Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et si vous proposiez de relocaliser l’excellence, François Bayrou (...)

Et si vous proposiez de relocaliser l’excellence, François Bayrou ?

Ce n'est pas facile d'amener l'éducation comme thème dans une campagne présidentielle. L'absence de pensée et d'originalité des partis politiques sur ce thème est tout simplement prodigieuse. Ils se contentent de reprendre les recettes éculées des think tank et autres cercles de spécialistes tenant le haut du pavé.

François Bayrou vide la querelle pédagogique en s'en remettant à un pragmatisme absolu : juger les enseignants sur leurs résultats. C'est le début du chemin, mais le début seulement.

Si Bayrou veut s'extraire de la doxa ambiante, il doit aller bien plus loin : remettre en cause tout l'utilitarisme ambiant et débilitant. Le culte de la compétence, du savoir-faire, du savoir-être et tous ces infinitifs abscons qui permettent de mieux noyer le poisson.

Qui remettra enfin en cause les fameux tests PISA dont l'objet n'est que de mesurer les "compétences utilitaires" des individus ? Le terme de "compétence" qui s'est désormais imposé partout est en tant que tel d'une débilité déconcertante. Comme on fait des bilans de compétence dans les entreprises (ce qui a un sens) des imbéciles ont imaginé calquer ce schéma professionnel sur l'école. Depuis, on mesure les compétences dans les écoles, les collèges et bientôt les lycées puisque le mal se propage comme une gangrène. On fait ainsi gaspiller un temps précieux aux enseignants.

Aujourd'hui, je vois les partis politiques agiter le statut des enseignants comme si c'était là ce dont souffre notre école : haro sur le temps de présence des enseignants dans les écoles, haro sur les rythmes scolaires (c'est à dire les vacances des enseignants en somme). Croit-on un seul instant que les résultats scolaires des élèves vont s'améliorer parce que les enseignants feront plus de réunions pédagogiques bidon ? Est-ce juste, au demeurant, de s'apprêter à faire travailler davantage une profession toute entière, a fortiori sans les moyens financiers pour la compenser de ce surcroît ?

Marielle de Sarnez dans sa lettre européenne de juillet 2011 a réalisé un tour d'horizon de pays d'Europe différents avec des rythmes très différents. Corrélation avec les classements PISA (pour autant qu'on accepte de leur accorder l'importance qu'ils ne méritent sans doute pas) ? Zéro.

Je ne comprends pas que Bayrou n'évacue pas définitivement ces balivernes, puisqu'il s'obstine à citer les rythmes scolaires comme une réforme à faire dans l'Éducation Nationale dans son État d'urgence, ou encore qu'il n'ait pas rejeté les compétences qu'il accepte si elles sont "bien faites" dans sa première tweetinterview.

Je l'invite plutôt à relire les premières pages du livre de son ami béarnais, Jean Lassalle, la parole donnée : celui-ci y évoque avec émotion sa découverte des philosophes grecs et observe qu'il fut un temps où dans chaque village de France, on pouvait étudier les humanités.

François Bayrou avait fait de l'excellence l'un de ses chevaux de bataille en 2007. Il a fait valoir tout au long des dernières années que l'État avait d'abord besoin d'être présent là où il avait déserté.

Moi, je lui propose comme programme cette fusion de ces deux préoccupations : relocaliser l'excellence. Voilà qui me paraît très bien s'associer avec son Made in France et la relocalisation des industries.

Deux modèles s'opposent :

- d'un côté la super High School dont rêve le Descoings qui distribue des dividendes à ses associés tout en se donnant bonne conscience avec sa pseudo discrimination positive.

- de l'autre, le rêve de Lassalle, une école implantée sur tout notre territoire donnant à chacun les moyens de se réaliser, et ce, quels que soient ses moyens. Allez entrer à l'IEP sans passer par la très coûteuse préparation privée IPESUP...Sauf à faire partie de l'heureuse cohorte des discriminés, évidemment...

Évidemment, quand je parle d'excellence, je la fais rimer avec exigence. Et cette excellence doit pouvoir s'exercer sur tous les chemins de l'école et de l'apprentissage. Du latin et du grec partout, puisqu'ils sont emblématiques, mais aussi du compagnonnage dans chaque village. Voilà comment je vois la chose.

Ceci suppose des décisions courageuses : épurer la technostructure de l'Éducation Nationale qui impose ses délires pédagogico-khmeresques depuis trop longtemps, reconsidérer toutes ses structures, et notamment les chaînes de hiérarchie, redonner un vrai rôle à l'inspection pédagogique, en finir avec les lieux de vie et "l'éveil". Plus généralement, je le redis, laisser les enseignants et les établissements scolaires s'organiser comme ils l'entendent, y compris du point de vue de leurs méthodes et leur fixer seulement des objectifs. Ce dernier point est assez proche des vues de Bayrou.

Il ne suffira pas d'épurer la techno-structure : Ulysse se bouche les oreilles dans l'Odyssée pour échapper au chant des sirènes. Bayrou doit bien comprendre qu'il ne doit plus écouter conseillers, commissions, think tank, spécialistes, syndicats et autres pédagogolâtres patentés, mais suivre son instinct, car, quand il agit ainsi, il est souvent bon. A lui de jouer, maintenant : il a voulu axer son projet sur un tryptique produire, instruire, construire. Produire, on y est mais instruire, cela reste à faire. Et, je l'ai dit au mois de juillet, il ne s'agit surtout pas de proposer la même chose que les autres partis. Il faut créer le clivage, et sur ce sujet, c'est d'autant plus aisé que les autres parlent tous d'une même voix. Ils ne s'affrontent que sur le nombre de postes à supprimer ou à réaffecter à l'école, c'est là tout ce qui leur tient lieu de débat. Sur tout le reste, ils sont d'accord à 100%.

Notre école et les Français méritent autre chose, non ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 29 décembre 2011 11:13

    Je n’aime pas trop ces articles vantant les mérites du poulain de l’auteur.


    Vous avez le mérite d’afficher vos convictions mais franchement autant j’ai pu croire en Bayrou un temps autant maintenant je penche plus pour la gauche même si hollande n’est pas le meilleur au PS , il faut lui donner la chance de prouver que l’on peux diriger un pays sans faire du vent et de l’audimat mais en donnant un sens profond à son action et en prenant des bonnes décisions pour tous sans privilégier son électorat.

    Utopique , surement mais il faut renouveler les personnes et la mauvaise direction prise depuis une dizaine d’années entre la fin de Chirac et depuis 2007.

    Philippe 

    • penajouir penajouir 29 décembre 2011 11:28

      Bayrou, Bayrou, voyons voir… C’est pas celui qui a ciré les pompes de l’UMP sous Chirac, qui a fait élire le nain en refusant un accord avec Royale, qui a voté pour tous les traités Européens ? Est-ce que je me trompe ? Sinon, quel pied ! Le Béarnais nous reviens avec une nouvelle virginité, de nouvelles idées. Non mais qui peut encore croire en ce genre de clown ? Vous nous prenez vraiment pour des quiches... 


      • Imhotep Imhotep 29 décembre 2011 19:33

        Mais oui. La prochaine fois, révisez votre culture politique car pour une quiche dans ce domaine vous sembler en être la reine. L’UMP (Union pour la Majorité Présidentielle) a été fondée en avril 2002 et Bayrou avec 24 autres députés a refusé d’y adhérer. 1er très mauvais point de votre part. Ensuite Bayrou n’est pas entré au gouvernement. 2é mauvais point. Par ailleurs Bayrou a voté la censure contre le gouvernement de Villepin, a combattu la privatisations des autoroutes. 3é mauvais point. Enfin de 2007 à aujourd’hui Bayrou s’est heurté frontalement à l’UMP (devenue alors Union pour un Mouvement Populaire) en refusant de voter les lois (TEPA, budget, Edwige, etc. ) n’a pas voté la Nouvelle Constitution, a écrit un livre contre ce que représentait l’UMP (Abus de pouvoir), et évidemment n’a pas été ministre. 4é mauvais point. 


        Alors que vous n’aimiez pas Bayrou et que votre seul argument soit qu’il ait voté le traité de Lisbonne, oubliant au passage que Maastricht a été voté par l’ensemble des Français et que le traité de Lisbonne ne faisait que démocratiser plus l’Europe en diminuant les seuils des votes, ce que vous ne semblez pas avoir compris, et sachant que 70 % des Français sont pour rester dans la zone euro, ce qui doit vous faire mal au sein, est d’une faiblesse politique sans nom. Le vote de Lisbonne est option politique qui n’a pas à rougir et qui n’est pas pas le diable et votre position européenne n’est ni majoritaire ni le Bon Dieu. Par ailleurs vous semblez ignorer également ce qu’est la démocratie. Quand le congrès se réunit il représente le peuple et c’est une voie tout autant démocratique qu’un référendum. Par ailleurs vous ne savez absolument pas quel aurait été le résultat d’un nouveau référendum. Pour votre gouverne les Irlandais ont revoté et le oui est devenu largement majoritaire alors que le non l’avait emporté. Si votre seul critère politique est ce traité, vous êtes extraordinairement faible et complètement à côté de la plaque quand ce sujet parle de l’éducaion. Vous employez cette technique chère au Sarkozyland et à l’extrême gauche : pas de débat des affirmations péremptoires et souvent fausses ou mensongères (ex le cirage de pompe de Chirac et de l’UMP), des insultes (puisque pour vous avoir voté le traité de Lisbonne est considéré dans un raccourci imbécile comme le pire des méfaits et est évidemment considéré dans votre bouche comme une insulte rédhibitoire). En fait vous êtes le type même de l’antidémocrate qui se croit en être le parangon. La démocratie c’est le débat et non l’insulte. Et permettez-moi de vous dire que vous n’êtes pas le seul à vouloir le bien des Français, des défavorisés, des oubliés, et que d’autres le veulent peut-être autant si ce n’est plus que vous, mais que leur moyens diffèrent des vôtres. Mais vous faites des procès incessants d’intention et confondez moyens et objectifs, fond et forme avec un lit de mensonges pour argument. Vous n’avez pas le monopole du cœur. Le jour où les gens comme vous l’auront compris - ce qui m’étonnerais - la démocratie aura fait un grand pas, et la concorde aussi.

      • musashi 2 février 2012 10:38

        Que de sectarisme dans ce message...

        Entre ceux qui veulent opposer salariés du public et du privé, français et étrangers, salariés et patrons, riches et moi riches...finalement je préfère une personne qui parle d’union nationale pour redresser la France et ses finances publiques.

        Non F.Bayrou n’est pas un clown et j’y crois smiley


      • Taverne Taverne 29 décembre 2011 16:14

        C’est un sujet que je maîtrise mal et je ne connaissais pas les tests PISA. En revanche, je connais le bilan de compétences il y a plus d’un an. On m’a obligé à en faire il y a plus d’un an. Je n’ai pas aimé (c’est trop rationnel et je suis plutôt un artiste) mais par chance je les ai réussis. Mais je ne suis pas convaincu qu’il faille réintroduire le grec et le latin comme disciplines principales. Bayrou propose-t-il cela ? Je vois plutôt ces matières comme acquis de base sur l’Histoire, la civilisation et la linguistique puisque le français est issu de ces deux langues mortes. Mais en options - renforcées ? - mais en options seulement. En ce qui me concerne, c’est plutôt le breton qui incarne mon histoire et mes racines. Dois-je rappeler que l’inventeur de l’école n’a pas régné sur la Bretagne ? Donc je serais pour un trio grec -latin - langue régional.


        • Taverne Taverne 29 décembre 2011 16:16

          « régionale » (je corrige pour respecter ma langue nationale).

          En tout cas, je suis heureux de vous revoir sur Agoravox, L’Hérétique. Je lis régulièrement vos papiers sur votre blog.


        • bdoume bdoume 29 décembre 2011 19:33

          FB est avant tout un opportuniste. Et il faut bien l’avouer, l’opportunité est de mise cest temps ci.Ce monsieur, au demeurant trés sympathique, n’apporte rien au débat politique.


          • franck2012* 30 décembre 2011 03:04

            ’ au demeurant très sympathique ’

            Mais qu’a-t-il bien voulu dire par là ? C’est étrange et je dirais même plus, c’est bizarre ....


          • musashi 2 février 2012 10:49

            Pour moi un opportuniste c’est plutôt quelqu’un du genre à Cécilé Duflot ou Manuel Valls qui est prêt à renier ses convictions et idées pour aller où le vent souffle et obtenir un poste à responsabilité.
            De ce point de vue F.Bayrou est tout sauf un opportuniste....


          • musashi 2 février 2012 10:53

            Pour l’instant, F.Bayrou est le seul candidat à vouloir un pays uni, uni dans le but commun si important de redresser la France et ses finances publiques.

            A ceux qui veulent opposer les français entre eux, opposer salariés et patrons, salariés du public et du privé, français et étrangers, riches et moins riches...à tous ceux là je souhaite résister smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès