Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Florange, symbole d’un monde passé

Florange, symbole d’un monde passé

L'histoire des hauts fourneaux de Florange n'est pas seulement une défaite pour le gouvernement socialiste, il révèle surtout notre fascination hexagonale pour les dinosaures en voie de disparition.

Les Français, et les "élites" françaises particulièrement, adorent les grandes usines et les grandes entreprises. Elles symbolisent la "grandeur" d'un pays fier de ses fleurons du CAC 40- Total, Renault, EDF-, fier de ses "grands" ingénieurs et de sa technologie.

Florange est un de ces symboles, le haut-fourneau, c'est un trésor industriel du pays, l'allégorie de la puissance dans le grondement et les flammes. Il faut donc le garder, comme un talisman, le protéger comme le village gaulois encerclé, le nationaliser pour le protéger et le conserver.

Ouvrons les yeux : les réserves du sous-sol de la planète en minerai seront épuisés à la fin du siècle. La concurrence s'accroît à cause de la globalisation des échanges. Le ralentissement économique va continuer. La construction et l'automobile, les deux secteurs les plus consommateurs d'acier sont condamnés à en utiliser moins. Le bâtiment va se focaliser maintenant sur l'isolation qui consomme peu de métaux. L'automobile recycle presque en totalité les métaux des anciennes voitures.

La sidérurgie traditionnelle est une industrie du passé. Vouloir la défendre coûte que coûte n'a pas de sens.

Et les métallos ? Et ces emplois par centaines sacrifiées ? Les conserver dans une usine du passé, c'est les condamner à plus ou moins long terme. C'est entretenir l'illusion et rallonger leurs souffrances.

On a parlé de centaines de millions d'euros pour "sauver" Florange. Il faudrait les utiliser pour construire et développer le secteur du recyclage des métaux. 

Les Allemands recyclent la quasi-totalité de leurs métaux. Pour l'acier, la France en recycle les trois quarts, ce qui fournit du travail à 40 000 personnes.

Avec les mêmes sommes, investissons dans le recyclage des métaux et nous allons réemployer tous le personnel de Florange et embaucher des personnes nouvelles.

Tournons-nous vers l'avenir et abandonnons les vieilles lunes. L'économie durable constitue notre seul avenir.


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • jako jako 10 décembre 2012 09:46

    L’acier est stratégique pour un pays, sans oublier le savoir faire, peut-on imaginer un pays sans maitrise de ses ressources stratégiques ?


    • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2012 12:58

      Oui , mais Dunkerque et Fos suffisent amplement pour cela ....


    • jef88 jef88 10 décembre 2012 16:04

      le chat !
      on nous raconte toujours la même histoire !
      bientôt on nous dira que Dunkerque est trop loin de la Mauritanie !
      et il ne restera (provisoirement) que Fos


    • Yves Dornet 10 décembre 2012 10:12

      Le monde a encore besoin d’acier...la nature ayant horreur du vide, ce que ne fait plus florange sera fait par quelqu’un d’autre, ailleurs.

      la répartition des tâches ce fait à notre détriment.

       


      • Laurent Laurent 10 décembre 2012 10:25

        Regarde donc un peu autour de toi, l’acier est partout.

        Tu vis dans quel monde ?


        • Jean-Louis CHARPAL 10 décembre 2012 10:43

          Ben voyons !

          Le dinosaure c’est l’ultra libéralisme, la dictature des marchés, des spéculateurs et des banquiers.

          Le dinosaure c’est ce monde dont la devise est : le pouvoir du fric, par le fric et pour le fric.

          La désindustrialisation massive de l’Europe est une tragédie qui clochardise des populations entières et entretient le chômage de masse, ruineux pour l’économie. De plus les mêmes choses seront produites ailleurs, mais à des conditions bien plus nuisibles à l’environnement.

          Sans parler des transports de tous ces produits qui font le tour du monde sur des bâteaux monstrueux qui bouffent plus de 6000 litres de carburant par heure.

          Des transitions écologiques sont évidemment nécessaires. Mais il faut d’abord reprendre le pouvoir qui a été remis entre les mains des vautours et des vampires de la finance.

          Dans ce contexte, il fallait bien sûr nationaliser Florange.

          Il n’est pas humain de jeter des travailleurs qualifiés à la rue et de massacrer les outils de production .

          Ce n’est qu’un fois que le pouvoir politique aura retrouvé des possibilités d’action pleines et entières, ce qui suppose des nationalisations (banques, énergie, industrie lourde ...) comme avec le programme du Conseil National de la Résistance, mis en oeuvre dès 44, qu’il pourra dans la réflexion et la concertation, prendre les virages nécessaires.

          Mais sans laisser personne au bord du chemin !

          NB : cadre de la fonction publique, vous êtes à l’abri, bien au chaud. Ce n’est pas la solidarité qui vous étouffe !


          • Robert GIL ROBERT GIL 10 décembre 2012 10:45

            La sidérurgie, dont tout pays ambitionnant un avenir industriel ne peut se passer, a été définitivement affaiblie, et il est clair que lorsque l’État a bradé ce qu’il en restait à Mittal, c’était avec l’objectif qu’il finisse le boulot d’extermination de la filière. On voit où on en est aujourd’hui avec le gouvernement socialiste qui se couche dès que Parisot hausse la voix........

            voir : PRODUIRE EN FRANCE,… UNE MORT PROGRAMMEE


            • eric 10 décembre 2012 10:48

              Excusez moi,mais la, vous allez trop vite. Et « le prima de l’industrie lourde dans l’accumulation primitive du capital dans le cadre du développement socialiste d’une société sans classe sous la houlette éclairée de l’avant garde du prolétariat » ?. Vous demandez a la gauche de passer directement du 19 eme sciecle au 21 unieme sans passer par la case 20eme. Il y a des tas de « peuples premiers » qui sont tombes dans l’anomie, l’alcoolisme et l’implosion sociale sous des chocs moins violent. Comme le disait Mitterrand, il faut donner du temps au temps....
              Nos ministres de gauche vivent sur l’acquis culturel des cours particuliers que leur donnaient leurs grands parents instits pour leur permettre de réussir les concours de la fonction publique.http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/parite-ils-se-foutent-de-nous-116986
              Ils viennent du seul secteur de l’économie française qui a réussi a faire beaucoup moins avec beaucoup plus de moyens. 10 points de PIB, 2 ou 3 millions d’agents en plus, pour un constat unanime de tous les syndicats du secteur d’une dégradation continue de la qualité du service public. Pendant ce temps, industrie et agriculture croissaient en volume et en valeur avec moitie moins de personnel.

              Il ne faut pas les traumatiser. La reconstruction intellectuelle de la gauche sera lente et prendra encore une ou deux générations. ( pensez que dans les documents internes des jeunes socialistes, ils en sont encore a parler d’espérances révolutionnaires, si, si, et on parle bien du partis de Hollande et Ayrault.)
              Non, il faut les laisser évoluer a leur rythme, mais bien sur tout faire pour éviter qu’ils ne soient aux commandes.


              • oncle archibald 10 décembre 2012 10:49

                Les hauts fourneaux de Florange sont des « dinosaures en voie de disparition » .. Un site industriel doit être implanté là ou il faut et chacun sait que les matières premières de l’acier arrivant par bateau les seuls sites encore vivables sont ceux de Fos et de Dunkerque ... Le drame c’est de faire semblant de ne pas le savoir .. 

                Monsieur Dumas a été très explicite l’autre soir à la télé... Il faut arrêter de mentir par démagogie aux ouvriers qui se trouvent employés sur des sites qui n’ont plus d’avenir. 

                Ce qu’il faut c’est tout mettre en oeuvre pour leur assurer un autre boulot. Il ne sert à rien de les bercer d’illusions. L’argent des contribuables sera bien mieux utilisé en les formant à un autre métier et en supportant l’implantation d’une autre activité à Florange plutôt qu’en leur promettant une nationalisation impossible pour de très nombreuse raisons, économiques et politiques.

                • jako jako 10 décembre 2012 11:06

                  archibald, le minerai arrive bien ( par décision) à Dunkerque et à Fos, il pourrait paraitre logique de traiter ce minerai sur place, mais pourquoi pas aussi directement en Mauritanie ? mais ensuite il faut acheminer l’acier « brut » vers les lieux de production du produit fini dite « ligne à froid » ou en tous cas vers les utilisateurs industriels.


                • LE CHAT LE CHAT 11 décembre 2012 09:33

                  @JAKO

                  il n’y a pas de charbon en Mauritanie , il faudrait construire une acierie et trouver du personnel qualifié ensuite avec des rendements qui seront nullissimes ( l’industrie en afrique noire ,ça le fait pas ) , et ensuite encore des transports vu qu’il n’y a pas de clients sur place non plus ;
                  Non Dunkerque ni risque pas d’être concurrencée par la Mauritanie ...


                • oncle archibald 10 décembre 2012 14:39

                  « On » vous a dit que les industriels étaient des salauds, des exploiteurs, etc etc ... et vous tétez cette mamelle sans objections ....pourtant ces salauds d’industriels ils veulent par définition faire du bénéfice ... et si une installation est techniquement viable, ils ne sont pas cons au point de la fermer par caprice ... 

                  On peut discuter de tout, du bien fondé d’aller fabriquer en Chine ou en Inde ou au Maroc, mais la rigueur des calculs est la même pour tout le monde .. Si vous nationalisez Florange et que vous produisiez de l’acier qui coute deux fois le prix de celui que fabrique votre voisin .. vous n’en vendrez pas beaucoup ... Ce truc là ne marche qu’avec de la subvention à tout va ... et ne dure qu’un instant très court ...

                • eric 10 décembre 2012 10:51

                  PS leurs grands parents, parce que les parents étaient trop occupes par les réunions de sections grèves et manifs pour surveiller leur travail scolaire. Ceci expliquant au passage leurs projets en matière de famille, qui s’achemine vers la polyparentalite. (En 68 aussi, les « gauchistes » étaient en general les enfants des communistes repus, reprenant le flambeau des grands parents plus bolcheviques.)


                  • spartacus spartacus 10 décembre 2012 10:56

                    Les deux marchés de Florange, l’automobile et le bâtiment sont des marchés en décroissance, même sans la crise.

                    L’automobile est en crise, en plus les plastiques et fibres de carbone remplacent l’acier trop lourd, qui fait trop consommer.
                    Le bâtiment lui aussi en crise, le nombre de mises en construction dégringole, le bois remplace l’acier dans les nouvelles maisons individuelles. 

                    Ignorer la rentabilité est irresponsable. Complètement dans la logique de coco bobo. 

                    Quand aux grévistes, quand ils voient leurs voisins qui travaillent à EDF, à la SNCF, dans la fonction publique, avec la sécurité de l’emploi, les vacances, le temps de loisir, les avantages sociaux, les avantages à la retraite, il ne faut pas leur en vouloir de caresser le rêve d’être fonctionnaire. 
                    C’est pour cela qu’ils veulent une « privatisation ».Pour bénéficier comme leurs voisins obligés de l’état, de privilèges.


                    • kitamissa kitamissa 10 décembre 2012 12:06

                      juste une remarque......" vous écrivez : << privatisation >> c’était pas plutôt : << nationalisation >> ?


                    • spartacus spartacus 10 décembre 2012 12:12

                      Merci de rectifier. Effectivement il faut lire « nationalisation ». 


                    • Alex Alex 10 décembre 2012 11:06

                      @ l’auteur « intellectuel pluridisciplinaire » (ça en jette !)

                      Quelques points de votre texte sont exacts, mais certaines de vos allégations sont simplistes, voire fausses (la baisse du métal dans la construction est un exemple). La sidérurgie reste encore un élément très important pour un pays ; vous auriez dû produire des statistiques de production-consommation pour étayer vos affirmations.

                      Le principal problème – qui concerne toute notre économie – est la production à bas coûts dans des pays tels la Chine et l’Inde. Il serait intéressant d’y délocaliser une grosse partie du travail des « cadres de la fonction publique »...

                       


                      • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2012 11:30

                        on ne peut plus de nos jours faire tourner des hauts founeaux qu’en bord de mer , ailleurs ça ne serait pas rentable . D’autre part , l’Europe est en très large surcapacité de production pour l’acier , on ne peut pas jeter des millions par les fenêtres pour sauver ce qui ne peut pas l’être .
                        c’est pareil pour la filière automobile pour qui 80% d’utilisation de capacité sont necessaires pour être rentable ( en France 60% seulement ) . aux States Obama a largement subventionné l’industrie automobile , mais on a du fermer des dinosaures en excès !


                        • jako jako 10 décembre 2012 12:05

                          Bonjour le chat, je ne suis pas d’accord avec cela, on accepte que les autoroutes et les airs soient emplis de transports dans tous les sens pour n’importe quoi, les courgettes qui parcourent 2000 Km pour arriver dans ton super-market etc etc pourquoi pas ce minerai ? (par rail bien sur) de plus il s’agit ici surtout de savoir faire, le pilotage d’un haut-fournaux c’est pas une belotte. les gens qui vont perdre leur emploi n’iront pas ailleurs pour faire leur métier, les dimensions technologiques et connaissances sont piétinées .


                        • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2012 12:49

                          @jako

                          si il y avait des clients , on pourrait , mais il n’y en a plus !
                          d’autre part , faire transporter coûte cher et est très polluant .
                          Par voie ferrée ? quelle blague ! le parc wagons frêt a été divisé par deux depuis 20 ans et la SNCF a supprimé des tas de dessertes !


                        • jako jako 10 décembre 2012 15:19

                          Comment cela il n’y a plus de client avec toutes les infrastructures qui s’élaborent partout ? vous savez combien il y a de tonnes d’acier sous une éolienne ? un pont ? un epr ? une voie ferrée ? Pour l’automobile c’est rappé , ok mais il y a tout le reste. Le marché existe encore même s’il est en baisse. Le problème c’est que l’on achète sur un cours sans s’interroger sur la provenance et la qualité, les pouterelles élaborées en France arrivent sur le chantier prêtes à être assemblées tellement les cotes sont précises. D’autre part je trouve étrange que ce soit moi , un communiste , qui doive vous reprendre sur votre post plus loin « le monde a changé » moi je dis « leur monde a changé » et je le refuse. Il y a surement moyenr de faire autrement, je vois donc qu’au fn non plus il n’y a pas d’espoir de dire merde à ce système. smiley


                        • jef88 jef88 10 décembre 2012 15:52

                          surcapacité de production ?
                          ah bon ......
                          rires !!!


                        • kitamissa kitamissa 10 décembre 2012 11:53

                          Et pourtant oui...c’est un monde passé.....les 30 glorieuses que j’ai vécu quand les usines et les ateliers et les chantiers tournaient à fond, c’est fini !!


                          ensuite la mécanisation et les robots dans les usines on déjà réduits la main d’oeuvre..donc chômage !!

                          les pays arriérés d’avant se sont mis au boulot ..Chine,Brésil, Inde....faisant suite au Japon, Taiwan, Hong Kong, et la Corée du Sud.....et sont devenus de gros importateurs ...

                          et c’est pas nouveau cette casse industrielle chez nous...ça a commencé fin des années 70....ça s’en amplifié petit à petit ...

                          je me souviens dans les années 90 dans la ZI de Melun , grosse ville industrielle, toutes les grosses boites fermant les unes après les autres...il y avait des piquets d’ouvriers aux entrées...des drapeaux rouges et la CGT qui passait l’internationale sur des hauts parleurs, dans la fumée des palettes et des pneus en flamme !!

                          et puis malgré la venue de personnages politiques locaux qui venaient se montrer pour faire bien sur la photo, les CRS se sont pointés virant tout le monde !!

                          et c’était partout pareil !! les usines ou grand père, papa et le fiston avaient fait carrière,c’était terminé...

                          comme le charbon chez nous ou les chantiers navals !!

                          le gros boulot est parti ailleurs, alors le romantisme de l’ouvrier en colère qui braille « la lutte continue, nous allons gagner !! » sachant au fond de lui même que c’est comme pisser dans un violon pour faire de la musique....

                          j’ai connu ça aussi personnellement : en 1978, je bossais dans une très grosse boite de BTP connue pour ses activités partout dans le monde, je croyais y faire carrière ..et une jour manque de bol, certains chantiers à l’étranger ( surtout en Afrique) étaient stoppés pour une durée indéterminée ...

                          idem en France où certains projets étaient abandonnés provisoirement ...

                          et bien ça n’ a pas traîné......on s’est retrouvés à pas mal de personnel,en chômage économique , il fallait dégraisser les effectifs....
                          alors grogne générale, les syndicats ont fait leur cinoche habituel !!

                          avec ma prime de licenciement, ça m’a permis de démarrer et de me mettre à mon compte !!

                          • LE CHAT LE CHAT 10 décembre 2012 12:56

                            salut Maxim ,

                            certains sont persuadés que le monde ne change pas !
                            pourtant c’est le cas et ceux qui ne savent pas s’adapter disparaissent !
                            le minitel vient de crever de sa belle mort , la terre ne s’est pas arrêté de tourner et on est passé à autre chose ! il faut savoir vivre avec son temps !

                            qui voudrait repasser aux peliculles argentiques à l’heure du numérique ?
                            Qui écrit de longues lettre à la main et va la poster au lieu d’envoyer un mail ?


                          • kitamissa kitamissa 10 décembre 2012 14:25

                            Salut mon pote le Chat...


                            c’est tout à fait ça , le monde change à une allure qui nous dépasse, et qui dépasse aussi les gouvernements bien souvent eux aussi nostalgiques des années heureuses que nous ne reverrons plus !

                            mais ces gouvernants, ont -ils seulement le courage de le reconnaître et d’y faire face en étant plus pragmatiques qu’ils ne le sont ..

                            ou bien ils le sont, du moins on espère , mais il ne faut pas faire peur au pékin moyen et faire des promesses même si elles ne sont pas réalisables...il faut bien glaner des voix !! 

                            et là, dans ce cas de figure illustrant bien ces faiblesses et promesses malhonnêtes, Arcelor Mittal !! dans toute sa tragédie comique et dommage pour les ouvriers !!

                            le pire,en 2017, ils vont revoter pour les mêmes si ça se trouve !! 

                            et ce n’est pas fini malheureusement avec la bande de farceurs que l’on a au gouvernement !!

                          • jef88 jef88 10 décembre 2012 15:49

                            - nos gouvernants sont des fonctionnaires !
                            donc l’innovation et le pragmatisme sont exclus de leur vocabulaire (et de leurs esprits)

                            - dans une autre vie (il y a 40 ans) j’ai augmenté la productivité d’une usine de 35%... les prix ont baissé...
                            et on a embauché 10% de personnel en plus


                          • Spip Spip 10 décembre 2012 13:02

                            Mittal n’est que le dernier symptôme d’une phase terminale, hélas. Est-il nécessaire de rappeler que cette crise a commencé il y a presque 40 ans maintenant ? Je crois que oui : http://www.liberation.fr/evenement/0101219287-siderurgie-lorraine-chronologie Il y a longtemps déjà que les fabrications courantes sont parties ailleurs. Je me souviens d’une usine soigneusement démontée chez nous et remontée... en Inde. Aujourd’hui c’est le retour de manivelle...


                            Comme l’ont rappelé des intervenants, entre la baisse de la demande et le remplacement par d’autres matières dans plusieurs secteurs, la sidérurgie « classique » n’a plus le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire... Là comme ailleurs, une solution serait de sortir par le haut, c.a.d. se positionner sur les alternatives d’avenir (composites, etc.). Mai ça supposerait : 1) Des investissements conséquents (et qui serait partant pour payer ?) - 2) Des plans de reconversion technique des personnels (ce qu’il en reste), sachant que les plans successif appliqués en Lorraine depuis les années 80 avaient été lourds pour des résultats modestes.



                            • ZenZoe ZenZoe 10 décembre 2012 13:52

                              Bien sûr que les ouvriers ne veulent pas de l’arrêt des haut-fourneaux ! Que leur propose-t-on à la place ? Rien. Alors ils s’accrochent à ce qu’ils ont, c’est normal. Dommage que les grands cerveaux de nos dirigeants en France ne soient jamais traversés par cette évidence.
                              Tant que la France ne se sera pas dotée d’une politique industrielle, avec des axes à privilégier et des moyens derrière, elle sera condamnée à errer en pleine mer, sans cap et sans boussole.


                              • jef88 jef88 10 décembre 2012 15:41

                                Les Français, et les « élites » françaises particulièrement, adorent les grandes usines et les grandes entreprises.
                                les français se moquent des grandes entreprises ! ce qu’ils désirent c’est des entreprises tout court ! donc des emplois

                                les réserves du sous-sol de la planète en minerai seront épuisés à la fin du siècle

                                vous parlez aussi du recyclage ! il faut aussi fondre les produits ...

                                Le bâtiment va se focaliser maintenant sur l’isolation qui consomme peu de métaux.

                                ah oui ? même une yourte a besoin d’une structure

                                à l’auteur
                                 il faudrait revoir la copie !!!


                                • kalagan75 10 décembre 2012 16:20

                                  ben jef le vosgespatte , qu’est-ce qui t’arrive ? nos yourtes vosgiennes tiennent avec une structure bois et notre pôle fibre s’occupe de l’isolation , et cela ne va pas changer avec les nouvelles normes bbc


                                • TSS 10 décembre 2012 16:24

                                  A lire de nombreux posts je m’aperçois que le bourrage de crane marche très bien... !!


                                  • Spip Spip 10 décembre 2012 16:48

                                    @ jeff88


                                    Les Français (non élites) devraient effectivement faire le deuil des grandes boîtes car tout y est grand y compris les plans de licenciement... Comme le dit une pub, le premier employeur de France c’est l’artisanat. 


                                    Fondre les produis demande de l’énergie. Oui mais c’est à comparer avec l’énergie nécessaire pour extraire/traiter/transporter les matières premières actuelles. De toute façon, quand il n’y en aura plus assez, il faudra bien le faire.


                                    Il ne faudrait pas confondre structure et isolation, ce n’est pas l’un ou l’autre ! Dans l’optique de la réduction des besoins en chauffage et pour le confort d’été, on privilégie des matériaux capables de freiner au maximum les échanges thermiques intérieur/extérieur. Et là, je ne connais aucun métal utilisés en tant que tel.


                                    • jef88 jef88 11 décembre 2012 18:36

                                      si on n’a pas de structure .... on isole quoi ?


                                    • eugène wermelinger eugène wermelinger 10 décembre 2012 18:04

                                      Comme nous n’avons plus ni mine de charbon ni de fer, il est évident que les hauts-fourneaux sont condamnés (sauf pour refondre la récupération des métaux).
                                      Quel boulot nous restera-t-il ? De l’administration étatique ? Des services que l’on ne pourra plus financer ? De la restauration pour accueillir les touristes venant des nouveaux pays industriels dont une partie de la population est devenue richissime au détriment d’esclaves modernes.
                                      La fin de la partie n’est pas encore jouée. Nous en serons les grands perdants, à l’identique des esclaves dont je parlais plus haut.
                                      Quelle vision dans ce NON FUTURE.
                                      Faites de vos enfants des parasites ou des politiques. Cela durera bien un certain temps.
                                      Puis notre civilisation s’effondrera. C’est tout vu.
                                      Que toutes les autruches n’hésitent pas à me moinser.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès