Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Stanislas Korst (3/8)

Être Jeune et Gaulliste en 2010 : Stanislas Korst (3/8)

Entretien avec Stanislas Korst, délégué Jeune Ille-et-Vilaine de Debout la République. Il revient sur son engagement politique et sa conception du gaullisme.

Vous êtes jeune et né après la mort du Général de Gaulle. Et pourtant, vous vous revendiquez du gaullisme. Comment donc êtes-vous devenu gaulliste ?

Il y a bien des Jeunes socialistes, non ? Idéologie bien plus ancienne que le gaullisme... Par conséquent, on peut se réclamer de l’action d’un homme, qui date de seulement soixante ans. 
Le gaullisme m’a touché en ce qu’il présente déjà un programme politique social pour la France. La lecture des Tomes d’Alain Peyrefitte C’était de Gaulle ont été une révélation pour moi, tant on se rend compte que le général était lucide et clairvoyant. Bien sûr, il y a les faits qui démontrent constamment la lucidité des idées gaullistes d’aujourd’hui : crise de l’euro, problème des frontières avec l’affaire des Roms, le partage des profits de plus en plus en faveur du capital qui est totalement contraire à notre idéal de partage capital/travail (...). Dit autrement, tous ces faits ne peuvent que conforter dans cette certaine idée de la France...

Ce n’est pas une attaque de ma part, mais certains l’affirment. Par méchanceté ou après réflexion, je ne sais pas. Tout dépend de la personne qui le dit, peut-être. En tout cas, il y a de fortes chances pour que les lecteurs d’AgoraVox aient entendu ce genre de propos, je vous pose donc la question : le gaullisme n’appartient-il pas à l’Histoire, au passé ? Le gaullisme n’est-il pas mort avec le Général de Gaulle ?

Le libéralisme n’est pas mort avec Voltaire ni avec Turgot. Le socialisme n’est pas mort avec Marx ni Jaurès. De fait, il n y a aucune raison de mettre aux oubliettes la politique gaulliste qui alliait indépendance nationale et prospérité. C’est là un point central : nous n’entendons pas réinstaurer un gaullisme pur et dur en France. Ce qu’il faut bien avoir à l’esprit, c’est que les grands hommes de l’Histoire laissent systématiquement un héritage. Le bonapartisme n’est pas mort puisque le Code civil, les départements (...) sont un héritage laissé par Napoléon. Le gaullisme, lui, nous a ouvert la voie d’une France libre, indépendante, prospère.

Qu’est-ce qu’être gaulliste aujourd’hui ?

J’ai pour coutume de dire que la politique du Général doit servir de boussole. Autrement dit, le gaullisme doit guider la France. Nous devons nous inspirer -j’insiste sur ce terme par opposition au terme reproduire- de la politique du Général axée sur un État interventionniste, qui reprend ses droits régaliens, notamment la création monétaire, qui lui a été volé par les banquiers privés. Ces deux points fondamentaux doivent nous amener à remettre en question l’Union européenne d’aujourd’hui. Car l’Europe à 27 est un bourbier dans lequel la France s’enfonce lentement mais sûrement. La BCE, qui mène une politique purement au profit des rentiers, est totalement à l’opposée des besoins de la France. La manifestation la plus cruelle de cette politique est le chômage de masse qui mine actuellement notre pays. Au vu de son dynamisme démographique, il est nécessaire et urgent que notre Banque centrale nationale - débarrassée des dogmes ultra-libéraux - puisse créer la monnaie elle-même, impliquant par là-même un retour à un franc dévalué qui conduira à une relance de nos exportations, à une hausse des profits et donc, in fine, de l’emploi. De même, la France doit retrouver la maitrise de ses frontières sur le plan commercial d’une part, sur le plan de l’immigration de l’autre. Car on ne peut pas laisser le libre échangisme total appauvrir à ce point notre nation. Emmanuel Todd et même Maurice Allais l’ont démontré. Sur le plan de l’immigration, la France doit retrouver une politique plus rigoureuse, ce qui implique notamment une remise en cause du droit du sol et un durcissement d’accès à la nationalité française.

Il y a des gaullistes dits de Gauche. J’en conclus qu’il y en a de Droite, bien que le gaullisme se soit toujours voulu social. Et vous ? Nicolas Dupont-Aignan a déclaré reconnaître venir de la Droite. Et vous ?

Il ne faut pas se fier aux clivages Gauche/Droite. En effet, le gaullisme, c’est avant tout l’intérêt supérieur de la Nation au delà des intérêts de classe. Nous sommes favorables à la Vème République. Avec une Europe qui prend toutes les décisions et qui prime sur les Parlements nationaux, nous avons besoin de conserver un exécutif fort. De fait, à quoi bon redonner du pouvoir à un Parlement qui n’est plus qu’une chambre de retranscription de directives venues de Bruxelles ?

Le Général de Gaulle a été considéré comme le sauveur de la France parce qu’il a permis de vaincre l’Occupant, ce nazi qui gazait des gens dans des camps. Aujourd’hui, les camps ont disparu, mais des gens sont expulsés dans des pays qu’ils avaient quittés pour échapper à la mort. La France, patrie des Droits de l’Homme qui, dans ses lois, par deux fois (1981 et 2007), a aboli la peine de mort, est un État qui renvoie des gens se faire tuer. Est-ce un échec dans la victoire sur le III° Reich ? Le rôle d’un gaulliste aujourd’hui n’est-il pas de rappeler que ce n’est pas parce que le nazi est allé très loin dans la barbarie que toute politique peut être menée tant qu’elle n’égale pas le degré d’horreur et d’injustice de ce dernier ?

Cette comparaison est fallacieuse. La France qui expulse les Roms n’est nullement nazie ou hitlérienne. Rocard lui-même disait "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde". L’Angleterre, qui a la maîtrise de ses frontières, renvoie aux frontières les étrangers non-désirés. La France se voit ainsi contrainte d’accueillir les immigrés que les Anglais refusent. La "jungle" de Calais, c’est ça : des gens qui souhaitent passer la frontière anglaise ! On ne peut pas continuellement peupler la France d’étrangers. Certains quartiers à Paris sont déjà totalement étrangers : Gare de l’Est, la Chapelle, Barbès (...) et certaines belles âmes nous expliquent que la diversité est nécessairement bonne. Mais non, car dès lors que ces populations sont plus nombreuses que les autochtones, ce sont leurs coutumes qui priment : nourriture halal, femmes voilées, prières dans les rues. La France est un pays ouvert, qui, à mon sens, doit accueillir des Arabes, des Noirs, des Jaunes. Cependant, on ne peut pas faire venir des populations étrangères sans leur donner un boulot, sinon la France devient un bouc-émissaire parfait. De fait, les jeunes algériens qui vivent en France la haïssent, d’une part parce qu’il y a toujours le problème de la colonisation et d’autre part parce que celle-ci n’a plus rien à leur offrir.
La politique du Général de Gaulle était claire : strict contrôle de l’immigration. Or, fut-il pour autant un dictateur Nazi ? Je ne le crois pas. Celui-ci disait à Peyrefitte :" Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront 20 puis 40 ?".

Je ne peux pas ne pas vous parler de Mai 68. Quelles revendications de ce mouvement-là reprenez-vous à votre compte ?

Franchement ? Aucune.

Vous vous réclamez du Général de Gaulle. Un homme qui a dû fuir son pays pour échapper à une condamnation à mort avant d’échapper à un attentat lorsqu’il était le chef de l’État. Faire de la politique, c’est dangereux. Vous y pensez souvent ? Vous avez eu le malheur de le vérifier par vous-même ?

L’attentat du Petit Clamart est un accident comme tant d’autres dans l’histoire de la politique mondiale. On sait bien que certains présidents sont la cible de certains extrémistes. On a tué Kennedy, on a failli tuer Reagan, on a tenté de tuer Chirac également. Bref, la politique est, me semble t-il, un métier dangereux. Pour autant, mon engagement ne m’a jamais porté préjudice jusqu’alors.

Vous êtes un militant de Debout la République et non de l’UMP. Ce dernier parti n’a rien de gaulliste ? Vraiment ? Quand ses adhérents se réclament du Général de Gaulle, ce sont des menteurs ? Quelle est votre différence avec l’UMP ?

L’UMP a cette contradiction fondamentale : elle se réclame du gaullisme tout en trahissant constamment ses mythes fondateurs. Ainsi, je vais donner un exemple récent. On entendait François Fillon expliquer doctement que les détracteurs de l’euro s’étaient trompés sur toute la ligne et que l’euro restait solide (...). Bref, un discours d’européiste convaincu. Or, de qui se réclame François Fillon ? De de Gaulle. Qui était son mentor ? Philippe Séguin, un des plus fervents opposants à Maastricht et à la monnaie unique. On se rappelle tous d’ailleurs de ce discours historique de 1992. Nicolas Sarkozy, lui, voue un culte aux États-Unis et ne s’en est jamais caché. Par exemple, il nous a réintégré dans le commandement intégré de l’OTAN.

Pourquoi avez-vous choisi Debout la République ?

C’est un parti libre, indépendant et, à mon sens, le plus à même de représenter les souverainistes. On parle beaucoup du FN en tant que parti d’opposition. Or, le FN joue un rôle nauséabond dans la démocratie dans la mesure où il incarne le vote de la colère et des "anti-tout". À DLR, nous avons une réelle réflexion sur l’Europe, l’éducation, la nation, la sécurité. Autrement dit, nous avons un réel projet de société à présenter au Peuple français. DLR présente ainsi un programme comprenant 101 propositions. Ce faisant, et de manière plus globale, nous proposons aux Français de reprendre le pouvoir qu’ils ont perdu de manière patente en 2005 lorsque Nicolas Sarkozy a fait passer le Traité de Lisbonne au Parlement malgré le NON qui l’emportait alors à 55%.

Et vos proches, que pensent-ils du gaullisme ? Comment vivent-ils votre engagement ?

La plupart tiennent le raisonnement décrit dans la deuxième question : le gaullisme est mort avec de Gaulle, ou alors le gaullisme, c’est fini. Au premier abord, les réactions sont globalement peu élogieuses. Toutefois, au fil de certaines discussions, on arrive à faire comprendre que le gaullisme d’aujourd’hui n’est ni rétrograde, ni passéiste, mais qu’il est, au contraire, porteur de progrès social et économique pour la France.

Propos recueillis par Richard Patrosso
 
Le blog de Stanislas Korst

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • glopy1 18 novembre 2010 14:24

    même réponse qu’hier, être jeune et gauliste est antinomique


    • non666 non666 18 novembre 2010 19:39

      Il va y avoir 8 opus de cette pub pour DLR et NDA ?

      8 fois a repeter la meme chaose que le gaullisme c’est DLR et que c’est une construction « speciale » ?

      Le Gaullisme C’est le nationalisme , un point c’est tout.
      Un nationalisme qui reussit, qui n’est pas comparable a la caricature qu’en fait l’Ennemi marxiste, mais un nationalisme quand meme.
      Je rappelle que le nationalisme rançais est fils de la Révolution, rien que ça....

      Alors les pom pom girls de DLR , avez vous reussit a faire effacer de la french american foundation la participation de votre chéri ?
      Ils ne lachent rien , hein quand il tiennent un serviteur ?


      • Tythan 18 novembre 2010 19:49

        « Le patriotisme, c’est l’amour de son pays, le nationalisme c’est la haine des autres » Charles de Gaulle (repris de Rostand).

        Le gaullisme n’est pas le nationalisme, il faut vraiment être un ignare pour écrire cela.

        Arrête de nous ressortir à tout bout de champ ta calomnie qui ne sert à rien si ce n’est à te ridiculiser et lâche nous la grappe, ça nous fera du bien (et ça nous économisera du temps, que tu ferais mieux d’utiliser à te cultiver et à mieux te renseigner).


      • djanel Le viking- djanel Le viking- 18 novembre 2010 21:12

        Notre Titan national est un petit riquiqui de penseur.


        Quelle différence y aurait-il entre le patriotisme et le nationalisme ?

        Les patriotes ne sont-ils pas nationalistes ? Vous ne pouvez pas répondre par la négative.

        La nuance qu’aurait faite de Gaulle dans cette déclaration que vous nous rappelez en la sortant de son contexte n’a servi probablement qu’à séparer le Gaullisme du pétainisme ou similaire, ce pétainisme ne s’est-il appuyé sur le nationalisme pour exclure de la nation tous ceux qui ne se soumettaient pas à son ordre.

        De Gaulle n’a-t-il pas été déchu de sa nationalité et condamné à mort par Pétain au nom de la France et pourtant les deux se réclamaient appartenir à la même nation.

        Chercher donc l’erreur mon cher petit Titan et vous comprendrez la nuance que fait de Gaulle en qualifiant son nationalisme de patriotisme.

        Vous avez raison, nous ne parleront en effet pour vous plaire que de patriotisme et sachez que les deux mots sont synonymes et chaque fois que vous viendrez nous reprocher notre nationalisme nous vous parlerons de patriotisme.

        Pour finir. Comme la France est une nation notre identité ne peut être forcément que nationale.

        Titan t’es un esquimau toi ? Retourne donc sur ta banquise.


      • Tythan 19 novembre 2010 15:13

        Et c’est parti pour un petit tour d’insultes. Tu voudrais montrer à la terre entière que tu as tort que tu ne t’y serais pas pris autrement.

        Les patriotes ne sont pas forcément (et heureusement) des nationalistes.

        J’ai du mal à comprendre pourquoi tu parles de Pétain, qui visiblement est une référence pour toi. Permets-moi de te la laissez.

        Tu sombres dans le ridicule, j’en suis désolé pour toi. Reprends-toi bon sang !


      • djanel Le viking- djanel Le viking- 19 novembre 2010 17:16

        Je serais curieux de savoir où je ai insulté ? 

        Vous êtes à court d’argument.

        Vous en êtes arrivé à dire la plus grosse des bêtises que le patriotisme ne serait pas un nationaliste. Ils défendent quoi les patriotes ?

        J’aimerais entendre votre réponse et tant pis pour vous si je m’en marre d’avance, tellement je peux anticiper votre réponse.

        Vous seriez capable de dire du haut de votre suffisance que le patriotisme serait de défendre les intérêts américains qui sont nos protecteurs. Sans eux la France aurait disparue....

        Dupont-Aignan n’est-il pas un yuong leader ?


      • glopy1 19 novembre 2010 14:16

        quand je vois dupont feignant, je vois un mec qui écoute jean ferrat et alain barrière... qui pense aux rolling stones quand on lui pense de hard rock, et que quand on aime le hard rock on est sataniste.

        Il rigole au sketches de fernand reynaud, et regrette roger lanzac et a piste au étoile.. c’est ça être jeune et gauliste


        • Papybom Papybom 21 novembre 2010 10:36

          Bonjour la direction d’Agoravox.

          Ce n’est plus possible que les commentaires des auteurs soient en rose. Cette couleur doit faire fuir certains membres du site. J’explique  :

          Monsieur Dupont-Aignan ne veut pas répondre, pour ne pas être en Rose.

          Monsieur Richard Patrosso , (pourtant il est journaliste…) ne répond jamais pour ne pas apparaître en Rose.

          C’est donc le tâcheron Tythan qui doit assumer l’après vente en restant en gris. Pour ce modeste colleur d’affiches, cela doit être frustrant.

          Lui qui n’a pas les mêmes responsabilités que Christian. (Mandataire départemental de Ségolène ROYAL au sein de la fédération socialiste des Pyrénées Atlantiques. Membre fondateur de Désirs d’avenir 64 depuis avril 2006.) Lui, pourtant veut être en Rose, comme sa vie avec Mme Royal

          Abreuver les lecteurs des odes au mouvement de Debout la République, c’est bien. Alors que cela soit sur un fond bleu de l’espoir…

          Même Mme Lepage refuse de répondre depuis cette couleur.

          Peut- on imaginer Mme Boutin en rose ? Même pas en Rosière.

          Les lecteurs pourront se repaitre sans vergogne, des truculents commentaires de ces auteurs timides.

          Je vais déposer cet appel sur les articles des brimés par le Rose.

          Respectueusement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès