Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faut-il interdire le Parti Socialiste ?

Faut-il interdire le Parti Socialiste ?

En son état actuel, ce parti est un danger pour la citoyenneté en France.

Je sais bien que ce n'est pas le Front National, mais la menace qu'il fait peser sur la République est largement aussi grave que les accusations dont a fait l'objet le parti de la famille Le Pen.

La République, c'est la démocratie, c'est le pouvoir du peuple dont la volonté s'exprime par le vote au suffrage universel.

Le candidat « favori » du Parti Socialiste présente un certain nombre de particularités.

Olivier Cabanel en a dressé un inventaire assez exhaustif, inutile de revenir dessus.

Tout au plus peut-on affiner le trait par ce document fourni par « agent orange ».

La nouveauté, est l'excellent article de Jacques Cheminade, ancien (et futur) candidat à la présidence de la République paru sur AV et ces lignes étourdissantes :

"A Francfort, le 19 novembre 2010, devant un congrès bancaire européen, il (DSK)n’a proposé ni plus ni moins que de « créer une autorité budgétaire européenne centralisée » qui serait « aussi indépendante politiquement que la Banque centrale européenne ». Toute puissante, « cette autorité fixerait les orientations budgétaires de chaque pays membre et allouerait les ressources provenant du budget central ». Même M. Balladur, dans ses costumes taillés sur mesure à Londres, n’est jamais allé aussi loin dans la soumission à une entité supranationale sans contrôle démocratique et soumise aux banquiers centraux ! "

Une commission bancaire centrale, sans contrôle démocratique, décidant de vos impôts, de vos salaires, de votre niveau de retraite, de la suppression ou non de vos services publics !

De Gaulle, réveille toi !

A vrai dire, ce n'était pas vraiment une découverte.

Chevènement, dans une célèbre émission du samedi soir animée par Laurent Ruquier avait déjà déclaré qu'il ne voterait en aucun cas pour Strauss-Kahn car ce dernier voulait transférer le pouvoir de décision économique à une commission européenne non responsable devant les citoyens. Oui mais bon. Dans ce genre d'émission, très utile, certes, rien n'est approfondi, on passe à autre chose sur un calembour et une bonne rigolade.

On va me rétorquer que ce n'est qu'une idée, avancée à la légère par DSK. Que Martine va publier le programme de PS. Désolé mais le programme de Martine...tous les candidats déclarent déjà qu'ils s'assoient dessus !

Ou alors que l' « homme des banques » sera encadré par une solide équipe de socialistes purs et durs. Il se présente pour être « encadré »...Et la mouche qui pète ?

Mais, et c'est le plus grave, ce n'est pas que l'affaire d'un seul homme.

Celui qui émet ces idées radicalement anti-démocratiques et mortelles pour la République, qui ne les développe pas dans un cercle fermé mais au vu et au su de tous, aurait conclu un « pacte », dans son palais fort populaire de Marrakech, avec la secrétaire nationale du PS. La candidate socialiste en 2005 suggère de le prendre comme Premier Ministre en cas de victoire. Et toute une cohorte de petits marquis du PS l' « attend », l' « espère ».

Le problème, ce n'est plus DSK, c'est le PS.

Que faire ?

Bien sûr, il y a Mélenchon, encore faut-il qu'il tienne la route.

Personnellement j'espère encore en Chevènement, de loin la personnalité la plus brillante au milieu de cette marmaille. Mais en a-t-il encore l'envie et la force.

Ces deux là sont extérieurs au PS. Et à l'intérieur du parti ? Où sont-ils les « caractères » les héritiers de Jaurès ?

Emmanuelli tu dors ? Il est temps de cesser les murmures et de faire tonner le canon

Je n'ai jamais trop compris que le PS préfère Jospin en 1995.. J'ignorais le rôle d'Irwing Brown et de la CIA dans les affaires internes du PS.

Mais enfin, toi, le brave Henri qui a encaissé SEUL les conséquences de l'affaire URBA, tu devrais penser à laisser autre chose que l'image d'un brave looser, finalement soumis au nouvel ordre mondial .

J'ai découvert Henri Emmanuelli lorsque je m'étais rendu avec mon épouse, presque par hasard, à un meeting pour le NON à la constitution européenne. A Villeneuve d'Ascq.

Il s'était montré chaleureux, brillant, convainquant. A un participant qui lui demandait ce que deviendraient les dirigeants du PS partisans du « OUI » si le « NON » l'emportait, il avait répondu, hilare :

-Ne vous faites pas de soucis pour eux, quand les moules sont sur le rocher, elles sont solidement agrippées !

Quitte ce ramassis de moules Henri, et parle haut et fort !

Pour l'honneur !


Moyenne des avis sur cet article :  4.03/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • manusan 4 mars 2011 08:32

    Le problème de fond est qu’on continue de nous présenter la politique comme un dualisme droite-gauche. Or cette configuration tend à disparaitre depuis la fin de l’URSS. Aujourd’hui on a le choix entre 2 types de politiciens, ceux qui troquent les démocraties européennes aux grands marchands via l’UE (qui n’est plus un rêve mais un cauchemar mafieux) ou directement via les marchés ; et ceux qui pensent que ça vaut le coup de se battre pour ceux qui les ont élu. S’ils sont tous étiquetés à tel parti ou tel autre, ce n’est plus ça qui est important désormais, mais le retour à la souveraineté.


    • Furax Furax 4 mars 2011 17:32

      C’est une question.
      Faut-il interdire ceux qui veulent abolir la démocratie ?


    • Furax Furax 4 mars 2011 17:56

      Au fait monsieur Cathelain,
      Vous avez écrit le23 février un article intitulé « DSK, super menteur ou arriviste »
      où l’on pouvait lire ceci :
      « Pouvoir sans conscience ou conscience sans pouvoir : tel risque d’être le choix qui s’offre à la gauche avec la candidature DSK en 2012. »
      J’ai aimé et plussé.
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/politiques-citoyens/article/dsk-super-menteur-ou-arriviste-89338

       


    • keiser keiser 4 mars 2011 22:40

      Pauvre France , est une expression que ma grand mère utilisait .


      Mais dans un sens ...
      Elle n’avait pas tout à fait tord .

      N’est ce pas Loic ?!...

    • Dolores 5 mars 2011 20:44


      S’il faut interdire le PS, c’est certainement pour dénomination mensongère : il ne devrait avoir le droit d’utiliser dans leur raison sociale que le titre de Parti mais en aucun cas celui de Socialiste.

      C’est une tromperie délibérée sur l’idéologie qu’ils prétendent défendre.

      Le 14 Juin 2008, le dit PS a déclaré officiellement qu’il était partisan de l’économie de marché (art.6 de la Déclaration de Principe du 16 Avril 2008). Qu’il ajoute à économie de marchés « sociale » et « écologique » ne change rien puisque les marchés européen ou mondiaux n’entrent pas dans ces nuances. 
      Quand on adhère aux marchés, on accepte l’exploitation de l’humain et la notion de profit.
      On admet que l’argent est un but et non un moyen et tout ce qui découle de cette prise de position..
      Plus n’est besoin de « lutte des classes » puisque l’humain est subordonné à l’argent et son esclave.
       En 1990 Pierre Mauroy disait : « ... Le PS doit être un parti un parti de transformation. L’autre option est celle d’un parti social d’accompagnement, c’est à dire la petite musique qui accompagne le marché. »
      Discours de gauche, actes de droite.

      Le PS a été « pour Maastricht contre son électorat et pour le TCE de la même manière.

      Nous avons pu constater que ce parti ne défend plus les classes laborieuses mais uniquement les intérêts des financiers et des grands patrons.
      Pour vous en convaincre, jetez un coup d’oeil au »Canard enchainé« du 2 mars à la p.5,qui titre » PS et UMP s’emballent en Vuitton" !

      Leur idéologie ne résiste pas à l’attrait du pouvoir : les Kouchner, Besson, etc... démontrent, si c’était encore nécessaire, leur vraie nature et qu’il n’y plus de socialistes dans ce parti .

      Le Ps est un parti dégénéré politiquement, il barre la route à des socialistes plus convaincants et plus convaincus, et nous ne sommes plus représentés depuis des années.

      Alors OUI il faut interdire le PS sous sa dénomination actuelle mensongère et usurpée.


    • djyne djyne 28 juin 2011 03:30

      « A la fin, il ne restera plus personne. »

      Après tout ce qui est dit !
      mais tant mieux, qu’ils partent nous n’avons pas besoin de ceux qui ont tout détruit, qui nous exploitent et nous trahissent - alors personne ne serait pas le moindre mal !
      d’autres viendront les remplacerons (avec l’espoir) qu’ils ne soient pas « aussi véreux » - comment pensez-vous que nous allons voter, et tout ceux qui ne voteront pas car il n’y a plus d’espoir dans ce monde corrompu ! nous allons tous y passer justement si ceux la restent - sinon viendra la 3ème guerre qui se profile à l’horizon !
      je pense qu’il est déjà trop tard - aussi je ne suis plus socialiste depuis Mitterrand,
      je suis une voix vagabonde comme tant d’autres désespérés !

    • Gabriel Gabriel 4 mars 2011 08:47

      Bonjour Furax,

      Il ne sert à rien d’interdire un parti politique ou d’appeler De Gaule au secours. La démocratie ça se mérite et pour cela le peuple doit se battre et exiger des reformes constitutionnelles. Car c’est bien les électeurs et eux seuls qui sont responsables de ceux qui les gouvernent. Comme je ne cesse de le répéter, vous pourrez mettre n’importe quel parti au pouvoir, si les élus ne sont pas contrôlés de façon permanente par des jurys populaires renouvelables ayant un pouvoir de destitution immédiate sur les menteurs, les tricheurs et les magouilleurs, cela ne servira strictement à rien ! Sans cette réforme primordiale, ceux qui seront élus, feront ce qu’ils veulent pendant 5 ans sans rendre compte au peuple et iront, comme cela se voit actuellement, jusqu’à changer les lois pour leurs comptes personnels.


      • ZenZoe ZenZoe 4 mars 2011 11:27

        Tout à fait. 
        Je m’étonne que les nominations de Juppé et Longuet par exemple ne soient pas plus récriées. J’avais repris confiance après le foin dans les media au sujet de Woerth, je m’étais dit, ça y est, on se réveille, mais pas tant que ça finalement. Il y a même des applaudissements pour Juppé, le « sauveur de la diplomatie française », rien de moins - alors qu’il est juste un carriériste, un tricheur et qu’il se contrefout de ce que pense le petit peuple tout au-dessous.
        Je développe longuement au sujet de Juppé parce qu’à mon avis, il représente bien ce qu’est devenue la démocratie en France : ceux qui nous gouvernent sont indignes de le faire, parce qu’il n’y a personne pour leur taper sur les doigts.


      • Furax Furax 4 mars 2011 12:13

        Bonjour Gabriel,

        Le titre est un peu provocateur, je suis d’accord.
        Il n’empêche que je n’ai jamais vu une telle attaque contre la démocratie. Imaginez les hurlements si un parti de « droite »avait fait une telle proposition !
        Quant à De Gaulle il ne peut nous être d’aucun secours, c’est juste pour mettre en perspective pour mesurer la dégringolade.


      • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2011 09:25

        Salut Furax ,
        inutile d’interdire un parti politique , on est pas en libye ou à Oman !
        les socialos se chargent de se déconsidérer tout seuls par eux même !
        après qu’ils aient main dans la main trahi les français en votant le traité de Lisbonne , ils montrent chaque jour leur allégeance aux puissances de l’argent !
        les électeurs feront le tri ....


        • Furax Furax 4 mars 2011 12:19

          Salut LE CHAT,
          Bien sûr, on n’interdira rien.
          Mais il ne faut pas laisser les électeurs devant des écrans de télé qui ne vont cesser de leur répèter comment faire leur « tri ».
          Nous allons faire fumer le web ! Comme lors du référendum de 2005


        • Nicolas Boeuf 4 mars 2011 14:43

          Au lieu de militer pour un acte anti-citoyen, milite plutôt pour une prise en compte du vote blanc ! Inutile d’argumenter sur l’irresponsabilité de l’abstention ...


        • Cocasse cocasse 4 mars 2011 09:44

          En fait, il y a deux partis extrémistes dans ce pays, beaucoup plus extrêmes que n’importe quel parti d’extrême gauche ou d’extrême droite, et qui l’ont prouvé !
          Ils ont détruit la France, saboté sa souveraineté, déporté son industrie, organisé le pillage des biens publics, plongé une grande partie du peuple dans la misère, et favorisé l’invasion de notre territoire.

          Notre problème est sémantique.
          Il est naturel pour quelqu’un, afin de discréditer son adversaire, de traiter un parti d’extrême gauche ou d’extrême droite. C’est facile à dire, et l’effet péjoratif est toujours assuré.

          Comment appeler ces deux partis coupables de trahison que sont le PS et l’UMP ?
          Quel terme frappant conviendrait pour suggérer leur infamie en une expression courte ?
          Un terme qui serait encore plus péjoratif que « extrême droite » ou « extrême gauche » ?


          • manusan 4 mars 2011 09:59

            « Un terme qui serait encore plus péjoratif que »extrême droite« ou »extrême gauche«  ? »

            la loi du milieu ?


          • Dzan 4 mars 2011 12:25

            On compte sur les milliardaires Le Pen pour nous sortir de là


          • JL JL 4 mars 2011 10:37

            Chevènement a eu le tort d’avoir raison trop rôt. Maintenant il est trop tard.

            Je ne sais pas si le Grand journal de Denisot qui recevait hier soir Jean-Luc Mélenchon hier soir est disponible sur le net, mais si oui, regardez : c’est un régal.

            Depuis Mitterrand, en 81, je sais que le PS est capable de faire ce que la droite n’ose pas. 

            Ceci dit, la droite fait des choses aussi déplorables, autrement. Ce bipartisme UMPS est la paire de skis de fond qui permet aux possédants, un coup à droite, un coup à gauche, de monter toujours plus haut vers les sommets de l’inégalité.


            • JL JL 4 mars 2011 10:42

              Mélenchon chez Denisot, c’est là :

              http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/melenchon-il-faut-interdire-les-29433 

              « Le président du Parti de Gauche a fustigé, hier soir sur Canal+, le débat sur l’islam que veut lancer le président Sarkozy. »Le débat sur l’islam est honteux", a-t-il déclaré.

              « Il a aussi dénoncé les prières de rue, préconisant leur interdiction pure et simple. Mélenchon ne se montre donc pas aussi tolérant que Bertrand Delanoë et Daniel Vaillant (maire du 18e arrondissement) qui tolèrent cette situation jusqu’à ce qu’une grande mosquée soit construite dans le quartier. »

              "Mélenchon a contesté la thèse selon laquelle ces musulmans prieraient dans les rues pour cause d’un manque de mosquées ; selon lui, ces gens sont des fanatiques, et ils ne manquent pas de lieux de culte.

              "Un discours laïque et ferme donc qui différencie le patron du PG du reste des leaders de gauche.

              « Le débat dans son intégralité, au cours duquel Mélenchon se frictionnera avec Jean-Michel Aphatie et Michel Denisot »


              A écouter et archiver son intervention relative aux « prières de rue », pour fermer le bec aux sionistes et aux hasbaras qui sévissent sur ce site.


            • JL JL 4 mars 2011 12:06

              Calmos,

              j’ai dit : la droite fait des choses aussi déplorables, autrement.

              Quant à l’extrême droite, je dirai : « la critique est aisée mais l’art est difficile ». Le FN a érigé la critique au rang d’art, et il y excelle. Mais c’est tout !


            • posteriori 4 mars 2011 12:41

              UMP et FN nouveau, l’art de faire passer le faire-savoir pour du savoir-faire.


            • posteriori 4 mars 2011 13:16

              FNe vous aurez beau vous sur-étaler sur la toile comme une mauvaise diarhée, vous avez quedalle ! pas de proposition ! pas d’idée, le grand néant. votre seule et unique base : la préference nationale est interdite et a moins d’obtenir 66% des 2 chambres comme napoléon bruni, ca restera interdit. Vous êtes des glands tombés dans du fumier, et je vous rassure, ça ne pousse pas .


            • JL JL 4 mars 2011 14:15

              Bof, moi je veux bien que vous n’appeliez pas un chat un chat, qu’est-ce que ça change ?

              La question est : le FN est-il anti services publics, oui ou non ?


            • JL JL 4 mars 2011 21:50

              Je me fiche de savoir ce qui est ou non, la priorité des Français : je ne suis pas à la remorque de l’opinion des autres.

              Pour moi, les ennemis des services publics sont mes ennemis, mais pas pour les raisons que je crois que vous imaginez : ce serait trop long à expliquer et j’ai mieux à faire.


            • JL JL 5 mars 2011 07:54

              Calmos,

              quand je dialogue, je pose les questions qui me paraissent importantes, à savoir ici, cette question des services publics. Si mon interlocuteur botte en touche ou fait de l’ironie, je considère qu’il se discrédite lui-même et n’est pas digne d’intérêt.

              D’ailleurs, vous n’avez fait là que confirmer ce que je pense de vous depuis longtemps. Tenez vous le pour dit.


            • Danielle2 6 mars 2011 21:09

              je voudrais dire à calmos qu’il devrait se faire soigner, à dire des bétises, des mensonges, c’est plus possible, c’est insupportable -


            • Yvance77 4 mars 2011 10:53

              Pour une fois j’apprécie cet humour et, sacrilège je vais même plusser Calmos (même si la main me brule).

              Comme quoi tout arrive smiley


            • LE CHAT LE CHAT 4 mars 2011 11:19

              salut mon cousin ,
              MDR ! c’est vrai qu’il faut préserver une opposition , sinon on dira ( les médias bienpensants ) que le FN est un parti hégémonique et dictatorial ! avec eux on ne craint absolument rien ! smiley


            • posteriori 4 mars 2011 13:06

              C’est marrant comment des branquignoles qui ont refilé à l’ump les 3/5eme aux 2 chambres (à 2 voix prêt) permettant un gouvernement d’autiste qui ne voit d’opposition que dans les lois effectivement votées, exigent du contre pouvoir.
               DSK c’est votre candidat, tous vos sondages montrent qu’il est plus apprécié à droite qu’à gauche, il va falloir choisir à un moment lepen sarko ou dsk, votre don d’ubiquité internetal n’existera plus dans les isoloirs. 


            • Antoine Diederick 4 mars 2011 20:51

              c’est ben vrai, le socialisme, c’est un souvenir smiley


            • TSS 4 mars 2011 23:39

              nominé:ce mot n’est pas français le bon c’est proposé... !!


            • Yvance77 4 mars 2011 10:51

              Salut,

              Ce qu’il aurait fallu c’est interdire le P.-S. à ceux qui ne sont pas de gauche.

              Autant dire qu’en l’espèce, il ne resterait que « peau de balle » à la direction de ce parti et rue de Solférino.


              • papi 4 mars 2011 11:51

                interdire le Ps pourquoi faire ??

                Pour infos ::

                 C DANS L’AIR DIRECT 5 : Jérôme Sainte Marie donne le dernier sondage  CSA

                 Marine Lepen 25% d’intention de vote au premier tour,
                 
                29% d’avis favorables et 40 à 45% d’accord sur certains sujets.. et on est encore à 12 mois de la présidentielle !!

                C’est tout , il ne faut surtout pas interdire quoique ce soit..


                • non667 4 mars 2011 11:52

                  LE DANGER POUR LA GAUCHE CE N’EST PAS LE FN MAIS LE P.S. 
                  QUI EMPÊCHE LES PETITS PARTIS VÉRITABLEMENT DE GAUCHE D’ÉMERGER ET QUI CONTINUE A TROMPER LE PEUPLE .
                  ces petits partis en s’acharnant sur le fn plutôt que sur le ps s’en font les complices (du ps ) et n’aboutiront pas ! 


                  • ZEN ZEN 4 mars 2011 12:03

                    Le PS est tout simplement devenu , toutes choses égales par ailleurs, ce qu’est le parti démocrate par rapport au parti républicain aux USA (Voir l’étude de John R. Macartur sur le bipartisme américain, devenu de façade))
                    Une même logique d’ensemble . Dupin avait depuis des années souligné les dérives libérales du PS.
                    C’était d’ailleurs le projet mitterandien


                    • JL JL 4 mars 2011 12:15

                      « Le PS est tout simplement devenu , toutes choses égales par ailleurs, ce qu’est le parti démocrate par rapport au parti républicain aux USA » (Zen)

                      « Toutes choses égales par ailleurs » ! Qu’est-ce qui, chez nous, est opposé à républicain ? Mondialiste ! Impérialiste, mais en tant que vassal vus quue nous n’avons plus la possibilité d’être la métropole de l’empire.

                      On ne souligne quasiment jamais que l’expression « communauté internationale » est classiquement utilisée pour désigner Washington et tous ceux qui en viennent à s’aligner avec elle, pas seulement sur cette question, mais d’une manière assez générale (Chomsky là)


                    • HASARD 4 mars 2011 13:36

                      Le PS se discrédite chaque jour un peu plus
                      A Marseille c’est le clan Guérini et à Solférino c’est magouille et compagnie
                      Et la FR et les FRC dans tout ça ?


                      • posteriori 4 mars 2011 14:44

                        Et la FR et les FRC dans tout ça ?

                        Demande donc des comptes à ceux pour qui tu votes et qui sont au pouvoir depuis une decennie non stop. Faut arrêter de poser des questions qui n’ont pas de sens !


                      • posteriori 4 mars 2011 14:50

                        Oups désolé c’est vrai qu’en 2002 t’as pas voté pour chirac au 2eme tour. 18% votre seule qualité au fn c’est l’optimisme, optimisme de naïfs qui sert parfaitement a l’ump. 


                      • pastori 4 mars 2011 13:39

                        « De gaulle au secours ! » smiley la droite capitaliste dont les exploits sont visible !


                        l’auteur retraité a dû connaitre cette époque bénie à partir de la quelle les riches sont devenus plus riches, les pauvres plus pauvres....et ça continue. les gaullistes sont d’ailleurs au pouvoir.

                        les meilleurs d’entre eux : MAM, longuet, juppé, devedjian, et quelques autres admirateurs de pasqua et du SAC. 

                        venu au pouvoir par un putsch militaire il a fallu des grèves générales et une véritable insurrection populaire en1968 pour le virer.

                        tu parle d’une réussite !



                        • Jean 4 mars 2011 14:21

                          Quand on n’ aime pas quelque chose ou quelqu’ un on déforme allègrement

                          1) De Gaulle et les « gaullistes » -soi-disant- ça n’ a rien à voir

                          2) Il n’ est pas venu par un putch, mais en alternative à un putch, il est vrai qu’ il en a joué, mais n’ a jamais été dictateur

                          3) Il est parti de lui-même en 1969 (comme en 1946 alors que...) comme peu savent le faire

                          La réussite c’ est sans doute la suite ? Pompidou qui vend la France aux banques, et la suite de l’ Histoire.... : celle déplorable des pays aux mains des « marchands » (aurait dit De Gaulle)

                          De Gaulle s’ est souvenu de qui l’ avait rejoint en 1940 : les caporaux, les sans-grade, les subalternes ;
                          la classe politique -comme celle d’ aujourd’hui- disparaît dans la tourmente... inexistante dans les vraies épreuves !

                          C’ était mieux Staline ?

                          etc.


                        • Furax Furax 4 mars 2011 16:03

                          Pastori,
                          Oui, l’auteur retraité a bien connu cette époque.
                          Il n’y a plus aucun « gaulliste » au pouvoir surtout ceux que vous citez.
                          Maintenant on va faire un peu d’histoire de cette histoire de « vieux »
                          De Gaulle, la « droite capitaliste », a (entre autres) nationalisé les banques, donné le droit de vote aux femmes, créé la Sécurité Sociale dans son premier gouvernement.
                          Sur un plan personnel, De Gaulle touchait sa pension de général en retraite et avair refusé tout autre émolument. Il avait fait installer un compteur EDF à l’Elysée pour s’aquitter de sa consommation familiale.
                          1968 ne fut en rien une insurrection populaire mais un chahut étudiant (les étudiants désirant avoir accès aux chambres des étudiantes !) qui a mal tourné, une certaine bourgeoisie supportant de plus en plus mal l’ordre moral gaullien. Les syndicats et, plus encore l’opposition politique ont mis du temps à « embrayer ».
                          De Gaulle n’a pas été chassé par le peuple mais par une véritable conspiration qui incluait , c’est vrai, la plupart de ses actuels successeurs. Le « dictateur » avait l’habitude dee se présenter régulièrement devant le peuple par référendum. Celui qui lui a été fatal portait sur la régionalisation et le réforme du Sènat, sujets qui ne passionnaient pas l’opinion. Mais il avait annoncé sa volonté de mettre en oeuvre la participation obligatoire de tous les salariés au capital des entreprises. Et ça la « droite capitaliste » n’en voulait à aucun prix.
                          Reprenez les récits de Capitan et Pisani et vous comprendrez ce qui s’est passé alors. Le complot s’est organisé autour de Pompidou (qui s’est porté candidat, en cas...), et Giscard (qui a appelé à voter CONTRE au référendum, même s’il ne représentait pas grand’chose). Ces deux là étaient bien les larbins du capital.
                          Si parmi les hommes politiques qui ont fait notre histoire, vous avez mieux à proposer...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès