Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Eric Besson a-t-il sacrifié son honneur pour la France (et ses convictions) (...)

Eric Besson a-t-il sacrifié son honneur pour la France (et ses convictions) ?

Depuis qu’il a rejoint Nicolas SARKOZY à un meeting de l’UMP, pour se mettre à son service, Éric Besson est le nouveau Judas. Traître par excellence, il est soutenu depuis sa "conversion" par Nicolas SARKOZY, François FILLON, et Xavier BERTRAND...Qui au nom de "l’ouverture" lui font rapidement grimper l’échelle des charges publiques françaises. Ainsi, de "simple" secrétaire d’Etat à la Prospective Publique, il devient Ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale, poste à la fois symbolique, et stratégique, au sens où il est chargée d’un Ministère régalien, et très fortement marqué à "droite". Dans le même temps, le "traître" se voit ouvrir les portes de l’UMP, dont il devient l’un des "secrétaires générales adjoints", un poste qui n’est pas "seulement" honorifique, car il lui permet de compter au sein du parti "du Président" et de trouver des "supporters" à "droite" aptes à l’aider à gagner les élections, au niveau local. "Ministre le plus haï de France" selon "Marianne"...M. Besson est, en revanche, assez "populaire" au sein des troupes que comptent l’UMP, et auprès d’une frange (importante ?) de la population française.

On a beaucoup dit sur les "motivations" qui auraient poussé M. Besson à franchir le rubicon, pour rejoindre M. SARKOZY : sa déception du PS, ses dissensions avec Ségolène Royal, la soif d’acquérir un (voire plusieurs) maroquins, etc.

Pourtant, on pourrait opter pour une autre possibilité, moins consensuelle certainement, mais qui n’en demeure pas moins envisageable, si l’on prend en compte certains éléments troublants du parcours tant politique que privé de M. Besson. A défaut de pouvoir faire triompher ses convictions politiques "de gauche" honorablement, ou/et d’arriver à réveiller le PS en coma profond – en dépit des efforts de certains élus locaux ou nationaux qui se dépensent sans compter...Mais qui rencontrent l’opposition et la résistance de bon nombre de "petits chefs" – Éric Besson a-t-il choisi de sacrifier son honneur pour faire triompher la "gauche" (via son parti "les progressistes" ?) en 2012/2017 ?

Envisageons, rien qu’un instant le scénario suivant : à quelques jours du premier tour des présidentielles de 2007, Éric Besson s’aperçoit que le PS va perdre. Et que, donc, Nicolas SARKOZY va devenir Président de la République française. Déçu par Ségolène ROYAL, qui lui a par ailleurs fait entendre qu’elle ne comptait pas, en cas de victoire, le prendre dans son équipe dirigeante, Éric Besson se rend compte qu’il n’a rien à perdre.

Bon connaisseur de la personnalité du futur Président – avec qui il entretient des contacts depuis 1995 – et analyseur de son programme – il est l’auteur d’un pamphlet contre N.SARKOZY qui s’en prend en détail à sa politique et aux effets dudit programme – Éric Besson est donc très bien placé pour réfléchir en stratège. Comment faire pour battre N. SARKOZY ? En restant dans "l’opposition", dans une équipe moribonde (le PS) qui refusera nécessairement son arbitrage comme son leadership – rendant ainsi toute "opposition" inutile et peu crédible auprès des Français – ou bien...En pénétrant, les uns après les autres, les cercles de pouvoirs, jusqu’à devenir l’alter ego du leader à abattre ?

Face à l’adversité, Éric Besson se sacrifie donc pour la cause...Tel le pur Lorenzo, de la pièce de Musset...Qui pour rétablir la République, se transforma en "Lorenzacchio", en rejoignant le tyran qui tenait les rênes de Florence.

Il faut sauver la France (et la "gauche"). Le romantique et idéaliste Eric, se rallie donc en pleine campagne électorale – moment où il est évidemment plus simple de négocier sa "reddition" – devient un Ministre de peu d’importance, puis à force de donner des gages de fidélité – allant même jusqu’à rompre toute attache familiale, amicale... – il obtient un poste plus important, stratégique même dans l’équation électorale présidentielle, et fait son possible pour se faire honnir de la "gauche" morale et humaniste, et se mettre à dos ses anciens "amis" socialistes.

Dans le même temps, il encourage son ex épouse – qui est dans la confidence ? Ou bien qu’il utilise comme un pion ? – à noircir son portrait, en faisant de lui un opportuniste de premier choix, ce qui ne peut que rassurer la présidence. Un homme sans conviction est infiniment moins dangereux qu’un homme aux idées bien arrêtées. Et il connait suffisamment N. SARKOZY pour savoir que ce dernier ne donne sa confiance qu’à ceux qui lui doivent beaucoup.

La même stratégie, visant à recueillir le soutien, sinon l’amitié présidentielle, le pousse à imiter la gestuelle et le ton de son "mentor"...Là encore, à la manière de Lorenzo devenu Lorenzacchio, qui en plus d’être un familier du duc tyran, qu’il honnit secrètement, devient son compagnon de débauche, un "frère dans le vice".

Stratégie gagnante qui lui procure à la fois le dégoût et la haine d’une frange de la "gauche" mais qui surtout lui permet de grimper les échelons, au point de devenir l’un des Ministres préférés, sinon le chouchou, du Président de la République.

Un "chouchou" qui sans en avoir l’air, est en train d’envoyer le parti qu’il a rejoint, le candidat qu’il a soutenu, dans le piège initial qu’il a tendu. Ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale, il est au coeur même de la stratégie élyséenne sinon sarkozyste. On peut se demander si ce n’est pas lui qui a soufflé au Président à quel point sa présence à ce Ministère pourrait heurter la "gauche" Et si ce n’est pas, à dessein, que M. Besson a réclamé un tel Ministère, pour pouvoir abattre son "ennemi" ...Et en 2012, via un livre (?), baptisé "comment j’ai tué SARKOZY", révéler à la face du monde (ce que n’a pu faire Lorenzo) la supercherie.

Car depuis son arrivée au Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale, les Français ont appris que la stratégie migratoire très ferme du Président était du bluff. Ils ont aussi compris qu’en la matière, la France n’avait pas beaucoup de marges, puisque les décisions se prennent au niveau européen.

Ses passages à la Prospective et à l’économie numérique avaient déjà permis de mettre à jour quelques "failles" du programme présidentiel. Mais là, c’est le "coeur" du système que le Ministre semble mettre à mal. Discrètement – car M. Besson a l’art et la manière pour éviter une mise en danger de sa personne – mais assurément. Car M. Besson en lançant un débat qu’il savait mortel pour l’UMP en ce qu’il offre un espace d’expression au FN, a assurément joué contre le Président qu’il dit soutenir.

Si les régionales s’avèrent catastrophiques – au sens où le FN reprendrait du poil de la bête et ou que la "gauche" conserve "ses" régions – pour le pouvoir, si la passation du pouvoir se fait facilement au FN (après une victoire aux régionales, Marine est certaine de pouvoir prendre la tête du parti), la "grande oeuvre" de M. Besson sera couronnée de succès.

Reste à savoir si "la gauche" se révélera plus...Perspicace que les "républicains" vis-à-vis du Lorenzacchio d’aujourd’hui. Dans la pièce de Musset, Lorenzacchio ayant agi seul, après la mort du duc tyran – tué par Lorenzo – les républicains n’ont pas le courage de le croire, et de se servir de son acte comme tremplin pour rétablir la République...On verra si la "gauche" s’en sortira mieux...

...Dès lors que le scénario envisagé s’avère réel. Car il ne s’agit là que d’une hypothèse. Reste que si une telle option a été choisie par M.Besson, on pourrait voir en lui un vrai stratège politique, appelé, de toute évidence, à jouer un rôle important dans les années à venir, sur la scène politique française. N.SARKOZY comme M.AUBRY ont du souci à se faire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Bill Grodé 28 décembre 2009 11:04

    Si votre fine analyse est avérée, on pourra dire que Machiavel fait figure d’amateur à côté d’un Eric Besson.
    L’avenir nous dira si il a « un destin national »’, mais il faudra alors en conclure que comme pour un Hitchcock, si le méchant est réussi, le film (ou plutôt le gouvernement) est réussi.


    • ruth 28 décembre 2009 11:16

      Bonjour l’auteur !

      Bonjour Bill Grodé,

      Vous ne savez pas qu’il est pressenti pour remplacer Fillon à Matignon ?


    • Alpo47 Alpo47 28 décembre 2009 11:23

      Blague de fin d’année ???
      J’ai bien peur que l’auteur prête trop de « bonnes intentions » à M.Besson.
      Ce « monsieur » est tout simplement à l’unisson d’un bon nombre de politiques actuels : veule, sans conviction, médiocre ...


      • elisabeth 29 décembre 2009 12:29

        Rassurez vous, je ne prête aucune trop « bonne intention » à M. Besson. Je pense simplement que c’’est un homme politique intelligent, qui a sans doute un fort égo - mais ne faut il pas en avoir pour faire de la « cuisine policienne » et plus encore de la politique (au sens noble du terme) ? - mais aussi des convictions politiques.

        Avoir de l’ambition, être orgueilleux, et même jouer pour soi même, peut parfois se combiner avec un « destin national » et profiter à la France elle même (enfin, du moins à l’idée que peut se faire M. Besson du bonheur de la France)

        Nombre de nos « politiques » ont su faire leur un tel concept. C’est peut être le cas de M. Besson, qui d’ailleurs avec une telle stratégie se retrouverait en bonne position, auprès de chaque « camp ». Si son intérêt personnel peut avoir un intérêt pour le pays, je pense utile d’en débattre.
         


      • Gabriel Gabriel 28 décembre 2009 11:26

        Les seules convictions de Besson sont le pouvoir et le pognon ! 


        • Ronny Ronny 28 décembre 2009 11:56

          Je plusse !


        • elisabeth 29 décembre 2009 12:32

          Sans doute...Mais les unes et les autres ne sont pas incompatibles. Il est possible de mettre en oeuvre un projet politique auquel on croit - ou de rejoindre une équipe dirigeante et d’habilement discréditer son programme pour mieux valoriser les causes qu’on soutient (plus ou moins secrètement) - et d’avoir le pouvoir (mais à quoi avoir un pouvoir qu’on n’utilise pas ?), et le pognon. (Qui n’est pas nécessairement signe de bonheur)


        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 28 décembre 2009 11:31

          Besson le nouveau Lorenzaccio ? Laissez moi rire, selon votre délire il se serait « sacrifié » afin d’abattre la bêêête infâme, j’ai nommé le grand condukator ou guide suprême, sa majesté Nabot Léon 1er …

          Pour la bonne raison que ce type minable, Besson, n’est motivé que par une ambition assez ordinaire celle du pouvoir, qu’il soit de gauche ou de droite c’est anecdotique. Il faut savoir que les « convictions politiques » en matière d’ambition font parti de la panoplie de tout bon Rastignac de contrebande qui se respecte…

          A la sortie de l’ENA le lauréat fait un petit calcul, comment pourra t-il (elle) devenir ministre le plus vite possible ? C’est selon, et c’est là que l’on choisi le parti marche pied pour accéder le +  près possible du pouvoir. Comme l’affaire paraissait incertaine pour le Besson, il n’a pu attendre et hop il a changé de crèmerie quitte à passer pour un judas aux yeux de ses anciens collègues, mais ce n’est que de la mauvaise comédie bien loin de Musset. On peut dire même que c’est plutôt le nouveau « Lorenzacchiotte », et il n’y a pas d’honneur là-dedans faut tout de même pas exagérer !...

           


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 28 décembre 2009 14:39

            Besson a fait juste Sciences Po, pas l’ENA, pour precisions


          • elisabeth 29 décembre 2009 12:37

            M Besson n’a pas fait l’ENA.

            Le Lorenzo de la pièce de Musset était loin d’être un ange. M. Besson ne l’est pas plus. Il n’en demeure pas moins que M. Besson, s’il est un politique - désireux (et quoi de plus normal au fond ?) d’exercer le pouvoir (c’est bien pour cela que les politiques font de la politique) - peut avoir des convictions, qui ne sont pas nécessairement incompatibles avec son parcours personnel, et que s’il a trahi une « crémerie » au lait périmé, peut être espère t il créer une crémerie - à son service - plus fiable, en discréditant, de l’intérieur, le lait des vaches UMP, pour son propre compte, et éventuellement celui de la « gauche » voire même de la France.

             

             

             

             

             

             

             


          • Massaliote 28 décembre 2009 11:46

            Pour perdre son honneur, il faudrait déjà en avoir. Quant à « pour la France » c’est faire trop d’honneur à un politicard...


            • Emile Red Emile Red 28 décembre 2009 12:18

              Un nom prédestiné, il ne manquait que la culotte....


              • Reinette Reinette 28 décembre 2009 13:42



                Pétition des sans culottes portée à la Convention, 25 juin 1793

                « Mandataire du peuple, depuis peu vous promettez de faire cesser les calamités du peuples ; mais qu’avez vous fait pour cela ? Avez-vous prononcé une peine contre les accapareurs et les monopoleurs[12] ? Non. Eh bien, nous vous déclarons que vous n’avez pas tout fait. Vous habitez la Montagne, resterez-vous immobiles sur le sommet de ce rocher immortel ?
                Il ne faut pas craindre d’encourir la haine des riches, c’est-à-dire des méchants ; il faut tout sacrifier au bonheur du peuple. »

                 

              • herve33 28 décembre 2009 12:41

                Besson ne se sacrifierait pour lui même . Un type comme Besson , incarne le summum de la nullité politicienne , on ne bat pas pour des idées , des valeurs , mais pour accèder à un poste de pouvoir à un moment donné , par pur arrivisme . Comme le chantait Dutronc , sa veste craque maintenant de tout coté tellement il l’a retournée . 

                Besson est , ce qui est le plus mauvais en politique , l’opportunisme . Si Sarkozy perd en 2012 , Besson passera aux oubliettes de l’histoire sauf peut-etre pour sa politique de vichy contre l’immigration .

                Besson à lui seul tue la politique au sens noble , certes il est loin d’etre le seul , mais il a vraiment la palme .

                Quant à la politique de Sarkozy , il n’y a pas que le débat politique sur l’identité nationale qui est du bluff , mais sa politique entière qui n’est qu’ une pure opération de communication pour masquer le vide sidéral de sa politique . Son but n’est que de faire plaisir à ses potes et établir la France devienne un simple poin des US .


                • shadow shadow 28 décembre 2009 12:47

                  Qui sait Elizabeth, peut-être avez-vous raison ?? Eric Besson serait-il le cheval de Troie qui s’est introduit tel un ver dans le fruit de l’UMP ?? En tout cas, si on prend le problème dans les 2 sens, l’UMP est perdante à coup sûr, E.Besson , fidèle à son nouveau maître ou non, restera un traître d’un côté comme de l’autre et verra sa carrière s’arrêter à vie quand surviendra la chute de Sarkozy...


                  • elisabeth 29 décembre 2009 12:39

                    Pas nécessairement. Car à la différence de Lorenzo, M. Besson dispose d’outils pour prouver à ceux qui l’honnient aujourd’hui, qu’il est en fait « fidèle à la cause ». Une sorte de « résistant » de l’intérieur, si vous voulez. 


                  • armand armand 28 décembre 2009 13:13

                    opportunisme ?
                    Quel homme (ou femme) politique n’est pas opportuniste ?
                    En tout cas l’angélisme fait rage sur AV.

                    Comme toute carrière vraiment « régalienne » sous la 5ème République est liée à la faveur du Prince, Besson ne fait que tout haut ce que les autres subissent tout bas.

                    Et l’inénarrable Nora Berra, lançant à Coulomb, maire de Lyon, qui la présentait comme simple conseillère municipale, « Et ministre de la République », alors que cette expression signifie simplement, « j’ai l’oeil du Maître ». On les appelait, sous l’Empire ottoman, des gozde, ces favorites qui avaient l’oeil du Grand Seigneur.
                    Or ministre ce n’est que cela de nos jours.

                    Et voit-on le moindre parti politique suggérer une réforme capitale - que les ministres soient auditionnés et confirmés par le Parlement, permettant déjà que de petits malins les chatouillent sur leur compétence.
                    Point.
                    Le sarkozisme a le mérite de pousser au paroxysmes les tares institutionnelles de la 5ème.


                    • Roche 28 décembre 2009 13:23

                      Par Alpo47

                      s’il n’y avait que çà ! Besson est carément umpiste, faut il davantage de précision pour le confirmer, il a marqué son camp et fait son plan de carrière, mais il ne fait que passer comme beaucoup d’autres. Vous savez ce qu’on dit, ceux qui tentent de grimper par opportunisme sont des lèches bottes dont il faut savoir se débarasser, çà me fait un peu penser a ces petits cheffaillons qu’on fait grandir parcequ’ils dénoncent, cafetent sur leurs collègues, mais ils en reviennent très vite.


                      • Reinette Reinette 28 décembre 2009 13:34


                        Vends circulaire Besson du 2 novembre 2009 organisant le grand débat sur l’identité nationale

                        Extremement utile pour ceux (rares) qui participeront aux débats et veulent préparer les questions posées par le préfet

                        Cette circulaire est aujourd’hui introuvable après avoir été retirée de trois sites ministériels. Rare !!!

                        mise de départ : 0.99€

                        http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?ViewItem&item=270492107695&ssPageName=ADME:L:LCA:FR:1123#shId


                        • non666 non666 28 décembre 2009 13:40

                          Il y a une autre version, bien plus derangeante pour les gauchistes.
                          Elle expliquerait encore mieux pourquoi ils mettent tous Besson au pilori.

                          Le PS , qui est par definition un Parti « socialiste » n’est plus socialiste du tout, et tous les caciques le savent.
                          Certaines se disent « Blairiste » (Royal) d’autres se decouvrent « social democrate » (apres avoir dans le passé combattu Delors et Rocard....) d’autres enfin sont liberaux sociaux ou social liberal ou liberal tout court (DSK, Fabius)
                          La question est donc qui trahis qui ou plutot, qui trahit quoi ?

                          Quand pendant 80 années on a definit la droite et la gauche en hurlant que tous ceux qui ne croyaient pas aux lendemains qui chantent, à la lutte des classes , au combat contre le capitalisme etaient de droite, quelle attitude adopter quand on ne croit plus a ce combat la ?
                          Besson , lui, finalement en a pris la plus logique des consequences : il est passé dans l’autre camps.
                          Mais les autres ?
                          Ceux qui croyaient que le socialisme etait le marxisme reformiste, qu’il fallait, par la reforme, ruiner les capitalistes, n’ont reussit qu’a ruiner les notres(de patrons), à les degouter de garder leur pognon chez nous , à les pousser a rejoindre le capitalisme le plus intransigeant, le plus impitoyable , le plus planqué dans les paradis fiscaux....
                          Que leur reste t’il aujourd’hui ?
                          Des postures, des « bravitudes » , du bombage de torse aussi pitoyable que celui du gnome d’en face....
                          Alors il montre le « traitre » , il le diabolise mais ils essaient tous de se faire remarquer du Maitre des rats pour rejoindre sa Meute .....
                          Quel programme pour le parti « socialiste » ?
                          Celui d’une Europe liberale pronant dans sa constitution (TCE/traité de Lisbonne) le liberalisme continental prelude a un capitalisme mondialisé deja en route....
                          Quel diffrence entre le programme de l’UMP ?
                          a si, l’un est coloré de bleu, tandis que l’autre est coloré de rose.....
                          Mais a part la couverture ?

                          Finalement, Besson n’a pas trahis,, LUI , il a juste assumé sa conversion deja ancienne au liberalisme apatride


                          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 28 décembre 2009 14:35

                            que le PS ne soit plus socialiste, peut etre, mais aucun socialiste n’a encore rejoint Alternative Liberale, le parti liberal francais. http://www.alternative-liberale.fr/index.php/


                          • Marc.M Marc.M 28 décembre 2009 14:21

                            Encore faudrait-il qu’ E.Besson ait eu un jour le sens de l’honneur pour en faire le sacrifice.


                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 28 décembre 2009 14:36

                              Le portrait que vous tracez de Marie-Segolene Royal rendent ses 46% d’autant plus meritables !


                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 28 décembre 2009 14:33

                              Hypothese tres interessante bien qu improbable. L’ambition perso pour l’ambition perso existe.

                              Tres bon article !


                              • morice morice 28 décembre 2009 17:49

                                lui, un honneur ? faut demander ça à ses proches... 



                                ntitulé « Manuel de guérilla à l’usage des femmes » (Grasset), cet ouvrage fait état de leur vie privée et dresse le portrait d’« un séducteur invétéré, égocentrique, orgueilleux, coléreux parfois et hypocrite en politique », résume L’Express, qui publie ce mercredi des extraits de ce livre.

                                • debase 28 décembre 2009 18:30

                                  Ayant comme tout le monde souvent entendu M. Besson s’exprimer, j’en suis arrivé à la conclusion que E. Besson a lui-même un très gros problème d’identité, il se dit d’ailleurs ’méditerranéen’ avant d’être Français..

                                  Toujours a mon avis, s’il s’entend si bien avec N. Sarkosy, c’est que ce dernier est victime lui aussi du même mal... Au passage, je suis convaincu que c’est en fait ce ’mal’ qui rend en grande partie ’sarko-compatible’ (il faut aussi être atlantiste et prosioniste).

                                  Tous les deux s’entendent comme larrons en foire pour rendre au plus vite la France multi-ethnique, c’est à dire telle qu’elle puisse être la plus à même de les délivrer enfin de leur ’mal’.

                                  Pourquoi Sarkosy, Besson et tant d’autres parmi nos ’élites’ ne cherchent-ils en rien a se ’franciser’’ un peu plus, par un mariage avec une ’dessouche’ par ex. ? pourquoi s’avèrent-ils en définitive toujours attirés par des étrangères ? C’est particulièrement net en ce qui concerne N. Sarkosy...

                                  J’en arrive à penser que la France pour eux n’est rien d’autre qu’un ’cadre de vie’ agréable et surtout propice à leurs ambitions. Qu’ils perdent toutes leurs opportunités politiques et nous constaterions certainement qu’ils pouvaient aussi bien vivre ici qu’à New-York ou au Maroc...

                                  Le ’dessouche’ sera toujours perdant tant qu’ils seront au pouvoir ! Pour conjurer leurs propres démons, ils en arrivent à se comporter en apprenti-sorcier en jouant dangereusement avec le feu, à savoir avec l’identité de toute une nation.


                                  • Franc Tireur Partisan Franc Tireur Partisan 28 décembre 2009 19:30

                                    La perversité en politique n’a pas de limites, alors Carla jouerait aussi contre son Sous président de mari.
                                    Il a interêt à avoir laissé un courrier chez un avocat, le gars Besson avant d’integrer la fange Nationale Sarkozyste, si c’est le cas.
                                    Quoiqu’il n soit je pense que ce sera malgré tout son discours de défense en 2012 au cas ou l’Haineux Elyséen ne serait pas ré-élu.

                                    Sinon les autres, X Bertrand, Hortefeux, Morano, Lefebvre et con sorts, c’est pas des traitres, et pourtant ce sont des champions du monde de la bêtise (je suis gentil là).
                                    A croire qu’un bon UMP (Une Menace Permanente je le rappelle) doit avoir un QI inférieur à celui de son Métre pour plaire à icelui, ça conditionne la réussite et ça fait bicher le mari de la chanteuse.
                                    Et oui au royaume des aveugles les borgnes sont rois.
                                    Sur ce,

                                    Bonjour chez vous !



                                    • moebius 28 décembre 2009 21:19

                                      il n’y a là pas la moindre perversite dans cette affaire. Eric Besson n’est pas le traitre ou un Judas. 
                                       Il est au plus un monsieur Morchoil, cadre commercial du service du contentieux de la sociéte de quinquaillerie moderne, le spécialiste du boulon de douze, passé au service de la concurrence


                                      • kiouty 28 décembre 2009 23:21

                                        C’est quoi ce delire ? Servir la gauche en renvoyant des afghans chez eux ? En ressuscitant le front national ? En faisant exactement ce que Sarkozy lui demande de faire ? En suivant le meme raisonnement, je pense qu’on pourrait facilement arriver a prouver que Sarkozy est en fait au service de la gauche. Bref...


                                        • DESPERADO 29 décembre 2009 01:42

                                          Sacrifié quoi ?


                                          • Dominique TONIN dume 29 décembre 2009 08:34

                                            - Déja mal barrée la france, manquerait plus que le félon BESSON devienne une pièce incontournable de la politique Française, à fortiori s’il était élu par le peuple !
                                            je n’ai pas l’habitude de baisser les bras et je crois encore à la capacité des français à vouloir se relever, mais là, pour le coup, je crois que je quitterais le pays !
                                            En attendant ce scénario catastrophe peu réaliste, lisez : www.peuplefrancais.fr ceci l’est plus (réaliste) !


                                            • Boduacus 29 décembre 2009 10:47

                                              Dans la galerie des traîtres, n’oubliez pas l’ineffable Kouchner, amoureux de l’argent encore plus que du pouvoir. Qu’il soit -ou était- le chouchou des Français montre seulement le manque de perspicacité de ces derniers. 

                                              Il est réconfortant de voir que les recrues de Sarkozy ne sont pas les plus intègres ni les plus honnêtes intellectuellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

elisabeth


Voir ses articles







Palmarès