Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Exhibition / prohibition

Exhibition / prohibition

...les deux mamelles de la mondialisation. Dans le même champs visuel, aujourd’hui, l’on peut voir le meilleur et le pire. A gauche, un homme sans âge mais probablement pacifiste, engoncé dans un manteau militaire et affalé sur le trottoir, au pied de la vitrine d’une pharmacie. Juste derrière la vitre, s’étale nue, une belle femme de profil mais lui tournant le dos, et vantant les bienfaits d’une crème anti-âge...A droite, la plus belle des coupé sport trois cent chevaux se gare, et en descend un mafieux dealer aux centaines de victimes d’intoxication massive. Ce sont les affreux paradoxes qui n’échappent pas à notre société moderne, dont la richesse d’un seul s’appuie de tout son long sur la ruine morale et physique de dizaines d’autres. Mais le fossé n’est pas si large que cela, puisque le second peut être contraint d’enjamber le premier afin de rejoindre son officine.

Alors que les nombreuses émissions à caractère humanitaire pourraient redonner l’espoir aux pauvres démunis, s’ils avaient de quoi se payer l’abonnement tv, le dealer, lui, balance régulièrement des dizaines de millier d’euros vers les pays pauvres. Les quelques sous que récolte le premier dans sa gamelle, disposée à côté de sa bouteille vide, lui permettront peut-être de la remplir pour une nouvelle dose de drogue légale, vendue pour un euro dans le commerce local. Ce litre et demi de picrate infâme l’aidera à passer la prochaine nuit, et à embrouiller sa conscience dans un voile nébuleux, lui cachant sa dernière force, la colère devant Dieu. Ceux qui sont les témoins audiovisuels de ces émissions humanitaires, se sachant impuissants et se sentant complices, trouvant ça révoltant, mais si peu volontaires, avaleront le soir avant de s’endormir, ces pilules miracles vendues en pharmacies.

Excusez moi si, pour un court instant, je vais parler de moi : cela fait des années que je passe à travers les mailles du filet, échappe à ce système d’inter-dépendance et m’auto-satisfais. Je pratique depuis trente ans, une attitude jugée jusqu’il y a peu, absolument illégale en Californie, et aujourd’hui permise, voire même, salutaire. Trente ans que je ne me cache pas, que je plante autour de chez moi, que j’en parle au café tabac, quitte à passer pour un paria. Trente ans que je médite, le pourquoi l’Etat l’indique, comme étant le parasite, et la nature complique.

La mondialisation, que j’appellerai mondiabolisation, pour l’occasion, établit ses règles diverses entièrement fondées sur l’inégalité. Après avoir répandu sur les ondes du monde entier, l’image de ces cops ruinant une famille pour un plant à domicile, quand le phénomène est assimilé par toutes les autorités lointaines, la Californie réforme sa constitution, et légalise le poison. S’il fallait vingt ans dans le passé pour voir arriver toutes les modes, de ce modèle de société, chez nous dûment médiatisées, par cet organe qu’est la tv, pour faire changer les mentalités, encore vingt longues années, avant que je ne sois déclaré...initié. Pour le moment, c’est délit.

Pendant ce temps, l’Etat déploie ses moyens militaires, et à grand renfort d’hélicoptères, cherche là, la belle affaire, le petit plant qui fait tant rire et qui détend. « Des gendarmes de la Réunion ont détruit mercredi à Mafate plus de 5.000 pieds de cannabis correspondant à la plus importante saisie opérée dans l’île, a-t-on appris de source judiciaire. La descente de gendarmes à Mafate a fait suite aux informations données par un agent de l’ONF (Office national de forêts) qui avait remarqué une plantation de plusieurs centaines de pieds. Après un repérage des lieux par hélicoptère, une quinzaine de gendarmes sont intervenus dans quatre plantations totalisant 5.247 pieds de 50 cm à 2,5 m de haut. La valeur marchande de la saisie n’a pas été communiquée par les gendarmes. Le plus grand danger pour les spécialistes est le mélange de zamal au Rhum ou à des médicaments...

Tiens ! Amusant, en cas de mort du contrevenant, la cause en sera-t-elle le cannabis ou le médicament, sachant que le cannabis n’a jamais tué ? ( Comme de nombreux décès attribués à la pandémie, dont les journalistes se sont vus obligés de déclarer que les patients étaient déjà fortement affectés par d’autres infections ? )

Et pendant que j’y pense, toujours pas de dépistage contre les méfaits de médicaments légaux, dont l’on pourrait pourtant aisément les croire responsables de quantité d’accidents de la route ?

Et pour finir, l’urgentiste Patrick Pelloux, ( attention, page de la nouvelle république infestée par la pandémie bancaire ), invité samedi soir à France deux, au cours de l’émission la plus vue du réseau public, à qui l’on demandait son avis sur la pandémie, la plus grave crise journalistique qu’a connue la pire année de la décennie, a répondu :

«  Les défaillances du système de santé, la désorganisation des hôpitaux ont une seule cause  : le manque de moyens, même si NS affirme le contraire. Et si, malgré la crise, on s’en sort mieux qu’ailleurs, c’est grâce à la Sécurité sociale, qui sert de tampon. Même Obama a cité notre système de protection en exemple.  » L’urgentiste de service tire la sonnette d’alarme  : «  Si vous ne préparez pas votre retraite, c’est l’infarctus six mois après.  » Et si vous lui parlez du ministre de la Santé, alors là, il s’étrangle. «   Bachelot manque de dialogue et de concertation. Son projet de loi d’autoriser la pub viticole sur le Net est une aberration et elle ne fait rien contre le plus grave des fléaux : la montée en puissance de la cocaïne. Tant qu’on envisage cette lutte comme une méthode répressive, et non pas comme une véritable guerre économique, on aura perdu. Les États-Unis, c’est Val-d’Isère. Ils ont le nez dans la neige  ! Les trafiquants envahissent l’Europe. Il faut tout de même savoir que des infarctus avant 40 ans peuvent être dus à la consommation de coke.  » Et le doc hausse le ton  : «   La stratégie des trente dernières années est un échec. On a tout essayé. Les cartels colombiens peuvent déstabiliser l’économie mondiale.  »

 

Les jet-setters exhibent leur accoutumance effrénée à la cocaïne dans les affaires qui débordent des médias, leurs fans se ruent dessus ce marché à 80 euros le gramme, et à côté de cela, la propagande gouvernementale prohibe tous les jours un peu plus cette herbe naturelle que Dieu nous fit.

La drogue est dure...mais c’est la loi !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Pyrathome pyralene 18 janvier 2010 12:28

    Excellent papier, vous avez parfaitement raison , Lisa , la diabolisation continue.....


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 13:01

      Merci Pyralène, autre drogue légale,

      J’ai pensé à ce titre : DURA LEX TAZY, SED LEX.


    • sentinelle 18 janvier 2010 12:52

      tres bon ......merci aux initiés....

      une question a l’auteur...la loi autorise 10 plants / personne vrai ? ou faux ?

      pour les pays legalisateurs......y a t il un taux de THC a respecter ?

      cela fait deux questions en verité...lol


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 13:04

        Désolé je ne me suis jamais posé la question, mais cela m’étonnerait puisqu’en fait, Tout est interdit, on a compris. Je vais consulter la toile a+.


        • sentinelle 18 janvier 2010 13:39

          a visionner

          http: // inouvelles.blogspot.com/2009/12/lhuile-de-canabis-peut-etre-le-remede.html


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 15:40

          Bonjour CN,


          « il faudrait évoquer le phénomène de la vraie-fausse prohibition en France.
          Un système pervers où, afin de satisfaire un électorat conservateur... »
          Le problème peut se vérifier dans chacune de nos mairies où nous ne pénétrons pour le plus grand nombre que pour apporter nos voix aux élections. le reste du temps, nous allons chercher des droits de...Cette grande majorité de vide laissés à nos dirigeants communaux les autorise à faire n’importe quoi, et cela se ressent par des endettement croissants. 

          Cet abandon de pouvoir se traduit de notre faute par une spoliation des trois règles essentielles écrites sur le fronton. Ils ont tous les droits, nous n’en avons plus un seul ! 

        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 17:59

          CN,

          « dangereux l’un et l’autre avec des machines ou au volant. » Que nenni ! C’est l’alcool qui tue en annihilant la perception du risque par une vitesse supérieure, alors que le cana calme, détache de la course folle du flux tendu social et ralentit les actes en augmentant la perception de chacun par une vision du temps présent nettement plus précise. Lorsque l’on réalise que l’on a personne qui nous court après ni de raison de pulser, l’on roule beaucoup moins vite.

          Ce que j’en pense, c’est qu’on devrait laisser parler ceux qui savent et répondre au mieux aux bonnes questions comme celles que vous posez. Je vous remercie et espère y avoir répondu avec clarté et sans diversion.
          Bien à vous. L.S.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 15:29
          deux liens révélateurs de la manipulation :


          http://inouvelles.blogspot.com/2009/12/lhuile-de-canabis-peut-etre-le-remede.html

          Jeter l’opprobre sur une plante naturelle rustique cultivable à domicile permet d’mposer sournoisement un marché parallèle de poisons légaux et d’installer avec la bénédiction des experts en merde en gros. Un pourcentage ridicule de containers de provenance mondiale est vérifié par la douane officielle, cela laisse une marge immense de liberté pour tous les trafics les plus pourris. 

          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 février 2010 18:15

            Et d’ailleurs, ce ne sont pas les produits qui engagent la contrefaçon, mais les prix pratiqués :


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 16:05

            Merci sentinelle,


            Petit renvoi vers la méthode us pratiquée pour imposer le système qui nous oppresse :


            • Gabriel Gabriel 18 janvier 2010 16:38

              Bonjour Lisa

              Il n’est pas exagéré d’affirmer que journaux, radio et télévision affectent l’esprit humain exactement de la même manière que le font les drogues mineures. Le hash annihile - du moins temporairement - l’esprit de synthèse pour lui substituer un processus linéaire qui ne permet pas le retour en arrière, qui procède par flashes consécutifs, sans lien les uns avec les autres, et qui, en conséquence, fait éclater l’esprit en autant de petites cases indépendantes qui se suffisent à elles-mêmes avant de mourir d’inanition. Qu’est ce que ces puzzles de liberté face aux horreurs programmées des moralisateurs qui voudraient nous juger ? Foutaises, le jour ou la taxation et le contrôle totale des ces produits leur sera acquis, ils trouveront bonne conscience pour en généraliser l’usage. 


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 17:22

                Bonjour Gabriel, tout à fait,

                sauf que la matière artisanale locale est égale, alors que l’artificielle qui envahit le marché dont parle Pelloux est totalement instable et hétéroclite. Donc, d’ici là, la masse des consommateurs lambda paye plein pot de la merde en vrac ultra coupée avec des médocs hors date et autres substances n’apportant aucunez plus value au produit. Pelloux est le mieux placé pour en connaitre les dégats provoqués, pendant que l’élite se régale avec la substance pure et gratuite pour eux. En effet, ils se l’échangent contre des services et se la troquent sans passer par la monnaie.

                Un reportage récemment montrait comment l’armée luttait contre les labos clandestins en Colombie. Ce jour là, les journalistes filmaient. L’hélico survole la forêt à cent mètres et détecte une fumée puis une bâche bleue. ils jettent un fumigène et vont faire leur boucle pour se poser dans la clairière. cinq minutes. Quand Ils arrivent, il y a plus personne. Ils brulent les produits finis et détériorent les matières premières...Imagine s’il n’y a pas le journaliste, qu’est ce qui les empêchent de charger le colis de cent kilos et de le rappatrier où ils veulent par le canal diplomatico-militaire ?

                J’ai connu dans mon coin un type qui avait repris un ptit bar local. Belle caisse japonaise 12 valves, belle femme, bel endroit...mais comme c’était loin de tout, il n’y avait jamais personne, ainsi j’ai pu communiquer à fond. C’est comme ça qu’un jour, après trois whiskys, il m’a tout lâché. Il est rentré de son service en Israël avec qques kilos de sheet avec lequel il s’était payé le bar, et dealait le reste en local.

                Il y a évidemment une filière israélienne, et c’est pas la libération des mules, Sarah et sa copine, après dix huit mois pour trois kilos chacune qui témoigne du contraire.

                http://www.mondial-infos.fr/actualite/justice/republique-dominicaine-celine-et-sarah-sont-sorties-de-prison-18143341/ Attention, page infestée par la pandémie alcool...

                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/au-pays-enchante-d-uribe-des-sous-42760

                http://www.drogue-danger-debat.org/page_det.php?id=546&theme=actualite&chemin=archive : extrait

                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pour-en-finir-avec-la-drogue-57579

                Cordialement. L.S.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 21:16

                Ca c’est intéressant, arrête moi si je m’égare,

                " Le hash annihile - du moins temporairement - l’esprit de synthèse pour lui substituer un processus linéaire qui ne permet pas le retour en arrière, « le hash détourne du quotidien et renvoie vers l’inconscient non résolu, provoquant un changement de cap définitif.

                 » qui procède par flashes consécutifs, sans lien les uns avec les autres, « La même substance reprise dès le lendemain peut avoir un effet différent à la veille, consécutif au changement de cap

                 » et qui, en conséquence, fait éclater l’esprit en autant de petites cases indépendantes qui se suffisent à elles-mêmes avant de mourir d’inanition. " L’on ne se souvient pas précisément le lendemain au réveil de la quantité de porte ouvertes la veille sur toutes les questions résolues.

                Vas-y développe.


              • Gabriel Gabriel 19 janvier 2010 14:13

                Et brother, si tu n’es pas loin de Toulouse, je t’invite à le vérifier devant une bonne bière !

                Cordialement

              • Redj Redj 18 janvier 2010 17:01

                Merci Lisa SION pour cette mise au point !!

                Beaucoup de personne sont dans votre cas, cultivent leur jardin secret dans une discrétion plus ou moins élaborée, ceux-là savent de quoi vous parlez !!!

                @Christian NAVIS

                Évidemment, comme toute substance, son usage n’est pas anodin, et ne doit pas être abusif. A mon sens, l’usage quotidien est déjà largement à prohiber, sous peine d’avoir les effets que vous décrivez.. C’est vrai qu’une légalisation permettrait de contrôler la qualité, mais l’utilisation doit se faire de manière responsable. On ne laisse pas un gamin de 14 ans fumer, tout comme on ne le laisse pas boire de l’alcool.

                Bien à vous.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 17:30

                  merci Redj,

                  voilà, les mêmes limites que l’alcool et un usage festif de fin de soirée quand on n’a plus à bouger de chez soi, comme le font les gens heureux qui vivent cachés et ne témoignent pas pour être tranquille et éviter le vol de plant : http://www.ladepeche.fr/article/2007/10/11/49959-Culture-Vols-a-l-arrache-pour-les-plants-de-cannabis.html

                  Communiquer comme je le fais c’est prendre un risque pour sa tranquillité, mais sauver bien des parents qui cherchent à sortir leurs enfants du trafic infernal.

                  Bien avoue... !


                • Fergus Fergus 18 janvier 2010 17:22

                  Bonjour, Lisa Sion.

                  Personnellement, et bien que n’ayant jamais essayé la moindre drogue, j’ai eu maintes fois l’occasion de constater à quel point l’usage modéré du cannabis est bénin, sauf sans doute pour la conduite automobile, eu égard au relâchement de concentration qu’il induit.

                  Et cela contrairement aux drogues dites dures dont j’ai pu, en différentes occasions, mesurer les effets désastreux chez les jeunes et même en être victime sous la forme d’une agression gratuite commise par des consommateurs d’un crack frelaté.

                  Mon fils lui-même a consommé du hasch sans jamais en être pénalisé d’aucune manière. Mais en écrivant cela, je sens que je ne suis pas politiquement correct...


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 17:47

                    Merci Fergus pour ce témoignage vivant qui confirme mon post précédent,

                    le plus grand danger que craint l’autorité est que, au premier joint, l’on réalise à quel travers se situe-t-on par rapport avec la réalité sociale politique et même familiale, selon sa position personnelle. L’on perçois tout de suite d’un seul coup, ce qui provoque une claque, qui ment effrontément et qui est vrai et lucide. Un tel changement d’état cérébral fait peur parce que l’on se demande si cela se traduit par un état physique quelconque équivalent...

                    je sors la phrase du contexte et cela donne : « je ne suis pas politiquement correct... » Donc tu vote à gauche... ??? ( rire )

                    Ma propre éducation scolaire m’a mené à une précarité intellectuelle telle que j’ai pris cette claque plein pot. Depuis, je me suis bâti avec éclectisme et bien que n’étant spécialiste en rien, je m’intéresse à tout. Voire les thèmes de l’auteur. a+.


                  • Fergus Fergus 18 janvier 2010 17:59

                    @ Lisa Sion.

                    N’être spécialiste en rien et s’intéresser à tout pourrait également être ma devise tant je me retrouve dans cette affirmation. D’ailleurs rien n’est plus rébarbatif que les spécialistes de quelque chose qui ne s’intéressent à rien hors de leur spécialité. L’horreur ! Et le pire, c’est qu’il en existe !


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 19:43

                    Tout à fait, c’est courant,

                    Tu me rappelles quand tu vas en amoureux dans un petit resto perdu et arrive le premier, tu t’installes au meilleur endroit et commence à te délecter jusqu’à ce qu’une famille arrive avec deux rivaux chefs, tous les deux plus spécialistes l’un que l’autre dans la chasse ou autre chose...

                    On n’entend qu’eux et ils emmerdent tous le monde ! Navrant ...


                  • la_gata la_gata 30 janvier 2010 16:53

                    Bonjour ..
                    je crois que au premier joint on se rend compte de que on a fait trop de bruit pour un petit cigarrette qui detend et fait rire..pas plus dangeroux qu’ un verre de rouge..
                    pour la suite ... pour savoir ou on est par rapport a sa vie , aux autres etc etc etc ..
                    c’est plutôt a la premiere prise des entheogenes .. ou plantes dites ’maitresses’
                    comme les champignons, san pedro , ayahuasca , salvia , iboga , etc.

                    http://www.sylvanimus.org/


                  • brieli67 18 janvier 2010 21:33

                    REFLEXE EROWID l
                    l
                    la banque de données des « psychoactifs »

                    http://www.erowid.org/plants/cannabis/cannabis.shtml


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2010 21:58

                      merci pour le lien,

                      ah, je comprends mieux, je me doutais bien que Brieli67 fumait ses poireaux...a+.


                    • Reinette Reinette 18 janvier 2010 22:50



                      Bonsoir LisaSion2
                       
                      ci-dessous un lien qui pourrait en intéresser  smiley
                       

                      Luttes pour un monde sans frontières (no borders, no papers) / Justice partout - Police nulle part / Droit au logement / Droit à l’alimentation / Droit au revenu d’existence


                       smiley  smiley  smiley  smiley  smiley
                      Vous pouvez intervenir en direct en téléphonant au 09 52 73 81 53 ou en venant assister à l’émission au 38 rue Keller (11e - Paris), à ... 20 heures.

                      http://cannabissansfrontieres.org/regarder-le-nouveau-20-h-en-direct,045.html



                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 janvier 2010 00:27

                        Bonsoir Reinette, merci pour le lien et ce vieux com en rapport...

                        Pourquoi ne pas faire simple, local, et à la mode de chez nous ?

                        ITER, comme airbus, Eurotunnel et les frégates de « l’île de taille vent « , c’est la pratique façon qu’utilisent nos dirigeants pour produire des factures à rallonges. Celles-çi peuvent être largement multipliées en fonction de la gourmandise de ceux, dans leur dos, qui les parasitent. Ainsi, il devient difficile de vérifier comment des milliards d’euros sont détournés au profit de despotes ou de corrompus. Dans le cas d’ITER, 20 milliards d’euros sur 20 ans pour fabriquer une grosse cocote minute et la raccorder au réseau EDF...ça fait mille millions d’euros par an, avec trois cent emplois ouvriers, (et x mille chercheurs !) Pour moins que cela, on pourrait doubler chaque poteau électrique, ( Il y en a encore 65000 non enterrés dans le département de la Creuse, 254.000 haute et moyenne tension, et donc plus ou moins sept millions dans le pays. ), d’un semblable, mais éolien.

                        Une hélice en proportion, débrayable, transparente, un relais au réseau et un accumulateur pour ceux qui seraient situés en bord de route. Avec une place pour se garer, le temps d’une pause, on peut ainsi faire son plein en une quelques minutes, pour 1 ou 2 euro avec une simple carte bancaire...

                        Évidemment, pourquoi faire simple et local quand on peut faire compliqué et hors de vue...si ce n’est encore pour embrouiller le peuple, favoriser les détournement de factures au seul profit des corrompus mafieux et lobbys et développer le système de dépendance par abonnement, extensible à volonté jusqu’à étranglement du contribuable.

                        Il nous reste 15 ans avant le renouvellement de notre parc nucléaire et l’un n’empêche pas l’autre.

                        La technologie existe et ne demande aucune nouvelle étude ni recherche coûteuse. Il y a bien trente emplois par département à la clé...

                        Tant que l’idée est née avant la fin du pétrole, c’est qu’il est encore temps...

                        et enchanté de te savoir toujours aussi vigilante. L.S.


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 janvier 2010 00:39

                        F

                        Extrait : Peut-on arrêter la cocaïne en fumant de la marijuana ? C´est ce que suggère une équipe composée de scientifiques américains du National Institue on Drug Abuse (NIDA) et de chercheurs néerlandais de l´université de Vrije, à Amsterdam. Publiés dans Nature Médecine, les résultats de leurs expériences montrent que la consommation de cannabis limite de façon sensible le taux de rechute chez des rats cocaïnomanes privés de leur substance favorite. La première phase de l´expérience a consisté à soumettre des rats drogués et dépendants à un régime sans cocaïne pendant 14 jours. Ces animaux ont ensuite reçu une injection d´un équivalent chimique du cannabis. Placés dans un environnement susceptible de les faire replonger, 50 à 60 % d´entre eux ont résisté à la tentation. Conclusion des chercheurs : la drogue synthétique absorbée par les rats a bloqué leurs récepteurs au cannabis. Sollicités lors de la consommation de marijuana, ces récepteurs jouent un rôle important dans le processus de dépendance à d´autres substances. Pour Alain Leshner, le directeur du NIDA, "cette découverte ouvre de nouvelles voies vers le développement de drogues destinées à arrêter définitivement l´usage de cocaïne". Taco De Vries, le directeur des expériences menées du côté hollandais, a ajouté que le blocage des récepteurs au cannabis pourrait même aider à la désaccoutumance de substances comme l´héroïne ou le tabac .

                        Fumer de l´herbe pour arrêter la coke

                        Selon une équipe de scientifiques américains, la consommation de marijuana permet d´arrêter la cocaïne.



                        • fhefhe fhefhe 19 janvier 2010 01:15

                          Je , Tu , Il  « Joint » mal ses fins de mois.
                          Tel est le « Joint » qui unit les victimes de la mondialisation...
                          Enfin , les Français sont les rois du Sytème D , à chacun son « Plant » pour oublier ses soucis quotidiens... !!!
                          En « Juin » chaque nation qualifiée pour les phases finales de la coupe du Monde va planer d’espoir de pouvoir la remporter
                          Allez Raymond (Domenech) fait nous « Kiffer »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès