Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faites ce que je vote, pas ce que je dis …

Faites ce que je vote, pas ce que je dis …

Nos élus nous prouvent encore une fois ces derniers jours qu’ils sont au dessus des lois ou plus exactement qu’ils fabriquent des lois contraignantes pour les autres mais laxistes pour eux. Nous sommes ainsi dirigés par un petit millier d’élus privilégiés et qui pensent et votent les lois qui les protègent. Notre démocratie devient une oligarchie.

Le Sénat a rejeté hier le projet de loi sur le cumul des mandats, pratique franco-française en constante progression dans la Vème République (en 1936, environ 33 % des députés exerçaient un mandat local ; 40 % sous la IVème République et 80% aujourd’hui). Chez nos voisins européens, les parlementaires exerçant un s’élèvent à mois de 20 % (source : New York Times). L’Express a récemment enquêté sur le cumul de mandats de nos élus et dressé un palmarès des cumulards  :

 

Eux, nos élus ...

Les parlementaires bénéficient d’une « irresponsabilité  », immunité absolue qui les soustrait à toute poursuite pour les actes liés à l’exercice de leur mandat.

Aujourd’hui, le cumul des mandats de député et de sénateur et de député et de membre du Parlement européen est interdit. En outre, le mandat de député est incompatible avec l’exercice de plus d’un des mandats ou d’un certain nombre de fonctions (conseiller régional, conseiller général, conseiller de Paris, conseiller à l’Assemblée de Corse, conseiller à l’Assemblée de Guyane, conseiller à l’Assemblée de Martinique, conseiller municipal d’une commune d’au moins 3 500 habitants). En revanche, le cumul entre un mandat parlementaire et une fonction exécutive locale (président de conseil régional, président de conseil général, maire) demeure autorisé. Les députés ne peuvent être membre du Gouvernement, du Conseil constitutionnel ou du Conseil économique, social et environnemental, magistrat ou membre du Conseil supérieur de la magistrature. De manière plus générale, l’exercice de fonctions publiques non électives ou les fonctions de direction dans des entreprises nationales ou des établissements publics nationaux ainsi que de certaines sociétés ou entreprises privées bénéficiant d’avantages accordés par l’État ou les collectivités publiques sont incompatibles avec un mandat de député.

Un député touche une indemnité parlementaire brute mensuelle de 7.100,15 €, une indemnité de frais de mandat et de secrétariat pour un montant mensuel de 5.770 € brut (attribuée sans demande de justificatifs…). L’Assemblée nationale prend en charge les déplacements des députés sur le réseau métropolitain de la SNCF en 1ère classe ainsi que 80 passages entre Paris et la circonscription lorsqu’elle est desservie par une ligne aérienne régulière. Les députés peuvent obtenir une Carte Intégrale sur le réseau de transports franciliens ( !) s’ils ne souhaitent pas utiliser le parc automobile mis à leur disposition ou les taxis qui leur sont remboursés. Notons enfin qu’une allocation est versée aux députés non réélus à la recherche d’un emploi pendant 3 ans de façon dégressive allant de 100% de l’indemnité parlementaire au 1er semestre à 20%, le 6ème semestre (source : Assemblée Nationale).

Les sénateurs de leur coté touche une indemnité parlementaire brute mensuelle de 5.514,68 €, une indemnité de résidence de 165,44 €, une indemnité de fonction de 1 420,03 € et une indemnité représentative de frais de mandat de 6.037,23 € nets puisque non soumise à l'impôt sur le revenu. Le Sénat délivre à tous les sénateurs une carte nominative qui permet l'accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1ère classe. Ils ont également droit à 40 allers-retours aériens par an entre Paris et leur circonscription en métropole. Enfin, les Sénateurs non réélus peuvent prétendre au versement d'une allocation d'aide au retour à l'emploi mensuelle et dégressive.

Pour mieux connaître cette oligarchie qui nous gouverne (et éclairer vos prochains votes), je renvoie nos lecteurs à l’excellentissime observatoire citoyen de l’activité parlementaire : www.nosdeputes.fr et www.nossenateurs.fr . Vous y retrouverez pour chacun des 577 députés et 599 sénateurs, les présences relevées, participations, nombre de mots prononcés, le nombre de questions écrites et orales, ainsi que les vacances parlementaires. L’ensemble synthétisé cela donne des tableaux d’activités parlementaires sur les 12 derniers mois … très instructif ! Selon son groupe politique un député pointe entre 26 et 36 semaines d’activités (sur 52) …

 

Les sénateurs ne sont guère plus présents : entre 18 et 35 semaines d’activité selon la couleur politique.

Certains velours de siège doivent être plus usés par les brosses des équipes de ménage que par les pantalons ou jupes de l’élu qui l’occupe. Osons pointer du doigt ces élus qui ont passé 10 semaines d’activités et moins dans leur hémicycle, ils ne sont pas dignes de porter les attributs et privilèges de député ou sénateur décrits plus haut. Regardez la liste ci-dessous, ils ne viennent pas tous de nos îles lointaines (signalons que pour les élus d’outre-mer l’Etat prend en charge 26 voyage AR en classe affaires entre Paris et la circonscription et, pour les députés d’outre-mer élus dans une collectivité du Pacifique, 16 passages AR en classe affaires entre Paris et la circonscription) :
 
  • Serge Andreoni, sénateur PSdes Bouches-du-Rhône (0)
  • François Vendasi, sénateur RDSE de Haute-Corse (0)
  • Philippe Richert, sénateur UMP du Bas-Rhin (0)
  • Gaston Flosse, sénateur NI de la Polynésie-française (0)
  • Jean-Claude Mignon, député UMP de la 1ère circonscription de Seine-et-Marne (1)
  • Éric Jalton, député SRC de la 1ère circonscription de Guadeloupe (2)
  • Paul Vergès, sénateur CRC de la Réunion (2)
  • Hubert Falco, sénateur UMP du Var (3)
  • Jean-Noël Guérini, sénateur PS des Bouches-du-Rhône (3)
  • Roland Povinelli, sénateur PS des Bouches-du-Rhône (3)
  • Michel Fontaine, sénateur UMP de la Réunion (4)
  • Bernard Brochand, député UMP de la 8ème circonscription des Alpes-Maritimes (4)
  • Philippe Briand, député UMP de la 5ème circonscription de l'Indre-et-Loire (5)
  • Christiane Hummel, sénatrice UMP du Var (5)
  • Jacqueline Farreyrol, sénatrice UMP de la Réunion (5)
  • Édouard Fritch, député UDI de la 1ère circonscription de la Polynésie Française (6)
  • Franck Marlin, député UMP de la 2ème circonscription de l'Essonne (7)
  • Michèle Tabarot, députée UMP de la 9ème circonscription des Alpes-Maritimes (10)
  • Jonas Tahuaitu, député UDI de la 2ème circonscription de la Polynésie Française (10)
  • Patrick Vignal, député SRC de la 9ème circonscription de l'Hérault (10)

Les cumulards pointés par l’Express ont quant à eux des taux de présence variables :

  • Michel Delebarre, sénateur PS du Nord (21)
  • Jean Germain, sénateur SOC de l'Indre-et-Loire (35)
  • Jean-Michel Baylet, sénateur RDSE du Tarn-et-Garonne (28)
  • Philippe Duron, député SRC de la 1ère circonscription du Calvados (22)
  • Christian Estrosi, député UMP de la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes (11)

Nous leurs élécteurs ...

Pour mémoire et conclure sur les électeurs, j’ose vous rappeler que si vous êtes salarié, un cumul de plusieurs emplois doit respecter les règles relatives à la durée maximale du travail fixée à 35 heures hebdomadaires pour toutes les entreprises quel que soit leur effectif. Au-delà, des heures supplémentaires peuvent être accomplies dans le respect des durées maximales au-delà desquelles aucun travail effectif ne peut être demandé : 10 heures par jour, 48 heures par semaine, 44 heures en moyenne sur une période de 12 semaines consécutives (source : Ministère du Travail)

Alors, s’ils ne votent pas l’interdiction du cumul des mandats, sanctionnons les cumulards dans les urnes !


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • lala 13 septembre 2013 09:12

    C’est la preuve que ces gens ne servent à rien . Ils ont fait de la politique un métier et non un engagement patriotique. La France n’est plus une démocratie mais une dictature molle. Aucun de ces messieurs n’est pret à diminuer voir supprimer les frais de mandats avec lesquels il y a enrichissement via l’achat de locaux qui resteront propriété privée alors que ceux ci devraient revenir dans le bien commun. 

    Des economies on en trouve 30 % de mandats en moins , les communes adhérentes aux communauté de communes disparaissent car la aussi il y a engraissement. Suppression des recteurs d’accadémie etc. De plus une économie de 5% sur un budget tel que celui de la France représente uniquement le gaspillage (boisson, photocopie en trop, utilisation de véhicule , frais de repas etc) On pourrait lister mais à la fin c’est 60 milliard. En rajoutant ce que j’ai dit c’est plusieurs centaines de milliard . Et pourtant ces socialos qui ne pensent qu’à leur gueule qui n’ont jamais bossé comme notre président ne font que de l’esbroufe espérant conserver leur petit pouvoir et surtout avec cette seule idée taxer les populations voir la futur taxe sur les logements privé ne faisant plus l’objet d’un crédit et oui cette taxe c’est l’ultime pillage des populations. Ici les socialos nous montre qu’ils travaillent pour les banques .

    Déjà en 1931 Rogers disait

    « Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. 
    Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir,
     un autre individu a dû travailler pour le produire sans en tirer profit. 
    Tout pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres.
     Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, 
    et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis,
     s’appelle le déclin et la fin d’une nation. On n’accroît pas les biens en les divisant. »
     Dr. Adrian Rogers, 1931
    A méditer

    • Yohan Yohan 13 septembre 2013 09:21

      C’est la course au pognon. La politique c’est un métier réservé en priorité aux étudiants fouteurs de bordel dans les facs. Leurs privilèges, ils se les ont construit comak en étant maître du jeu puisqu’ils font les lois. Premiers servis donc...L’interdiction du cumul, éternel serpent de mer, qu’on nous ressort avant les élections pour l’oublier ensuite. Que sont devenus les 10 députés séditieux ? je vous le demande.....


      • devphil30 devphil30 13 septembre 2013 09:30

        Ils ne vont tout de même pas scier la branche sur laquelle ils sont confortablement assis ....


        C’est la genre de reforme qui devrait être une priorité plutôt que des mesurettes , c’est une mesure qui serait un signal fort de respect de la parole donnée et du respect des électeurs ecoeurés par la pression qu’ils subissent alors que les beaux parleurs se gavent sur notre dos.

        Philippe 

        • Fergus Fergus 13 septembre 2013 11:39

          Bonjour, François.

          100 % d’accord avec votre indignation, ces gens-là sont des grands malades boulimiques de titres, mais, du fait de ces aberrants cumuls, incapables de fournir le travail d’élu pour lequel ils sont indemnisés. Et cela sans la moindre justification valable, l’alibi du contact avec le local étant une fumisterie sans nom.

          A juste titre, vous écrivez « s’ils ne votent pas l’interdiction du cumul des mandats, sanctionnons les cumulards dans les urnes ! » Et c’est bien là que le bât blesse car trop de gens se laissent prendre au leurre des possibles retombées. Et c ’est ainsi que les cumulards, comme de nombreux délinquants, sont réélus contre toute éthique politique.

          Il suffirait pourtant aux militants de contrer ces cumulards en exigeant une répartition plus équitable des postes et des fonctions pour que cela cesse immédiatement. Malheureusement, les militants veulent tous être du côté du manche en escomptant des avantages pour eux-mêmes. Et c’est comme cela que se constituent d’insupportables baronnies locales !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès