Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faudra-t-il payer les poubelles au poids ?

Faudra-t-il payer les poubelles au poids ?

Au nom d’une vertu écologique à discuter, la mairie de Besançon va révolutionner l’univers des ordures ménagères. A partir de janvier 2012, les habitants de la communauté urbaine paieront en fonction de ce qu’ils jetteront. L’effet d’annonce ne doit pas balayer toute discussion sur le bien fondé de cette décision. Car l’exemple pourrait s’étendre à d’autres agglomérations françaises !

 Une chaîne de restaurants thématiques ouvre début avril une nouvelle enseigne dans la zone industrielle de Châteaufarine. A quatre kilomètres du centre de Besançon coincé dans un méandre du Doubs (photo), les clients – automobilistes viendront manger des frites surgelées avec des moules baignant dans la sauce industrielle. La chaîne possède déjà trente restaurants en France qui écoulent chaque jour six tonnes de ce mollusque, dont une bonne partie de coquilles vides [source]. Pour goûter un morceau de vieux comté accompagné d’un verre d’Arbois, il faudra chercher une table gastronomique dans un restaurant sans parking. C’est beaucoup plus cher et bien moins pratique. 

Les gourmets amoureux de vieilles pierres n’y mettront pas les pieds, mais ils viennent peut-être d’ores et déjà faire leurs courses dans la ZI de Châteaufarine. Celle-ci porte le nom des fermes qui appartenaient autrefois à un boulanger. Deux-cent cinquante logements individuels ont été construits à proximité. Dans les années 1980, les magasins ont poussé comme des champignons. Mammouth a ouvert ses portes, depuis remplacé par une autre enseigne généraliste. Soixante-dix magasins spécialisés dans l’alimentaire, dans les articles sportifs ou dans d’autres segments l’entourent, dont vingt ont été ouverts en 2009. Châteaufarine est aujourd’hui la plus grosse zone commerciale de la région [source].

La mairie de Besançon éclipse en cette fin du mois de mars l’ouverture du moules-frites, en annonçant son intention d’instaurer une nouvelle politique des déchets dans l’agglomération. Au lieu d’un ramassage classique, les Bisontins et leurs voisins des communes limitrophes (180.000 habitants de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon) passeront à un système de poubelle payante le 1er janvier 2012. A Besançon plus on jette, plus on paie. Le maire affiche ses bonnes intentions. « L’objectif de la redevance incitative embarquée est de favoriser la réduction des déchets et leur recyclage. »

Jean-Louis Fousseret, maire et président de la CAGB, porte une responsabilité partagée dans l’augmentation des impôts locaux : + 6,3 % entre 2008 et 2009. C’est mieux que le département (+ 10 %), mais moins bien que la région (+ 3 %). Cela étant, sur un total un peu supérieur à 1.500 euros d’impôts locaux par bénéficiaire, la part de la commune représente les deux tiers… [source] Jean-Louis Fousseret veut faire des économies – au moins le croit-il – même s’il tient un discours environnementaliste et volontariste (« l’évolution des mentalités  »). Les habitants de l’agglomération connaîtront une tarification pour leur taxe déchets ménagers, moitié fixe, moitié variable. Cette dernière dépendra surtout du poids du bac (40 %). Comme on va le voir, nul ne sait quels effets produira ce système de tarification pour l’heure sans équivalent.

Le président de l’agglomération a cependant une garantie imparable. Puisqu’il inscrit la gestion de la CABG dans le cadre des objectifs du Grenelle de l’environnement tant vanté ces derniers temps, Jean-Louis Fousseret a obtenu des subventions de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie / plan action déchets pour la période 2009-2012). Ainsi, la charge financière du ramassage diminuera pour la communauté urbaine. Au pire, si le volume de déchets reste stable ou même progresse, les habitants en supporteront les conséquences financières. Ceux qui résident dans des logements individuels pourront plus facilement s’adapter que les autres. « La CAGB espère faire diminuer les ordures ménagères résiduelles de 35 % en habitat pavillonnaire et de 12 % en habitat collectif, à l’horizon 2014.  » Jusqu’à présent, chaque Français paie la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) en même temps que la taxe foncière, quel que soit son volume d’ordures. Le TPG reverse ensuite aux communes concernées. Dans ce système de prix forfaitaire, le client ne reçoit aucune incitation à la mesure, en dehors de la part de déchets sélectionnés par ses soins : bouteilles, papiers et cartons, et autres déchets recyclables. Dans ces conditions, rien ne vient en théorie limiter l’émission. Les tonnages de déchets augmentent sans cesse [Le Monde].

Dans les communes équipées, les containers incitent néanmoins les foyers à se contraindre en terme de volumes émis. Personne en France ne pèse néanmoins ses poubelles. Il existe pourtant une régulation naturelle, parce que l’on ne remplit pas son bac par plaisir. A partir du 1er janvier 2012, les habitants de la CAGB testeront une autre formule. Celle-ci permettra-t-elle aux communes de réaliser des économies ? On peut légitimement en douter. Pour que le service fonctionne, il faudra créer un service ad hoc et distribuer des bacs équipés de puces électroniques. Des fonctionnaires mettront à jour des fichiers en fonction des rejets de chaque usager. Celui-ci paiera alors la facture dûment calculée. Le coût de la nouveauté est fixe, l’économie aléatoire. L’Ademe assure du caractère vertueux du système. Les Bisontins devraient à terme moins rejeter de poubelles.

A juste titre, Audrey Fournier s’interroge sur les inconvénients prévisibles de la poubelle au poids. Les décharges sauvages me semblent toutefois constituer un risque périphérique, à tous les sens du terme. Quels citadins entreposeront-ils leurs déchets en vue d’une escapade discrète dans la campagne avoisinante, tout cela pour ne pas régler la moitié de la taxe ménagère ? On peut admettre l’existence de feux d’ordure pour quelqu’un n’ayant aucun voisin immédiat. Pour les autres, ce risque est d’autant plus faible qu’une colonne de fumée pestilentielle se repère à des kilomètres à la ronde.

Bien plus, ce nouveau système accentuera une injustice. Ceux qui habitent en maison, à Châteaufarine par exemple pourront utiliser un coin de leur jardin pour transformer les déchets périssables en compost, ou pour remiser des poubelles pour le tri. Dans les immeubles collectifs, les habitants n’auront pas cette chance. On peut se demander si l’incitation à jeter moins sera efficace si chacun dépend des habitudes de la copropriété. X fera-t-il attention si Y jette à tire-larigot ? Or l’étalement urbain oblige les municipalités à prévoir des tournées conséquentes, c’est-à-dire à engager des éboueurs et à acheter des camions. Ceux qui vivent dans la ville dense favorisent des économies d’échelle. Mais tout le monde paie au même prix.

La journaliste conclut sur la facture. « La mise en place de cette redevance risque de se traduire par une hausse du prix à payer, car la plupart des agglomérations ayant expérimenté ce dispositif ont instauré un ‘prix plancher’, qui pourrait se révéler supérieur à ce que certains ménages paient actuellement en TEOM.  ». Querelle bisontine en perspective…

PS./ Dernier papier sur la périurbanisation : La spéculation a bon dos.

Incrustation. Boucle du Doubs…


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • sleeping-zombie 1er avril 2010 13:05

    Etrange poisson que voilà, une incitation a déposer ses ordures dans les poubelles de ses voisins ^^


    • Fergus Fergus 1er avril 2010 15:51

      Ou dans les poubelles publiques sur la voirie.
      Ou bien encore dans des décahrges sauvages.
      C’est déjà ce qui se produit en divers lieux où ce système a été mis en place.


    • plancherDesVaches 1er avril 2010 16:18

      En fait, pour avoir étudié le système, j’ai simplement trouvé qu’il était pris à l’envers.

      Soit, on pénalise les gens qui produisent les déchets multiples qui viennent des emballages, du consumérisme, du gachis,...
      Original, non.. ??
      Y’a pas si longtemps, avant qu’on deviennent tous des nobles qui regardons la ferme célébrité (ou célébrité ferme) sur un écran qui doit se faire béner tous les 4 ans maximum, nos parents achetaient du poisson emballé dans du papier journal et avaient leurs boites à oeufs qui étaient vendus en vrac.

      Maintenant, je vous rassure : je brûle tous mes déchets recyclables ou non en produisant une fumée noire. Mais qui va chez mes voisins... ouf.

      Et si... nous redevenions intelligents... ???
      Soit, ceux qui trient et revalorisent au mieux leurs déchets reçoivent un dégrèvement sur leur impôt d’ordures... ???

      On le fait en département en affichant honnêtement les résultats, puis en communautés urbaines, puis, pourquoi pas, un concours entre chaque commune...

      Argg.. j’ai utilisé le mot grossier « honnêteté »...
      Veuillez me pardonner. Je vais prononcer 5 Avé Sarko pour expier.


    • Dolores 1er avril 2010 19:49

      Il y en aura certainement qui trouveront ce système excellent et « écologique », après avoir essayer de culpabiliser chacun d’entre nous qui mettons tant de déchets dans nos poubelles, en nous faisant payer notre inconscience de mauvais citoyens.

      Mais, dites-moi, avez-vous le choix des emballages des denrées ou des objets que vous achetez ? Non ?
      Est-ce vous qui décidez de l’emballage approprié ? Non ?

      Et bien, vous paierez pour ceux qui décident pour vous !....

      Bien fait, ces cochons de consommateurs qui polluent la planète de leur plein gré verront augmenter les taxes ménagères en fonction du volume de leurs déchets alors que le « volume » de leur salaire ne bougera pas d’un pouce !
      Et pourquoi pas augmenter le volume des emballages pour que ce système soit encore plus rentable ?
      Encore une fois, c’est la population qui paiera pour les véritables pollueurs.

      Il existe pourtant d’autres solutions, mais elles ont le défaut de ne pas être « profitables » pour les fabricant et les distributeurs.

      Pourquoi ne pas obliger les fabricant à diminuer le volume des emballages absolument nécessaires et supprimer les superflus ?
       Un exemple. Dernièrement, j’ai acheté un moulin à légumes. (Comme celui de ma grand-mère, il y a50 ans !)
      Il aurait pu être vendu sans emballage, la question d’hygiène ne se posant pas puisque personne n’aurait l’idée de l’utiliser sans l’avoir lavé au préalable.
      Et bien, il était présenté sur un carton très épais ( j’ai du le piétiner pour le plier) d’une surface 3 fois supérieur à celle du dit moulin et recouvert d’un plastique tout aussi épais.
      Si ce n’est pas du gaspillage, dites-moi ce que c’est !
      Mais je n’ai eu qu’un choix : celui d’acheter le moulin avec son emballage, ou ne pas l’acheter..

      Si le système des ordures au poids est appliqué, je devrai payer pour tous ces emballages superflus que personne ne demande mais qui me sont imposés... et je n’en ai pas envie.

      Pourquoi continuer à utiliser des bouteilles plastiques qui vont polluer les paysages alors que de surcroît nous gaspillons du pétrole qui se rarifie, pourquoi ne pas revenir aux bouteilles de verre consignées et réutilisables ?
      C’est assez simple à comprendre : nous achetons à chaque fois une nouvelle bouteille et on la paie bien plus cher que son prix réel. Profit...mais pas pour l’acheteur !
      Et puis, bonnes raisons, les citadins sont devenus si faibles qu’ils sont dans l’incapacité de porter le poids de 6 bouteilles en verre et puis il faudrait faire attention pour ne pas les casser en les manipulant, beaucoup trop contraignant pour les petits muscles du XXI° siècle !

      Aux solutions simples, il vaut mieux substituer des solutions qui coûteront cher aux usagers, qui, eux, sont si rentables par leur sottise à accepter tout ce qui leur est proposé.

      Sans doute encore un coup du « temps de cerveau disponible » !


    • Dolores 1er avril 2010 19:53

      Je viens de constaté que j’ai un problème avec les fabricantS à qui je ne veux pas mettre de S !!!


    • HELIOS HELIOS 2 avril 2010 01:00

      Chère Dolores,....

      Si les bouteilles « consignées » etaient utilisées « avant », c’est parce que les producteurs de contenus etaient proches des lieux de consommation, et qu’il y avait une grande homogeneité dans les formats (souvenez vous des bouteilles d’1 litre a 5 etoiles)

      Aujourd’hui, vouloir utiliser des bouteilles en verre reutilisables par rapport aux bouteilles en plastique jettables c’est gaspiller beaucoup plus.

      Pourquoi ? Parce que la collecte des bouteilles vides SALES et leur nettoyage coute deja plus cher que la bouteille en plastique.
      Sans tenir compte du taux de retour (bouteilles cassées) on s’aperçoit que c’est une fausse bonne idée, une fausse economie.


    • Dolores 2 avril 2010 07:07

      Expliquez-moi en quoi et pourquoi ce serait plus rentable d’aller acheter des marchandises très loin pour devoir les transporter ensuite sur des centaines de km alors qu’il y a des producteurs à proximité.
       
      Est-ce très intelligent de gaspiller le pétrole dont on nous prévient qu’au fil du temps le prix va augmenter régulièrement pour cause de rareté, et ce, pour fabriquer des bouteilles qui seront jetées, et gaspiller encore du pétrole pour les transporter et gaspiller encore pour les recycler ?
      Qui est gagnant avec cette logique ?

      Comment les gens des années 60 ont-ils bien pu vivre en n’utilisant que le verre ?

      Sans aucun doute, de stupides primitifs dépensiers et écologistes sans le savoir qui n’inondaient pas encore le monde de déchets !!!!

      Il vaut sans doute mieux faire des montagnes de déchets pour que de petits malins s’en mettent plein les poches en nous imposant le gaspillage, puis en nous taxant sur les déchets qu’ils nous contraignent eux-même à produire.


    • HELIOS HELIOS 4 avril 2010 13:31

      Mais Dolores, je repondais strictement au nettoyage des bouteilles qui est d’une part difficile et d’autre part plus dispendieux en energie que la fabrication d’une bouteille neuve, a partir des verres recupérés !

      ... et par exemple, prenons un petit pot de yaourt en verre.... est-ce que vous croyez que c’est moins cher de le rapatrier (sans le casser, donc pas en vrac) jusqu’a une unité de nettoyage, d’utiliser ne serait-ce que de l’eau chaude et un produit sterilisant pour le rendre propre, et le livrer a l’usine de yaourts ???? mêmes si tout ce monde est proche ?

      Et tout ça, pensez en plus tous les tris qu’ils faut faire pour renvoyer chaque pots a son legitime utilisateur ? (vous n’allez pas obliger tout le monde a utiliser le même pot...)

      Pour le reste, je suis d’accord avec vous, il faut acheter le plus local possible et être « raisonnable » sur les emballages.. ; mais, il n’y a d’autres solutions a trouver, pour du cartons etc...
       pour diminuer significativement l’usage du petrole....


    • jymb 1er avril 2010 13:23

      Ce genre d’escroquerie écologique est classique. Cela rappelle l’affaire des sacs en plastique de supermarché. Ils polluent, soit. Va t-on les remplacer par des sacs biodégradables en amidon : non. On va les vendre ! et un petit bénéf en plus...

      Pour les poubelles, raisonnement simple : comment ramasser plus d’impôts en faisant croire au quidam de base que tout est de se faute ? on commence par pondre un barême bien étudié. une poubelle moyenne faisant x kilos. Il suffit de mettre la barre bien bas et de proclamer que cela sera moins cher si l’on fait attention.
      5% vont en bénéficier
      Les autres cracheront encore plus
      Peut-être pas la première année..mais lorsque le payeur aura comme pour tous le reste courbé l’échine et accepté, résigné, quelques lignes modifiées et l’argent pleuvra (hors des poches)
      Au fait, ça brûle une poubelle électronique ?


      • plancherDesVaches 1er avril 2010 15:09

        A chaque fois que je vais au supermarché, je sors les sacs leclerc que j’ai depuis plusieurs années du coffre de ma voiture.
        Même si je vais dans une autre chaine d’escrocs, d’ailleurs. J’adore les faire chier tous autant qu’ils sont.

        Y’a pas si longtemps, la ménagère faisait ses courses avec un panier en osier.

        Mais le standing de votre grandeur ne doit plus vous permettre de vous abaisser à ce genre de pratique dégradante, je pense.
        Soyez In, cher aristo.


      • Gabriel Gabriel 1er avril 2010 13:48

        Je ne suis pas sur que cela soit un canular car cette idée traîne dans les tiroirs depuis quelques temps. Bien entendu, il ne sera rien fait pour lutter contre les causes (Fabricants, vendeurs et publicitaires) mais taxer les effets supportés par les citoyens voilà une mine d’or en perspective. Encore une fois les arnaqueurs continueront à polluer et les arnaqués continueront à payer.


        • ChatquiChouine ChatquiChouine 1er avril 2010 20:08

          Absolument Gabriel

          Question Taxes, les Anglais sont aujourd’hui des précurseurs, et ce système de paiement au poids des ordures est déjà en application de l’autre coté de la manche.

          Voyez ceci : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1255565/Spy-chips-hidden-2-5-million-dustbins-council-snoopers-plan-pay-throw-tax.html

           Le seul poisson a voir ici, c’est un pyranhas, autrement dit, le fisc.


        • orage mécanique orage mécanique 1er avril 2010 14:24

          bah quoi t’achètes au poids tu jettes au poids ! ça ne vous semble pas logique ?
          si tu vas à la casse pour ta voiture, tu peux pas amener tant de voiture que tu veux pour le même prix ! tout ce que tu sort de chez toi, tu paie le transport.

          Avant on payait le même prix parce qu’on avait peu de déchet ou même des bacs à compost.

          Aujourd’hui on achète n’importe quoi et on remplis des sacs, on est noyé sous les déchets. Si tu veux continuer, tu paies.
          Si tu veux pas payer, tu gères, t’achètes plus des trucs avec des emballages à la con, tu ne jettes plus la bouffe etc..
          c’est la meilleur façon de réfléchir sur sa consommation et paradoxalement on économise de l’argent .


          • Solivo Solivo 1er avril 2010 14:39

            Français depuis 45 ans, j’ai été ammené à vivre quelques temps en Hollande et découvrir que ce système est en place et fonctionne parfaitement.

            Chaque foyer est équipé d’un badge et jette ses poubelles après s’être identifié sur une borne placée au dessus de containers entérrés sous les trottoirs.
            L’incivilité n’existe pas - question de mentalité nordique - et au cas ou : les poubelles « abandonnées » sont ouvertes pour permettre d’identifier les réfractaires ou alors de vrais enquêtes de voisinage sont faites, il n’y a d’ailleurs pas de fraudeurs au vu des amendes.

            Cette formule m’a étonnée au départ tellement elle est loin de notre rapport à nos déchets Français, mais elle m’est très vite apparue comme un net progrès, et sur de nombreux plans.
            La responsabilisation autour du rejet des dechets reste libre mais est vraiment incitée - libre à vous de payer si vous jettez tout et n’importe quoi si vous voulez payer- mais devient dissuasive en gérant le poids... savez vous combien de tonnes de dechets vous rejetez individuelement chaque année.. ? vous seriez certainement surpris en l’apprenant et vous inciterait surement à gérer mieux vers le recyclage, lui gratuit.
            Enfin je n’ai pas croisé nos tristes éboueurs, vous savez ces parias qui de nuit porte et vident vos sacs et poubelles pour les mettre dans un camion benne, des camions de ramassages collectent des containers.. ça change tout !
            Finis les trottoirs encombrées de poubelles ou de sacs, les containers sont entérrés sous les trottoirs et ça à une autre gueule !

            Alors juste une fois rien que pour ça, cessons d’être ces Franco Français Franchoullards qui ne se remettent jamais en cause, tellements sûrs d’avoirs les meilleurs solutions dans le meilleur pays du monde... sortez , visitez, interressez vous autres, vous savez ces étran gers... vous remettrez surement en cause cette bonne vieille habitude Franchoulliarde de se croire superieur.

            Salut
            Ps J’ai toujours pas compris l’interet de parler de vos restaurants de moules frites Bizontins !


            • plancherDesVaches 1er avril 2010 15:03

              Oui.
              Et ça marche aussi comme ça en Belgique.

              Du coup, à Comines coté France, les Belges viennent déposer leurs ordures la nuit.


            • orage mécanique orage mécanique 1er avril 2010 16:22

              Je connais bien Comines, des deux côtés et j’ai jamais rien vu de tel.
              Peut être y a popol qui le fait mais bon des types inciviques y en a partout et faut pas en faire une généralité.

              Et en belgique, le système n’est pas le même, c’est un système de sac de couleur avec destination spécifique qu’il faut respecter.


            • ARMINIUS ARMINIUS 2 avril 2010 08:22

              Ca marche très bien aussi en Allemagne, où les consommateurs ont forcé les fabricants à réduire le volume des emballages superflus, Comment ? en laissant une grande partie de leurs emballages sur place après le passage en caisse ; LIDL et ALDI ayant même prévu des emplacements à cet effet.


            • Polemikvictor Polemikvictor 1er avril 2010 15:14

               Ce n’est pas un canular, si vous avez une poubelle recente vous trouverez sous la couronne ou s’appuie le couvercle un emplacement circulaire destiné à recevoir la puce ( de la taille d’un comprimé d’alka selzer) pour vous identifier dans le dispositif de pesée qui sera embarqué sur le camion de collecte. C’est déja pratiqué en Angleterre et en Suisse (au moins)


              • Fergus Fergus 1er avril 2010 15:57

                Aux pays-bas également. Et ça doit l’être bientôt à Lamballe (Côtes d’Armor).


              • caramico 1er avril 2010 15:47

                Tout ce qu’on met dans les poubelles recyclables doivent être à la charge des industriels qui augmentent à plaisir les emballages inutiles.

                Pour le reste, un bon compost pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, les déchets carnés aux chiens et chats de la maison, et il ne reste presque rien à jeter.


                • lharmas 1er avril 2010 23:54

                  Faire payer les industriels c’est séduisant, mais comme ils reporteraient ces nouvelles charges sur le prix des produits ...


                • Fergus Fergus 1er avril 2010 16:02

                  Le gros problème qui risque d’être posé en France par cette initiative (pas sotte en elle-même, encore qu’il faudrait d’abord réduire les conditionnements inutiles) vient de l’incivilité des gens. La mise en place n’étant pas simultanée dans les communes, des paquets d’ordures risquent d’être déposés dans les localités voisines n’ayant pas franchi le pas. Exactement comme la délinquance quitte un e commune vidéo-surveillée pour la voisine qui ne l’est pas.


                  • orage mécanique orage mécanique 1er avril 2010 16:14

                    comme tu l’as dit je réagis, je connais bien la ville, des deux côtés et j’ai jamais rien vu de tel.
                    Peut être y a popol qui le fait mais bon des types inciviques y en a partout et faut pas en faire une généralité.

                    Et en belgique, le système n’est pas le même, c’est un système de sac de couleur avec destination spécifique qu’il faut respecter.


                    • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 1er avril 2010 16:57

                      A un commentateur qui postait sur Geographedumonde, j’ai donné cette réponse. Elle concerne tous ceux qui pensent pouvoir mettre fin aux incivilités, et défendent donc le projet de poubelle écologique. Pour lui, chacun peut faire un effort et trier ses déchets :

                      " Vous oubliez la taille des cuisines. L’adepte de compostage garde une poubelle ou un seau qu’il va vider de temps à autre. Il ne va pas ‘au tas’ à chaque épluchure de pommes de terre ! Je doute en outre qu’un habitant d’immeuble sorte de son appartement, descende ses escaliers et file au bout du jardin collectif. Un citadin n’a plus de contact physique avec la terre. Regardez combien des milliers de propriétaires de chiens (et chats) oublient (…) ce que leurs chers compagnons rejettent. Comme si les crottes s’évaporaient dans l’atmosphère ! Les réunions de copropriété voient s’affronter parents de jeunes enfants et propriétaires d’animaux domestiques. Dans votre optique (la volonté), il manque en outre une incitation : que rapporte le compost collectif au courageux dépositaire ?

                       Concernant les sacs estampillés ’mairie’, vous reportez le problème sur les pauvres éboueurs. Leur travail doit être rapide, sans réflexion métaphysique sur ce qu’ils doivent (ou non) embarquer. Et s’ils ne ramassent pas les sacs homologués, on risque de leur reprocher leur négligence. Mais après tout, pourquoi pas ?! 

                      Merci cependant d’apporter votre pierre à l’édifice ! "


                      • orage mécanique orage mécanique 1er avril 2010 17:28

                        il existe plusieurs solutions ce n’est pas bac à compost et débrouilles toi,

                        ce système imposera de manière immédiate des solutions pratiques : achat de légume épluchés, commerce de proximité, de broyeur sanitaire, retour des jardins d’ouvrier pour les plus simples.

                        quand aux sacs, cela fait un moment que les éboueurs ne les ramassent plus si ils ne correspondent pas aux indications et c’est normal ....

                        Et pour finir les animaux c’est la même chose que les poubelles ça fait des années que les gens font comme ça alors ils trouvent ça normal, mais bon dans les endroits où on pose des bornes permettant le ramassage les « mauvaises » habitudes changent. C’est comme tout si on en donnent les moyens aux gens ça se passe bien.


                      • Solivo Solivo 1er avril 2010 17:46

                        @ l’auteur
                         
                        Il semble que vous ne soyez pas favorable à cette démarche.
                        A mon sens vous biaisez le débat dès la première phrase de votre article, et réagissez seulement sur cet aspect de la question...

                        En effet « Au nom d’une vertu écologique à discuter,.... » Si c’est parcequ’il y a cette justification que vous ne semblez pas favorable à ce projet... posez vous la question autrement.

                        Je suis toujours surpris de voir qu’on a besoin de réinventer l’eau chaude alors que d’autres l’on déja fait. Et dans ce cas précis, la gestion des ordures ( tri, collecte, etc...) sans volonté d’être Ecolo mais par une simple organisation différente, des collectivitées ont mis en place des systèmes simples qui s’avèrent cerise sur le gateau effectivement sacrément incitatif à gérer « intelligement »( pour éviter le terme Ecolo) nos dechets.

                        Il suffit d’aller voir... mesurer les avantages et inconvenients des solutions en place ailleurs et développer celle qui est la plus efficace...

                        Il ne s’agit pas là de proner le retour au seau à merde pour le compost avec le seau à épléchures pour le bout de jardin collectif des habitants d’immeubles !!
                        Si c’est là votre vision d’une démarche Ecolo... discernez ce qui est possible à la campagne et en ville.
                        Et c’est bien en ville qu’on brasse le plus d’ordures, la réflexion doit donc se porter là.

                        Une mesure qui vise à faire payer en fonction de ce que l’on jete... me parait juste et incitative... à les jeter plus intelligement.
                        La question du que rapporte au courageux dépositaire obtient une réponse évidente : des économies.
                        A titre individuel immédiatement en fonction de l’effort, et à la collectivité à terme puisque plus d’invidus le feront moins il y aura d’ordures à gérer.... elles seront mieux triées, recyclées... etc etc..
                        Si vous n’y voyez pas là un vrai bénéfice écologique pour la société et l’avenir... ?


                        • Romain Desbois 1er avril 2010 18:10

                          L’idée de faire payer les ordures aux poids a conduit dans d’autres pays à mettre des serrures sur les poubelles. Car l’humain est ainsi, il aime moins son prochain que son porte-monnaie.

                          C’est le type même fausse bonne idée (comme l’est le pass navigo tarif unique de Duflot/Huchon).

                          Car en fait l’on cherche à dans cette histoire de poids , on cherche plus à limiter le volume que la qualité des déchets.

                          Est-ce que quelqu’un se souvient que le plastique est plus léger que le métal et encore plus que le verre ?

                          perso je consomme de l’argile pour litière, c’est très lourd. Serais je incité à prendre une litière aussi légère que synthétique ?

                          D’autant que les contrats signés par les collectivités avec les incinérateurs amènent les collectivités à leur livrer des ordures triées afin de respecter , sous peine de pénalités, le tonnage garantie à ces bouches de l’enfer.

                          Mais je crois qu’il faudrait déjà agir en amont et limiter le plus possible les emballages.
                          Interdire l’emballage individuel des biscuits par exemple.
                          Revenir à des emballages papier pour les fruits et légumes.

                          Et surtout, revenir au gobelet carton ciré dans tous les distributeurs de boissons chaudes !
                          Idem pour les couverts jetables, il est tout à fait possible d’en faire en bois (pin, etc...)

                          On peut faire des emballages de plastiques biodégradables pour tous les produits à durée de vie courte (yaourt, fromages, film remplaçant l’enveloppe des courriers).


                          • LADY75 LADY75 1er avril 2010 18:16

                            Lady Paname dit :

                            « He be ! Y’en a qui sont fûtés !

                            Et pourquoi pas faire payer les billets d’avions au regard du poids du voyageur ?

                            C’est vrai quoi ! Moi qui fait attention à ma ligne et qui mange comme un moineau.. j’fais moins gaspiller d’benzine qu’un vorace qui s’empiffre ! »


                            • ChatquiChouine ChatquiChouine 1er avril 2010 20:13

                              Salut Lady Paname,

                              Et la taxe carbone, vous en dites quoi ?

                              - Atmoooosphère, atmooosphère, ils veulent nous faire payer notre atmosphère !


                            • lharmas 2 avril 2010 00:14

                              J’aimerais personnellement que les commerçants aient l’obligation d’installer après les caisses des containers pour récupérer les emballages.
                              Les clients qui ne supportent pas ce gaspilage y dépioteraient leurs achats.
                              Ces containers seraient ensuite pesés, et taxés.

                              Les petits commerçants n’ayant aucune influence sur les marques ne supporteraient pas cette taxe.
                              Les super, hyper, et autres mégas marchés auraient vite fait de convaincre les industriels d’alléger leur packaging.


                              • Antoine Diederick 2 avril 2010 00:17

                                je suis pour la déduction d’impôt pour celui qui recycle bien et pour la sanction fiscale pour celui qui recycle mal....n’oublions pas que dans le circuit économique nous payons les emballages comme consommateurs de fin .....

                                mais qui va vérifier les poubelles, ne serait-ce pas le comble du tatillon procédurier et ordurier ?

                                la question est comment consommer autrement, le reste c’est de la taxation facile pour édiles en manque d’imagination.

                                pas lu tout le nartic vais le lire maintenant....j’aime bien réagir à chaud ! smiley


                                • ARMINIUS ARMINIUS 2 avril 2010 08:16

                                  A brûler vos déchets, dont certains plastiques , vous produiriez quantité de dioxine, d’où risque accru de cancer...et en Suisse de prison ferme !


                                  • vinvin 3 avril 2010 10:32

                                    En france nous somme toujours taxé pour quelque chose.


                                    Voila une nouvelle taxe concernant les ordures ménagères au kilos !

                                    Et bien moi, les fils de p*tes qui ont eu cette idée ne m’ enc*leront pas, car si on applique cette loi dans mon village, je brulerais tout ce qui peut être brulé au fond de mon jardin, et tout ce qui ne brule pas, j’ irais une fois par semaine en plaine nuit l’ enc*lé dans le canal qui est en bas de mon village !

                                    ET VIVE L’ ECOLOGIE PROPRE !.......




                                    VINVIN. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès