Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fidèle à son goût pour la liberté, l’Islande dit définitivement « Non (...)

Fidèle à son goût pour la liberté, l’Islande dit définitivement « Non Merci ! » à la dictature européenne

Dans les villes et sur les routes d'Islande, des panneaux publicitaires comme celui-ci appellent les Islandais à rejeter l'adhésion à l'Union européenne. Financés par les opposants à cette adhésion, ils portent la mention « Nei takk ! », qui signifie « Non Merci ! » en islandais. Comme d'ailleurs en norvégien. « Non Merci ! », c'est exactement ce que le gouvernement islandais vient de dire aux dirigeants de l'Union européenne ce 12 mars 2015, en renonçant définitivement à adhérer à l'UE.

Cette journée du 12 mars 2015 a constitué un revers, puissant, nouveau et très symbolique, pour les idéologues de la prétendue « construction européenne ». C'est en effet ce jour-là que l'Islande a renoncé définitivement à adhérer à l'Union européenne.

Une décision théoriquement impossible, selon le dogme européiste 

Une semblable décision est pourtant inconcevable pour les partisans du Dogme de l'Européisme car l'Islande cumule les facteurs qui devraient, à les en croire, rendre son adhésion techniquement indispensable :

  • L'Islande est un petit pays en superficie : avec 103 125 km² seulement, elle est environ 6 fois plus petite que la France.
  • La population islandaise est très faible : 330 000 habitants seulement. La France est exactement 200 fois plus peuplée que l'Islande.
  • Le PIB de l'Islande est également minuscule. Estimé à 13,1 milliards de dollars en 2013, il est environ 173 fois plus faible que le PIB de la France, estimé à 2 276 milliards de dollars la même année.

À en croire les bobards de la propagande européiste, débités à longueur d'antenne par les Delors, Giscard, Attali, Rocard, Sarkozy, Hollande et consorts, un pays aussi petit que l'Islande ne devrait même pas pouvoir survivre sans adhérer à l'UE.

Ces prétendus "experts en mondialisation" nous assurent en effet, depuis des années, que la France serait beaucoup trop petite pour refuser de se fondre dans une structure politique pilotée par Washington. Mais que disent-ils alors de la décision de l'Islande, qui est, par sa taille, sa population et son PIB, un véritable nain en comparaison de la France ?

C'est très simple : ils n'en disent rien. Car la décision souveraine prise par les Islandais aujourd'hui jette une lumière aveuglante sur l'immensité du mensonge selon lequel il serait absolument nécessaire et impératif de "construire l'Europe".

Ce qui est également très instructif dans cette décision islandaise, c'est qu'elle n'a pas du tout été prise à la légère ou sur un coup de tête pour des motifs politiciens.

Elle résulte tout au contraire d'un bilan minutieux de l'appartenance ou non de l'Islande à l'UE. Un bilan qui s'est étalé sur plusieurs années, qui a été dressé puis examiné sereinement au Parlement islandais de Reykjavik. Lequel en a conclu que, décidément, il ne fallait pas que l'Islande adhère à l'UE.

Enfin, cette décision s'inscrit logiquement dans l'histoire millénaire de l'Islande. Cette île, déserte jusqu'aux alentours du VIIIe siècle, fut peuplée par des moines celtiques, des Vikings, puis par de nombreux autres colons émigrés, principalement normands, et leurs serfs, dont beaucoup étaient irlandais ou écossais. Toute cette population fonda un État libre islandais, souverain de toute allégeance extérieure, qui dura de l'an 874 à 1262.

Ravagée par les épidémies de peste du Moyen-Âge, l'Islande passa sous la coupe du royaume de Norvège, puis de celui de Danemark, jusqu'à ce qu'apparaisse, dès 1814, un fort mouvement d'indépendance, conformément au goût pour la liberté de ce peuple de pêcheurs, de soldats et d'aventuriers.

Ce patriotisme islandais parvint à obtenir, en 1918, la création d'un royaume d'Islande "souverain dans le cadre d'une union personnelle avec le Danemark". Mais cette souveraineté était encore limitée puisque la diplomatie islandaise était traitée par le gouvernement de Copenhague, conformément aux dispositions de l’Acte d’Union dano-islandais du 1er décembre 1918.

Finalement, le peuple islandais obtint son indépendance pleine et entière en mai 1944, suite à un référendum de quatre jours portant sur l'opportunité de mettre fin à l'union avec le Danemark, d'abolir la monarchie et d'instaurer la république. Le vote fut de 97 % pour la fin de l'union et de 95 % en faveur de la nouvelle constitution républicaine.

Ces scores écrasants montrèrent à quel point le peuple islandais demeure, dans la profondeur de son instinct collectif, un peuple insoumis et avide de conserver sa liberté et son indépendance.

Au milieu de la grandeur sauvage de la nature islandaise, un simple citoyen manifeste son refus de l'UE par ce panneau

Au milieu de la grandeur sauvage de la nature islandaise, un simple citoyen manifeste son refus de l'UE par ce panneau

La lettre du 12 mars 2015 informant les européistes de la décision de l'Islande de renoncer à adhérer à l'UE

La meilleure illustration de tout ce qui précède se trouve dans la lettre même que le Ministre islandais des affaires étrangères, Gunmar B. Sveinsson, a adressée, en date du 12 mars 2015 :

  • d'une part à son homologue Edgars Rinkēvičs, ministre letton des des affaires étrangères (qui exerce la présidence semestrielle du Conseil de l’Union européenne)
  • d'autre part à l'Autrichien Johannes Hahn, Commissaire européen à l'élargissement.

Cette lettre est très intéressante par sa sobriété (1 page et demi), par sa clarté, par son franc-parler, par sa maturité, et par sa sérénité.

Le lecteur pourra en juger lui-même puisque je place ci-dessous, à la suite, le scan de la lettre elle-même - dont l'original est en anglais - et la traduction en français que j'en ai réalisée.

La publication de cette lettre a été accompagnée d'un commentaire, sur le site du ministère islandais des affaires étrangères, dont le caractère lapidaire et concis clôt toute discussion et signe l'acte historique : « Les intérêts de l'Islande sont mieux servis en dehors de l'Union européenne. »

Puisse le peuple français méditer cette phrase et s'inspirer au plus vite de l'exemple de ce vaillant peuple islandais, pourtant 200 fois moins nombreux que lui.

 

Scan de la lettre du 12 mars 2015 du ministre islandais des affaires étrangères adressée a la présidence lettone du Conseil européen et au Commissaire européen chargé de l’élargissement

lettre ue islande1lettre ue islande2lettre ue islande3 lettre ue islande4

 

TRADUCTION DE LA LETTRE DU 12 MARS 2015 DU MINISTRE ISLANDAIS DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ADRESSÉE A LA PRÉSIDENCE LETTONE DU CONSEIL EUROPÉEN ET AU COMMISSAIRE EUROPÉEN CHARGÉ DE L’ÉLARGISSEMENT

 

   MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ISLANDE 

  • Destinataires :

S.E. M. Edgars Rinkēvičs
Présidence lettone du Conseil de l’Union européenne

M. Johannes Hahn
Commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage

Reykjavik, le 12 mars 2015

Cher Edgar,
Monsieur le Commissaire Hahn,

Depuis sa prise de fonction en 2013, le gouvernement de l'Islande a mis en place une nouvelle politique claire sur les négociations d'adhésion à l'UE.

Cette politique a été réaffirmée lors de la réunion du gouvernement le 10 mars 2015, avec l’adoption de la présente lettre contenant des précisions complémentaires.

Les principaux éléments de cette politique étaient, dans un premier temps, de suspendre complètement les négociations d'adhésion, de dissoudre les structures de négociation, et de réaliser une évaluation du processus d'adhésion ainsi que de l'évolution de l'UE.

En outre, et conformément à la décision de suspendre totalement le processus d'adhésion, le gouvernement a décidé de se abstenir de participer à toute activité liée à son statut de candidat à l’adhésion.

Cette politique a été expliquée au cours de réunions entre le Premier ministre d'Islande, le Président de la Commission européenne et le président du Conseil européen en juillet 2013.

Lors de ces rencontres, les deux dirigeants des institutions de l'UE ont fait clairement savoir qu’une clarification du processus d’adhésion de l’Islande serait souhaitable. En outre, de nombreux contacts ont eu lieu entre l'Islande et l'UE en ce qui concerne les projets de l’Instrument d'aide de préadhésion (IAP) pour la dernière partie de 2013.

Depuis lors, l'évaluation du processus d'adhésion de l'Islande a été finalisée et la question longuement discutée au Parlement islandais. Les contrats sur des projets IAP ont été résiliés par la Commission.

Récemment, nous avons tenu des consultations avec vous sur l'état d'avancement du processus d'adhésion.

En référence à ce qui précède, le gouvernement islandais tient à préciser davantage ses intentions. Le gouvernement de l'Islande n'a pas l'intention de reprendre les pourparlers d'adhésion.En outre, tous les engagements pris par le gouvernement précédent dans les négociations d'adhésion sont remplacées par la politique actuelle.

À la lumière de ce qui précède, le gouvernement a pris la décision ferme que l'Islande ne doit plus être considérée comme un pays candidat à l'adhésion à l'UE. Il estime qu'il convient que l'UE ajuste ses méthodes de travail en conséquence.

Permettez-moi de rappeler l'importance de maintenir des relations étroites et la coopération entre l'UE et l'Islande sur la base, notamment, de l’Espace Économique Européen (EEE). Le gouvernement s’est engagé à maintenir d’étroites relations, indépendamment de toute considération d'adhésion.

En outre, le Gouvernement tient à souligner l'importance qu'il attache à l'unité et à la coopération, dans les moments difficiles de l'histoire européenne, alors que des éléments fondamentaux de la sécurité et de la prospérité économique sont en jeu.

Sincèrement vôtre,
Gunmar B. Sveinsson Ministre des affaires étrangères

Gunmar B. Sveinsson

   
Dressée fièrement à Reyjavik, capitale de l'Islande, cette statue est celle de Leif Erickson (environ 970 - 1025). Héros et explorateur islandais, il fut, selon la tradition des sagas scandinaves, le premier Européen à explorer des terres de l'Amérique du Nord, et plus particulièrement la région qui deviendra Terre-Neuve, au Canada. Leif Erickson est le symbole même du courage, de l'irrédentisme et de la liberté du peuple islandais, dont la décision du 12 mars 2015 est une nouvelle illustration.

 

François ASSELINEAU
Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

248 réactions à cet article    


  • philoxera philoxera 13 mars 2015 18:52

    Je prépare tout de suite mes valises


    • lermontov lermontov 13 mars 2015 18:55

      On partira ensemble, alors.


    • Croa Croa 13 mars 2015 22:20

      À philoxera,
      *
      Ils ont peut être plus de libertés... MAIS AUSSI DES VOLCANS PARTOUT !


    • zelectron zelectron 15 mars 2015 14:48

      Les bolcheviks soviétiques en 1918 aussi ont refusé de rembourser toutes dettes et autres emprunts à tout le monde, français en particulier


    • bakerstreet bakerstreet 16 mars 2015 12:12

      @philoxera


      Oouai, super....Moi j’aime bien l’histoire, et entre les Vikings, et 2015, il s’est bien passé quelque chose non ?


      La roulette, ça n’a qu’un temps. Les lendemains sont parfois dures......
      Finalement, l’europe, diront ils, ce n’est pas si baisant que ça. 
      Comme diront les grecs après avoir été le peuple qui a touché le plus d’aides européennes.

      Alors, oui, peut être que les petits peuples doivent être toujours malins en faisant leurs courses, mais cette politique du porte monnaie et de l’opportunité est désolante ; politique de vautour et à court terme qui tourne casaque quand les os sont nettoyés

      . L’islande s’est lamentablement plantée avec les produits dérivées et la crise. Finit le mirage des grosses voitures et d’un immobilier qui montait jusqu’au ciel.
       Cela rappelle aussi l’irlande qui continue à faire du dumping sur le dos des autres. Il y en a qui trouvent ça super !

      Le jour où les intérets tourneront,elle viendra tout simplement refrapper à la porte

    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 mars 2015 19:15

      bonjour monsieur Asselineau,
      par forte tempête les islandais circulent néanmoins en Jeep et suivent le tracé de leurs déplacements sur leur gps, j’aimerai bien savoir comment pourraient ils continuer sans l’abonnement à ces procédés extérieurs ?
      Je suis très content de leur courage et leur souhaite tout le bonheur mérité. L.S.


      • boris boris 13 mars 2015 19:28

        @Lisa SION 2

        Comme avant le GPS, pas besoin de retourner à l’âge de pierre, il y a encore une quinzaine d’années on faisait sans.

        Quoi d’autres ?


      • alinea alinea 13 mars 2015 20:05

        @Lisa SION 2
        Pourquoi ? Il faut faire partie de l’UE pour utiliser un GPS ?!!


      • izarn 14 mars 2015 01:06

        @Lisa SION 2
        GPS : Il existe aussi le GLONASS russe...
        Exploitable sur certain smartphone comme Motorola(! ?!)...Donc pas besoin du Pentagone.
        Grace à la connerie otaniste de l’UE on attends toujours Galileo, le GPS européen...
        Merci Hollande, merci Merkel, merci les laquais US.


      • Passante Passante 14 mars 2015 10:15

        @alinea, lisa vs parle des 3 dernières lignes de la lettre, surtout les tous derniers mots.


      • Passante Passante 14 mars 2015 10:26

        juste avant le viking smiley



      • pierre 13 mars 2015 19:21

        Merci, pour la première fois je comprends l’Islandais « nei takk » :)


        • Daniel Roux Daniel Roux 13 mars 2015 20:00

          Les islandais sont déterminés à maintenir la démocratie chez eux.

          Les Français n’ont plus la liberté de décider de leur destin. C’est à peine si la nation française existe encore tant les politiques qui y sont conduites ressemblent plus à des diktats venus de Bruxelles et de Washington.

          Le dernier référendum, celui de 2005, celui qui refusait le traité de Lisbonne, a été bafoué par l’alliance Sarkozy/Hollande lors du fameux congrès de Versailles.

          Il s’agit bien d’une félonie mais pour une raison qui m’échappe, le Conseil Constitutionnel n’a pas rejeté ce déni de la Constitution. 

          Les félons ne seront donc pas traduit devant un tribunal pour forfaiture. Il est vrai que les procureurs indépendants n’existent pas en France.

          Depuis nous vivons de fait dans une dictature et peu importe qu’elle soit « douce ». Une dictature est une dictature.


          • Fergus Fergus 13 mars 2015 20:18

            Bonsoir, Daniel.

            Attention de ne pas s’emballer sur le cas de ce micro-état. L’Islande, ce sont 323 000 habitants. Comparer avec la France et ses 66 millions, soit 204 fois plus n’a strictement aucun sens.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mars 2015 21:59

            @Fergus
            Si la France est trop petite pour survivre sans l’ UE, les Islandais devraient être dans la situation de la Grèce, exsangues.
            Avec 5% de chômage, elle s’en sort très bien toute seule.
            Et le gouvernement vient pour la 2e fois d’annuler une partie des dettes des ménages.


            La Suisse aussi, s’en sort très bien : 3% de chômage.
            Ce qui prouve que l’ UE n’est pas indispensable, contrairement à ce que vous essayez de faire croire. Si de petits pays s’en sortent, on ne voit pas pourquoi la France ne s’en sortirait pas ?

            A noter également que la Suède qui a refusé l’euro, les Suisses, les Norvégiens, les Islandais ne sont pas du tout des pays d’extrême droite, mais des pays qui regardent le Titanic prendre l’eau, et ne tiennent pas à couler avec.

          • Croa Croa 13 mars 2015 22:26

            À Daniel Roux « Une dictature est une dictature »

            En toute rigueur ce n’est pas une dictature mais un totalitarisme ( ce qui est encore pire ). D’ailleurs il n’y a pas de dictateur qui gouverne l’Europe.


          • Croa Croa 13 mars 2015 22:32

            À sampiero,
            *
            C’est une idée reçue que de croire que la richesse suisse vient de ses banques. La suisse se protège certes mais elle ne protège pas que ses banques et ses richesses sont très diverses.


          • Doume65 13 mars 2015 23:55

            @sampiero

            « Si l’argent de la France n’était pas en Suisse, quel serait notre déficit ? : zéro. »

            La suisse est loin d’être le seul pays à recevoir l’argent français et son secteur bancaire est plus petit que celui de la Russie.
            Mais surtout, puisque tu parles de ces deux pays, sache que la part de l’industrie dans le PIB suisse est de plus de 25% alors qu’elle est de moins de 20 % en France. Comme quoi la richesse ne vient pas forcément de là ou on croit.


          • Gnostic Gnostic 14 mars 2015 00:04

            @Fergus

            Fergus a raison il faut comparer ce qui est comparable mais cela est trop compliqué pour beaucoup ici
            BRAVO quand meme à l’islande. Ce pays peut meme vivre en autarcie sans probleme ce qui est impensable en france vu la bouillie multiculturelle que nos biens pensants ont contribués à cuisiner

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mars 2015 07:51

            @sampiero
            Économie de la Suisse. Le secteur bancaire représente 8 à 10% du PIB.


            Il me semble que le Luxembourg, la Belgique, l’ Autriche et les Pays-bas sont dans l’ UE des paradis fiscaux de première bourre, non ?
            Rien que le Luxembourg, est un paradis fiscal pour 340 multinationales.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mars 2015 07:57

            @Gnostic
            Mais quelle autarcie ? Les pays souverains commercent comme les autres, sauf la Corée du nord.
            Pour l’Islande la pêche représente 60% de ses exportations.


          • Fergus Fergus 14 mars 2015 09:20

            Bonjour, Gnostic.

            Merci pour ce soutien. Personnellement, je me contrefiche que les Islandais entrent ou n’entrent pas dans l’UE. Mais je suis effaré de constater à quel point le discours manipulateur d’Asselineau trouve un écho sur ce sujet.

            Pour enfoncer le clou afin de bien faire comprendre de quoi parle le patron de l’UPR, il faut savoir que l’Islande est un pays de 323 000 habitants dont 193 000 se sont déplacés au bureau de vote pour changer de majorité en 2013. Entre les partisans de l’adhésion à l’Europe et les adversaires de cette adhésion, ce sont au maximum 20 000 Islandais (soit à peu près la population de... Romorantin) qui ont fait pencher la balance (et dans le cadre d’un gouvernement de coalition) dans le sens du retrait de l’adhésion.

            Et Asselineau voudrait nous faire croire que ces 20 000 personnes au grand maximum viennent de donner une leçon aux 504 000 000 d’habitants de l’Union Européenne. On croit rêver ! Encore une fois, il faut être sérieux dans les analyses, et là on est carrément dans le gag politique !


          • Daniel Roux Daniel Roux 14 mars 2015 11:16

            @Fergus

            Le sujet n’est pas d’être un grand ou un petit pays, par le nombre d’habitants, le sujet est la maîtrise ou non, de son destin en tant que nation indépendante.

            Avons nous le choix de notre destin ? Depuis, le référendum bafoué de 2005, la réponse est NON.

            Pour remettre les pendules à l’heure, la moindre des choses serait que le pouvoir organise un référendum de maintien ou non dans l’UE.

            On attend toujours l’annonce d’un référendum sur le futur traité transatlantique négocié en secret.

            Au 21ème siècle, le peuple français ne peut plus être engagé sur le seul vote des parlementaires depuis que ces derniers sont soumis à l’exécutif et aux ordres de leur parti, plus qu’à la volonté de leurs électeurs.

            Il n’y a qu’à voir le cirque du vote de la loi Macron où les élus « frondeurs » sont menacés d’exclusion du Parti Socialiste parce qu’ils sont encore « socialistes ».
             


          • Fergus Fergus 14 mars 2015 13:22

            @ Daniel Roux

            « Avons nous le choix de notre destin ? Depuis, le référendum bafoué de 2005, la réponse est NON.

            Pour remettre les pendules à l’heure, la moindre des choses serait que le pouvoir organise un référendum de maintien ou non dans l’UE. »

            OUI, le référendum de 2005 a été bafoué par Sarkozy et l’UMP avec la complicité du PS, et c’est scandaleux.

            Mais si je suis d’accord avec le principe d’un référendum pour ou contre le maintien dans l’UE, cela doit se faire sur une base de Traité constitutionnel alternatif au Traité de Lisbonne et plus respectueux des attentes des peuples.

            Pour ce qui est du Tafta, tant de négociations sont en cours qu’il serait prématuré de soumettre ce Traité à un référendum. En revanche, il semble nécessaire que ce soit le cas dès que le texte aura donné lieu à une convergence de vue des parties sur les principaux points.


          • soi même 14 mars 2015 14:47

            @Fergus, Vous avez mit le doigts sur le point essentiel, le nombres, plus qu’il est petit plus est fort l’identité à un groupe, en plus un autre facteur joue aussi, ce sont des insulaires,le fait de vivre sur une île développe une forte attitude à vivre en l’autarcie.

            Que l’on soit admiratif de leurs prouesses a dire non à une dérive en soit c’est louable, pensé que cela puisse devenir un modèle universelle de résistance montre que Mr Asselineau est un amateur dans la psychologie humaine et qu’il néglige sciemment d’autre problème sous sachant pour nous présenter ce modèle comme une réussite à copier !

            Une fois que l’on aura compris que Mr Asselineau est mortel, l’on relativisera son enthousiasme pour une cette expérience islandaise qui ne peut en aucun cas être transposer à la France ....


          • soi même 14 mars 2015 15:00

            @Daniel Roux ( Avons nous le choix de notre destin ? Depuis, le référendum bafoué de 2005, la réponse est NON. ) il y a toujours le choix quand l’on arrête de moutonné et d’attendre le bon berger qui se pointe dans la bergerie ....

            Vous avez juste changer de maître, et sur le fond , vous resté un Mouton de Panurge ....

            (

            « Panurge sans aultre chose dire jette en pleine mer son mouton criant et bellant. Tous les aultres moutons crians et bellant en pareille intonation commencerent soy jecter et saulter en mer aprés à la file. La foulle estoit à qui premier y saulteroit aprés leur compaignon. »

            — Extrait du Quart Livre, chapitre VIII )


            Alors que la véritable question n’est pas de suivre un nouveaux gourou politique, la véritable question est d’abord de comprendre ce que notre époque demande de nouveaux comme exigence social pour que cela devient une véritable Catharsis !



            Ce que vous abordez sonnes tous très secondaire, à la véritable nécessité de notre époque qui demande autre chose à simple retour conformiste d’un age d’or politique de notre indépendance national ....



          • boris boris 14 mars 2015 15:11

            @sampiero

            C’est la lutte finaleeeeeeeeeeeee !

            Et les pieds, dans la bassine les pieds !


          • GrandGuignol GrandGuignol 14 mars 2015 15:20

            @soi même

            je reconnais que pour nombre de personnes vivant en France, l’identité française tend à se dissoudre au même rythme que la nation France au sein de l’Union Européenne.
            Même si la France n’est pas une ile insulaire et que son peuple est 200 fois plus nombreux , celui ci a déjà su se mobiliser en cas de guerre ou de révolution.

            La France n’est pas l’Islande et Mr Asselineau en est bien conscient, il ne dit pas que l’Islande doit servir de modèle universel mais que ce pays à préférer garder son pouvoir de décision politique plutôt de de s’allier à une entité supranationale où l’Islande perdrait tout contrôle.

            Le docteur es psychologie que vous devez être dérive un peu sur le bord de la route de la raison et s’oublie en conjectures sur la nature de cet article qui démystifie la propagande qui voudrait nous faire croire qu’une sortie de l’UE serait une catastrophe.

             


          • Fergus Fergus 14 mars 2015 15:29

            Bonjour, Soi même.

            Merci pour ce regard et cette analyse très lucide sur ce tout petit évènement récupéré pour servir une propagande peu crédible.


          • soi même 14 mars 2015 15:53

            @GrandGuignol, ce que je veux souligné, un sucée à un endroit ne doit pas être la palmacée à notre situation, bien sûr que l’on peut survivre à l’EU , et encore il faudrait aussi s’attaquer à un domaine qui justement n’a jamais été abordé, ici tant que c’est tabou , et incompris, si l’on veut restauré l’État de Droit, cela induit inévitablement la séparation de ce que l’on appel actuellement l ’économie étatique , il doit avoir une frontière entre économie et la politique pour une raison qui est très simple à comprendre les intérêts sont antinomiques, et au final c’est l’économique qui finie toujours par prendre le pouvoir sur la sphère du politique..

            ( Le docteur es psychologie que vous devez être dérive un peu sur le bord de la route ) Je ne suis pas ce que vous ne prêtez, par contre , j’ai a mon active la lecture de conférence sur la politique, l’économie et la société civile , qui me permet de dire où Mr Asselineau joue sur le velours des auditeurs, car si il y a un certain sucés, qui est indéniable, c’est que les auditeurs se plaisent à écouté ce qu’ils leurs plaisent à entendre, « Y’a qu’à faut qu’on » , que tous est réglé comme du papier à musique ... Et bien non, cela ne pourra pas se faire sous cette forme pour une bonne raison, que l’on oublie même si l’on restaure une souveraineté national, il y a des forces centrifuges et centripètes qui vont d’affrontés et l’ignoré où pas en faire cas, soit c’est de l’ incomplètement soit que l’on œuvre à un but qui n’est pas avouer !


          • GrandGuignol GrandGuignol 14 mars 2015 15:54

            @Fergus

            La propagande c’est vous qui tentez de la faire à chaque article de François Asselineau....et ailleurs aussi.
            La propagande pro UE qui veut nous garder gentiment entre les bras de l’austérité et de la dette illégitime....

            Car vous en faites presque une affaire d’état, alors qu’il ne s’agit que d’un article qui souligne les analyses partagées de l’Islande et de l’UPR qui demande la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.

            Votre rôle de troll qui ressasse les mêmes arguments foireux devient évident.

            Le simple fait d’exprimer son enthousiasme est pour vous de la propagande ?

            Relisez vous en termes de propagande élastique sur fond de soutient inconditionnel en une institution totalitaire....Un paradoxe de plus sur le compte des fous de l’UE et de la dictature qu’ils veulent préserver......

            Asselineau dénonce la dictature, vous vous dénoncez celui qui dénonce la dictature.....c’est drôle non ? et qui fait de la propagande pour une entité supranationale qui avale les peuples et les nations ? qui défend le droit des français et qui défend l’UE ?

            Vous ne manquez pas d’air avec votre propagande !


          • soi même 14 mars 2015 16:03

            @Fergus, la différence avez vous la critique de Monsieur Asselieneau sur la France est fondé et justifier, le seul point de divergence avec lui, c’est que l’on à affaire à un autocrate , et qu’il n’est pas ouvert à une débat de fond sur les choix qu’il propose, et qu’il est fermement convaincus ce qu’il propose va se faire d’une manière automatique.
            L’on sait que c’est jamais le cas, et qu’il y a toujours des transactions qui reste obscure qui finie toujours par trompé les idéalistes qui l’on suivent sans coup férir ! 


          • GrandGuignol GrandGuignol 14 mars 2015 16:05

            @soi même

            "c’est que les auditeurs se plaisent à écouté ce qu’ils leurs plaisent à entendre, « Y’a qu’à faut qu’on » , que tous est réglé comme du papier à musique ."

            Heeuu...Êtes vous allez visionner les conférences de Mr Asselineau, ses analyses, son programme, son parcours politique qu’il explique clairement et sans langue de bois ?

            Y a pas de faut qu’on y a qu’à .....Il y a des faits qui correspondent à des problèmes que subissent les français et les moyens de redonner au peuple la possibilité de ses choix politiques.


          • GrandGuignol GrandGuignol 14 mars 2015 16:09

            @soi même

            "l y a toujours des transactions qui reste obscure qui finie toujours par trompé les idéalistes qui l’on suivent sans coup férir ! "

            Un monde parfait serait le paradis !


          • Daniel Roux Daniel Roux 14 mars 2015 16:31

            @soi même

            Une fois de plus, vous commentez sur une interprétation tendancieuse. En général, je ne réponds pas aux trolls mais comme le sujet de la légitimité des décisions du chef de l’état est un vrai problème jamais abordé, jamais débattu, je vais vous répondre.

            Je n’évoque aucun gourou, bien au contraire, je demande des référendum sur les traités internationaux qui nous engagent pour longtemps, bien plus longtemps que la durée du mandat de celui qui s’octroie le droit de décider en notre nom. C’est bien au Peuple français de décider en derniers recours et non pas à des hommes politiques qui ne sont légitimes que dans la mesure où ils ne trahissent pas leur mandat.

            Hors Hollande, comme ses prédécesseurs, estime que son élection comme Président lui donne le droit d’agir en suzerain sans en référer à quiconque, de décider de tout et de n’importe quoi quite à menacer ses ministres et les députés de la majorité.

            Ils existent des institutions, le Conseil d’Etat, le Parlement, le Conseil économique et social, les ministres, etc.. Elles existent pour éviter les décisions autoritaires. Hollande se conduit aussi mal que ses prédécesseurs en abusant du pouvoir.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mars 2015 17:56

            @soi même
            Mais personne ne vous empêche de préférer le discours de Jean Claude Junker : ( 4mars 2015)

            « Tsipras a encore un problème : expliquer que certaines promesses avec lesquelles il a remporté les élections, ne seront pas tenues. Les élections ne changent pas les Traités.

             »Concernant la Grèce et son programme, il y a 19 opinions publiques qui comptent dans la zone euro. Les élections ne changent pas les Traités (..)
            la victoire de Tsipras n’autorise pas à tout changer.« 

             »Son allié Podemos, ce nouveau type de parti analyse souvent la situation de manière réaliste en soulignant les énormes défis sociaux. Mais s’ils remportent les élections, ils sont incapables de tenir leurs promesses, de transformer leurs programmes en réalité. Les propositions de ces partis ne sont pas compatibles avec les règles européennes : elles conduiraient au blocage total. « 


            Junker décrit le fonctionnement de l’ UE : »Cause toujours, tu m’intéresses !« 
            Ce qu’ Asselineau explique depuis 8 ans :
            ** L’UE ne respecte pas le vote des citoyens.
            ** Le vote des citoyens ne change pas les Traités.
            ** Tout changement des Traités implique le bon vouloir de l’unanimité des autres pays.
            ** Tous ceux qui nous vendent » Une Autre Europe" sont des charlatans.

            Seule la sortie de l’ UE permettra aux citoyens de décider de leur avenir.


          • soi même 14 mars 2015 18:30

            @Daniel Roux merci pour cette remarque ( En général, je ne réponds pas aux trolls ) A part cela votre réponse je n’es à redire sur le fond comme sur la forme .


          • soi même 14 mars 2015 18:35

            @Fifi Brind_acier, comme toujours vous faites une idée qui ne correspond en rien à ma pensé et mes inclinaisons personnel sur le sujet ...
            Vous pensez avoir tous compris sur ma pensé, et bien détrompez vous si connaissez ma pense, vous seriez très surprit car elle correspond à aucun critère que vous utilisez pour me définir ....


          • soi même 14 mars 2015 18:41

            @GrandGuignol, ( Êtes vous allez visionner les conférences de Mr Asselineau ) oui et je l’ai même rencontré , le dianostique est bon sur les causse, sa proposition politique et de ce qui a de plus classique et ne correspond pas aux nouvelles exigences de notre société.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mars 2015 19:29

            @soi même
            Merci, mais l’Anthroposophie, je connais, cela ne m’intéresse pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès