Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fessenheim : Sarkozy, la voix de son Maître, le Lobby Nucléaire

Fessenheim : Sarkozy, la voix de son Maître, le Lobby Nucléaire

Fermer Fessenheim ? « une folie ». « Elle marche, cela fonctionne, on en a besoin » [...] « Pourquoi ils veulent fermer Feissenheim ? c’est pour faire plaisir à la politicaille, c’est pas réfléchi ! » Ainsi parlait Sarkozy, celui-là même qui voulait importer les subprimes en France, celui-là même qui a bradé un cinquième du stock d’or du pays (19 milliards d’euro de perte par rapport au cours du marché actuel), c’est dire le sérieux du personnage !

Dossier Fessenheim
Comme à l’accoutumée, la parodie de président ne sait pas. Il ne connait pas le sujet. Pour combler ses lacunes côté « formation scientifique », il aurait dû s’entourer de personnes compétentes et intègres. Mais non.
En fait, il ne pense qu’à une chose : sa réélection. Au diable, l’intérêt supérieur de la Nation. Au diable, la santé publique aussi abstraite pour lui que les libertés individuelles. Pourvu que sa campagne électorale soit financée et mène à la victoire.
En plus d’être la plus ancienne de nos centrales, Fessenheim est et demeure dangereuse ne serait-ce que parce qu’EDF a sciemment minimisé les risques sismiques !
Pour l’anecdote, citons la pathétique digue de moins de 90 cm (livrée aux herbes folles) censé protéger le site de la Centrale, puisque celle-ci se trouve en-dessous du niveau du Grand Canal d’Alsace. (sic !)

Le même discours
Tel un pantin ou une marionnette, Nicolas Sarkozy ne fait que répéter le discours officiel du lobby nucléaire, le même que depuis l’après-guerre : l’indépendance énergétique de la France, la garantie d’un prix bas de l’électricité, le fleuron de l’industrie française.
Pour les compétences du fleuron, pas de problème, personne ne pourra nier que la France peut s’autoproclamer leader dans ce domaine, tant en terme de construction que de « recyclage » des combustibles usagés. Ainsi le combustible de la centrale de Fukushima venait de l’usine de retraitement de La Hague dans le Cotentin. Ce combustible hautement cancérigène car à base de plutonium (MOX) s’est répandu dans la mer, dans les nappes phréatiques et sous forme de gaz radioactifs toxiques. Selon Nicolas Sarkozy, nous pourrions nous en vanter. A voir…
Quant au reste :
Indépendance énergétique de la France : notre si beau pays se révèle obligé de lancer à plein régime ses centrales thermiques pour compenser les records de consommation, preuve que le nucléaire ne suffit pas et que son mode de production n’est pas assez flexible pour des hausses brutales de demande.
D’où provient le gaz ou le charbon utilisé de ces centrales thermiques ? De l’étranger. (de Russie par exemple)
D’où provient le minerai d’uranium qui compose les barres, source d’énergie de nos centrales ? De l’étranger. (comme au Niger)
D’où provient le surplus d’électricité quand EDF ne peut offrir autant ou plus que la demande française ? De l’étranger. (d’Allemagne notamment)
Indépendante, la France du Nucléaire ?

Prix bas : entre la loi NOME pour favoriser la concurrence (vous savez les Direct Energie, ex-Poweo et autres… ) en augmentant artificiellement les prix (sic !), et les récentes mesures de sécurité obligeant EDF à de nouveaux investissements, le mythe du nucléaire pas cher a définitivement disparu. Pas besoin de faire les Mines ou l’X, pour comprendre cela…
Soit Nicolas Sarkozy possède des capacités intellectuelles très limitées, soit il nie consciemment la réalité. Dans les deux cas, un tel constat demeure grave. Par conséquent, sans même analyser ses autres politiques en matière d’économie ou de social, la question du nucléaire suffit à justifier amplement sa non-reconduction en mai 2012.

Sûr : Curieusement le lobby nucléaire aime à rappeler que rien n’est à 100% sûr. Pas faux ! Sauf que leur ambassadeur officiel ne fait pas dans la dentelle : « S’il y avait le moindre doute sur la sûreté de la centrale, si les autorités indépendantes avaient pointé le moindre problème, je n’aurais pas hésité à fermer la centrale » [...] les experts « ont déclaré que le réacteur est parfaitement sûr »
« parfaitement sûr », parfait donc sans risque, inutile de tourner autour du pot.
Nicolas Sarkozy a donc l’outrecuidance d’employer une expression que même Henri Proglio, PDG d’EDF, ne saurait usiter sans passer pour un incompétent voire un irresponsable !
Mieux encore, concernant la sûreté de Fessenheim, la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, pourtant UMP, avait même un temps évoqué le scénario d’une fermeture de Fessenheim. Pour rappel, le 4 juillet 2011, NKM rassurait le Grand Public en précisant que le rapport de l’ASN n’était qu’ « une étape nécessaire (…), mais en l’occurrence, sur Fessenheim, ce serait une mésinterprétation que d’en conclure que « ça y est, le gouvernement a décidé de prolonger pour dix ans. Ce n’est pas le cas ».
Actuellement les plus grands dangers du parc français restent et demeurent sa vétusté, ses défauts naturels liés aux malfaçons (là encore le zéro défaut n’existe pas), l’abus de sous-traitance et la perte du savoir-faire inhérent à cette sous-traitance, et pire, un EPR censé remplacer nos vieilles centrales, trop coûteux et encore bien trop dangereux… dixit EDF lui-même, et un démantèlement au prix faramineux et techniquement impossible à l’heure actuelle !
Difficile d’être optimiste…

Cher Nicolas, lisez et vous comprendrez…
 le livre noir du nucléaire

La Croix de Lorraine
Autre argument avancé par l’Union des Misérables Populistes pour maintenir le nucléaire : l’héritage gaulliste. Priez de ne pas rire !
Il apparaît donc nécessaire de rappeler que ce même héritage gaulliste a été piétiné par un certain Nicolas Sarkozy, entre autres :
- sur un plan militaire : intégration de la France dans le commandement de l’OTAN
- sur un plan démocratique : parole du peuple ignorée par le référendum de 2008 et annulation d’organisation de référendum en cas de nouveau pays intégré à l’UE par modification de la Constitution.
Comment dès lors invoquer De Gaulle ? Un De Gaulle qui avait fait le choix du nucléaire sur la base d’arguments fallacieux des scientifiques de l’époque mais aussi et surtout dans un contexte de Guerre Froide…
En 2012, on connait les risques du nucléaire tant civil que militaire et le bloc soviétique n’existe plus, jusqu’à preuve du contraire.
Et signalons simplement que la longévité d’une décision n’implique pas nécessairement sa justesse : citons ainsi le bisphénol A, l’amiante, l’essence au plomb…

Le Paradoxe Allemand
En cette période de grand froid, l’Allemagne annonce la réactivation de certaines de ses centrales, preuve qu’entre la politique et les impératifs techniques, il y a un gouffre. Il en est de même entre l’aspiration des peuples, bêtement soucieux de leur santé et de leur environnement, et les intérêts industriels des puissants lobbies de l’énergie.
Madame Merkel croyait peut être pouvoir concilier priorité électorale, écologie, santé publique et… la triste réalité, fruit d’un long héritage de décisions stupides ? Quel que soit le pays, le choix du nucléaire n’est pas anodin et s’il doit être modifié, la transition ne peut se faire que sur une longue période 15 – 20 ans pour des décisions prises… maintenant !
La politique énergétique d’un pays ressemble à s’y méprendre à la conduite des supertankers : anticiper les besoins, les contraintes techniques et les risques associés, longtemps en amont… pour contourner les dangers.
Mais de par sa formation de physicienne – véridique – Mme la professeure Merkel ne serait-elle pas la mieux placée pour expliquer à l’élève Sarkozy, les bonnes raisons qui poussent un pouvoir politique à diminuer la part du nucléaire dans l’électricité ?
Elle pourrait également lui rappeler au profit de quel(s) pays, l’Allemagne a dû relancer ses centrales thermiques au charbon, au gaz, comme ses centrales nucléaires…

Ailleurs…
Et pendant ce temps-là :
- aux USA, Barack Obama a donné son feu vert à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. Pas sûr que le peuple l’ayant élu, avait fait le rapprochement avec son slogan « Yes We Can » puisque 1978, la politique nucléaire US demeurait au point mort !
- au Japon, l’homme le plus riche du pays va employer son énergie et sa fortune à changer la politique énergétique de son pays, doublement victime du nucléaire par la folie américaine en 1945 (Hiroshima et Nagasaki) puis sa propre hérésie en 2011 (Fukushima).
- en Pologne, afin de contrer la dépendance gazière de la Russie, le gouvernement en place a décidé la construction d’un nouveau réacteur d’ici 2020. C’est le vieux réacteur Maria datant des années 70 qui sert actuellement à la formation des futurs techniciens. La leçon de Tchernobyl a été vite oubliée…

Retour en France
A en croire Guillaume Pelletier, actuel secrétaire national de l’UMP chargé des études d’opinion et des sondages, ancien transfuge du FN (sic !), le parti Sarkoziste n’est pas un parti dit « conservateur ».
La réalité parle d’elle-même : contre le mariage gay, contre le droit de vote des étrangers, contre le PACS, contre l’euthanasie, contre les énergies renouvelables, contre tout et n’importe quoi. L’UMP se présente ainsi comme contre à tout ce qui est contre les idées conservatrices de leur électorat (homophobie, xénophobie…) et des intérêts financiers de lobbies industriels.
Le peuple français, comme le peuple allemand, demeure pour l’abandon progressif du nucléaire de par les risques évidents et surdimensionnés face aux avantages. Mais à l’encontre des valeurs démocratiques, une minorité d’individus, qu’elle soit d’ailleurs de l’UMP ou du PS, s’y opposent.
Rectifions alors simplement les propos du bouffon Sarkozy : « maintenir le nucléaire c’est justement faire plaisir à la politicaille » et aller ainsi à l’encontre de l’intérêt des peuples comme de la Planète.
L’Histoire jugera…

A lire également :
Areva, Andra, EDF : Le Cauchemar du Nucléaire… et de la Honte !
Pièce à conviction : le Scandale de la France Contaminée
Nucléaire : A quoi joue Greenpeace ?
La Nouvelle Frontière du Nucléaire
Bisphénol, Nucléaire, OGM, CO2 : Parodie de Grenelle à la Borloo

Plus d'articles sur www.cpolitic.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 17 février 2012 12:31

    Je prends les devant pour joeletaxi et autres trolls qui mènent un combat d’arrièregarde pour venter cette industrie mortifère.

    Naguère Caton l’ancien, conscient du danger pour Rome que représentait Carthage, ponctuait tous ses discours d’un Ceterum censeo Carthaginem delendam esse (En outre, je pense qu’il faut détruire Carthage), il convient de nos jours de reprendre cette méthode dialectique pour ne pas sombrer dans la quiétude trompeuse qui a suivi Three Miles Island et Tchernobyl.

    Ceux qui sont conscient du danger que représente cette saloperie qu’est le nucléaire devraient prendre exemple sur Caton l’ancien et ponctuer leur propos par :

    Ceterum censeo nuclearinem delendam esse.

    En outre il faut détruire le nucléaire.

    Aldous.

    (Et en outre, il faut détruire le nucléaire.)


    • Hermes Hermes 17 février 2012 13:33

      Il y a des énergies alternatives : pile à combustible par exemple. L’éolienne ça se stocke : trop de vent ? on remonte l’eau dans des réservoirs avec le surplus d’énergie.

      Il y a des dossiers complets totalement inexploités.

      Le nucléaire c’est faire entrer le feu de l’espace A L’INTERIEUR de la biosphère de manière concentrée, alors que nous étions jusque là protégés par l’atmosphère de ses émanations diffuses.

      Officiellement, fukushima est passé à environ 500 victimes d’après un panel d’experts médicaux japonais, et celà va aller exponentiellement mais on ne comptera bientôt plus.

      Science sans conscience n’est pas que ruine de l’âme, à notre époque c’est aussi la ruine des vies ! Et le nucléaire, ce n’est que les miettes de découvertes qui datent du début du 20ème siècle. Vu les déshumanisés qui expoitent tout ça, gare au pouvoir de nuisance de la prochaîne avancée scientifique applicable en matière de physique fondamentale. Celà pourrait resssembler à un mauvais scénario de SF mais si on ne sort pas du sommeil dans lequel l’hypnose techno-financière consumériste nous plonge, ce sera la réalité tôt ou tard, et ce sera trop tard.

      Se réveiller maintenant.


      • Hermes Hermes 20 février 2012 15:23

        Hé oui !

        Une centrale hydro-éolienne est une unité de production d’électricité combinant des aérogénérateurs, une ou plusieurs retenues hydrauliques pour le stockage et des générateurs hydroélectriques.
        Les retenues et la station hydro-électrique jouant alors le rôle d’une station de stockage d’énergie dédiée dès la conception du projet l’ensemble autorise pratiquement une production continue autonome, palliant le défaut inhérent aux fluctuations de la force du vent.

        La première réalisation d’une centrale hydro-éolienne a été initiée en Espagne en 2003 pour équiper l’île de El Hierro aux îles Canaries.

        Et hop !


      • xray 17 février 2012 16:09


        SARKOZY est l’instrument de l’axe CIA-VATICAN. 
        Il sert le capital de la Dette publique. 
        Il n’a pas de compte à rendre aux Français. 

        Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

        Le capital de la Dette publique 

        La Taxe Tobin  (Le face à face de l’économie active et des marchés boursiers) 



        • fcpgismo fcpgismo 17 février 2012 17:14

          Comme je l’ ai déjà exprimé sur ce site si à la suite d’ un incident une centrale se retrouvait dans une situation comparable à fukushima ceux qui aujourd’hui prenne la défense de cette industrie descendrait dans les rues pour pendre les politiques qui ont autorisé cette industrie, et le pire c’ est que ceux qui comme moi sont contre la dominance de cette industrie devrions défendre ces politiques. Voilà une partie du peuple Français et avec sa il faut faire une politique. J’ aime pas du tout Sarkozy mais il a tellement de mérite pour accepter d’ être le chef d’ Etat d’ un peuple aussi ingérable.Non seulement cette industrie est risquée mais en plus elle est trop centralisée. 


          • emphyrio 17 février 2012 18:46

            ça fait 15 ans que j’entends dire que Fessenheim doit fermer et ce c... tout seul nous déclare qu’on doit repartir pour un nouveau cycle de 10 ans. 
            Asselineau vite !... et c’est nous qui déciderons.


            • Magnon 17 février 2012 21:11

              Arrêter le nucléaire en prétendant le remplacer par des moulins à vent, c’est 100 000 éoliennes qui marchent quand elles veulent et qui doivent être attelées pour réguler le réseau à des centrales hydrauliques, thermiques ou nucléaires, au ratio suivant 1Mw éolien pour 1 Mw hydraulique, 3 Mw thermiques ou 9 Mw nucléaires !

              Pour arrêter les plus vieilles et plus petites centrales nucléaires les allemands avaient déjà construit 8 000 Mw de centrales thermiques au charbon, qui croquent 2 500 tonnes de charbon à l’heure, 50 000 tonnes par jour, 15 millions de tonnes pas an !
              Tant pis pour les ours polaires !


              • bert bert 18 février 2012 01:26

                en tout cas à FESSEnheim ils aiment bien Sarko smiley

                ***************************************************************************


                • lulupipistrelle 18 février 2012 01:55

                  Merci pour cet article.


                  • krolik krolik 18 février 2012 11:00

                    Un site intéressant :

                    http://elektron-vert.onlinetri.com/ sur Feissenheim

                    @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

blogcpolitic

blogcpolitic
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès