Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faillite Nationale

Faillite Nationale

L’ économie Française est en panne. Malgré les efforts du gouvernement qui ont ralenti sa progression, le chômage continue de monter. Les déficits budgétaires baissent, mais moins vite qu’espéré et les objectifs du début de mandature ne seront pas atteint, ou alors avec retard. Le panier de la ménagère continue de se vider et l’option choisie par le gouvernement de favoriser l’offre plutôt que la demande interdit tout espoir de hausse notable des revenus des Français à court et moyen terme.

Si on y ajoute une incapacité chronique à éviter les couacs, les bisbilles, les tirs dans le dos de la majorité actuelle envers elle-même couplée à un parti d’opposition toujours vu comme divisé et incapable, il n’est pas étonnant de voir le FN caracoler en tête des sondages pour les prochaines Européennes.

Ce n’est pas la première fois cependant, depuis une cantonale partielle de 1983, que le FN se porte en tête de l’actualité. Mais sa progression constante depuis sept ans et son succès aux dernières municipales ou, à défaut d’avoir conquis la majorité des villes, le parti de la famille Le Pen a réussi à faire mieux qu’ en 1995 ( ou elle avait conquis quatre cités majeures avant que des tensions internes et une pluie de condamnations pénales sur ses nouveaux élus ne plongent le parti dans une traversée du désert qui ne s’achèvera qu’avec la trahison de Nicolas Sarkozy envers ses électeurs séduits puis abandonnés ), ont mis le parti frontiste en haut des manchettes des médias.

Le parti profite, on l’a vu rapidement, d’une triple conjoncture favorable : les difficultés du gouvernement socialiste actuel, l’état de ruine médiatique dans lequel se trouve toujours l’ UMP et une ambiance euro-sceptique qui baigne l’ Europe, Bruxelles étant vu, à tort et à raison, comme étant le responsable premier de la situation économique chaotique dans laquelle l’Union baigne depuis dix ans.

Sa dirigeant actuelle, Marion Le Pen ( Marine n’étant pas son véritable prénom, mais une préférence de sa part ), porte haut les couleurs de son parti et va sans aucun doute profiter de la conjoncture pour améliorer le score de son parti.

Pourtant, est-il bien raisonnable de porter son choix sur un parti désigné comme étant extrémiste, fascisant et raciste ?

Outre les considérations politiques, ce qui pose problème avant tout, c’est le nerf de la guerre. Le clan Le Pen a fait de l’économie son grand cheval de bataille actuel, avec une grande réussite : c’est l’économie et l’emploi qui sont les principales inquiétudes des Français, et les échecs ou les demi-réussites des gouvernements précédents n’ont fait que convaincre les électeurs hésitants ou déçus de regarder d’un oeil plus tolérant un programme décrié en grande majorité par les spécialistes.

Ces mêmes spécialistes ayant également échoué dans leurs tentatives de réparer leurs propres dégâts, leurs cris d’orfraie ne sont plus entendu. Il conviendrait cependant de leur prêter une oreille attentive, tant le programme économique du Front National semble plus constituer une tombe pour l’économie Française qu’un véritable renouveau.

La pierre angulaire du programme du FN, c’est le pouvoir d’achat, et le recouvrement de la liberté économique nationale, accessible uniquement par une sortie de l’Union et de l’ Euro.

Marion Le Pen clame à qui veut l’entendre que la sortie de l’ Euro sera bénéfique pour le pays et que cela sera indolore pour les Français. Ce qui est faux, nous allons le voir.

Une monnaie est l’expression d’une Nation. Elle est gagée sur la confiance, mais aussi sur les ressources du pays qui l’utilise. Quand Marion Le Pen affirme qu’un euro et un franc, c’est pareil, elle ment.

En 1999, les monnaies qui allaient se fondre dans l’ Euro ont intégré la monnaie unique en fonction du poids respectif de leurs pays d’origine : s’il ne fallait que deux marks pour avoir un euro, il fallait plus de six francs cinquante, près de deux mille lires. Tout était en fonction des performances économiques des pays à ce moment là.

En 1999, la France ne s’en sortait pas mal : son PIB montait de près de 3 %, l’inflation était à 0,4 %, sa dette publique était de 1,8 % ( à mettre en relation avec les 3 % exigés par les critères de Maastricht ) et sa dette extérieure un peu inférieure à 60 %.

Sa balance commerciale est excédentaire, mais le bénéfice est faible, à 19 milliards d’euros, signe d’une grande fragilité économique : le secteur industriel français est lentement détricoté depuis près de vingt ans par l’exil en Asie et en Afrique du Nord des industries qui fournissaient des emplois aux personnes les moins qualifiées, celle là mêmes qui se trouvent au chômage de nos jours.

Ce facteur, ainsi que d’autres, impose au Franc un taux de change médiocre avec l’ Euro : 6,55957 francs quand le Mark se contente d’un rapport de un pour deux.

Or que se passerait-il avec un retour au Franc ? 

Le PIB, en 2013, a progressé de 0,3 %. Après une année 2012 stable au sortir de la crise de 2010 ou il avait reculé de 3 %.

L’inflation est à 0,9 %, ce qui reste sage.

En revanche, la dette publique est encore de presque 4 % et l’endettement du pays est désormais de 93 %.

Rien qu’avec ces indicateurs, on comprends que ce Nouveau Franc ne peut espérer une parité de 1 pour 1. Il ne peut même pas espérer retrouver sa parité d’origine : la balance commerciale du pays est déficitaire depuis dix ans, la situation de l’emploi industriel s’étant considérablement dégradée depuis 2002 : il ne représente plus que 15 % des emplois (contre 23 % en Allemagne par exemple).

Les économistes tablent ainsi sur un rapport de 9 pour 1 : 9 francs pour un euro, soit une dégradation de plus de 30 % de la valeur de la monnaie. Voici une indépendance qui coûte cher.

Les répercussions ne se font pas attendre : à moins de compter sur un miracle lourdesque, une sortie de l’ Euro ne va pas ramener immédiatement les emplois industriels dans le pays en l’espace de quelques jours. Les produits d’importation ( c’est à dire pratiquement toute l’énergie fossile, les deux tiers des biens de consommation courante, mais aussi la nourriture : engrais et machines outils sont en partie importés aussi ) doivent s’attendre à une hausse des prix de cet ordre par effet mécanique.

Il est toujours possible, pour le gouvernement, de jouer sur les taux de TVA pour en amortir l’impact pour le public, mais dès lors ce sera de l’argent en moins qui rentrera dans les caisses de l’ Etat : l’ Etat FN devra donc choisir entre réduire ses dépenses de façon drastique, encore plus sévère que maintenant ( en gelant les rémunérations des fonctionnaires, en en révoquant un grand nombre, ce qui augmentera le chômage ) et laisser filer les déficits publics et commerciaux, ce qui de façon automatique fera baisser encore plus la monnaie, et renchérira encore plus les prix des produits importés.

Il ne faut pas oublier non plus que même dans l’hypothèse, peu vraisemblable, d’un retour massif des capitaux et des emplois délocalisés dans un court laps de temps, le pays manquera toujours de matières premières : pétrole, gaz, charbon ne se trouvent pas ou plus dans notre sol et leur importation restera incontournable.

Le FN compte aussi, pour « compenser les coûts pour l’ Etat de sa dette résiduelle en Euro », instaurer une « taxation exceptionnelle des actifs extérieurs libellés en euro détenus par les banques » . Ceci pour amortir le choc financier qui pèserait sur les ménages.

On voit vite cependant la faille : si les banques se défont de ces actifs, cette taxe ne rapportera rien, et n’amortira donc rien du tout.

Le FN aura néanmoins une dernière carte à jouer : son programme prévoyant l’indépendance de la Banque de France, l’ Etat pourra toujours utiliser la planche à billet our inonder le marché de liquidité.

Mais cette « solution » n’est, vous l’avez compris si vous avez des notions élémentaires d’économies, qu’une illusion : la multiplication de la masse monétaire est toujours compensée par une forte inflation, et pénalisée par une perte de confiance des places internationales qui feront baisser là aussi le cours de la monnaie, renchérissant encore plus les prix de l’énergie.

Si le FN choisissait de cumuler ces options, le litre de sans plomb 98, à 1,50 euros en moyenne, passerait de façon automatique à 2 euros environ. Le FN pourra toujours essayer de jouer sur les taxes, cela se fera au détriment de ses possibilités d’action comme nous l’avons vu plus haut : en moyenne, la baisse de dix centimes par litre prive l’ Etat de près de 3 milliards d’ euros de revenus. Manque qui devra être compensé par des restrictions budgétaires ou de nouvelles taxes.

Si vous êtes patron d’une entreprise dont le résultat dépends du prix du carburant, je vous laisse faire vos comptes.

Comme on le voit, rien que l’étude d’une partie du programme économique du FN nous montre l’inanité de ses positions : la simple logique nous fait comprendre la fausseté des raisonnements portés et les risques encourus par l’économie du pays et l’emploi.

Un des autres aspects du programme économique concerne l’emploi. Il est intéressant de voir que sur ce plan là également, le FN marche quelque peu sur la tête.

Afin de sécuriser l’emploi industriel en France, le FN veut « la mise en place de protections intelligentes aux frontières face à la concurrence internationale déloyale », la Chine étant expressément visée.

A priori, l’établissement de barrières douanières semble une bonne idée. mais le FN oublie un peu vite que les barrières fonctionnent dans les deux sens !

Le poids économique le la Chine est sans équivalence avec celui de la France. Le déséquilibre entre nos économies n’est pas en notre faveur : - 25 milliards d’euros annuels. Si la France veut pratiquer la politique du bâton avec l’empire du Milieu, elle doit se souvenir que la Chine possède un bâton bien plus gros.

Le développement industriel de ce pays, qui quitte peu à peu le marché du bas de gamme et de la copie, impose une approche plus saine que celle de l’affrontement direct : les ventes françaises en Chine progressent d’années en années, la dernière avancée étant l’exportation de charcuterie française dans un pays qui raffole de la viande de porc.

Est-ce bien raisonnable de tuer un marché émergeant dans l’oeuf qui fait travailler des milliers de travailleurs français dans un secteur encore vierge de toute concurrence ? Sans parler du reste du marché agro-alimentaire, débouché bienvenu pour les agriculteurs français, celui de la santé ou de l’aéronautique.

Jamais le marché français et ses 66 millions de personnes ne saurait compenser la perte de plus de 300 millions de consommateurs potentiels. Avec toutes les conséquences sur l’emploi qui en découleraient.

Il faut dire que le FN, en matière d’emploi, possède une vision très pétainiste de la chose.

S’il est vrai que la France se doit de développer son tissu de PME et de PMI, elle ne doit pas négliger ses grands groupes non plus : eux seuls ont la force de frappe pour s’implanter à l’international et valoriser notre production. Ils sont les Panzers alors que le FN s’imagine conquérir des marchés avec des hussards.

Cela se voit sur le programme éducatif : suppression du collège unique, apprentissage possible dès 14 ans entre autre.

Recentrer l’école sur les « fondamentaux » ( français, calcul, histoire ), c’est négliger des pans entiers de l’éducation moderne et actuelle.

La vie d’un individu ne se compose pas uniquement de ces trois piliers. Sans éducation civique, écologique, sans l’étude des sciences, un enfant se voit priver de grands pans de ses capacités de développement intellectuel.

Toutes les études le montrent ; plus un enfant est éduqué, plus il est intelligent et plus il sait se débrouiller et se comporter dans la vie active. Ce n’est pas lui rendre service que de le priver de toutes ses chances : supprimer le collège, c’est vouloir orienter l’enfant vers des tâches manuelles et peu valorisée dès ses 10 ans !

Quand on sait que le milieu social et familial ont une grande influence sur l’avenir de l’enfant, lui supprimer dès le départ toute possibilité d’évoluer vers une strate sociale plus élevée, c’est établir à terme une société de caste.

Le collège unique, si décrié par les extrémistes, donne au contraire la chance au fils d’ouvrier d’évoluer jusqu’au bac et au delà.

Mais comment espérer faire du fils du balayeur municipal un futur polytechnicien si dès ses neuf ans on l’oriente vers un CAP boulangerie ?

On pourrait, si on avait l’esprit mal placé, penser que c’est à dessein que le FN prône un affaiblissement de l’éducation : plus un peuple est cultivé et intelligent, et plus il est critique envers ses dirigeants et enclin à se révolter si besoin est.

Mais ce sont sûrement de mauvaises pensées…

Le pays connaissant une période de crise, ses extrêmes ont le vent en poupe. Le FN réussit à mieux s’en sortir que le FDG par son ancienneté, le travail médiatique de leaders charismatiques et un travail de fond mené depuis plus de 30 ans sur une population qui a perdu ses repères et ses espoirs.

Le parti réussit de jolis coups médiatiques mais il n’a pas encore réussi à se montrer comme étant une alternative crédible : des quatre villes FN prises en 1995, seule Orange est toujours dirigée par son conquérant. Et encore, ce dernier ne veut plus rien à voir avec son ancien parti.

Les trois autres maires ont perdu toute crédibilité en échouant à gérer leurs ville correctement et surtout en étant à la fin rattrapés par leurs propres malversations qui les ont tous vus condamnés pour des faits de corruptions ou d’infractions diverses.

Pour un parti portant haut les couleurs des « mains propres », cela fait tache.

Marion Le Pen affirme que les leçons ont été tirées et que la nouvelle génération se montrera à la hauteur.

Avec la décision du maire de Luc-en-Provence de s’augmenter dès son arrivée de 15 %, et de celle de Cogolin qui en plus d’une telle augmentation se fait voter des « frais de représentation » de 1250 euros mensuels après avoir fait campagne pour « réduire les coûts de fonctionnement » et alors que sa commune est endettée à hauteur de 13 millions, on veut bien la croire : le FN est au niveau moral de l’ UMP au moins !


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 9 mai 2014 10:14

    (L’ économie Française est en panne. Malgré les efforts du gouvernement qui ont ralenti sa progression)....La propagande des gochos est de sortie...Puant cet article.. !


    • Wells 9 mai 2014 10:28

      Je crois qu’il est important de ne pas déformer la réalité.

      Votre affirmation 1 € = 9 Francs, sort, pour ainsi dire de nulle part. C’est bien la première fois que je vois écris ça.

      Pour les gens qui souhaitent une analyse un peu plus sérieuse des conséquences d’une sortie de l’Euro :
      http://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/sortie-de-l%E2%80%99euro-attaques-speculatives-franc

      http://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 00:57

        Quand les principaux indicateurs économiques se dégradent de près d’un tiers par rapport à 1999, on peut penser que le taux de change reflètera peu ou prou cette donnée.


        Les sciences économiques ont parfois un parfum de vaudou, mais elle repose aussi sur des bases tangibles.

        Maintenant, il ne s’agit que de tendances. On peut les contester, à condition d’argumenter.

      • César Castique César Castique 9 mai 2014 10:48

        « Sa dirigeant actuelle, Marion Le Pen ( Marine n’étant pas son véritable prénom, mais une préférence de sa part ), »


        C’est pas ça du tout, mais ça fait rien smiley smiley smiley smiley

        P.S. - Je pourrais expliquer, mais comme dit Audiard « ...ça les instruit » 

        • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 00:59

          C’est vrai. 


          Son état civil est pour être précis Marion Anne Perrine Le Pen.



        • César Castique César Castique 9 mai 2014 10:56

          « Les trois autres maires ont perdu toute crédibilité en échouant à gérer leurs ville correctement :.. »


          C’est d’ailleurs la raison pour laquelle tous les trois ont été réélus, et avec de bien meilleurs scores que lors de leur victoire initiale smiley

          « Cogolin qui en plus d’une telle augmentation se fait voter des « frais de représentation » de 1250 euros mensuels après avoir fait campagne pour « réduire les coûts de fonctionnement » » 

          Tout en tenant parole avec la suppression de la voiture de fonction de la municipalité, 

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:03

            S’ils ont été si doués, pourquoi ne sont-ils plus en poste maintenant ?


            Outre le fait qu’ils soient passés par la case « culpabilité », bien entendu, car les procès ont eu lieu après leurs évictions respectives par les électeurs.

            Tout en tenant parole avec la suppression de la voiture de fonction de la municipalité

            Bin voyons. Sur la mandature, les « frais de représentation » vont représenter 1250*12*6, soit 90000 euros.

            Je doute que la voiture du maire consomme autant en carburant et en assurances.

          • foufouille foufouille 9 mai 2014 11:03

            ce qui vient de l’étranger coutera plus cher. ce qui peut être composé par une hausse des salaires.
            pour les emplois, tout ce qui est lié au tourisme sera plus intéressant pour les touristes étrangers.
             les porcs ne seront plus rentable si ils sont envoyés en allemagne pour être découper.

            tout ce qui nourriture pouvant être produite en france deviendra compétitive.

            les usines ne reviendront pas tout de suite, mais avec un smic équivalent à 500€ et 1500FF ou plus, ce sera vite rentable

            les travailleurs détachés légaux seront beaucoup moins intéressant

            "Toutes les études le montrent ; plus un enfant est éduqué, plus il est intelligent et plus il sait se débrouiller et se comporter dans la vie active."

            j’ai jamais vu ce genre de chose vu que les escrocs ont eux aussi fait des études. c’est pas par ce que tu es apprenti que tu peut pas continuer tes études a mi temps. si tu sait pas lire correctement avec ton bac+2, tu te fera nettement plus arnaquer

            ton europe, ce sera 500€ avec des prix élevés


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:06

              ce qui vient de l’étranger coutera plus cher. ce qui peut être composé par une hausse des salaires.


              CompEnser, j’imagine.

              Mais pour hausser les salaires, il faudra que les entreprises acceptent de payer les salariés plus. S’ils payent plus mais vendent moins à l’étranger à cause des barrières douanières, elles mettront la clé sous la porte.

              Toute entreprise a BESOIN de gagner de l’argent pour survivre. 
              Dans le cas contraire, elle coule. Et avoir une entreprise qui coule en France, ce sont des chômeurs français en plus.

            • Rounga Roungalashinga 9 mai 2014 11:37

              On pourra présenter autant qu’on veut les difficultés qu’entraîneront la sortie de l’Euro, ce sera toujours une mauvaise manière de poser le problème. La bonne façon de voir les choses est la suivante :
              -Que se passera-t-il si on sort de l’euro ?
              -Que se passera-t-il si on reste dans l’euro ?
              -Quel est, de ces deux scénarios, le moins désavantageux ?
              Il me semble évident que ce qui nous attend si nous restons dans l’euro sera bien pire que ce qu’on rencontrera si on en sort. Sur le long terme, la sortie de l’euro (et donc de l’UE), nous permettra de reprendre un peu la main sur notre industrie et sur la dette nationale. Ce n’est bien sûr pas la solution miracle (et je crois que personne ne pense cela), mais c’est le préliminaire nécessaire aux mesures bénéfiques qui nous permettraient de sortir du marasme.

              P.S. Le FN ne veut pas vraiment sortir de l’euro ni de l’UE.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:14

                Quel est, de ces deux scénarios, le moins désavantageux ?


                Rester ou sortir ?

                Sortir, cela signifie aussi sortir des réseaux économiques planétaires qui se sont constitués durant ces cinquante dernières années : Pourquoi les pays étrangers traiteraient-ils avec la France seule quand le reste de l’Union peut proposer des produits équivalents avec un taux de change plus intéressant ?

                Voyons les choses en face : les grandes monnaies actuelles sont le dollar, le Yen, l’ Euro et le Yuan.

                Pour des raisons différentes : le dollar a derrière lui la puissance financière des USA et de la Chine ( qui est le plus gros créancier du pays et qui n’a pas envie de voir ses obligations devenir papier toilette en cas de chute de la monnaie américaine ). Le Yen s’appuie sur la puissance industrielle du Japon, l’ Euro sur celle de l’ Europe et le Yuan sur celui de la Chine.

                Sur quoi le Franc pourrait-il s’appuyer ? la City nous rend cent points en terme de puissance financière. Pour l’industrie, on est dans les choux depuis trente ans. Les ressources minérales ? Ha !

                Si on pouvait appuyer la monnaie sur l’orgueil et le complexe de supériorité, nous dominerions l’industrie financière sans l’ombre d’un doute.

                Mais je doute qu’on puisse le faire.

              • Rounga Roungalashinga 11 mai 2014 22:56

                Sortir, cela signifie aussi sortir des réseaux économiques planétaires qui se sont constitués durant ces cinquante dernières années

                Et pourquoi on ne pourrait pas reconstituer rapidement des réseaux économiques ? La France restera quand même la France, avec sa production, son savoir-faire, sa qualité.

                Pourquoi les pays étrangers traiteraient-ils avec la France seule quand le reste de l’Union peut proposer des produits équivalents avec un taux de change plus intéressant ?

                Nous pouvons vendre des trains, des voitures, des avions, que les autres ne savent pas faire. On est également bons sur le nucléaire, les barrages.

                Voyons les choses en face : les grandes monnaies actuelles sont le dollar, le Yen, l’ Euro et le Yuan.

                Sortir de l’euro reviendrait à l’affaiblir considérablement, voire à le faire disparaître (par effet domino). Il faut donc réfléchir selon ce qui se passerait effectivement et non selon la situation actuelle.

                Pour l’industrie, on est dans les choux depuis trente ans

                Ah ben oui, notre industrie se barre à l’étranger depuis trente ans, et pourquoi ça ? Parce que l’UE vote des lois en faveur du libre-échange et de l’ouverture de frontières. Raison de plus pour sortir de cette union mortifère et de sa monnaie.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2014 12:01

                Et pourquoi on ne pourrait pas reconstituer rapidement des réseaux économiques ? La France restera quand même la France, avec sa production, son savoir-faire, sa qualité.


                Pour reconstituer un réseau, il faut du temps, des moyens et des arguments. Je doute que les chômeurs veuillent bien « attendre un peu le temps que tout se mette en place ». Ils ne le font pas actuellement, je ne vois pas pourquoi ils le feraient avec MLP au pouvoir.

                Le peu d’industries qui nous reste est un bon atout, oui, mais si le FN établit les barrières douanières comme promis, pourquoi traiter avec nous quand les autres auront toujours l ’UE avec qui traiter, et sans barrières ?



                Nous pouvons vendre des trains, des voitures, des avions, que les autres ne savent pas faire. On est également bons sur le nucléaire, les barrages.

                Nous sommes bons, oui, mais pas les seuls. Siemens est un concurrent direct du TGV. Peugeot et Renault sont dépassés par Audi et Volskwagen en terme de puissance et de qualité de construction. Airbus n’est pas français, c’est un consortium privé européen.

                Les barrages ? Le pays est concurrencé par les ingénieurs chinois qui raflent les marchés africains et asiatiques. Il n’y a guère que le nucléaire ou nous n’avons presque pas de concurrence.

                Mais je doute que le secteur puisse absorber tout le chômage provoqué par le FN avec ses thèses économiques dépassées.


                Ah ben oui, notre industrie se barre à l’étranger depuis trente ans, et pourquoi ça ? Parce que l’UE vote des lois en faveur du libre-échange et de l’ouverture de frontières. Raison de plus pour sortir de cette union mortifère et de sa monnaie.


                L’ UE n’est PAS le responsable premier de la situation : si les industries délocalisent à qui mieux mieux, c’est du fait de leurs directions ! Ce sont les patrons qui décident d’aller à Tunis ou à Canton, pas Bruxelles !




              • Rounga Roungalashinga 13 mai 2014 10:07

                Nous sommes bons, oui, mais pas les seuls.

                Et alors ? La concurrence, ça existera toujours. Ca n’empêche pas qu’on puisse tirer notre épingle du jeu.

                Peugeot et Renault sont dépassés par Audi et Volskwagen en terme de puissance et de qualité de construction.

                Les deux marques ne fabriquent pas les mêmes catégories de voitures, et pas au même prix.


                Airbus n’est pas français, c’est un consortium privé européen.

                Non, c’est de l’enfumage, ça. Et les avions et bateaux militaires ?

                L’ UE n’est PAS le responsable premier de la situation : si les industries délocalisent à qui mieux mieux, c’est du fait de leurs directions ! Ce sont les patrons qui décident d’aller à Tunis ou à Canton, pas Bruxelles

                Les patrons ne font que prendre des décisions qui leur permettent de rentabiliser leurs affaires, si on attend d’eux qu’ils pratiquent la charité, on pourra attendre longtemps. Ce à quoi il faut s’attaquer, c’est aux lois qui les autorise à agir de la sorte, gros malin.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 13 mai 2014 13:11

                Et alors ? La concurrence, ça existera toujours. Ca n’empêche pas qu’on puisse tirer notre épingle du jeu.

                Quand on a le choix entre deux sociétés aux caractéristiques et aux tarifs identiques, laquelle allez vous choisir entre celle issue d’un pays qui garde son économie ouverte aux produits étrangers et celle qui est issue d’un pays qui déséquilibre le marché en érigeant des barrières ?



                Non, c’est de l’enfumage, ça.

                Non, c’est la réalité : le groupe Airbus est propriété à 80 % d’ EADS, un consortium franco-germano-espagnol et à 20 % de BEA, un groupe industriel britannique.


                 Et les avions et bateaux militaires ?

                Airbus produit et vends à la France des avions de transport et de reconnaissance. Les avions de chasse sont eux produits et pas vendus par Dassault. Airbus ne fait pas de navires.


                Les patrons ne font que prendre des décisions qui leur permettent de rentabiliser leurs affaires, si on attend d’eux qu’ils pratiquent la charité, on pourra attendre longtemps. Ce à quoi il faut s’attaquer, c’est aux lois qui les autorise à agir de la sorte, gros malin.


                Il n’est pour ainsi dire pas possible de légiférer pour réduire les possibilités d’action patronales sans que cela ne nuise au citoyen ordinaire : la constitution protège les droits fondamentaux comme la liberté d’action d’action et d’entreprendre, ansi que le droit à la propriété. Nul ne peut déroger à ces règles et penser à les abolir serait pure folie : n’importe qui pourrait transposer de tels textes au domaine civil et rétablir par exemple les douanes et les frontières intérieures, faire peser une menace constante sur la propriété de son domicile ou de son terrain.


                C’est proprement inacceptable. 


                La meilleur arme à la disposition du citoyen reste l’arme économique : si les Français avaient refusé dans les années 70 à commencer à acheter leurs vêtements faits en Asie au détriment des industries restées en France, la délocalisation aurait été moindre.


                Mais voilà, les consommateurs se sont faits berner par les t-shirts à 10 francs sans voir que cela détruisant leurs emplois.


                On récolte ce que l’on sème.


              • Rounga Roungalashinga 13 mai 2014 16:26

                Il n’est pour ainsi dire pas possible de légiférer pour réduire les possibilités d’action patronales sans que cela ne nuise au citoyen ordinaire : la constitution protège les droits fondamentaux comme la liberté d’action d’action et d’entreprendre, ansi que le droit à la propriété. Nul ne peut déroger à ces règles et penser à les abolir serait pure folie : n’importe qui pourrait transposer de tels textes au domaine civil et rétablir par exemple les douanes et les frontières intérieures, faire peser une menace constante sur la propriété de son domicile ou de son terrain.


                Oui, oui, c’est comme les grèvistes du XIXème siècle qu’on enfermait sous prétexte de nuire à la « liberté du travail ». Je ne sais pas de quels fondamentaux vous partez pour énoncer de telles âneries (enfin, si, je sais), mais il faudrait du temps et de la patience pour remettre les choses dans le bon sens.
                Pour résumer, je dirai simplement que vous ne croyez pas à la politique.


              • zygzornifle zygzornifle 9 mai 2014 11:47

                Pour être en panne il a due fonctionner quand même à un certain moment ?


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:17

                  L’économie française a carburé entre 1944 et 1973. Ce furent les « trente glorieuses » mais ce succès ne fut qu’un trompe l’oeil, car la croissance n’a eu pour base que la reconstruction du pays détruite par la guerre.


                  Et tout le système de protection sociale qui a été mis en place à ce moment là n’a pas été adapté aux nouvelles conditions de croissance faible et de chômage massif, d’ou le recours à l’emprunt massif qui n’est plus possible désormais.

                  Réformer ou périr. Nous avons désormais ces choix et uniquement ceux-ci.

                • Rounga Roungalashinga 11 mai 2014 22:58

                  Réformer ou périr. Nous avons désormais ces choix et uniquement ceux-ci.

                  TINA...


                • tf1Groupie 9 mai 2014 14:04

                  Le FN s’adresse aux électeurs qui ne réfléchissent pas, qui fonctionnent par pulsions.

                  A mon avis il y a encore une bonne marge de progression pour ce parti en France.

                  Mais en attendant tout l’argumentaire circonstancié fourni par l’auteur n’est d’aucune utilité, car « parle à mon c.. ma tête est malade » repondra le lecteur FN.


                  • mmbbb 9 mai 2014 21:48

                    @ Par tf1Groupie ( LES PARTIS NORMAUX ONT AMENE LA FRANCE DANS CET ETAT DE DELABREMENT LE PEUPLE NE FAIT GUERE CONFIANCE A LEURS REPRESENTANTS TRADITIONNELS ( POLTIQUES SYNDICATS ....) LE PEUPLE LORSQU IL MET SA CONFIANCE DANS LES PARTIS TRADITIONNELS SE FAIT BERNES LE PEUPLE A L AGONIE NE VEUT PLUS ENTENDRE RAISON IL VOTE FN UN VOTE DE CONTESTATION LE PEUPLE SAIT TRES BIEN QUE LES POLITIQUES ( MR HOLLANDE QUI FIT UN VIRAGE A 180 DEGRE ) S’ASSOIENT SUR LEUR VOTE VOUS DITE IMPULSIFS JE DIRAI PLUTOT INDOLENT DEPUIS LE TEMPS QU IL SAIT FAIT ENFILE 


                  • tf1Groupie 9 mai 2014 21:51

                    Parce tu crois que le FN n’est pas capable de faire pire ????

                    Continue à raisonner comme un simplet, Marine adore  smiley


                  • julius 1ER 10 mai 2014 08:39

                    @tf1

                    la -dessus on est d’accord !!!

                  • christophe nicolas christophe nicolas 9 mai 2014 14:47

                    Tu es un cas psy à toi tout seul Mmarvinbear... Que veux tu que je te dise, le PS représente toute l’hypocrisie sociale à lui tout seul.

                    J’ai travaillé dans une PME des TP qui bossait pour la SNCF. Les patrons étaient socialistes, anticléricaux, Range Rover à 512 cv, Maserati et Breitling... ils étaient comme un évêque (père),un moine (fils) et une bonne sœur (fille), sauf qu’à la place de prier Dieu, ils espionnaient et harcelaient les salariés.

                    J’espère qu’on peut revenir de ça, la rédemption n’a pas de limites mais là, ça revient de loin, des frontières extérieures de l’univers.... c’est un amalgame de Jacques Delors, Michel Rocard et Dominique Strauss Kahn.... comme si on réunissait Ponce Pilate, Caïphe et Juda ....

                    Ces pauvres gens me paraphrasaient en refaisant ma pensée à leur sauce alors que moi, je parle avec le ciel à cent milles lieues de ces guignols qui ne sont que psychologie, argent et orgueil. J’ai beau les insulter, ils ne me lâche pas car ils n’ont plus de couilles et d’utérus pour se reproduire, ils n’accouchent que de monstres.... ils font des élevages de « démons ». A force de travail, ils ont réussi à posséder toute une collection..... mais vous savez, les « démons », leur truc consiste à trahir, piéger, se moquer, voler, mentir, etc...

                    Ils ont ce qu’ils méritent, ce n’est pas faute d’avoir essayé de les aider.... Comment voulez vous que je sorte Hollande de la merde, il est la merde...

                    Passons à autre chose, connaissez vous Frédéric Malmartel. Son idée est très inspirée même s’il y a une erreur d’analyse dans les causes.... Etudiez cela car l’avertissement de Garabandal consiste certainement en une baisse de pression de l’air comme au temps des dinosaures... Ce n’est pas vraiment une variation de la constante de Gravitation mais autre chose....

                    Tempête solaire, effondrement momentané du champ magnétique, désorientation des moments magnétique des particules de l’atmosphère, un quart d’heure de pression à 500 millibars... élévation du niveau de la mer : 30 m d’un coup. Voilà un simulateur de montée des eaux.


                    • zygzornifle zygzornifle 9 mai 2014 15:07

                      Les politiques travaillent pour garder leurs emplois le reste ils s’en fichent on en voit les résultats tous les jours.....


                      • Ruut Ruut 9 mai 2014 15:36

                        Pourquoi l’UMPS as il si peut des référendum directs populaires ?
                        Pourquoi l’UMPS as il tant de mépris pour le peuple de France ?


                        • G.L. Geoffroy Laville 9 mai 2014 17:00

                          Tout d’abord, je salue toujours un auteur d’article qui utilise sa tête plutôt que ses poings pour taper sur le Front National. Même parmi les journalistes professionnels, ça n’est pas toujours le cas...

                          Sur le point de l’éducation, je diverge...

                          « Recentrer l’école sur les « fondamentaux » ( français, calcul, histoire ), c’est négliger des pans entiers de l’éducation moderne et actuelle. »

                          Sans ces bases fondamentales, on ne pourra rien construire. Indépendamment de ce que le FN proclame, l’enseignement en primaire doit être centré sur ces trois valeurs. Ces bases acquises, les élèves peuvent développer leurs esprits et apprendre à réfléchir au(x) Collège(s) sur des sujets plus variés et d’actualités.

                          « Toutes les études le montrent ; plus un enfant est éduqué, plus il est intelligent et plus il sait se débrouiller et se comporter dans la vie active. Ce n’est pas lui rendre service que de le priver de toutes ses chances : supprimer le collège, c’est vouloir orienter l’enfant vers des tâches manuelles et peu valorisée dès ses 10 ans ! »

                          Bien entendu qu’un jeune doit être scolarisé jusqu’à ses 16 ans minimum mais ne dénigrons pas non plus l’apprentissage. Passer un CAP, c’est être reconnu comme un ouvrier qualifié. Et beaucoup de jeunes apprentis sont encouragés à poursuivre vers des BAC Pro et même des BTS.

                          Apprentissages et études supérieures ne sont absolument pas compatibles.


                          • tf1Groupie 9 mai 2014 21:55

                            « Apprentissages et études supérieures ne sont absolument pas compatibles. »
                            C’est faux : on peut faire un BTS en apprentissage.

                            « Ce n’est pas lui rendre service que de le priver de toutes ses chances »

                            Et laisser un élève déprimer au collège et foutre la merde parce qu’il n’a plus envie d’y apprendre quoi que ce soit c’est lui donner une chance ??


                          • G.L. Geoffroy Laville 10 mai 2014 09:11

                            Ou la la la La grosse Bourde. Je voulais dire qu’elles ne sont pas incompatibles.

                            Citant précédemment bien entendu le BTS comme le parfait exemple d’études supérieures en alternance.

                            Merci de m’avoir corrigé !


                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:22

                            Bien entendu qu’un jeune doit être scolarisé jusqu’à ses 16 ans minimum mais ne dénigrons pas non plus l’apprentissage. Passer un CAP, c’est être reconnu comme un ouvrier qualifié. Et beaucoup de jeunes apprentis sont encouragés à poursuivre vers des BAC Pro et même des BTS.


                            Le pays a autant besoin de charcutiers que de neurochirurgiens.

                            Mais contrairement à l’Allemagne par exemple, l’apprentissage et les filières professionnelles sont vues par le grand public comme des voies de garage, des poubelles ou l’on place des élèves en difficulté sans leur donner la chance de se rattraper et de se remettre du plomb dans la tête.

                            Avant de ne serait-ce penser à abaisser l’âge légal du travail, il faut repenser ce secteur de l’éducation et changer les mentalités du grand public.

                            Autant dire que c’est loin d’être gagné !

                          • bluerage 9 mai 2014 17:06

                            Preuve est désormais faite que l’on peut écrire n’importe quoi, saupoudré de vomi gauchiste et de dessins haineux et qu’il n’est même pas nécessaire d’avoir un cerveau pour être rédacteur sur agoravox, mais que fait la modo ?


                            • G.L. Geoffroy Laville 10 mai 2014 09:14

                              Que fait la modo ? J’espère qu’idéalement elle ne joue pas les comités de censure et nous laisse juge d’aimer, de critiquer les articles diffusés...


                            • julius 1ER 9 mai 2014 18:17

                              Sa balance commerciale est excédentaire, mais le bénéfice est faible, à 19 milliards d’euros, signe d’une grande fragilité économique : le secteur industriel français est lentement détricoté depuis près de vingt ans par l’exil en Asie et en Afrique du Nord des industries qui fournissaient des emplois aux personnes les moins qualifiées, celle là mêmes qui se trouvent au chômage de nos jours.

                              @marvin
                              c’est le point principal de cet article, l’erreur stratégique des zélites, c’est d’avoir tout misé sur les services, en oubliant l’industrie et c’est une des raisons principales du désastre économique français..... en cela l’analyse de la SA le Pen n’est qu’opportuniste, ils dénoncent mais n’ont pas de stratégie de rechange, sortir de l’Europe, de l’euro ne résoudra rien à ces problèmes, il faut utiliser la matière grise et parier sur une économie sobre en matières premières et économe en énergie c’est la seule voie possible à mon humble avis.

                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 mai 2014 01:27

                                Une grande partie des difficultés des français ne viennent ni des zarabes ni des romanos mais d’eux-même.


                                Le nouveau patron du MEDEF en est le parfait exemple. Il faut reconnaitre au patronat français un talent rare : trouver le plus con du lot et le mettre à sa tête.

                                Les échecs et les faillites économiques viennent en grande partie de l’incompétence crasse d’une grande partie du patronat, que ce soit dans les PME ou les grands groupes.

                                Leur tort principal est de ne pas comprendre les nouvelles donnes économiques et de miser à coté de la plaque.


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 mai 2014 18:40

                                Le pendule Gauche-Droite n’arrive plus à endormir les gens ! La démocratitude mariannesque a fait son temps, il convient désormais de conclure ! Ou la France redevient elle-même et accepte de voir la vérité en face ou elle continue sa glissade sur la pente raide de la décadence !

                                La France est rattrapée par son histoire et par sa perfidie, elle est mentalement bloquée par le syndrome des « bienfaits de la colonisation » qui lui gonfle son orgueil et l’empêche ainsi de voir la réalité !

                                Chacun peut constater l’énorme budget alloué à ses services de propagande qui quadrillent l’ensemble de la planète Terre ; il n y a pas un centimètre carré, il n y a pas un seul individu sur les sept milliards d’être humains qui échappent à ses caméras et à ses envoyés très spéciaux ... Mais dans quel but, la France est folle !!!

                                La France a peur d’elle-même, elle se donne délibérément à la désinformation et aux aberrations afin espère t-elle de contourner la VÉRITÉ... Peine perdue !

                                VOTEZ FRONT NATIONAL !


                                • Le Gaspésien 9 mai 2014 18:58

                                  Pour moi le vote ce sera UPR smiley


                                  • César Castique César Castique 9 mai 2014 22:50

                                    « Pour moi le vote ce sera UPR. »


                                    Vous avez raison. Il vaut mieux être seul que mal accompagné.

                                  • jacobCohen 9 mai 2014 20:15

                                    J’aime bien m’informer sur les médias citoyen et indépendant que je trouve plus légitime mais la agoravox à bien changer...

                                    Des image de pet à la southpark un argumentaire à dormir debout 
                                    Les bobo on corrompus agoravox...

                                    C’est fini je me deinscrit de ce site.. aucun filtre aucun modo d’accord pr la liberté d’expression mais faut quand même un minimum de filtrages

                                    • Ruoma Ruoma 9 mai 2014 22:56

                                      On continue avec les arguments à deux Francs, à inquiéter le bon peuple pour le faire rester docilement dans cette situation lamentable et renoncer par peur à tout changement.
                                      Alors qu’il suffit de se renseigner !

                                      Et ici : l’avis d’un ex-économiste de la BCE, spécialiste de l’euro.


                                      • stetienne stetienne 10 mai 2014 09:21

                                        le fn est le seul parti qui prône la répression face a la racaille et au délinquant
                                        le seul parti qui veut réduire et arrêter l’immigration invasive inutile et très couteuse à la france

                                        bref le fn a de beau jours devant lui et tant pis les autres parti de nuls sans idée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès