Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Femme de...

Qu’elles soient dans l’ombre ou dans la lumière, les épouses des responsables politiques ont une influence parfois essentielle sur la carrière de l’élu de leur cœur, et donc par répercussion, sur nous.

Le sujet peut paraitre léger, et pourtant il a fait l’objet d’un mémoire en maitrise de communication sous le titre : « les épouses des hommes politiques français sous la cinquième politique » rédigé par Clémence Cardinaud en avril 2010. lien

Certaines, très discrètement, occupent des places de choix dues à leur situation conjugale, mais depuis l’affaire Woerth-UMP-Sarközi, les Français acceptent moins facilement ces pratiques.

Faisons ensemble le tour des « niches conjugales ».

Jack Lang, du temps qu’il œuvrait à la culture, avait pris pour adjointe son épouse, Monique, dont on disait alors qu’elle fonctionnait comme une Co-ministre. lien

Pour ne pas être en reste, Jacques Toubon avait donné les mêmes responsabilités à sa femme Lise.

Le gouvernement Raffarin a été l’un des plus actif en matière de favoritisme conjugal, puisqu’elles avoisinaient la demi douzaine ces épouses de ministres qui occupaient des places dues plus à leur situation conjugales, qu’à leurs compétences. lien

Raffarin avait donné le signal en engageant son épouse Anne Marie à ses cotés, en tant que gouvernante en chef, ce qui permettait à cette dernière d’organiser régulièrement des diners avec les épouses de ministres. lien

La table est bonne, et c’est nous qui payons.

On le voit, le népotisme est encore bien vivant.

Sarközi avait donné le ton en voulant nommer son fils Jean à la direction de l’E.PA.D. lien

Mais si l’on fouille un peu plus loin, on s’aperçoit que Marie Caroline Ferry occupe le bureau du secrétariat ministériel de son mari, Luc Ferry.

Dés son arrivée, elle a d’ailleurs pris les choses en main, en virant tout le mobilier contemporain que Jack et Monique avaient installé rue de Valois, pour le remplacer par des meubles de style.

Dame, cette épouse vigilante a du sang bleu.

Elle est née avec la particule (Becq de Fouquières) et n’aime pas trop manifestement la modernité. lien

Laure Darcos, l’épouse de l’ancien ministre, occupait, lorsque son mari était ministre à l’enseignement scolaire, un poste de choix, qui lui permettait de donner du « minou » à son ministre de mari. lien

Elle avait été nommée « conseillère pour la presse et la communication » et lorsqu’elle recevait dans son bureau rue de Grenelle, c’est son nom de jeune fille qui apparaissait sur la porte du bureau.

Histoire de ne pas éclairer le visiteur ? lien

On n’a pas oublié la mission d’assistant parlementaire que Roselyne Bachelot, la gaspilleuse ministre de la santé, a donné à son fils, Pierre, pour enfin le nommer à la tête de l’INPES (institut national de prévention et d’éducation pour la santé) lien

La place est bonne, et le budget 2010 se monte à plus de 100 millions d’euros. lien

Elle a emprunté le chemin montré par son père, le député Jean Narquin, qui, à l’époque, l’avait embauché comme assistante.

Mais quelle est la légitimité de Pierre Bachelot ?

Diplômé de l’institut supérieur des arts (argenterie, céramique et verre), on cherche quel rapport cela pourrait-il avoir avec la santé ?

On peut aborder aussi un autre angle de réflexion concernant les épouses de nos hommes politiques : leur métier.

Une coïncidence amusante apparait, surtout pour les élus de gauche : ils ont souvent pour compagne des journalistes.

Prenons DSK par exemple, n’a-t-il pas épousé une certaine Anne Sinclair, la femme aux pulls mohair et aux yeux verts qui sévira de longues années à TF1 dans son émission culte « 7 sur 7 », et de « questions à domicile ».

Etudions le cas de François Hollande, qui après avoir perdu quelques kilos, a pris dans ses bras pour le meilleur et pour le pire, Valérie Trierweiler qui officie sur direct 8 et dans Paris Match.

Quant à Arnaud Montebourg, le remuant député et président du conseil général de Saône et Loire, il est en couple avec la brune et caustique Audrey Pulvar (I-télé et France Inter).

N’oublions pas l’inénarrable Bernard Kouchner, qui lorsqu’il abandonne son sac de riz, s’autorise à prendre la main de la reine Christine. (RFI et France 24).

Olivier Besancenot reste dans l’édition, puisque sa compagne, Stéphanie Chevrier, est directrice littéraire chez Flammarion.

Laurent Fabius à épousé la productrice télévisuelle Françoise Castro, dont il est divorcé aujourd’hui. lien

Elle était à l’époque sa conseillère.

On peut conclure provisoirement cette liste en évoquant le radical Jean Louis Borloo et son épouse Béatrice Schönberg de France Télévision.

A droite aussi, le journalisme s’invite en politique : Isabelle Juppé, épouse d’Alain, romancière aujourd’hui, était auparavant journaliste au Matin de Paris, puis à la Croix.

En Octobre 2000 elle entre dans le groupe Lagardère pour occuper le poste de directrice délégué du développement durable. lien

De fil en aiguille, elle compte parmi les employées d’Europe 1, lequel appartient au groupe Lagardère. lien

Encore mieux, le parrain de la fille d’Alain et d’isabelle n’est autre que Jean-Paul Cluzel.

Ce même Cluzel viré de Radio France par Sarközi, suite vraisemblablement aux chroniques assassines de Stéphane Guillon. lien

Francois Barroin, n’est pas en reste puisqu’il a été, jusqu’il y a peu, le compagnon de Marie Drucker, dont les activités télévisuelles sont bien connues.

Il faut dire qu’il avait commencé sa carrière en tant que journaliste, sur l’antenne d’Europe 1. lien

Pour Nadine Morano, vu l’opinion qu’elle a de la presse, il y a peu de chances qu’elle se mette un jour en ménage avec un journaliste. Vidéo

Mais généralement, à droite, on épouse plutôt les filles des grandes familles.

Giscard avait épousé Anne-Aymone Schneider, fille de l’un des barons du nucléaire en France, et il est probable que la décision de se tourner vers cette filière dans les années 70 ne soit pas tout à fait un hasard. lien

Quant à Jacques Chirac, on le sait, il a épousé Bernadette Chodron de Courcel célèbre pour ses étranges sacs, et ses pièces jaunes.

La famille, Chodron de Courcel, noblesse du second empire, dont l’un des membres, Geoffroy de Courcel, s’est illustré en étant le premier français à s’engager dans les Forces Françaises Libres, aux cotés du Général de Gaulle.

Le père de Bernadette, Jean Louis, est directeur de deux manufactures, la faïencerie de Gien et les Emaux de Briare.

Georges Pompidou, a épousé Claude Cahour, de la grande bourgeoisie Bretonne, dont le père était médecin chef de l’hôpital et hospice de Château Gontier.

Le général de Gaulle a épousé, pour sa part, Yvonne Vendroux, la fille d’une riche famille d’industriels du Pas de Calais.

Son père Jacques est en effet président du conseil d’administration d’une biscuiterie.

Il faut naturellement finir avec Sarközi dont on sait qu’il a déjà consommé deux mariages.

Il commence par épouser une certaine Marie Dominique Culioli, en présence de son mentor, Charles Pasqua, qui sera le témoin de son mariage. lien

L’ambiance est corse, et elle va se corser un peu plus.

En effet, les médias font de s’inviter dans la vie de Sarközi.

Maire de Neuilly, il marie Cécilia à l’animateur de télévision bien connu, Jacques Martin, et va la rencontrer secrètement un plus tard.

Cécilia va être en grande partie la responsable de sa réussite politique.

Au moment ou elle l’épouse, il est dans le creux de la vague. Elle va donc œuvrer au Ministère de l’Intérieur, et l’aider à devenir ce qu’il est aujourd’hui. lien

Mais les choses vont se dégrader assez rapidement.

Cécilia s’en explique dans un livre :’ :« Cécilia. Portrait  » (Anna Bitton -éditions Flammarion)

Elle lui reproche de « sauter des nanas dont il ne se rappelle même plus le prénom ». lien

Fin d’une histoire, et début d’une autre.

La nouvelle première dame de France s’appelle aujourd’hui, on le sait, Carla Bruni.

La famille Bruni Tedeschi est d’origine piémontaise et son père cumule les fonctions de compositeur d’opéra et d’industriels, sa mère étant pianiste classique.

Mais depuis janvier 2008, on a appris que son vrai père, disparu aujourd’hui, était Maurizio Remmert, homme d’affaire Brésilien.

L’arrivée en France de Carla serait due aux menaces que les brigades rouges faisaient peser sur sa famille. lien

Carla avoue « s’ennuyer follement dans la monogamie, et n’être monogame que de temps en temps ». Nicolas est donc prévenu. lien

Car comme disait mon vieil ami africain :

« Si tu laisses ta porte ouverte, sois sur que quelqu’un va rentrer ».

Merci à Large de m’avoir autorisé à publier son dessin


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Harfang Harfang 29 octobre 2010 11:26

    Tout cela est fort intéressant  :)
    D’un autre côté, on voit mal des responsables politiques, pour la plupart issu d’une certaine bourgeoisie, épouser Ginette Poirier, caissière à Auchan dans le Pas-de-Calai...
    Ajoutons à cela que le pouvoir exercé par ces hommes (parfois ces femmes) attire irrésistiblement certaines personnes avides de ce pouvoir et de l’argent qui l’accompagne, voir de la notoriété associée à cela.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 11:28

      Harfang,
      bien sur, mais nos élus ne devraient-ils pas être à l’image de ceux qui les ont mis en place ?
      ou sommes nous condamnés a être dirigés par une élite, dont on voit à l’usage la limite de leur pensée, et le résultat de leur action ?
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • Harfang Harfang 29 octobre 2010 11:38

      @ Olivier
      Grand dieu (hum... étant agnostique, cette expression me chagrine). Bon, disons... Grande galaxie ? Grand univers ? Peu importe...
      Donc : Mais je ne puis qu’abonder dans votre sens cher Olivier !
      Évidemment que pour moi, nos élus DEVRAIENT être représentatifs de notre société !!!

      Le fait qu’ils ne le soient pas est d’ailleurs sans doute l’une des principales causes de nos problèmes, ainsi qu’un détournement caractérisé des buts de la démocratie. Finalement on en revient à une situation d’avant 1789 : une élite plus ou moins héréditaire (qui à soufflé Prince Jean ?) nous dirige, faisant mine de tenir compte de l’avis et des intérêts du peuple, mais ne servant finalement que les siens.

      Mon message précédent n’était pas un jugement de valeur, mais une simple constatation.

      Enfin, comme je le dis souvent : « le jour de la révolution, il n’y aura sans doute pas assez de lampadaires pour tous les pendre. »


    • liebe liebe 29 octobre 2010 11:39

      Doux leurre Olivier, doux leurre !

      Ceci dit, je ne connais pas beaucoup de fils d’ouvrier ayant eu la possibilité de présenter l’ENA ou science po.
      En effet, on peut réellement penser que le système est constitué de telle façon que les dés sont jetés depuis la naissance.
      Il faudrait tout réformer et pas uniquement àce niveua là. Réduire le nombre de députés et de sénateur. Au fait connaissez vous le nom du sénateur de votre région ??
      Celui qui vous représente ?
      On connait en règle générale le député mais pas le sénateur car celui a un mode d’élection tout à fait particulier puisqu’il est élu par des élus.


      Il faudrait limiter le nombre de hauts fonctionnaires que ce soit au niveau de l’assemblée nationale ou du sénat...

      Il faudrait... Euh, il y atant de boulot, que je ne sais pas si j’aurai assez de temps et de pages pour tout noter...


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 11:48

      Harfang,
      ce matin Emmanuel Todd a fait un constat lucide sur l’élection de notre nainpérial président,
      il dit qu’il a été en partie élu en partie grace à ses défauts : sa vulgarité, sa violence verbale,son manque d’éducation, son coté cancre sur le plan scolaire, sa capacité à dire tout et son contraire,
      son évidente contradiction apparait lorsqu’en siphonnant les voix de la frange bourgeoise des lepenistes, une fois élu, il prend des socialistes (ou presque !) comme ministres,
      il fait cadeau du bouclier fiscal à ses amis nantis, mais en même temps évoque le jeune résistant communiste Guy Moquet, ou Jaures, Blum...
      il en conclut qu’il n’est pas représentatif de la France, et mieux qu’il ne l’aime pas.
      du coup la fameuse phrase « la France tu l’aimes ou tu la quittes », s’adresse à lui.
      ce qui arrangerait pas mal de monde, non ?
       smiley


    • Harfang Harfang 29 octobre 2010 11:48

      @ Liebe

      Il y aurait bien déjà une méthode simple : limiter le nombre de mandats possibles (même sans qu’ils soient successifs) de la même personne à un même poste par exemple. Ainsi que d’interdire VRAIMENT le cumul des mandat (un et un seul à la fois).
      Cela favoriserait sans doute le renouvellement des élus.

      Après cela est peut-être discutable pour des mandats locaux dans des petits villages par exemple... mais je pense que les postes de députés-sénateurs-présidents de conseils général (etc...) bénéficieraient d’une telle mesure en donnant une bouffée d’air à la classe politique (arf : déjà on parle de CLASSE politique, c’est dire).

      Autant dire qu’une telle mesure ne sera jamais votée par ces gens-là...


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 11:53

      Liebe,
      doux leurre, bien sur, si on décide que le français moyen est un ouvrier...
      mais comme je l’ai écris à Harfang, pour Todd, pour son mépris de la valeur égalitaire, Sarko n’est pas à l’image de la majorité de la population française,
      et il doit en partie son élection à la contre performance de la candidate qui lui était opposée.
      mais bon, on peut pas rejouer la partie,
       smiley
      l’élu présidentiel ne pourrait-il pas être « un sage » ?
      un philosophe ?
      un homme cultivé ?
      De Gaulle ou Miterrand n’avaient pas toutes les qualités, mais au moins, lorsqu’ils s’exprimaient, on avait envie de les écouter,
      non ?


    • Harfang Harfang 29 octobre 2010 11:56

      @ Olivier

      Évidemment qu’il n’aime pas la France. Ni les français. Ni ses alliés, ni ses séïdes, ni ses fidèles d’ailleurs. Même pas certain qu’il aime ses enfants. Sérieusement, je pense que Nabot-léon n’aime que lui-même. Et encore. Y’aurait sans doute du boulot pour une armada de psy dans son cas.

      Ce que je crains, c’est qu’il soit moins une cause qu’un symptôme de l’état de notre pays et plus généralement de notre société occidentale (voire de l’humanité dans son ensemble mais je suis sans doute pessimiste là). A l’évidence, la période ou nous nous trouvons est un tournant de l’histoire humaine. Un point nodal. J’ai un certain nombre d’idées sur la question. Des craintes aussi. Des espoirs (un peu). Mais ça serait un peu long à développer ici ^^


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 13:04

      Harfang
      je m’invite dans le débat.
      limiter le nombre des mandats est une initiative louable, mais n’est-ce pas une mesure du genre « l’’arbre qui cache la foret » ?
      je suis pour des solutions encore plus pragmatiques : salaire minimum (1500 €) pour les candidats, députés, sénateurs...
      et pour que les ministres soient élus et non pas nommés.
      amusant, non ?
       smiley


    • Harfang Harfang 29 octobre 2010 13:58

      @ Olivier

      L’un n’empêche par l’autre (je suppose que tu voulais dire salaire MAXimal et non minimal ?)


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:47

      Harfang,
      bien sur, salaire maximum
      désolé,
      merci d’avoir rectifié.
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:48

      oups,
      pas salaire minimum, mais maximum
      désolé.


    • liebe liebe 29 octobre 2010 11:32

      Bonjour Olivier,
      EN lisant ton article je me dis qu’il y a quelque chose de pourri au royaume des fous..
      Pour ton info « air sarko one est en train de faire ses premiers essais », ....à Tahiti...
      Ce qui serait intéressant ce serait de voir jusqu’à quel point les femmes de ces politiques ont conseillé leurs illustres maris dans leurs décisions, voire même on fait basculer la balance d’un côté ou de l’autre. car il ne faut pas se leurrer, ce genre de chose a toujours existé mais jusqu’à quel point est-ce que cela influence les décisions politiques ? Tu le démontres, pour Giscard d’Estaing, ses prises de position pour le nucléaire ont sans aucun doute une origine familiale, mais je ne suis pas sure qe les sacs à main ou les pièces jaunes de « maman » Chirac aient eu une influence quelconque sur le destin de la France.. 
      Cela me fait penser un peu à ces monarques , eux s’occupent de la politique et la femme des oeuvres sociales pour montrer que l’on s’intéresse au petit peuple lorsqu’on est assis sur le trône...

      Par contre, je pense que les femmes journalistes ont plus vraisemblablement leur mot à dire, des conseils à donner, bref, une petite influence sur les prises de position politiques de leurs chers et tendres... Elles ont un bagage en règle générale qui leur permet de comprendre et d’appréhender , au delà des faits divers les politiques économiques et écologiques de nos pays.
      En tout cas merci pour ce petit tour d’horizon des femmes de nos politiques.. Ont elles réussi à inciter leurs maris à faire voter une loi complètement absurde sur les retraites ?


      Pour ma part, je pense aussi que si elles ont réussi à dénicher ces postes, c’est aussi pour surveiller leurs maris de façon à ce qu’ils ne cèdent pas aux tentatives de séduction d’une secrétaire.... Peut être est-ce elles finalement qui gouvernent !!!!  smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 11:41

        Liebe,
        beaucoup de choses dans ton commentaire,
        on a déjà oublié le rôle essentiel qu’a joué Bernadette en soutenant Sarközi...
        parfois une élection tiens à peu de choses,
        ce matin, sur fr culture, il y avait Emmanuel Todd
        il a été d’une clairvoyance très pointue sur les raisons de l’élection du petit président,
        au point que dans la semaine qui vient, je vais utiliser ces paroles pour un article plein de promesses :
        rêve-olution.
        merci de ton commentaire
         smiley


      • Massaliote 29 octobre 2010 13:40

        Bernadette aurait certainement préféré soutenir Sarko comme la corde soutient le pendu mais il y avait les « affaires ». Je te tiens, tu me tiens par la barbichette...


      • iris 29 octobre 2010 12:20

        je ne comprends toujours pas qu’un journaliste s’acqoquine avec un politique-comment peuvent t il etre crédible ensuite ??


        • Harfang Harfang 29 octobre 2010 12:31

          A mon sens, il ne faut pas confondre « journaliste » et « présentateur / trice », quand bien même le dit présentateur (trice) a une carte de presse.

          En outre, la crédibilité hein... pour beaucoup de gens, c’est le dernier qui a parlé/menti qui a raison de toutes façons.


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 13:07

          iris,
          moi non plus, je n’imagine plus leur crédibilité,
          mais en allant plus loin, ceux qui ont « épousé le pouvoir financier » ne sont pas plus crédibles pour autant,
          non ?
          en fin de compte, quelque soit l’épouse ou l’époux, il ne devrait pas être permis que l’un ou l’autre occupe une place de choix au seul fait qu’il est le partenaire « amoureux »
          je suis sur que nous sommes d’accord.
           smiley


        • iris 29 octobre 2010 12:28

          ces femmes se trompent sur la valeur de leurs maris !! et ce n’et pas la hauteur de leur portefeuille qui fait leur valeur-les courtisanes de louis XIV ne valaient pas mieux pour certaines d’entre elles -elles courent surtout après l’argent et si si ces messieurs son cocus c’est tant mieux pour elles !!


          • foufouille foufouille 29 octobre 2010 12:38

            hirsh est petit fils de haut fonctionnaire


            • Massaliote 29 octobre 2010 13:34

              Parmi les femmes citées, il en est une qui a su tenir sa place de première dame de façon exemplaire et qui est le pilier sans lequel son mari n’aurait pas aussi bien réussi. Bernadette Chirac a fait un « sans faute » dans son rôle d’épouse de président. C’est une super-pro.

              On ne l’imagine même pas racontant à M. Obama qu’elle est en retard pour cause de galipette impromptue ou faisant connaître son souci de muscler le périnée de son mari
               smiley La classe smiley

              En dépit de son déplorable mari et pour avoir su si bien représenter la France, et surtout pour avoir osé déclaré un jour « la repentance, ça suffit » MERCI BERNADETTE


              • Massaliote 29 octobre 2010 13:38

                « ...osé déclarer  » Toujours se relire smiley bonne résolution mais smiley


              • bakounine 29 octobre 2010 13:39

                221 années après la révolution, nous voila revenu au point de départ...........

                 


                • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:37

                  bakounine,
                  c’est pas faux,
                  on a l’impression qu’en moins de 4 ans de mandat, tous les acquis sociaux sont partis, ou presque, en fumée...
                  nous voila revenu au point de départ,
                  certains devraient se plonger dans les livres d’histoire pour découvrir comment tout cela à fini,
                  très mal fini...
                  la bascule à charlot, et tout le reste.
                   smiley


                • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2010 15:42

                  Salut Olivier,
                   Amusant le texte et la caricature de Marge.
                   Amusant, parce que sur une toute autre antenne, j’ai dû remettre à sa place une gentille Anne.
                   Je n’ai pas lu dans ton texte, ce que j’appelle les « femmes à barbe ».
                   Celles-là deviennent de plus en plus nombreuses.
                   « Femme, avenir de l’homme » ai-je écrit il y a bien longtemps.
                   smiley
                   
                   


                  • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2010 15:45

                    Je ne sais si tu as vu un article du Paris-Match qui montrait les jeunes filles « toutes gentilles » qui se sont mises à casser dans les manifestations.
                    Nous avons une version belge, donc je ne suis pas sûr que tu y trouveras les mêmes articles.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:40

                    Guy,
                    amusante joute sur le lien que tu as proposé,
                    la vierge marie, et tout le toutim !
                    échanges vraiment étranges, pour ne pas dire surréalistes.
                     smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:44

                    Guy,
                    dans les manifs, j’ai surtout retenu les faux manifestants, qui étaient en fait des flics de la bac, avec des badges cgt, piègés par des photographes astucieux,
                    trois photos dans l’huma,
                    et sur le net, des vidéo flagrantes,
                    des provocateurs qui incite la casse, pour abimer l’image des manfestants,
                    un truc vieux comme le monde,
                    mais avec le net, et les téléphones mobiles, ils sont piègés bien plus facilement,
                    seront-ils jugés ?
                    une bonne occasion pour la justice de prouver qu’elle n’est pas partisane.
                     smiley


                  • Clojea Clojea 29 octobre 2010 17:41

                    Salut Olivier : Merci pour l’article. De tout temps les femmes ont jouées un rôle prépondérant aux côtés de leurs maris, et il y en a certaines qui dépassaient même les monarques. Catherine de Médecis par exemple, qui est allé même trop loin d’ailleurs. Les femmes mènent les hommes par le bout du nez, c’est bien connu.....


                    • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 17:45

                      Clojea,
                      par le bout du nez, c’est bien çà...
                      pourquoi pas, çà ne me gène pas,
                      ce qui est plus dérangeant, c’est de leur voir occuper des fonctions uniquement parce qu’elles sont « épouse de »
                      çà marche d’ailleurs dans les deux sens, évidemment.
                       smiley
                      merci de ton commentaire.


                    • Taverne Taverne 29 octobre 2010 17:51

                      Le sujet ne me passionne pas. Alors si l’on reprenait notre conversation sur les parodies des chansons de Brassens ? Par exemple : « Le nombril de la meuf d’un keuf », est-ce que c’est déjà fait, çà ? Bon ok, je suis hors-sujet. Quoique...Sarko, c’est un peu le premier flic de France, non ?


                      • olivier cabanel olivier cabanel 29 octobre 2010 18:00

                        Taverne,
                        oui, je confirme, c’est bien le premier !
                        c’est d’ailleurs l’un des rare domaines dans lequel il soit le premier.
                         smiley


                      • Clémence 21 février 2011 12:01

                        Merci de corriger svp : mon mémoire s’intitule : « Les épouses des hommes politiques français sous la cinquième République » et non cinquième politique.
                        Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès