Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Damien D. (1/8)

Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Damien D. (1/8)

Entretien avec Damien D., délégué départemental de Debout la République en Isère*, qui revient sur son engagement politique et sa conception du gaullisme.

Vous êtes jeune et né après la mort du Général de Gaulle. Et pourtant, vous vous revendiquez du gaullisme. Comment donc êtes-vous devenu gaulliste ?

Je ne suis pas devenu gaulliste par admiration pour la figure historique du général De Gaulle. Très simplement, ma sensibilité politique s'est développée, mes idées étaient similaires à celles de DLR, qui, accessoirement, se réclamait de De Gaulle. C'est DLR qui m'a fait connaître De Gaulle et pas l'inverse. 

Ce n'est pas une attaque de ma part, mais certains l'affirment. Par méchanceté ou après réflexion, je ne sais pas. Tout dépend de la personne qui le dit, peut-être. En tout cas, il y a de fortes chances pour que les lecteurs d'AgoraVox aient entendu ce genre de propos, je vous pose donc la question : le gaullisme n'appartient-il pas à l'Histoire, au passé ? Le gaullisme n'est-il pas mort avec le Général de Gaulle ?

Certes, le gaullisme n'est pas un concept récent. Mais je tiens tout de même à rappeler que dans l'histoire des idées politiques, le libéralisme, le socialisme ou même le communisme sont bien antérieurs au gaullisme. Autrement dit, la position que défend DLR est bien plus récente que la ligne idéologique de la quasi-totalité des partis de France, et surtout de celle des grands partis de pouvoir (UMP et PS notamment).

Qu'est-ce qu'être gaulliste aujourd'hui ?

Être gaulliste, c'est un amour de la liberté, de l'indépendance, refuser que d'autres décident de notre destin à notre place, le tout entouré de valeurs morales fortes, et la volonté de servir une collectivité forte (le fameux "servir et non pas se servir"). Et avoir chevillée au corps l'idée que la République et la Nation sont le bien commun de tous les Français, et parfois le seul bien de ceux qui n'ont rien. 

Il y a des gaullistes dits de Gauche. J'en conclus qu'il y en a de Droite, bien que le gaullisme se soit toujours voulu social. Et vous ? Nicolas Dupont-Aignan a déclaré reconnaître venir de la Droite. Et vous ?

La Gauche n'a pas le "monopole du cœur" pour reprendre la célèbre expression. Avoir un programme social ne signifie pas être de Gauche ou de Droite. Être de Droite n'est pas une insulte pour moi, mais ce n'est pas une étiquette que je me colle spontanément mais que les autres peuvent nous coller. Si on me dit : "vous êtes DLR donc vous êtes de Droite !", je réponds : "si vous le dites !". 

Le Général de Gaulle a été considéré comme le sauveur de la France parce qu'il a permis de vaincre l'Occupant, ce nazi qui gazait des gens dans des camps. Aujourd'hui, les camps ont disparu, mais des gens sont expulsés dans des pays qu'ils avaient quittés pour échapper à la mort. La France, patrie des Droits de l'Homme qui, dans ses lois, par deux fois (1981 et 2007), a aboli la peine de mort, est un État qui renvoie des gens se faire tuer. Est-ce un échec dans la victoire sur le III° Reich ? Le rôle d'un gaulliste aujourd'hui n'est-il pas de rappeler que ce n'est pas parce que le nazi est allé très loin dans la barbarie que toute politique peut être menée tant qu'elle n'égale pas le degré d'horreur et d'injustice de ce dernier ?

Je ne vois aucun rapport dans ce que vous dites. L'utilisation du terme "déportation" pour parler des expulsions, notamment celle des Roms, c'est tout simplement scandaleux. Comparer les victimes de la Shoah, parquées dans des trains à bestiaux, mourant parfois pendant le voyage, et triées à l'arrivée pour savoir qui vivra un peu et qui mourra immédiatement, avec des Roms qui sont renvoyés dans leur pays en avion aux frais du contribuable, avec une "prime" au retour (toujours aux frais dudit contribuable), et une possibilité de revenir en France immédiatement (montrant l'absurdité de ce système), c'est même tout simplement dégueulasse, et c'est prendre les gens pour des benêts. Concernant les expulsions : une liberté fondamentale d'une nation, c'est de pouvoir choisir qui y vit selon les modalités décidées par les représentants du peuple. J'ai vécu à l'étranger (hors Union Européenne), il fallait respecter un certain nombre de démarches légales pour pouvoir vivre dans le pays en question. Ceux qui ne remplissaient pas ces conditions n'avaient pas vocation à s'installer. Ces conditions, pas dérisoires au demeurant, ne posaient de problèmes à personnes, même parmi les expatriés français, même parmi ceux "de Gauche", et personne n'aurait fait un rapprochement avec la guerre, ou parlé de "déportation" des irréguliers qui n'avaient pas pu rester. Enfin, je trouve que le trait en France est très appuyé : promenez-vous dans une préfecture au service des cartes de séjour, je n'ai pas l'impression que la France est un pays fermé à l'immigration. Ce qui, au passage, et si cela est dans le strict respect de la loi, ne me pose aucun problème.  


Le Général de Gaulle était marié à une femme très catholique. Yvonne était très conservatrice. Et vous ? Votre gaullisme est-il débarrassé de toutes ces pensées qui sont qualifiées par certains d'arriérées ?

Charles De Gaulle s'est marié avec qui il a voulu, et les croyance de Madame De Gaulle lui appartiennent. Il me semble que c'est de la sphère purement privée, et qu'une personne "catholique" peut tout à fait mener une politique "laïque". D'ailleurs, la laïcité est une de nos valeurs principales, bien plus que la manière éhontée dont parfois les grands partis mettent en avant la question religieuse dans le débat public. Je ne connais pas les croyances religieuses de mes camarades de DLR, je m'en moque éperdument, quant aux miennes (si j'en ai), je ne vous les dirai pas.

Je ne peux pas ne pas vous parler de Mai 68. Quelles revendications de ce mouvement-là reprenez-vous à votre compte ?

Mai 68 avait sûrement quelques justifications pertinentes, mais je n'ai évidemment pas connu cette période. On ne m'enlèvera pas de l'esprit que la revendication du mouvement étudiant était typique des idéaux "petit bourgeois" des gens qui n'ont pas beaucoup de soucis dans la vie. Quand je vois la difficulté des étudiants aujourd'hui, mai 68 me semble bien désuet. Les "idéaux" que nous reprenons ? Je ne veux avoir aucun idéal commun avec ceux qui en 68 hurlaient "élections, piège à cons" et qui se retrouvent aujourd'hui à des postes de pouvoir. Retourner sa veste est un idéal que je ne partage pas. 

Vous vous réclamez du Général de Gaulle. Un homme qui a dû fuir son pays pour échapper à une condamnation à mort avant d'échapper à un attentat lorsqu'il était le chef de l'État. Faire de la politique, c'est dangereux. Vous y pensez souvent ? Vous avez eu le malheur de le vérifier par vous-même ?

Les gens qui généralement peuvent nous secouer ou se montrer agressifs, ce sont les gens qui ne savent pas. Il y a des gens, une minorité cependant, qui nous prennent pour des "cousins" du Front National et nous réservent le même "accueil". Mais cela ne nous arrêtera pas. Sans parler d'attentats bien sûr, on pense parfois aux conséquences (rejet social de certaines personnes, amis peu compréhensifs qui se détournent, difficulté d'être "de Droite" dans un âge plutôt "de Gauche", rejet peut-être de certains employeurs publics ou privés qui feraient une petite recherche Internet sur nous), mais il ne faut pas toujours penser à soi. Il est bien sûr beaucoup plus confortable d'être dans un parti qui fait 30 %, ou "qui est d'accord avec tout le monde", qu'un parti minoritaire qui dérange. Mais je préfère faire partie de ceux qui se disent "tant pis pour moi" que des "si seulement j'avais osé".  
 
Vous êtes un militant de Debout la République et non de l'UMP. Ce dernier parti n'a rien de gaulliste ? Vraiment ? Quand ses adhérents se réclament du Général de Gaulle, ce sont des menteurs ? Quelle est votre différence avec l'UMP ?

De Gaulle reste une figure respectée de la vie politique française. Il n'est donc pas étonnant que l'UMP veuille s'en réclamer. Mais l'UMP n'a rien de gaulliste : la position du gouvernement vis-à-vis de l'OTAN, ou du "respect" de la parole du peuple et de l'indépendance de la France avec la question de la "constitution" européenne, le montre bien. Le problème des militants ou électeurs de base qui se réclament gaullistes et qui votent à l'UMP est hélas simple : ces gens-là nous apprécient beaucoup (j'ai pu le vérifier moi-même), mais vu qu'ils pensent que nous ne serons jamais au pouvoir, ils préfèrent voter "utile", et vont plutôt vers l'UMP. Soit, mais ce n'est pas un vote gaulliste. L'UMP est un parti conservateur atlantiste qui n'a rien à voir, ni avec DLR, ni avec les idéaux du Général De Gaulle.

Pourquoi avez-vous choisi Debout la République ?

Extrêmement simple : parce que DLR est le seul parti qui défend mes idées, et que c'est un mouvement dans lequel je crois. 

Et vos proches, que pensent-ils du gaullisme ? Comment vivent-ils votre engagement ?

Certains pensent que l'on est des illuminés sur certains points (notamment la sortie de l'emprise européenne), beaucoup de personnes, hélas, pensent "quel dommage de voir un jeune si dynamique rejoindre un parti de vieux, avec de vieilles idées !". Une position que nous devons sans cesse combattre car elle est bien sûr fausse (comme je le disais lors de votre deuxième question). D'autres pensent que l'on est courageux. Mes parents et certains de mes amis respectent mon engagement mais ont, hélas, cette attitude que nous essayons de combattre : le côté "tu as raison, mais bon, maintenant on ne peut pas non plus faire autrement, sois réaliste !". Face à la dictature du "bon sens" de l'UMP et du "on rase gratis, et si tu n'es pas d'accord, tu es un salaud" du PS, nous voulons affirmer le choix de la liberté, de l'indépendance, et faire comprendre que notre destin sera ce que nous en ferons.

Propos recueillis par Richard Patrosso

*Damien D. est aussi responsable de DLJ en Isère, et membre du bureau national de DLJ. Il est âgé de 26 ans.
NB : Depuis, en raison de divergence sur la nature du projet, Damien D. a démissioné de toutes ses responsabilités et quitté DLR.

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Tythan 16 novembre 2010 15:38

    Il me semble que c’était moins que 60%, j’aurais dit un tiers de mémoire. En tous cas, l’augmentation générale des salaires était de cet ordre là. Le problème, c’est que ces gains ont été très rapidement effacés par l’inflation, très forte à l’époque, et donc qu’au final, sur le plan social, le mouvement de mai 68 n’a pas servi à grand chose économiquement. Mais c’est évident qu’après de telle démonstration de force, cela a un calmé les patrons...


  • monpetitavis 16 novembre 2010 11:38

    Bel exemple de lucidité politique


    • Tythan 16 novembre 2010 15:45

      Merci pour cet interview !!

      Damien Durand semble avoir des convictions solides et je lui souhaite de réussir dans la politique.

      J’aimerais simplement m’insurger contre la comparaison hallucinante que fait l’auteur entre le renvoi des roms illégalement installés en France et les déportés de la seconde guerre mondiale. C’est absolument insensé. Damien Durand y répond bien, mais je frémis encore d’indignation en y repensant. Mais comment peux-t-on encore oser faire ce type de comparaison ?


      • Loukov 16 novembre 2010 20:04

        je pense qu’il faut prendre cette interview -suivi d’autres ?- non pas comme une sorte d’ idolâtre sur De Gaulle, mais comme une idéologie politique à suivre.

        En tout cas il en faut des jeunes qui ne sont pas des moutons sans idées !


        • non666 non666 16 novembre 2010 21:38

          Jolie claque....
          La mise en scene de NDA est vraiment bien faites.
          Avez vous les memes spin dcotors que Sarkozy ?

          Non vraiment c’est nickel, tres pro.
          Fausse interview pour vendre le programme de DLR a ceux qui ne croient plus en l’UMP.
          Claque organisée des posteurs jusqu’ici inconnu qui viennent en meute faire le tir de soutien : tres bien fait....


          Juste une ou deux incoherence :
          Bon le « gaullisme social » est une pure invention des transfuges de la gauche qui avaient suivi à l’epoque DeGaulle comme le prmier Kouchner ou Besson venu.
          Cela n’a jamais exiisté.
          Le Gaullisme est fondamentalement un nationalisme qui ne privilegie qu’une seule chose : l’interet commun des FRANCAIS et celui de la France, de son ETAT et de son rayonnement.


          On pari qu’il les aura, lui, les 500 signatures ?


          • Tythan 17 novembre 2010 10:00

            Il faut réviser ses classiques mon petit !

            La première chose, c’est que ni Kouchner ni Besson ne se sont jamais (à ma modeste connaissance) réclamé du gaullisme social. Gaullisme social qui existe bel et bien, le nier est aussi ridicule que de nier l’existence de l’extrême droite à laquelle, si j’ai bien compris, vous appartenez Non666. Un petit lien, ça ne fait pas de mal http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaullisme

            La gaullisme n’est en rien un nationalisme comme en témoigne cette citation on ne peut plus claire (que je cite de mémoire. A l’origine, il paraît que c’est Jean Rostand qui l’a prononcée) « Le patriotisme c’est l’amour de son pays, le nationalisme, la haine de celui des autres ».

            Par contre, il est vrai que le but ultime du gaullisme est bien entendu (mais je l’espère comme tous les autes partis politiques) la recherche du bien commun et de l’intérêt général.

            A titre personnel, je pense que Nicolas Dupont-Aignan aura ses 500 signatures, instruit par l’expérience de sa tentative malheureuse de 2007. A l’époque, NDA n’avait échoué que de peu. Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus favorable : NDA est beaucoup plus connu d’une part, et d’autre part l’évolution des événements lui a donné raison sur à peu près tout le discours qu’il tient depuis 2005. Enfin, l’ump est aux abois et sent le sol se dérober sous ses pieds, il n’est pas impossible qu’elle n’arrive pas à intimider suffisamment les « parrains » comme elle l’avait fait en 2007.


          • non666 non666 17 novembre 2010 15:26

            1) Wikipedia n’est pas neutre.
            Ce n’est pas pour rien qu’elle est en premiere ligne pour toute demande de mot clef par les nmoteurs de recherche (tous americain)
            Elle est sensée etre la reference obligatoire de tout sur tous les sujets.
            Cela lui prmet (entre autre) de reecrire l’histoire.
            Certains vont retorquer qu’il suffit de participer de fournir des arguments argumentés mais envérité, au final, il y a une decision qui depends des administrateurs pour valider une lecture ou une autre de certains faits.
            Le 11 septembre est une excellente illustion de la partialité de cette « encyclopedie »

            2) Il n’y a que 3 « droites »
            la droite nationale et souverainiste
            la droite chretienne democrate
            la « droite » liberale qui etait historiquement la gauche, avant l’arrivée des marxistes sur le « marché politique »

            DeGaulle n’a jamais été un liberal et s’uil etait chretien n’a jamais été ce qu’on appelle un chretien democrate.
            D’ailleurs il etait royaliste et a mis en scene le comte de Paris avant de decider que le pouvoir, il le gardait pour lui....
            DeGaulle etait un nationaliste indiscutable et vous l’ignorez peut etre, le nègre de Petain.
            C’est lui qui a ecrit la plupard des bouquins qui ont permis a Petain d’entrer à l’academie française....
            Il a juste été deçu de voir que sa conception du combat mecanisé n’avais pas l’aval des fantassins pure souche comme Petain.
            Leur véritable opposition est la : dans une querelle d’etat major....
            Il a meme voulu unifier la france et l’Angleterre sous la royauté britannique pour que la france ne soit pas officielement capitularde....
            Donc ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas.
            DeGaulle etait nationaliste c’est evident.

            Par contre le nationalisme, ce n’est evidemment pas ce qu’en disent ses ennemis (qui defendent eux, evidemment, d’autres nations que la notre)
            L’equation nationalisme = fachisme reflete juste l’hypocrisie de ceux qui ne voudraient pas qu’on sachent la genese des fachsime :

            le Kommintern qui impose aux mouvements communistes de se soumettre a moscou.
            Cette decision provoquera la division des partis communistes en PC et PS un peu partout dans le monde.
            En Allemagne le socialisme qui ne voulait pas etre vassalisé se definira comme NATIONAL socialisme, par opposition au socialisme infeodé a moscou de karl liebknecht et rosa luxembourg.
            En France les Dheat Doriot et compagnie sont de la meme logique  : ils etaient communistes et deviennent « fachistes » ce qui designe alors les communistes refusant l’infeodation.
            En Italie , Mussolini est issu d’un milieu arnarcho syndicaliste qui refuse le diktat du Kominitern !

            3) Le « nouveau gaullisme » inventé par ceux qui l’ont tué est un produit aceptisé, politiquement correct qui refuse de voir le nationalisme sous-jacent de celui qui a tout fait pour creer des champions industriels 100 % français capable de maintyenir la france dans la course technologique.
            Y aurait il des Airbus, des fusées "europennes ou le nucleaire s’il n’y avait eu le CNES , l’aerospaciale et le lobby nucleaire français sous controle de l’Etat ?







          • Tythan 17 novembre 2010 16:03

            1) Vous pourrez dire tout ce que vous voulez sur wikipedia, cela ne changera rien à l’affaire : le gaullisme social, si l’on peut très certainement en discuter les contours, existe bel et bien. Wikipedia pourrait être un département de la CIA ou de je ne sais quoi que cela n’y changerait rien. Ce n’est donc absolument pas le sujet.

            2) Votre conception est complètement réductrice. Cela sent le René Rémond mal assimilé.

            Ce que vous dites sur de Gaulle est un non-sens total. Charles de Gaulle a toujours refusé l’étiquette de nationaliste (tout comme celle de fachiste) dont ses adversaires (Roosevelt par ex) voulait l’affubler. Vitupérez autant que vous voudrez que cela n’y changera rien.

            Votre problème, c’est que vous tentez de nous faire croire que patriotisme et nationalisme sont identiques, ce qui est bien sûr complètement faux.

            Vous vous ridiculisez une nouvelle fois en croyant que de Gaulle ait jamais pu être monarchiste. Il faudrait peut-être un jour ouvrir un livre d’histoire avant de raconter de telles âneries.

            Mais il y a beaucoup plus grave : vous sous-entendez qu’il n’y aurait qu’une différence technique entre les visions du maréchal Pétain et celles de Charles de Gaulle, ce qui est une énormité. Typique de l’extrême droite qui cherche à réhabiliter la collaboration. C’est tout à fait répugnant et j’espère que les lecteurs d’agoravox comprendront quelle personne vous êtes.

            S’agissant de la fin du 2°, elle est difficilement compréhensible.

            3° Je ne connais pas le « nouveau gaullisme », c’est un concept étranger. Pour moi, DLR est un mouvement qui s’inspire et défend les idées et valeurs gaullistes (et qui à ce titre pourrait, par raccourci, se voir attribuer le qualificatif de gaulliste). C’est tout et c’est déjà pas mal !


          • non666 non666 17 novembre 2010 19:18

            « Vous vous ridiculisez une nouvelle fois en croyant que de Gaulle ait jamais pu être monarchiste. Il faudrait peut-être un jour ouvrir un livre d’histoire avant de raconter de telles âneries. »

            Il se trouve que justement, son royalisme et la trahison du comte de Paris sont dans ltoutes les bios du général....
            Le reste est à l’avenant.



          • Tythan 18 novembre 2010 09:31

            Mais vous rigolez ou quoi ? De Gaulle royaliste ? Cela n’a jamais existé que dans les rêves du comte de Paris et de son entourage. Il faut arrêter de croire sans discernement tout ce que peut raconter l’action française (si jamais elle prétendait une telle bêtise, ce qui n’est pas du tout évident...).

            J’aimerais bien savoir de quel livre vous parlez, pour m’empresser de ne pas lire ces torchons !


          • non667 16 novembre 2010 23:49

            à richard patroso
            pas besoins de 8 articles

            utilement  il y a a retenir de de gaule que c’était avant tout un patriote/ nationaliste non seulement pour la France mais pour tous les pays  (vive le Québec libre ,discours de Phnom -Penh ) ( le droit des peuples a disposer d’eux même ).= antimondialiste
            a ce titre il avait contre lui le mastodonte russe et surtout le mastodonte américain , ses laquais anglais et aussi les" judéo-mondialo-capitalistes "qui infiltrent tous les peuples !
            ces derniers faute d’avoir eu sa peau politique en 1968 a cause qu’il avait parlé des juifs comme ’un peuple arrogant ,sur de lui et dominateur après la guerre des 6 jours en 67 (cqfd en 2010 ! ) l’ont eu en 69 et ont mis leur homme de paille pompidou sorti de chez Rothchild 

            de gaule est particulièrement d’actualité car le choix en l’absence de contrepoids russe n’est plus capitalisme /communisme , droite /gauche complètement dépassé mais mondialisme /nationalisme choix qui n’est pas perçu ou tout du moins pas pris en compte par 70% des français et bien sur caché par la dictature mondialo-capitaliste
            signé : un jeune coco 68- tard antigauliste repenti

            post scriptum ( pas ps !) :
            le parti le plus ressemblant ,,le plus ancien ,le plus « fidèle » ,celui qui a le plus payé (souffert ) pour ces idées c’est le fn et jm lepen
             j’ai trop souvent été cocufié par la gauche pour ne pas me méfier de ces nouveaux partis « gaulistes » / nationalistes qui en 2012 ne servent qu’a grapiller quelques petits % afin d’affaiblir le fn . et de retrouver l’umpsdsk au pouvoir !  smiley


            • Papybom Papybom 21 novembre 2010 10:28

              Bonjour la direction d’Agoravox.

              Ce n’est plus possible que les commentaires des auteurs soient en rose. Cette couleur doit faire fuir certains membres du site. J’explique  :

              Monsieur Dupont-Aignan ne veut pas répondre, pour ne pas être en Rose.

              Monsieur Richard Patrosso , (pourtant il est journaliste…) ne répond jamais pour ne pas apparaître en Rose.

              C’est donc le tâcheron Tythan qui doit assumer l’après vente en restant en gris. Pour ce modeste colleur d’affiches, cela doit être frustrant.

              Lui qui n’a pas les mêmes responsabilités que Christian. (Mandataire départemental de Ségolène ROYAL au sein de la fédération socialiste des Pyrénées Atlantiques. Membre fondateur de Désirs d’avenir 64 depuis avril 2006.) Lui, pourtant veut être en Rose, comme sa vie avec Mme Royal

              Abreuver les lecteurs des odes au mouvement de Debout la République, c’est bien. Alors que cela soit sur un fond bleu de l’espoir…

              Même Mme Lepage refuse de répondre depuis cette couleur.

              Peut- on imaginer Mme Boutin en rose  ? Même pas en Rosière.

              Les lecteurs pourront se repaitre sans vergogne, des truculents commentaires de ces auteurs timides.

              Je vais déposer cet appel sur les articles des brimés par le Rose.

              Respectueusement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès