Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et si l’arbitre n’était pas celui auquel on pense (...)

Et si l’arbitre n’était pas celui auquel on pense ?

Le Centre, dans lequel se positionne, depuis quelques années, François Bayrou, est l'objet actuellement d'un profond questionnement. En des temps incertains, il est vrai que se rattacher à ce courant nouveau est pour le moins légitime, d'autant que depuis trente ans, la Droite et la Gauche se partagent le pouvoir, et ont créé ainsi une nouvelle catégorie : les déçus de la politique, qui sont venus grossir les rangs des abstentionnistes ou se sont tournés vers le vote extrême.
 
Néanmoins, nul doute qu'une partie de ces déçus sera naturellement attirée par le Centre. La tentation est d'autant plus forte que la France sort de cinq années d'agitation présidentielle. Un style et une posture, imposés par Nicolas Sarkozy lui-même, et qui tranchent véritablement avec les autres présidents de la Cinquième République. Bref, cinq années qui ont de quoi dérouter plus d'un électeur, même le plus fervent partisan. Du moins, il s'agit ici que d'une supposition, car pour l'heure, le président sortant figure encore parmi les favoris pour être au second tour, au côté de son rival socialiste.
 
De toute évidence, personne n'ose imaginer un autre scénario que celui tant attendu, c'est-à-dire le tiercé dans l'ordre « Hollande - Sarkozy - Le Pen ». Et pourtant... Plus nous nous rapprochons du premier tour, et plus les contours de l'élection présidentielle semblent se dessiner d'une toute autre manière. C'est du moins l'avis de certains observateurs, dont je fais partie.
 
L'économie de l'information, c'est-à-dire celle qui rassemble, entre autres, tous les médias (télévision, radio et presse écrite) et les réseaux sociaux (une nouveauté pour cette présidentielle 2012), offre en effet à l'électeur une meilleure compréhension des différents enjeux qui entourent cette élection. Même si, notons-le, le niveau des temps de parole pour chaque candidat demeure inégal et par conséquent hautement critiquable.
 
Cela dit, c'est désormais l'heure du choix. Ou presque. A Gauche, la récente montée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon est loin d'être passée inaperçue. Au-delà des sondages, qui sont ce qu'ils sont, un engouement autour de Jean-Luc Mélenchon est relativement perceptible. Peut-être parce qu'il incarne le plus les valeurs de la Gauche. Son côté populaire et rassembleur redonne également de l'espoir à une certaine partie de la population et apporte, d'une manière générale, un coup de fouet à une campagne qui manque parfois - faut-il l'avouer - de passion et de « folie » (dans le bon sens du terme).
 
Son pendant à Droite est incarné de belle manière par François Bayrou. Oui, à Droite, et non pas au Centre, comme le président du Modem clame haut et fort. Ainsi, le projet que présente François Bayrou serait plutôt, à mon sens, celui d'une « Droite rénovée ». Son programme axé prioritairement sur la réduction des déficits publics et sur le retour à l'équilibre budgétaire ne laisse aucun doute (même si la conjoncture impose ces priorités à tous les candidats). Il est le candidat de Droite par excellence, celui qui, sur le plan économique, s'opposera toujours à la Gauche. Alors même si François Bayrou prétend se positionner au-dessus des clivages partisans en dénonçant la « bipolarisation UMPS », il n'oublie cependant pas sa famille politique, sa famille de cœur (l'UDF, la Droite modérée incarnée en son temps par Giscard d'Estaing) et se tournera donc logiquement vers elle au moment voulu. Le récent soutien de Philippe Doute-Blazy, l'un des fondateurs de l'UMP, est un exemple qui illustre parfaitement bien la volonté de reformer un mouvement, dont le socle serait l'UDF.
 
Pour François Bayrou, c'est donc à la fois un avantage de pouvoir se démarquer « politiquement » (une démarche qu'il a construite concrêtement depuis 2007), mais cela peut aussi représenter un inconvénient dans le sens où il oublie, peut-être, qu'il est celui qui incarne le plus aujourd'hui les valeurs de la Droite Républicaine, et donc le seul en mesure à recréer une « unité » au sein d'un courant dont il respire les valeurs. N'en doutons pas, Bayrou est sûrement le seul à pouvoir gagner face à François Hollande ou Nicolas Sarkozy. Regrettera-t-il, au soir du 22 avril, de ne pas s'être positionné autrement ? C'est possible. Même si l'homme reste globalement « droit dans ses bottes » et sera accepté la situation telle qu'elle est, et ce quoi qu'il arrive. Avec toute l'honnêteté qui le caractérise.
 
Résumons alors la situation. Bayrou, le candidat du « Centre », qui mériterait d'être mieux considéré par les électeurs de Droite (le monde agricole, entre autres). Mélenchon, le candidat qui monte et qui semble en mesure de rassembler à Gauche. Y a-t-il alors, de ce fait, un Centre et qui s'y trouve ?
 
N.Sarkozy ? Le président sortant a lui-même affirmé « qu'il se situait au Centre » dans le cadre de l'émission « Des Paroles et des Actes » (06/03/2012, France 2). F.Hollande, peut-être ? Le candidat socialiste souhaite en effet « un gouvernement le plus large possible  » et n'a donc jamais exclu l'ouverture (Il l'a d'ailleurs revendiquée à plusieurs reprises). Mais sont-ils pour autant des centristes de conviction ? Nous en doutons, surtout en ce qui concerne N.Sarkozy. Ils sont plutôt, dirons-nous, des centristes d'opportunité. Cela dit, cette posture peut s'avérer délicate, pour l'un comme pour l'autre, et il n'est donc pas exclu que l'un de ces deux hommes se retrouve, au soir du 22 avril, en position d'arbitre (situation qui n'est pas envisagée pour le moment par les deux camps, mais qui n'est cependant pas à exclure). Précisons que l'arbitre représente avant tout le troisième homme, celui susceptible d'apporter, pour le second tour, un réel soutien (ou pas) au candidat le mieux placé.
 
Une question se pose alors. Mélenchon et Bayrou ont-ils une réelle chance d'accéder au second tour et de bousculer ainsi l'ordre établi ? Assurément, oui ! Ces derniers ont d'ailleurs un point commun. Ils ont, à une époque de leur vie, emprunter d'autres chemins... Ils ont décidé de s'éloigner d'un parti (le PS pour l'un, l'UMP pour l'autre) dont les valeurs ne semblaient plus leur correspondre. Ainsi, Mélenchon a quitté le PS, à la suite de profonds désaccords (en 2008, il mettait en avant « une dérive libérale de ce parti »). Quant à Bayrou, il a fondé un nouveau mouvement et montré qu'il n'était pas un être manipulable lorsque Nicolas Sarkozy lui a, plus ou moins, tendu la main en 2007. Il a tenu bon, même dans les moments difficiles. Des preuves de courage de la part de ces deux hommes qui méritent un profond respect.
 
Dans le paysage politique français, JL.Mélenchon et F.Bayrou représentent donc deux fortes personnalités, certes opposés sur le plan politique (c'est d'ailleurs un point positif pour la démocratie), mais qui ont cependant un certain nombre de points en commun : la sincérité, l'honnêteté (notamment intellectuelle), l'envie de servir au mieux la Nation, ... et mettent tous les deux l'humain au coeur de leur projet respectif.
 
C'est pourquoi, la conjoncture difficile que connaît la France ne doit pas forcément nous amener à faire une confiance aveugle en nos dirigeants. Pourquoi feraient-ils mieux aujourd'hui, alors qu'ils ont été pendant tant d'années au cœur du système ? Le raisonnement suivant qui consiste à voter dès le premier tour pour Nicolas Sarkozy afin d'empêcher les socialistes d'arriver au pouvoir, n'est pas globalement en phase avec les enjeux du moment. De même, qu'opter pour François Hollande, dès le 22 avril, afin d'éviter le spectre de 2002, n'a pas de sens. Tout simplement parce que la situation, telle qu'elle est aujourd'hui, est différente. Oserons-nous alors donner une chance à ces challengers que les médias donnent déjà perdants ? Une chose est sûre, il faudra voter avec intelligence et conviction.
 

P.F

(rédacteur pour le blog citoyen et indépendant - http://chris87.skyrock.com/)


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • credohumanisme credohumanisme 14 mars 2012 12:38

    Je suis globalement d’accord avec votre analyse. Je mettrai un bémol sur l’honnêteté intellectuelle de JL Mélenchon (certaines colères sont un peu trop artificielles à mon goût).

    J’ai des valeurs qui sont plutôt « de gauche » mais je crois que ces valeurs se développeront mieux avec des moyens « de droite ». En simplifiant à l’extrême je crois le capitalisme plus efficace que le communisme pour le bonheur des peuples.

    Giscard disait à Mitterand « Vous n’avez pas le monopole du cœur » je crois, comme lui, que l’on peut être un humaniste de centre-droit.

    Je voterai Bayrou :

    1. Parce que je pense que le programme et les idées de la gauche sont une catastrophe pour l’avenir du pays et que je n’imagine pas que Sarkosy puisse battre Hollande au second tour.

    2. Parce que je ne supporte plus les discours démagogiques : l’ultimatum anti-Schengen, la viande halal, la suppression du mot race dans la constitution, les 75% d’impôts anti-riches … je ne crois pas qu’une élection présidentielle devrait se faire de cette manière.

    3. Parce que je crois que les idées de Bayrou ni à droite ni à gauche, avec des propositions réalistes et des promesses mesurées a une véritable place entre une droite lepenisante et une gauche melenchonisante.

    4. Parce que l’homme au-delà du candidat me semble plus honnête et que les valeurs morales devraient être aussi au cœur d’une candidature. La gauche et la droite se répartissent beaucoup de casseroles. On vote pour un programme mais aussi pour l’homme qui va représenter le pays. Il annonce la moralisation de la vie publique : chiche ! (et bon courage).

    5. Parce qu’il a eu raison avant les autres sur la venue de la crise et que la lucidité est une qualité importante.

    6. Parce que, même si je crédite Sarkozy d’un certain nombre de réussites
    - la réforme des retraites
    - l’autonomie des universités
    - la gestion de la crise (on aurait certainement eu pire avec Marie-Ségolène)
    je pense que son rejet est tel dans l’opinion publique qu’il aurait beaucoup de mal à gouverner même s’il était élu. Je ne supporte plus les petites phrases anti-immigration.

    7. Parce que je suis profondément européen (même si des réformes de fond sont indispensables).

    8. Parce que je crois qu’il faut limiter sévèrement l’empilement des collectivités locales. (Par exemple remplacer les communes et cantons par les communautés de communes, supprimer les départements, diminuer le nombre de régions). Bon courage aussi pour cette réforme !

    9. Et pour moi un vote extrémiste de rejet est inenvisageable.


    • musashi 14 mars 2012 12:44

      @credohumanisme
      Vous m’enlevez les mots de la bouche... smiley

      Je précise que j’apprécie également Mélenchon, son énergie, ses convictions qui ne change pas du jour au lendemain même si je partage certains de ces constats je ne crois pas aux solutions qu’il préconise.


    • lemouton lemouton 14 mars 2012 15:15

      Je mettrai un bémol sur l’honnêteté intellectuelle de JL Mélenchon (certaines colères sont un peu trop artificielles à mon goût). —> ça... c’est votre interprétation..

      J’ai des valeurs qui sont plutôt « de gauche » mais je crois que ces valeurs se développeront mieux avec des moyens « de droite » —> il n’y pas comme un binzz là ??? une incompatibilité ?? du genre « je voudrais un bonsai géant.. » smiley

      Parce que je pense que le programme et les idées de la gauche sont une catastrophe pour l’avenir du pays —> ah bon ?? et pourquoi ?? c’est votre interprétation, vous pourriez développer non ??..

      Parce que je ne supporte plus les discours démagogiques —> ok comme tout le monde ... Et cela justifie Bayrou ??

      Parce que je crois que les idées de Bayrou ni à droite ni à gauche, avec des propositions réalistes et des promesses mesurées a une véritable place entre une droite lepenisante et une gauche melenchonisante —> pff... le même discours caricatural et lénifiant qui repointe son nez...

      La gauche et la droite se répartissent beaucoup de casseroles.il annonce la moralisation de la vie publique —> et allez le « tous pourris » à grand coup de louche.. smiley

      Parce qu’il a eu raison avant les autres sur la venue de la crise et que la lucidité est une qualité importante —> avant les autres ?? cela reste à voir
      http://www.dailymotion.com/video/x6xkm2_le-pen-annonce-la-crise-financiere_news
      http://www.youtube.com/watch?v=qq-oRaREVlk
      bon c’est vrai.. l’ancien para n’est pas ma tasse de thé, mais je rends à jean marie, ce qui est ....etc..

      Parce que, même si je crédite Sarkozy d’un certain nombre de réussites
      - la réforme des retraites, l’autonomie des universités, la gestion de la crise
       —> WHOUHAA.. !!! smiley c’est du second degré peut être non ?? smiley .. j’en ai mal aux abdos

      Parce que je suis profondément européen —> comme tout le monde.. mais de quelle Europe ??

      Et pour moi un vote extrémiste de rejet est inenvisageable
      . —> donc revotez Sarko..
      , il faut être cohérent..Sarko doit finir son boulot —> ramener la France au niveau d’une république bananière !! smiley


    • arobase 14 mars 2012 16:17

      si lepen se disait même pratiquement de gauche en se prétendant la candidate des travailleurs, Credohumanisme peut l’afffirmer aussi. mais c’est vite démenti pas la suite des propos..

      il est de gauche mais aime et préfère les valeurs de droite..dont il vient dans toute l’Europe d’en mesurer les fabuleux résultats.

      pour lui sarkosy a bien géré la crise smiley des milliards de déficits supplémentaires et des millions de chômeurs en plus ! 
      ..t’a raison, un bonzaï géant ! smiley c’est tellement simple de se dire sarkosiste si on l’est !

    • credohumanisme credohumanisme 14 mars 2012 16:46

      Arobase, Lemouton :


      J’ai clairement indiqué que je donnais mon avis en réponse à l’article principal. Je conçois que vous puissiez ne pas être d’accord et ne prétend pas détenir la vérité révélée.

      Juste sur trois points :

      - j’ai indiqué pourquoi je ne voterai pas Sarkozy

      - je vous laisse l’expression « tous pourris » elle ne reflète pas ma pensée, je pense que beaucoup d’hommes politiques de tous bords sont honnêtes. Mais je suis suffisamment exigeant pour espérer d’un président ou de son entourage autre chose que (par exemple) l’épisode EPAD ou la manipulation des votes lors de l’élection de M. Aubry.

      - pensez-vous sérieusement que Marie-Ségolène Royal aurait mieux géré la crise ? (vous avez le droit de le croire, je pense le contraire).


    • bigglop bigglop 14 mars 2012 19:27

      Bonsoir à tous,

      Merci pour cet article d’opinion, que je respecte comme votre candidat que je pense sincère sur plusieurs thèmes.

      Certes, il a dénoncé les dérives budgétaires qui nous ont conduit dans une une impasse.

      Mais il soutient la mise en place du MES (Il me semble qu’il n’a pas au vote comme député) et ne va pas soumettre le TSCG et sa stupide règle d’or.
      Par conséquent, il accepte le transfert de souveraineté sur l’établissement et le vote des Lois de Finances futures, aux Conseil, Commission Européenne, au MES, BCE et FMI.
      Il se soumet aussi aux prochains plans « d’aide » accompagnés de réformes structurelles conduisant à des plans d’austérité.

      Comme tous les autres candidats, son programme est déconnecté des conséquences futures de la mise en oeuvre du TSCG.

      Tout le monde se « félicite » du succès du plan de restructuration de la dette grecque qui, finalement, ne fait que gagner du temps

      Il en va de même sur les « 3,5 mds de CDS » et les « 1020 mds prêtés par la BCE aux banques » qui font l’objet d’une totale désinformation dénoncée dans un de mes commentaires :

      Tous les politiques, médias se sont félicités du pseudo succès du plan de restructuration de la dette grecque et sont passés à autre chose.

      Vous évoquez les CDS à propos du PSI grec qui n’auraient été concernés qu’à hauteur de 3,2 mds €, ce qui ne correspond en rien au nombre et valeur des titres obligataires grecs émis.

      L’opacité de l’ISDA, ne permet pas de donner une estimation précise du volume des CDS émis sur cette dette, elle va de 70 à 198 mds €.
      Ceci d’autant plus que les établissements financiers connaissaient le détail des négociations du PSI et ont pu émettre de nouveaux CDS pour se couvrir ou faire des profits sur leur cession. Finalement, il existe, a priori, en valeur plus de CDS que de titres grecs.
      ISDA et CDS :
      http://www.renovezmaintenant67.eu/i...

      Comme beaucoup d’autres, je me suis fait « piéger » par la fausse information de la création de plus de 1 000 mds € par la BCE.
      En réalité, cette information est totalement fausse comme le démontre cette analyse, mais les médias entretiennent ce mensonge.
      http://www.les-crises.fr/la-monnaie...

      L’information est détournée, manipulée sur des sujets techniques que les citoyens considèrent trop complexes pour les comprendre.

      A part, le FDG, plus pédagogue, tout le monde fait silence car tous les pseudos programmes des candidats dépendent des décisions du Conseil et de la Commission Européenne après la ratification du TSCG.

      A nous, les joies des « plans d’aide » conditionnés par des « réformes structurelles » accompagnés de plans de rigueur, d’austérité.

      A propos, lors de la mise sur le marché des nouvelles obligations grecques à 30 ans, elles se sont négociées entre 32 et 35 € pour un nominal de 100 €.
      Conclusion, les opérateurs des marchés anticipent une faillite de la Grèce.

      C’est’y pas beau çà !!!

      Sont-ils aussi « incompétents » que çà tous ces candidats

      En attendant la crise de la dette et surtout des banques continue, continue, continue....



    • arobase 14 mars 2012 19:45

      -«  pensez-vous sérieusement que Marie-Ségolène Royal aurait mieux géré la crise ? (vous avez le droit de le croire, je pense le contraire). »


      je ne pense rien car pas plus que vous il m’est difficile de deviner quelle auraient été les choses qui n’ont pas eu lieu ! 

      strictement rien ne peut vous permettre de dire ça ! Avec royale, au pire, nous aurions évité :
      -le bouclier fiscal (plus de rentrées, moins de déficit et d’emprunts =15 milliards) 
      -28 taxes supplémentaires, ce qui auraient permis de plus consommer, donc plus de croissance et d’emploi
       et un tas d’autres saloperies et magouilles.
      rien que ça c’est déjà un mieux.

      etc....

    • franc tireur 15 mars 2012 08:42

      @crédohumanisme

      je partage entièrement votre avis , ca fait plaisir de voir qu il y a de plus en plus de gens dans notre cas, dégoutés par la campagne négative et le programme irréaliste d Hollande, rébutés par la méthode et le personnage de sarkozy

      Seul Bayrou a un projet crédible,il parle des vrais enjeux c est une autre dimension !


    • musashi 14 mars 2012 12:40

      Article intéressant.

      Un 2e tour Mélenchon-Bayrou me plairait bien tant sur le plan du débat d’idées que pour mettre un bon coup de pied au cul à ces médias qui nous vendent un résultat décidé à l’avance et à cette farce de démocratie et de campagne électorale. Hollande et Sarkosy n’ont aucune vision de long terme et font à longueur de semaine de la surenchère électorale en nous sortant des propositions écran de fumée qui endorme le débat.


      • le journal de personne le journal de personne 14 mars 2012 12:41

        Le Franc pays

        Mère : tu ne m’as toujours pas dit comment tu vas appeler ton pays ?

        Enfant : le pays des affranchis... le Franc pays... le voici !

        Mère : c’est joli. Et tu voudrais y faire régner une liberté absolue ?

        Enfant : oui, une liberté illimitée

        Mère : mais tu le sais sans limites... il n’y a pas de liberté !

        http://www.lejournaldepersonne.com/2012/03/le-franc-pays/


        • arobase 14 mars 2012 16:19

          surtout si c’est la liberté d’exploiter et asservir son prochain pour s’enrichir outrageusement ! drôle de liberté !


          • Arafel Arafel 15 mars 2012 05:13

            pour l usage des melenchonistes qui nous rabattent que le melenchon c est la probité même.

            http://24heuresactu.com/2012/03/14/ps-melenchon-avoue-avoir-magouille-avec-hollande-video/


            • djea 15 mars 2012 08:39

              sarkozy « au centre » ?!!! et vous l’admettez ?!!!


              Notre chemin de croix touche à sa fin. 

              Je reste sidérée par ce qui a été rendu possible sous sarkozy dans un pays comme la France, le pays des Lumières, la patrie des Droits de l’Homme. 

              Dire que j’ai vu, en France dans mon pays, ces gens parler des « Droits de l’Hommistes » avec un rictus de mépris au coin des lèvres. 

              Dire que j’ai vu ces gens supprimer les RASED, l’aide aux enfants en difficulté. 

              Dire que j’ai vu copé fiscaliser les indemnités pour accident du travail « par équité » a-t-il osé dire pendant qu’il instaurait une monumentale niche fiscale pour très grosses entreprises du genre qui délocalise ! 

              Dire que d’énormes chèques ont été rendus aux plus riches des français au nom du bouclier fiscal alors que l’hébergement d’urgence est sinistrée, que des centaines de SDF meurent dans les rues. SDF qui ne devaient plus exister dès 2009 selon les promesses de 2007 de sarkozy. 

              Dire que j’ai vu des séniors désormais forcés de travailler plus longtemps alors que les entreprises les licencient vers 55 ans. Ils finiront donc au RSA : 400 et quelques euros. 
              Ils ont appelé ça le sauvetage des retraites ! 
              173 milliards PAR AN en exonérations et niches ficales de toutes sortes SANS CONTREPARTIE (! !!) pour les entreprises et il n’est pas possible de trouver 20 milliards UNE SEULE FOIS pour renflouer la caisse de retraite ! 

              Dire que depuis janvier, il n’est plus tenu compte du nombre de personnes vivant au foyer pour laisser une somme de survie aux personnes endettées, maintenant c’est le socle RSA : 400 et quelques euros point barre ! Salauds de pauvres décidément ! 

              Dire que j’ai vu accoyer, président de l’une des soi-disante plus grande démocratie au monde menacer un documentaliste, Mr Perret, parce qu’il faisait le lien dans son film entre les décisions du Conseil National de la Résistance et la casse de ce système social (initié à cette époque) par sarkozy et son équipe. 

              Dire que j’ai vu sarkozy rire dans un cimetière, avoir un comportement complètement indigne face à des résistants : cimetière des Glières. Vidéo visible sur internet. 

              Des palanquées de mensonges, un mépris total pour l’opposition qui en dit long sur leurs convictions démocratiques... 

              Dire que j’ai vu des affaires fleurir de partout, des flopées de conflits d’intérêts sans honte, une proposition pour aider à mater une révolution...  



              • musashi 15 mars 2012 10:58

                Sondage CSA, BFMTV et RMC intéressant ce jour :

                Report potentiel des électeurs :
                Mélenchon : 79% Hollande 65% Bayrou
                Hollande : 66% Bayrou 53% Mélenchon
                Sarkozy : 63% Bayrou 36% Le Pen
                Le Pen : 57 % Sarkozy 53% Bayrou
                Bayrou : 66% Hollande 52% Sarkozy


                • Soi Même 16 mars 2012 12:12

                  En ce qui concerne Bayrou et Mélenchon ?

                  http://avant-de-voter.blogspot.com/p/francois-bayrou.html

                  http://avant-de-voter.blogspot.com/p/jean-luc-melenchon.html

                  il tiens à eux deux à mon avis la même came. l’un de la main gauche, l’autre de la main droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pierre.F

Pierre.F
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès