Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Faut-il revoir tous les avantages des anciens présidents de la République (...)

Faut-il revoir tous les avantages des anciens présidents de la République dont ils bénéficient durant leur retraite dorée ?

La mise à la retraite anticipée de Nicolas Sarkozy, fait qu'il nous faut se pencher sur la situation matérielle de nos anciens présidents de la République.

JPEG - 33.7 ko
Les trois retraités présidentiels

René Dosières en juillet 2007 s'était déjà interrogé sur cette situation matérielle qui incombe à l'État donc à nous contribuables français.

Il avait donc déposé une question écrite au Premier ministre afin de connaître les moyens matériels et humains que la nation mettait au service des anciens présidents de la République. Ce n'est qu'un an plus tard qu'il a obtenu une réponse, qui est la suivante :

question RD question juillet 2007

Pas satisfait de cette réponse assez brève, il a poursuivi ses investigations. Il a découvert que pendant longtemps cette situation matérielle était couverte par un texte officiel datant du 3 avril 1955 et qui précisait qu'ils bénéficiaient à leur départ d'une "dotation" égale au traitement d'un simple conseiller d'État, soit en 2012 la somme de 6 000 euros brut. Une dotation qui est cumulable avec d'autres pensions ou salaires.

Mais la Constitution de la Vème République a prévu que les anciens présidents de la République sont membres de droit, et à vie, du Conseil Constitutionnel. C'est René Coty, dernier président de la IVème République, qui en a bénéficié le premier.

Au départ c'était un poste plutôt honorifique, mais très bien rémunéré, actuellement de 12 000 euros par mois. Depuis, le Conseil Constitutionnel a un rôle et des compétences accrus, il siège régulièrement chaque semaine, or en cas d'absences fréquentes l'indemnité est diminuée.

François Hollande a prévu de supprimer le texte qui permet aux anciens présidents de devenir, à vie, des Sages. Mais ce ne sera pas rétroactif et s'appliquera donc, pour la première fois, à l'ex-président Hollande.

Mais pour obtenir une révision constitutionnelle il est nécessaire d'avoir une majorité des 3/5e, une partie de l’opposition devra donc aussi la voter. Et le texte devra alors recueillir un consensus assez large. Jean-François Copé, François Fillon et Alain Juppé qui briguent la présidence en 2017 seront-ils d'accord pour inciter les députés et les sénateurs de l'UMP à voter ce changement de la Constitution qui pourrait amoindrir leur future retraite présidentielle ?

En ce qui concerne les avantages matériels, c'est une lettre du Premier ministre datée du 8 janvier 1985 qui malgré sa non parution au journal officiel vaut comme "décision" et qui détermine les règles fixant le "statut dans la nation" des anciens présidents de la République et des conjoints des présidents décédés.

decret ancien president Lettre du 8 janvier 1985 

François Mitterrand a réclamé à son conseiller particulier, Michel Charasse, de rédiger cette lettre personnelle à l'adresse de Valérie Giscard d'Estaing et qui a été signée par Laurent Fabius. Elle n'avait jamais été rendue publique avant que René Dosière la joigne en annexe dans son livre "L'argent de l'État : un député mène l'enquête" publié au Seuil.

Dans cette lettre, il est énuméré les dispositions matérielles et humaines applicables aux anciens présidents. Notamment un appartement de fonction, meublé et équipé, avec deux personnes de service, deux policiers qui assurent leur protection rapprochée, et leur domicile privé est également protégé. Également il est mis à leur disposition une voiture de fonction à titre permanent avec deux chauffeurs. Par ailleurs sept collaborateurs sont à leur service pour leur secrétariat dont un chef de cabinet, deux assistants, un fonctionnaire des archives nationales (pour rédiger leurs mémoires, je pense) et trois secrétaires-dactylos.

Enfin, une prime de "sujétion spéciale", dont le montant n'est pas connu, lui sera versée pour compenser les contraintes subies dans l'exercice de ses fonctions.

Toutes ces dépenses de personnel sont supportées par les ministères dont sont issus ces collaborateurs, par contre les indemnités de sujétion particulière dont ils bénéficient à l'instar des membres de cabinet sont pris en charge par Matignon, ainsi que les dépenses de fonctionnement.

Les ex-présidents de la République peuvent également voyager gratuitement au moyen de deux cartes de circulation illimitée : l'une sur les vols Air France en classe affaire, bien évidemment, et l'autre à la SNCF en première classe, qui est à mon avis bien moins utilisée étant donné leurs craintes d'agressions.

A l'étranger, les anciens présidents français peuvent se faire accueillir et héberger, gratuitement évidemment, dans les résidences des ambassadeurs et des consuls de France.

Il est difficile d'évaluer le montant de tous ces avantages , mais René Dosière estime qu'un ex-président de la République coûte aux contribuables 1,5 millions d'euros par an.

Aux États-Unis, les anciens dirigeants bénéficient également de quelques avantages matériels, mais qui sont beaucoup plus limités que ceux qui sont attribués à nos ex-présidents. Leur protection policière se termine au bout de dix ans et le nombre de leurs collaborateurs dont ils disposent sont beaucoup plus restreints qu'en France. Par ailleurs ils touchent une pension qui n'est pas très élevée compte tenu du niveau de vie des États-Unis, et de plus ils peuvent y renoncer.

La France est très généreuse que ce soit vis-à-vis de ses anciens présidents ou bien de ses présidents en activité, leur train de vie est de 2,5 fois supérieur à leurs homologues américains.

Actuellement les trois anciens chefs de l'État, vont nous coûter au total près de 5 millions par an. Cette somme représente le montant des intérêts de notre dette pendant une heure, ce n’est pas une somme considérable en soi, me direz-vous, mais en période de crise ce n'est pas négligeable, il n’y a pas de petites économies.

On peut se demander quelle est l'exacte fonction de ces ex-présidents aujourd'hui et s'ils continuent vraiment à représenter la France.

Si ce n'est pas le cas on est en droit de se poser cette question  : est-il nécessaire de leurs attribuer tous ces avantages matériels ? Surtout lorsqu'ils peuvent décider d'aller travailler dans le secteur privé, comme le prévoit Nicolas Sarkozy, qui semble-t-il veut reprendre son métier d'avocat. A moins qu'il veuille animer des conférences, faire du consulting, ou bien écrire ses mémoires, mais surtout "faire de l'argent" voire "faire du fric".

Il faut, je pense, absolument revoir tous ces avantages matériels et humains dont bénéficient les anciens présidents de la République, des privilèges dignes d'une monarchie.


Sources : France Info, Le Nouvel Observateur, Le Monde,


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Durand 18 mai 2012 16:23

    Il arrive que certains maires de petites communes renoncent à être « payés » pour exercer leurs fonctions au quotidien. Bravo à eux pour leur générosité, et leur dévouement au bénéfice de leurs électeurs !


    Je rêve du jour où les ex-présidents de la République renonceront, sinon à siéger au conseil constitutionnel, du moins aux 12 000 euros que procure cette charge mensuellement. Après avoir été nourris, logés, transportés gratuitement, grassement rémunérés financièrement durant leur(s) mandature(s), ils ne sont pas dans le besoin, loin s’en faut.

    Aux yeux du peuple, ô combien ils se grandiraient en faisant don, non pas de leur personne à la France comme le fit un ancien maréchal, mais de leurs fabuleux revenus rattachés à leur « sagesse ».

    Rêve de ma part réalisable ou folle utopie ?




    • appoline appoline 18 mai 2012 17:53

      Dans ces moments où pointent de grosses difficultés, la question ne devrait même pas se poser. Les anciens ont été virés : bon vent ; il est totalement anormal de rémunérer des fonctionnaires ou élus qui ont été « licenciés » par le peuple. 


    • kane85 kane85 19 mai 2012 12:06

      C’est exactement ce qu’a fait le maire de notre commune.

      Je ne suis pas de son bord politique mais ce geste m’a fait le respecter !


    • Romain Desbois 18 mai 2012 16:27

      Très bon article dont le nombre de commentaires est inversement proportionnel à la qualité et l’intérêt.

      Sur le fond, il est insupportable qu’en démocratie , la constitutionnalité soit jugée soit par ceux là même qui ont mis en place la loi mise en cause , soit qui sont opposés à celui qui l’a mis en place, soit par ceux qui ont été nommés par celui qui l’a mis en place (directement ou indirectement). Il ne peut y avoir d’impartialité ou d’objectivité

      On pourrait d’ailleurs tirer au sort parmi les constitutionnalistes la constitution du conseil.

      Sur la forme, il est curieux que ceux qui considèrent qu’une personne licenciée doit attendre sa retraite de plus en plus longtemps tout en touchant de moins en moins se voient attribuer des règles différentes autrement plus avantageuses.
      L’assistanat et les privilèges ne sont pas là où on nous a seriné pendant 5 ans.


      • bernicoduvar bernicoduvar 19 mai 2012 08:35

        IL y a bien longtemp que les exemples sont toujours pour les autres .mais comment lutter contre le(les)roi(s)


      • spartacus spartacus 18 mai 2012 16:42

        Encore mieux qu’ancien président, cumulateur de retraites et ministre.


        Pour quelqu’un du régime général, une carrière égale une seule retraite.

        Fabius lui cumule plusieurs retraites à taux plein (Retraite de député, Ministre, Retraite d’ancien maître des requêtes au Conseil d’État, conseiller général, retraite de conseiller général, retraite de maire, retraite de député européen) qu’il cumule avec les indemnités de ministre actuel, donc du même employeur l’état.
        A cela il bénéficie des appointements de ses SCI d’oeuvre d’art, n’oublions pas que ces derniers revenus sont exonérés d’ISF dérogation qu’il a fait obtenir par DSK qui lui aussi était intéressé.
        Bien entendu tout ceci est vérifiable et public...

        • leypanou 18 mai 2012 16:58

          Pourquoi parler de Fabius, et pas Chirac ou Juppé, ou encore Tibéri ?

          C’est tout le système de pensions d’ex-fonctionnaires politiciens qui est à revoir. Mais ce ne sera pas demain la veille et aucun élu, de quelque bord qu’il soit, ne se hasardera à parler de cela. Un député, avec un seul mandat de 5 ans, aura déjà 1500€ de pension minimum ; les élus de droite ainsi que leur président-qui-est-contre-les-conservatismes qui ont crié au scandale sur les es retraites des cheminots n’en ont pas parlé.


        • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:12

          Mais ce ne sera pas demain la veille et aucun élu, de quelque bord qu’il soit, ne se hasardera à parler de cela.
          Eh oui, et même les candidats dits ’hors-système’ sont d’accord pour croquer. Pour la soupe c’est l’alliance sacrée.
          Il est grand temps d’en finir avec ses avantages exorbitants accordés à un nombre de plus en plus important de bénéficiaires.
          Il faut se serrer la ceinture, que l’ Etat donne l’exemple !


        • eric 18 mai 2012 16:52

          Bien tenté : 22 milliards d’euro, c’est le déficit technique prévisionnel du régime de retraite de la fonction publique, générée par le fait que les impétrant cotisent beaucoup moins pour prendre plutôt des retraites plus élevées. C’est le second poste de dérive du budget aprs le payement de la dette qui en est du reste issu pour une bonne part. C’est un petit tiers de l’ensemble du budget de l’aide sociale consacrée à tous les pauvres. Dons l’eefort de solidarité de la collectivité consiste 5 ou 6 fois plus a aider les agents publics a disposer d’une retraite confortable qu’a aider les pauvres à manger à Leur faim. Dans ces conditions, l’urgence sociale est bien évidemment de faire des économies sur le train de vie des ex chefs d’État.


          • leypanou 18 mai 2012 17:04

            Parler du déficit du régime de retraite de la fonction publique ne veut rien dire, car il n’y a pas de caisse de retraite de la fonction publique. Renseignez-vous un peu plus sérieusement sur la question, au lieu de faire de la propagande anti-fonctionnaire


          • mortelune mortelune 18 mai 2012 17:53

            Eric, Toujours à la dérive ?


          • appoline appoline 18 mai 2012 17:57

            Il n’y a pas de caisse de retraite, dîtes vous, alléluia nous sommes sauvés.


          • latortue latortue 18 mai 2012 19:14

            eric bravo voici un petit encas copier collé et qui date de 2009

            Un rapport de la Cour des Comptes sur les effectifs de l’Etat rendu public début décembre [2009] montre que le nombre de fonctionnaires a augmenté de 36% depuis 1980 : il y en a eu 1,4 million de plus en trente ans. En même temps, l’emploi total en France progressait deux fois moins vite (18%). Le rapport de la Cour des comptes déplore, bien entendu, la rigidité et l’absence de vision stratégique de l’Etat dans ce domaine…

            Un Français sur cinq est employé dans l’une des trois fonctions publiques

            D’après la Cour, au début de l’année 2008, les trois fonctions publiques (Etat, collectivités territoriales et hôpitaux) employaient au total 5,2 millions d’agents, dont près de la moitié (2,5 millions) pour l’Etat. Cela représente un peu plus de 20% de l’emploi total en France.

            Pour son personnel, l’Etat dépense aujourd’hui deux fois plus qu’en 1980 soit environ 48% de son budget, c’est-à-dire 15,5% du PIB.

            Or, contrairement à la légende gouvernementale, toutes les fonctions publiques ont progressé : la fonction publique territoriale a augmenté de 71,2% depuis 1980, la fonction publique hospitalière de 53,4% et la fonction publique d’Etat de… 14,3%. Pas de répit donc pour l’augmentation du nombre de fonctionnaires.

            On ne sera pas surpris d’observer que dans certains domaines, la France a beaucoup plus de fonctionnaires que ses voisins : on compte par exemple 1 policier pour 250 habitants contre 1 pour 380 en Grande-Bretagne. Le « service public à la française » aurait-il des résultats meilleurs ? Il ne manque pas de capital humain !

            Mais il faut tenir compte de 2 millions de salariés payés par les contribuables

            En fixant le nombre de fonctionnaires à 5,2 millions, la Cour passe sous silence tous les salariés qui ne relèvent pas de la fonction publique au sens strict, mais qui sont payés par les pouvoirs publics sans avoir le statut de fonctionnaires. Or, ils sont très nombreux tous ces agents rémunérés par l’Etat, les organismes publics ou parapublics et les entreprises publiques. Leur recensement a été fait par un rapport passé inaperçu : le rapport annuel sur l’état de la fonction publique publié en 2007 par le Conseil supérieur de la fonction publique de l’État.

            Si l’on comptabilise tous les salariés rémunérés avec l’argent public, fonctionnaires ou pas, le total atteint environ 6,9 millions de personnes soit 26% de la population active française. C’est donc un Français sur quatre qui appartient au secteur public.

            ajoutons a cela les élus 1 pour 100 habitants et les avantages des ex présidents alors là ou va t’on bientot la même chute que la Grèce et là tous les avantages serons remis en question .

            http://www.observatoiredessubventions.com/2010/combien-de-fonctionnaires-en-france/


          • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:16

            car il n’y a pas de caisse de retraite de la fonction publique
            Parfaitement exact leypanou, les retraites des fonctionnaires c’est sur le budget de l’état qui se dispense de cotiser. Résultat des courses c’est une partie de la dette ’invisible’.
            Les cotisations ’employeur’ figurent bien sur mes bulletins de paie d’ex-fonctionnaire, seul problème, et de taille, ces sommes n’étaient cotisées nulle part.


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 18 mai 2012 17:02

            S’il y avait une justice ces indemnités devraient être basée au pro-rata de la fortune et des revenus de l’ex, maximum la moitié de ses émoluments quand il était en activité. S’il est riche et bien que-dalle, ce serait encourager l’assistanat et la fainéantise...S’il rebosse derrière, rien du tout non plus. De toute façon pas de bagnole, pas de garde du corps, aucun avantage, c’est déjà bien joli qu’on ne les juge pas pour magouilles et crimes. smiley


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 2012 17:03

              Pour leur retraite De Gaule,Pompidou et Mitterrand n’auront eu que des poignées dorées !


              • appoline appoline 18 mai 2012 17:58

                La place aux jeunes, c’est la dure réalité de ceux qui entrent dans le plumier


              • Romain Desbois 18 mai 2012 18:07

                C’est l’avantage d’élire des personnes âgées. Mais vu que la tendance est au rajeunissement, il est temps de changer les règles du jeu sinon on va vite avoir pléthore de cinquantenaires anciens présidents.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 2012 19:46

                Fallait il payer leurs frais d’obsèques, et si DSK président ,aurions nous eu à payer ses frais d’obsède ?


              • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:19

                ,aurions nous eu à payer ses frais d’obsède
                et des pensions de réversion à ses 2400 ’veuves’ ou à la seule Anne Sinclair qui n’en n’a sans doute pas plus besoin que Carla Bruni.
                Les scandales actuels dépassent et de loin en nombre et en monstruosité ceux de l’ancien régime.


              • OUI....BIEN SUR

                ces cumulards doivent avoir leurs pensions divisées par 4 pour un mandat de 5 ans et de 50% pour

                 2 mandats.................... (10 ans)

                idem pout tout elu ............baisse de salaire de 30% POUR CEUX QUI SONT ACTIVITE pour une fois que l ’exemple vient de haut...il faut obligatoirement les suivre...
                sinon c’est pas sérieux ni moral


                • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:23

                  baisse de salaire de 30% POUR CEUX QUI SONT ACTIVITE pour une fois que l ’exemple vient de haut...
                  Pas si vite TOUSENSEMBLE ...... !
                  En général les politiciens reprennent de l’autre ce qu’ils donnent d’une main. Avant de voir si nous avons affaire à un vrai sacrifice il faudra examiner le nouveau régime des indemnités. Car si les 30% disparus passent en indemnités l’état y perdra encore par faute de cotisations.


                • Papybom Papybom 18 mai 2012 17:08

                  Bonjour menou69

                   

                   

                  Bravo pour votre travail de recherche. Combien d’avantages de nos élus, sont ignoré des français ? Pour eux, les acquis semblent gravés dans le marbre.

                  Le pire voyou (et je ne cite personne) va bénéficier de largesses de l’Etat systématiquement. Aucune clause ne prévoyant la suppression il me semble. Bon président ou ignoble crapule, même texte !

                  Poussons la plaisanterie à l’extrême. Imaginons un ex-président, jugé après la perte de son immunité, reconnu coupable et emprisonné, pour 15 ans par exemple. Oui pour un appartement de fonction, meublé et équipé de barreaux, avec du personnel de service(les matons).

                  Pour le reste, nous sombrons dans un ridicule que nos finances ne nous permettent pas.

                  Les textes prévoient l’épouse et la veuve, ajoutons les concubines et pourquoi pas les maitresses et les ex….

                  Même moi, qui suis souvent farfelu, j’aurai eu peur du ridicule en écrivant cette lettre qui semble avoir force de loi.

                  Cordialement.


                  • Romain Desbois 18 mai 2012 18:04

                    « Pour le reste, nous sombrons dans un ridicule que nos finances ne nous permettent pas. »

                    Quand bien même elles nous le permettraient.

                    Mais je rappelle tout de même que les français n’ont pas voulu d’une gestion à la norvégienne.


                  • Le péripate Le péripate 18 mai 2012 17:32

                    Les membres d’un gouvernement devraient être rémunérés aux résultats. Et tous solidaires.

                    Tiens, j’ai réussi à placer le mot solidaire. smiley


                    • appoline appoline 18 mai 2012 18:00

                      Ahah, nous aurions un peu moins de prétendants pour se mettre autour de la table pour le festin, la France ferait de belles économie compte tenu du peu de productivité


                    • caramico 18 mai 2012 18:05

                      Et puis Air France n’est plus une compagnie nationale, elle est privée, donc qui paye ?


                      • Papybom Papybom 18 mai 2012 18:57

                        menou69, juste pour info… 

                         

                        La rigueur salariale exigée des ministres du gouvernement fait des émules. Laurent Wauquiez, ministre UMP sortant, déclare qu’il renonce aux six mois de salaire réservés aux ex-ministres.

                        « Je pense que dans cette période où l’on demande des efforts, c’est important qu’on puisse montrer l’exemple. Autant quand on exerce la fonction, c’est normal qu’on soit correctement rémunérés, mais une fois qu’on est plus en fonction je trouve ça normal » de ne plus en bénéficier, affirme Laurent Wauquiez.

                        Il a du prendre connaissance de votre article. Aux suivants….

                        Cordialement.


                        • devphil30 devphil30 19 mai 2012 07:09

                          Il ne veux pas devenir assisté , c’est bien la moindre des choses d’avoir annoncé ça sinon il se serait fait rappeler les phrases qu’il avait prononcé sur l’assistanat.

                          C’est une bonne décision de sa part car ces 6 mois et autres avantages ressemblent fortement à des parachutes dorées ...Non ?
                          Qui rentre dans un boulot et à qui l’on annonce à la sortie tu toucheras xxx euros que tu démissionnes ou que tu sois viré , personne enfin moi j’en connais pas

                          Philippe


                        • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:25

                          C’est assez extraordinaire que l’on ait autant de talent pour mettre les plus pourris de ce pays à sa direction. Résultat : La France est l’un des pays développés les plus corrompus, ce n’est pas le hasard. Alors que personne ne se plaigne.
                          D’accord avec vous le Sudiste, on en a pour notre argent !


                        • Une seule solution pour mettre fin au scandale de la gabegie française du « monde politique », anciens Présidents compris : changer par voie constitutionnelle les structures de la profession « d’élu ».
                          Dans l’article l’auteur met l’accent à juste titre sur le coût annuel de l’entretien jusqu’à leur mort et celle de leur conjoint des anciens Présidents du pays. La nation ferait de plus sérieuses économies encore si elle réduisait le nombre des députes (570 je crois aujourd’hui) et celui de sénateurs (350 ou 335) avec, y compris, tous les avantages honteux, retraite comprise, dont béneficient ces messieurs.
                          Pourquoi ne pas imaginer la suppression de tout salaire, mais accepter le versement de « frais réels » ? Pourquoi ne pas autoriser plus d’un mandat électif de cinq ans, quelqu’il soit ? poourquoi tant de conseils en tous genres dans le pays ? Pourquoi, pourquoi... ? Etc...etc...
                          ce’est pas 5 millions annuels que l’Etat économiserait, mais bin des centaines et des centaine de millions d’euros.


                          • logan 18 mai 2012 19:56

                            Attention, si on doit baisser les revenus des ministres ce n’est pas parce qu’il faudrait que tout le monde fasse des efforts, ça c’est la bouillie intellectuelle qui vise justement à justifier que l’on demande des efforts aux innocents quand on épargne les coupables, ou encore qui vise à faire croire qu’il n’y a plus d’argent, quand en réalité les problèmes de finances publiques sont liées à une arnaque financière et politique ( la loi de 1973 ), et à une mauvaise répartition des richesses ...

                            On doit baisser les revenus des ministres parce qu’on n’a pas besoin de les payer autant et parce que s’ils sont payés autant c’est parce qu’ils se sont augmentés eux même, ce qui est l’expression d’un parfait conflit d’intérêt.


                            • anty 18 mai 2012 20:15

                              Les membres du gouvernements devraient être payés au prorata du smic pour que les salaires de ces gens soient plus morale.

                              Pour moi un salaire 3 X le smic est amplement suffisant pour le président

                              • devphil30 devphil30 19 mai 2012 07:14

                                Attention aux risques de manque de « vocation » et aux risques de corruption si les salaires ne sont pas en rapport avec la fonction et la charge.

                                C’est l’aspect des avantages après être parti du poste ( président , premier ministre , minstre etc ...) qui me pose problème

                                Philippe


                              • menou69 menou69 18 mai 2012 20:21

                                Europe 1 a révélé, ce mardi 15 mai, que Nicolas Sarkozy a d’ores et déjà loué un étage entier d’un immeuble, rue de Miromesnil, dans le 8e arrondissement de Paris, pour y installer ses bureaux d’ancien président de la République. Cette adresse se situe à moins de 200 mètres du cabinet d’avocats dans lequel l’ex-chef de l’Etat devrait exercer. Europe 1 ajoute que cet étage, qui comprend 11 pièces, a un loyer d’environ 15 000 euros par mois, « entièrement pris en charge par l’Etat, comme le veut la tradition de la Ve République ».

                                Soit 180 000 euros par an, ben ma foi il ne se gêne pas étant donné qu’il ne paie pas de sa poche.

                                Plusieurs entreprises du quartier qui étaient sur les rangs pour louer cet étage ont été mises sur la touche, au tout dernier moment : "l’ordre vient d’en haut", leur a-t-on expliqué à l’agence immobilière. Mercredi dernier, Nicolas Sarkozy est venu en personne visiter les locaux. Le cafetier, qui se trouve juste en face, a gardé quelques photos souvenirs.

                                Voir ci-dessous le plan de l’appartement et les photos :

                                http://www.europe1.fr/Politique/Le-nouveau-bureau-de-Sarkozy-1083265/

                                Sources Europe 1


                                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 mai 2012 22:12

                                  Salut menous69,

                                  5 millions d’€ ,.. ça fait quand même par exemple 250.000 boites de médicaments à 20 € qui actuellement ne sont plus hélas remboursés, et qui pourraient l’être !

                                  « Europe 1 ajoute que cet étage, qui comprend 11 pièces, a un loyer d’environ 15 000 euros par mois,"entièrement pris en charge par l’Etat, comme le veut la tradition de la Ve République". »

                                  On comprend mieux maintenant pourquoi Sarko a quitter l’Élysée avec un large sourire !!


                                  République bananière vraiment !

                                  @+ P@py


                                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 mai 2012 22:19

                                    .. lorsque l’on pense que le général de Gaulle a lui refusé sa retraite de Président :

                                    @+ P@py


                                  • devphil30 devphil30 19 mai 2012 07:19

                                    Facile de se revendiquer du Gaullisme mais il ne faut pas prendre juste ce qui arrange et laisser le reste ...
                                    Les derniers présidents n’ont pas le panache ni la stature d’homme d’état au service de la France , ces derniers présidents n’ont fait que servir leur intérêt personnel et leur soif de pouvoir

                                    Philippe


                                  • Abou Antoun Abou Antoun 19 mai 2012 12:30

                                    République bananière vraiment !
                                    Oui, Gilbert, république bananière, ce n’est plus que comme ça que je pense à nos institutions.


                                  • Defrance Defrance 18 mai 2012 22:24

                                     Bravo l’auteur,

                                     Dommage qu’il ne paraisse que sous Agoravox, cela pourrait faire réfléchir les électeurs ?

                                     Dans mes proposition « BONSENSISTE » je suggère de n’élire que des retraités bénévoles qui n’auraient droit aux remboursements que sur présentation de notes de frais !

                                     Et les 600 et quelques voitures du parc de l’Élysée, pourquoi ne pas créer une agence de location « haut de gamme » qui louraient les voitures des anciens présidents a 50 000€ /heure ? Je suis sur qu’il y aurait des « m’as tu vu » intéressés ?

                                     Sarkozy n’aurait pas du faire autant de bruit autour de son nouveau point de chute car je pense qu’il y a des Libyens qui vont voire leur « tache » facilitée ?
                                     
                                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès