Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Européennes, le syndrome de Lisbonne

Européennes, le syndrome de Lisbonne

Quand on se flatte d’être démocrate et que, malgré le refus citoyen exprimé par référendum, les principaux partis du pays décident de passer outre en signant le traité de Lisbonne, ils ne devraient pas être surpris par l’abstention massive qui est annoncée lors des élections du 25 mai.

Il faut dire que l’Europe semble faire tout ce qu’il faut pour se faire détester : on n’arrive à ne plus savoir qui y a réellement le pouvoir…

Son fonctionnement basé sur les alliances permet de faire passer des initiatives les plus contestables, ou d’engager des sommes folles dans les plus idiots des projets.

Elle accumule les règlementations les plus loufoques, et ça pourrait être l’occasion de sourire, sauf que, comme disait Coluche, « ne rigolez pas, c’est avec notre pognon tout de même ».

Rappelons-nous que la dette publique des pays européens culmine à 11 000 milliards d’euros, que si le niveau de déficit public a légèrement reculé, la dette continue d’augmenter (lien) et que la corruption en Europe se monte à 120 milliards d’euros tous les ans. lien

En France, quelques jours avant l’élection, le ministre de l’économie s’est félicité d’avoir récupéré 10 milliards d’euro issu de la fraude fiscale, (lien) mais comme l’affirmait récemment Corinne Lepage, la fraude fiscale coute encore par an entre 60 et 80 milliards à l’état français. Lien

Passons…

Récemment une commission européenne a planché sur la quantité d’eau qu’il faut envoyer, d’un coup de doigt négligeant, pour éliminer nos excréments, et nos urines, dans les cuvettes habituellement utilisées à cet effet.

Après trois ans de recherches, elle a donc décidé, en publiant un rapport de 122 pages, qu’il faudrait limiter à 5 le nombre de litres relâchés pour nettoyer les cuvettes des WC, et à 1 litre celui destiné à nettoyer les cuvettes des urinoirs.

On découvre aussi dans ce rapport fleuve que les français sont les plus partageurs sur la question « utilisation des toilettes » avec un score de 0,65 WC par habitants, alors que les Allemands le sont moins avec 0,94 %, battu de justesse par les Espagnols, les moins partageurs en la matière avec 1,04 %. lien

Quand on songe que le salaire moyen d’un membre d’une commission du parlement européen est payé plus de 10 000 €, il y a de quoi se demander si nous avons fait le bon choix en nous décidant pour cette Europe là ?

Dans un autre rapport, une commission européenne mandatée par le Parlement pour réfléchir au projet Lyon-Turin a, après 3 ans de réflexion, et de multiples réunions, contesté lucidement la partie fret du projet, suggérant que la voie historique soit améliorée afin de justifier le tunnel actuel, déjà rénové pour y faire passer du fret, (lien) suivant ainsi les recommandations lucides du rapport Duron, (lien) celui de « mobilité 21 », (lien) et celui non négligeable de la Cour des comptes, (lien) qui a repris 2 ans après les arguments des opposants au projet, ce qui n’a pas ému le ministère du transport français qui vient de valider l’ouverture du chantier en Mauriennelien

Or les opposants mettant en avant ce rapport d’octobre 2013, viennent d’être douchés par une nouvelle déclaration de la commission européenne laquelle a réaffirmé son soutien au projet. lien

On tente de comprendre, car ce projet largement surestimé quand au flux des voyageurs, et sous estimé sur son cout, perd le peu d’intérêt qu’il lui restait, privé de son volet fret, se classant ainsi logiquement parmi les grands projets inutiles imposés. lien

Il faut reconnaitre que la voie historique n’est utilisé que pour 18% actuellement pour le transport des marchandises, alors qu’une amélioration de la voie actuelle, suivant le mode autrichien, supprimerait la quasi-totalité des nuisances, et que l’utilisation du procédé de fret ferroviaire R-shift-R, validé par l’ADEME, permettrait de prendre des parts de marché au fret routier. lien

Et pourtant, malgré les  30 milliards qui seraient gaspillés dans ce projet inutile, seul le RPS (régions et peuple solidaires) évoque dans sa profession de foi européenne ce projet néfaste « développé uniquement pour satisfaire les grands lobbys économiques français et européens » (lien), projet dénoncé aussi par les candidats d’EELV lors des meetings. lien

Revenons aux européennes, les élections de dimanche risquent de déboucher sur une situation plutôt tendue, comme l’analysent lucidement de nombreux responsables politiques dans les colonnes de « Reporterre  ».

Pour Jean-Luc Mélenchon, interviewé par Hervé Kempf : « l’Europe n’est pas réformable, il faudrait revenir sur le traité de Lisbonne et démanteler le traité budgétaire (…) il faut tout remettre à plat ».

Il dénonce le fait que l’Europe fonctionne très bien…pour la prédation financière.

« Elle fonctionne plutôt bien pour la libre circulation des marchandises. Mais elle fonctionne de manière abominable pour la circulation des personnes, que celles-ci viennent de l’extérieur, ou circulent à l’intérieur des frontières de l’Europe. C’est le résultat d’un dumping social ave notamment les directives sur les travailleurs détachés. De même, d’année en année, les droits sociaux s’unifient par le bas ».

Défendant l’éco-socialisme, l’animateur du Front de Gauche affirme : « le système va presser le citron aussi longtemps qu’il y aura une goutte, et il y restera toujours une goutte. Il ne se régulera pas, il ne s’arrêtera pas. Il n’y a pas d’autres limites à l’exploitation que la résistance à l’exploitation. S’il n’y a pas de résistance, il pressera et pressera encore ».

Jean-Luc Mélenchon prophétise finalement que : « la machine va se bloquer, et le système tout entier va passer par-dessus bord ». lien

L’avenir nous le dira.

Ajoutons pour faire bonne mesure le sinistre projet TAFTA, négocié discrètement au sein du parlement européen, et qui permettraient aux entreprises mondiales d’imposer aux états des produits qu’ils ont refusés…lien

Quant aux principaux partis qui se présentent, ils tentent de convaincre, ou en tout cas de mobiliser, en vain semble-t-il, puisque depuis 1979 l’abstention n’a cessé de grimper. lien

Le PS essaye de sauver les meubles, animé par un premier ministre chouchou des électeurs de droite, et s’agitant a coup de déplacements et de cadeaux fiscaux qui ne trompent personne.

L’UMP tiraillée entre un Copé plombé par une vilaine affaire, (lien) et un Fillion qui peine à se démarquer, s’inquiète du risque d’implosion. lien

On sait déjà que le grand gagnant de cette élection sera le parti des abstentionnistes, même si ceux-ci vont involontairement faire les choux gras du front national, en augmentant fatalement la proportion des voix allant vers l’extrême droite.

Mais la vraie punition sera pour le PS, et surtout pour François Hollande, car les électeurs vont montrer par leur vote, ou leur abstention, leur colère et leur sentiment d’avoir été trahi par celui qui n’a pas mis longtemps à renoncer au programme qui l’avait fait élire.

C’est en résumé ce qu’affirme Françoise Fressoz dans son blog du journal « Le Monde », sous le titre « Européennes, chronique d’un désastre annoncé », écrivant : « le parti socialiste est dans la situation de celui qui a essuyé un group coup de torchon aux élections municipales, et tente de sauver ce qui peut encore l’être  », puis évoquant « la sourde résignation qui s’est emparée des partis pro-européens (…) l’UMP ressemble au PS des années 2005 qui faisait campagne pour le OUI au référendum sur le traité constitutionnel tout en refusant d’exclure ceux qui militaient activement pour le non. Aujourd’hui on entend tout et son contraire dans le parti de Jean-François Copé, ce qui n’est pas le meilleur moyen de mobiliser ». lien

Comme dit mon vieil ami africain : « le putois ne sent pas l’odeur de ses aisselles  ».

L’image illustrant l’article vient de : « legraindsel.blogspot.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Les cocus de la démocratie

Le caillou dans la chaussure

Cette Europe de tous nos malheurs

Le diable s’habille en Tafta


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 24 mai 2014 09:35

    Bonjour, Olivier.

    Plusieurs choses :

    Que l’abstention contribue à faire monter le FN, c’est un évidence dont beaucoup d’abstentionnistes n’ont pas conscience.

    Que le PS subisse une nouvelle « punition », c’est également une évidence. Mais termes de communication ce parti a des chances d’être sauvé de la déroute par un score sensiblement équivalent au dernier scrutin européen. Paradoxal, non ?

    Quant à l’UMP, tout se jouera pour elle dans son positionnement par rapport au FN. Si elle est derrière le parti de MLP, les lendemains risquent d’être très difficiles, l’UMP apparaissant comme un parti battu. Paradoxal, là aussi, non ?

    Reste le FdG. Et les propos de Mélenchon sont frappés au coin du bon sens. A un détail près : le pire annoncé n’est jamais sûr. Certes, les personnages au pouvoir (qu’ils soient étiquetés PPE ou PSE) tenteront toujours plus de presser le citron, mais on peut penser qu’ils auront l’intelligence de donner, de temps à autre, un peu de mou, à la manière d’un pêcheur au gros, pour éviter que la ligne casse. Le risque, pour les populations, est donc de se fatiguer toujours plus mais sans avoir l’énergie décisive. C’est pourquoi le salut doit être recherché dans une solution radicale, mais dans les urnes !


    • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2014 10:35

      Fergus

      je partage exactement ton analyse, et ton choix.
      je pense qu’a partir du 26 mai, des bouleversements s’annoncent... et dans chaque parti...
      par contre, comment voterons les autres pays ? 
      les « non », ou les abstentionnistes seront-ils majoritaire ?
      attendons demain soir.

    • Allexandre 24 mai 2014 12:42

      Si l’abstention fait le jeu du FN, on s’en fout. On en a marre d’être pris en otage par les partis dits républicains, qui nous appellent au secours et nous font le chantage à l’épouvantail FN. Cela suffit. Les grands partis gouvernementaux sont corrompus, copinent avec les lobbies, les Goldman Sach et compagnie, et ensuite ils pleurent. Qu’ils assument leurs dérives et leurs mensonges. Si le FN arrive en tête, ils ne pourront s’en prendre qu’à eux. Nous culpabiliser, ils savent faire. Mais désormais c’est fini. Nous avons tout fait jusqu’à présent, et eux nous ont pris pour des cons en permanence. J’espère que l’abstention sera forte. Ainsi sera-t-elle le grand vainqueur, loin devant le FN !!


    • Fergus Fergus 24 mai 2014 14:04

      Bonjour, Allexandre.

      Votre opinion est compréhensible. Mais pour quel avantage ? réponse : aucun !


    • tf1Groupie 24 mai 2014 15:05

      En 2009 l’abstention a été de 59,5%, ça a changé quoi ?


    • Allexandre 24 mai 2014 15:05

      Et vous quel avantage ?? Idem aucun. Pire des désavantages comme c’est le cas depuis 20 ans au moins.

      L’abstention a un avantage au moins. Celui de dégonfler les grands partis qui font la pluie et le beau temps. Alors que voter pour eux, ne peut que les conforter dans leurs pratiques peu catholiques. Et puis je ne veux plus être abusé quant à la démocratie. Voter n’est pas la marque unique de la démocratie. Tel qu’il est pratiqué ce serait même l’inverse. On nous fait croire que les scrutins auxquels nous sommes conviés sont le signe d’une démocratie pleine et entière. Il n’en est rien. Entre les mensonges, les promesses non tenues, les sondages et les médias, notre libre-arbitre est totalement dévoyé. Maintenant chacun agit en son âme et conscience. Je ne veux plus être pris pour un débile. C’est tout.

    • Allexandre 24 mai 2014 15:17

      Et les 40,5 % de suffrages exprimés, ça a changé quoi ???


    • Fergus Fergus 24 mai 2014 16:11

      @ Allexandre.

      Vous posez mal le problème : si ces 40,5 % n’ont rien changé, c’est parce qu’ils ont en majorité voté pour des partis qui ne voulaient rien changer. D’où l’intérêt de ne surtout pas s’abstenir, mais d’aller voter pour des listes qui veulent que cela change.


    • taktak 24 mai 2014 17:43

      Fergus : 3 choses :
      1) voter n’a de sens que quand cela peut changer les choses. Le parlement européen n’a pas ce pouvoir. Vous devriez au moins le reconnaitre
      2) voter pour des petits partis, vu le mode de scrutin par circonscription ne changera rien de plus que de ne pas voter : pour pouvoir avoir 1 député, il faudra faire plus de 10%. hors il y a en gros une trentaine de liste... C’est pas pour rien que la commission a ordonné ce découpage en grand circonscription, c’est pour préserver les partis du système
      3) dernière chose, voter pour un parti réellement contestataire (et à mon sens il n’y en a pas qui se présente en france, ailleurs, cela peut être différent) ou s’abstenir voila deux mouvement qui vont ensemble. L’abstention fait surtout baisser le nombre de voix pour les 3 partis pilliers du système... Je ne comprend pas pourquoi donc vous ne faites campagne que pour la participation. Ayez donc un peu de courage et puisque vous êtes convaincu que voter peu changer quelque chose, faites campagnes pour un parti dont vous défendez le programme.... Mais c’est vrai que depuis des années que j’ai le plaisir de vous lire sur agoravox, je ne vous ai jamais vu vous engager. Militer pour le vote, si ce n’est que cela, c’est militez pour le système tel qu’il est


    • Amada 24 mai 2014 20:18

      Bonjour.

      Le non au référendum de 2005 s’est traduit par un Traité de Lisbonne imposé.
      Or, celui-ci (à contrario de Maastricht) prévoit la possibilité pour un Etat de sortir légalement de l’U.E. Pourquoi ne pas opter pour cette solution ? C’est ce que l’UPR propose très sérieusement. Et moi je trouve ce « renversement » plus jouissif que l’abstention. Même si ce n’est pas via le Parlement que c’est possible, je préfère donner ma voix à ce projet clair et net.


    • ahtupic ahtupic 24 mai 2014 20:25

      @ Taktak
      Tout à fait d’accord avec vous. Fergus est un faux opposant. Il milite pour le PS, comme Cabanel, Chalot, Gruni.


    • Amada 24 mai 2014 20:32

      Bonjour.

      Le non au référendum de 2005 s’est traduit par un Traité de Lisbonne imposé.
      Or, celui-ci (à contrario de Maastricht) prévoit la possibilité pour un Etat de sortir légalement de l’U.E. Pourquoi ne pas opter pour cette solution ? C’est ce que l’UPR propose très sérieusement. Et moi je trouve ce « renversement » plus jouissif que l’abstention. Même si ce n’est pas via le Parlement que c’est possible, je préfère donner ma voix à ce projet clair et net qui, en quelque sorte redonne du pouvoir à mon non. Un joli coup de judo !


    • Fergus Fergus 24 mai 2014 22:52

      Bonsoir, Ahtupic.

      Désolé de vous dire cela, mais vous commencez à être sérieusement lourd avec vos procès d’intention. Je vous défie de trouver dans mes articles et commentaires un quelconque soutien au PS.

      Décidément, la gauche radicale joue contre son camp avec des personnes comme vous car elle donne une image intégriste et sectaire de gens qui n’admettent pas que l’on puisse dévier d’un iota de la ligne, ou que l’on ne milite pas activement, ce qui est mon cas, je le reconnais.

      Fidèle à la ligne politique que je suis depuis 40 ans, je voterai quand même pour le FdG, malgré des gens comme vous qui font tout pour m’en détourner par leurs insidieux procès d’intention. Je le ferai, comme toujours dans mon cas, pour les classes populaires, et pour elles seules.


    • Fergus Fergus 24 mai 2014 23:05

      Bonsoir, Taktak.

      Je ne comprends pas pourquoi vous parlez toujours d’un pourcentage de 10% pour avoir des élus. Sauf erreur de ma part, le pourcentage minimal retenu est de 5 %. Qui plus est, les partis n’ayant pas obtenu 5 % pourront quand même avoir, le cas échéant, des élus à la proportionnelle s’ils obtiennent un score significatif.

      Pour ce qui est de ma manière de fonctionner, sincèrement désolé, mais je n’ai absolument pas l’envie de me faire militant pour quelque parti que ce soit, aucun ne trouvant grâce à mes yeux en termes de fonctionnement, pas plus le FdG que les autres, bien que je vote pour lui par défaut. En revanche, je combats les idées qui me semblent nocives, et c’est déjà bien.


    • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 25 mai 2014 00:45

      Un type me dit : « Quand tu n’auras plus de sécurité sociale, plus d’allocations familiales, plus de retraite, parce que tu auras donné ton vote au fhaine (du fait que je m’abstiens à tout vote) je lui ai juste répondu : »tu dois être bien jeune pour penser que nos acquis n’ont pas fondu comme neige au soleil depuis plus de trente et non vingt... que ce soit la gauche ou la droite au pouvoir, on voit bien depuis des décennies que la finance donne les ordres : le pacte de solidarité en est une preuve de plus... de plus j’ai déchiré ma carte de vote et personne ne pourra voter à ma place, en mon nom, donc je ne donne pas de voix au fhaine."

      il faut arrêter avec genre de discours : le fhaine ne fera pas mieux ou pire (suivant dans quel camp on se place) que les autres : il suivra aussi la finance parce qu’il n’aura pas le choix s’il veut être élu (les médias il ne faut pas l’oublier sont subventionnés par la finance) tout comme hollande et les autres ; et puis quoi ! nous sommes en démocratie à ce qu’il parait ! donc la majorité (même si minoritaire vu l’abstention) se voit être le vainqueur ! il faut accepter cela, non ? pour ceux qui y croient encore... je rejette ce système (ploutocratie, oligarchie, technocratie, appelez cela comme vous le voudrez) parasite qui se gausse sur les deniers des moins aisés.

      chacun ses vérités. la mienne est de tourner le dos à tout cela et de ne plus me faire manipuler.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 mai 2014 03:26

      Bonsoir Fergus



       « C’est pourquoi le salut doit être recherché dans une solution radicale, mais dans les urnes ! »

       Allons, allons... croyez vous vraiment que la clique qui controle le fric, les medias, les forces de l’ordre et tous les partis politiques, nomme les juges et les fonctionnaires va abandonner le pouvoir pour une affaire de bouts de papiers dans une boite ? Si on retrouve la democratie dans une urne ce sera une urne funeraire... 

      Il faut voir le cirque électoral comme un amuse-gueule avant de passer a table. Un bon déroulement cette fois serait :


      1) voter pour Asselineau (UPR) partout où ça peut compter ; il est tard, mais chaque pas en avant est un message ; ca pourra servir ; 


      2) Voter FN aux Européennes quand Asselineau ne peut pas gagner ou avoir un impact significatif : je mNaoime pas tout du programme FN, c’est que ce qui « ennuiera » le plus le Système. 


      3) À TOUS les autres scrutins : ABSTENTION.


      Puis, passer au sérieux


      4) Quand la participation baisse sous 50%, déclarer la gouvernance illégitime faute de représentativité et commencer une désobéissance civile à durée indéfinie qui devrait justifier rapidement l’intervention de l’armée (cf 1958 et la formation d’un gouvernement d’union nationale, incluant tous les paris du PC au FN, au prorata de leur popularité actuelle déterminée par sondage impartial, 


      5) But du gouvernement d’union nationale : a) proposer une constitution pour la 6e République ; b) faire approuver par referendum, c) tenir des élections générales selon la nouvelle constitution pour un Président et des Législateurs (Assemblée)

       

      Ensuite, le peuple ayant parlé, une nouvelle gouvernance pourra guider la France hors de la Crise. Peut-ëtre. Ce sera çà ou... l’Insurrection qui vient  qui ne laissera le choix qu’entre le fascisme et l’anarchie.


      Pierre JC Allard



    • JL JL 24 mai 2014 10:03

      Après la récente trahison des élus, l’abstention est la seule réponse correcte du berger à la bergère.

      Tout le reste n’est que blabla de la part de ces gens qui tels des renards nous prenant pour des corbeaux stupides nous refont le coup à chaque fois. La seule question qui vaille c’est celle-ci : quand les électeurs comprendront-ils ?

      Et puis il faut dénoncer cette imposture qui consiste à faire de cette parodie d’élections un enjeu franco-français !

      Je m’en fout que le FN arrive en tête : ce n’est quand même pas ça qui mettra la Marine à l’Élysée ! Je m’en fous que le PS et l’UMP éclatent. Les partis politiques sont à la politique ce que les entreprises sont à l’économie : des mastodontes qui ne vivent plus que pour eux-mêmes et sont devenus plus nuisibles qu’utiles.


      • Fergus Fergus 24 mai 2014 10:25

        Bonjour, JL.

        En résumé, vous vous fichez de tout, y compris de savoir que votre abstention n’a pas l’ombre d’une chance de gêner les agissements des libéraux du Conseil et de la Commission.


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2014 10:41

        JL

        je partage votre colère, mais pas votre choix.
        la politique de la chaise vide n’a jamais donné d’excellents résultats.
        et bien sur, dans ce cas, ceux qui vont voter (dont je suis) ne seront pas légitimés, car non représentatifs...
        kafkaïen...


      • JL JL 24 mai 2014 11:58

        ’’ bien sur, dans ce cas, ceux qui vont voter (dont je suis) ne seront pas légitimés, car non représentatifs...’’

         ???

        Moi pas comprendre.


      • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2014 13:08

        JL

        moi tenter d’expliquer ça à vous.
        sur 100% de votants potentiels, 40% s’expriment.
        (une fiction bien sur, puisque nous ne serons fixés que demain soir)

        ces 40% ne sont qu’une petite partie de l’électorat, et leur vote légitime n’est pas contestable, sauf qu’il ne représente qu’une minuscule partie de l’électorat.
        pour 43 millions d’électeurs, 40% ne représentent qu’un peu plus de 17 millions...
        imaginons que vous ayez voté pour la liste qui a eu le plus de voix...peu importe laquelle, mais si elle fait 25% du scrutin, elle ne représente que le 1/4 de 17 millions, soit un peu plus de 4 millions d’électeurs.
        quelle légitimité auraient 4 millions d’électeurs face a 43 millions d’électeurs ?
        vous avoir compris ?
         smiley


      • JL JL 24 mai 2014 13:43

        Olivier,

        votre démonstration ressemble à un sophisme, voyons ça :

        Dans un village de 600 habitants, François et Nicolas sont les deux candidats au poste de garde champêtre. La plupart des villageois sont pour la suppression de la fonction. Toutefois, François a deux fois plus d’amis que Nicolas.

        Si la moitié des gens votent, François aura 200 voix, et Nicolas 100 seulement.

        Si tout le monde vote, François aura 400 voix et Nicolas, 200.

        Qui aura perdu si tout le monde vote ? Ceux qui n’aiment pas les Gardes champêtres !

        Vous me direz : hé hé, et les bulletins blancs ?! Et je vous répondrai : qui saura ce qu’ils expriment ? Est-ce que les votants sont pour la fonction mais ne veulent ni de François ni de Nicolas ? Ou bien est-ce qu’ils en ont assez de cette tradition ?

        Bon, dans un village, on sait ces choses là, mais dans un espace de 500 millions d’habitants, ça n’est pas du tout la même musique.

        Ceci dit, j’hésite entre aller à la pêche ou voter blanc.


      • JL JL 24 mai 2014 13:54

        Je ne retrouve plus l’article où Emmanuel Todd dit pourquoi il n’ira pas voter dimanche, pour la première fois de sa vie.

        Mais je vous propose celui-ci, qui date un peu, d’une lucidité toujours d’actualité :

        Emmanuel Todd : « Dans cinq ans, Hollande sera un géant ou un nain »

      • Fergus Fergus 24 mai 2014 14:07

        @ JL.

        Malgré tout le respect que je lui dois, Emmanuel n’est pas l’alpha et l’oméga de l’analyse politique. Il exprime une opinion personnelle, et cela seulement.

        Bonne journée.


      • JL JL 24 mai 2014 14:26

        Fergus,

        les arguments d’autorité, ce n’est pas ma tasse de thé. Si je cite untel, ce n’est pas parce que c’est untel mais parce que je suis d’accord avec les propos que je cite. Nuance.


      • Allexandre 24 mai 2014 15:12

        Par L.Cabanel


        Le problème n’est pas de faire des comptes d’apothicaires, mais de mesurer quel sera l’impact des votants sur le conseil des ministres et sur la commission. Je vous le prédis, aucun. Les grands partis auront le plus de sièges évidemment, et le PE n’ayant quasiment aucun pouvoir réel, les deux autres instances continueront de prendre des décisions dans notre dos. Elles sont, en effet, bien plus soucieuses des volontés des multinationales et des lobbies, financiers entre autres. Je crois que vous êtes un peu naïf. Vous croyez encore aux promesses du politique. La seule raison qui devrait vous pousser à vous abstenir, ne serait-ce que par dignité, c’est le référendum de 2005. En votant vous validez le fait que l’on peut passer outre votre voix. Le Traité de Lisbonne est la trahison de trop, et rien que pour ça, je pourrais justifier de ma non participation à ce scrutin.

      • Allexandre 24 mai 2014 15:15

        J’ai oublié le bonjour et j’ai écrit L.Cbanel au lieu de O. Cabanel. Toutes mes excuses.


      • Allexandre 24 mai 2014 15:42

        Vidéo à regarder pour prendre la mesure de ce que j’écrivais plus haut



      • Vipère Vipère 24 mai 2014 10:22


        Bonjour Fergus

        .« C’est pourquoi le salut doit être recherché dans une solution radicale, mais dans les urnes ! »

        Votre persévérance en l’utopie « des urnes » est admirable !
        Les « urnes » ne changent que la vie des élus, pas celle des citoyens...

        Pour preuve, au lendemain du dimanche 25 mai, nombreux seront les élus qui accèderont pour la première fois à un mandat de député européen, leur vie changera du tout au tout, tandis que les électeurs qui ont voté Hollande, continuera comme un rêve sans fin. Celui d’avoir voté un « socialiste » et de se réveiller avec un félon de haute volée.


        • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2014 10:55

          Vipère, prenons un exemple

          vous êtes 10 randonneurs et vous devez choisir entre deux chemin à prendre.

          Imaginons que 7 se moquent du chemin, ils s’abstiendront, laissant aux 3 derniers choisir le chemin. Suivant cela, la majorité sur 10 électeurs sera réduite à 2 et le ¨% donnera un score de 66% contre 33%

          Maintenant, imaginons qu’il soit inclus un vote blanc, ici, ce dernier signifiera qu’aucun des chemins proposé ne leur convient. Qu’elle serait la solution ? Faire demi tour !!!

          Dans la situation actuelle, le vote blanc est comptabilisé mais pas pris en compte (c’est en soi un déni démocratique). Cela reviendrait dans notre exemple où il y aurait 4 votes blanc à dire, « la majorité ne veut pas continuer », mais comme il n’est pas considéré comme impératif, alors, ce sera quand même le choix des 2 / 10 qui sera suivi.

          Dans mon exemple, les 4 randonneurs s’insurgeraient contre se déni démocratique. Majoritaires, leur choix est quand même invalidé.

          mais quid des élections ?

          Car encore et toujours, ici s’affronte la légalité et la légitimité, or, dans un jeu démocratique, c’est la première qui doit aller vers la deuxième, non l’inverse. Car sinon, c’est la dictature.

          Alors, peu importe que le vote blanc ne soit pas pris en compte légalement, car légitimement il ne peut être que pris en compte.Et donner des armes...

          En conclusion, le vote blanc n’aurait jamais dû sortir de sa clandestinité, car peu importe qu’il soit ou non reconnu légalement, dès l’instant où il existe en propre, il devient légitime. Toutes les précautions prise par le pouvoir politique pour le vider de sa substance sont vaines.


        • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2014 10:23

          Bonjour Olivier,

          Lisbonne a la légalité constitutionnelle relative, mais n’a absolument aucune légitimité démocratique.

          Quand à ce que dit Mélenchon, il a évidemment raison, mais ce qu’il oubli de dire et c’est bien pourquoi je ne le soutiens pas, qu’aujourd’hui il ne peut y avoir de défense des droits sociaux des travailleurs qu’au niveau mondial. La lutte est mondiale et non franco française ou européenne.


          • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2014 10:39

            Hervé

            oui, je suis d’accord... l’Europe était plutôt pas trop mal engagée... jusqu’au traité imposé de Lisbonne.
            et c’est depuis ce jour que tout à basculé dans la plus totale incohérence, donnant naissance à une Europe de la finance.
            la volonté d’austérité accélère la crise, et ne résoudra rien.
            mais ce sont des énarques au pouvoir, ils ne peuvent pas comprendre.
             smiley

          • Vipère Vipère 24 mai 2014 10:37


            « La lutte est mondiale et non franco française ou européenne. »

            La défense sociale que l’on ne pourrait pas faire sur un plan national, on pourrait la faire sur un plan mondial ? avec un gouvernement mondialiste  ?

            Tant qu’à faire nageons en pleine utopie, il est vrai que la réalité n’est pas très rassurante et l’avenir une impasse !

             


            • Hervé Hum Hervé Hum 24 mai 2014 11:01

              Vipère, l’économie est mondialisée, les relations diplomatiques sont mondialisés, la finance est mondialisé, l’information est mondialisé, la communication est mondialisée, etc...

              L mondialisation et un gouvernement mondial est et sera le résultat des rapports de forces des volontés.Mais si vous regardez ailleurs ou plutôt en arrière, vous n’aurez d’autres choix que de vous en remettre à ceux qui regardent en avant, même si la route prise n’est pas celle que vous voulez...


            • taktak 24 mai 2014 18:01

              Hervé Hum :

              Je me borne à vous signalez que l’économie est mondialisée à grande échelle depuis au moins le 17e siècle.... cela n’a pas empéché au 20e siècle de conquérir dans le cadre nationale les plus belles victoires du progrès social !


            • Hervé Hum Hervé Hum 25 mai 2014 00:42

              Taktak, êtes vous sûr de ce que vous dîtes ?

              Vous oubliez un peu vite les deux guerres mondiales ayant entouré ces progrès sociaux !

              Le glacis géopolitique avec le bloc soviétique et la compétition idéologique du mieux disant social, technique et culturel. Etrangement, le début de la dissolution des acquis sociaux résultat des conflits mondiaux avec le CNR, intervient quasiment en même temps que la chute du mur de Berlin...

              Facheux !!!


            • Vipère Vipère 24 mai 2014 11:01

              Bonjour Olivier

              Que le traité de Lisbonne soit illégitime et par voie de conséquence non démocratique, qui s’en préoccupe  ?

              Le paradoxe est que les électeurs sont même obligés de voter pour une europe à laquelle ils ont dit "non’, un comble  !


              • olivier cabanel olivier cabanel 24 mai 2014 11:13

                Vipère

                bien sur, tu as raison, et c’est révoltant.
                les états ont passé outre la décision du peuple, provocant la colère justifiée de ce dernier, mais s’abstenir ne fait que montrer cette colère, sans pouvoir pour autant changer l’état des choses.
                le seul changement possible serait que ce « raz le bol » profite aux partis extrêmes, surtout extrême droite, car par leur discours radical, ils piègent les électeurs...et l’abstention aidant, leur pourcentage de réussite augmente.
                sauf que le vote à ce moment ne fera qu’affaiblir la légitimité de l’Europe, sans pour autant pouvoir changer les choses.
                alors que faire ? perso je vais voter pour RPS, les seuls qui aient mis la contestation du lyon turin par écrit dans leur profession de foi....une des rares fois ou je n’aurais pas voté écolo. smiley
                j’ai bien aimé l’explication d’Hervé qui a le mérite de la clarté... ce qui n’est peut être pas le cas de la mienne ?
                 smiley

              • Fergus Fergus 24 mai 2014 11:25

                Bonjour, Vipère.

                « Le paradoxe est que les électeurs sont même obligés de voter pour une Europe à laquelle ils ont dit »non’, un comble !« 

                Pas d’accord avec cette affirmation : les électeurs votent pour une idée européenne à laquelle ils ont dit »oui« , leur »non« valant pour le TCE qui leur a été imposé par Sarkozy avec la complicité des godillots.

                C’est pourquoi il est important, le solution n’ayant quasiment aucune chance de passer par la rue, d’envoyer à Strasbourg le plus grand nombre possible d’élus qui appartiennent au camp des »non" au traité de Lisbonne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès