Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faut-il larguer l’Outre-Mer ?

Faut-il larguer l’Outre-Mer ?

En pleine année des Outre-Mer la question peut paraître incongrue, mais à quelques semaines du débat budgetaire au parlement, la question du poids de l'Outre-Mer dans le budget de l'Etat va remettre d'actualité la question de savoir s'il est utile ou non de conserver certains territoires d'Outre-Mer au sein de la République.

Il est temps de rompre avec l'idée trop répandue selon laquelle l'Outre-Mer coûte cher, et même très cher, à l'Etat. Au contraire, l'Etat a besoin de davantage de moyens pour réaliser au mieux ses missions en Outre-Mer.

Alors que l'année des Outre-Mer bât son plein, avec son lot de manifestations permettant à tous les français de mieux les connaître, la question peut paraître incongrue.

Il y a deux ans pourtant l'Outre-Mer était en proie à une grave crise sociale, dont l'Etat n'a alors pas pris la mesure et pendant laquelle il a semblé vouloir se désengager de ces territoires. Les solutions qui ont été apportées suite à cette crise -LODEOM, états généraux de l'Outre-Mer, conseil interministériel de l'Outre-Mer, référendum sur le changement de statut de la Guyane et de la Martinique- n'ont en rien répondu aux problèmes soulevés lors de la crise, ni contribué à redresser la situation économique ultramarine.
D'autre part, lors du vote du budget au parlement, la question du poids de l'Outre-Mer dans le budget de l'Etat remet régulièrement d'actualité la question de savoir s'il est utile ou non de conserver certains territoires d'Outre-Mer au sein de la République, et si oui lesquels.

Aujourd'hui, on semble sur la voie de la sagesse, mais rien ne dit que si une crise sociale éclate de nouveau dans les territoires d'Outre-Mer ou si la situation financière de la France devient critique, la question de l'abandon d'un ou plusieurs territoires, pour une simple raison financière, ne sera pas officiellement posée. De nombreuses raisons, historiques, humaines, géopolitiques, environnementales,... font que les liens sont très étroits entre la France Métropolitaine et l'Outre-Mer. Et il serait irresponsable de les sacrifier sur l'autel d'une fausse bonne raison financière.

Nous ne sommes qu'à quelques semaines du débat budgétaire au parlement, il me paraît de ce fait important de tordre le cou dès maintenant à l'idée trop répandue selon laquelle l'Outre-Mer coûte cher, et même très cher, à l'Etat.

Répandue, cette opinion l'est y compris parmi les parlementaires. Et pour cause : on leur présente dans les documents budgétaires que : “Au total l'effort budgétaire et fiscal de l'Etat en faveur de l'Outre-Mer s'élèvera en 2011 à 16,2 milliards d'euros”.

Car l'avantage et le drame de l'Outre-Mer est qu'il fait l'objet d'un document de politique transversale, comme c'est le cas par exemple pour la politique de la ville, dans lequel sont regroupées toutes les dépenses qui s'y rapportent. D'un côté, cela offre une meilleure visibilité de l'action de l'Etat et un outil très intéressant pour suivre l'efficacité des mesures prises en sa faveur. Mais de l'autre, cela permet aussi de voir en un clin d'oeil que l'Outre-Mer pèse 4,4% des dépenses du budget général et 18% du déficit budgétaire. Cela donne donc nécessairement à certains l'envie de procéder à des coupes sombres...

Mais à y regarder de plus près la réalité est tout autre : l'Etat dépense presque autant pour un habitant d'Outre-Mer que pour un habitant de Métropole. Si on ventile les dépenses budgétaires hors remboursement de la dette entre dépenses liées à l'Outre-Mer et dépenses « métropolitaines », on constate que l'Etat consacre 6100 € à chaque habitant d'outre-mer, et 4860 € à chaque habitant de Métropole. Soit un écart de 25%. Si on souhaite afficher l'effort réel de la nation en faveur de l'Outre-Mer, c'est donc l'écart entre les deux montants ci-dessus qu'il faut prendre en compte, soit 1241 € par habitant. Ce qui donne un total de 3,3 Md€, comparable au coût de la baisse de la TVA dans la restauration.
De plus, ces 6100 € intègrent les réductions fiscales dont bénéficient les ultra-marins (TVA, IRPP, IS,...) et les personnes qui ont recours à la défiscalisation (1,13 Md€). Sans cela, le montant des dépenses de l'Etat par ultramarin serait de 4900 €, soit un niveau strictement identique à celui d'un habitant de Métropole.

Par ailleurs, les territoires d'Outre-Mer produisent moins de richesses que la Métropole : le PIB y est estimé à 17 730 € par an et par habitant, soit 59% de celui de la Métropole (29 900 €). Cet écart de richesse se traduit directement dans le potentiel fiscal des ménages : le revenu fiscal médian des habitants d'Outre-Mer est d'environ 11000 € par ménage, contre 18000 € par ménage en Métropole. Au total, j'ai pu estimer que les habitants d'Outre-Mer acquittaient environ 1,4 Md€ d'impôts à l'Etat chaque année (IS+IRPP+TVA). Il serait instructif de réaliser un calcul comparable pour d'autres régions françaises, et on verrait probablement que de certaines afficheraient elles aussi un niveau de dépenses budgétaires sans commune mesure avec leurs capacités contributives. Sans pour autant qu'on les mette à l'index.

Certes, j'admets bien volontiers qu'il existe des pistes d'amélioration de l'efficacité des dépenses budgétaires en faveur de l'Outre-Mer, et le document de politique transversale et les différents rapports sur l'Outre-Mer peuvent aider à les mettre en oeuvre.

Certes, il existe des spécificités ultramarines, comme la structure démographique (36% de la population a moins de 20 ans, 25% en Métropole) ou la prime de vie chère, qui se traduisent sur le coût global des missions de l'Etat.

Mais au-delà des améliorations possibles, si on observe la situation de la vie de tous les jours, on est en droit de se demander si le budget de l'Etat en faveur de l'Outre-Mer n'est pas insuffisant, en quantité comme en efficacité :

- en matière d'éducation, l'Outre-Mer accuse un retard sur la Métropole, tant pour la réussite au brevet, que, dans une moindre mesure, au baccalauréat.
- en matière de santé publique, l'Outre-Mer se caractérise par une forte mortalité infantile (9‰), des pathologies spécifiques comme la drépanocytose, ou plus développées qu'en Métropole, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou le sida, ou liées à des scandales environnementaux (chlordécone aux Antilles, mercure en Guyane). La prise en charge de ces pathologies requièrent un accompagnement spécifique de l'Etat.
- du point de vue du logement social, les besoins sont importants et insuffisamment couverts, et ce encore plus difficilement depuis que la défiscalisation est venue se substituer en grande partie à la ligne budgétaire unique.
- les communes d'Outre-Mer et certaines collectivités locales font face à une situation économique structurellement difficile, qu'il convient d'accompagner (Cf le rapport de la Cour des Comptes, juillet 2011).
- enfin concernant les missions régaliennes, l'Outre-Mer est en queue de peloton pour la sécurité routière (99 tués sur la route chaque année par million d'habitants, contre 64 en Métropole), pour la délinquance (le taux d'atteinte à l'intégrité physique des personnes en 2010 atteint 7,6 pour 1000 habitant à la Réunion et plus de 15 dans les DFA, contre une moyenne nationale de 6,2) ou pour les conditions de détention (Cf le rapport d'information des sénateurs Cointat et Frimat).

Dans ces conditions, j'espère que les parlementaires, lors du vote du budget, et malgré la priorité qui sera mise sur la réduction du déficit budgétaire, consacreront davantage de moyens à l'accomplissement des missions de l'Etat en Outre-Mer, afin de bien marquer l'intérêt que la nation tout entière porte à ses concitoyens ultramarins.

Benoit Chauvin
responsable outre-Mer de Cap21


Moyenne des avis sur cet article :  2.28/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • eric 2 septembre 2011 08:35

    Qui plus est, il est vraisemblable que tous ces chiffres sont faux....Par exemple, la politique de la ville, toute mesure qui s’applique dans un quartier ou une région « à problème » est incluse. Si on décide de repeindre tous les commissariat de France, toute la peinture dépensée dans ces zones sera incluse dans la politique de la ville. C’est un vieux truc pour donner l’impression que l’on fait quelque chose. Et en ce qui concerne les crédits vraiment dédiés, la dernière fois que j’ai regardé, les crédits de fonctionnement étaient vraiment utilisés, mais pour les crédit d’intervention en descendait parfois à 40%... On paye des fonctionnaires mais ils ne savent pas vraiment quoi faire avec leur budget.....Il parait que cela s’est un peu amélioré.
    On pourrait aussi ajouter les prébendes administratives en métropole qui constitue une aide électoraliste et clientéliste forte ( voir les hopitaux et Musées), mais j’imagine qu’au total, aide supérieure ou égale, le niveau de vie dans les DOM TOM resterait de toute façon plus faible que celui de la métropole. D’ailleurs, tous les indicateurs que vous donnez vont dans ce sens.
    Après c’est un problème politique. Bien sur, votre article constitue une vive incitation à larguer les Dom Tom, et en pratique, j’imagine que pas mal d’électeurs seraient partant pour y ajouter la Corse pour revenir à votre idée de comparaison entre région.
    Mais je veux croire qu’il reste une majorité de français qui continue à se sentir solidaires les uns avec les autres.


    • Kalki Kalki 2 septembre 2011 11:15

      Faut il larguer la planète terre et les êtres humains ... meme logique implacable du petit financier fonctionnaire à la con !

      BRAVO

      le paradi est en faites pavés de mauvaises intentions, inconsciente pour les petits imbéciles de gauches, et consciente pour les autres


      • COVADONGA722 COVADONGA722 2 septembre 2011 11:17

        yep quitte àç larguer une ile rappelons que la corse reçoit à elle seule plus que la réunion les antille et la guyanne réunies « R BARRE » cela relativise l’urgence à larguer !


        • arobase 2 septembre 2011 20:59
          c’était en quel siècle barre ? quelle mémoire ! smiley

          d’ou urgence pour donner à la Guyane et aux Antilles qui meurent de faim ce qui leur revient. c’est ce que voulait dire mr barre. mais en bon humaniste vous avez compris dans le bon sens. 

          vous n’avez pensé à ça ? quand un est trop pauvre, ça ne veut pas dire que l’autre est trop riche.

           

        • foufouille foufouille 2 septembre 2011 12:04

          les iles sont surtout pour les riches
          la vie est tres chere
          la polynesie a meme pas de smic


          • Dominitille 2 septembre 2011 15:41

            Foufouille
            N’oublieriez-vous pas les vrais habitants de ces îles qui ne sont pas plus riches que vous ou à peine plus ?
            Ile, ne veut pas dire automatiquement l’île Moustique de la princesse Margaret.


          • Piotrek Piotrek 2 septembre 2011 12:35

            La France est le sixième pays le plus grand du monde... si l’on compte ses zones économiques exclusives, c’est à dire les eaux territoriales. Eaux qui sont gagnées presques exclusivement grace à l’outre mer. Larguer l’outremer c’est larguer grosso modo 16 fois la surface de la France métropolitaine.

            Si il reste à la France un semblant de poid politique dans le monde, c’est en grande partie dû à celà. Les habitants d’outremer valent leur poid en truffes du périgord mais faut pas leur dire.


            • Dominitille 2 septembre 2011 15:39

              Larguer l’ Outre-Mer ?
              Quel avenir offre t-on aux métropolitains et aux domiens voulant rester français à leur retour en France ?


              • Raie's kareray 3 septembre 2011 19:31

                Le même sort sans doute que les Pieds-Noirs en 1962.


              • rosa luxemburg 2 septembre 2011 18:07

                 Larguer MAYOTTE oui ,d’ailleurs même l’onu a contesté ce référendum mais nous avons trop d’attaches avec la guadeloupe et la martinique,quant à la nouvelle Calèdonie peu importe le nickel independance ainsi que tahiti et la reunion et leur donner des industries avant la liberté ,mais ils ne voudront jamais car ils ne savent pas s’organiser.

                J’oubliais la guyanne indépendance ,pour le spatiale il n’ya qu’a faire comme la russie qui loue les terres au kazakstan ,,de toutes façons c’est la misère là-bas alors avec ou sans nous qu’est ce que cela change ah oui les riches profitent des mines d’or polluantes que chirac et sarkozy ont bradé pour mettre l’argent au luxemboug.

                Je crois que pour la plupart ils seraient plus heureux sans l’empire fasciste qui nous represente à condition de leur donner les moyens industriels et scientifiques pour qu’ils se développent !


                • hans 2 septembre 2011 19:04

                  Oui les OM coutent plus que la charge de la dette, et en plus ils nous detestent , donc eux et Corse exit basta


                  • hans 2 septembre 2011 19:05

                    Oui larger l’OM et la corse permettrait de faire de réelles économies


                    • Cap21outremer Cap21outremer 2 septembre 2011 20:12

                      Bonjour à tous, je lis vos réactions avec attention.


                      @Hans : je ne sais pas pour la Corse mais pour l’Outre-Mer c’est tout le contraire que je démontre.
                      L’Etat ne dépense pas un euro de plus plus un ultramarin que pour un habitant de Paris ou de Corrèze, contrairement aux idées reçues. Et compte-tenu de la situation économique et sociale dans les Outre-Mers, il devrait accentuer ses efforts.
                      Je sais que c’est dur à croire mais c’est ainsi et même les députés en sont convaincus. Et comment pourrait-il en être autrement vu le rapport qu’on leur présente sur l’Outre-Mer lors du vote du budget ? C’est ce même rapport sur lequel je me suis basé pour me faire ma propre opinion.

                      @tous : rappelons-nous que les DOM (pas la Polynésie ni Nouvelle Calédonie) sont rattachés à la France depuis 1635, soit bien avant la Corse ou le comté de Nice ou la Savoie ! Par ailleurs, l’Outre-Mer était représentée (Haiti aussi) parmi les premières assemblées pendant la révolution. Donc les liens avec l’Outre-Mer sont beaucoup plus forts que de simples liens financiers.


                    • arobase 2 septembre 2011 20:51

                      avant de larguer qui que ce soit, il faudrait commencer par regarder si nous avons bien tout pris.

                      ce serait dommage de partir et laisser sans le savoir la moindre cassette quelque part.

                      voir aussi si nous n’avons pas quelque bombe atomique à expérimenter . le faire en Auvergne ferait de peine à hortefeux.

                      et puis aussi puisque qu’on y est, demander à tous les français qui ont acheté des biens , domaines et autres villas ou immeubles défiscalisés dans ces îles sont prêts à les abandonner.  faut pas espérer que les peuples abandonnés leur en feront cadeau.

                      et tous ces fonctionnaires qui font carrière la-bas et s’y sont installés demander leur avis de retourner au pays. ils se souviendrons comment les pieds noirs ont été accueillis en France smiley.

                      pour la corse, à en croire les bombes ce serait plutôt eux qui ne veulent plus de nous non ? peut être ont-ils des raisons. ou des offres plus alléchantes par ailleurs. chacun voit midi à sa porte.. en faire des baléares ou un paradis fiscal et tous ces gens vivraient comme des nababs au lieu que leurs impôts financent le métro parisien.

                      il faut aussi ce dire que certains territoires sont stratégiques et les locaux seraient aux anges de voir partir les radins Français. les USA n’attendent que ça pour en faire tous des millionnaires.

                      etc.... juste quelques réflexions compréhensibles par les lumières qui hantent ce site ;

                      il y en a d’autres bien plus techniques mais ils ne comprendrait pas.

                      et puis avant de larguer qui que ce soit, par complexe de supériorité, se demander si ce ne sont pas ces territoires qui un jour vont nous dire « dégage » !

                      • arobase 2 septembre 2011 21:09

                        mr l’auteur.


                        votre article me fait penser à une radio célèbre matinale qui ance mine de rien, juste pour voir... des sondages demandés par personne mais qui aident bien les gouvernant pour tester les opinions quand ils ont une idée pas trop avouable derrière la tête.

                        avant de la sortir ils testent.
                        exemple ( pas réel, juste une approche) : pensez vous que les « Français » accepteraient une petite baisse de salaires cause la crise" ? si c’est un tollé, on classe, sinon un petit député va timidement proposer un projet...

                        votre article ne sert qu’à donner des idées malsaines à ceux qui n’y penseraient pas.

                        • Raie's kareray 3 septembre 2011 00:08

                          Très bon article qui va nous changer des jérémiades propres aux gens qui n’ont jamais mis les pieds dans un DOM/TOM et n’ont eu pour seul horizon que le clocher de leur village. Je lis de bonnes remarques pertinentes de la part des premiers internautes à réagir à l’article.

                          J’ai lu par contre sur une toile sans la citer même, de la part de personnes qui sont pourtant des « universitaires » des réflexions comme : « Et si on gardait la Corse ? » ou « Si on donnait l’indépendance à la Nouvelle Calédonie ? », ou même « Je me débarrasserais bien de la Bretagne... »comme si on donnait l’indépendance à quelqu’un comme on jette une piécette à un mendiant ! Comme si on pouvait dans le monde d’aujourd’hui priver quelqu’un de sa nationalité !!!

                          Je zappe ces incultes.

                          Kareray, Nouvelle Calédonie. 


                          • gazatouslesetages gazatouslesetages 3 septembre 2011 00:08

                            se demander si « le budget de l’Etat en faveur de l’Outre-Mer n’est pas insuffisant » ?
                            .
                            vu la « productivité » de l’outre-mer, et notamment la prestation touristique déplorable (il n’y a qu’à voir l’accueil antipathique aux antilles), c’est de l’argent jeté par les fenêtres..

                            avec l’outre-mer, il n’y aura jamais assez de budget pour un pseudo développement.

                            au moins en corrèze, on est bien reçus..


                            • Cap21outremer Cap21outremer 3 septembre 2011 00:17

                              @arobase

                              désolé de vous décevoir mon texte n’a rien d’un ballon d’essai pour qui que ce soit.
                              Au contraire, c’est stupéfait de voir que cette possibilité revenait d’actualité depuis la crise de 2009 que j’ai cherché à démonter les arguments financiers habituellement mis en avant pour la justifier.
                              Cette possibilité ne date pas d’hier et déjà après la première guerre mondiale une rumeur courrait selon laquelle les Antilles seraient cédées aux Etats-Unis. Ce n’était qu’une rumeur mais elle avait semé le doute.
                              Chacun est libre d’interpréter mes propos comme il le souhaite, et d’y chercher un second ou troisième niveau de lecture. Tel n’était pas mon souhait...

                              • arobase 3 septembre 2011 09:52

                                « stupéfait de voir que cette possibilité revenait d’actualité depuis la crise »


                                revenait d’actualité auprès de qui ? qui en a parlé ? il y a t-il eu un projet public au gouvernement ? en a t-on débattu à l’assemblée ? à la télé ? dans les partis ? 

                                 « après la première guerre mondiale une rumeur courrait  » pourquoi pas au 19° siècle ? 

                                il est malsain de lancer des rumeurs de ce genre pour donner des idées aux imbéciles , les racistes, souverainistes et autres xénophobes sont déjà assez actifs pour mettre la merde dans le pays et dresser les gens les un contre les autres.

                                99% des gens ne connaissent rien des iles ni de leurs économie, ni de leurs histoires.

                                parler pour ne rien dire, juste pour déverser des biles malsaines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès