• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Focus sur le Lobby européen des femmes (LEF)

Focus sur le Lobby européen des femmes (LEF)

Le 8 mars s’est organisée la « Journée internationale de la femme », célébrée dans le monde entier et notamment par un groupe d’intérêt majeur en Europe, revendiquant la représentation de la moitié des êtres humains, le Lobby européen des femmes (LEF). En tant qu’étudiant de la discipline, je ne pouvais pas manquer de rendre à ce puissant groupe d’influence, puissant car les membres du LEF disposent d’une capacité d’audience et de production de parole légitime difficilement contestable.

Si le label de groupe d’intérêt se voit plus souvent imposé que revendiqué, en raison notamment de ses connotation péjoratives, il peut sembler quelque peu étonnant que les membres d’une association à but non lucratif aient choisi de se nommer « Lobby européen des femmes ».

Se déclarant aujourd’hui fort de l’affiliation de plus de quatre mille organisations de femmes, réparties dans vingt-trois des Etats membres et deux en voie d’adhésion, le LEF constitue le plus vaste regroupement d’organisations de femmes dans l’Union européenne.
C’est que les femmes, bien que représentant plus de la moitié de la population et de l’électorat de l’Union européenne, restent sous-représentées dans tous les organes décisionnels de l’UE, dans la prise de décision politique dans les États membres, ainsi que dans la prise de décision économique et sociale. Effectivement, selon le LEF par exemple, « les femmes représentent effectivement 30% des membres du Parlement européen mais seulement 15% des présidents(es) des commissions parlementaires ».

Le LEF s’ancre dans un paysage associatif autour de groupes d’intérêt européen connexes



Le cadre juridique sur lequel il s’appuie est le suivant :

Au niveau international :

Les articles 7 et 8 de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes (CEDEF/CEDAW) adoptée en 1979 et ratifiée par la plupart des pays européens engage les Etats membres à éliminer la discrimination envers les femmes dans la vie politique et publique.

Cette question est aussi l’un des 12 objectifs stratégiques de la Plate-Forme d’action de Pékin de 1995. Le bilan de la mise en œuvre de la Plate-Forme d’action de Pékin après 10 ans sera effectué en 2005.

Au niveau européen, le LEF fut notamment influent sur trois directives :

Directive 75/117/CEE du Conseil, du 10 février 1975, concernant le rapprochement des législations des Etats membres relatives à l’application du principe de l’égalité des rémunérations entre les travailleurs masculins et féminins ;

Directive 76/207/CEE du Conseil, du 9 février 1976, relative à la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre hommes et femmes en ce qui concerne l’accès à l’emploi, à la formation et à la promotion professionnelles, et les conditions de travail ;

Directive 79/7/CEE du Conseil, du 19 décembre 1978, relative à la mise en œuvre progressive du principe de traitement entre hommes et femmes en matière de sécurité sociale.

La dernière action de lobbying en date, comme l’explique le site Web très transparent à cet égard, est la 51e session de la Commission du statut de la femme, du 26 février au 9 mars 2007. La Commission a en effet retenu les amendements du LEF concernant « l’élimination de toute forme de discrimination et violence envers la petite fille ».

Allez les filles !

IE-Lobbying


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • martine (---.---.164.138) 12 mars 2007 11:39

    Quelle est aujourd’hui la situation économique et sociale des femmes en France ? Elle est paradoxale, puisqu’au niveau des droits légaux on compte chaque année des avancées, alors que dans les faits stagnation et régression sont la règle. Stabilité des écarts de salaire, d’un chômage des femmes plus important, stabilité encore dans le faible pourcentage d’élues au Parlement. Persistence également, des violences considérables subies par les femmes en France (50’000 femmes adultes violées chaque année, dont seulement 2% voient leur violeur condamné aux assises). Pour faire reculer les inégalités, ce ne sont pas telle ou telle loi qu’il faut faire, c’est une action combinée qu’il faut avoir, et une vision transversale qu’il faut adopter. Méda et Périvier montrent que l’équivalent nordique du « service public de la petite enfance » (proposé par Royal) a été efficace pour permettre un taux d’emploi des femmes le plus élevé d’Europe. Mais elles soulignent également que les femmes scandinaves sont encore plus cantonnées dans un petit nombre de métiers spécifiques que les Françaises. La question de l’orientation est donc cruciale, question plus aigue encore pour les femmes que pour les hommes (elles sont sur-représentées dans les filières sans débouchés). Proposer un service public de l’orientation, c’est permettre à l’Etat de jouer un rôle moteur, pour l’emploi. Les femmes ont des retraites plus faibles, parce qu’elles ont souvent travaillé à temps partiel, eu des périodes sans emploi donc moins cotisé. L’emploi des femmes, c’est aussi la retraite des femmes. Dans un pays où elles vivent plus longtemps que les hommes, il est pertinent de le rappeler. Autre inégalité,les personnes handicapées en 2007 ? Questions majeures à quelques jours du premier tour des présidentielles du simple fait qu’elles se comptent entre 3 et 5 millions de personnes, donc de familles.


    • La mouche du coche la Mouche du coche 12 mars 2007 13:13

      Martine,

      le problème est que les pires ennemis des femmes sont les femmes elles-même ! smiley

      Par exemple demande autour de toi : Qu’elles sont les femmes qui vont voter Ségolène Royale ? smiley


    • TOVARA (---.---.149.182) 12 mars 2007 11:41

      « L’élimination de toute forme de violence envers les petites filles » : excellente intention, mais qu’attendez vous pour proposer ce programme à certains pays africains (excision), à l’Afghanistan (mariage de petites filles à des hommes mûrs), à l’Inde et à la Chine (infanticides de filles) ; je ne vois pas qu’en Europe ce texte soit pertinent -sauf exception , « cas sociaux » ou psychopathes qui hélas existeront toujours-.


      • Youbi (---.---.164.138) 12 mars 2007 13:02

        @tovara, commentaire xénophobe ou du moins très partial. Que faites vous de tous les enfants de France victimes des pédophiles et des violences dans les familles, je ne crois pas que notre pays n’est de leçons a donner à quiconque ?

        Combien de pédophiles avérés condamnés en France ? Celà représente quel pourcentage de la population ?

        Allons,allons, soyez juste et reconnaiisez que ce probléme est également Français. Youbi


        • tovara (---.---.149.181) 12 mars 2007 15:41

          Parlons-en de la pédophilie, c’est le sujet à la mode (je rappelle du reste qu’elle touche aussi les garçons, ce que vous semblez oublier), il y a une telle hystérie autour de ce sujet que celà a mené au fiasco judiciaire d’Outreau, certains voient des pédophiles partout, sauf là où ils sont trés officiellement, cà d dans les pays qui pratiquent la polygamie et le « mariage » des petites filles, c’est bien commode ces oeillèrs et çà va bien avec la mode de la repentance tous azimuts.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès