• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fillon ou Macron, pour redresser l’économie ?

Fillon ou Macron, pour redresser l’économie ?

« Nous avons toujours été aux rendez-vous de l’histoire (…). Nous sommes le pays des prix Nobel et des médailles Field, le pays des satellites et de la chirurgie cardiaque (…). Le monde nous connaît par la puissance de notre esprit, la grandeur de nos réalisations, une littérature incomparable. Nous avons triomphé des guerres, des défaites, des occupations. Nous sommes toujours là, toujours debout (…), et parmi les cinq premières nations du monde depuis plus de mille ans. Et l’on voudrait nous faire croire que notre place est au bord du chemin, à regarder mélancoliquement les réussites des autres ? » (François Fillon, le 9 avril 2017 à Paris).

L’incertitude demeure à quelques jours du premier tour. Les sondages ont beau sonder tous les jours, avec les erreurs calculées, personne ne peut vraiment donner l’ordre d’arrivée des quatre premiers candidats à l’élection présidentielle : deux en tête mais dont les intentions de vote décroissent, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, et deux en retard, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, mais dont les intentions de vote remontent ? Lesquels arriveront au second tour ? Les médias vacillent parce qu’ils ont peur qu’on leur reproche leur mauvais pronostic.

Quatre candidats et s’ils sont tous les quatre très différents, on pourrait les classer deux à deux : nouveaux candidats (Macron, Fillon) ; anciens candidats (Mélenchon, Marine Le Pen), déjà présents en 2012. Clivage plus important : voulant donner les meilleurs atouts à la France pour concourir à la mondialisation (Macron, Fillon) ; voulant sortir de tous les partenariats internationaux et en premier lieu, l’Europe (Marine Le Pen, Mélenchon). Ou encore : voulant plus d’autorité de l’État (Marine Le Pen, Fillon) ; prônant moins d'exigence dans le régalien, justice, police (Macron, Mélenchon).

En reprenant les onze candidats, on peut aussi "classer" les candidats par expérience ministérielle. Trois seulement en ont une : François Fillon qui a un CV qui dépasse en densité tous ses concurrents, Benoît Hamon dont les vingt-sept de fonction ministérielle n’ont pas abouti à grand chose, Jean-Luc Mélenchon, deux ans obscur sous-ministre, et Emmanuel Macron, deux ans à Bercy, et de son passage, il est resté une petite loi qui se voulait ambitieuse économiquement et dont il ne reste plus que les …"cars Macron".

Avant de gérer la France, c’est bien d’apprendre à gérer une collectivité territoriale, et là, c’est toujours le désert dans l’offre électorale. À part François Fillon qui a dirigé tous les types de collectivités territoriales (commune, intercommunalité, département, région, État à Matignon), ce qui n’a engendré aucune contestation sur sa manière de gérer, seuls Nicolas Dupont-Aignan a l’expérience d’une gestion municipale à Yerres, et Jean Lassalle dans une commune rurale. Aucun autre candidat n’a été à la tête d’un budget public, ne serait-ce d’une petite commune !

La logique politique voudrait donc qu’au second tour s’affrontent deux logiques politiques, et le chômage étant l’urgence prioritaire, le clivage devrait être en premier lieu économique. Si bien qu’un second tour opposant Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon ou encore Emmanuel Macron à François Fillon n’aurait pas beaucoup de sens démocratique car, dans ces deux cas, une moitié des électeurs ne se sentirait plus représentée au second tour.

_yartiPresidentielle2017AO08

Comme tout est possible, les sondages vont naturellement influencer les électeurs. C’est la logique du vote utile : on ne voterait pas complètement pour ses idées mais pour celui des candidats qui, sans être son préféré, serait le meilleur, selon soi, parmi ceux qui pourraient gagner l’élection. C’est assez tortueux car les sondages évoluent.

Ainsi, Benoît Hamon pouvait dire il y a deux mois aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon que c’était utile de voter pour lui car il était largement au-dessus du candidat de la France insoumise dans les sondages. Cette logique s’inverse maintenant que le rapport s’est inversé.

De même, Marine Le Pen étant donnée battue au second tour dans tous les cas de figure (ce qui ne signifie rien de la réalité électorale, j’insiste), ses électeurs pourraient imaginer voter pour un autre candidat proche de leurs idées capables de gagner le second tour, par exemple François Fillon pour les plus régaliens, ou encore Jean-Luc Mélenchon pour ceux qui veulent, au contraire, tout bousculer.

Quant à Emmanuel Macron, le favori, gagnant dans tous les cas de figure du second tour selon les sondages, il pourrait avoir des difficultés à être présent à ce second tour et des électeurs de François Fillon pourraient être tentés de voter Emmanuel Macron au premier tour pour éviter un second tour Jean-Luc Mélenchon vs Marine Le Pen.

Toutes ces considérations de billard à deux ou trois bandes sont tortueuses et ne sont issues que de l’évolution des sondages. Or, ces sondages évoluent aussi en raison de ces considérations. Le chat qui se mord la queue. Il faut se rappeler par exemple que le débat présidentiel du premier tour en 1995 s’était installé sur la rivalité entre Édouard Balladur (le grand favori) et Jacques Chirac, et finalement, ce fut Lionel Jospin qui arriva en tête du premier tour.

Le mieux pour les électeurs est donc de voter selon leurs idées politiques, leurs convictions, plutôt que selon une douteuse tactique électorale.

_yartiPresidentielle2017AJ01

Je m’arrête sur le choix du réalisme économique. La mondialisation n'est pas une idéologie, c'est une réalité. Deux candidats proposent des réformes en prenant comme base de départ cette réalité économique de la France plongée dans la mondialisation : Emmanuel Macron et François Fillon. Si l’un des deux se retrouve au second tour sans l’autre, il aura besoin des électeurs de l’autre, c’est évident.

Cela signifie que la rivalité fait rage entre ces deux candidats pour être celui qui sera présent au second tour, mais il faut que cette lutte ne soit pas trop définitive pour permettre le rassemblement au second tour. Du côté des électeurs d’Emmanuel Macron, cela ne semble pas trop poser de problème de se reporter éventuellement sur un vote Fillon au second tour. L’inverse est moins vrai : selon certains sondages, seulement un gros tiers des électeurs se reporterait au second vers le vote Macron, tandis qu’un autre tiers s’abstiendrait et un autre petit tiers voterait pour Marine Le Pen.

Le problème d’Emmanuel Macron, c’est qu’il dit tout et son contraire à longueurs de meetings et d’interventions médiatiques, dans le plus grand style de son mentor François Hollande qui n’a pas osé se représenter. Il a même nommé un proche de la mouvance islamiste comme responsable de son parti dans le Val d’Oise, qu’il s’est empressé d’éloigner lorsque cela s’est su, mais sans vraiment donner sa position réelle sur le communautarisme islamique. Pourquoi ? Parce qu’il cherche à préserver l’ambiguïté le plus longtemps possible pour s’attirer les voix des contraires.

Le problème, c’est qu’une telle attitude ne fera pas une majorité à l’Assemblée Nationale. Aucun des soutiens dits de droite d’Emmanuel Macron ne va avoir une influence aux élections législatives, car Les Républicains et l’UDI ont signé le 14 mars 2017 une alliance électorale et leur cohésion est totale aux législatives (certains disent même que François Baroin tablerait sur une cohabitation entre Emmanuel Macron à l’Élysée et une majorité LR au parlement qui le propulserait à Matignon).

En dehors de François Bayrou qui aurait peut-être un petit groupe de députés indépendants, dans le cas d’une élection d’Emmanuel Macron, ceux qui auraient une influence aux élections législatives, ce seraient les soutiens des élus du PS et du PRG, et donc, essentiellement, des éléphants hollandistes : Jean-Yves Le Drian, Manuel Valls, Gérard Collomb, Bertrand Delanoë, Jean-Paul Huchon, etc. Rien à voir avec le ni droite ni gauche répété à l’envi par Emmanuel Macron. Ce serait une majorité typiquement "hollandiste", ce qui est assez paradoxal quand on connaît l’extrême impopularité du quinquennat de François Hollande.

Les mesures que propose Emmanuel Macron sont souvent des demi-mesures. Il ne réduit que de 10 milliards d’euros les dépenses publiques, ce qui ne supprimerait pas le déficit public. Le thème de l’endettement était pourtant très cher à François Bayrou, mais c’est sûr qu’il ne fait pas rêver. Emmanuel Macron préfère surfer sur une certaine démagogie, la seule mesure innovante qu’il propose d’ailleurs, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, ce qui non seulement supprimerait toute autonomie aux communes (qui sont aujourd’hui libres de fixer leur politique fiscale) mais également réduirait nécessairement leurs recettes.

François Fillon, lui, propose le plein emploi. C’est le seul candidat qui le propose. Au contraire d’un candidat qui propose le "plus d’emploi du tout", Benoît Hamon, au point de proposer un revenu de substitution, le revenu universel. C’est certes osé, d’imaginer que tout n’a pas été fait pour enrayer le chômage, contrairement à la fameuse formule de François Mitterrand, gourou du ni-ni. Pourtant, le programme de François Fillon s’est attaqué à tous les freins à l’emploi.

Son programme est-il anti-social comme ses adversaires l’affirment ? François Fillon a répondu notamment à Marseille le 11 avril 2017 : « Devant mon projet, certains m’accusent de vouloir affaiblir notre modèle social. Mais de quel modèle social parlent-ils ? Avec 6 millions de François qui pointent à Pôle Emploi, 2 200 milliards de dettes, avec la pauvreté qui augmente, ce sont eux, avec leurs mesurettes et leur démagogie, qui vont ruiner notre modèle social ! ».

Et d’énumérer ce qui pourrait renverser la tendance : « Moi, je me bats pour une France productiviste, une France qui crée des emplois, qui crée des richesses, et, ce faisant, une France qui peut financer la santé pour tous, les retraites de nos anciens, l’aide aux plus démunis. Je me bats pour la vraie justice sociale, pas celle qui est financée sur la dette qui, un jour, s’écroulera sur les épaules des classes moyennes et sur celles de nos enfants. » (11 avril).

Sur le plan extérieur, François Fillon a compris que la puissance économique était un paramètre de souveraineté nationale et d’influence internationale : « Le désendettement est la condition d’un État fort, respecté, maître de son destin. C’est un enjeu politique, parce qu’à travers la dette, c’est la souveraineté de la nation qui est en cause. C’est un enjeu moral, parce que ce fardeau, nous le faisons peser sur les générations futures. C’est un enjeu social, parce que c’est tout notre modèle français de solidarité qui risque d’être un jour ruiné par notre incapacité financière. » (9 avril 2017).

La situation internationale est très tendue. Après avoir bombardé la Syrie, Donald Trump est en train de menacer la Corée du Nord qui refuse d’être sous contrôle de la Chine et veut poursuivre son ostentation nucléaire. La Turquie se radicalise (référendum organisé le 16 avril 2017), les attentats islamistes se multiplient (en Suède, en Russie, en Allemagne, en Égypte, etc.), le monde est dangereux et difficile. Garder ses nerfs, savoir raison garder avec la dissuasion nucléaire sont des qualités indispensables : une expérience d’homme d’État pour la personne qui dirigera la France dans quelques semaines serait quand même la bienvenue !

François Fillon l’a exprimé de cette manière à la Porte de Versailles de Paris le 9 avril 2017 : « Personne ne nous attendra. Personne ne nous fera de cadeaux. Et si nous continuons de nous affaiblir, tant de pays pour qui nous étions un modèle finiront par détourner les yeux loin de nous. Mais si nous nous relançons, une chance historique se présente à nous. Avec une Amérique désarçonnée par les dernières élections, un Royaume-Uni accaparé et préoccupé par le Brexit, une France qui aura retrouvé sa crédibilité se replacera au centre du jeu. Elle affirmera la liberté de sa voix et de ses choix. C’est le moment ou jamais de rassembler nos forces pour donner un coup d’accélérateur et s’engouffrer dans l’ouverture. L’Europe est à un tournant de son histoire et la responsabilité de la France est immense. ».

Avec de tels discours, François Fillon aurait dû avoir un boulevard devant lui. Il l’a eu d’ailleurs lors de la primaire LR. Mais le PenelopeGate qui a surgi fin janvier 2017 a changé la donne. Des soupçons sur son honnêteté ont considérablement terni son image. Ce qu’on lui reproche est mille fois moindre que ce qu’ont fait François Mitterrand ou encore Jacques Chirac, mais cela l’a privé d’une caisse de résonance sur son programme et d’une certaine crédibilité, même si aucun de ses actes comme chef d’un exécutif local n’a jamais été l’objet d’un reproche ou d’un soupçon quelconque.

L’idéal, évidemment, c’est d’élire un candidat qui soit à la fois honnête, compétent et efficace. L’essentiel dans le choix du candidat, c’est de savoir mettre les priorités sur ces qualités.

Emmanuel Macron est à l’évidence compétent. Son honnêteté, à ce jour, n’a pas été mise en doute. En revanche, son efficacité future laisse à désirer. Ses demi-mesures, ses positions ambiguës sur de nombreux sujets pour ratisser large, et son incapacité à convaincre qu’il pourrait bénéficier d’une majorité parlementaire cohérente et toute concentrée derrière lui est un handicap majeur, car ce fut déjà la cause de l’échec du quinquennat de François Hollande dont je ne peux mettre en cause la bonne volonté.

François Fillon a la compétence à l’évidence également, sa grande expérience d’homme d’État le rendra opérationnel immédiatement à la tête de l’État. Son efficacité paraît atteignable grâce à une alliance qui a su montrer, dans le passé, sa capacité à rassembler aux élections législatives. Enfin, effectivement, son honnêteté est mise en doute. La présomption d’innocence que sous-entend une mise en examen n’a aucun contre-effet sur l’effet médiatique d’une mise en cause personnelle, parce que ce n’est pas la légalité qui est en cause (et je ne pense pas qu’il fût en faute pour cela), mais sa moralité.

Lors de sa conférence de presse du 1er mars 2017, François Fillon s’était prêté à un exercice rhétorique qui pourrait d’ailleurs être utilisé pour d’autres occasions mais qui n’en est pas moins vrai : « La France (…) est plus grande que mes erreurs. Elle est plus grande que les partis pris d’une large part de la presse. Elle est plus grande que les emballements de l’opinion elle-même. Et c’est parce que je suis totalement décidé à servir cette France-là que je m’opposerai, de toutes mes forces, à ce que le hasard ou le calcul décident de son sort et de l’avenir des Français au moment d’une consultation décisive. Je vous le dis avec gravité, ne vous laissez pas abuser ! ».

_yartiFillonMacron03

Le choix entre François Fillon et Emmanuel Macron, c’est le choix entre d’un côté une moralité mise effectivement en doute, mais une efficacité à redresser l’économie de la France reconnue de tous les grands acteurs économiques, et de l’autre côté, une honnêteté qu’on ne peut mettre en doute (aujourd’hui), mais une inefficacité inéluctable par son positionnement mi-figue mi-raisin et par la configuration institutionnelle qui lui apporterait, le cas échéant, une majorité sans cohérence politique, ce qui aboutirait à cinq nouvelles années d’immobilisme et de retard.

En somme, la campagne présidentielle rappelle que l’exercice du pouvoir ne peut exclure une certaine dose de cynisme. C'est regrettable. C’est loin d’être idéal car l’idéal, c’est bien entendu l’honnêteté à tous les étages, mais la politique, c’est l’art du réalisable, l’équilibre périlleux entre le souhaitable et la réalité.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 avril 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Qui sera nommé à Matignon en mai 2017 ?
Emmanuel Macron.
François Fillon.
Marine Le Pen.
Jean-Luc Mélenchon.
Benoît Hamon.
Fillon ou Macron pour redresser l’économie française ?
Marine Mélenchon et Jean-Luc Le Pen.
L’autorité et la liberté.
Défendre la Ve République.


_yartiFillonMacron04
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.22/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 19 avril 13:00

    un supporter d’un voleur et escroc est bien placé pour critiquer.
    sinon, combien de menbres de ta famille sont payés 4€ de l’heure ?
    pour fillon, on sait que c’est pas possible, même étudiants.
    si tes partis étaient honnêtes, il serait viré .............


    • Le Panda Le Panda 19 avril 13:11

      @foufouille
      Bonjour,

      Je vois que tu vas bien, je l’ai lu en modération et je l’ai approuvé, il est évident que chacun à présent dans les candidats visent les législatives. J’en parle dans mon article ici présent et avant j’ai essayé de présenter tous les candidats.

      Cdt 


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 avril 14:12

      « François Fillon a la compétence à l’évidence également, sa grande expérience d’homme d’État le rendra opérationnel immédiatement à la tête de l’État ».
      Il l’a largement démontré de 2007 à 2012...
      « François Fillon, lui, propose le plein emploi ».
      ​Non. Il a pour objectif de ramener le chômage à son taux soi-disant incompressible de 5 % (incompressibilité démontrée par personne).

      Macron... a bien perçu que les Libéraux (LE Marché et correction a minima des injustices les plus criantes) et les Socialistes (Fiscalité & Redistribution) n’ont aucune solution à proposer pour résoudre l’éternelle contradiction intrinsèque du Capitalisme, à savoir :
      Faire la synthèse entre sa capacité à créer des richesses (compétitivité) et son incapacité structurelle à répartir cette richesse équitablement (solidarité).
      Mais, que propose Macron de structurellement réformateur ? Rien ! Que des réformes marginales...

      Si la France était en guerre avec un pays frontalier, cela s’est vu dans le passé, la prospérité de son économie constituerait la priorité du pays, sinon la première préoccupation des Français(es), pour soutenir l’effort de guerre (sécurité extérieure), avant les questions du chômage, de la sécurité intérieure et de la sécurité sociale (tous problèmes - effets - qui ne peuvent trouver de solutions pérennes que grâce à une économie florissante - cause). Aujourd’hui, la priorité économique doit demeurer afin de permettre quelque progrès social que ce soit.
      ​Or, aucun des candidats à la présidentielle 2017 ne propose un Programme Socio-Économique innovant, progressiste et réaliste, propre à réaliser la synthèse indiquée ci-dessus.
      1)
      Présidentielle 2017 : Et l’idéologie ?...

      2)
      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne.
      http://www.sincerites.org/article-le-dividende-universel-83909790.html
      3)
      En 20 ans, les Français(es) pourraient détenir 51 % du capital social des entreprises du CAC 40, banques incluseshttp://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/en-20-ans-les-francais-es-191020
      4)
      Des peuples socio-économiquement incompétents ne peuvent élire qu’un personnel politique socio-économiquement incompétent.
      http://www.sincerites.org/2017/02/des-peuples-socio-economiquement-incompetents-ne-peuvent-elire-qu-un-personnel-politique-socio-economiquement-incompetent.html


    • foufouille foufouille 19 avril 16:15

      @Le Panda
      il a le droit de défendre son candidat mais le soutenir est assez nauséabond vu ses casseroles, ses actes comme premier ministre et son programme contradictoire avec lui même.
      pour les législatives, les juges seront moins gentils, il faut l’espérer.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 avril 08:04

      @foufouille
      Mélenchon et 250 autres élus, ont les mêmes casseroles que Fillon !
      Ils ont tous profité légalement des largesses de la loi à l’égard des élus.
      Sauf que le Parquet financier ne va fouiner que chez Fillon et dans la SARL Le Pen.

      « Philippe Pascot, Mélenchon et l’ IRFM »


    • Le421 Le421 20 avril 10:15

      @Le Panda
       ????

      Rien compris...


    • Sozenz 19 avril 13:53

      l auteur à les mèmes gouts pour ses politiciens que pour ses photos ...  smiley


      • Sozenz 19 avril 14:01

        @Sozenz
        allez je troll :
        en parlant photos , quand il a fait son article sur le pape , j ai cru un instant qu’ il nous rejouait l exorciste ... entre le pape rouge et le pape visage pixelisé à mort . sur un manquait plus que les cornes et sur l autre de faire jouer lle pape dans walking dead . ou constantine ,( le rôle de celui a exorciser) .
        en tout cas avoir un gout prononcé pour ce type de photo n annonce à mon avis rien de très bon ...


      • Sozenz 19 avril 14:06

        @Sozenz
        bon apres , vos photos sur ce coup là sont moins pires que celle habituellement mises . peut etre une envie de moins faire de massacre avec ceux qui vous voulez soutenir ..
        tenter de rendre moins moche ce que l on peut faire de moche avec des personnalités pas très belles ...
         c est un sacré concept ..


      • Pere Plexe Pere Plexe 19 avril 19:27

        @Sozenz

        Et même ainsi les photos sont moins surréalistes que les propos de notre Sylvain.
        L’outrance des filtres utilisés sur les pixels n’est rien comparé aux filtres idéologiques de l’auteur et leurs effets déformants sur ses écrits.

      • Harry Stotte 19 avril 14:21

        Entre François III le Cupide et l’homme de Peter Sutherland*, il n’y a d’autre choix que Marine Le Pen.


        .
        * Peter Sutherland** : « ...il faut détruire l’unité interne des nations européennes afin de les ouvrir à l’immigration de masse, changer la structure de leur population, et générer ainsi plus de croissance économique. » Exposé devant la sous-commission des affaires intérieures de la Chambre des Lords, le 20 juin 2012

        ** — Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour les migrations internationales (depuis 2006)

        — Président de l’European Policy Centre, de Goldman Sachs International (depuis 1995),

        — Président de BP (British Petroleum) (1997-2009),

        — Président d’honneur de la Commission Trilatérale (2001-2010),

        — Directeur non exécutif de la Royal Bank of Scotland.

        — Commissaire européen de 1985 à 1989

        — Président de Allied Irish Banks de 1989 à 1995

        — Directeur général du GATT et de l’OMC de 1993 à 1995.

        — Membre du directoire d’Investor AB jusqu’au 11 avril 2005,

        — Membre du directoire d’Ericsson (dont il fut directeur en 1996) jusqu’au 4 mars 2004.

        — Administrateur de alibaba.com, société qu’il dirigea en 2000.

        — Représentant honoraire pour l’Union européenne du Transatlantic Policy Network.

        Consultant de la section extraordinaire de l’administration du Patrimoine du Saint- Siège

        Ancien membre du comité directeur du Groupe Bilderberg 

        Etc., etc., etc.


        • Sozenz 19 avril 14:32

          @Harry Stotte
          la marine elle ne sortira pas de l EU et en plus elle va mettre le bordel entre les différentes communautés ...je ne vous raconte pas le bordel .. aussi .
          il faut une personne qui fasse sortir la France de l ’ UE et qui sache calmer les tensions dans le peuple et les pays ..
          C est un grand défi qui doit être mis en place . et il faut que ce qu ’il y a de plus noble en l humain se manifeste . le moindre faut pas à l heure actuel peut etre utilisé pour continuer à emmener les pays et les peuples dans les enfers .


        • Harry Stotte 19 avril 14:43

          @Sozenz

          « ...il faut que ce qu ’il y a de plus noble en l humain se manifeste .. »



          Croyez là-dessus et vous irez loin.

          Si votre truc, c’est les grands sentiments, vous devriez opter pour l’humanitaire, la politique, c’est pas fait pour vous.

        • Sozenz 19 avril 16:10

          @Harry Stotte
          Merci , je le prends comme un compliment  smiley
          wouahahahah


        • Harry Stotte 19 avril 16:15

          @Sozenz



          « Merci , je le prends comme un compliment. »


          J’espère bien. Le contraire serait un signe inquiétant de confusion mentale.


          P.S. - C’est pourquoi le smiley ?

        • zygzornifle zygzornifle 19 avril 14:37

          lol.....


          redresser l’économie ? Aucun des 2 n’en sera capable et s’il faut étouffer le peuple pour redresser l’économie le résultat sera catastrophique .....
          Ces 2 cadors sont du pur jus de Merkel et c’est de toute façon elle qui aura le dernier mot .....

          • erichon 19 avril 14:41

            Soutenir un voleur et un escroc ... qui de plus à augmenter la dette publique de 600 milliards.

            Vous êtes une pollution de la démocratie et je ne vous respecte pas plus que vous ne respectez les gens pour qui l’éthique a encore un sens.


            • Trelawney Trelawney 19 avril 14:45

              Petit rappel : parmi les candidats les deux responsables du déclin économique de la France, parce que l’un était 1° ministre pendant 5 ans et l’autre ministre du budget pendant presque 3 ans c’est Fillon et Macron.

              Il y a aussi Hamon, mais ce dernier a été ministre de « l’économie solidaire » (autant dire ministre des cantines) pendant 2 ans et ministre de l’éducation nationale 3 mois. Autant dire que ça ne compte pas.

              Bref, c’est mettre en compétition deux pompiers pyromanes.

              A moins que dans un éclair de lucidité, l’électeur se demande s’il n’y a pas mieux que ces deux clowns pour redresser l’économie du pays

              • Pere Plexe Pere Plexe 19 avril 19:35

                @Trelawney
                l’économie est sans doute la seule « science » qui ce moque éperdument des faits réels et des résultats.

                En économie on ne valide ou invalide jamais au regards d’effets reproductibles ou de constatations.
                Comme en politique c’est la grille de lecture et d’analyse qui compte.



              • Trelawney Trelawney 20 avril 08:21

                @Pere Plexe
                N’avez vous jamais remarqué que lorsqu’un économiste parle de protection sociale, il parle toujours du montant que ça va couter et jamais des bénéfice induit que ça va rapporter (durée de vie, formation etc). Et lorsqu’il parle du financement de l’industrie ou du commerce, il parle toujours des « possible » bénéfices et jamais du risque éventuel que ça ne fonctionne pas.


                On est trés loin de la science

                40 ans que le PS et les LR se partage le pouvoir à raison de 20 ans chacun. A chaque fois ce sont les même proposition qui sont mises en place : réduction des fonctionnaire, aide aux société du CAC40, augmentation du temps de travail. A chaque fois on dépense des milliards pour appliquer ces mesures. Et ça n’a jamais marché. Il serait peut être temps de passer à autre chose.

                J’oubliais de dire que nos politique (PS, LR, Insoumi, FN etc) ont une réponse toute faite à cet échec : « c’est la faute à l’Europe ! »

              • Le421 Le421 20 avril 10:18

                @Trelawney
                Oui, mais 1er Ministre « fictif ».
                Il touchait la paye et ne branlait rien...

                C’est de famille !!  smiley


              • antiireac 19 avril 14:46

                Oui en effet aucun des deux candidats ne pourront réellement redresser l’économie tellement elle mal au point....


                • Pere Plexe Pere Plexe 19 avril 19:39

                  @antiireac
                  en même temps faut-il le leur reprocher quand le credo est « laisser faire » ?

                  Difficile de prêcher le laisser faire , la non intervention et prétendre améliorer les choses...
                  Si se poster en observateur était la solution ça se saurait !

                • ZenZoe ZenZoe 19 avril 15:12

                  Non seulement Fillon est un parasite malhonnête et corrompu, mais en plus son bilan parlementaire est bien faible. Qu’a-t-il fait de méritoire pour la France en 40 ans ? Rien. Rien de rien, l’homme n’est bon qu’à se remplir les poches.
                  Comment imaginer que cet homme pourrait redresser quoi que ce soit ?
                  Au contraire, il serait la honte de la France, pays comme vous le rappelez des médailles Field, des prix Nobel, des chirurgiens cardiaques, des satellites, de la littérature.
                  Fillon en président signerait au contraire la déchéance absolue de notre grand pays.


                  • alkoussekousse alkoussekousse 19 avril 16:07

                    @ZenZoe

                    Fillon est certes un politicien désagréable par sa participation à la destruction de l’Éducation Nationale (sa loi de 2005), sa compromission avec l’oligarchie euro-atlantiste et son programme économique de m*** ! Mais que peut-on lui reprocher que l’on ne puisse reprocher en pire à Macron, le sabordeur de l’économie, la bankster, le traître, à Mélenchon la sordide crapule maçonnique, mondialiste et fédéraliste, à Hamon le franc-maçon européiste, à Le Pen dont la famille empêche toute révolte populaire par l’illusion d’une accession sans cesse repoussée à la présidence.

                    Si Macron accède au pouvoir suprême il bradera la France entière à ses commanditaires de la finance. Nous aurons alors tout perdu : nos industries, notre système social, notre indépendance, notre patrimoine, notre pays.

                    Si Mélenchon l’ignoble racaille fédéraliste, accède à la présidence il s’empressera d’imposer à l’Europe entière ce fédéralisme que tous les peuples rejettent avec horreur, il détruira le dernier fleuron industriel de la France, son industrie électro-nucléaire, il pratiquera une politique de relance keynésienne massive dans cette escroquerie non rentable que sont les énergies renouvelables, ruinant ainsi la France et probablement l’Europe aussi. Mélenchon c’est ce qui peut arriver de pire à la France, Mélenchon c’est la crapulerie triomphante, c’est la bêtise au front de taureau écrasant les peuples et broyant les nations, c’est la stupidité écologiste imposant ses lubies ridicules à la chrétienté, c’est l’assurance d’une dévastation économique et sociale sans précédent. Tout sauf Mélenchon !

                    Si Hamon arrive au pouvoir il donnera libre cours à son obsession du fric et de la construction européenne, il s’adonnera sans limite au banditisme socialiste, il pratiquera les coups tordus et vicieux à la Hollande afin de se maintenir coûte que coûte au pouvoir, il appliquera sans vergogne la politique décidée par cette abjecte franc-maçonnerie qui dirige vraiment la France.

                    Si Le Pen arrive au pouvoir les capitaux fuiront en masse le pays, les investisseurs s’éloigneront de France, les délocalisations s’accélèreront, le chômage explosera. Le Pen est une imbécile qui ne comprend pas qu’il faut quitter l’euro dès son entrée en fonction, une magouilleuse sans envergure, une noceuse écervelée, une poivrote et une droguée.

                    Qui reste-t-il ? Fillon ! Il est certes mauvais mais c’est le moindre mal.

                  • jeanpiètre jeanpiètre 19 avril 16:20

                    @alkoussekousse
                    Vous pensez préférer le déshonneur au déclassement mais faites tout pour avoir les 2


                  • zygzornifle zygzornifle 19 avril 15:50

                    Ceux qui se prennent pour le nombril du monde se sont justes trompés de trou ....


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 16:56

                      Allez, un scoop pour Rakoto !
                      Les programmes à appliquer en France sont déjà écrits et publiés.
                      Ils ont été rédigés par la Commission européenne, comme chaque année :
                       les GOPé, où comment nos gouvernements sont soumis à la Commission européenne

                      C’est le programme qu’appliqueront tous les candidats qui ne proposent pas la sortie de l’ UE par l’article 50.


                      Nos gouvernements ne décident que des questions sociétales et de la couleur des rideaux ! Et là, l’auteur ne nous dit rien sur les goûts des deux candidats en matière de rideaux, quelle lacune !

                      • Sozenz 19 avril 23:01

                        @Fifi Brind_acier
                        on voit les nouveaux collabos de la dictature . A 32 ans ce doit être assez jouissif pour ce monsieur de pouvoir mettre à l amende un ;pays ...
                        il y en a qui n ont vraiment pas peur de faire un sale boulot ...
                        Il doit se sentir important ....
                        Jeune con .. va .


                      • zygzornifle zygzornifle 19 avril 17:16

                        Redresser l’économie avec des mecs tordus faut pas rêver ......


                        • Harry Stotte 19 avril 17:26

                          @zygzornifle

                          Génial smiley

                        • Clouz0 Clouz0 19 avril 17:25

                          Quand on arrive sur l’1 de vos articles, Sylvain, c’est tellement décalé par rapport à 99% de ce que l’on trouve sur ce site que c’en serait presque comme un vent de fraicheur qui y soufflerait. smiley


                          Je suis loin d’être d’accord avec tout ce que vous dites, mais, considérant que l’économie est le seul ressort qui puisse nous permettre de réaliser encore des avancées, ou même, plus modestement, de maintenir les niveaux de vie et de protection sociale actuels, je regrette de constater que mon choix se limite à 2 candidats, les 2 seuls qui ont un programme économique réaliste et viable : Macron et Fillon.
                          Ni l’un ni l’autre ne m’enthousiasme mais si je souhaite voter de façon responsable et lucide, je n’ai strictement pas d’autre choix. 

                          Je comprends que cela ne fasse pas beaucoup rêver de retomber sur terre brutalement. Mais après avoir « déliré grave » pendant 2 mois il serait temps que les Agogos-voxiens s’intéressent un petit peu (juste un minimum) à l’économie et aux conséquences des programmes délirants qui ont été poussés à grands coups d’articles propagandistes (et souvent risibles) plus que vraiment citoyens. Citoyen au sens de responsable.

                          Je sens d’avance que ce commentaire me propulsera au firmament des votes positifs. smiley

                          • pipiou 19 avril 17:36

                            @Clouz0
                            Quitte à toucher le fond autant que ce soit rapide ...


                          • Sozenz 20 avril 13:38

                            @pipiou
                            c est un peu comme le tabagisme il y a plusieurs options :
                            soit on se fume 3 paquets par jour, quitte à avoir un poumon plomber autant qu’ il le soit vite et on n en parle plus ;
                            y a la technique on y a à petits pas , en espérant rechaper au couperet ; puis il y a la méthode . ça ne passera pas par moi .

                             Apparemment vous êtes de la première catégorie ... A vous de voir ...


                          • alinea alinea 19 avril 17:33

                            Quand quarante économistes ultra libéraux soutiennent Macron, plus de cent soutiennent le programme de la FI

                            http://www.liberation.fr/france/2012/04/19/nous-economistes-soutenons-melenchon_812942


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 18:51

                              @alinea
                              Normal, les économistes, sauf exception, sont généralement totalement incultes en ce qui concerne le fonctionnement de l’ UE ! Ils partagent avec les Insoumis l’illusion qu’on peut changer l’ Europe !


                              « 80 économistes soutiennent Mélenchon, pour une une autre politique économique »
                              Ils préconisent une confrontation avec l’ Allemagne, bon courage ! Car avec ou sans Merkel, les Allemands, et pas seulement leur gouvernement, n’ont aucune intention de servir de bouée de sauvetage aux pays du club méditerranée !

                              Une députée allemande essaye vainement d’expliquer aux doux rêveurs Hamon, Mélenchon et Duflotte, que la France a signé les Traités, et qu’il faut en appliquer les décisions qui en découlent !

                            • bob de lyon 19 avril 17:55

                              Que n’avons-nous pas entendu, lu au sujet des électeurs du Front national… au mieux qu’ils n’étaient équipés que d’une moitié de cerveau… (précision : je n’en fais pas partie, mais j’arrive à comprendre leur désespoir…)

                              Mais alors, ceux de Monsieur Fillon – premier ministre d’un chef de gang –… Monsieur Fillon, chrétien mais menteur, catholique et prévaricateur, eut-il été prêtre il serait certainement simoniaque…

                              La majorité des électeurs de Monsieur Fillon vont à confesse le samedi pour – paisibles - communier le dimanche à la grand messe.

                              Croyez-le, ces authentiques parangons de vertu, sont tous animés de valeurs de générosité, agités de nobles sentiments, toujours tournés vers leur prochain, le geste large et la main souple, à basculer une piécette dans le panier de la quête tendu par la menue menotte d’un enfant de chœur… À cet instant de grâce, ils sont extatiques, confondus de bonheur…

                              La preuve, ils veulent supprimer la Sécurité sociale.


                              • Le421 Le421 20 avril 10:27

                                @bob de lyon
                                Avouer ses avanies le Dimanche, débiter deux pater et trois avé pour mieux ré-attaquer les saloperies le Lundi... On connait.


                              • SEPH 19 avril 18:50

                                Macron et Fillon deux pourris de chez pourris. Avec eux les banquiers vont se goinfrer.

                                Soutenir cette pourriture est d’une bêtise crasseuse.


                                • sweach 19 avril 18:57
                                  Fillon ou Macron, pour redresser l’économie ?

                                  Aucun des deux !

                                  Les deux ont été au pouvoir et ils ont fait des connerie monumentale.

                                  La plus grosse de toutes est de croire que laisser plus de capitaux aux riches serait bon pour l’économie.

                                  Je pris pour que Fillon ne passe pas le premier tour, Macron est juste une blague médiatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès