Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > FN : l’insupportable buzz Jaurès

FN : l’insupportable buzz Jaurès

Alors que le FN joue sa survie dans les élections européennes et régionales à venir, certains élus sont prêts à tout pour faire parler de leur candidature, c’est le cas de Louis Aliot et de son insupportable affiche reprenant une citation de Jaurès.

L’affiche est simple et présente exclusivement le portrait de Jean Jaurès avec ces deux titres « A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien », « Jaurès aurait voté front national ». Si c’est actuellement l’affiche du candidat FN pour la région Sud-Ouest aux européennes, elle devrait aussi être utilisée par Bruno Gollnish dans l’Est et Marine Le Pen pour le Nord.

Il faut dire que le buzz a particulièrement bien fonctionné. La plupart des têtes de listes FN n’ont récolté qu’une seule dépêche AFP donnant leur affectation et quelques détails sur leur candidature. Depuis le début de la semaine, tous les médias parlent de l’affiche de Louis Aliot. AFP et Reuters ont écrit des dépêches, Libération, Le Figaro, Le Monde, Les Echos ont repris l’information et le quotidien local : L’indépendant a développé l’information plusieurs jours consécutifs. Le buzz est réussi, ce matin encore, en écoutant France Inter j’ai entendu parler de cette affiche.

Cette affiche est une provocation comme une autre pour le FN. Actuellement dans une mauvaise passe, le parti d’extrême droite concurrencé par le parti de la France de Carl Lang se doit d’exister médiatiquement pour récupérer une part de l’électorat déçu par Nicolas Sarkozy. L’enjeu est vital, les finances du parti frontiste étant dans le rouge. Preuve de ce besoin de faire parler d’eux, Le Pen a encore réitéré ses propos sur les chambres à gaz.

L’utilisation des « grands hommes » par le parti d’extrême droite n’est en rien une nouveauté. On sait que le parti attache une grande importance aux héros de l’histoire de France, comme Jeanne d’Arc par exemple. On peut aussi se remémorer cette affiche du FN pour les municipales de 2001 dont le slogan était « De Gaulle avec Le Pen ». Dans le cas présent, De Gaulle était le nom d’un des candidats figurant sur la liste de Jean-Marie Le Pen qui n’était autre que le petit-fils de Charles de Gaulle. Cette utilisation de l’histoire par le FN participe d’un double processus de légitimation et d’existence médiatique. En mettant en avant Jaurès, grande figure républicaine s’il en est, le parti d’extrême droite entend autant gagner en médiatisation qu’en légitimité en se présentant comme un vrai parti de gouvernement. 

La stratégie à cette fois été particulièrement payante. Tous les regards étant tournés vers Louis Aliot il a pu faire passer son message. Ainsi, nous avons pu lire dans les colonnes des Echos que selon lui « La seule formation politique à défendre les valeurs de justice sociale et d’humanisme est le FN ». Dans L’indépendant, le candidat frontiste profite de son entretien qui tourne autour du socialisme pour tacler le PS. Selon lui, « toutes les directives européennes cassant La Poste, le fret ferroviaire et France Télécom ont été négociées sous des gouvernements de gauche. » Sur son site Internet, propos repris dans la dépêche AFP, Louis Aliot assume parfaitement son buzz en affirmant profiter du 150ème anniversaire de la naissance de Jaurès qui devrait entrainer beaucoup de publications : « Au moment où nombre de nos compatriotes commémorent cette année le cent cinquantenaire de la naissance de Jean Jaurès (1859-1914), voilà une manière de rappeler qu’aujourd’hui, la seule formation politique en France à défendre les valeurs de justice sociale et d’humanisme est le Front National ».

L’opposition est piégée : elle ne peut pas laisser passer cette provocation mais toute réponse à cette affiche contribue à sa publicité. Ainsi Paul Quilès, qui a été député de la circonscription de Jaurès, écrit sur son blog qu’il a été « saisi par une bouffée d’indignation et de colère ». Georges Frêche s’est lui aussi indigné contre cette provocation. « Cette affiche est une injure à l’homme d’Etat que fut Jaurès, une injure à ses idéaux d’égalité et de fraternité ô combien toujours d’actualité aujourd’hui » déclarait-il à l’AFP ce jeudi. Ce genre de buzz est le « degré zéro de la politique » comme le souligne le sociologue Dominique Sistach au journal L’Indépendant. Il prend en otage l’opposition. Pour cet auteur, « Il n’y a dès lors plus de barrière morale car pour faire une cochonnerie pareille, il faut être sans vergogne. Ce n’est pas possible de faire usage de Jaurès de cette manière. Mais contre ça que peut-on faire ? Dénoncer, c’est participer au buzz, mais se taire c’est laisser passer cette usurpation historique. En tout cas, le degré zéro de la politique on y est. Ça fait flipper de voir des réactionnaires s’emparer de ça. »

C’est sûr, une fois encore on a essayé d’enterrer le FN trop vite. Malgré leurs cuisants échecs de 2007-2008 le parti frontiste demeure capable d’occuper le terrain médiatique en s’appropriant toujours cette célèbre phrase de Sacha Guitry : que l’on en dise du bien ou que l’on en dise du mal, l’essentiel c’est que l’on en parle…


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Grasyop 27 mars 2009 12:13

    Bah, si Sarkozy l’a récupéré, pourquoi pas le FN ? C’est ce qu’ils ont dû se dire ! Il ne leur reste plus qu’à chanter l’Internationale...

    Autre citations de Jean Jaurès, dont je ne suis pas certain qu’elles s’accordent harmonieusement à la politique bien peu humaniste d’Hortefeux et Sarkozy et encore moins à celle que voudrait mettre en œuvre le FN :

    « Etreignez-vous, millions d’hommes, C’est le baiser universel, Par-delà les célestes dômes Bat sans doute un cœur fraternel. »
    « Ce qu’elle [la Révolution française] disait aux autres peuples, elle était prête à se l’appliquer à elle-même. Elle disait aux hommes : Révoltez-vous contre des patries de servitude et venez à la France de la Liberté, non parce qu’elle est la France mais parce qu’elle est la liberté. Cela voulait dire : Si la France devenait à son tour une patrie de servitude et si le drapeau de la Liberté était ailleurs, ce serait le devoir des Français de lutter contre la servitude française pour la liberté humaine. »
    Jean Jaurès. (Source)

    ***

    Par ailleurs, vous mentionnez l’indignation de Georges Frêches : « Georges Frêche s’est lui aussi indigné contre cette provocation. »
    Je crois que s’il y a bien un "socialiste" que le FN pourrait récupérer, c’est bien celui-là ! Il a d’ailleurs été suspendu deux années du PS pour des propos « non compatibles avec les valeurs d’égalité et de respect des droits humains ». (Wikipédia)


    • saba 27 mars 2009 17:38

      Des citations intéressantes et significatives . Merci .
      D’ailleurs avant la guerre de 14 , loin de donner dans le nationalisme à outrance de bien des politiques ( genre : ils vont voir les Boches de quel bois on se chauffe) il a voulu éviter la guerre en essayant de tisser des liens par dessus la frontière , c’est d’ailleurs pour cela qu’il a été assassiné.


    • Marianne Marianne 27 mars 2009 13:03

      Tout simplement immonde ! Ne serait-il pas possible de porter l’affaire devant les tribunaux ? En attendant la seule chose à faire est de recouvrir ces affiches le plus souvent possible. L’extrème droite a assassiné Jaurès à la veille de la grande guerre parce qu’il était contre cette boucherie et un siècle après, elle se réclament de sa filiation ! Du même acabit que la récidive de Le Pen sur le détail de l’histoire au parlement européen (où seule une minorité de députés a crié sa colère, ce qui est plus qu’inquiétant. ...)

      Petit rappel historique du profil de l’assassin de Jaurès :

      Raoul Villain
      , né le 19 septembre 1885 à Reims, tué le 17 septembre 1936 à Ibiza, est un nationaliste français, assassin de Jean Jaurès.

      Fils d’un greffier au tribunal de Reims, surveillant au lycée Stanislas [1] , adhérent de la « Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine », groupement d’étudiants nationalistes, et un temps militant du Sillon, le mouvement chrétien social de Marc Sangnier condamné par Pie X en 1910, partisan de la guerre. Il assassine, par deux balles dans la tête, Jean Jaurès au Café du Croissant, 146 rue Montmartre à Paris (2e arrondissement), le vendredi 31 juillet 1914 à 21h40 [2] .


      Plaque commémorative au Café du Croissant, 146 rue Montmartre (à l’angle du côté pair de la rue du Croissant), 2e arrondissement de Paris, Paris.

      Cet assassinat a lieu trois jours avant le début de la Première Guerre mondiale, et en précipite le déclenchement des hostilités, notamment en facilitant le ralliement de la gauche, y compris beaucoup de socialistes qui hésitaient, à l’« Union sacrée » [3] .

      Il est incarcéré en attente de son procès durant toute la Première Guerre mondiale et, après cinquante-six mois de détention préventive, il est acquitté lors de son procès devant la cour d’assises de la Seine, le 29 mars 1919. La veuve de Jaurès doit même payer les frais du procès. En réaction, Anatole France écrit : « Travailleurs, Jaurès a vécu pour vous, il est mort pour vous. Un verdict monstrueux proclame que son assassinat n’est pas un crime. Ce verdict vous met hors la loi, vous et tous ceux qui défendent votre cause. Travailleurs, veillez ! », et une manifestation est organisée le 6 avril suivant.

      Raoul Villain s’exile alors à Santa Eulalia sur l’île d’Ibiza dans les Baléares, où les locaux le surnomment « le fou du port ». Peu après le début de la guerre d’Espagne, les républicains l’exécutent pour espionnage au profit de l’armée franquiste le 17 septembre 1936.



      • souklaye souklaye 27 mars 2009 13:15

        Si j’étais directeur de casting institutionnel, je prendrais un soin particulier à l’élaboration des profils de mes adversaires afin de domestiquer les ambitions de mes alliés, dans ce cas, il faut que l’opposition naturelle, revancharde ou opportuniste soit…

        … complice depuis toujours et indispensable à l’équilibre du pouvoir de façade, en outre, le transfert de certaines vedettes durant le mercato est ritualisé et le sabotage des fusions et acquisitions pragmato-idéologiques est officieusement prohibé.

        Ou
… à l’agonie car abandonnée par sa fan base, rien de tel qu’un précurseur spolié pour garantir les extrêmes du terrain de jeu et alimenter les phobies non lues dans les livres d’histoire et l’héroïsme passif des rébellions adolescentes.

        Ou
… une start-up ou un nouvel arrivant dans le business, un rookie ayant compris que les idées sont mortes avec Dieu et que les stéréotypes angéliques ainsi que la démagogie rationnelle font recette chez les vieux fanatiques désabusés comme chez les jeunes obnubilés par n’importe quelle utopie publicitaire.

        La suite ici : http://souklaye.wordpress.com/2009/03/25/le-subjectif-au-conditionnel-si-j’etais-directeur-de-casting-institutionnel/  


        • LE CHAT LE CHAT 27 mars 2009 13:33

          que des jaloux sur ce site . Ils ont qu’à faire " Guy Môquet aurait voté UMP "  smiley


          • Gasty Gasty 27 mars 2009 17:43

            Jack lang aurait voté Sarko........c’est ce qu’on dit ! smiley

            Parait que Kouchner aussi.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 28 mars 2009 05:52

            Peu importe.
            Mais on avouera aisément que c’est quand-même marrant de voir Lepen et Sarko se disputer Jaurès...
            Vous êtes surs que c’est la gauche qui n’a pas d’idées ?
            CQFD.
            Et vive la police !


          • french_car 27 mars 2009 15:50

            Le FN a été cofondé avec Le Pen par une poignée d’ex Staliniens, tels Victor Barthélémy ou André Dufraisse - l’époux décédé de Martine Lehideux.
            Ceux-ci étaient il est vrai passés par le PPF de Doriot et la collaboration entre temps .
            Mais plus récemment on a vu Alain Soral passer du PCF au FN.
            Les Staliniens n’ont jamais renié Jaurès, les Staliniens passés au FN ont amené Jaurès dans leurs bagages, c’est factuel même si c’est profondément regrettable.


            • jacques jacques 27 mars 2009 17:22

              Et guy moquet ,il était dans quel bagage ? -)
              .Le FN s’est inspiré de Sarkozy qui lui même s’était inspiré d’eux pour son programme .
              C’est un prété pour un vomi comme disait coluche.


            • Emmanuel Aguéra LeManu 28 mars 2009 05:58

              @ de Dion Bouton
              On aura tout entendu (tout lu).
              Merci à vous de cette puissante analyse.
              Vous êtes fin prêt pour un poste de commentateur chez Ruquiez.
              D’aIlleurs, et c’est désormais connu :
              JAURES ET HITLER NE FAISAIENT QU’UN
              repas par jour.


            • jkw 27 mars 2009 18:49

              cette célèbre phrase de Sacha Guitry : que l’on en dise du bien ou que l’on en dise du mal, l’essentiel c’est que l’on en parle…

              il y en a une autre :

              "nous ne parlons pas pour dire quelque chose mais pour produire des effets" Goebbels  !


              • Johan24 27 mars 2009 18:56

                Ce qu’il y a de commun entre Jaurès et Le Pen, c’est non seulement leur pacifisme et leur défense des couches populaires, mais aussi leur compréhension intime de la question juive, sans pour autant tomber dans le piège de la haine antisémite. Tous deux se sont toujours opposé au communautarisme israélite, dont les excès anti-français ont toujours provoqué l’indignation des vrais patriotes.


                "Dans les villes, ce qui exaspère le gros de la population française contre les Juifs, c’est que, par l’usure, par l’infatigable activité commerciale et par l’abus des influences politiques, ils accaparent peu à peu la fortune, le commerce, les emplois lucratifs, les fonctions administratives, la puissance publique"
                 - Jean Jaurès


                "Le libre échange sacrifie les producteurs aux échangeurs, aux transporteurs, aux manieurs d’argent, à la banque cosmopolite. Il livre aux frelons juifs le miel des abeilles françaises"

                 - Jean Jaurès


                "En France, l’influence politique des Juifs est énorme mais elle est, si je puis dire, indirecte. Elle ne s’exerce pas par la puissance du nombre, mais par la puissance de l’argent. Ils tiennent une grande partie de la presse, les grandes institutions financières, et, quand ils n’ont pu agir sur les électeurs, ils agissent sur les élus. Ici, ils ont, en plus d’un point, la double force de l’argent et du nombre"
                 - Jean Jaurès

                "Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion"

                 - Jean Jaurès


                 Sources des citations  : http://www.jaures.info/dossiers/dossiers.php?val=23_jaures+lantisemitisme
                 
                http://vp-partisan.org/index2.php?option=com_content&task=view&id=339&pop=1&page=0&Itemid=28






                • Jordi Grau J. GRAU 27 mars 2009 19:24

                  Je signale ce message comme abusif avec le commentaire suivant : 

                  Johan24 fait l’éloge de Jaurès et de Le Pen, qui auraient eu l’un comme l’autre une "compréhension intime de la question juive, sans pour autant tomber dans le piège de la haine antisémite". Suivent des citations attribuées à tort ou à raison à Jaurès. Parmi ces citations, la dernière est non seulement antisémite mais raciste (puisqu’il est question de la "race juive").

                  "Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion"
                   - Jean Jaurès

                  Cela ne me dérange pas qu’il y ait cette citation. Même les grands hommes ont pu écrire des énormités, sous l’influence des préjugés de leur temps. Ce qui me dérange, c’est que cette phrase raciste et antisémite soit présentée comme digne d’éloge par Johan24.


                • ouallonsnous 28 mars 2009 22:24

                  Cette phrase n’est ni raciste ni antisemite, car il n’y a pas de race juive, et il y a des adeptes de la religion juive dans beaucoup d’ethnies, dont les sémites.
                   
                  Ce qu’elle préfigure cette phrase, et ce que pressentait Jaurés, c’est l’éclosion du sionisme et des malheurs pour l’humanité qui vont en découler !


                • Radix Radix 27 mars 2009 20:11

                  Bonjour Grau

                  Je ne suis pas d’accord avec toi, tu veux censurer Jaurès en jugeant ses propos avec l’éclairage de notre époque !

                  Bien sûr que c’est une manipulation, mais c’est la vérité, pour mieux comprendre il suffit de se rappeler que Jaurès était mort bien avant la Shoa et... il ne l’aurait jamais cautionnées !

                  Radix


                  • french_car 27 mars 2009 23:15

                    Surtout quand on tronque les citations :
                    « Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la fièvre du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de cor­ruption et d’extorsion. Mais nous disons, nous : ce n’est pas la race qu’il faut briser ; c’est le mécanisme dont elle se sert, et dont se servent comme elle les exploiteurs chrétiens. »


                  • moebius 27 mars 2009 21:49

                     Jaurés était un pacifiste et un internationnaliste. Le nationalisme c’est la guerre. Des guerres qui ont mis le monde a feu et a sang a partir du conflit franco-prussien. L’echec de l’allemagne a se constituer en une nation sur le modéle révolutionnaire français, la rivalité qui oppose ces deux états pour une suprématie politique culturelle et industrielle voila le nationalisme. L’embrassement planétaire qui a suivi a épuisé l’europe et a scellé d’une manirére définitive l ’échec du nationalisme et la rélégué dans des stades L’échec de ce totalitarisme qui est le nationalisme a ouvert les pays européen vers une destiné que ne doit et ne devra plus jamais rien au nationalisme. Le nationalisme est mort, mort et entérré dans les cimetierres militaires et les charniers..mais gueuler la marseillaise, gueuler là bien fort gueuler là nationalement ou siffler là... mettez Jaurés, Le Che ou Pétain sur vos affiches mettez qui vous voulez et si toutles ouvriers de FRrrrrance blancs qui se fouttent entre parenthése de Jaurés, de la nation, de l’internationale votent pour que LEpen continue encore un peu a radoter ne changera rien au fait que le nationalisme n’a pas d’avenir


                    • moebius 27 mars 2009 21:55

                      .. je ne sais pas si Jaurés aurait voté pour le FN mais Pétain et ses copains Adolf et Bénito certainement..et @ l’auteur, merci pour votre excellent article mais je continue a préféré mes enfant au votre


                      • Emmanuel Aguéra LeManu 28 mars 2009 06:03

                        Et comme je disais plus haut, ils ne faisaient tous qu’un...


                      • french_car 28 mars 2009 13:43

                        Les abus ont été signalés maintes fois, après les posts racistes de Johan24 vous laissez passer une nsulte dont on sait d’ailleurs pas trop à qui elle s’adresse de la part de Moebius.
                        Agoravox ça baisse...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès