unique !


            • arthes arthes 29 janvier 2014 18:53

              Et ce n’est pas fini, ils ne sont pas encore à fond, c’est juste un tour de piste pour l’échauffement qu’ils nous ont fait la depuis 2ans, maintenant c’est bon, ils sont dans la lancée.


              • armand 29 janvier 2014 19:30

                exact arthes et que dire quand ce sera l’x droate au pouvoir, même plus de syndicats rien.


              • hunter hunter 29 janvier 2014 19:59

                oui Arthes, l’échauffement est fini, là ils attaquent la course de fond !

                Prochaine étape, suppression de la sécu, c’est pour 2015 !

                Adishatz

                H /


              • smilodon smilodon 29 janvier 2014 22:09

                Normal !.. Imaginez que des parents montrent un DVD de « dieudo » à leurs enfants !... Ca pourrait arriver !!..VERBOTEN !... Les mômes dans les classes « officielles » !... Les classes « AUTORISEES » !... Les classes « OBLIGATOIRES » !... Vous voulez que je le dise en ALLEMAND ??!!... En ligne par 2, la main sur l’épaule droite de celui qui vous précède !.... Et en chantant les enfants !.. EINS, ZWEI, DREI, VIER, FUNF...........Etc !.. Vive la « france » !...Adishatz.


                • christophe nicolas christophe nicolas 29 janvier 2014 23:49

                  De vrais enfants...


                  • claude-michel claude-michel 30 janvier 2014 07:46

                    Mais le PS fait la même chose que Pétain...(qu’ils ont porté au pouvoir)...Faudrait ouvrir les yeux.. ?


                    • diverna diverna 30 janvier 2014 10:47

                      Excellent article qui donne un témoignage sur une utilisation de l’enseignement à domicile.
                      Je pense qu’avec l’Europe et les mouvements de populations on peut faire capoter ce projet nuisible. Merci de l’alerte.


                      • S2ndreal 30 janvier 2014 11:16

                        Pour éviter que des enfants puissent échapper à la théorie du genre. Ils en sont aux tests de faisabilité. La rentrée suivante, ces tests seront déclarés très positifs et la théorie du genre sera imposée à tous. Une des mesures montrant que les tests sont déjà des succès est cette loi. Il faut l’appliquer à tous.

                        « Les enfants appartiennent à l’état ». C’est le seul capable de bien les éduquer.


                        • philoxera philoxera 30 janvier 2014 12:01

                          1. LA théorie du genre n’existe pas. Il existe des études sur le genre, et même si LA théorie du genre existait, ca n’est qu’une THEORIE. Mais peut-etre que les gens confondent avec un théorème ?

                          2. Parmi les conneries apprises aux enfants, il en est de bien plus gênantes, comme leur apprendre que : élections = démocratie, par exemple.

                        • alinea Alinea 30 janvier 2014 12:04

                          L’étau se resserre ! Il doit sembler trop subversif à nos chers députés, que des familles assument l’éducation de leurs enfants !
                          Bientôt la crèche obligatoire.... mais c’est pour leur bien, soyons rassurés !
                          La seule réponse est, évidemment : désobéissance !


                          • soi même 30 janvier 2014 12:40

                            Non, il y a encore, l’ école privé hors contrat de l’État, cela existe renseignez vous !
                            Elle pratique la solidarité financière qui fait que cela devient un école abordable pour tous !
                            Elle devrait être en réalité gratuite si les entreprises avaient subventionner massivement ses écoles, elle auraient compris que la pluralité de l’enseignement de qualité fait des êtres équilibrés et responsables.

                            Malheureusement comme ce n’est pas le cas, elle vivotes et tant à disparaître en France.

                             


                            • Raymond SAMUEL paconform 30 janvier 2014 13:05

                              Merci ASPIC
                              de soulever ce problème (essentiel dans le cadre de la formation des générations future). Il n’y a guère de sujet plus important que celui-là : comme nous éduquons nos enfants nous décidons de l’avenir de la planète...à peu de chose près. Les bonnes décisions ne peuvent pas être prises par des esprits amputés, handicapés, sans créativité ou enfermés dans des idéologies.
                              En un mot, nous devons élever des enfants en bonne santé mentale.
                              Avant tout cela suppose de bons parents, eux-mêmes en bonne santé mentale, et par ailleurs disponibles pour assumer leurs responsabilités de parents.
                              Malheureusement, on le sait (mais on le cache), beaucoup d’adultes ne sont pas en bonne santé mentale et la culture dominante, seule audible, veut qu’il soit normal, bon et légitime que les parents ne soient pas disponibles.
                              L’Etat doit donc intervenir et avec vigilance pour défendre les enfants maltraités (ce qu’il ne parvient pas à faire d’ailleurs).
                              Mais par ailleurs, l’Etat est lui-même maltraitant, essentiellement pour des raisons budgétaires, les choses étant ce qu’elles sont. En effet, l’Etat est contraint de grouper souvent plus de mille enfants dans des minivilles entourées de hautes clôtures, fermées à clé, lieu de ségrégation hors la société humaine telle qu’elle existe avec le jeu et l’interdépendance des différentes génération dans une société cohérente, visible et compréhensible pour l’enfant. Dans ce milieu des groupes scolaires l’enfant enfermé et tenu à l’obéissance, au conformisme, au respect du programme etc. sans parler des contraintes comme la position assise incompatible avec sa nature d’enfant, perd sa créativité naturelle et amoindrit sa capacité à vivre libre et autonome.

                              Je pense donc que, évidemmen et surtout du fait de l’éducation subie dans leur enfance (et surtout leur petite enfance) les adultes ne sont pas tous de bons parents (conditionnés au surplus par des informations mensongères). L’Etat a donc le devoir de veiller sur TOUS les enfants. Il doit surtout veiller à ce que les parents soient en mesure d’assumer leurs responsabilités de parents par de nombreuses initiatives dont la principale est de respecter les besoins des enfants et décider ainsi de leur santé mentale et donc de la santé mentale des générations future, donc de l’avenir de la planète.
                              Quelques situations auxquelles il faudrait parvenir POUR LE BIEN DES ENFANTS :
                              - pas de sonnerie de réveille-matin pour les jeunes enfants âgés de moins de sept ans,
                              - Un parent (idéalement l’un et l’autre en alternance) à la maison,
                              - pas de collectivité pour les bébés,
                              - pas d’enseignement systématique des savoirs dits « scolaires » avant six à sept ans (mais répondre aux demandes),
                              - supprimer les groupes scolaires,
                              - grouper les enfants par quatre ou cinq au maximum chez des parents ou dans des médiathèques ou maisons communales, ou ailleurs, reliés par informatique au corps enseignant dans des conditions d’encadrement adaptées à leur âge et leur curiosité (expériences à faire).
                              Etc...

                              Bien entendu des réformes relatives à l’instruction ne peuvent être suffisantes que si la société et la culture actuelle cessent leur dérive mortifère.

                              Raymond SAMUEL


                              • trevize trevize 30 janvier 2014 13:15

                                La solution ne viendra pas de nos chers politiques, on le sait depuis longtemps. Et leur système est tellement bancal que leurs barrières sont pleines de trous. Mais c’est pas parce que ce qu’ils nous proposent est pourri qu’il faut céder à la nostalgie et se tourner vers le passé, c’est plutôt l’occasion de se poser et réfléchir comment construire quelque chose de vraiment nouveau.
                                Notre devoir est de chercher ces trous et de se glisser dedans en nous organisant tous seuls de notre côté. De ce point de vue, plus ils mettent de barrières, plus ils créent des trous et plus on trouve de nouveaux éléments pour créer un monde meilleur.

                                Montez des écoles sous forme d’associations de quartier, donnez quelques heures de votre temps pour enseigner à vos chères têtes blondes, pour les heures restantes embauchez quelques chômeurs, leurs salaires seront payés par l’association via des dons déductibles de vos impôts. Tout le monde sera content, les chômeurs auront un boulot, vous aurez le pouvoir sur l’enseignement de vos enfants, et vous paierez potentiellement moins d’impôts, et quand Hollande se vantera enfin d’avoir infléchi la courbe du chômage, vous pourrez doucement rigoler devant votre télé.

                                En fait, avec un peu de volonté, on peut recréer toute la société française simplement en utilisant l’outil associatif, avec un gain substantiel pour tout le monde. Une société plus juste, plus efficace et surtout plus solidaire. Mais pour ça, il faut s’affranchir de la vision binaire « l’europe-c’est-pas-bien-c’est-le-diable-c’était-mieux-avant-vite-construisons-un mur-autour-de-notre-pays-et-retournons-au-franc »


                                • izarn 30 janvier 2014 14:33

                                  ...Et ensuite ils interdiront l’enseignement privé...Sauf les écoles juives, bien entendu...



                                • Raymond SAMUEL paconform 30 janvier 2014 14:09


                                  J’ai oublié de dire qu’il fallait évidemment se mobiliser massivement contre ce projet de loi irresponsable.


                                  • izarn 30 janvier 2014 14:29

                                    Il faut remarquer que cette proposition de loi est avant tout totalement stupide :

                                    Ainsi si je m’installe en Angleterre, mes enfants tombent sous la loi française et doivent rester à l’école française en pension ?
                                    C’est du n’importe quoi total...
                                    Plus sérieusement il s’agit d’un controle de la population dés l’enfance.
                                    Un Conseil, si cette loi passe, demander un passeport étranger et faites vous domicilier en Belgique ou ailleurs. Parceque la loi française ne s’applique pas à la Belgique.
                                    Une loi européenne ? Faisons une enquete, et si c’était une application européenne ?




                                    • ManBearPig ManBearPig 30 janvier 2014 14:32

                                      Bah tiens, il ne faudrait que des enfants puissent échapper à l’enseignement dogmatique, ils seraient capables de réfléchir par eux-mêmes. C’est beaucoup trop dangereux. 


                                      • Loatse Loatse 30 janvier 2014 15:05

                                        le pire serait que les enfants étudient chez eux, dans une famille composée d’un père qui ne porte pas de robe et d’une mère sans profession qui aurait remisée à la cave la boite à décervelage (la télévision) d’ados...

                                        car ,je cite notre ministre de l’éducation nationale : "il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel (ndlr : en faire des cons quoi), pour après, faire un choix...

                                        ma question est la suivante : entre quoi et quoi ??? humpf ? 


                                        • oj 30 janvier 2014 15:40

                                          uniformisation
                                          alignement
                                          pas une tete ne dépasse
                                          surveillance, controlle, culpabilisation

                                          .. rien de bien extraordinaire.... mais depuis quelques années, le mouvement s’accélère.

                                          Le pire est le développement de la personnalisation du traitement VS la solidarité :

                                          - on commence à faire payer l’enlévement des poubelles au poids, les assurances font pression pour personnaliser les contrats en fonction des situations, consommation...etc (disques à venir sur les véhicules)

                                          Le résultat naturel sera un système de Bonus pour les citoyens chanceux et le doigt sur la couture.... et les autres auront la peur au ventre en permanence de voir des malus tomber.
                                          La crainte amènera a nous transformer en petits animaux peureux , soumis conditionnés...

                                          Bienvenue dans un monde meilleur !


                                          • colere48 colere48 30 janvier 2014 16:09

                                            Tout est fait pour que les thèses du FN soient avérées.
                                            PS UMP même combat
                                            Asservissement du « peuple » par tout les moyens, même les plus foireux !
                                            Jusqu’où iront-ils ??


                                            • NICOPOL NICOPOL 30 janvier 2014 16:17

                                              Il fut un temps où la mission de l’école publique était d’ « instruire » nos enfants, y compris et surtout ceux venant de milieux défavorisés : apprendre à lire, écrire, compter...

                                              Et puis l’école s’est mise en tête d’ « éduquer » nos enfants en leur inculquant l’idéologie choisie par l’élite aux commandes du pays, et l’ « Instruction publique » est devenue l’ « Education nationale ».

                                              Rappelons que le modèle de l’éducation collective obligatoire des enfants vient de Sparte, modèle de société totalitaire qui inspira les Jacobins et les Bolchéviques, et que les seuls à l’avoir mise réellement en pratique grâce à leur prodigieuse capacité d’organisation furent les Nazis.

                                              On voit que nos dirigeants actuels ont été à bonne école...


                                              • Ruut Ruut 30 janvier 2014 16:32

                                                Je me demande alors : pourquoi changer quelque chose qui marche ?

                                                Pour pouvoir imposer le Dogme aux nouvelles générations.
                                                N’oubliez pas qu’officiellement seul le gouvernement as raison et le peuple toujours tord.


                                                • Nums Nums 30 janvier 2014 17:37

                                                  Cette intention d’interdire l’enseignement à domicile est salutaire :


                                                  Ce n’est pas en marginalisant des gamins (dont les parents décident de les instruire loin de l’école publique) que ceux-ci vont pouvoir évoluer convenablement en société !

                                                  Un instant svp, on me dit dans l’oreillette que l’école consiste aussi en le formatage de l’individu afin que celui-ci, lorsqu’il sera rentable (comprenez entrera dans la vie active), suivra le triptyque commun à tous : « obéir, produire et consommer... »

                                                  • Chabinpolitain 30 janvier 2014 17:46

                                                    Eh bien le moins que l’on puisse dire c’est qu’il faut faire drôlement vite ici pour lire un texte avant qu’il soit mis à la trappe...
                                                    24 h chrono et hop fini, on passe au suivant quel que soit son intérêt !


                                                    • zygzornifle zygzornifle 30 janvier 2014 18:01

                                                      Si cala continue on verra :

                                                      faire caca à domicile : la dernière liberté des familles tombe

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès