Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Nicolas Chevalier-Roch (7/8)

Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Nicolas Chevalier-Roch (7/8)

Entretien avec Nicolas Chevalier-Roch*. Coordonnateur de Debout les Jeunes en Alsace, il revient sur son engagement politique et sa conception du gaullisme.

Vous êtes jeune et né après la mort du Général de Gaulle. Et pourtant, vous vous revendiquez du gaullisme. Comment donc êtes-vous devenu gaulliste ?

Comment suis-je devenu gaulliste ? Grande question ! Déjà en tant que passionné d’Histoire, il est normal que De Gaulle, qui l’a tant marquée, ait attiré mon attention. Mais je pense que ça se fait progressivement, petit à petit on se rend compte qu’on est gaulliste, que nos idées ont été incarnées par De Gaulle et ses « disciples ».

Ce n’est pas une attaque de ma part, mais certains l’affirment. Par méchanceté ou après réflexion, je ne sais pas. Tout dépend de la personne qui le dit, peut-être. En tout cas, il y a de fortes chances pour que les lecteurs d’AgoraVox aient entendu ce genre de propos, je vous pose donc la question : le gaullisme n’appartient-il pas à l’Histoire, au passé ? Le gaullisme n’est-il pas mort avec le Général de Gaulle ?

Je pense qu’à notre époque, étrangement, ces idées sont plus que contemporaines. De Gaulle avait refusé de rentrer dans ce jeu de blocs pendant la Guerre froide et le temps lui a donné raison. Aujourd’hui on ne peut plus croire au communisme ; depuis la chute du mur de Berlin, c’est l’espoir qu’un jour le communisme puisse être appliqué dans un pays qui s’est effondré. En fait, depuis 1989, le communisme est une utopie dans le mauvais sens du terme. Et que dire du libéralisme qui, depuis le début du siècle dernier, a essuyé de nombreuses crises, nous traversons encore la plus récente. Et chaque fois, ce sont les mêmes qui subissent le plus : les plus fragiles. Le libéralisme a entraîné un asservissement des hommes envers l’économie et non le contraire qui serait préférable. Face à cela, le gaullisme propose une « troisième voie », une troisième voie qui n’a jamais été mise en défaut.

Bien sûr De Gaulle fait partie de l’Histoire, comme Karl Marx, Lénine, John Locke ou encore Adam Smith. Mais une bonne « doctrine politique » est transposable à n’importe quelle époque et c’est le cas du gaullisme.

Qu’est-ce qu’être gaulliste aujourd’hui ?

Comme je l’ai dit à la question précédente, c’est une voie d’alternative qui veut rendre à tous les citoyens les fruits de leur travail, mieux répartir les richesses (avec plus d’égalité, mais sans être égalitaire) et redonner à chacun ses droits et devoirs. C’est profiter de l’évolution technologique que nous offre le libéralisme, mais pas seulement pour faire du profit : aussi pour améliorer notre mode de vie. Mais c’est aussi ne pas assister perpétuellement la population avec des aides plus qu’électoralistes comme ont si bien su le faire les gouvernements socialistes de 1981 à 2002.

Il y a des gaullistes dits de Gauche. J’en conclus qu’il y en a de Droite, bien que le gaullisme se soit toujours voulu social. Et vous ? Nicolas Dupont-Aignan a déclaré reconnaître venir de la Droite. Et vous ?
 
C’est très compliqué que de répondre à cette question. Eh bien, je dirais que je suis plus de Gauche parce que je soutiens l’idée que l’entreprise de demain sera une entreprise cogérée, je soutiens l’idée que pour que notre pays puisse avancer, il faut un syndicalisme fort et un dialogue permanent entre patronat et salariat. Mais je suis de Droite aussi sur des sujets comme la sécurité, la justice, l’immigration sur lesquelles je pense qu’il faut plus de fermeté.
 
Le Général de Gaulle a été considéré comme le sauveur de la France parce qu’il a permis de vaincre l’Occupant, ce nazi qui gazait des gens dans des camps. Aujourd’hui, les camps ont disparu, mais des gens sont expulsés dans des pays qu’ils avaient quittés pour échapper à la mort. La France, patrie des Droits de l’Homme qui, dans ses lois, par deux fois (1981 et 2007), a aboli la peine de mort, est un État qui renvoie des gens se faire tuer. Est-ce un échec dans la victoire sur le III° Reich ? Le rôle d’un gaulliste aujourd’hui n’est-il pas de rappeler que ce n’est pas parce que le nazi est allé très loin dans la barbarie que toute politique peut être menée tant qu’elle n’égale pas le degré d’horreur et d’injustice de ce dernier ?
 
Comme je l’ai dit précédemment, il est normal que la France arrête d’accueillir tout le monde ou, comme on dit fréquemment, toute la misère du monde, car on a deux soucis : le premier, c’est un problème d’intégration des dernières vagues d’immigrations ; le second, c’est un appauvrissement de notre population, ne faut-il pas d’abord assurer une vie décente à tous nos concitoyens ?
 
Mais j’ai quand même honte de mes gouvernants qui préfèrent faire du profit sur des travailleurs asiatiques et africains traités comme des esclaves. En plus de cela, nos gouvernants soutiennent des dictatures aussi sanglantes que fut le III° Reich, il suffit d’observer la Chine où il existe des camps de concentration appelés Laogai. On estime d’ailleurs aujourd’hui à 20 millions de Chinois morts dans ces camps depuis 1949, date de l’arrivée au pouvoir de Mao Zedong. En fait, oui, aujourd’hui nos gouvernants collaborent avec de nombreuses dictatures, non pas en renvoyant chez eux des Roms ou autres immigrés qui fuient plutôt la misère et cherchent en France un El Dorado qui n’existe plus, mais bien en fermant les yeux sur de terribles agissements. La France doit continuer à « être le dernier pays où l’homme exilé, décelé, désespéré, rencontrera sans qu’il ne lui soit posé de questions, une main qui se tende à lui, un foyer pour refaire sa vie. » (Emmanuel Maunier, Combat ; 11 mai 1946).
 
Le Général de Gaulle était marié à une femme très catholique. Yvonne était très conservatrice. Et vous ? Votre gaullisme est-il débarrassé de toutes ces pensées qui sont qualifiées par certains d’arriérées ?

C’est vrai, Yvonne De Gaulle (et même Charles De Gaulle) était très catholique, mais rappelons tout de même qu’il sont tous les deux nés il y a plus d’un siècle et qu’à cette époque, les églises ne désemplissaient pas. Mais souvenons-nous aussi que c’est De Gaulle qui a insufflé à la France cette évolution industrielle qui a porté la France aux niveaux technologiques des plus grands États du monde.
Personnellement, ma vision du gaullisme est totalement débarrassée de ce conservatisme religieux. D’ailleurs, je serais même pour l’ajout de Laïcité à notre devise nationale.
 
Je ne peux pas ne pas vous parler de Mai 68. Quelles revendications de ce mouvement-là reprenez-vous à votre compte ?
 
Oui, De Gaulle, ce grand militaire, était sûrement très, voire trop attaché à la discipline, et cet attachement à la discipline a sûrement entraîné ce blocage de la société française des année 60. Et les événements de mai 1968 ont été le lieu de défoulement d’une partie des Français. Mais derrière ces actes qu’en tant que gaulliste, je ne peux que désavouer, il y a sûrement une volonté de dialogue approfondi entre patronat, salariat et administration. Trop souvent en France, et d’ailleurs c’est toujours le cas, il faut toujours attendre des grèves, des manifestations pour qu’il y ait dialogue, et c’est plus qu’une mauvaise chose.
 
Vous vous réclamez du Général de Gaulle. Un homme qui a dû fuir son pays pour échapper à une condamnation à mort avant d’échapper à un attentat lorsqu’il était le chef de l’État. Faire de la politique, c’est dangereux. Vous y pensez souvent ? Vous avez eu le malheur de le vérifier par vous-même ?
 
De Gaulle était un homme particulier, il a eu un parcours politique tout aussi particulier. Pas tous les politiciens risquent leur vie, heureusement d’ailleurs ! Alors non, selon moi, être politicien, ce n’est pas plus dangereux que faire autre chose.
 
Vous êtes un militant de Debout la République et non de l’UMP. Ce dernier parti n’a rien de gaulliste ? Vraiment ? Quand ses adhérents se réclament du Général de Gaulle, ce sont des menteurs ? Quelle est votre différence avec l’UMP ?
 
J’ai été militant de l’UMP parce que je croyais que c’était un parti gaulliste. Il est vrai qu’en récitant les discours écrits par Guaino, Sarkozy paraissait bon gaulliste. Mais seuls les actes comptent et peu de temps après son arrivée au pouvoir, il m’est apparu clairement ultra-libéral et non pas gaulliste.
 
Bien sûr que je ne me permettrais pas de traiter de menteurs les adhérents de l’UMP se disant gaullistes. Je suis persuadé qu’ils le sont, mais ils cherchent le moins au lieu de chercher le meilleur.
 
Pourquoi avez-vous choisi Debout la République ?
 
Parce que je pense que Debout La République est le parti politique qui incarne le mieux les valeurs du gaullisme. Et que Nicolas Dupont-Aignan est sans aucun doute un gaulliste convaincu qui a le courage de ses idées et ses valeurs. Il s’est engagé, en 1992, contre Maastricht et, en 2005, contre la Constitution européenne. Il a essayé de se présenter en 2007 aux présidentielles. Et c’est en 2009, quand Debout La République s’engage dans les élections européennes, que je décide de quitter l’UMP pour rejoindre DLR, de quitter le gaullisme de façade pour rejoindre un gaullisme d’action.
 
Et vos proches, que pensent-ils du gaullisme ? Comment vivent-ils votre engagement ?
 
Très bien, sur ce point je n’ai aucun souci…
 
Propos recueillis par Richard Patrosso
 
*À 18 ans, Nicolas Chevalier-Roch est le plus jeune candidat de France aux élections cantonales de 2011.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • glopy1 23 novembre 2010 16:34

    ouf, plus qu’un normalement !


    • chris68200 23 novembre 2010 20:08

      bravo, un jeune qui a un vrai discours et qui nous réconcilie avec la politique, je le soutien.
      encore bravo.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès