Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Européennes : un scrutin proportionnel ? On est loin du compte. Exemple de (...)

Européennes : un scrutin proportionnel ? On est loin du compte. Exemple de la région Est

Pour les Européennes, une fois les votes comptabilisés, les données sont entrées dans un ordinateur qui en déduit le nombre de sièges attribués à chaque liste. L’algorithme utilisé est censé respecter la proportionnalité, c’est du moins ce que je comprends dans l’expression « mode de scrutin proportionnel ». L’étude de la région Est pour les dernières élections européennes révèle quelques surprises.

Le mode de fonctionnement actuel :

La France utilise la méthode d’Hondt qui est assez simple. On ne garde d’abord que les listes qui ont obtenu plus de 5%, pour la région Est cela donne :

FN 28,96%
UMP 22,72%
Union de la Gauche 13,23%
Union du Centre 9,19%
EELV 6,41%
Front de Gauche 5,24%

 

On ajoute ensuite une colonne avec les résultats divisés par 2, puis une autre par 3 etc.

    /2 /3 /4
FN 28,96 14,48 9,65 7,24
UMP 22,72 11,36 7,57 5,68
Union de la Gauche 13,23 6,62 4,41 3,31
Union du Centre 9,19 4,60 3,06 2,30
EELV 6,41 3,21 2,14 1,60
Front de Gauche 5,24 2,62 1,75 1,31

 

Comme dans la région Est il y a 9 sièges à attribuer, on prend ensuite les 9 plus grandes valeurs du tableau (en jaune), elles indiquent directement la distribution des sièges. On obtient donc : FN 4 sièges, UMP 3, Union de la Gauche 1, Union du Centre 1.

Est-ce proportionnel ?

Par proportionnel on veut dire que s’il y avait 100 sièges à distribuer, on devrait avoir 29 députés FN, 23 UMP, 13 Union de la Gauche etc. La méthode d’Hondt donne ici en pourcentage de députés : FN 4/9=44,4% UMP 3/9=33,3% Union de la Gauche 1/9=11,1% Union du Centre 1/9=11,1%. Pour mesurer l’écart avec la proportionnalité, je propose de calculer la différence au carré entre le score obtenu (FN 28,96%) et le pourcentage de députés (FN 44,4%) et de sommer le résultat pour chaque parti. On crée ainsi un indicateur de proportionnalité (noté idp par la suite) de l’élection, plus il est élevé, plus on s’éloigne de la proportionnelle.

On peut alors envisager toutes les répartitions de siège possibles et calculer à chaque fois l'indice de proportionnalité pour voir si le résultat de la méthode d’Hondt est bien le plus proportionnel. Les résultats sont étonnants :

FN UMP UDG UDC EELV FDG idp
3 2 1 1 1 1 84
3 2 2 1 1 0 153
2 2 2 1 1 1 187
3 3 1 1 1 0 190
3 3 2 1 0 0 285
4 2 1 1 1 0 298
3 2 2 2 0 0 339
2 2 2 2 1 0 346
4 2 2 1 0 0 393
4 3 1 1 0 0 429

La répartition officielle des sièges n'arrive donc qu'en dixième position ! Les 9 autres répartions du tableau semblent être plus conformes avec la proportionalité.

Changer le mode de scrutin ?

Les différents algorithmes pour déterminer la répartition des sièges sont anciens, les calculs sont relativement simples et on obtient a posteriori l'écart à la proportionalité. On pourrait très facilement raisonner à l'envers avec l'outil informatique d'aujourd'hui : calculer l'idp pour toutes les répartitions possibles et retenir celle ayant l'idp minimal. L'élection mériterait alors vraiment le qualitatif de "proportionnelle". On pourrait aussi discuter le seuil minimal de 5%.

Je conclue par une petite pensée pour Sandrine Bélier (tête de liste EELV région Est) et Gabriel Amard (tête de liste FDG région Est) lésés par le manque de proportionalité de la méthode d'Hondt.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • VivaLaRevolucion VivaLaRevolucion 26 mai 2014 19:12

    On pourrait aussi parler du temps de parole accorder aux différents parti durant la campagne.

    Pour avoir une campagne juste, il aurait fallu que chaque liste ait le même temps de parole, on est loin du compte.
    Les Européistes (FNUMPS entre autre) ont eu 99.9% et les autres ont fait comme ils ont pu ...

    • leypanou 26 mai 2014 20:01

      Vous ne savez pas encore que la France, concernant les médias, est en voie de corée-du-nordisation avancée ? Fréquentez acrimed ou mieux soutenez-le, vous en apprendrez beaucoup plus. La vision du film Les Nouveaux Chiens de Garde vous donnera déjà un bel aperçu.


    • Tintin Tintin 26 mai 2014 19:15

      Bonjour.
      Oui ClementR
      La répartition n’est pas proportionnelle et cela est intentionnel.
      C’est une pratique politique condamnable .
      Et même en dénonçant ces supercheries elles perdurent . Cela est le signe d’une mauvaise santé politique . On triche pour tromper les citoyens et s’emparer du pouvoir par la duperie .


      • jef88 jef88 26 mai 2014 20:38

        article très instructif !
        30% des voix donne 50% des sièges ......
        et si au lieu algorithmes on utilisait bêtement l’arithmétique ?


        • César Castique César Castique 27 mai 2014 10:34

          « ...et si au lieu algorithmes on utilisait bêtement l’arithmétique ? »


          C’est ce que j’ai fait, mais, à la différence de l’auteur, en ne prenant en compte que les voix des partis ayant franchi la barre des 5 %. Autrement, il aurait fallu attribuer 1 ou 2 sièges aux partis (14,75 % au total) n’ayant pas atteint la limite fatidique.

          La répartition des voix est alors la suivante : 

          FN ------------------------- 33,77 %
          UMP ---------------------- 26,50 %
          Union de la Gauche --- 13,23%        
          Union du Centre --------9,19%       
          EELV --------------------- 6,41%        
          Front de Gauche ------- 5,24%

          La répartition arithmétique des sièges est alors la suivante :

          FN ------------------------ 3,04
          UMP --------------------- 2,38
          Union de la Gauche — 1,39        
          Union du Centre ------ 0.96       
          EELV -------------------- 0.67       
          Front de Gauche ----- 0.55

          Les deux derniers ne peuvent pas prétendre à un siège, et il n’y a pas de strapotins. Restent quatre partis en lice, dont la répartition des voix est alors la suivante :

          FN ------------------------ 39.08% (4 sièges)
          UMP --------------------- 30.66% (3 sièges)
          Union de la Gauche — 17.85% (1 siège)
          Union du Centre ------ 12.40% (1 siège)

          Il apparaît que la gauche est légèrement pénalisée au profit du centre, mais il n’y a là rien de scandaleux. Peut-être un tout petit peu d’injustice, et insuffisamment pour remettre en cause le système proportionnel.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mai 2014 21:14

          Merci pour l’explication :
          je me demandais justement comment ça se passerait dans le cas hautement improbable où 20 listes feraient 5% alors qu’il n’y a que 9 place à pourvoir.

          Mais par contre d’où viennent « toutes les répartitions possibles » de votre tableau ?


          • ClementR ClementR 26 mai 2014 21:31

            Dans toutes les répartitions mathématiquement possibles, j’ai pris seulement les 27 répartitions qui respectent la hiérarchie (j’ai exclu les répartitions pour lesquelles, par exemple, l’UMP aurait plus de siège que le FN) puis j’ai calculé l’écart à la proportionnalité pour chacune. J’ai classé ces 27 répartitions de la plus proportionnelle à la moins (9 FN, 0 pour le reste), le tableau présente les 10 premières.


          • colere48 colere48 26 mai 2014 22:35

            Même tordu ce mode de scrutin est préférable à celui des législatives !


            • asterix asterix 26 mai 2014 22:48

              La proportionnelle et la Belgique...
              Cela vous étonne, la méthode est beaucoup plus juste. La règle mathématique veut qu’il y a nécessairement toujours un reliquat. Les différents reliquats sont tous recomptabilisés au niveau de plusieurs arrondissements électoraux ( dans votre cas, les régions ) et c’est la liste qui obtient le plus grand reliquat qui part avec le dernier siège à pourvoir. On pourrait encore améliorer la chose au niveau national ( chose impossible en Belgique qui regroupe deux nations ) en libérant les deux derniers sièges à pourvoir au niveau national aux deux plus grands reliquats, Nord et Sud par exemple, entendu que ceux-ci reviendraient d’abord au parti, puis à l’individu du parti ayant obtenu dans sa région proportionnellement le plus de votes juste en-dessous du quota pour l’élection directe.
              NB : C’est cette particularité qui a fait que le gugusse Laurent Louis est devenu par miracle député, député dont je suis ravi qu’il a été déboulonné pas plus tard qu’hier, mais il s’agit là d’une autre question due au seul hasard de l’apparentement, sans que celui-ci m’ait à être remis en question.
              L’auteur a parfaitement raison d’écrire qu’une fois de plus votre système électoral est chipoté au seul avantage du plus fort.
              Petite question insidieuse : quelle est la dernière majorité législative qui pouvait s’enorgueillir d’être en même temps une majorité au niveau populaire ? ...Même du temps de De Gaule qui a organisé ce système en pensant pouvoir à jamais écarter la gauche du pouvoir ?
              Voilà pourquoi la politique version France est une politique d’opposition et non pas de compromis. Chaque « majorité » n’a jamais fait jusqu’ici que détricoter l’oeuvre de la précédente.
              Résultat ? Que d’énergie dissipée pour rien avec une France divisée en deux blocs qui se regardent en chiens de faïence..
              En fait, vous êtes tous des râleurs qui vous défoulez dans un isoloir.
              Et maintenant que le troisième laron est là, vous ne savez plus comment vous en sortir, mmh ?
               


              • zygzornifle zygzornifle 27 mai 2014 07:52

                La proportionnelle est l’ennemie du pouvoir .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès