Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fillon, de Séguin à Thatcher, signe d’une époque

Fillon, de Séguin à Thatcher, signe d’une époque

Il y a plus de 20 ans, François Fillon était le premier lieutenant de Philippe Séguin, défenseur d’un gaullisme social, qui dénonçait le « Munich social » que représentait la préférence pour un franc cher et l’austérité à une vraie politique de lutte contre le chômage. Aujourd’hui, il verse dans un ultralibéralisme de plus en plus extrême pour essayer d’exister dans les primaires de son parti.

 
Ce vent ultralibéral qui pousse les girouettes
 
Mais comment François Fillon peut-il décemment faire un tel grand écart  ? Lui qui semble sérieux ne semble pas prendre très au sérieux les idées qu’il dit défendre, passant d’une position à l’autre, au gré du sens du vent, se faisant social dans les années 1990, sarkozystes dans les années 2000 (imposant quelques grands écarts d’un point de vue des idées et des politiques menées), virant ultralibéral dans les années 2010 pour essayer de se faire désespéremment remarquer lors de la campagne des primaires. Il propose de supprimer un demi-million de postes de fonctionnaires, la retraite à 64 ans, la fin du statut de fonctionnaire. Dans le même temps, il propose aussi la suppression de l’ISF, des exonérations d’impôts sur le revenu et une baisse massive du coût du travail financé par la TVA.
 
François Fillon va tellement loin que, même dans un parti virant de plus en plus à droite, Bruno Le Maire l’a attaqué en évoquant ses « concurrents à la primaire qui se sont engagés dans une course à l’échalote ‘plus thatchérien que moi tu meurs’  ». On peut espérer que cette course à l’échalote ultralibérale finisse par faire des Républicains un parti marginal. Malheureusement, cela reflète aussi le courant pour l’instant dominant dans notre pays, comme dans d’autres pays européens. Comme l’avait bien théorisé Jacques Généreux, les dégâts de l’ultralibéralisme créent malheureusement les conditions pour le renforcer quand les opposants ne parviennent pas à bien le dénoncer et qu’une majorité des médias et des politiques suivent le sens du vent, phénomène qui s’est malheureusement encore accru.
 

Petit motif d’espoir : la candidature de François Fillon ne décole pas et reste un peu dérisoire. Mais il ne faut pas trop se réjouir car du PS aux Républicains, les plaques tectoniques de notre paysage politique ont très largement dérivé ces dernières années, comme si nous nous éloignions de plus en plus de la nécessaire prise de conscience démocratique pour changer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 9 avril 17:59

    Un « guignol » ou un autre ... peu importe les ripouxblicains ... et les autres.
    Aucun changement positif ne viendra d’eux.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 10 avril 08:39
      Fillon...à l’Anglaise..L’homme invisible de Sarkozy..essuyez vous les pieds sur ce paillasson !

      • @Le p’tit Charles

        TOUJOURS AUSSI CON le fasciste séminariste  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        il voudrait faire « interdire nuit debout » ils sont plus portables d’espoir que ce con et ses compagnons RIPOUBLICAINS


      • MAIBORODA MAIBORODA 10 avril 08:47

        L’ultralibéralisme de François Fillon ne semble pas le faire « décoller » dans les sondages. Il semble s’être trompé de logiciel, ou avoir choisi le seul qui lui restait.

        Effectivement, il attirait plus de sympathie lorsqu’il était « séguiniste ».

        Son problème c’est la présence de Juppé, qui occupe déjà le créneau d’une Droite « ouverte », tempérée pour ne pas dire modérée, relativement consensuelle et donc susceptible de rallier au second tour une Gauche pseudo socialiste sûrement éliminée et une Gauche plus authentique mais minoritaire dans le paysage électoral français.

        Contraint de se distinguer de quelque façon, il affiche donc un ultralibéralisme effectivement thatchérien qui réduit son audience dans l’opinion publique.

        Cet ultralibéralisme proclamé est finalement aussi « répulsif » pour le peuple de Gauche que pour la frange centriste de l’électorat.

        Remarquons au passage que le FN de Marine Le Pen et Florian Philippot, paraît même largement plus social (du moins en matière de « verbe ») que le nouveau corpus idéologique de Fillon.

        En toute objectivité, relevons un point positif chez François Fillon : son approche en politique étrangère, qui semble rester gaulliste, et qui surtout, face à l’atlantisme forcené de Hollande et du PS en général, considère que la Russie mérite un autre traitement que celui qui lui est réservé par les E.U et une Europe Otanisée, voire vassalisée. Il est vrai que Fillon connaît parfaitement la Russie, contrairement à Hollande et « sa clique de Young Leaders ».

        « u zinu »  http://www.wmaker.net/u-zinu/

         


        • colere48 colere48 10 avril 12:33

          Une couille molle qui devient morte-couille !

          L’ ex sbire au nain ne sert (mal, c’est un nul) lui aussi que ses intérêts désormais.

          Macro , Fillon , kifkif bourricot !!


          • zygzornifle zygzornifle 10 avril 13:48

            que ne ferait t’il pas pour être interviewé et ne plus rester dans l’anonymat ....


            • BA 10 avril 20:37

              Signe d’une époque de décadence :

              « Une nounou d’enfer » est une série télévisée américaine des années 1993 - 1999.

              L’actrice qui jouait le rôle de la nounou vient juste de poster un selfie avec …

              … François Hollande !

              Dimanche, vers 1h15 du matin, l’actrice écrit : « Just had dinner with Pres. Hollande of France ! Ooh la la ! »

              https://pbs.twimg.com/media/CfowudcUsAAZtHJ.jpg

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès