Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et si la République démocratique du Congo (RDC) redevenait le Zaïre (...)

Et si la République démocratique du Congo (RDC) redevenait le Zaïre ?

L’ex-Zaïre, actuel République démocratique du Congo (RDC) est le plus vaste Etat d’Afrique (2 345 409 km2 ) avec une population estimée à 54 millions d’habitants, soit une densité de 22,4 hab/km2 . Fait majeur, ce pays est traversé par deux fuseaux horaires, ce qui lui confère la particularité de disposer de deux heures différentes, ce qui a des conséquences fortes, intéressantes sur le plan économique.

Véritable scandale géologique, le sous-sol de ce pays renferme des minerais rares (uranium, diamant, manganèse et bien d’autres) ; mais par les querrelles des politiciens, il est, aujourd’hui, un mastodonte au pied d’argile.


Au commencement : ancienne propriété du roi Léopold II de Belgique, la RDC accède à l’indépendance en 1960. Très vite, la nébuleuse impérialiste jette son dévolu sur ce jeune pays aux potentialités économiques hors pair... Le tout jeune Premier ministre, Émeri Patrice Lumumba, est assassiné par Joseph Désiré Mobutu après un scénario monté et planifié par la CIA. Durant près de trente ans, ce dernier, qui est devenu Mobutu Seseko Wakabamba, règne en monarque absolu, avec le soutien actif des Américains qui le considèrent comme un bouclier face à la menace d’une percée soviétique présente à leurs yeux en Angola. La toute-puissance zaïroise s’affirme en Afrique : on le voit au Tchad,, au début des années 1980, faire face aux troupes du colonel Kadhafi ; menacer la Belgique de représailles économiques, si elle ne la considère pas à sa juste valeur. A plusieurs reprises, les relations belgo-zaïroises sont au bord de la rupture, du fait des ingérences répétées de l’ancienne puissance colonisatrice dans les affaires de ce pays.

Menaces. Ce régime fait face à trois tentatives d’invasion armée : la première en 1978, par les ex-gendarmes katangais fidèles à Patrice Lumumba qui envahissent le Sud du pays ; il a fallu l’intervention des Marocains et des parachutistes français pour mettre fin à cette rébellion.

La seconde, au début des années 1985 est très vite maîtrisée par les troupes du maréchal-président.

Affaibli par la maladie et abandonné par les Américains au début des années 1990, au moment de la fin de la Guerre froide, qui a vu disparaître la menace soviétique, Mobutu ne résiste guère à l’assaut des troupes de Désiré Kabila, soutenu par l’Ouganda et le Rwanda qui marchent sur Kinshassa en 1999, sonnant le glas de la fin de ce desposte. On assiste alors à une éphémère transition qui, contre toute attente, brade l’unité nationale, avec ses Banamoulingués soutenus par l’Ouganda et le Rwanda dont les troupes occupent le sud du pays ; un autre leader, Jean Pierre Mbemba, s’autoproclame souverain à Badolité, ville historique et natale de Moubutu, où jadis il se livrait à ses frasques de suzerain nègre...

La communauté internationale sous l’égide de l’ONU, malgré les résolutions et les sanctions, n’arrive pas à faire de ce pays ce qu’il était jadis. A la mort de Désiré Kabila, victime d’une révolution de palais, son fils, Joseph Kabila, contre toute attente, est coopté pour le remplacer. C’est le statu quo, malgré les efforts de l’ONU qui, après moult atermoiements, arrive à faire accepter aux uns et aux autres l’idée de la constitution d’un gouvernement d’union nationale auquel plusieurs chefs de guerre participent. La communauté internationale a réussi à fédérer autour du pouvoir central congolais les différentes forces militaro-politiques du pays, à arrêter un calendrier pour les différentes élections, qui d’ailleurs viennent d’être repoussées en raison du refus d’y participer de certains leaders historiques, tel Etienne Tsitshekedi, inquiet de l’absence de garantie de transparence nécessaire à la régularité de la procédure.

Les inquiétudes. La disparition de Mobutu a laissé planer sur ce pays un phénomène jadis inconnu : le repli nationaliste... En effet, les combattants de l’armée de Désiré Kabila étaient constitués des Ougandais et des Rwandais... Ce sont ces derniers qui se retournent contre lui, sitôt la victoire contre Mobutu assurée. Pour beaucoup d’observateurs, les promesses non tenues sont à l’origine de ce revirement ; du coup, des Congolais, nés au Rwanda ou en Ouganda, revenus au pays après la chute de l’ancien régime, sont considérés comme des étrangers. C’est un des casse-tête des futures élections, surtout de la présidentielle : on dénie à certains leur "congolité"... Le syndrome ivoirien a peut-être fait tache d’huile ?

Du coup, on se rend compte que Mobutu, malgré ses extravagances, sa dictature hors normes, avait eu le mérite de réaliser la construction nationale et de préserver l’intégralité territoriale. Dans les années 1980, on imaginait mal l’Ouganda ou le Rwanda faire face à la puissance de feu des troupes de Mobutu, notamment de sa fameuse Division spéciale présidentielle ! Ce qui aujourd’hui est le sport préféré de ces deux pays, qui au gré de leurs humeurs occupent le sud du Congo à leur guise, méprisant régulièrement l’un des principes fondamentaux de la charte de l’ONU qui recommande "le respect de l’intégrité territoriale de chaque nation". C’est la reconstruction nationale, l’unification du pays que cherchent les autorités politiques congolaises . Le Congo actuel voudrait, au moins dans ce domaine, redevenir le Zaïre.

Même si le bilan du régime autocratique de Mobutu est à condamner sans ménagements, à cause de sa politique répressive, de la négation de toute forme de liberté, du pillage systématique de l’économie congolaise, il n’en demeure pas moins vrai que ce pays, vaste comme un continent, avait toujours conservé son intégrité...

Qui ne se souvient pas de la très puissante DSP, troupe d’élite de l’armée zaïroise, garante de la toute-puissance de ce pays ? De la voix du Zaïre dont les ondes inondaient toute l’Afrique, et le monde entier, à l’exemple de RFI ou de la voix de l’Amérique ?

De la monnaie zaïroise dont le taux de change au tout début attirait de l’admiration ?

La RDC voudrait redevenir le Zaïre à l’epoque de sa toute-puissance...


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yaarg (---.---.66.229) 10 avril 2006 13:06

    Votre article est un vœu pieux (=souhait très bien intentionné et d’une belle inspiration spirituelle mais qui n’a aucune chance de se réaliser).

    Le célèbre article 15 (démerdez-vous) reste toujours d’actualité et le bordel qu’il y avait du temps du Zaïre était peut-être moins pire que celui qui règne aujourd’hui au RDC, mais le désastre économique était la norme depuis des années. Ce n’est pas Mobutu qui aurait dû diriger le Zaïre, mais Lumumba. Ce dernier a été assassiné par le pouvoir belge avec la complicité de Mobutu parce que Lumumba aurait fait du Zaïre un vrai pays démoratique et libre.

    Votre article est un vœu pieux parce que vous semblez oublier que ce ne sont pas les dirigeants africains qui dirigent. Ils sont toujours et encore les pantins du pouvoir néo-colonial. Raison pour laquelle on appelle ces pays des « républiques bananières ».

    Ceux qui détiennent le VRAI POUVOIR n’en ont rien à foutre des conditions dans lesquelles vit le peuple, du moment que l’exploitation des mines de cuivre, d’or et de diamant continue de produire et que les actionnaires continuent d’empocher leurs dividendes.


    • Antoine (---.---.196.205) 13 avril 2006 23:12

      hummmm les belges n’ont plus le pouvoir que vous dites....

      C’est plutôt le reliquat de ce qu’on a nommé la continentale blanche....faut plutôt chercher du côté des anglos-saxons. Disons que pour le moment les Belges et les français tentent de récuperer un coup cassé...au jeu des influences.

      Mais le débat n’est pas là....c’est surtout ne pas oublier les pauvres gens qui subissent les violences et les intérêts qui leur sont étrangers alors que ce grand pays est complètement déstructuré et le tissu social ravagé.


    • (---.---.160.169) 11 avril 2006 09:48

      Curieux article, pas entièrement faux, mais visiblement écrit par quelqu’un d’extérieur au Congo. Pour toute personne connissant le congo, il est indiscutable que l’acteur politique numéro un dans ce pays, c’est....la Belgique, même si l’arrivée du fils Kabila a un peu changé la donne. Quand on va à Kinshasa on est d’ailleurs frappé par le fait que la plus grosse ambassade est celle de la Belgique. Ceci dit, le Congo se porte extrêment mal pour des tas de raisons, dont une est la corruption incroyable de ses dirigeants....


      • Thierry (---.---.91.238) 11 avril 2006 14:28

        En 1994,des refugiers rwandais avaient prevenus les autoritées et citoyens Zairoi de la menace que le FPR presentait pour les grands lacs et plus particuliérement pour le Zaire,mais on n’a pas voulu les écouter.Ils ont été toujours consideré comme des assassins meritant le sort qu’ils subissaient alors qu’ils étaient pour la plus part des femmes et des enfants,fuillant les masacres d’un FPR qui les a suivit jusqu’au bout,pour en masacrer un million et demi à Tingi Tingi,Masisi et ailleur dans les forets du Zaire(sans nier qu’il y avait quand meme aussi des responsables des tueries de 1994 du Rwanda,mais des innocents aussi).Je suis un réscapé de ce drame qu’on évoque jamais pour des raisons politiques mais il est temp que ça change et que le Congo redevienne le Zaire.


        • fraga (---.---.25.84) 14 avril 2006 09:40

          C’est toujours le même problème avec les articles sur l’Afrique : une incapacité à analyser la situation de terrain. J’ai travaillé au Zaïre à la fin du Mobutisme. Il est évident que Mobutu a ruiné son pays. On peut même dire racketé sans scrupule tout le pays en se constituant une fortune personnelle supèrieure à la dette de son pays ! Alors rêver d’un retour au Mobutisme c’est comme en France parler de la belle époque en oubliant les luttes ouvrières. D’autre part dire que les dirigeants sont soumis à des pressions néocoloniales ou impérialiste c’est ne pas voir que les dirigeants de ces pays ont quand même des possibilités réduites certes mais bien réelles de faire quelque chose de leur pays. Il faut du courage et de l’intégrité mais c’est possible. Alors bien sûr il y a des pressions extérieures mais le FMI et la Banque Mondiale ne sont pas aussi dangereux qu’on le dit et c’est les seuls organismes qui ont les moyens financiers pour remettre sur pied un pays comme le Zaïre où toutes les infrastructures sont en ruine. Un pays grand comme l’Europe ; qui va reconstruire les voies navigables, les lignes de chemin de fer etc... ? Le Zaïre avait gardé son intégrité mais ne vaudrait-il pas mieux en faire un état fédéral ? Tant qu’il existera au Zaïre des personnalités locales qui ne recherche que la satisfaction de leurs ambitions ce pays ne s’en tirera pas. Il n’y aura pas de periodes suffisantes de stabilité pour pouvoir reconstruire et trouver des investisseurs (normaux) pour remettre en marche les industries. Et surtout que l’on arrête de parler de scandale géologique, j’ai tellement entendu cette formule pour ne rien faire dans les réunions ministérielle que dès que je l’entends je sais que rien ne se fera. Il y a au moins deux autres pays où cette formulke est employée : Guinée (Conakry) et RSA.


          • tintin (---.---.169.7) 4 mai 2006 14:22

            les troupes de kabila rentrerent à kinshasa en 1997

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès