Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et la gauche perdit un allié objectif

Et la gauche perdit un allié objectif

La très lourde défaite de la gauche aussi bien aux élections présidentielles que législatives a de multiples raisons : la victoire idéologique de la droite, l’erreur de casting Ségolène Royal, le talent exceptionnel de Nicolas Sarkozy, l’instauration du quinquennat, l’inversion du calendrier... mais surtout le déclin colossal du Front national. En regardant bien les vingt dernières années, le FN fut un allié objectif de la gauche. Voyons cela de plus près :

Acte I : François Mitterrand instaure le scrutin proportionnel aux législatives de 1986

Nous sommes en 1986, Jean-Marie Le Pen et le Front national n’ont encore jamais brillé électoralement. Le président de la République de l’époque décide, de manière assez machiavélique, d’offrir une tribune politique au Front national en lui permettant d’entrer à l’Assemblée nationale, dans le but d’affaiblir la droite. Malheureusement pour lui, il échoue. Certes, le Front national obtient alors 35 députés. Mais cela ne suffira pas, et la droite sera majoritaire.

Acte II : Jean-Marie Le Pen obtient 14 % des suffrages aux présidentielles de 1988

Ce score très important constitue un événement important. Jean-Marie Le Pen est alors très controversé et isolé suite à ses dérapages bien connus. Il est décrété infréquentable. Il est hors de question pour la droite, présente au second tour avec Jacques Chirac d’appeler directement les électeurs du Frontnational à voter pour lui. François Mitterrand est réélu très nettement avec plus de 54 % des voix... (Faut-il rappeler que Mitterrand manifestait dans les rangs de ligues d’extrême droite dans sa jeunesse...).

Acte III : La gauche s’effondre complètement aux législatives de 1993

Suite notamment au scandale du sang contaminé qui ébranle l’ancien plus jeune Premier ministre Laurent Fabius, la gauche est laminée aux élections législatives. Elle n’obtient que 70 sièges, contre 472 à la droite... Le Parti socialiste pense alors qu’il ne s’en relèvera jamais. C’est sans compter sur l’aide du Front national...

Acte IV : Jacques Chirac remporte les élections présidentielles de 1995

Comme prévu, Lionel Jospin échoue face à Jacques Chirac, avec un score néanmoins honorable de 47,36 % des voix. Jean-Marie Le Pen confirme son ascension avec 15 % des voix, à la surprise générale. Alain Juppé est nommé Premier ministre.

Acte V : Chirac décide de dissoudre l’Assemblée nationale...

Chirac démontre ici tout son génie politique (...) en choisissant de dissoudre l’Assemblée nationale sur le précieux conseil du non moins génial Dominique de Villepin, secrétaire général de l’Élysée. Cette décision intervient à cause de l’échec total d’Alain Juppé, complètement désavoué par l’opinion publique. Mais contre toute attente, la gauche plurielle gagne les élections de justesse. Merci qui ? Le Front national, pardi ! La gauche remporte 320 sièges contre 256 à la droite : pourtant, au deuxième tour, la gauche rassemble 46,64 % des voix contre 46,03 % pour la droite. Que s’est-il donc passé ? En fait il y a eu 25 duels gauche/FN et 46 triangulaires gauche/droite/FN. La droite aurait dû gagner.

La montée du FN a offert à la gauche une position très confortable. D’un côté, elle adopte la posture esthétique de l’antifascisme et de la défense des valeurs républicaines en diabolisant le FN, de l’autre elle profite des performances électorales de ce dernier pour prendre le pouvoir. Quel comportement vertueux !

Acte VI : Le Pen se venge en éliminant la gauche du 2nd tour

En 2002, tandis que Le Pen a des difficultés à récolter ses parrainages, quelques mois avant l’élection, la gauche crie au scandale en disant que ce serait un déni de démocratie, et la droite fait profil bas. En coulisse cette dernière fait tout pour qu’il n’ait pas ses signatures et encourage la candidature de Bruno Mégret. La droite envisage en fait un second tour gauche/FN, tout comme la gauche. Mais voilà, les choses ne se passent jamais comme prévu. C’est la gauche qui est éliminée, et la droite qui se retrouve face à Le Pen. En somme, c’est l’arroseur arrosé, et c’est bien mérité. La gauche crie au scandale, proclame que la présence de Le Pen est antidémocratique, organise des manifestations de jeunes endoctrinés, et certains socialistes (Mélenchon, Emmanuelli) réclament même l’invalidation du scrutin et l’interdiction du Front national (cf. tribune du Monde), excusez du peu ! La gauche est décidément bien ingrate avec son compagnon électoral...

Ultime perfidie votée par la gauche (PS, PCF et aussi l’UDF) : l’inversion du calendrier électoral en mettant les législatives après les présidentielles. Lionel Jospin, modeste parmi les modestes, est persuadé de gagner les présidentielles face à Chirac. Il se dit que les législatives placées juste après lui donneront une majorité. Manque de chance, il perd et la droite empoche la mise aux législatives de 2002 (le FN ayant perdu du terrain). Mais quinquennat oblige, les prochaines législatives (2007) tomberont aussi après les présidentielles : la droite, portée par le talent de Nicolas Sarkozy rafle encore la mise. Le FN s’effondre. Et ça risque de continuer.

La gauche réclame maintenant la proportionnelle. Ce qui est dommage, c’est qu’elle avait tout le temps de la mettre en place entre 1997 et 2002. Si elle ne l’a pas fait, c’est qu’elle sait très bien que sa victoire en 1997 était due au scrutin majoritaire qu’elle stigmatise aujourd’hui. Et honnêtement, avec la proportionnelle, le PS n’aurait jamais de majorité. Ce pseudo-débat n’est qu’une nouvelle diversion de la gauche.

Acte final : le FN disparaît, et les succès du PS aussi

Résumons. Encouragement de la montée du FN, vote du quinquennat, inversion du calendrier : avec ces trois mesures franchement sournoises, la gauche, qui croyait garantir ses positions au pouvoir, s’est tirée une balle dans le pied... et accuse la droite de tout mettre en œuvre pour accaparer tous les pouvoirs. C’est l’hôpital qui se fout de la charité. Comme dirait Le Pen, on récolte toujours ce que l’on sème...

La droite a de beaux jours devant elle.

Désormais, le FN (4 %) ne volera plus au secours de la gauche...

Je dis cela avec d’autant plus de distance que je suis au MoDem.


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 12 juin 2007 11:22

    un si bon allié , il devraient dire à Facon de se retirer pour faire une petite place à Marine , chiche ! smiley


    • DD 12 juin 2007 20:59

      Ne sous-estimez pas Marine Le Pen ! Elle a beaucoup de talent. Qui sait, elle peut gagner...


    • LE CHAT LE CHAT 13 juin 2007 09:44

      @philou

      je ne la sousestime pas , bien au contraire et je trouve qu’elle mettrait de l’ambiance à l’assemblée . Albert Facon est un éléphant régional du PS qui sollicite un 4eme mandat ; écolo indépendant ,j’ai voté modem au 1er tour dans ma circonscription mais je n’aurais pas suivi ses consignes de vote à henin beaumont appelant au « front républicain »contre marine Le Pen. j’en aurais fait de même avec olivier besancenot qui a plus d’idées à défendre que des éléphants qui ne défendent que leur sinécure . Je suis un esprit VRAIMENT libre ...

      Je voterai UMP , non pour les soutenir , mais contre un communiste soviétoïde


    • Foudebassan Foudebassan 12 juin 2007 12:38

      @ Auteur,

      Merci de ce rappel ! Souhaitons que ces ripoux disparaissent définitivement au profit du MoDem.


      • IP115 12 juin 2007 13:37

        Excellent décryptage qui met en perspectives les basses manoeuvres qui sous-tendent les pseudos idéologies des discours des dirigeants de gauche.

        Le parallèle entre les discours en trompe l’oeil et les sinistres réalités électoralistes est accablant pour cette « élite » de gauche en bout de course (n’oublions pas que la grande majorité des éléphants qui ont pollué cette campagne était déjà là à l’époque des grandes manoeuvres électoralistes de Mitterrand) ... Il est plus que temps que cette gauche obsolète se purge !


        • vachefolle vachefolle 12 juin 2007 13:38

          Tout est vrai. Et encore vous avez oublie de signaler que Mitterand a augmente le nombre de deputes a l’assemblee au moment du passage a la proportionnelle afin de garder un maximum de deputes PS malgre la defaite annoncee...


          • poetiste poetiste 12 juin 2007 13:38

            Réponse à calmos

            Répondre à un article fielleux et haineux, n’est-ce pas donner de la confiture aux cochons et salir le site ? Les tout-petits « César » qui baissent le pouce pour la mise à mort du gladiateur perdant se font des illusions grotesques et puériles. La conjoncture pourrait changer plus vite qu’on ne le pense. Ceux qui se croient maîtres de leur destin sont aussi soumis à la finitude de leur existence ; on dirait parfois qu’ils l’oublient. Ah ! Monsieur Sarkosy a vraiment fait le plein des voix de Monsieur Le Pen au vu de ces articles, de ces mots extrêmes. Ne demandez pas la curée avant que l’on ait constaté une éventuelle et presque certaine incurie de votre part, messieurs les triomphateurs immodestes. Je n’emploie pas de mots outranciers mais je mets devant vous un mur qui les réfléchit. A bon entendeur, salut !


            • PPDA 12 juin 2007 13:45

              Le sphinx doit se retouner dans sa tombe en murmurant ...béciles !


              • LE CHAT LE CHAT 12 juin 2007 15:42

                @parkway

                depuis mitterand, les politiques n’en ont rien à foutre de la population et de la france, mais cherchent toujours à rester en place au détriment de l’autre parti.

                c’est depuis la nuit des temps et pas seulement en france ! relis le prince de Machiavel , ils l’ont tous lu !


              • dimanchesoir 12 juin 2007 15:51

                Vous dites cela avec d’autant moins de distance que vous êtes au Modem mon cher et cela se lit, cela se ressent. Vous êtes amer, ce qui est particulièrement mesquin quand il s’agit de la France. Vous confondez la république avec votre intérêt personnel.


                • DD 12 juin 2007 15:57

                  La vérité vous fait-elle peur ? Expliquez-moi le rapport en cet article et ma supposée amertume suscitée par la défaite du Modem. Je préfère jouer cartes sur table en disant quel est mon bord politique, c’est tout.

                  Dites-moi s’il vous plaît ce qui est faux dans cet article.


                • dimanchesoir 12 juin 2007 16:23

                  le PS n’a pas perdu d’alliés, le PS a perdu des électeurs au profit de Bayrou et c’est cela qui le conduit à l’échec personnel et le pays à sa ruine

                  Sarkozy a labouré le terrain depuis 2002, aujourd’hui la France se réveille en cherchant des raisons à sa présence à la tête de l’état français, mais les raisons sont là, cela faisait 5 ans qu’il vomissait sa haine de l’autre en meetings, la dégringolade d’un Le Pen vieillissant était inéluctable, l’inversement du calendrier électoral n’avait pas sauvé Jospin et n’a pas sauvé Le Pen non plus, il ne sauve pas plus Sarkozy avec 40% d’abstentionnistes et seulement 1/4 des votants pour l’UMP

                  le mal est profond et la plaie ravivée, en verrons-nous la fin ?


                • DD 12 juin 2007 16:39

                  @ dimanchesoir

                  Je suis totalement persuadé que si les législatives avaient eu lieu avant les présidentielles, la gauche l’aurait emporté, et Royal aurait gagné ensuite. Merci Jospin !


                • dimanchesoir 12 juin 2007 16:55

                  je ne crois pas mais chacun son opinion, je pense au contraire que la gauche aurait subi un revers en raison des 18% bayrouistes qui se sont par ailleurs évanouis dans la nature depuis le 6 mai, c’est peut être ce que vous déplorez ? le Modem aurait pu avoir un groupe à l’AN avant le 6 mai alors qu’après on voit ce qu’il en reste


                • DD 12 juin 2007 17:00

                  Je crois que le phénomène Bayrou n’était pas tant une adhésion à la pensée et à la vision centristes qu’un moyen d’échapper au duel imposé Sarko/Ségo. Je le regrette, mais il faut voir les choses en face.


                • dimanchesoir 12 juin 2007 17:15

                  C’est bien ce qu’en a compris l’électorat français et c’est ce que le Modem a payé chèrement le 10 juin. Dans la vie, quand les choses vont mal, il faut s’engager ou se défiler. Le milieu n’existe pas.

                  La candidate PS n’était sans doute pas ce que nous espérions mais la gauche défend des valeurs fondamentales qui ne sont partagées par la droite qu’en cas de pénurie d’idées et/ou pour accroître son électorat. Cela a réussi à Bayrou comme à Sarkozy dans une certaine mesure.

                  Mais c’est un échec face au bloc des 29% de socialistes qui restent unis et tendus vers un seul objectif : partage et solidarité. Entre un discours de haine, et un discours incertain et opportuniste, le choix était vite fait pour la gauche, nous sommes restés dans nos valeurs.

                  Je le redis, la gauche n’a pas perdu d’alliés et le Modem doit sa déroute du fait du calendrier électoral. Le PS survivra et le PC aussi du reste.

                  Le Modem et le FN aussi, qui sait ?


                • DD 12 juin 2007 19:47

                  « la gauche défend des valeurs fondamentales qui ne sont partagées par la droite qu’en cas de pénurie d’idées et/ou pour accroître son électorat »

                  Enfin vous plaisantez j’espère ! C’est plutôt bien le contraire.

                  Quant au discours de haine que vous imputez à la droite, je trouve cela extrêmement insultant, injuste et sectaire. vous êtes dans une logique de guerre civile. C’est lamentable. C’est la gauche qui fait preuve d’une violence intellectuelle sans limite à l’égard de la droite. Honte à vous.


                • dimanchesoir 12 juin 2007 21:59

                  Je crains hélas, pour votre instruction, que vous n’ayiez manqué quelques meetings de Sarkozy depuis 2002, dûment relayés depuis la campagne grâce aux bons offices d’Internet. Je vous garantis que ses discours n’ont rien d’amicaux, c’est un discours de haine qu’il a entretenu soigneusement en 5 ans. Il serait vain de l’occulter pour tenter de trouver une nouvelle vertu à cette prétendue ouverture dont on vous rebat les oreilles et dont nous n’avons cure nous, à gauche, car elle est fausse. Bonne soirée.


                • DD 12 juin 2007 22:03

                  @Leon

                  Vous avez parfaitement raison. La droite n’est pas plus vertueuse que la gauche en la matière. On peut imaginer que si Besancenot perçait fortement, la droite serait amenée à encourager sa montée pour affaiblir la gauche. L’instrumentalisation du FN par la gauche était malhonnête, mais après tout de bonne guerre. L’objectif de l’article est de rappeler à la gauche qu’il ne faut pas croire que les français sont dupes.


                • DD 12 juin 2007 22:05

                  @ dimanchesoir

                  J’exige des citations du discours de haine de Sarkozy.

                  Merci.


                • DD 12 juin 2007 22:54

                  @ Leon

                  Vous avez probablement raison de parler du décalage générationnel.

                  Concernant les propos de Nicolas Sarkozy, je vous rejoins au moins sur un point : le déterminisme génétique. Ja’ai été profondément choqué. Affirmer que le suicide des jeunes est dû à un prédéterminisme génétique est totalement faux et insultant pour tous les proches de ceux qui se sont suicidés. Et malheureusement, je crois que ce n’était pas un dérapage de sa part. Il le pense vraiment. Dans la matière, c’est même un multirécidiviste, quand on sait qu’il voulait faire voter une loi (finalement retirée) prévoyant la prise en charge d’enfants en bas âge soupçonnés de prédisposition à la délinquance. Sur ce point, oui, je vous rejoins, c’est assez inquiétant.

                  Pour Mai 68 en revanche, bien que n’ayant pas vécu cette époque, je suis en phase avec lui. Ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Ce qu’il rejette, il l’a dit dans son discours de Bercy. Alors pas de procès d’intention.


                • DD 12 juin 2007 19:42

                  Tout à fait d’accord avec vous. Les deux personnes emblématiques de la gauche caviar sont à mes yeux Laurent Fabius et Jack Lang. Je les méprise au plus au point, mais c’est sûrement réciproque !


                • Stephane Klein Stephane Klein 12 juin 2007 18:22

                  Merci pour cette excellente et concise piqure de rappel.

                  La manoeuvre miterrandienne etait somme toute simple : creer un second front dans le dos de l’ennemi pour diviser ses forces, une manoeuvre de strategie classique, aide qu’il fut par la mollesse de la droite et de Chirac, homme qui a sa facon, ne fut jamais mu que par son ambition personnelle se materialisant par la peur de deplaire.

                  Ce qui me plait particulierement dans la chute du Fn, outre le fait que la droite se soit decomplexee du terorisme intelectuel de la gauche, est que l’extreme-gauche perd une partie de son fond de commerce anti-FN : le FN moribond, il va falloir trouver autre chose....

                  L’analyse historique de l’auteur est a rapprocher d’une affirmation mitterrandienne : le rapport droite-gauche francais classique est de 55/45% et seul un evenement non ordinaire peut faire basculer l’equilibre.

                  Il faut esperer que la gauche a venir saura tirer les lecons de ses ecjecs et muer vers la sociale-democratie moderne


                  • DD 12 juin 2007 19:45

                    Vous soulignez à juste titre la mollesse et l’absence de conviction de Jacques Chirac combinée au terrosrisme intellectuel de la gauche. Tout est dit. Quand au rapport de force gauche/droite que vous décrivez, vous avez là aussi tout à fait raison. La gauche est structurellement et culturellement minoritaire. C’est grâce à l’appui des médias dans laquelle elle exerce sa propagande haineuse contre la droite que la gauche a accédé au pouvoir.


                  • DD 12 juin 2007 22:25

                    @ Leon

                    Peut-être ne vivons nous pas dans le même monde ? Enfin quand même, soyez sérieux, c’est la gauche qui a imposé ses thèmes démagogiques dans le débat politique et accusé la droite de tous les maux. La promotion de l’assistanat, la négation de l’insécurité, la régularisation de tous les sans-papiers, l’égalitarisme, l’impunité, le partage du temps de travail, le droit-de-lhommisme. Ces idées catastrophiques avec lesquelles on nous a bassiné pendant des 20 dernière années nous ont asphyxiées. Là on commence de nouveau à respirer. Alors oui, je maintiens qu’il y a eu de la part d’uncertaine gauche caviaro-socialo-bien pensante un terrorisme intellectuel regrettablepour la France.


                  • DD 12 juin 2007 23:07

                    @ Leon

                    L’égalitarisme, c’est faire reposer tout le poids de la justice sur LE SEUL principe d’égalité. Cela n’interdit pas que, parfois, l’égalité soit la règle adéquate.

                    L’égalitarisme que je dénonce, ce sont les quotas au BAC, les emplois fictifs (emplois-jeunes), etc. Soyez honnête.


                  • charles charles 12 juin 2007 21:24

                    Article de propagande ,creux,fade , bileux , qui n’a pas sa place sur ce site ! ::


                    • DD 12 juin 2007 21:34

                      Je suis ouvert au dialogue. Pourriez-vous poussez un peu plus loin votre argumentation s’il vous plaît ? Si des éléments vous paraissent erronnés dans l’article, veuillez les préciser. Merci.


                    • judel.66 12 juin 2007 22:31

                      félicitations Philou article remarquable y compris point de vue sur chirac ....


                      • laurent m 13 juin 2007 02:46

                        L’article est très pertinent. Je regrette juste les remarques partisanes qui sont superflus. Les coups bas et comportements non-vertueux font partie du jeu politique, avec des acteurs tous professionnels. Lisez « le bréviaire des politiciens » de Jules Mazarin, c’est toujours d’actualité.


                        • laurent m 13 juin 2007 02:56

                          « Méfie-toi des hommes de petite taille : ils sont butés et arrogants ». Tiré du bréviaire des politiciens de Jules Mazarin. Excusez moi, je n’ai pas pu résister.


                        • Internaute Internaute 13 juin 2007 11:17

                          La chute du FN ne doit pas être analysée à la légère. Croire que le FN est un parti torchon qu’on prend, qu’on use et qu’on jette selon les besoins égoïste de tel ou tel nobliau du PS ou de l’UMP est une erreur.

                          Les idées du FN sont toujours d’actualité, ses électeurs n’ont pas changé d’idée en un mois et la situation de la France est la même qu’elle était il y a 2 mois quand les sondages mettaient le FN entre 10 et 20%.

                          La vrai question est de savoir pourquoi ceux-ci on voté en grand nombre pour Sarkozy. L’Europe entière prend conscience du problème gravissime posé par la façon dont est conduite l’UE, par sa soumission au mercantilisme international, par la libre circulation sans limites des biens et des personnes venant de l’extérieur de l’UE. En Bulgarie, le parti de centre droit Attac (pas du tout alter-mondialiste) fait 25%. En Belgique, en Norvège, au Danemark, les nationalistes sont au-dessus de 20%. Par conséquent la vague est porteuse et le recul soudain du FN ne doit pas pris comme un signe de disparition. Au contraire, l’avenir européen appartient aux nationalistes.

                          Pour ma part, depuis le début de la campgane j’ai regretté que Le Pen n’ait pas passé la main et mis en avant la nouvelle génération. Un rassemblement avec de Viliers était possible, mais pas avec lui à la tête. A chacun ses éléphants. Je crois qu’entre un Sarkozy flambant neuf qui avance des promesses nationalistes (qu’il ne peut pas tenir) et un Le Pen chef de vieille garde qui dit la même chose, le choix de nombreuses personnes s’est porté sur le plus fringuant.

                          On voit déjà que les mesures de Sarkozy ne sont pas à la hauteur du problème. Hortefeux promet d’écarter 25.000 immigrés par an alors que Sarkozy en a fait rentrer 1.500.000 en cinq ans. La TVA sociale est sensé renchérir les prix à l’importation mais ces quelques pourcents sont insignifiants face au problème posé par le mercantilisme international.

                          Espérons que le FN saura se renouveller d’ici les prochaines échéances.


                          • DD 13 juin 2007 12:58

                            Je crois comme vous que les idées nationalistes n’ont jamais été aussi présentes en Europe, et je crois que l’on peut légitimement s’en inquiéter. Les électeurs du FN qui ont cru que Sarko c’était la même chose que Le Pen vont prendre une claque monumentale. Sarkozy est libéral et pro-européen, tout sauf nationaliste.

                            La montée du FN n’était pas artificielle ces 20 dernières années, elle correspondait, vous avez raison à un mouvement de fond dans l’opinion. Cela n’empêche pas de souligner l’instrumentalisation de ce parti par le PS à des fins électorales.


                          • LE CHAT LE CHAT 13 juin 2007 11:39

                            il ne faut oublier que les 39% d’abstention viennent aussi du fait de l’abstention massive des electeurs FN qui se manifesteront sans aucun doute si le gouvernement sarkozien echoue et pas en votant à gauche ...


                            • Frédo45 Frédo45 13 juin 2007 11:50

                              Beaucoup de points de désaccord avec vous : 1) N’enterrez pas le FN ! C’est étonnant cette manie française de croire qu’un parti est mort dès lors qu’il subit un revers... De plus, si le FN est mal en point, ses idées ne le sont pas. Et qui dit que si le gouvernement Fillon ne satisafait pas son électorat, le FN ne reviendra pas plus fort ? 2) La baisse du Fn ne change pas réellement la donne puique, traditionnellement, au second tour, les électeurs du FN se sont toujours majoritairement reportés sur le candidat de la droite. Il n’a été qu’un allié que dans le cadre des triangulaires lors des législatives, ce qui n’est pas finalement monnaire courante.


                              • DD 13 juin 2007 13:05

                                Comme vous, je crois que les idées du FN n’ont jamais été aussi présentes, et que cela se verra lors des prochaines échéances électorales.

                                Vous avez raison de dire que le FN n’est pas mort : en 1999, lors des européennes, le FN avait fait 6 % (suite à sa scission), et certains avaient décrété que le FN c’était fini.

                                Pour autant, il y aura évidemment une guerre de succession entre Marine Le Pen et Bruno Gollnisch. Elle a le charisme, il a l’expérience et la légitimité. Si Marine remplaçait Jean-Marie, son parti se replacerait sans doute parmi les partis respectables et elle aurait une place politique importante.

                                Enfin, il est clair que Sarkozy s’est très fortement engagé dans sa campagne : il a martelé : « je ne vous mentirai pas, je ne vous tromperai pas, je ne vous décevrai pas, je ne me déroberai pas ». Il a intérêt à réussir et à tenir ses engagements, sinon la claque sera violente. Son recul sur la Turquie est peut-être un avant-goût de ses futures dérobades.


                              • wilk78 25 juin 2007 22:24

                                Cet article relate des faits incontestables. A savoir le fait que la montée du FN a bien servi le PS.

                                Ceci dit, le fait que Sarkozy soit suffisamment extrème dans ses propos pour séduire l’électorat frontiste est autrement plus inquiétant pour moi. Les alliances avouées ou non sont monnaie courante en politique et à ce jeu, l’UMP ne donne pas sa part au chat.


                                • rafi2600 rafi2600 28 juin 2007 02:26

                                  Cet article est intéressant et bien documenté. Merci : -)

                                  @wilk78 : ce qui serait inquiétant, c’est que PERSONNE n’ait écouté le message porté par les 20% de gens qui ont voté FN en 2002. Dire : il y a 20% de racistes/fachos/réactionnaires sans écouter l’attente portée serait fort peu sage. Sarkozy a su écouter ces attentes et y répondre, et « ramener » bon nombre d’électeurs vers un parti « républicain », qui ne s’inscrit pas uniquement dans la contestation.


                                  • Vieillecarne 7 septembre 2007 07:50

                                    Très bonne annalyse, mais pas d’accord avec le début :« ..La très lourde défaite de la gauche aussi bien aux élections présidentielles que législatives... ». Avec le matraquage des puissants groupes de presse (Hersant, Lagardère, Bolloré...), et celui des media télé tous acquis au candidat du libéralisme répressionnaire (Bouyghes, chaînes nationales à responsables soigneusement remplacés etc. réalisant un travail de sappe qui va se nicher même dans les émissions de variétés, plaisanteries orientées, sourires narquois et entendus, et j’en oublie).. Je trouve que la victoire de seulement 3 points aux présidentielles, et la victoire de la gauche (en nombre de voix !!) aux législatives ne méritent le terme de "lourde défaite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

DD


Voir ses articles







Palmarès