Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > @FHollande : ce sont les #socialistes qui en parlent le mieux

@FHollande : ce sont les #socialistes qui en parlent le mieux

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris, et surtout figure incontestée de l’aile gauche socialiste, n’y va pas par 4 chemins dans sa dernière note de blog. Depuis qu’il est à la tête du pays, François Hollande mène une politique bien plus libérale que sociale démocrate, contraire aux engagements de la campagne de 2012. Surtout, cette politique productiviste de l’offre est enclenchée dès sa prise de fonction avec la non renégociation du traité européen, et se poursuit avec plus d’intensité et plus d’effets dévastateurs chaque jour qui passe. Pire encore, elle dénonce fortement la collusion du gouvernement de Jean-Marc Ayrault avec le Medef, à travers l’exécution de tous les souhaits de l’organisation patronale représentative du Cac 40 plutôt qu’avec le monde du travail et du salariat. Aussi, pouvons-nous dire sans détour que le 5 février 2014, Marie-Noëlle Lienemann et son courant Maintenant La Gauche, qui a largement diffusé sa note de blog se montrant ainsi solidaire de ses propos, se placent résolument dans une opposition de gauche à François Hollande.

En juin 2012, ici même A gauche pour de vrai,AVATAR-timetable-300x211 nous dénoncions le TSCG et la règle d’or. On nous accusait de faire de l’anti Hollande primaire. En novembre, ici même A gauche pour de vrai, nous dénoncions la mise en place de la TVA anti sociale que nous décrivions déjà comme une orientation fiscale de droite car la TVA n’est pas un impôt nominatif et progressif, mais un impôt anonyme et proportionnel. On nous accusait de faire de l’anti Hollande primaire. En janvier 2013, ici même A gauche pour de vrai, nous dénoncions le démantèlement du code du travail et l’impuissance qui serait celle de l’aile gauche du PS à infléchir d’un iota le texte made in Medef. On nous accusait de faire de l’anti Hollande primaire. En juin, ici même A gauche pour de vrai, nous étions vent debout contre le projet de rallongement de la durée des cotisations retraites qui, de fait, porte l’âge de départ à taux plein à 66 ans minimum. Nous expliquions qu’il s’agissait d’obéir, pour François Hollande, à une injonction d’une commission européenne hautement libérale. Nous nous insurgions contre l’attitude des députés de l’aile gauche du PS qui avaient le pouvoir d’empêcher un tel désastre salarial mais qui ont préféré s’abstenir ou s’absenter le jour du vote. Nous étions alors accusés de faire de l’anti Hollande primaire. En janvier 2014, ici même A gauche pour de vrai, nous écrivions et décrivions la catastrophe économique et sociale vers laquelle nous conduirait un pacte d’irresponsabilité si, d’aventure, il devait être voté. Une fois encore, nous passions pour être anti Hollandiste primaire. En réalité, depuis le mois de mai 2012, le Front de Gauche tout entier, alors qu’il a fait élire Hollande président de la République, n’a eu d’autre choix que de rentrer dans une opposition de gauche.

Disons le respectueusement mais fermement à Marie-Noëlle Lienemann et ses camarades de la gauche socialiste : en écrivant et en relayant ce que vous écrivez et relayez désormais de ce qu’est en réalité la politique économique, sociale et maintenant sociétale du président de la république VOUS NE FAITES PAS DE L’ANTI HOLLANDE PRIMAIRE. Vous constatez un paysage politique qui accroit les inégalités, le chômage, la précarité, mais aussi les profits du Cac 40 et des principales fortunes du pays. En clair et sans décodeur, et pour pousser un peu plus loin les propos de la sénatrice socialiste de Paris, vous ne pouvez que constater l’incroyable politique libérale de classe que mènent l’exécutif et l’assemblée qui donne systématiquement son aval. Et cela vous met en colère, vous donne la rage, et ce ras le bol légitime désormais vous l’écrivez.

Mais les écrits largement relayés, aussi vrais soient-ils, ne seront rien s’ils ne sont pas suivis des actes. Et là encore, Marie-Noëlle Lieneman, tout comme Gérard Filoche, un autre socialiste qui parle si bien de François Hollande, ont raison. Sous la Ve République, un homme seul peut trahir, oui trahir, ses promesses de campagne. Peut, sans aucun contrôle aucun, réorienter l’avenir d’un pays, le conduire au fatalisme, même s’il ne dispose plus de majorité pour cela. Il lui suffit d’écrire d’autorité une ordonnance ou d’engager la responsabilité du gouvernement pour piéger tous les opposants de gauche à sa politique, les bâillonner, les empêcher. Cette pratique porte un nom : le déni de démocratie. Or, la gauche du parti socialiste porte l’idéal de la 6e République. Et la prochaine question de confiance qui sera posée aux parlementaires offre une fenêtre de tir idéale pour frapper un grand coup contre la Ve république. D’une part, au travers de son texte, Marie Noëlle Lienemann démontre qu’elle n’est d’accord sur rien de ce qui a été entrepris d’essentiel du point de vue économique et social depuis le 6 mai. D’autre part, elle affirme qu’elle est en désaccord total avec ce qui est proposé pour demain. Plus que de confiance, elle s’inscrit dans une défiance affirmée, revendiquée et portée en place publique. D’un strict point de vu politique, la seule attitude possible serait donc de na plus accorder la confiance au gouvernement, d’avoir une attitude 6e République qui remet le parlement à sa juste place de faiseur de la loi et non d’exécutant d’odres menaçants !

Ce coup de semonce ne serait pas catastrophique, il serait bien plus bénéfique. Le gouvernement tomberait il est vrai. Mais François Hollande ne convoquerait pas le peuple pour faire élire une nouvelle chambre. Il n’en a pas les moyens, Diapositive1son parti étant électoralement là où il l’a conduit en 19 mois…dans l’abîme. Il nommerait un nouveau premier ministre, constituerait un nouveau gouvernement qui seraient davantage conforme à ce que 51,7 des Français ont signifié en l’élisant le 6 mai 2012. Nous aurions, en quelque sorte, un retour à la normale démocratique plutôt que de perdurer dans ce holdup. Si ce coup de semonce ne devait pas être tiré, alors les électeurs de gauche n’y comprendraient plus rien. Car même des personnalités majeures du PS dénoncent et attirent l’attention sur la dérive fortement droitière du président, y compris dans son approche « anormal » du pouvoir, et finalement lui donneraient quitus pour continuer dans la même voie. Cette contradiction, proche de la schizophrénie, entamerait encore un peu plus le divorce entre le peuple de gauche et ses responsables politiques.

Finalement, en mettant leurs actes en conformité avec leurs propos et surtout avec leurs pensées, les députés de la gauche du PS, ne feraient pas de l’anti Hollande primaire. Ils permettraient la constitution d’une majorité de gauche pour de vrai ! Et il y a urgence pour des raisons évidentes. Les précaires, les chômeurs, les salariés pauvres, et tous les fragiles qui désespèrent, n’ont pas le temps d’attendre le bon vouloir d’un monarque libéral et si peu progressiste.

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 6 février 2014 17:15

    Bonjour, Sydne93.

    Peut-être le temps est-il venu, en effet, pour des gens comme Lienemann et Filoche de se rapprocher de la gauche radicale pour mettre sur pied une alliance de gauche véritable élargie, temps de jeter les bases d’une gauche conquérante destinée, à terme, à repousser le PS vers ses amis de centre-droit.


    • nicolas_d nicolas_d 7 février 2014 00:00

      « de jeter les bases d’une gauche conquérante destinée, à terme, à repousser le PS vers ses amis de centre-droit »
      Ha ouai ? C’est ça le terme ?
      Un parti, un peu plus à gauche, qui repousse, un peu plus à droite, et machin et truc.
      Génial, une guerre de partis, ha il est beau l’avenir ! Ca va marcher c’est sûr.
      Vous croyez vraiment que si le peuple écrit lui même la 6ieme république il va s’enquiquiner avec les partis ?

      Une démocratie n’a pas besoin de partis, de toute manière ils ne pourraient pas être élus. Ils disparaîtront d’eux même. Si la 6ième est fait dans les règles de l’art (avec réflexions, débats, avec le temps et par tout le monde), alors démocratie directe et tirage au sort seront au programme. Exit les partis. Ils ont fait assez de mal. Les oligarques ne sont plus crédibles.


    • Attilax Attilax 7 février 2014 00:15

      Je partage votre opinion, mais à votre avis, qui écrirait la 6eme ? Les mêmes, bien sûr ! Vous ne croyez tout de même pas qu’ils vont scier eux mêmes la branche juteuse sur laquelle ils sont assis ?
      D’ailleurs vous n’entendrez personne parler de quitter la République pour une démocratie, et pour cause : ça fait des lustres qu’ils nous font croire que c’est pareil.
      Pour réaliser un pareil programme avec nos règles, il faut gagner les élections présidentielles.
      C’est pas dans la poche, donc.


    • Fergus Fergus 7 février 2014 09:21

      Bonjour, Nicolas_d.

      Je vous serais obligé de bien vouloir m’indiquer quel pays développé de plusieurs dizaines de millions d’habitants fonctionne sur la planète sans parti.

      Quel que soit le système que l’on puisse imaginer pour rénover la démocratie, il aboutira inévitablement à la mutualisation des ambitions et du militantisme au sein de partis politiques.


    • Fergus Fergus 7 février 2014 09:24

      Bonjour, Attilax.

      Je suis d’accord avec vous, et votre argument est celui que je mets en avant depuis des années pour affirmer que les choses ne peuvent effectivement pas bouger, les élus actuels n’ayant aucune envie de se saborder. Mais ils peuvent y être contraints si le peuple descend massivement dans la rue...


    • OuVaton OuVaton 7 février 2014 09:35

      « repousser le PS vers ses amis de centre-droit. »

      C’est déjà fait. Comme les continents, les partis dérivent. Il fut un temps où le parti radical était un parti de gauche. En Suisse, le parti radical est même devenu un parti bourgeois. On disait que, comme les radis, les radi-caux étaient roses à l’extérieur et blancs à l’intérieur. C’est ce qui est en train d’arriver tout doucement au PS depuis 83 jusqu’à la dérive hollandesque.

      Ceci dit cette dérive vers la droite est/était due à un enrichissement général, une queue de comète des 30 glorieuses. L’appauvrissement pourrait amener une dérive vers la gauche et plein de petit Mélenchon. Aie !


    • Fergus Fergus 7 février 2014 11:14

      Bonjour, Ouvaton.

      Vous écrivez « L’appauvrissement pourrait amener une dérive vers la gauche et plein de petit Mélenchon. »

      On est malheureusement sur une dérive vers l’extrême-droite, et pas seulement en France.

      Cela dit, vous avez raison en parlant de « queue de comète » de l’enrichissement des « Trente glorieuses », et à l’évidence on est encore dans l’anesthésie générale liée à ce (relatif) confort.


    • nicolas_d nicolas_d 7 février 2014 11:48

      Bonjour Fergus

      "Je vous serais obligé de bien vouloir m’indiquer quel pays développé de plusieurs dizaines de millions d’habitants fonctionne sur la planète sans parti."
      Et si nous l’inventions ?


    • Fergus Fergus 7 février 2014 12:17

      @ Nicolas_d.

      D’autres y pensé avant, mais la recherche de l’efficacité politique a toujours conduit les hommes à se grouper dans ce qui ne s’appelait pas des partis mais qui, de facto, le sont devenus. Cela a été le cas notamment lors de la Révolution française, chaque député étant au départ indépendant et représentatif de ceux qui l’avaient élu. Après quoi ils se sont regroupés dans des « clubs » (Jacobins, Girondins, Feuillants, etc.) qui sont très vite devenus des partis dotés d’un appareil et de moyens mutualisés pour faire campagne.

      Quant à la démocratie directe, partout où elle a existé un tant soit peu, elle a disparu, victime de la complexité des textes et de la société moderne, à l’image des « Landsgemeinde » (assemblées du peuple) suisses.

      Bonne journée.


    • nicolas_d nicolas_d 7 février 2014 12:38

      "Cela a été le cas notamment lors de la Révolution française, chaque député étant au départ indépendant et représentatif de ceux qui l’avaient élu"
      Bah oui mais le ver est déjà dans le fruit !


    • OuVaton OuVaton 8 février 2014 20:31

      Extrême gauche ou droite. Il semble bien qu’en Grèce ce soit plus la gauche. On peut espérer.


    • fcpgismo fcpgismo 6 février 2014 17:30

      Parfaitement juste.


      • Robert GIL ROBERT GIL 6 février 2014 21:04

        la droite est en colere, Hollande leur a piqué leur programme...

        voir : HOLLANDE VEUT BAISSER DE 5,4 % LES SALAIRES DU PRIVE !


        • Aldous Aldous 6 février 2014 23:54

          c’est un peu tard pour réaliser qu’il a trahi la France à Bruxelles.


          Je l’avais ecri en mai 2013


          « Ce funeste 25 mars 2013 de sa propre initiative, sans en avoir jamais reçu mandat, sans avoir consulté ni le peuple ni ses représentants, sans la pompe ni l’apparat d’un Vercingétorix rendant les armes, François Hollande est allé à Bruxelles déposer ce qui reste de la souveraineté de la France aux pieds des bureaucrates non élus, Barroso et Van Rompuy. »

          Le problème de la gauche du socialisme, c’est qu’elle l’a fermé sur l’essentiel (le social) parce qu’Hollande lui promettait l’accesoire (le sociétal).

          Or ce sociètal, c’est l’ultra-libéralisle des moeurs, qui va si bien avec l’ultra-libéralisme economique, comme nousl’a doctement expliqué Pierre Bergé à propos de la location des utérus. C’est ça le progrès ? Mieux vaux le silex alors !

          • Attilax Attilax 7 février 2014 00:51

            Et ben il serait temps de vous réveiller, les « vrais socialistes » ! Car cela fait maintenant presque trois décennies que le PS est devenu un parti de droite. C’est vrai que ça commence à être dur de ne plus le voir...

            Si ces soit-disant « contestataires » de « l’aile gauche » socialiste pensaient vraiment ce qu’ils disent, ils ne pourraient décemment pas rester dans ce parti et claqueraient la porte avec fracas. Or, les années passent et les fauteuils restent... Et oui, c’est dangereux dehors, tout seul ! Alors qu’au PS, on est bien au chaud, c’est bien installé, c’est costaud, c’est du solide... Sauf qu’aux prochaines, ils sentent le score à un chiffre arriver, et que ça commence à paniquer. Alors on ressort les bons vieux militants, les « purs », histoire de rassurer ses ouailles.
            Que Filoche et Lienemann gardent pour eux leurs larmes de crocodiles et leur indignation ponctuelle, je ne suis pas dupe : leur parti a vendu le peuple, trahi leurs idéaux et tué la gauche pour longtemps.


            • bleck 7 février 2014 03:06

               Pas crédible un instant la Marie-Noèlle qui voudrait nous faire croire qu’elle découvre un Hollande qu’elle ne connaissait pas


              Il arrive un moment ou faut il arrêter de prendre les gens pour des jambons

              Elle le connait depuis longtemps son Pépére : élue députée européenne sur la liste du Pére François en 1999... !!!!!

              En 25 ans , au moins , de copinage ; on a tout le temps de se faire une idée sur le copain des magouilles en tous genres

              Y aurait-il une histoire de scooter caché derrière tout ça ? : de la part des socialos RIEN  ne saurait me surprendre : pour tout vous dire : ce ne serait qu’une péripétie de plus

              Une routine routinière

              Va te cacher Marie-Noèlle et continue de manger à la gamelle tant qu’il reste de la soupe dedans 



              • Roubachoff 7 février 2014 03:35

                D’accord avec Bleck. Lienneman et Filoche se foutent de la gueule du monde. Ils tirent à la grosse Bertha sur Hollande et sa bande, puis ils déclarent soutenir et même aimer ce président et ce gouvernement. Un petit jeu dont plus personne ne devrait être dupe.

                Une précision : il y a des gens, comme moi, qui ont voté Flamby sans se faire la moindre illusion sur le personnage, ses compétences et ses convictions. On ne m’y reprendra plus. 


                • pens4sy pens4sy 7 février 2014 05:38

                  Encore un enfumage du PS.
                  Les élus PS ne voteront jamais contre la politique Hollande. Ils auraient bien trop peur de perdre leur prébendes. Et la fameuse « gauche de la gauche » n’est quasi pas représentée dans les deux chambres. Si même elle acceptait de voter avec la droite (ce dont je doute, Mélenchon s’étant toujours refusé a cela et les communistes sont déjà des alliés factuels du PS) pour faire chuter ce gouvernement félon, le compte n’y serait pas.
                  Il ne faut pas rêver, le peuple boira la coupe jusqu’à la lie et Hollande-Hartz n’a pas fini de trahir le peuple en le vendant (à pas cher !) aux multinationales.

                  L’honnêteté politique ne viendra pas des élus professionnels et Hollande le retors le sait parfaitement, lui qui n’est qu’un politicard.


                  • reneegate 7 février 2014 07:05

                    et maintenant vous faites de l’anti Melenchon primaire.(pas une seule fois cité dans votre article). C’est quand même le premier a s’être élever point à point contre toutes les dérives que vous énumérez. Qu’attendez vous pour rejoindre le Front de Gauche qui n’est pas le PG de Melenchon mais la réunion de toutes les forces de gauche.
                    Qu’attendez vous pour renverser ce gouvernement illégitime ?
                    La permission de F.Hollande ?


                    • claude-michel claude-michel 7 février 2014 08:30

                      Monsieur 19%... ?
                      A t il encore une légitimité pour continuer à nous mettre sur la paille.. ?


                      • Fergus Fergus 7 février 2014 09:27

                        Bonjour, Claude-Michel.

                        Légitimité, oui. On ne peut mettre en avant les sondages uniquement lorsque ça nous arrange alors que l’on passe son temps à dire qu’ils n’ont pas de sens, contrairement aux résultats électoraux.


                      • LE CHAT LE CHAT 7 février 2014 11:56

                        @fergus


                         appeler démocratie un système où un type élu sur des mensonge peut faire ce qu’il veut pendant 5 ans sans que les gens puissent s’y opposer , c’est du foutage de gueule !

                      • Fergus Fergus 7 février 2014 17:08

                        Bonjour, Le Chat.

                        Oui, en effet. D’où la nécessité d’instituer, tôt ou tard, des jurys citoyens chargés d’entendre les élus, à tous les niveaux et sans possibilité pour eux de s’y soustraire, et de restituer, par voie de presse au niveau adapté, leurs réponses aux questions posées sur les promesses non tenues, les carences, les retards ou les manquements de toute nature.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 2014 09:17

                        Le problème de la Gauche de la Gauche, c’est qu’elle ne se décide pas à aider les Français à sortir de l’ UE et de l’euro.

                        Pour le peuple de gauche dont je fais partie, elle ne sert donc à rien, sauf à perdre du temps à écrire de super beaux programmes de Gauche inapplicables dans le cadre des Traités et à rabattre des voix vers le PS.

                        La Gauche de la Gauche ne dit rien non plus sur la censure dont l’UPR est victime depuis 7 ans.

                        Que le FN ait son rond de serviette dans tous les médias , c’est normal.
                        Mais qu’un Mouvement de 4000 adhérents, qui veut rassembler provisoirement les Français pour sortir du Titanic, soit censuré, ça leur en touche l’une sans faire bouger l’autre...

                        Elle préfère guerroyer avec le FN, comme à chaque élection, en le faisant passer pour le danger fasciste du moment, afin de mieux rabattre les voix au 2e tour vers le PS ou l’ UMP.

                        C’est ainsi que ces deux Partis sont toujours au pouvoir depuis 40 ans.

                        Relisez bien l’article, pas une fois la question de la souveraineté n’est abordée.
                        Ce serait peut-être urgent ?

                         « L’extermination de l’industrie française depuis 40 ans » Cartes comparatives 1968/2008.

                        « Comment c’était la France, il y a 40 ans ? »


                        • Dudule 7 février 2014 21:30

                          Je suis vos commentaires comme je suis ce forum très régulièrement, et il me semble que vous n’avez pas compris quelque chose dans le programme du Front de gauche. Le Front de Gauche n’a jamais dit et ne dit pas qu’il ne faut pas sortir de l’euro et de l’UE. Il dit que l’on doit d’abord tenter de négocier. Le programme est clair pourtant : si l’on arrive pas à un accord (rapide... c’est comme ça que je le comprends... pas des mois de parlottes) sur la redéfinition du rôle de la BCE et sur la politique monétaire européenne, on sort de l’euro et de l’UE. Le pari qu’il fait (le FG), ce que le simple fait qu’il arrive au pouvoir le mettrait dans une position de force dans de telles négociations. Et s’il se trompe sur ce point, et bien la porte de sortie, c’est de sortir. Justement...

                          On est loin de la description que vous en faite. La seule divergence, sur cette question, du PG avec les positions d’Asselineau que vous nous exposez très régulièrement, c’est que le PG veut d’abord tenter de négocier. Sur le principe du désastre absolu que constitue la politique monétaire de la BCE et tout le reste, il n’y a pas de divergences. Il y en aurait probablement pas mal si Asselineau avait un programme politique, fiscal, économique, etc., à part de ne parler que de l’euro et l’UE, et aussi d’autres questions assez accessoires... Asselineau est-il favorable à des nationalisations ? Quelle serait sa politique fiscale ? J’aimerai bien le savoir mais il n’en parle pas. Asselineau parle ESSENTIELLEMENT de sortir de l’euro. Si vous êtes vraiment de gauche, ça devrait vous mettre la puce à l’oreille... c’est tout à fait caractéristique de la droite populiste, et pas surprenant au vu de son parcours politique. Il est dans la tendance libérale-nationnale de Villier-Pasqua, dont il fut très proche (des deux...).

                          En fait, pour être honnête, je pense que le programme du FG sur l’euro, l’UE et tout le tremblement est issu d’un compromis avec les communistes, qui sont complètement « européanisés » depuis Robert Hue. Le FG et la plupart de composantes du FG sont sans illusions sur ce point, même s’ils n’en parlent pas : on tente de négocier avec l’UE, il y a de fortes chances que ça ne marche pas, mais ça mettra les cocos au pied du mur.

                          Sur l’« ostracisation » d’Asselineau : vous devez bien comprendre que, bien que vous êtes un certains nombre à beaucoup en parler sur des forums qu’en fin de compte, peu de gens fréquentent, personne ne le connait ! J’ai entendu une interview très récente de Todd dans laquelle quelqu’un lui pose une question à son sujet... Todd ne connait pas. Et croyez moi, ce n’est pas le seul...

                          Quand à guerroyer avec le FN, je suis désolé de vous contredire encore, mais si ce n’est pas l’un des rôles essentiel (entre autres) de la gauche (la vraie)...


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 2014 07:06

                          Dudule,
                          Si vous voulez connaître la liste des nationalisations prévues par l’ UPR, le mieux c’est d’en lire le programme.

                          Programme de Libération Nationale, sur le modèle du CNR.

                          Le CNR est un modèle omniprésent dans la pensée de Gauche, auquel vous ne faites jamais allusion, car il contient ce qui vous fait sortir des boutons :

                          un rassemblement provisoire des citoyens de tous horizons,dans le but d’assurer l’indépendance de la France.

                          Ce que le FDG combattra jusqu’à son dernier souffle.
                          « Tout, sauf l’idée que les citoyens de tous bords se rassemblent pour sortir de l’ UE ».

                          Pourquoi ? Le FDG est lié au PC, lequel est pacsé au PS.

                          Vous pouvez avoir tous les super programmes que vous voulez, à la fin, vous finissez toujours par jouer les râteaux du PS. C’est dans la logique de cet assemblage improbable de la carpe et du lapin qu’est le FDG.

                          Le PC & le PS étant des europathes compulsifs, comment voulez-vous parler de souveraineté avec des acolytes pareils dans vos bagages ?

                          Donc tout ce que raconte Mélenchon sur l’ UE ne peut être que du pipeau.

                          Tous ceux qui veulent « changer l’ Europe » reconnaissent de fait la construction européenne, ce qui n’est pas le cas de l’ UPR.
                          Nous ne voulons plus d’aucune construction européenne du tout. Ni celle là, ni une autre.

                          Mélenchon prétend « changer l’ Europe », c’est à dire transformer un crocodile en végétarien. « Nous on peut ! » Rêve !

                          Il ne peut pas y avoir de souveraineté de la France dans l’ UE, puisque le but final de l’ UE est de supprimer les Etats Nations, ce que vous ne dites jamais.

                          Supposons que le FDG arrive au pouvoir, vous pensez vraiment que le PC et le PS vont accepter de « violer les Traités » ?

                           Vous prenez le peuple de Gauche pour des andouilles.
                          Derrière vos beaux discours sur l’ humain (comme les Evangiles ? Ce qui est comique venant d’un républicain), vous ratissez au final pour le PS et pour l’ UE.

                          C’est ce qui explique que la moitié des 4000 adhérents de l’ UPR viennent de la Gauche et en particulier du FDG. Mes condoléances.


                        • colza 7 février 2014 09:41

                          La politique de l’offre selon François Hollande, c’est la politique de l’offre de services au Medef.

                          Bon sang, mais c’est bien sûr ! comme disait Bourrel ...

                          • howahkan Buddha Hotah 7 février 2014 09:56

                            m’enfin combien de temps allez vous encore parler de gauche...elle s’est auto détruite....pseudo extrêmes inclus....il y a un parti unique en occident et c’est le parti oligarchique qui prends tous les noms et pseudo politiques pour occuper l’intégralité du paysage pour ne laisser place au seul système de la société marchande de profit , qui grâce à la monnaie achète les corps et les âmes....alors que la monnaie n’existe pas...et là je me dis mais qu’est ce qu’on ferait si on etait moins CONS ??

                            la finalité ? une compagnie tentaculaire, une facon imposée de vivre , une banque , et ta gueule !!

                            les bolcheviques en ont rêvé, le bolchevo-capitalisme essaye de le réaliser...on va droit vers un communisme capitaliste, avec en moins la notion d’intérêt collectif qui disparait totalement,remplacé par l’intérêt privé.....que croyez vous que vont devenir les dissidents ???


                            • Dudule 7 février 2014 21:40

                              Vous relayez la propagande de l’oligarchie, qui consiste précisément à affirmer que la gauche n’existe plus.

                              Que le parti socialpute ne soit plus de gauche, tout le monde (ou presque) l’a très bien compris. Que la gauche n’existe plus et que la droite et l’oligarchie ont fini par l’emporter au terme d’un combat séculaire, je trouve que vous allez vite en besogne... Un oligarque ne dirait pas autre chose, et s’en réjouirait.

                              Sinon, votre discourt me parait, pour le moins, assez confus...


                            • zygzornifle zygzornifle 7 février 2014 10:08

                              Les 19% qui restent ?


                              • zygzornifle zygzornifle 7 février 2014 10:10

                                Quand on tente de faire du Sarkozysme parce que l’on ne sait plus quoi faire et que l’on est pas Sarkozy on s’expose inutilement .....


                                • LE CHAT LE CHAT 7 février 2014 10:15

                                  des faux culs , qui continuent à l’assemblée à soutenir ce gouvernement pourri au lieu de voter contre ! Idem que les verts !


                                  s’ils ne sont pas d’accord , qu’ils le fassent tomber ....

                                  • QAmonBra AmonBraQ 7 février 2014 10:16

                                    @ l’auteur


                                    Le virage néo-libéral des tartufes dirigeant le PS était hautement prévisible, car confidentiellement programmé au nom de la dette usurière qui étrangle progressivement la France, ainsi que la plupart des nations dites occidentales. 

                                    Cette pseudo dette étant à l’économie, surtout la finance, ce que la Shoah est à l’idéologie de notre microcosme économico-politico-merdiatico-culturel.

                                    La lettre S du sigle PS ne signifierait donc pas socialiste, mais $ioniste, probablement le plus $ioniste des partis politiques français.

                                    Compte tenu de la « droitisation » constante du Peuple, toutes origines confondues, je me demande si cela n’est pas lié au fait que c’est à gauche qu’on trouve le plus grand nombre de $ionistes aux postes clé, de l’extrême gauche aux radicaux.

                                    C’est parce que la gauche « socialiste », avec ou sans Mélanchon, unie ou non, ignore ou feint d’ignorer cette donnée, qu’elle va se planter lamentablement à toutes les prochaines élections.

                                    Fine mouche, le FN se « socialise » de plus en plus et, avec ou sans abstention massive, sera le grand gagnant des futures échéances électorales.

                                    La perspective d’un FN comme le plus grand parti et aux commandes de la République, n’est plus une simple vue de l’esprit. 

                                    Reste sa relation a venir avec ledit microcosme, ceci étant la seule grande inconnue. 



                                    • 1984 7 février 2014 11:49

                                      Marine ayant été - comme son papounet - reçu en grande pompe par l’AIPAC, il n’y à aucune illusion à se faire !


                                    • QAmonBra AmonBraQ 7 février 2014 13:55

                                      @ 1984


                                      Alors vogue la galère pour un certain temps, les français étant encore trop obèses pour faire la Révolution.

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 2014 17:57

                                      AmonBrac,
                                      C’est beau les illusions !
                                      80% des Français ne veulent pas du FN à la direction du pays.
                                      Reprenez toutes les élections présidentielles, le FN n’a jamais dépassé les 20% depuis 1972.


                                    • Dudule 7 février 2014 21:49

                                      C’est vrai, le FN ne dépassera que difficilement 20% des inscrits, malgré la propagande outrancière des médias en sa faveur depuis que la fifille à son papa en a pris la tête... on imagine l’indignation qui parcourerait tout les medias et les grandes gueules du FN si un dirigeant de parti politique osait transmettre sa direction à son rejeton, comme une vulgaire propriété privée !

                                      Par contre, le danger, c’est l’abstention ! L’électorat FN ne s’abstient pas, et le dégout ambiant de la politique augmente son importance relative. Les triomphes du FN aux élections locale sont toujours dans des élections partielles avec un très fort taux d’abstention.

                                      Bref, le FN n’apporte rien et fout le bordel...


                                    • QAmonBra AmonBraQ 7 février 2014 23:45

                                      @ Fifi


                                      Ne pensez pas que j’ai un faible quelconque pour le FN et encore moins, à mon âge avancé, de quelconques illusions.

                                      La seule personnalité politique que je trouve cohérente et magistralement argumenté dans ses propos, comme son projet, est F. Asselineau et je me fous complètement de son passé de haut fonctionnaire affilié « Pasqualo-Chiraquien », car je considère de toutes façons comme caduque l’ensemble du spectre politique traditionnel.

                                      Je partage le point de vue du président de l’UPR sur le rôle dévolu au FN et à la coalition menée par Mélenchon : Rabattre l’électorat à la frange dans le troupeau « europeiste ».

                                      Mais comme cela a été dit par un intervenant, si les idée d’Asselineau prévaudront à terme, il est peu probable qu’il en récolte les fruits : Trop en avance sur son temps, trop occulté par les merdiats et n’ayant aucun goût pour la provocation. 

                                      Quel que soit le pouls actuel de l’opinion publique, je demeure donc convaincu que le seul parti susceptible de profiter électoralement de l’actuel merdier et du désarroi des citoyens est le FN, ce dernier profitera à la fois d’un apport supplémentaire et conséquent de voix et d’une abstention massive.

                                      L’omniprésence de représentants du FN aux débats télévisés est un signe qui ne trompe pas, contrairement à ce parti quand il goûtera au pouvoir.

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 2014 07:27

                                      AmonBrac,

                                      A la vitesse où l’ UPR se développe, je n’ai aucun doute qu’elle pèsera forcément à un moment ou un autre...

                                       Si vous avez bien suivi les analyses d’Asselineau, il explique qu’entre deux élections, le FN est reconnu pour « sa normalité », et qu’en période électorale, il devient un épouvantail à moineaux. La normalité lui sert à recruter.

                                      L’épouvantail sert à faire voter PS & UMP, et à protéger l’ UE.

                                      C’est ce qui est en train de se passer, le FN a perdu 5 points dans les sondages en
                                      Janvier. C’est le rôle de tous ces sujets sociétaux qui permettent aux médias de présenter l’extrême-droite comme une ramassis de racistes, de xénophobes, et de dangereux agités fascistes.
                                      Racistes et xénophobes ils sont, mais pas de dangereux fascistes.

                                      Le PS va relancer la machine à diaboliser le FN avec le prochain débat sur l’intégration,  à partir de Mardi, c’est reparti pour la prochaine pièce de théâtre PS/FN


                                    • le naif le naif 8 février 2014 11:13

                                      Bonjour Fifi

                                      Hier en suivant un lien, je suis tombé sur un site bien étrange : Boulevard Hitler rien de moins.... !!!

                                      Par curiosité, j’ai cliqué sur l’icône sites amis et là Oh surprise....

                                      Que peut-on lire ???

                                      Sites amis

                                      Vous avez de biens curieuses amitiés à l’UPR.... surtout pour un parti qui passe son temps à pourfendre le FN !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès