Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > F. Bayrou se rêve entre de Gaulle et Mendès France

F. Bayrou se rêve entre de Gaulle et Mendès France

Après l’avoir décrié, François Bayrou était hier soir, à son tour, l’invité de PPDA dans ce qui est devenue l’incontournable émission politique des présidentielles « J’ai une question à vous poser ». Les 17% d’intentions de vote que lui prêtent les sondages lui ont permis d’apparaître détendu et de se livrer à l’exercice avec une certaine bonhomie. Pourtant, derrière le numéro de montreur d’ours (des Pyrénées) et les rêves de grandeur, subsiste une tenace impression de flou.

Si l’on arrive à cerner à peu près l’homme François Bayrou, l’exercice est plus difficile pour le candidat et son programme. Dans son fond de commerce, le ni gauche ni droite ou plutôt le et gauche et droite, allié à une volonté d’union nationale est sans aucun doute la marchandise qui a le plus de valeur. De là à constituer un programme, ou une vision même minimale, pour le prochain quinquennat, on en est loin. Si le président de l’UDF revendique un chemin, il ne fait pas état du point à atteindre et c’est bien là toute la faiblesse de sa posture.

Quoi qu’il dise de ses adversaires principaux, ceux-ci ont, chacun en ce qui les concerne, une feuille de route et un projet de société qui parlent aux Français. Pas François Bayrou. Avec intelligence, il fait la pirouette en s’abritant derrière une dette abyssale qui ne permettrait plus aucune ambition, autopersuadé que les campagnes ne se gagnent plus avec des promesses. Difficile pourtant de susciter l’adhésion en ne promettant que de l’austérité.

L’éducation ? L’ancien ministre qui n’a, loin de là, pas laissé de souvenir impérissable dans la fonction hormis celui d’avoir réussi à mobiliser contre ses réformes un million de personnes dans les rues, entend bien, superbe ironie, user de son expérience passée pour chasser à gauche. Un gibier de gauche qui hier soir portait l’étiquette "enseignant".

La gouvernance ? Que peut faire un président s’il ne dispose pas d’une majorité à l’Assemblée ? La question est essentielle. La réponse fuyante. "Les Français auront l’intelligence de donner une majorité au nouveau président". Un peu ambitieux de croire que la chambre sera demain à dominante UDF. Si le président de la formation centriste a pour l’instant réussi à faire oublier qu’il est un homme de droite, le tour de passe-passe sera plus difficile à réaliser dans les circonscriptions.

Institutions ? Pas de réforme en vue mis à part la promesse démagogique d’interdire aux députés absents de l’hémicycle de voter par procuration. Ca fait bien et ça ne coûte rien. Moins en tout cas que de s’engager sur un strict cumul des mandats.

Les sujets délicats de l’immigration et de la relance de la construction européenne ont, quant à eux, été opportunément oubliés malgré les 90 minutes de l’émission.

Ses racines de droite, F. Bayrou les retrouve naturellement quand il évoque, dans ses quelques mesures phares, la sortie des 35 heures "vers le haut" et les aides en faveur des petites entreprises à qui il promet l’exonération de charges sur 5 ans pour deux emplois créés.

Le Béarnais peut jubiler quant il évoque les ponts d’or et les strapontins qu’il a refusé hier et ceux qu’on lui promettra demain. Reste à savoir à quoi servent le centre et son candidat ? La malédiction de "l’introuvable centre" c’est justement de n’avoir constitué depuis l’après-guerre, à l’exception notable de la parenthèse VGE, qu’une force d’appoint. Un pivot incontournable qui faisait et défaisait les majorités et donc les gouvernements. Et aujourd’hui, à quoi aspire François Bayrou avec ses 17 % ? S’il est absent au second tour des présidentielles, pour qui appellera-t-il à voter ?

Dis-moi pour qui tu votes, je te dirai qui tu es.


Moyenne des avis sur cet article :  1.78/5   (225 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Yann Riché (---.---.204.1) 27 février 2007 10:29

    La force d’une élection est de rassembler et point de diviser. Au final les électeurs décideront et la majorité ne sont ni de l’UMP ni du PS ni de gauche et ni de droite et pourtant à droite et en même temps à gauche.

    Mettons fin à la ségrégation.


    • RemiZ (---.---.178.10) 27 février 2007 16:22

      Bayrou est un homme intéressant, mais son plan est malheureusement voué à l’échec. Si il compose effectivement un gouvernement des 2 bords, chaque petite crise politique se transformera en carpharnaüm immobilisant tout le pays. Les ministres se renvoyant les erreurs les uns sur les autres.

      Imaginez : les ministres de gauche accusent ceux de droite, ceux de droite accusent ceux de gauche et Bayrou le président accuserait son gouvernement...

      Son idée est intéressant sur le papier, mais conduirait à une situation inténable...


    • Julot (---.---.230.84) 27 février 2007 17:14

      Le vrai soucis, c’est que Bayrou ne croit pas ce qu’il dit.

      Il dit vouloir réformer l’école sans toucher aux syndicats, alors même que les syndicats sont le fond du problème.

      Mais le dire lui ferait perdre des voix chez l’electeur de gauche fonctionnaire.

      C’est du pure calcul politicien. On en déduit facilement qu’il en va de même avec les autres points de son programme.

      On verra ce que ca donnera à l’arrivée, mais il ets clair que bayrou élu, et bayrou qui échoue, cela donner a le front national la fois suivante.


    • leloup (---.---.20.217) 28 février 2007 00:43

      c’est quand même hallucinant que l’on écoute pas ce qui est dit (à maintes reprises). Donc répétition du plan (qui n’a rien de particulier d’ailleurs)

      1) Bayrou élu 2) Programme confirmé : 1, 2, 3 etc. 3) Personnalités contactées sur la BASE D’ACCEPTATION ET IMPLEMENTATION DU PROGRAMME forment gouvernement : il ne s’agit donc PAS de faire s’asseoir ensemble des gens ayant des opinions différentes sur la marche à suivre mais seulement des sensibilités d’origines différentes, mais d’accord sur les mesures à prendre. 4 : législatives basées sur le même modèle = donc rassemblement de diférents acteurs autour d’un projet commun sous une étiquette commune. Si les gens ont voté Bayrou pour son projet et pas pour ses grandes oreilles, ils voteront pour les élus locaux qui font de leur programme celui de Bayrou. Donc majorité.

      Où est le problème ? que tous vont mentir pour avoir accès aux strapontins ? Dans ce cas ça seraiit une stratégie risquée car ils perdraient vite leur siège aux prochaines législatives. Donc ils ont intérêt à défendre et appliquer le projet du Président.


    • Albert (---.---.102.41) 28 février 2007 10:00

      Comme c’est agréable d’être béotien ! Mais béotien sans parti pris, uniquement nourri de souvenirs ,vécu et sur lesquels, une réflexion primaire (j’en conviens)a pu s’exercer

      Quelle idée ? : « penser rassembler des personnes de convictions différentes pour gouverner ensemble » ????

      Permettez-moi de citer ;ce que l’on pourrait appeler « le théorème du Bouvier »

      Comparaison n’est pas raison c’est vrai mais ?

      C’était hier, (enfin, presque ) ;du temps ou la mécanisation n’avait pas encore atteint la France profonde Les foins, les gerbes de la moisson étaient alors transportées par des chars tirés par dés bœufs

      Pour assurer une traction efficace, m’a appris le bouvier(celui qui conduit l’attelage)il faut apparier les bêtes(mettre à gauche l’animal qui tire à droite et à droite, celui qui tire à gauche)ainsi les deux animaux réunissent leurs efforts de traction par l’intermédiaire du joug

      Ce qui était réalisé, sans mal pour les chars de ma jeunesse ;n’est-il pas possible pour le char de l’État ?

      Navré de vous avoir fait perdre un temps précieux


    • (---.---.131.14) 27 février 2007 10:39

      Pourquoi y a-t-il dans cet article une subreptive insinuation que la prestation n’aurait point été de qualité ?

      De flou il n’y a point lorsqu’on autorise le lecteur à être curieux et à aller se documenter sur le site du candidat où tous les grands sujets sont abordés et la position soigneusement précisée.

      Voir : http://www.bayrou.fr/propositions/

      De flou il n’y a point lorsqu’on gratifie l’honneteté du candidat à présenter avec pédagogie un scénario plausible, pour peu que la majorité présidentielle et le clivage politique ainsi créé lui permette sa mise en oeuvre.

      On pourra (encore) reprocher un peu de manque de charisme (puisqu’il n’y a définitivement que cela qui lui soit opposable... on aime ou on aime pas le côté humain et bonhomme du personnage), mais son projet d’Union nationale est fluide, cohérent et a le mérite d’être à la fois séduisant et ... différent.


      • -GF- -GF- 28 février 2007 09:45

        Tout à fait d’accord avec ce commentaire, Mais que faut-il à Henry ??

        un candidat bien fait, un bon programme (dynamique, social, écolo et tout et tout), avec des mesures et des réformes ficelées au millimètre, des comptes au centime près... le tout formidablement exposé en 90 minutes, dans une émission plus regardant sur son audimat que sur l’information ??? allons allons, un peu de bon sens !

        François Bayrou a été parfait dans cet exercice, j’ai été étonné de son aisance et sa sincérité. Un bon poulain.

        - GF-


      • christophe_l (---.---.5.199) 27 février 2007 10:55

        je trouve la critique un peu facile, je me demande si la médiatisation, guignolesque de canal+ et partisane de Tf prout ne serait pas passée par là ??????

        En effet, pourquoi être convaincu à ce point que l’union des bonnes volontés (c’est comme cela que j’appelle l’union droite -gauche moi)ne peut être possible, n’existe t-il donc plus en France de ce désir farouche de faire sortir notre pays de l’ornière ??????

        Pensez vous réellement que les méthodes traditionnelles tant de gauche que de droite aient fait leur preuve ????

        Et vaut il mieux un homme qui à le courage de dire que notre dette est catastrophique, que nous fonçons tête baissée dans le mur, ou un homme(une femme éventuellement), qui continue sur le ton des belles promesses que l’on nous serre depuis 1981 ?????

        Pour une fois, on nous sert de l’honnêteté, et des idées visant à rassembler la France ; il n’y a peut être pas de garantie de résultat, mais j’ai envie de me dire que l’on aura au moins essayé autre chose.....


        • PapyJC_78 (---.---.57.109) 27 février 2007 11:01

          Le point à atteindre est, pour moi, clair :

          Rétablir une véritable démocratie en france et celà me parait être un bon programme après 30 ans de « déviationisme » anti démocratique tant chez les politiques qui, pour se simplifier la vie, préfèrent ne pas avoir de contradicteurs pour imposer leurs idées (surtout lorsqu’elles sont minoritaires) que dans les médias qui vivent de leurs accointances avec le pouvoir politique, et chez les « élites » pour pouvoir continuer « à faire du fric » tranquilles.

          Rien que celà représente déjà plus que ce que promettent les autres candidats qui, en fait d’idéal ne proposent que de continuer comme avant à hypothequer l’avenir des générations futures en creusant une dette insupportable. « Après moi, le déluge » disait Louis XV avec la suite que l’on sait...

          La proposition de départ, certes inhabituelle par les temps actuels, est bien de faire cesser la gouvernance de la France par les élus d’un tiers des français contre le reste.En alternant tous les 5 ans. Est-t-il vraiment inimaginable que certains élus soient intellectuellement honnêtes et capables de se mettre d’accord sur un projet même s’il n’émane pas des dirigeants de son Parti ? considérez vous les hommes et femmes politique comme « tous pourris » ?

          « Démago » d’exiger de nos représentants qu’ils soient présents sur leur lieu de travail ? N’est-ce pas ce qu’exigent quotidiennement, et à juste titre, les dirigeants d’entreprises qui souhaitent « faire tourner la baraque » ? Pourquoi l’Etat (le peuple) ne devrait-il pas en exiger autant de ses (employés) élus ?

          Qui peut souhaiter actuellement le statu quo ? Apparement pas les 70 % de français qui selon plusieurs sondages souhaitent casser le bipartisme qui a fait durant 30 ans preuve de son incapacité à tirer la France vers le haut. Ne serai-ce pas démocratique de les écouter plutôt que de les traiter de « benêts » ? (Merci M. Lang, je suis fier d’être un benêt ! même utopique)


          • Voltaire Voltaire 27 février 2007 11:01

            Analyse contestable.

            Sur la forme, François Bayrou n’a certes pas la réactivité de Nicolas Sarkozy, mais il m’est apparu quand même plus profond que Ségolène Royal. Les réponses étaient en général claires et argumentées. Je n’ai relevé qu’une seule période de floue, sur la question Iranienne, et une forte émotion sur le problème des harkis.

            Sur le fond, contrairement à vous, je pense que sa prestation a été la plus convaincante sur la question de son futur gouvernement de rassemblement. Il est en effet très probable que les français donneront au nouveau président une majorité pour agir ; si Bayrou est élu, il y aura des candidats « majorité présidentielle » dans toutes les circonscriptions, ceux-ci pouvant être non-UDF s’ils acceptent le programme de gouvernement proposé par le président de la république. C’est on ne peut plus clair, et, quelques soient les postures actuelles des autres partis, parfaitement applicable. Je pense d’ailleurs que cela conduira à une recomposition des deux partis UMP et PS, qui sont partagés par d’importantes différences idéologiques en interne.

            Bayrou a aussi été convaincant sur l’éducation et l’économie. Il a été aidé par des questions de fond du public, moins soucieux cette fois de ses intérêts personnels (un bon point pour les organisateurs).

            Pour conclure, sans crever le plafond, il a affirmé une stature de présidentiable au moins à l’égal des deux autres candidats favoris. Les français ont donc trois vrais choix possibles (Le Pen ne pouvant raisonnablement pas être élu), et pourront se prononcer sur des projets de société différents, parmis lesquels celui de Bayrou n’est certainement pas le plus mauvais.


            • candidat 007 (---.---.41.75) 27 février 2007 11:39

              Voltaire,

              Vous dites

              « Je pense d’ailleurs que cela conduira à une recomposition des deux partis UMP et PS, qui sont partagés par d’importantes différences idéologiques en interne. »

              Vous êtes bien obligés d’y penser autrement vous seriez obligé de croire le projet de bayrou irréalisable. Pour la bonne et simple raison qu’il serait inimaginable d’avoir l’UMP et le PS en même temps dans l’opposition. Il y aurait donc tout le monde dans l’opposition.

              la question qu’il faut poser à Bayrou, ce n’est pas « avec quelle majorité il va gouverner ? », mais est-ce qu’il croit quil y aura une opposition dans son parlement et laquelle ?

              Si vous vous posez cette question, vous percevrez alors la difficulté à laquelle se heurte le projet Bayrou.

              Sur l’émission proprement dite, j’ai trouvé que Bayrou se torunait en permanence vers Poivre d’Arvor comme s’il pesnsait que le débat avait plutôt lieu avec les médias qu’avec les citoyens. C’est une impression.


            • Voltaire Voltaire 27 février 2007 12:44

              Je pense en effet qu’une recomposition du paysage politique est inévitable. A gaudhe, l’opposition entre antilibéraux et démocrates-sociaux pro-européens est profonde. Une scission avec la partie DSK s’alliant à Bayrou et l’autre partie étant dans l’opposition est possible (c’est ce qui s’est passé aux Pays-Bas : le parti travailliste social-démocrate est au pouvoir avec le parti chrétien démocrate, tandis que le parti socialiste plus à gauche et plus opposé à l’Europe est dans l’opposition).

              Quant à l’UMP, on voit aussi apparaitre plusieurs lignes de clivage entre gaullistes traditionnels, libéraux et droite modérée. Un défaite de Sarkozy pourrait provoquer un éclatement, avec une partie modérée menée par Juppé alliée au gouvernement, et une partie plus dure dans l’opposition.

              Mais en aucun cas je ne vois dans cela de problème pour un Bayrou président. S’il est élu, il aura une majorité pour gouverner, au moins dans les 2-3 premières années (après, tout le monde se place pour l’élection suivante et cela se complique).


            • candidat 007 (---.---.41.75) 27 février 2007 13:08

              Dans son projet de 6 éme république, Bayrou tend au rencement du présidentialisme et donc d’une certaine bipolarisation. Bien sûr il l’adoucit par une dose de proportionnelle pour les élections législatives mais, à mon avis, ça ne colle pas avec une réussite de son propre projet présidentiel.

              Son projet et ses orientations, (on a besoin de tout le monde, des gens compétents de droite comme de gauche, trouver un certain consensus sur de bonnes idées etc..) collaient mieux avec un président-arbitre au-dessus des partis, qui se satisferait de faire respecter les institutions voire de les faire évoluer démocratiquement, de représenter la France, un président « vieux-sage » avec du recul qui délivre de grandes orientations donne ses indications empreintes de bon sens, mais qui délègue les vrais pouvoirs à un premier minitre issu de la majorité parlementaire. Dans ce cadre là, la Véme république lui allait trés bien.

              Or il propose une 6 eme république présidentielle qui ne correspond pas au personnage qu’il veut incarner pour la France.

              je crois qu’il le sait , et que c’est pour cela qu’il n’insiste pas trop sur sa sixième et qu’il ne prend aucun vrai engagmeent pour la faire passer (utilisation du référendum institutionnel de l’article 11 par exemple).


            • Voltaire Voltaire 27 février 2007 13:42

              @candidat007

              Pas faux. Effectivement, je vois plus F. Bayrou dans ce rôle d’arbitre, mais je ne suis pas certain que son projet de VIème république lui soit incompatible. Avec 50% de députés élus à la proportionnelle, on a quand même des possibilités plus importantes de gouvernement de coalition tout en conservant une prime majoritaire forte pour gouverner. Je ne connais pas assez son projet pour savoir quel rôle est défini pour le premier ministre. Mais si cela a de l’importance sur le moyen terme, c’est quand même secondaire par rapport aux réformes profondes à engager rapidement (retraite, dette, europe...), qui exigent un rassemblement suffisant pour être acceptées par une majorité de français. Les réformes institutionnelles peuvent attendre la seconde moitié du quinquénat, vu qu’elles ne s’appliqueront qu’aux élections de 2012.


            • néssoux (---.---.25.117) 27 février 2007 11:10

              Article sans la moindre objectivité qui récoltera la banane qu’il mérite.


              • Le Panda Le Panda 27 février 2007 11:29

                @ à l’auteur,

                nous sommes de la même ville, il est souhaitable qu’Agoravox, vous ouvre ses colonnes de plus en plus.

                Je vous avais proposé une prise de contact entre nous du fait que nous sommes distants de quelques kilométres.

                A présent en ce qui me concerne à moins que vous me démontriez le contraire par une nouvelle invitation de ma part, je vous considére comme la valeur de votre article, qui est tout sauf objectif.

                C’est dommage car chacun posséde des capacités, en agissant comme vous le faites, vous vous mettez en marge et c’est regrettable.

                Regardez au-dela de vos propres convictions, à moins que vos subventions viennent de la ville où nous demeurons tous deux.

                Vous proposez quoi, une nouvelle Place de Jaude à 18 millions d’euros pour personne ?

                Un endettement qui fait que les villes font tomber l’Etat, pris dans la lutte intestine des partis.

                Continuez ainsi, vous faites le jeu de ceux que vous décriez un coup pour JMLP un autre pour FB, ne pensez-vous pas allez trop loin ?

                Merci à Agoravox de vous donnez la parole aussi souvent, vous n’avez rien compris me semble t-il !!

                En ce qui me concerne je vous propose une discution autour d’un café Place de Jaude où ailleurs dans notre ville.

                Votre conception de sauver la France me semble trés limitée...

                Le Panda

                Patrick Juan.

                 smiley


                • alberto (---.---.243.88) 27 février 2007 11:30

                  M. Voltaire je suis bien d’accord avec vous, et mon « clic » pour exprimer ce contentement de votre commentaire a totalisé trois (3) points d’un seul : comme quoi le vote électronique...

                  Bon sur l’article, je trouve M. Moreigne bien sévère dans son appréciation sur la prestation de Bayrou sur TF1 : je l’ai connu plus objectif sur d’autres sujets dans le passé...

                  Je trouve qu’hier Bayrou a essayer honnêtement de consolider sa posture de rassembleur, ce qui semble un pari bien difficile dans ce « pays au trois-cents sortes de fromages », et où le syndrome de la division des tribus gauloises semble sevir immuablement...

                  Mais, pour moi, plutôt plus convaicant dans ses propositions, que les rêves dispensieux proposés par ses concurrents !


                  • Jeremy (---.---.30.210) 27 février 2007 11:41

                    Je trouve que cet article ne reflete en rien la realité d’hier soir. Bayrou a été clair , il est centriste et ça se voit je m’explique smiley Il met en avant un coté humain comme Segolene mais lui je pense est plus sincere qu’elle qui frole parfois la caricature. Je ne sais pas je le trouve plus naturel et il est aussi tres clair dans ses reponses comme l’a fait Sarkozy.

                    Bayrou est un tres bon candidat avec un vrai programme la seule chose qu’on puisse lui reprocher est un manque de charisme mais bon cela est subjectif. Je pense qu’il a une grande chance de l’emporter , il incarne un modele social-democrate qui aujourd’hui fait ses preuves en Europe et ça n’engage que moi mais je pense que les militants socialistes ont fait une betise en mettant Segolene en avant Strauss Kahn aurait été mieux. J’espere pour la gauche qu’elle ne regrettera pas son choix ...


                    • Nathanael (---.---.252.201) 27 février 2007 11:41

                      Je ne vous comprends pas....

                      Vous avez là un homme qui veut baser sa gouvernance sur des hommes ou femmes de compétences en passant au dessus de leur appartenance politique.... un gouvernement de coalition et non plus de cohabitation..... Aurait il besoin d’une majorité UDF à la chambre ? Non puisque il travaillerait avec l’ensemble de la classe politique...

                      il faut arrêter la gueguerre Droite-Gauche et les envolées lyriques de chacun.... Facile de dire que les « autres » font de la merde, quand on ne peut soi-même proposer des solutions.... Que les politiques travaillent ensemble pour corriger leurs bétises qu’ils ont accumulés depuis ces 30 dernières années... Ou sinon c’est le mur assuré pour notre génération et les suivantes.....


                      • dautreville (---.---.38.104) 27 février 2007 11:43

                        quand on a un president de gauche et un premier ministre de droite on appel ça la cohabitation si comme là annoncé Mr f bayrou nous avons un president du centre (gauche) et un premier ministre de gauche (droitier) comment appelera t-on cette union peux être un pacs ? quand les legislatives aurons eu lieu suivant les résultats la voiture folle que sera devenue la France tira t-elle à droite ou à gauche ? .Même le general aura du mal d’y reconnaitre les siens il pourra dire que la chienlit est bien là comme il l’avait prédit .


                        • ROmain (---.---.10.200) 27 février 2007 12:27

                          Vou partez de la : « Quoi qu’il dise de ses adversaires principaux, ceux-ci ont, chacun en ce qui les concerne, une feuille de route et un projet de société qui parlent aux Français. Pas François Bayrou. »

                          Vous voulez sans doute parler de la feuille de route que l’on a depuis 30 ans et qui nous as mis a 1200 miliards de deficit ? Se rassembler et travailler ensemble y a que ca qui fera avancer les choses.


                          • michelp (---.---.42.151) 27 février 2007 12:41

                            Le manque de charisme de F. Bayrou est dénoncé bien souvent, moi j’y vois plutôt une attitude de réserve et de respect pour les téléspectateur, car il faut voir ce même homme en réunion avec 3000 sympathisants de l’UDF,(dont je suis) je vous assure qu’il ne manque de charisme. Quant à la soit disant ligne entre la gauche et la droite qu’il ne faudrait pas dépasser ni modifier, elle me laisse septique. Le PS : pensez vous que DSK soit proche de Mélanchon (pour faire simple) cette famille est composé d’une partie sociale démocrate et d’une autre avec les vielles lunes communiste. L’UMP : pensez vous qu’un Barnier, un Coppé puisse se comparer à un Debré et autres tenants de la France recroquvillé sur elle même ? Il me semble qu’une vision plus réaliste de la Socièté devrait permettre de recomposer le paysage politique, car celui que nous voyons ne correspond plus a la réalité d’aujourd’hui. Quant à savoir s’il y aura une opposition, je pense qu’il ne faut pas oublier la large part de la population qui se trouve aux extrémes et ceux qui ne serons pas d’accords avec le gouvernement de coalition.


                            • Zepekegno (---.---.209.164) 27 février 2007 12:47

                              Ca devient risqué de critiquer Bayrou dites donc... Son idée d’un gouvernement d’union nationale est très bonne (il me paraît même inimaginable qu’elle n’ait pas été formulée plus tôt) mais son discours laisse une impression de flou (artistique ?)gênante.


                              • tub (---.---.102.11) 27 février 2007 14:49

                                Un gouvernement d’union nationale, cela a déjà existé dans des circonstances assez extrèmes (guerre, sortir de la guerre), et même là, ca dure jamais longtemps avant de finir en pugilat.

                                C’est (à mon avis) une illusion.

                                Pour que Bayrou puisse faire quelque chose en tant que président, il faut qu’il soit soutenu par un parti centriste qui défende un projet de société centriste, sinon il sera réduit à jouer l’arbitre entre des politiques de gauche et de droite, dont les visions de la société sont idéologiquement opposées (malgrés des rapprochements possibles à l’occasion).

                                La coalition/cohabitation est une douce utopie qui ralenti et entrave l’action.

                                Regardez même en Italie ou la coalition au sein d’un même camp empêche l’action du gouvernement.

                                Sans unité idéologique au pouvoir, je pense qu’il n’y a pas de réelles réformes.


                              • troll (---.---.82.132) 27 février 2007 13:31

                                les ours, il les a massacre dans le Bearn...


                                • leloup (---.---.20.217) 28 février 2007 00:53

                                  le bébé de Ségolène est mort : prématuré.

                                  Sud Ouest 15 janvier 2007

                                  L’ourson du parc animalier est mort jeudi. Ils sont nombreux à ne pas survivre, la première année.

                                  Le bébé de Ségolène n’a pas survécu

                                  A l’espace animalier de Borce, l’ourse Ségolène avait donné vie à un ourson à la mi-novembre 2006. A sa naissance, qui se déroule en général en janvier-février, l’ourson est toujours un être inachevé, très fragile.

                                  Prématuré de deux mois. Jeudi dernier, Bruno Guitton et son équipe de l’espace animalier ont découvert que le petit de Ségolène ne bougeait plus dans les bras de sa mère. Elle le tenait pourtant toujours serré contre elle et le promenait comme si de rien n’était. Les causes de cette mort sont encore inconnues : prématuré, de deux mois, il n’aurait pu survivre ? Bruno Guitton, très affecté par ce décès, regrette l’espoir qu’avait fait naître l’annonce de la venue du petit d’ours : « Il est connu que par nature, 80 à 90 % des oursons ne survivent pas la première année de vie ». Tout espoir n’est pas perdu de voir un petit naître l’an prochain, fruit des amours de Titus et Ségolène, ou de Myrtille ?


                                • (---.---.252.201) 27 février 2007 15:20

                                  «  »« Pour que Bayrou puisse faire quelque chose en tant que président, il faut qu’il soit soutenu par un parti centriste qui défende un projet de société centriste, sinon il sera réduit à jouer l’arbitre entre des politiques de gauche et de droite, dont les visions de la société sont idéologiquement opposées (malgrés des rapprochements possibles à l’occasion). »«  »

                                  Non l’utopie c’est de croire qu’il existe encore une droite et une gauche..... Ils sortent tous du même moule, sont copains comme cochons, et entretiennent un spectacle de théatre pour justifier les avantages énormes dont ils disposent depuis longtemps....


                                  • tub (---.---.102.11) 27 février 2007 16:02

                                    Pourtant il est évident qu’il existe des droites et des gauches en france. Le projet de Nicolas Sarkozy est clairement à droite, et celui de Segolène Royal est clairement à gauche ! De même, il existe une gauche anti-libérale et une extreme droite.

                                    Et de cela j’en serai persuadé, jusqu’a ce que l’on me démontre le contraire.

                                    Qu’ils soient copains comme cochon ne change rien à l’affaire. On peut etre copain avec quelqu’un qui ne partage pas ses opinions politiques.

                                    Et pour en revenir à Bayrou, je pense qu’il doit surtout son succés à ce rejet du politique et sa position antisystème, mais respectable.


                                  • Nathanael (---.---.252.201) 27 février 2007 16:31

                                    La polarité Droite-gauche ne sert qu’à jouer une fausse concurrence dans une classe politique qui se fout royalement de notre poire... On alterne les politiques d’immobilisme, on profite juste de son passage au pouvoir pour s’en foutre plein les pognes (et ceux des copains) en attendant une prochaine vague


                                    • tub (---.---.102.11) 27 février 2007 16:45

                                      ben alors qu’il crée un vrai parti centriste pour soutenir ses idées, parce que réussir à faire jouer le même jeu à la droite et à la gauche, ca me parait difficile.

                                      Et puis Bayrou, a gauche de la gauche, faut pas pousser. Vous êtes obligés de noyer toute argumentation par des conneries pareilles ?


                                    • labaule (---.---.252.249) 27 février 2007 16:42

                                      Au second tour Bayrou appellera a voter evidemment pour la gauche puisqu’il se dit a gauche de la gauche et qu’il souhaite un premier ministre de gauche. De grace,que Bayrou devienne plus clair pour tous,l’hypocrisie et l’ambition ne fait pas une politique.


                                      • Pierre (---.---.173.97) 27 février 2007 16:47

                                        Je partage les commentaires de Voltaire.

                                        Pour être bref : depuis 25 ans on accumule la dette

                                        Pourquoi ne pas donner une chance à Bayrou et au peuple.

                                        A supposer que ce soit une catastrophe ; on en prend pour 5 ans et moins si la France est ingouvernable.

                                        5 ans ou moins si on vote Bayrou ou 30 ans si on vote Royal/Sarkozy.

                                        Les français qu’on dit si joueur le rapport est de 1 à 6.

                                        Une parenthèse de 5 ans si ça marche pas, où est le risque, où est la chance, dans une vie ?

                                        Moi je pense à mes petits enfants

                                        Je veux aujourd’hui, demain pouvoir les regarder dans les yeux et dire j’ai fait ce que j’ai pu.


                                        • Philippe (---.---.37.31) 27 février 2007 16:47

                                          Article lamentable et condescendant : il n’y a pas plus sourd que celui qui refuse d’écouter.


                                          • FM (---.---.140.77) 27 février 2007 16:50

                                            Depuis quelques semaines, la valeur refuge F. Bayrou ravit des parts de marché aux deux candidats donnés favoris par les sondages.

                                            Cela ne me déplaît pas du tout, bien au contraire, je trouve l’homme respectable, humain et même LOYAL (pas Royal).

                                            N’étant pas encarté, j’ai toujours voté socialiste, mais là force est de constater que la Madonne même en ayant rameuté l’ancienne garde peine à convaincre. De plus, les militants et sympathisants socialistes ajouté aux indécis semble être également tombés sous le charme du “gentil” Béarnais...

                                            Il est vrai aussi que, le candidat UDF est nettement plus convenable et convaincant que le “méchant’’ Sarkonik... Un Le Pen déguisé en Jaurès (ou l’inverse, c’est au choix) ! Toutefois, la fulgurante ascension de François Bayrou me paraît trop belle pour être honnête. Cela sent le piège... toutes les hypothèses et fantasmes sont possible et je ne me risquerais pas à les énumérer ici.

                                            En résumé, Il faudrait un vote massif dès le 22 avril pour que François Bayrou soit en position de gagner... Et ce scénario me plaît bien. Mais dans l’isoloir, il va falloir combattre les vieux démons de 2002.

                                            En conclusion, il y a peu j’hésitais encore à lui donner ma voix mais depuis hier il peut compter sur ma voix.


                                            • tristram (---.---.120.30) 27 février 2007 17:01

                                              Bayrou à 19% ça fait flipper les tontons flingueurs de l’UMP, du PS, du FN et du PC (belle alliance objective !). Ils flinguent dans tous les sens, sans se rendre compte que le problème du tir croisé, c’est que les deux cotés se prennent les prunes, alors que celui qui est au milieu peut passer au travers...

                                              Car en racontant des joyeusetés diamétralement opposées à gauche et à droite, ces tireurs d’élites mettent à jour l’innocuité de leurs propos, qui s’annulent mutuellement. Soit les uns ont tort et les autres raison, soit les deux cotés se précipitent devant les micros pour déverser le maximum d’inepties sur le candidat au tracteur, en espérant que le rideau de fumé va prendre, à force d’attiser la connerie et la bassesse...

                                              En attendant :

                                              26/02/2007 Si les candidats de l’UDF et de l’UMP devaient s’affronter au second tour, lequel aurait votre préférence ? Nombre de votant : 1287 Résultats : • François Bayrou : 60,8 % • Nicolas Sarkozy : 31,5 % • Vote blanc : 7,7 %

                                              http://www.lexpress.fr/info/france/elysee_2007/jevotedetail.asp?id=23


                                              • (---.---.192.30) 27 février 2007 17:06

                                                Je rêve d’un Bayrou élu... Au premier tour :)) ;)


                                              • Le Panda Le Panda 27 février 2007 17:36

                                                @

                                                A toutes et tous, chérie je t’aime, mais plus je te vois, plus j’ai envie de voir mes maitresses.

                                                Courage fuyons, j’ai tenté à 4 reprises une prise de contact avec l’auteur de l’article dont 2 ce jour pour son manque d’objectivité...

                                                Rédacteurs de tous bords, il serait bon de savoir que même pour dire le mot de Cambronne à quelqu’un il ne faut point se sentir géné à moins que son article publié l’auteur soit pris par des taches plus conséquentes que de répondre à ses lecteurs, hé oui Monsieur c’est votre article qu’ Agoravox, vous a parfaitement envoyé dans les dents...

                                                En ce qui me concerne, j’ai pignon sur rue, aimé ou pas, je fais face, alors sachez que ma porte ne sera jamais fermée car je suis avant tout : Un citoyen du Monde, qui se bât justement contre le droit aux différences.

                                                La balle est encore une fois, dans votre camp...

                                                Je vous souhaite bon courage, face à vous même, j’ai une crainte c’est que vous ne chantiez qu’avec les gens de votre « parti » oui les murs ont des oreilles...

                                                Merci de vos réponses et à votre prochain billet, à propos c’est pour quand ?

                                                En toute cordialité de rédacteur à rédacteur et je m’excuse pour vous auprès de vos lecteurs...

                                                Le Panda

                                                Patrick Juan.

                                                 smiley


                                                • michel lerma (---.---.70.213) 27 février 2007 18:53

                                                  Franchement dans ce pays,à pars devenir fonctionnaire pour faire des extras dans le privé pour critiquer et imposer des idées dépassées (35h,rtt,emplois jeunes.....) qui coutent énormément d’argent aux contribuables dépuis des dizaines d’années et qui n’ont jamais rien apporté en terme de rentrées fiscales ou de richesses dans notre pays,il ne fait pas bon avoir des idées différentes !

                                                  La politique du PS au pouvoir à généré des travailleurs pauvres,travailleurs pauvres qui ne peuvent plus se loger car ilsne peuvent même plus acceder aux logements sociaux qui n’existent plus,alors que le PS à gouverné durant des années.

                                                  En créant le RMI,cela a permis de détruire les allocations chomages que perçaient les demandeurs d’emplois,argent qui été dépensée dans l’économie et permettait aux demandeurs d’emplois de payer son loyer,ses factures......

                                                  Faire ce constat ne me semble pas compliqué à faire car c’est une réalité basique d’une économie

                                                  Je ne parle pas des privatisations et des recapitalisations de sociétés par l’argent du contribuables ! et qui sont aujourd’hui dans les mains de technocrates qui en sont propriétaires !

                                                  Tous cela aux frais du contribuables !

                                                  L’ETAT PS à substitué l’égalité sociale par un système d’inégalité sociale en privilégiant une classe sociale ,les fonctionnaires,au détrimant de la majorité des travailleurs dans ce pays et en subventionnant la misère des nouveaux pauvres ! avec notre argent,celui de tous les français contribuables.

                                                  Pouvait-on faire mieux ?????????

                                                  Alors pourquoi vouloir continuer dans cette politique de pauvre,dans une société de nouveaux pauvres pour des services de pauvres subventionné par l’argent du contribuable qui subventionne sa propre précarité ?

                                                  Il faut changer pour progresser et l’avenir ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui fait peur,même à ces électeurs, ni dans le populisme de Ségolène qui à participer à la précarisation de notre société par ses idées technocratiques enrobées d’un discours de compassion et d’aumone sociale à l’image des catholiques du 19eme siécle

                                                  BAYROU semble se détacher en proposer un nouveau contrat social pour la France,cela ne coute rien d’essayer d’avoir dans ce pays des hommes et femmes de bonnes volontés afin de batir une nouvelle société


                                                  • moebius (---.---.128.76) 27 février 2007 22:13

                                                    Le probléme de la dette est un vrais probléme et ils le savent nos trois compéres qui ne disposent « que » d’une enveloppe de 20 à 35 milliards d’euro pour réaliser leurs programmes qu’il faudra bien financer. Qu’en pensent les fonctionnaires dont la charge est d’emprunter aux meilleurs taux ?


                                                    • moebius (---.---.128.76) 27 février 2007 22:19

                                                      Ils ont et ils auront leur mot à dire...Quant aux politiques ils auront eux (c’est leur boulot) à « gérer » la déception sur le mode trop facile de : « C’est pas nous c’est ceux d’en face » (et on comprend là qu’une coalition serait ect...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès