Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Europe Ecologie ne sera pas l’histoire d’un soir

Europe Ecologie ne sera pas l’histoire d’un soir

Pourquoi il va falloir compter, désormais, avec Europe Ecologie... Après plusieurs mois de baisse consécutive, les intentions de vote pour Europe Ecologie remontent dans plusieurs sondages. Dans un contexte où la compétition entre UMP et PS a monopolisé l’attention, cette dynamique pourrait confirmer la crédibilité des écologistes et permettre une victoire historique de la gauche.

Qu’ils soient crédités de 11, 15 ou 18% des intentions de vote, l’intéressant est de constater que les bons scores présumés des écolos ne se font pas - plus - au détriment des socialistes, le PS étant en voie de talonner l’UMP.
Cela signifie qu’Europe Ecologie (EE) est en mesure de réunir des suffrages que le PS n’est pas en mesure de capter. Comme si, pour nombre d’électeurs, voter EE permettait de ne pas voter UMP sans aller jusqu’à voter PS et/ou faisait figure de vote "utile" : par exemple pour se prémunir d’une hégémonie des socialistes peu susceptible de signifier une quelconque transformation significative des politiques publiques.

Est-ce à dire que les écologistes sont au "centre" du clivage droite-gauche, à l’instar des ambitions du Modem ? Europe Ecologie est tous cas au centre de sa remise en question. Et c’est pour l’heure une chance historique pour la gauche, la promesse d’une claque monumentale pour la droite sarkozyste (dont l’électorat paraît complètement démobilisé) et l’annonce de majorités régionales sensiblement plus vertes voire... majoritairement écologistes ! A condition, bien sûr, que les socialistes, qui s’y connaissent en sabotage de leurs propres ambitions, jouent le jeu...

Car si l’immodestie ou le retour du triomphalisme leur serait des plus préjudiciables, il y a de vraies raisons pour que ces élections régionales voient l’influence des écologistes se concrétiser, que le succès des européennes ne soit pas le résultat d’un "coup" ou du hasard mais la traduction politique d’une volonté d’alternative devenue massive et durable dans l’opinion.

Ainsi, il est d’autant plus vraisemblable qu’EE est d’autant moins une histoire d’un soir que...

- les eurodéputés EE agissent, cela se sait, et ils sont les seuls pour qui cela se sache (de quel député européen avez-vous entendu parler ces derniers mois, exceptée Rachida Tati (!), sinon Dany, Eva, José, Sandrine Bellier, Michelle Rivasi, Karima Delli...) ;

les militants EE n’ont pas cessé d’occuper le terrain : dès l’automne, lors de la mobilisation pour Copenhague ;

- ont-ils ensuite baissé dans les sondages ? certes : du fait probablement d’avoir été associés à la déception qui a suivi le sommet pour le climat, sommet dont ils ont contribué à dramatiser les enjeux (même s’ils n’ont pas manqué d’en dénoncer l’échec probable) ;

- sauf que les écologistes sont entrés en campagne : et d’expliquer que leur projet d’éco-région était une manière de relocaliser Copenhague, de faire localement ce que les grands chefs du monde s’étaient rendus incapables de faire au niveau planétaire...

Leur prochaine étape, et leur prochain défi : montrer en quoi la réponse "écologiste" aux crises contemporaines est d’abord une réponse aux préoccupations économiques et sociales des Français, tant en terme d’emploi, de justice que de perspectives pour l’avenir.
 
Métiers de l’économie verte (dans le bâtiment, les transports, l’énergie), aides publiques réservées aux entreprises et secteurs économiques respectant des critères sociaux et environnementaux ambitieux, créations de "premières vice-présidence" dédiée à l’écologie et au développement durable (sur le modèle de ce Nicolas Hulot préconisait dans son pacte écologique de 2007), réorientation des fonds réservés à l’extension du réseau routier (et auto-routier) et aux subventions du transport aérien vers le soutien aux circuits courts... Ce projet saura-t-il être entendu des électeurs comme lors des européennes de juin dernier ?
 
L’enjeu, pour le rassemblement des écologistes : ne plus être seulement crédibles comme lanceurs d’alertes mais également comme porteurs de solutions et d’un projet alternatif. Verdict le 14 mars à 2010.
 
 
7 mars 2010
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • BisonHeureux BisonHeureux 9 mars 2010 11:50

    Il y avait hier soir plus de 900 personnes au meeting d’EuropeEcologieAlsace à Strasbourg dans une ambiance du tonnerre !
    De nombreuses interventions remarquables !(notamment Pierre Larrutourou(analyse macroéconomique pertinente sur les conséquences du libéralisme financier,Eva Joly sur les injustices et la tentative de Sarko de s’attaquer à l’indépendance de la justice et l’assouplissement des poursuites possibles contre les délits financiers......) !
    La relocalisation de l’économie d’une manière sociale et solidaire est la seule solution !


    • Ropi 9 mars 2010 11:56

      Moi qui suit pourtant « légèrement » écolo smiley, j’attendrai, pour voter pour europe écologie, que ce parti soit en phase avec ses déclarations.

      Se dire « pour la sortie du nucléaire », et ensuite faire ça une fois élu !
      C’est quand même gonflé...
      Même Bové n’a pas voté contre, mais s’est simplement abstenu !!!
      Hallucinant !
      Quand quittera t-il donc cette galère ?

      Bref, encore une arnaque électorale de plus ; mais fallait s’y attendre avec DCB...


      • jcb21dij jcb21dij 10 mars 2010 12:17

        LES 14 & 21 MARS 2010... VOTEZ MASSIVEMENT
        CONTRE LES ESCROCS EN COL BLANC !

        Après les scandales successifs et répétitifs récents...

        LE SENAT et ses superprivilégiés
        « LE SENAT... Enquête sur les superprivilégiés de la République »

        de Robert Colonna d’Istria & Yvan Stefanovitch
        Editions du Rocher (11 Sept. 2008)

        Retraite d’un sénateur : plus de 4 000 euros nets mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation)...
        Rémunérations royales : 11 540 euros nets par mois
        + 1.000 euros/mois de « prime informatique »...
        des derniers princes de la République, nos 343 sénateurs.
        De plus...
        Le Sénat emploie 1260 fonctionnaires. La fourchette des salaires va de 2400 à 20000 euros/mois. Tous, même les jardiniers , bénéficient de la prime de nuit, de 4 mois de congés payés, et font la semaine de 32 heures.

        LA REFORME DES RETRAITES

        Main basse sur nos retraites Agirc/Arco

        http://www.sauvegarde-retraites.org/dossier-retraite-du-mois.php

        IL FAUT ALLER VOTER MASSIVEMENT LES 14 et 21 Mars
        2010 « CONTRE CES NULS » AVEC « VOTRE » BULLETIN DE VOTE PERSONNEL
         !

        Voici, LE bulletin de vote (A4 format officiel), pour exprimer
        notre RAS-LE-BOL... aux Régionales 2010
        (bulletin de vote ci-dessous à imprimer chez soi)

        http://img229.imageshack.us/img229/8007/bulletindevoteregionale.jpg

        ... ET A DIFFUSER MASSIVEMENT !


      • Betov 9 mars 2010 11:59

        Ou peut-être que les gens ne sont pas totalement idiots, et qu’ils réaliseront que l’écologie et le capitalisme sont incompatibles, et que les éco-tartuffes sont des criminels contre l’écologie réelle. Le système de propagande ne pourra pas fausser les élections avec un film de YAB ou d’un autre répugnant schizoïde, à chaque fois : ça finirait par se voir. :->


        • viva 9 mars 2010 12:07

          Qu’ils restent ou ils sont ceux là, Il profite de la conjoncture comme cela c’est déjà produit dans leur histoire, ils vont monter et retomber aussi rapidement.

          Ce sont des dogmatiques, rien de plus dangereux pour une société


          • Gabriel Gabriel 9 mars 2010 13:32

            Ils y a ceux qui gouvernent depuis des décennies (UMP & PS) nous en voyons les résultats. Alors pourquoi ne pas essayer autre chose, par exemple Europe Ecologie. Ne pas juger trop sévèrement ceux qui proposent de nouvelles choses et qui ne n’ont pas encore usé et abusé du pouvoir.


            • Ropi 9 mars 2010 15:13

              Justement ! Quand on essaye, et qu’on voit le résultat de ce que je décris plus haut, ben ça y est, on a essayé ! Et on a vu !
              ça suffit les essais avec toujours les même... qui se foutent de la gueule de toujours les mêmes (nous).


            • llecuyer llecuyer 10 mars 2010 22:12

              A propos de l’action des députés Europe Ecologie au Parlement européen : il y a aussi Pascal Canfin : journaliste à Alternatives Economiques, Pascal Canfin a été élu député européen (élu de Paris EE) en 2009. J’ai eu l’occasion de l’entendre lors d’un débat organisé autour de l’agriculture : il est jeune, passionné, il parle clairement et de ce qu’il connait...Aujourd’hui, il se bat pour ses convictions et pas pour le pouvoir en soi. Il se bat par exemple contre les paradis fiscaux, sans relache (alors que le sujet, abordé par Sarkozy qui avait retourné sa veste avant de passer à autre chose, reste d’actualité malgré le silence radio des médias).

              Plus largement, je suis frappé par l’enthousiasme, l’espérance et l’ouverture d’esprit des militants europe écologie que j’ai pu rencontrer. S’il y a une graine de rassemblement et d’espoir en politique aujourd’hui, c’est clairement à Europe ecologie ! Ailleurs, on votera pour défendre son camp (pré carre ?) ou pour filer une claque à Sarko. Vous conviendrez que ce n’est pas du même niveau.

              Reste l’inconnue de ce scrutin : l’absention. Le découragement et la fatigue sont tellement énorme sque bcp risquent de rester chez eux...ce serait dommage ! Les régions ont un pouvoir réel sur le quotidien des gens.

              bonne journée


            • Nometon Nometon 9 mars 2010 14:08

              « Est-ce à dire que les écologistes sont au »centre« du clivage droite-gauche, à l’instar des ambitions du Modem ? »

              Autre façon de dire qu’Europe Ecologie tend, sans en avoir l’air, vers la droite.
              Quand le gouvernement Sarkozy a lancé le projet de « taxe carbone », les leaders d’Europe Ecologie ont très peu critiqué, certains ont même annoncé que ce projet allait dans le bon sens.
              Il a fallu que ce soit le Conseil constitutionnel, saisi par le groupe parlementaire socialiste, qui retoque ce texte, au motif qu’il est profondément inéquitable et remet en cause le principe d’égalité devant l’impôt. On aurait aimé que sur ce sujet, Europe Ecologie fasse preuve de cet esprit de « renouveau » qu’il prétend incarner. Ce ne fut pas le cas. L’organisation a réagi comme un parti (se gardant toutefois de d’être, marketing politique oblige !), préférant l’hypocrisie et le manque de courage pour ne pas écorner l’un de ses chevaux de bataille : la taxe (soit-disant) écolo.

              Depuis les européennes, Europe Ecologie a fait montre d’énormément d’arrogance à l’égard de ses alliés naturels, PS et PC. Et je ne parle pas de son défaut flagrant de loyauté ! Car si cette étiquette politique est neuve, les élus qui la composent sont très souvent de vieux briscards, pour la plupart issus des Verts. Et tout ce monde a travaillé aux côté des socialistes et des communistes dans l’immense majorité des régions. Mais quand a sonné le chant des sirènes et de la conquête du pouvoir, porté par une vague médiatique (merci l’Elysée...), ces longues relations ont été vite oubliées. La loyauté est une valeur en politique, une valeur essentielle... que manifestement nous ne partageons pas.


              • Voltaire Voltaire 9 mars 2010 14:37

                Je ne pense pas qu’Europe Ecologie ait un avenir. Le poids des Verts en son sein est trop important, et constitue une contradiction fondamentale entre une grande partie de son électorat et sa direction. Dès que DCB sera éloigné, la mainmise des Verts sur ce rassemblement, comme on a commencé à le voir lors de ces élections régionales, sonnera le glas de ce rassemblement trop dissemblable. 


                • Yves Loiseau Yves Loiseau 11 mars 2010 19:39

                  Je suis malheureusement d’accord avec ce constat !!!! Militant actif d’Europe Ecologie pendant la campagne des européennes, je suis aujourd’hui dans l’expectative ! Les verts -organisés en tant que tels- sont vraiment un poids pour Europe Ecologie !

                  Pour ce qui me concerne, mon malaise va jusqu’à m’interroger sur mon vote de Dimanche ! En parlant du programme de la région dans laquelle je vote, Les Verts ne sont crédibles que sur les dossiers qu’ils connaissent... et encore ! Je n’ai trouve aucune proposition nouvelle qui serait vraiement en rapport avec la crise -la mega crise- que l’on connait... et surtout quelle pauvreté par rapport au lien Région/Europe

                  Par ailleurs j’ai retrouvé la des professionels de la politique dont le seul programme était d’obtenir la reconduction de leurs mandats précédents !

                  J’atttends les propositions de refondation de DCB pour le 22 mars avec une grande espérance parce que j’ai trop peut que la seule véritable intention des Verts soit de présenter un -ou une- candidat-e- aux élections de 2012 si c’est le cas ce sera définitivement sans moi... l’hexagone n’est pas un espace pour le 21° siécle. La Region et l’Europe : si !


                • BABAYAYA BABAYAYA 9 mars 2010 14:47

                  En tout cas z’avez l’air sur de vous........
                  je ne dis pas que vous ayiez tort, mais j’émet de gros doute sur la pérénité de ce parti dont les dissenssions internes sont par trop flagrante encore pour un semblant d’unité...


                  • Elisa 9 mars 2010 16:16

                    Quelques raisons pour lesquelles je ne voterai pas pour EE.

                    -Les porte-paroles de ce mouvement sont trop hétéroclites pour constituer une dynamique politique claire. Que l’altermondialiste José Bové, opposé au TCE, soit à côté d’Eva Joly, magistrate intègre en lutte contre le corruption financière et la fraude fiscale, les deux sous la bannière d’un soixante-huitard repenti et converti au libre marché ripoliné en vert me laisse tout-à-fait perplexe.

                    - La stratégie de Cohn-Bendit pour les présidentielles relève d’un marchandage digne des radicaux socialistes des 3° et 4° Républiques. Monnayer des sièges de députés contre l’abandon d’un candidat à la présidentielle rend la perspective de ce mouvement encore moins lisible.

                    - La préoccupation écologique ne garantit pas l’engagement social et politique : elle est soluble dans toutes les sensibilités de la droite à la gauche. Or, Europe Ecologie oscille constamment entre l’affichage d’un positionnement à gauche et une volonté d’être une alternative centriste au PS et à l’UMP (cf les dernières déclarations de Cohn-Bendit le 9 mars au matin sur France-Inter.

                    - Enfin, être de gauche c’est pour moi être du côté de ceux qui sont exploités, qui souffrent d’un système qui accapare les richesses au nom du libre marché. Jamais le principal porte-parole d’EE ne pose la question de la répartition des richesses, du pillage des ressources de nombreux pays par les puissances financières. Comme si pour EE le problème principal est de convertir aux bienfaits de l’Ecologie triomphante, grâce à des taxes diverses, non pas ceux qui sont responsables de la situation critique actuelle, mais ceux qui en sont le plus victimes.
                    L’écologie devient alors une sorte de vulgate politiquement correcte pour persuader que tout le monde est responsable de la dégradation environnementale et plus encore ceux qui n’ont pas les moyens de se passer de voiture pour aller travailler ou d’électricité pour se chauffer.

                    On voit bien dans cette perspective combien le film Home d’Artus Bertrand et la prochaine émission de Nicolas Hulot, juste avant les Régionales, favorisent EE et ne dérangent pas la droite, bien au contraire !


                    • Laury 9 mars 2010 16:32

                      Bonjour Ropi vous avez entièrement raison Europe écologie n’est ni plus ni moins une antenne
                      Sioniste en Europe ,avons nous vraiment besoin d’un « Parti » pour être écologiste il me semble
                      que le bon sens de tous devrait suffire encore une énorme fumisterie !!!!!


                      • Croa Croa 9 mars 2010 21:50

                        Merci David pour cet appel aux « rassemblement des écologistes » en fin de message ! Une illusion cependant pour le 14... comme celles qui transparaissent sur tout le texte, hélas !

                        Les écologistes indépendants ont fait cette offre à EE d’un rassemblement où ils (EE) auraient été leaders ! Cette offre a été rejetée avec mépris, par certains Verts surtout, préférant l’ombre des vieilles « élites » PS à l’ambition citoyenne. Élus, ces Verts seront se contenteront des hochets environnementaux qui leurs seront accordés mais "pas touche" aux choses sérieuses ! Par exemples aux investissements à long terme sur fond de croissance auxquels la gauche réformiste, tout comme la droite, tient énormément !

                        En conséquence de quoi les écologistes indépendants ont dû partir seuls en campagne !

                        Pour ma part, je voterais donc pour les candidats de l’écologie indépendante, les seuls qui ne renieront pas leurs convictions une fois élus !

                        Il y aura cependant d’autres élections et l’espoir demeure...

                        Autre point,

                        Cette idée d’une écologie « au « centre » » du clivage droite-gauche est erronée. La situation est si grave qu’il conviendrait de s’extraire de cette division artificielle ! Notre démocratie est ainsi bien malade et ces divisions ne servent qu’une oligarchie extrêmement restreinte dont nos élus sont les marionettes. Mêmes les entreprises sont assujetties, par l’endettement et les mises en concurrence, à un système totalitaire duquel il est urgent de sortir. C’est le sens d’un appel rassembleur, donc en dehors du clivage droite gauche qu’essaye de lancer l’Alliance écologiste indépendante.


                        • sdzdz 10 mars 2010 08:29

                          Pose-vous la question de savoir pourquoi aucun écologiste n’a mentionné les bassins versants liés aux réseaux hydrographiques créés en 1964 ? En fusionnant nord et nord-est, ça ferait 5 grandes régions métropolitaines pour aborder les questions environnementales... certes avec moins de postes à se répartir !

                          cf blog sur la réforme territoriale, une fiscalité globale sur le secteur de l’énergie, sur la résorption de la dette publique dans le cadre francophone...
                          http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com/

                          De plus on trouve à EE nombre d’anti-républicains qui ne veulent même plus respecter l’indivisibilité du territoire français, pour bâtir des eurorégions... Au final le camp d’en face est surarmé, tandis qu’eux jouent volontiers le rôle d’idiots utiles sectaires.

                          En fait, il faudrait un recours systématique à la voie référendaire sur chaque sujet pour débloquer la situation, ou une formation politique suffisamment ouverte et forte pour faire évoluer les choses...


                          • joelim joelim 10 mars 2010 12:01

                            Les écolos ne sont pas parfaits mais eux n’ont pas le passif qu’ont la droite et la gauche. Si on ne sanctionne pas ceux qui ont déconné la démocratie est mal barrée. EE a Joly et Larrouturou, j’aime bien aussi la jeune Duflot qui est une vraie humaine (elle prend le RER et pas le taxi ou la voiture de fonction).

                            Certes les verts ne sont pas fiables, notamment de vouloir fermer les centrales nucléaires sans qu’il y ait d’alternative viable (les groupes électrogènes diesel ?? smiley ), mais voter EE c’est mieux que ne rien voter du tout, car ne rien voter du tout c’est voter pour le PS ou l’UMP.


                            • Nometon Nometon 10 mars 2010 12:23

                              @ Joelim
                              La grande majorité des élus d’Europe Ecologie travaillent depuis 10 à 15 ans avec des socialistes et des communistes dans les villes, les départements et les régions. Dire qu’ils n’ont pas de « passif » est un habillage marketing et c’est justement cet habillage que représente Europe Ecologie. C’est un masque (un faux-nez) du parti des Verts qui en constituent le gros des troupes.

                              Dommage de céder ainsi à la communication politique, au détriment des bilans d’action et des propositions d’avenir. Le seul objectif d’Europe Ecologie est de « se compter » et de peser dans ses négociations avec le PS et le PC entre deux tours. Certaines élections sont propices à ce choix. Mais il y a deux types d’élection où faire liste à part est inopportun et dangereux : les municipales et les régionales. Dans les deux cas, il s’agit de scrutin de listes qui permettent au contraire les rassemblements de plusieurs partis autour d’un projet dès le premier tour. Dans les deux cas, faire liste à part crée un risque important d’offrir une collectivité sur un plateau à la droite. Ce risque, Europe Ecologie le fait prendre à toute la gauche avec une désinvolture qui me désespère.

                              Ce calcul politicien d’Europe Ecologie est très contestable. Ainsi que sa dérive vers le centre et la droite, ses discours culpabilisants et intrusifs dans la vie intime de tout un chacun et cette fausse façade de « (re)nouveau », pour des gens qui participent à la vie publique de nos collectivités depuis les années 1990, grâce en particulier aux alliances avec les socialistes et les communistes. Une déloyauté manifeste que je dénonce. Joelim, croyez aux images et à l’habileté marketing si cela vous chante. Mais c’est faire la part belle à une énorme hypocrisie.


                            • Croa Croa 10 mars 2010 21:12

                              Il est effectivement possible de « ne rien voter du tout »...

                              On peu aussi voter pour l’Alliance écologiste indépendante. smiley


                            • Majipoor 10 mars 2010 14:06

                              Oui, l’écologie politique est désormais bien implantée en France, et il fallait s’y attendre. Elle s’implantera de la même façon dans toutes les démocraties, car les questions qu’elles posent sont planétaires, et chaque individu y est confronté où qu’il se trouve : dérèglement climatique, dégradation de l’environnement toujours subi par les moins favorisés, impact sur la santé des générations actuelles, et futures, du fait des mauvais choix économiques effectués. 

                              Le point fort de l’écologie politique, c’est de constater clairement que notre société a abandonné le but d’améliorer les conditions de vie de l’humanité, pour celui d’améliorer uniquement la richesse financière d’une minorité d’individus, et de poser la question de savoir comment redresser la barre. C’est une question politique dans le sens le plus profond du terme, et ça tranche furieusement avec les arguments des autres formations, qui, en com

                               


                              • Lopoit 10 mars 2010 15:54

                                L’indépendance d’Europe ecologie est necessaire a l’établissement de sa propre politique qui le distingue par une autre voie humaniste, de plus cette politique est devenue une nécessité probante afin de préserver la planéte.
                                 La gauche traditionnelle a trop laissé de coté le caractère fondemental de l’ecosystème dans sa politique humaniste. 
                                Europe écologie agit en outsider qui a besoin d’éprouver ses postulats, ce qui entraine forcement une certaine fragilitée, les contours d’alignement sont parfois floues, mais sa place est typiquement de gauche.
                                Europe écologie lors des européenes a démontré qu’il est parti prenant dans le paysage politique et son socle électoral est non seulement solide, mais surtout motivé, et Europe écologie incarne pour cela un renouveau dans la tendance des forces politiques de la république française.
                                Si le scrutin du 14 mars coïncide avec les intentions de votes exprimées par les sondages alors ces élections seront l’avenement d’une alternative nouvelle, et les triangulaires du second tour, un évenement politique notable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès