Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Esquisse d’un libertarianisme anarcho-socialiste

Esquisse d’un libertarianisme anarcho-socialiste

Il existe dans l'histoire des idées deux libéralismes et deux socialismes. 

Un de ces deux libéralismes, le plus ancien, dit classique, correspond à la doctrine du laissez-faire, et du libre-marché. L'autre, qualifié en Angleterre de new liberalism et aux États-Unis de modern liberalism (et aujourd'hui simplement liberalism), est une doctrine prônant l'interventionnisme gouvernemental, le contrôle bureaucratique, et parfois même (chez Rawls ou Dworkin par exemple) le collectivisme d’État. 

Un des deux socialismes est un socialisme d’État que l'on retrouve fortement dans tout le marxisme-léninisme ou dans certaines interprétations babouvistes. L'autre est un socialisme libertaire, prônant l'autogestion et l'auto-organisation ouvrière, ou un socialisme utopiste, favorable aux expérimentations immédiates et aux phalanstères.

Entre le libéralisme interventionniste et le socialisme d’État, une synthèse a vu le jour : le welfarisme (ou social-libéralisme). Cette synthèse existe en deux versions, dont une est keynésienne (la version de gauche) et l'autre non (la version de droite), mais toutes deux jouent le même jeu du populisme welfariste consistant à appâter l'électeur à coût de promesses de dépenses étatiques (à gauche on offre la carotte-allocation paternaliste, et à droite le bâton-policier sécurisant) afin de se maintenir au pouvoir à moindre frais (puisque l'argent provient des poches du contribuable). 

Il existe cependant un autre rapprochement possible entre socialisme et libéralisme, et ce dernier emprunte le chemin de la liberté, et non celui du despotisme gouvernemental. Les plus éclairés des libéraux classiques ont fini en effet par radicaliser leurs positions en les mariant à l'anarchisme-individualiste (de penseurs comme Lysander Spooner ou Benjamin Tucker) pour aboutir à ce qu'on appelle dorénavant lelibertarianisme

Du côté socialiste libertaire, une difficulté réside dans l'attachement de bon nombre de ses représentants aux vieux schémas de lutte des classes opposant bourgeoisie/patronat et prolétariat/travailleurs. Ma position est qu'il convient de dépasser ces antagonismes erronés et de se concentrer sur l'idéal socialiste d'une société sans État, solidaire, et débarrassée de toute hiérarchie, au lieu de lancer des pierres aux entrepreneurs et aux actionnaires. A partir de ces concessions, nous pouvons envisager une synthèse intéressante du socialisme libertaire et du libertarianisme anarchiste sur le modèle des communautés utopiques du XIXème siècle et des phalanstères dont j'aimerais à présent esquisser quelques composants fondamentaux. 

1. Le libertarianisme anarcho-socialiste a pour idéal une société sans État, sans gouvernement, sans bureaucratie, sans despotisme ou tyrannie d'aucune sorte, et sans majorité démocratique imposant ses volontés à des minorités. Une telle société est ce qu'on appelle un libre-marché, car nul gouvernement n'impose sa volonté aux individus. 

2. Toute société libertarienne anarcho-socialiste se fonde sur le refus absolu de l'agression. C'est une société pacifique où la liberté d'autrui est la limite à la liberté de chacun. Le respect des droits de propriété de chacun sur son corps et son esprit, et sur ce qu'il acquiert par leur usage, est une nécessité et un principe fondamental d'une telle société.

3. Une société libertarienne anarcho-socialiste refuse toute hiérarchie, et s'organise volontairement sur la base du coopérativisme ou de l'auto-entrepreneuriat afin de se passer de rapports salariaux. En ce sens, le libertarianisme anarcho-socialiste rompt fondamentalement avec le libertarianisme anarcho-capitaliste qui se désintéresse généralement de la question hiérarchique (bien que Spencer, Milton Friedman, et David Friedman, l'abordent bel et bien chacun à leur manière).

4. Les libertariens anarcho-socialistes pratiquent la solidarité volontaire, le partage, le don, et l'altruisme. En dehors des assurances individuelles, des associations de métier, et des sociétés de secours mutuels, les libertariens anarcho-socialistes souhaitent la mise en place de la distribution d'un revenu minimum à tous les individus en ayant le besoin par des transferts de ressource volontaires.

5. Les libertariens anarcho-socialistes sont favorables à un certain nombre de mutualisations volontaires. Le financement d'une éducation minimale (par le biais de chèque-éducation), de transports publics à bas prix, d'un réseau de routes, sont quelques exemples du type de mutualisations envisagées dans une société libertarienne anarcho-socialiste.

6. Les libertariens anarcho-socialistes sont des progressistes ne cherchant pas à imposer leurs idées à autrui mais cherchant à convaincre autrui de la valeur de l'ouverture en matière de mœurs et du respect envers la différence. C'est pourquoi ils luttent par l'éducation, le débat, et la pédagogie, contre le racisme, le sexisme, l'homophobie, et toute autre forme de position conservatrice.

7. Dans leur volonté d'abolir l’État, les libertariens anarcho-socialistes préfèrent la socialisation des biens de l’État à la privatisation. Chaque individu résident dans un État a droit à une part des biens de l’État et deviendrait lors de la socialisation d'un bien ou d'une entreprise d’État propriétaire d'une de ces parts qu'il peut revendre ou préserver pour toucher une part des profits générés par les entreprises d’État à présent entreprises privées.


Moyenne des avis sur cet article :  1.88/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 5 janvier 2015 13:59

    ah je me disais ou est la doublure de ceci...ce matin..et bien voila


    • howahkan howahkan Hotah 5 janvier 2015 14:05

      deux trolls de l’UE pour le prix d’un,c’est les soldes smiley


    • Adrien Faure Adrien Faure 6 janvier 2015 18:21

      Les libertariens sont opposés à l’existence de l’UE comme à celle de toute fédération supra-nationale.


    • Auxi 5 janvier 2015 14:21

      L’anarchie n’a aucun rapport avec les libertarés, jeune crétin, cessez d’employer des mots dont vous ignorez le sens. Ce n’est pas la première fois qu’on vous le dit, vous êtes bouché ? Oui, sans doute, comme tout libertaré… Anarcho-capitaliste, qu’est-ce qu’il ne faut pas lire comme conneries… 


      • César Castique César Castique 5 janvier 2015 15:39

        « L’anarchie n’a aucun rapport avec les libertarés... »

        Et comment qu’il y en a un ! C’est l’identique déni de réalité face à la (vraie) nature humaine, qui rend impossible et l’anarchisme et le libertarianisme, les deux faces de la médaille « Chimérisme ».

        Le libertarianisme conduit à l’ultra-libéralisme aussi sûrement que l’anarchisme mène aux purges et au Goulag.


      • Auxi 5 janvier 2015 17:44

        @ Castique


        Si vous aviez un minimum de culture historique, vous sauriez que les anarchistes ont formé le plus gros des clients du Goulag… Les purges, c’était Staline, les purgés, les anars… Que savez-vous, ô ignare prétentieux, de la « vraie nature humaine » ? Strictement rien, évidemment. Vous jugez selon vous-même en vous prenant pour le centre du monde. Que savez-vous de l’anarchisme ? Rien, évidemment. Et ce rien, vous l’étalez partout, jusqu’au Monde libertaire ! C’est le problème des anars : n’importe quel abruti ignorant peut la ramener sur ce sujet, chez nous, il n’y a pas de carte, ni de hiérarchie, ni de chef « charismatique » ; l’inconvénient, c’est d’avoir à supporter les contrevérités des César Castique de tous poils. Rien n’est parfait…

      • César Castique César Castique 5 janvier 2015 18:59

        "Si vous aviez un minimum de culture historique, vous sauriez que les anarchistes ont formé le plus gros des clients du Goulag… Les purges, c’était Staline, les purgés, les anars… "¨

        Je sais tout cela. Je sais aussi ce qu’il s’est passé pendant la guerre civile espagnole, notamment à Barcelone, et je sais encore que, par rapport aux communistes, les anarchistes ne sont jamais trouvés en position dominante. Ça mne facilite pas la répression des déviationnismes.

        "Que savez-vous, ô ignare prétentieux, de la « vraie nature humaine » ? Strictement rien, évidemment."

         Ben si, je sais au moins une chose. C’est que les mecs de votre acabit la nient, parce que son existence bouleverse toutes leurs billevesées sur le devenir du genre humain. Et puis une autre encore, c’est qu’elle est à l’origine de tous les échecs d’expériences de société sans classes.

        "Que savez-vous de l’anarchisme ? Rien, évidemment."

        Ici aussi, je sais une chose, c’est que sa mise en oeuvre débouchera obligatoirement sur un retour rapide de la loi du plus fort, puisque la nature humaine fait qu’il y a des individu(e)s, une minorité, qui ont vocation à être dominant(e)s, et d’autres individu(e)s, une majorité, qui sont « condamné(e)s » à être dominé(e)s.

        « …il n’y a pas de carte, ni de hiérarchie, ni de chef « charismatique… »

        Attendez donc d’être au pouvoir, au prise avec la responsabilité de la coordination de l’acheminement de la nourriture nécessaire à 65 millions de personnes, sur un territoire de 550’000 km2 - je parle même pas des DOM-TOM smiley - tous les jours de l’année. C’est là qu’on verra ce qu’il en restera de votre absence de chefs et de hiérarchie.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 6 janvier 2015 00:00

        Vous êtes décidément méprisant voire insultant, César.
        Et inculte, mais ça...


      • César Castique César Castique 6 janvier 2015 00:42

        « Vous êtes décidément méprisant voire insultant, César. »



        Moi, je me trouve plutôt lucide. Un peu brutal peut-être, mais lucide...



        « Et inculte, mais ça... »


        On peut pas tous être cultes non plus... C’est déjà terriblement encombré, je trouve.


        P.S. - Puisque je vous ai sous la main, je vous réitère la question que je vous ai posée le 2 janvier à 23:14, et qui vous aura échappée : 

        « Vous écrivez «  Bush et son équipe ont massacré des innocents parce que leurs affaires allaient mal. C’est pourtant simple. » Admettons que vous ayez raison, alors on fait quoi concrètement ? On s’énerve sur Internet contre ceux qui refusent de recevoir la lumière ? »

      • Trelawney Trelawney 6 janvier 2015 11:54

        chez nous, il n’y a pas de carte, ni de hiérarchie, ni de chef « charismatique »

        La solitude aussi a ses inconvénients


      • epicure 7 janvier 2015 22:10

        @Par César Castique (---.---.---.108) 5 janvier 15:39

        S’il y a une famille idéologique qui nie la nature humaine c’est bien l’extrême droite.
        Elle nie à la fois le côté individu de l’être humain, et la nature de ses capacités sociales ( empathie, sentiments humains etc... ). Tout ce qu’elle offre ce sont des stéréotypes dépourvu de contenu humain.

        Comme dit au dessus les anarchistes et Staline étaient ennemis, il suffit de s’intéresser à la guerre d’Espagne pour s’en rendre compte, puisque les staliniens ont exécuté des anarchistes , des républicains etc... alors qu’ils étaient sensés être dans le même camps.
        Et es goulags regorgeaient d’anarchistes et même de marxistes.


      • Baasiste 2 8 janvier 2015 00:11

        tiens nigaudredébarque polluer : « S’il y a une famille idéologique qui nie la nature humaine c’est bien l’extrême droite.

        Elle nie à la fois le côté individu de l’être humain, et la nature de ses capacités sociales ( empathie, sentiments humains etc... ). Tout ce qu’elle offre ce sont des stéréotypes dépourvu de contenu humain. »

        l’humain 90% de son identité n’est pas individuelle nigaud, l’humain a un besoin d’appartenance et se rattache naturellement à des groupes nigaud. l’humain n’est pas fait pour être sans attache, sans racine et un consommateur frustré avec aucune identité. en vérité les individualistes sont anti individualistes car leur « individualisme » uniformise les gens et les rattache à un groupe à la culture mondialiste, à l’identité athée, à l’identité consumériste, à l’identité égoïste, à l’identité unisexe à ’lidentité moderniste, à l’identité libertaire, etc..



        « Comme dit au dessus les anarchistes et Staline étaient ennemis, il suffit de s’intéresser à la guerre d’Espagne pour s’en rendre compte, puisque les staliniens ont exécuté des anarchistes , des républicains etc... alors qu’ils étaient sensés être dans le même camps.
        Et es goulags regorgeaient d’anarchistes et même de marxistes. »

        cas mineurs, les 3 étaient dans le même camp malgré quelques querelles.

        la dictature maoïste aussi totalitaire que l’urss était en querelle avec.

        les sunnites tuent les chiites mais ils sont tous musulmans, els nazis restent fachos même si ils sont un peu différents des fachos italiens. ensuite c’était des conflits d’intérêt et de pouvoir, votre idole trotski avec Lénine n’a pas fait mieux et était en train d’installer une dictature le totalitarisme rouge dans la réalité ordonne une dictature bureaucratique, ce que certains utopistes comprennent pas, staline devait faire avec la réalité que le prolétariat n’était pas assez fort pour diriger le communisme et le mettre en place. ensuite les anarchistes, communistes et socialistes étaient dans le même camp en espagne.


      • Baasiste 2 8 janvier 2015 00:12

        ensuite les anarchistes sont aussi totalitaires que les staliniens pour imposer leur société nouvelle voulant tous détruire et sont prés à tous pour la mettre en place.


      • Baasiste 2 8 janvier 2015 00:21

        « t la nature de ses capacités sociales ( empathie, sentiments humains etc... ). Tout ce qu’elle offre ce sont des stéréotypes dépourvu de contenu humain. »

        nigaud avec l’individualisme tu crois qu’il y a plus d’empathie et sentiments humains ?
        c’est une blague lol 
        c’est le contraire avec ce qu’on voit aujourd’hui

        nigaud reconnaître l’identité humaine non-individuelle c’est pas nier son empathie et ses sentiments d’où tu sors ça ? de surcroît en quoi c’est lié à l’individualité, les sentiments et l’empathie c’est d’avantage lié à la religion qui t’apprend ça.

        et tu ne sais pas ce qu’est des stéréotypes on te l’a dit nigaud un homme 90 % de son identité est dans des groupes, il est obligatoirement influencé dans ce qu’il est par des groupes. tu nies l’humanité des gens les gens ne sont pas que des individus consommateurs déracinés sans identité ou attache, respectes la nature humaine qui n’est pas conforme à ton idéologie morbide, tes « stéréotypes » sont des identités humaines mon pauvre : les religieux sont des humains comme les femmes ou les enfants comme les français ou anglais... un humain est déterminé par ces choses là, ça fait partie de ce qu’est un homme. de surcroît l’amour de l’humain ou du prochain n’est pas lié à l’individu mais à la nature humaine collective, l’individualisme aussi détruit les familles où l’amour est présent.

      • Gabriel Gabriel 5 janvier 2015 15:09

        Rendez vous compte jeune homme, à peine sorti de l’adolescence que vous êtes déjà formaté en pensée, engoncé dans des certitudes énoncées par vos aînés dont la seule politique est basée sur l’intérêt pécunier individuel. Vite, échappez vous de ce mouvement dans lequel vous êtes politiquement sclérosé et ouvrez d’autres livres que ceux qu’ils vous conseillent et là, peut-être que dans quelques temps, vous arriverez à penser par vous même et, si vous ne découvrez toujours pas des vérités au moins, vous entre-percevrez l’énormité de leurs mensonges... 


        • howahkan howahkan Hotah 5 janvier 2015 16:22

          Salut Gabriel, rien ne dit que le personnage existe.............tant il est une caricature d’une caricature..

          sinon, ça roule ??


        • Gabriel Gabriel 5 janvier 2015 17:10

          Bonjour à vous howahkan, que cette année vous soit douce, tendre et baignée de lumière. 


        • amiaplacidus amiaplacidus 5 janvier 2015 16:22

          Adrien, j’espère que vous avez pensé, s’il vous arrivait malheur, à léguer votre cerveau pour la science.

          Parce que ce doit être une telle usine à gaz la-dedans que cela ne peut qu’être intéressant.
          Le plus étonnant, c’est que vous arriviez à marcher (enfin, je le pense) malgré le merdier invraisemblable qui doit régner sous votre crâne.
          Arrivez-vous à marcher et mâcher du chewing-gum en même temps ?

          Bon, au niveau de la pensée, c’est complètement raté, là, il y a des fuites partout, des interférences entre des notions totalement opposées, etc.
          .


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 6 janvier 2015 00:25

            Ami a Placidus, bonsoir.

            je pense que le bon jeune homme ne fait que réciter des cours de première année dispensés dans je ne sais quelle planque à gosses de riches. L’absence de point de vue n’y égale que le désert éditorial. Mais ce n’est surement pas sa faute. Sinon, comme vous dites, c’est grave...
            .
            Votre suggestion tout-à-fait déplacée sur le leg d’organes remarquables à la science me rappelle l’histoire (c’était en Angleterre, il va manquer l’accent cockney) d’une assistante sociale des bas quartiers de Londres...

            Elle sonne un soir à la porte d’une famille défavorisée dont elle a la charge : C’est la petite dernière (7 ou 8ans) qui ouvre :
            - Bonjour, ta maman est là ?
            - Non elle travaille.
            - A cette heure ? Elle travaille où ?
            - Au carrefour de la nationale.
            - Ah.... Et ton père ?
            - Il est en prison.
            - Ah. Ta grande sœur est là ?
            - Non, elle aide Maman ce soir, c’est moi qui m’occupe des jumeaux.
            - Ton grand frère non plus n’est pas là ? Il n’est pas en prison lui aussi !
            - Non. Il est à l’université.
            - A l’Université ??? (elle manque de s’étrangler)... Ah.... eh bien y’en a au moins un... Mais c’est très bien ça ! Et qu’y fait-il à l’université ?
            - rien.
            - Comment-ça rien ? Il est à la faculté et il n’y fait rien ?
            - Ben non, c’est eux, ils l’ont mis dans une éprouvette.
            .
            L’histoire ne dit pas si le grand frère s’appelait Adrien.


          • lsga lsga 5 janvier 2015 16:44

            je suis très content de voir que désormais l’auteur écrit des articles confus à toute vitesse. 

             
            L’Histoire du libéralisme : elle commence par l’affaiblissement du concept de propriété privée par John Lock. Vous devriez l’étudiez, c’est intéressant, surtout quand on se prétend libéral. Bien sûr, ça prendra plus de quelques jours :
             
            John Lock, David Hume, Stuart Mill, Smith, Ricardo, Marx, Schumpeter ; plus les analyses historiques et les résumés universitaires. Bonne lecture.
             
            Au passage, vous pouvez sautez l’école de Chicago, ce sont des minables qui ont tenté désespérément d’ignorer les analyses de Ricardo et Marx, et qui en réalité, font la promotion de l’administration de l’économie par la bureaucratie bancaire. Bref, ce sont des anti-libéraux. 

            • amiaplacidus amiaplacidus 5 janvier 2015 16:52

              Anarchie, libertarianisme, cela n’a strictement rien à voir.

              Un point essentiel : la propriété privée des moyens de production.

              Les libertariens place en dessus de tout la propriété privée, ils appellent cela le propriétarisme

              Au contraire, les anars veulent abolir la propriété privée au profit de la propriété collective.

              Et croyez-moi, jeune blanc-bec, l’anarcho-syndicalisme, je connais ! Voir : http://www.cnt-f.org/anarcho-syndicalisme-et-syndicalisme-revolutionnaire.html

              Lorsque vous serez guéri de votre rougeole adolescente, vous n’aurez sans doute pas de problème : papa et maman sont compréhensifs, ils savent que c’est un peu comme une poussée d’acné. Vous pourrez alors les rejoindre et commencer à vous goinfrer (pour autant que les travailleurs n’aient pas mis fin à leur exploitation d’ici là).

              Tout comme une très grande partie des meneurs de mai 1968 sont devenus les pires exploiteurs dès les années 1980.


              • César Castique César Castique 5 janvier 2015 17:09

                « Anarchie, libertarianisme, cela n’a strictement rien à voir. »

                Rien à voir ? ¨

                L’anarchie et le libertarianisme sont les deux faces de la médaille chimérisme. Dans les faits, la nature humaine rend aussi impossible l’une que l’autre.

                Il en résulte que le libertarianisme conduit à l’ultra-libéralisme aussi sûrement que l’anarchisme mène aux purges et au Goulag.

                « Au contraire, les anars veulent abolir la propriété privée au profit de la propriété collective. »

                Ça inclut celle des femmes, ou il y aura toujours des séducteurs, des suborneurs comme on disait autrefois, et des cocus ?


              • amiaplacidus amiaplacidus 5 janvier 2015 17:14

                Ah, parce que pour vous, César Castique, les femmes font partie des moyens de production ?

                Triste mentalité !


              • lsga lsga 5 janvier 2015 17:45

                les hommes et les femmes font partie des moyens de production, c’est ce que Marx appelle le capital variable, qui tend à diminuer au profit du Capital fixe (les machines) ce qui provoque l’effondrement du taux de profit

                 
                Pour les anarchistes libertariens, voir notamment tout ce qu’il s’est passé en Aragon et en Catalogne avec les anarchistes ou anarcho-communistes dont le mouvement féministe se nommait LIBERTARIAS. 
                 

              • César Castique César Castique 5 janvier 2015 17:50

                « ...les femmes font partie des moyens de production ? »

                Sur mon écran à moi, je lis : « les anars veulent abolir la propriété privée au profit de la propriété collective. », mais bon, on sait d’expérience que l’électronique est facétieuse...

                Par ailleurs, Platon, dans »La République" prévoyait, pour la caste des gardiens, la propriété collective des femmes, parce qu’il savait tous les désordres qu’elles peuvent provoquer parmi les hommes.

                Ce qui fait que l’idée n’est pas nouvelle, et que le mieux serait quand même que vous ne bottassiez pas en touche. Cela dit, vous faites ce que vous voulez, et pouvez, avec les moyens intellectuels et le bagage théorique que vous possédez


              • amiaplacidus amiaplacidus 5 janvier 2015 18:00

                César, je pense que vous devriez consulter un ophtalmo ! Parce que j’ai écrit (à 16:52)
                «  Un point essentiel : la propriété privée des moyens de production.  »

                Vous ne semblez lire que ce qui vous arrange.


              • César Castique César Castique 5 janvier 2015 18:32

                « Vous ne semblez lire que ce qui vous arrange. »


                Non, je lis ce qui est écrit. Vous nous entretenez de « la propriété privée des moyens de production » et ensuite de « la propriété privée », qui sont deux choses différentes, à ins qu’on ne fournisse un élément de langage pour indiquant qu’il s’agit, en l’occurrence, de la même chose,en précisant par exemple, « ladite propriété privée ».

                Maintenant que nous y sommes, peut-être pourriez-vous nous préciser alors, à quelle propriété privée, votre mouvance - qui paraît bien différente de celle du bonnet phrygien - est attachée ? 

              • totor101 totor101 5 janvier 2015 16:54

                Dans mon coin paumé, il y a 50-60 ans existaient des « communistes » un peu spéciaux . J’ai bien connu l’un d’eux : c’était le plus proche voisin de mes grands parents ........
                leur refrain : « Ni dieu, ni maître »
                si l’on développe :
                - le capitalisme c’est de la M^^de !
                - le kremlin c’est de la M^^de !
                - l’usine c’est de la M^^de !
                - l’agriculture c’est de la M^^de !
                je pourrais continuer ......
                leur seul désir ?
                Vivre pépére en autarcie ...........


                • hans-de-lunéville 5 janvier 2015 18:41

                  L’idéal Totor, trop peu de gens comme cela en effet, quel regret !


                • JL JL 5 janvier 2015 18:41

                  Anrcho-capitalisme = gangsters.

                  « Un criminel est une personne avec des instincts de prédateur et qui n’a pas assez de capital pour fonder une société.  » Alphonse Allais


                  • Xenozoid Xenozoid 5 janvier 2015 18:50

                    le capitalism est l’ultime dieu, il est capable de déservire les pauvres et de dire que c’est leur faute


                  • Spartacus Spartacus 5 janvier 2015 21:45

                    A l’auteur.

                    Si tu souhaites tu peux déposer tes articles sur le quidampost.fr
                    Si difficulté pour s’inscrire me l’indiquer

                    • Lonzine 6 janvier 2015 19:56

                      bonne initiative spartak, cela nous ferait des ouakances....


                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 5 janvier 2015 23:56

                      @ tous :
                      Je ne sais pas si notre auteur détestable ne fait que nous réciter des cours mal digérés, mais si c’est le cas, y’a des facs à fermer, parce qu’il me semble qu’au vu de l’anachronisme des contenus, ces cours ne me semblent pas devoir aboutir à autre chose que la façon d’esprits empoussiérés.

                      @ l’auteur :
                      Pardon pour le détestable, mais un peu d’humilité de votre part aurait pu le retenir. Je crois déjà vous l’avoir dit quelque part. Ce manque d’humilité, que votre âge peut l’expliquer, rien ne saurait par contre l’excuser.
                      Vous avez besoin de douter avant de vous exhiber à poil de cette façon : Vous vous flinguez. Pensez que vous êtes une merde avant de vous adresser à vous ne savez qui. Il est plus facile de se penser intelligent que de chercher en quoi on pourrait ne pas l’être.
                      En admettant bien sur que l’intelligence existe, ce qui est un débat que je laisse à votre naissante sagacité.


                      • Adrien Faure Adrien Faure 6 janvier 2015 01:36

                        Apprenez à argumenter avant de venir pleurnicher sur mes publications smiley


                      • JL JL 6 janvier 2015 08:18

                        AF,

                        Il est vain de refaire l’histoire à un ignorant pour lui démontrer qu’il ne sait rien quand son ignorance s’enracine dans l’idéologie.

                        Les arguments que vous réclamez ne tiendraient pas dans une encyclopédie, vu que ce sont vos lacunes sur le sujet qui posent problème.


                      • COVADONGA722 COVADONGA722 6 janvier 2015 06:00

                        yep comme ouvrier j’aime assez l’idée :

                        « Le libertarianisme anarcho-socialiste a pour idéal une société sans État, sans gouvernement, sans bureaucratie, sans despotisme ou tyrannie d’aucune sorte, et sans majorité démocratique imposant ses volontés à des minorités. Une telle société est ce qu’on appelle un libre-marché, car nul gouvernement n’impose sa volonté aux individu »
                        vu qu’il n’y a pas d’état pour protéger et réguler
                        lui comme rentier Le libertarianisme anarcho a la possibilité de me pressurer au boulot
                        et moi comme prolétaire anarcho-socialiste j’ai la possibilité de l’abattre au bas de son loft cossu .
                        « le laissé faire » du Dickens quoi . à la violence économique répond la violence de la rue .
                        yep j’aime bien, par contre le jeune homme quand la parole passera au camarade Beretta il vas aimer ? ......

                        asinus : ne varietur 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès