Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Excommunié !

Excommunié !

Fançois Hollande l’a dit Urbi Et Orbi : « Kouchner n’est plus membre du PS ». L’excommunication du French Doctor se fera donc très vite, le procès en sorcellerie droitière ayant été instruit dès les jours précédant son entrée dans le gouvernement hérétique de François Fillon.

kouchner

On est ainsi rassuré. La Confrérie des Eveillés chère à Jacques Attali n’infiltrera pas la sainte famille socialiste. La pureté des convictions est sacrée. Besson, Védrine, Hirsch, Kouchner, Allègre, Jouyet, Baylet : ce ne sont peut-être que des "aventures personnelles", mais tout de même, ça fait désordre. Et quand on ne comprend pas ou quand on ne veut pas comprendre, le bûcher politique est encore la meilleure arme. Exit les dangereux conspirateurs avec l’ennemi. Dehors les petits soldats de "l’ouverture". Silence dans les rangs. Il y a encore quelques meubles à sauver du déluge sarkozyste, quelques sièges à conserver dans le raz-de-marée qui s’annonce, quelques éléphants à protéger pour maintenir autant que possible une biodiversité politique au palais Bourbon.

En réalité, à gauche et au centre, c’est un désastre. Par compassion, je vais arrêter de tirer à boulets rouges sur ce pauvre PS dont la seule solution de survie semble être de canoniser définitivement Ségolène Royal et d’en faire son étendard pour les dix ans qui viennent.

Mais que dire des Verts, qui avaient survécu tant bien que mal à leurs dérisoires batailles intestines et qui ont été achevés par la honteuse fausse-vraie campagne du démag-hulot. Et dont le rêve d’un vrai grand ministère de l’Ecologie se réalise sans eux.

Mais que dire des Don Quichotte de l’extrême gauche, communistes, trotskystes et autres alter-machins en tout genre, réduits en miettes par le vote utile et qui assistent médusés à l’entrée du président d’Emmaüs France dans un gouvernement censé être l’incarnation même du diable.

Mais que dire de ces radicaux radicalement déboussolés, noyés dans le magma socialiste, baillonnés par des accords électoraux pitoyables, alors même que celui dont ils sont sans aucun doute les plus proches est aujourd’hui ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi.

Mais que dire enfin de ce MoDem qui n’est connecté à rien et qui tente désespérement de garder le contact avec le monde politique réél. C’est un MoDem en mode WiFi. Mais par ici, ça ne capte pas très bien ... Un mouvement politique qui n’arrive pas à sublimer sa vocation d’écurie présidentielle d’un seul homme, fût-il providentiel, ne représente pas grand-chose. Or, au MoDem, les rêves passent (celui de Quitterie Delmas par exemple, égérie bayrouienne du Web pendant la campagne, qui doit laisser sa place pour les législatives) et les manoeuvres politico-politiciennes reviennent vite au goût du jour. Que dire de ce MoDem dont l’ossature a disparu pour devenir une banlieue de l’UMP et dont le chef des parlementaires a troqué sa casaque orange contre un maroquin de ministre régalien. Que dire d’un parti dont l’espace se réduit chaque jour entre un PS méprisant et un président qui se paie le luxe de faire ce que Bayrou pensait être le seul à pouvoir faire : réunir des personnalités de droite, du centre et de la gauche autour d’un même projet ?

C’est un champ de ruines. Excommunier n’y changera rien.


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 22 mai 2007 10:52

    entièrement d’accord ,rien à dire.


    • Anto 22 mai 2007 11:03

      ils ont mis plus de temps à virer Georges Freche, ses sous hommes et ses phrases sur l’équipe de France, qu’à virer Kouchner. Ou l’on voit que ce PS là n’a ni idéologie, ni sens de la realpolitik...


      • Hesoneofus 22 mai 2007 22:07

        pas faux, j’avais oublié cela. comme quoi Au PS,vaut mieux trahir son ideologie que ses membres. La nuit des longs couteaux est pour bientot.. SR a les crocs.


      • Jojo2 22 mai 2007 11:17

        Seul l’avenir nous dira ce qu’il en est réellement. Kouchner ou Kouchtoi.


        • spartacus1 spartacus1 22 mai 2007 17:03

          Je crois que Kouchner doit se dépêcher de manger sa soupe. Parce qu’après les législatives, et Sarkozy à la tête de pratiquement tous les pouvoirs, et après un remaniement ministériel, le bol de soupe pourrait bien lui échapper !


        • Yves Loiseau Yves Loiseau 22 mai 2007 11:23

          L’un des problèmes des partis est aujourd’hui de savoir qui est à l’intérieur qui est à l’extérieur. Jouyet est un ex militant -encarté jusqu’en 2004- mais qui en est sorti ! Est ce que son amitié avec Hollande lui donne le droit de se situer à gauche alors qu’il est marié à une femme issue des « 40 familles ». Comment peut on se prononcer sur l’avenir d’une formation alors que l’on en est sorti ? Un parti politique doit il davantage fluctuer en suivant les humeurs de la blogosphère plus souvent que celles des « encartés ». Cette « réflexion » est valable pour la campagne de Royal. « Désirs d’avenir » a t il pesé plus lourd dans la démarche de la candidate que le « PS ».... Etre encarté -comme ce fut le cas de Kouchner- demande quand même, à mon sens, un minimum de discipline. Quant à la vitesse de son « expulsion » on peut reconnaitre que le calendrier électoral a sans doute fortement joué....


          • nephilim 22 mai 2007 11:52

            Lerma a apprecié l’article :« ca fait peur » je pense que je serais terriblement desabusé si je voyais des militants UMP rallier le PS. car franchement si l’on regarde bien Mr Sarkozy n’a finalement pris dans son entourage, des ex-ps boiteux. Donc je serais plus enclin à avoir peur de leur presence au gouvernement. Et puis n’est il pas logique que ces personnes soient ecartés de leur ancien mouvement politique. Et ralliés à l’UMP leur nouvelle famille(d’interet^^)politique ??.


            • prgrokrouk 22 mai 2007 12:00

              Je soutiens tes analyses parce qu’elles ont de la profondeur dans un langage simple.

              Quitterie est très enrouée, j’espère que tout va bien pour elle.

              Que des parisiens de quartier veulent exister, en sympathie avec une image élitiste, me paraissait un signe d’optimisme. De plus, la présence positive de jeunes et de femmes jeunes (donc peu susceptibles de véhiculer des refoulements personnels) était un signe d’avenir.

              Je dis tant mieux : Kouchner et quelques activistes aux convictions certaines veulent agir.


              • prgrokrouk 22 mai 2007 12:02

                Georges Frêche a fait pour sa ville bien plus que la plupart des maires de France. Il a dérapé, certes. Il est vieux, oui. En tout cas, au PS, on ne voulait pas de types compétents comme lui pour des fonctions d’état il y a vingt ans.


              • LE CHAT LE CHAT 22 mai 2007 12:07

                Hollande va lui être bientôt excommunié de la direction du PS ; le crédo de la France Sarkozienne étant l’exigeance de résultats , il va gicler après les législatives smiley


                • Roger Robert 22 mai 2007 12:21

                  Ho oui ho oui ho oui !! Casse toi Hollande on te supportes plus !!


                • Allienor 24 mai 2007 20:42

                  ceci est aussi peu intelligent que de traiter Sarkozy de Fasco ! Le ps avait raison de le virer ! Cet homme n’a jamais était quelqu’un de compétent, de plus pour la guerre en Irak !

                  pardon de ne pouvoir garder ma rage en lisant cette réaction dénuée d’intérêt...

                  c’est pas le PS qui a fait virer des journalistes n’etant pas d’accord avec leur interet !


                • Jolandar Jolandar 22 mai 2007 12:26

                  Tout à fait d’accord sur le contenu de ton article.

                  Ca fait grincer des dents, et c’est bien. Pendant la lecture, je me suis quand même dit que les réactions suscités par cette nomination sont tout de même des plus paradoxales. Je suis militant PS. Je l’avoue, et par les temps qui courent ce serait presque faire un coming-out version centrite que de le dire. Je le suis et suis fier de représenter de belles idées.

                  Malgré tout, je crois que la rupture commence à se consommer. Comment peut-on pendant toute une campagne prêcher l’ouverture, le changement, la volonté de faire de grandes choses « Pour la France d’abord » et lorsque nous avons la possibilité d’infléchir radicalement la politique du pays par le ministère clé d’un gouvernement sous la Véme, nous refusons d’en saisir la chance ?

                  Cela s’appelle du suicide collectif. Ni plus ni moins, la pire des stratégies pour enrayer la marche bleu (qu’il faut enrayer, hein, soyons clair smiley) D’une part, cette manière d’agir décrédibilise encore plus les propos de « politiques » de gauche qui avaient juré mordicus leur envie profonde de partager le pouvoir et deuxièmement cela dessert encore une fois la politique dans son ensemble et renforce les arguments du genre : « ils ne font jamais ce qu’ils disent. » Pour surmonter la crise, le PS n’avait qu’une seule solution, c’était de « la jouer fine » et d’accepter la défaite pour mieux redémarrer. Cela ne s’est pas fait, les législatives vont être intéressantes...


                  • prgrokrouk 22 mai 2007 12:42

                    Les nuances socialo-quelque chose ne signifient pas grand chose. Il faut déjà identifier ce qu’on ne veut pas. Le Contrôle Social ne paraît pas déranger une grande partie de l’électorat de gauche, qui en vit très bien aux dépens de l’autre partie des gens de gauche. Des professions garanties de larbins, Karl Marx les avait pointées. Elles ont fleuri sous le règne Mitterrandien et ont connu une forte croissance. Elles sont gaînées par des échelons médico-sociaux et des groupes d’assurance (lois Borloo de 2006). Les intervenants sont donc les nouveaux esclaves des Régies de Larbins garantis. Chapeau ! Va travailler, avec ça au cul !


                  • Regine M Regine M 22 mai 2007 23:52

                    Totalement d’accord.

                    Mais, j’ajouterai ...

                    Pour l’électeur lambda, ou l’encarté de base, il y avait une grande différence d’idéologie entre la droite et la gauche : les premiers jouaient sur un « darwinisme » social bien réel, les seconds sur une nécessaire « coopération » sociale toute aussi réelle. Ceci est bien-sûr très (trop) schématisé.

                    Nous assistons là à un brouillage des cartes perturbant pour le commun des mortels : Mr Hirsh inclus dans un gouvernement très « dextre » ; l’ex-UDF, traditionnellement inféodée à une droite libérale se « gauchisant ? » quelque peu à travers un MODEM rebelle mais suffisamment représentatif pour 18% des électeurs ; Kouchner, le french doctor (celui des sacs de riz pour l’Afrique) se « compromettant » dans un gouvernement semblant assez loin des idées de solidarités inter-ethnies ... et tout cela dans un contexte social assez tendu.

                    L’excommunion de B. Krouchner semble une tentative de clarification de la part du PS, bousculé à juste titre par l’« ouverture » de ce nouveau gouvernement et sommé par lui (et malgré lui) de prendre réellement position. F. Hollande, pas vraiment adoubée par sa base, l’UMP refusant le choix de son président par leur propres adhérents, cela n’aidera pas à un consensus ...

                    F. Mitterrand (2ème mandature) et J. Chirac ont eu des politiques sociales et internationales assez proches. Beaucoup de gens de droite traitaient Mr Chirac de « gauchiste » et beaucoup de gens de gauche trouvaient Mr Mitterrand trop à droite. Cela à peut-être même été semé dès la fameuse phrase de VGE : « La gauche n’a pas le monopole du coeur ... »

                    Ces deux éminents personnages sont à présent « HS » (pardon pour le terme !), mais le brouillage initié est arrivé à un nouveau stade à travers une vision électoraliste à très court terme (élections du 17 juin). Je ne sais pas si cette « ouverture » survivra à cette date. Un échec peut favoriser un mouvement de rejet ... qui à mon grand regret est déjà bien amorcé : celui des votes extrèmes ... j’aimerai tant me tromper.


                  • moebius 22 mai 2007 12:41

                    DSK est pas mal il remonte dans les sondages...chez les sympatisans de droite, Fabius aussi est bien, il ne remonte nul part, Hollande lui est le meilleurs, il descent partout. Ségo remontera quand Sarko descendra


                    • moebius 22 mai 2007 12:43

                      Mais que dire d’autre de cet article, ça monte et ça descend


                    • prgrokrouk 22 mai 2007 12:43

                      ... si le bronzage est réussi au retour de Djerba.


                    • moebius 22 mai 2007 12:45

                      Mais que dire d’autre de cet article, ça monte et ça descend


                    • joseW 22 mai 2007 12:59

                      L’auteur nous pond un article que l’extrême droite (Le Pen, Mégret) et la droite extrême (Villiers, Sarkozy) n’auraient pas reniés...

                      Cela n’apporte RIEN au débat : Sarkozy a gagné en s’appuyant sur tous ses relais médiatiques et affairistes et en débauchant de nombreux néoconservateurs « de gauche » (comme l’auteur apparemment) : c’est un fait, et alors ?

                      C’est le jeu de la démocratie tout cela, et il n’y a pas lieu à s’en offusquer sur Agoravox : il reste 5 ans à la gauche non néoconservatrice pour se reconstruire et se débarrasser de tous ses traitres potentiels.


                      • La Taverne des Poètes 22 mai 2007 13:01

                        - Il était normal que Kouchner fût radié des cadres du PS car sinon ce parti donnait l’impression d’une entente avec le gouvernement dans le dos des Français, ce qui aurait dérouté les électeurs de gauche. Cela n’empêche pas les Français (dont les socialsitse) d’apprécier cet homme.

                        - Martin Hirsch n’est pas au gouvernement (au sens strict et constitutionnel du terme) : il est haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.


                        • La Taverne des Poètes 22 mai 2007 13:05

                          Ne pas le radier revenait à consolider la tactique de fausse ouverture" de Sarkozy qui consiste à déstabiliser tout ce qui est encore démocratique dans ce pays.

                          Un poète ça n’ouvre pas seulement les yeux, ça ouvre sa gueule.


                        • moebius 22 mai 2007 13:35

                          Kouchner était au PS ? comme Fabius ou DSK ?


                          • moebius 22 mai 2007 13:51

                            Kouchner était pour l’ouverture... Non ? Ses contacts ne lui ont servi de rien à prendre le direction de l’OMS, Alors ! Non il ne trahi pas ses convictions et s’il embarrasse la gauche, qui décidemment ne sait pas utiliser ses propres compétences, il reste pourtant autant populaire à gauche qu’a droite. On ne peut pas en dire de Bresson « le traitre » qui a exporté son incompétence et son impopularité à droite sans véritablement embarassé personne. Qui le connait mieux ?


                          • moebius 22 mai 2007 13:53

                            Voilà ! on verra bien ce qu’il fera ou pourra faire chez Fillon et on jugera sur piece


                          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 22 mai 2007 13:38

                            Parfois il faut un mal pour un bien ; on remet les choses à plat ..

                            Laissons le nouveau gouvernement faire ses preuves avec une majorité à l’assemblée, pourquoi pas. Finalement, cela permet aux partis (nouveau et ancien) de se (re)structurer, de s’orienter vers une politique plus « moderne » et mieux « adaptée » au monde qui nous entoure, de trouver les bons partenaires, et qui à terme donnera naissance à des grands partis qui trouveront leur rôle dans l’opposition.

                            Certains partent, d’autres arrivent.. Point de salut, sans changement, sans remise en question, et c’est une bonne chose, même si cela est orchestré (directement / indirectement ?) par Sarkozy. Effectivement, il va créer une rupture mais pas forcement celle que l’on croit. Et c’est de là qui viendra le renouveau politique en France.

                            Que Kouchner (et autres) aille voir si l’herbe est meilleure chez le voisin, que Holland (& co) soit contrarié, ne resteront que des détails, des querelles de clochers.

                            Laissons le temps au temps. Quant aux ruines, je finis sur des paroles de Goethe « On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin » smiley


                            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mai 2007 14:01

                              Evidemment que Kouchner a été exclu du PS !

                              Vous vouliez quoi ? Ne sait-on pas qui est Sarkozy ? N’a-t-on pas vu son action au ministère de l’Intérieur. N’a-t-on pas lu son programme ?

                              La pseudo-ouverture qu’il pratique n’est en réalité que débauchage tactique pour écraser les législatives et lui donner la confortable majorité dont il a besoin pour avoir les mains libres et appliquer son programme ultra droitier.

                              Quant à votre phrase : « Mais que dire de ces radicaux radicalement déboussolés, noyés dans le magma socialiste, baillonnés par des accords électoraux pitoyables, alors même que celui dont ils sont sans aucun doute les plus proches est aujourd’hui ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi », vous ne connaissez pas le Parti Radical de Gauche. Sinon, vous ne penseriez pas qu’il est proche de Borloo. Et la sortie absurde de Baylet, sur laquelle il est revenu, devant la levée de boucliers en interne, n’y change rien. Le PRG est à gauche, à ne pas confondre avec les Radicaux de Borloo de droite.


                              • jrr 22 mai 2007 16:01

                                Hollande aurait dû démissionner immédiatement, afin de permettre la refondation d’un PS moderne, càd socio-démocrate, autour de DSK.

                                Au lieu de cela, il veut sauver sa place, il temporise, essaie de noyer le poisson et sa seule activité est de critiquer la droite, pour une fois qu’elle a un président valable !

                                Ce type est un minable.


                                • Cédric 22 mai 2007 16:53

                                  Voilà qui est très étrange, on reproche au PS de vouloir faire des procès en sorcellerie et on lui reproche d’excommunier. Quel langage bien religieux, comme si on voulait nous noyer dans un rideau de fumée d’encens. Il n’y a pas d’excommunication, Hollande n’a rien d’un pape, il y a exclusion d’un parti. Le mot est lâché : parti politique. Celui-ci suppose l’adhésion à un certain nombre de valeurs, d’idées, mais également à une discipline interne sous peine de sanction. Tout adhérent le sait bien, dans toutes association il y a une charte, une règle interne qui permet de maintenir un minimum de cohérence. C’est tout ce qu’il y a de plus banal et si on ne veut pas suivre cette règle on est libre de partir, de la même manière que l’on choisit de s’y conformer en adhérant.

                                  On est donc loin des questions sur la privation de liberté, celle-ci n’est plus qu’un mot creux si elle ne s’accompagne pas de la notion de responsabilité. Or que font les kouchner et autres ? Ils fuient simplement la responsabilité de leurs actes, ils laissent au parti socialiste le soin d’endosser le rôle de « méchant vilain ». Ils préfèrent qu’on les vire plutôt que de tirer les conséquences logiques de leurs choix qui ne pourraient que les amener à démissionner.

                                  Ces personnes préfèrent se gorger de jolis mots, ils soignent leur image « d’hommes libres ». S’ils l’étaient vraiment, alors ils seraient d’en l’obligation d’admettre que le grand écart consistant à suivre deux solidarités aussi contradictoires est impossible. Personne ne comprendrait un Kouchner présentant un texte à l’Assemblée dont il serait forcément solidaire (la fameuse solidarité gouvernementale qu’est en train d’apprendre Martin Hirsch, ce qui est désolant venant d’un énarque) tout en se disant parfaitement solidaire de ses camarades députés du PS qui voteront contre ce même texte.

                                  En conséquence de quoi, François Hollande ne s’est pas subitement transformé en Bernardo Guy, en revanche Kouchner et les autres pratiquent avec un aplomb certain la simonie : vendre une aura « de gauche » contre un ministère ou une parcelle de pouvoir.


                                  • miko 22 mai 2007 17:06

                                    c’est ridicule de l’exclure officiellement de la sorte : ça ne sert à rien d’exclure qqn de la sorte et cela dégage un autoritarisme ridicule D’après défaite. Mieux aurait valu le recevoir afin :
                                    - qu’il quitte lui-meme le parti ou alors,
                                    - qu’il fournisse des explications claires ou alors,
                                    - qu’il refuse de venir. Cela aurait + démocratique, plue humain, plu pragmatique, moins autoritaire. Mais bon, c’est pas du Hollande, apparemment bien sur.


                                    • morice morice 22 mai 2007 21:00

                                      Faut pas confondre sorcellerie et absence de respect des convictions. Kouchner n’en avait aucune, on pensait qu’il songeait aux autres avant de penser à lui. Ça se résume à rien d’autre. Heureusement qu’il y a Bonnet qui suit, là. A doite aussi « ça fait désastre », à voir Devedjian pleurer son cas auprès de son idole, ou mieux encore, la pitoyable Morano et son blog de supporters, surréaliste ! avant : http://www.nadine-morano.com/ après : http://nadinerevient.blogspot.com/2007/04/halte-la-chasse-aux-sorcires.html trop drôle.


                                      • perlin 22 mai 2007 22:21

                                        @ anto

                                        C’est effectivement la première idée qui m’est venue quand l’ai vu la promptitude avec laquelle F. HOLLANDE a viré un des meilleurs d’entre eux.

                                        C’est bien la preuve que l’autenthicité n’est plus de mise au PS et c’est peut-être cela qui a été sanctionné par les électeurs.

                                        Depuis le temps que les Français sont des veaux, peut-être qu’ils ont réussi à s’éduquer et à devenir des « veaux mieux un tiens que deux tu l’auras » smiley


                                        • Forest Ent Forest Ent 22 mai 2007 23:01

                                          C’est très bien, un champ de ruines. On y voit clair, et ça permet de dégager et de reconstruire. Une droite ultralibérale dure et un PS en miettes laissent la place pour construire une opposition antilibérale dure, dont il va y avoir grand besoin.


                                          • Forest Ent Forest Ent 23 mai 2007 02:43

                                            Vous n’êtes pas le seul. Il me semble que nous avons progressé vers une société plus conflictuelle, amère et peu fraternelle. Kozy et Kozette ont planqué temporairement le ’malaise’ de droite et fait exploser celui de gauche. Je ne le sens pas bien non plus tout ça.


                                          • Eve 23 mai 2007 09:08

                                            mwouais, bon, moi aussi je peux porter un sac de riz tous frais payés : déplacement, hébergement, vêtements et brushing. Kouchner n’est dans les faits et au mieux que le n°2 des affaires étrangères derrière Levitte (si je ne compte pas Sarkozy), et n’aura même plus la « cellule Afrique » (Capital.fr). On peut donc s’interroger sur ce qu’il représente d’autre que la voie pipole tracée par Sarkozy. Perso, je n’aurais pas exclu Kouchner du PS, j’apprécie trop de regarder les politiciens (quel que soit leur bord) travailler (lol) à leur survie.


                                            • frédéric lyon 23 mai 2007 10:40

                                              La gauche antilibérle insulte toutes les personnalités de la gauche social-démocrate. Et pas seulement Kouchner !

                                              Fort bien, les deux familles n’ont donc plus rien à faire ensemble, elle doivent se séparer et compter leurs voix respectives devant les électeurs.

                                              La démocratie, c’est le suffrage universel.

                                              On s’apercevra alors que la gauche antilibérale n’était qu’un coucou qui vivait dans le nid d’un autre oiseau et qui y prospérait sans vergogne.

                                              La gauche antilibérale ? Combien de députés sans l’accord du PS ? Combien de conseillers municipaux ?

                                              Les voix des socio-démocrates peuvent-elles se mêler aujourd’hui à celles des Communistes et autres Troko-Machinchosistes et Alter-Mondialo-Trucmuchistes ?

                                              Ou se mêler à celles des Centristes ?


                                              • handriama 23 mai 2007 12:43

                                                Bonjour, Tout d’abord je suis extrêmement attristé par l’arrivée d’une personne que je respecte et que j’admire Bernard Koucher au sein de ce gouvernent que je combats de toutes mes forces.

                                                S’agissant de Besson, je m’en moque un peu, cependant il y a aussi matière à réfléchir.

                                                Hollande a annoncé que Kouchner ne fera plus parti du PS, j’en prends acte.

                                                Car comme le dit Hollande, il est de ce fait solidaire du gouvernement qu’il soutient, donc indirectement il fait parti de la majorité présidentielle, et combattra donc par défaut les députés du PS et de ses alliés.

                                                Vous aurez remarqué que Sarkozy a marqué un point fondamental en faisant ces nominations, avec en chapeau Hervé Morin, ancien proche de Bayrou (ses ex-bédouins)

                                                Maintenant je viens à votre ancien député Michel Charzat, qui voudrait également se présenter alors que le PS a investi une autre personne.

                                                Je pense que là il n’y a pas matière à tergiverser, Charzat se présente contre la candidature du PS, il doit être exclus d’office du PS comme Kouchner.

                                                Bref, je vous le dis d’emblée, on n’est pas sorti du pétrin, car en plus, le PS rentre dans une guerre des clans, des bastions, des écuries, des idées même (entre les sociaux libéraux façon DSK ou Royal ou Hollande et les socialistes pure sucre façon Fabius-Emmanueli, et bien sûr les « jeunes » comme Peillon, Harlem Desir, Montebourg, etc).

                                                Car au final, qui perd dans toute cette histoire ?

                                                Les 46% et des poussières sur le nom de Segolene Royal, des citoyens français qui n’ont pas voulu adhérer au projet de Sarkozy.

                                                Alors je vous en prie, cessons tout ça, car je commence à vraiment flipper, pas comme certain qui disent avec Sarkozy, on va rentrer dans une quasi dictature, qu’il verrouillerait tout.

                                                Au cas où vous l’aurez remarqué il est en train de nous démontrer le contraire. Bien sûr on peut penser que ce n’est qu’un leurre, et je suis le premier convaincu, puisque je combats de toutes mes forces cet homme.

                                                Sarkozy est une bête de politique et voilà pourquoi je flippe. Il a su rassembler son camp, il l’a même verrouillé, mais dites vous bien, personne n’était pas obligé de l’accepter, sauf sans doute pour que chacun d’entre eux puisse avoir quelque chose en retour. Ceci est un fonctionnement universel qui s’appliquerait de manière la plus systématique au sein du PS et de ses majorités passées.

                                                Alors trouvons le problème, qu’est ce qui cloche à gauche ? Pourquoi la gauche ne devient plus du tout crédible ?

                                                Pourquoi les personnes âgées, une grande partie des ouvriers, les professions libérales, les artisans, les agriculteurs se sont ils détourner de la gauche ?

                                                Réfléchissons d’abord à tout ça.

                                                Actuellement, le PS a comme socle d’idées son programme qu’il a conçu et fait voté au Mans en 2005, suivi du pacte présidentiel de notre ancienne candidate Royal.

                                                A partir de ces données, peut on dire que la gauche a été crédible ?

                                                Je pense qu’on doit absolument réfléchir à comment pourra t on sortir de notre « merde », excusez moi de ma vulgarité, mais l’heure est grave.

                                                Je suis flippé car dans l’état actuel des choses Sarkozy etant au pouvoir, va pouvoir faire ce qu’il a promis, et une majorité des français lui a donné sa confiance.

                                                Prenons l’état actuel de la France,

                                                On parle toujours de la majorité silence, je pense qu’elle existe vraiment, ce n’est pas un mythe.

                                                Et je crains que Sarkozy a réussi à toucher ses gens là, j’avoue que moi-même j’ai toujours encore du mal à le comprendre bien que j’ai pris conscience qu’il y a bien des raisons pour ça qu’on ne le veuille ou non.

                                                Je voudrais commencer à les citer ici tout en me gardant des prudences :

                                                les fonctionnaires

                                                les sans papiers

                                                les cheminots (compris dans les fonctionnaires mais mis à part je m’expliquerais)

                                                les chômeurs

                                                les étrangers « pauvres »

                                                l’héritage de mai 68

                                                Commençons par les fonctionnaires :

                                                Je crois qu’en France, les fonctionnaires sont assez mal considérés. Qu’on se le dise : oui la France a un système de service public qui a une notoriété internationale, elle est compétitive car elle a un bon service public, une qualité dans le transport public.

                                                J’en suis totalement conscient, mais là il s’agit de visions de l’étranger.

                                                Qu’en est il des français que nous sommes au quotidien ?

                                                Quand on fait la queue à non plus finir à la poste ? Tout en voyant tous ces guichets fermés, ou parce qu’il est midi et cinq minutes, le « fonctionnaire » ferme son guichet car il doit partir manger. Je vous le dis d’emblée, je ne dis pas que je n’ai jamais pensé à ce que je viens de dire, car je l’ai déjà pensé et je ne suis pas le seul.

                                                Les gens du privé surtout, pensent que les fonctionnaires ont déjà tant d’avantages et ils se sentent exclus de privilèges.

                                                Je vous rassure, je n’en crois pas un mot de tout ça, quand je vois les salaries du privé surtout dans les grandes entreprises comme BNP, ORANGE, où finalement ses salaries ont tellement d’avantages, on pourrait facilement les assimiler aux fonctionnaires.

                                                Et pour autant ça ne signifie pas que je rejette les fonctionnaires en les traitants de feignants. Mais je crains fort que beaucoup de gens le pensent et le pensent tellement fort qu’ils sont prêts après bien des hésitations qu’il faut faire quelque chose, que ça cesse. Là est malheureusement la première prime à Sarkozy.

                                                Je continue..

                                                Venons aux sans papiers :

                                                Quand on regarde l’Espagne, l’Italie qui a par millier généralisé la régularisation des sans papiers, ont peut dire que la France en régularisant cas par cas est loin d’être aussi solidaire qu’on ne veuille bien le dire.

                                                Pourtant beaucoup de Français malheureusement pensent qu’en France, on est trop généreux, qu’on accepte trop de gens. Ils estiment que ces « sans papiers » ne doivent pas occuper des logements vides de force, soutenus par ex par le DAL...

                                                On revient encore aux tripes de beaucoup de Français, une forme d’injustice

                                                Une bonne partie des Français moyen voire assez déclassé se sente trahis par la France, en privilégiant les sans papiers à ses concitoyens. Tout ceci m’attriste beaucoup mais je pense que c’est une réalité. Voilà la deuxième prime à Sarkozy.

                                                Venons aux cheminots :

                                                Segolene Royal avait totalement raison quand elle dit qu’il faut aussi revoir les régimes spéciaux des parlementaires. Mais voilà, les cheminots sont un symbole très fort pour les Français, surtout les plus touchés par les grèves de la SNCF. Car il s’agit bien de cela.

                                                Sarkozy en pointant sur le doigt qui fait mal mais qui fait une prime pour les millions de gens qui prennent le metro, le RER, le bus dans toute la France, Sarkozy a su mettre dans sa direction tous ces gens là.

                                                Je sais bien que les détracteurs disent que proposer une loi sur le service minimum serait contraire à la liberté de grève. Mais je crois que cet argument n’est plus suffisant. Encore une fois, on parle des tripes des citoyens.

                                                Venons aux chômeurs :

                                                Là il y a une double contradictions et injustices.

                                                Les étrangers et les français qui profitent du système français de l’allocation chômage, du RMI, des aides diverses.

                                                Car encore une fois, il s’agit de cela, Sarkozy une nouvelle fois tape là où ça fait mal, être ferme. Les Français font aussi l’amalgame entre l’étranger qui prendrait la place du français, et le français et/ou l’étranger qui profitent des aides diverses, pour s’en sortir, pendant que les autres français travaillent et estiment payer déjà assez d’impôts et venant compléter le budget des aides.

                                                Que faut il en penser de tout ça ? Et bien que finalement Sarkozy en étant ferme a voulu nous faire croire qu’avec lui y aurait plus de contrôles.

                                                Venons aux étrangers « pauvres » :

                                                J’aurais pu mettre cette catégorie soit dans les « sans papiers » soit dans les « chômeurs ».

                                                Il s’agit d’une frange des Français qui eux même sont pauvres, et qui estiment qu’on leur doit une priorité d’aide. Je pense qu’à force de vouloir aider tout le monde, on finit par se faire rejeter par les gens même à qui on veut les aider en premier. Il s’agit donc bien d’une délicatesse à bien maîtriser. Je crois qu’elle est là la première clé de la victoire de Sarkozy, mais même aussi de la droite en générale, une droite plus que jamais décomplexée.

                                                Les Français ont semble t il marre que les politiques ne soient pas assez fermes. On a souvent comparé la droite comme « facho » « dure » « injuste » « ordre » « racisme » « xénophobe » « intolérante » « bête » « ami des patrons » « licenciement » « grand capital » , et à contrario la gauche comme « juste » « progressiste » « socialiste » « paix » « tolérant » « intelligent » « éduqué » « nationalisation » « redistribution »

                                                Et je crains que les Français commencent de plus en plus à se détourner de ces principes dépassés. Je crois le clivage qui a disparu il est là.

                                                Venons à l’héritage de mai 68 :

                                                Sarkozy a jeté un pavé dans la mare en fustigeant cet héritage, et ça a dressé les cheveux de la tête de beaucoup de gens à gauche. Mais encore une fois, Sarkozy a mis le bouton là où ça fait mal. Segolene Royal a su donner une nouvelle vision de la gauche sur la valeur travail, sur la valeur de la nation, de la famille, des insécurités... Et comme vous l’aurez remarqué, j’ai fait exprès de ne pas dire : travail, famille, patrie. Pourtant il s’agit bien de ça.

                                                Voilà aussi une des clés du manque de crédibilité de la gauche, et aussi de la gauche qui à juste titre, et je suis le premier, à rejeter violemment le regime de Petain. J’entendais encore une militante soutenant DSK pendant la campagne de désignation du PS fustigeant Segolene Royal sur la valeur de la nation, et du socialisme. Cette militante parlait alors de réminiscence dangereuse.

                                                Voilà aussi une des clés de la perte de crédibilité de la gauche. Elle se ferme trop sur le passé.

                                                La gauche doit totalement rénover, elle doit s’assumer comme à gauche. En aucune manière, ça ne veut pas dire qu’il faut être à gauche dans un sens comme prônerait Fabius (quoique je ne sais plus trop bien ce qu’il veut), dans le sens où il faut aller à gauche de la gauche.

                                                Je pense que la gauche doit assumer être de gauche et aussi prôner la valeur du travail, de la famille, de la nation, etc. Et ne pas se laisser piéger par le passé douloureux.

                                                Car la majorité silencieuse elle est là, cette majorité qui se moque aujourd’hui de Petain et de sa devise. Cette majorité a besoin de nouveaux repères d’ordre, de justice. Segolene Royal a vu juste en prônant l’ordre juste.

                                                Mais voilà, là est aussi la clé de la défaite de la gauche. Royal a été comme une OVNI dans l’univers de la gauche, cette gauche qui s’offusque donc dès qu’on parle d’ordre... Bref j’en ai déjà parlé précédemment.

                                                Encore une fois, Sarkozy a malheureusement pointé là où finalement il pouvait être populaire, et voyant juste.

                                                Je voudrais conclure car ça commence à faire long.

                                                En tout état de cause, la gauche doit s’assumer comme être de gauche. Dans un premier temps, j’adhérais à la volonté de Royal de vouloir s’ouvrir au centre avant le second tour. Mais je crois que c’était trop tard. D’une certaine manière Rocard n’avait pas tord, mais même s’il estimait qu’il aurait fallu le faire au premier tour, c’était déjà trop tard aussi.

                                                Le travail du PS aurait du se faire pendant les 5 ans dans l’opposition entre 2002 et 2007.

                                                Ce qu’a fait Royal était extrêmement courageux, mais les français n’ont pas voulu la suivre car elle était trop seule, pas suivie, des défections, des contradictions de toute sorte.

                                                Car au final, c’est bien la gauche qui a précipité la chute de Segolène Royal (elle a eu aussi sa responsabilité sur ses « néo-raffarinades » qui n’ont pas joué en sa faveur même si ce ne fut que minime).

                                                Pourquoi Royal n’a jamais t elle été claire sur ses positions sur la fiscalité ?

                                                Sur la Turquie ?

                                                Sur les sans papiers ?

                                                Sur l’immigration en générale ?

                                                Sur les fonctionnaires ?

                                                Sur l’héritage de mai 68 ?

                                                En fait, elle l’a bien été, mais à sa manière, et peu de gens soit ne l’ont pas cru, soit se disent elle n’est pas sincère.

                                                Pourquoi ?

                                                Parce que la gauche est en contradiction avec les positions qu’elle a mené : la valeur travail,

                                                L’ordre juste, aider les gens les plus démunis, régulariser les sans papiers au cas par cas, attendre que la Turquie respecte les critères d’adhésion, revoir les tranches des impôts en taxant plus le capital que le travail...

                                                Je n’ai pas beaucoup parlé de l’aspect économique dans l’idéologie de la gauche, et observer la majorité des français dans la profession libérale, les artisans qui ont votés pour la droite.

                                                Royal n’a pas non plus été suivi car elle était trop seule.

                                                La vraie question est donc maintenant de revoir totalement le logiciel programmatique de la gauche.

                                                Il ne s’agit pas de designer tout de suite le futur leader de la gauche, mais d’abord de se positionner sur des choix clairs, de se retirer des idéologies, des méthodes qui ont fait leur preuve. Il ne s’agit pas non plus de refaire un programme et ensuite désigner le candidat ou la candidate à la présidentielle de 2012, et ou la le futur(e) chef du PS.

                                                Il faudra discuter avec les verts, les communistes, les centristes, les radicaux, voire au-delà, comme le fait bien Sarkozy.

                                                Trouver des convergences et des positions claires sur un certain nombre de sujet et par-dessus tout de l’assumer de manière collective au sein du même parti.

                                                Je ne pense pas qu’il faille à tout prix rassembler tout ce beau monde dans un même parti, mais de discuter et de voir les convergences comme je l’ai dit.

                                                Si par malheur la gauche continue de vouloir chacune dans ses composantes défendre coûte que coûte ses boutiques (verts, le nucléaire ou le sans voiture) (communistes, augmenter les impôts à tout prix, régulariser tous les sans papiers) (chevenementistes, nation nation nation et peu d’Europe), je vous le dis, la gauche est morte pour longtemps. De même, comme je l’ai précédemment dit, au sein même de la gauche, les combats de cours entre les personnalités ne feront que discréditer le PS.

                                                Car que fait pendant ce temps là la droite ? dans l’UMP il y a des liberaux, des souverainistes, des gens qui ont prônés des positions sociétales assez délicate (sur l’homosexualité, sur la xénophobie, ...), des gaullistes, bref tout un tas de monde qui sont unis même dans la diversité.

                                                Que disait Saint Exupéry ? « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis »

                                                Alors je vous en prie, rassemblons nous, replions notre amour propre, et trouvons des vrais compromis pour trouver plusieurs idées fortes qui nous unies, un projet crédible pour les Français.

                                                Et j’en suis sur on gagnera en 2012, voire même avant.

                                                Faisons vite !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès