Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fonction : Président de la République

Fonction : Président de la République

Il n’est sans doute pas équitable de porter un jugement définitif sur un Président de la République en fonction depuis seulement quatorze mois, pour la simple raison qu’il n’a pas encore eu à maîtriser toutes les situations auxquelles il est possible qu’il soit confronté un jour, fort heureusement pour certaines ; mais il est possible d’avoir dès maintenant une opinion sur certaines de ses aptitudes à la fonction.

Le Président de la République française est l’institution qui a la charge d’indiquer la voie de l’avenir, voie qui doit assurer la pérennité du pays dans le respect de ses valeurs essentielles. Depuis l’instauration de la cinquième république, l’objectif de la politique globale de la France est l’indépendance. Perfectionner, prolonger et poursuivre cette politique nécessite évidemment une vision stratégique de l’avenir ; en l’occurrence, l’approche française de la stratégie repose sur deux principes : la recherche et le maintien de la liberté d’action et l’économie des moyens employés.

La fonction nécessite aussi, non pas une compétence technique qui lui est apportée par les services de l’État et tous les experts possibles, mais la capacité intellectuelle à intégrer toutes les évolutions techniques et technologiques dans la politique globale d’indépendance.

Or, on ne peut que constater des faiblesses inquiétantes dans la manière dont la fonction a été tenue. Les voici :

- Les relations internationales (domaine d’intervention important du Président, même si on ne l’appelle plus « domaine réservé »), ne sont pas traitées avec le sérieux nécessaire à la préservation de notre liberté d’action avec tous les pays ; cela a été en particulier démontré dans les relations avec la Chine, la posture de la France ayant été manifestement incertaine, variable, preuve de la perte de notre liberté d’action entièrement captée par la Chine ; la réintégration dans l’OTAN marque aussi une perte délibérée de notre liberté d’action. Il faut noter à cet égard qu’il n’y a pas de contrepartie valable à une perte de la liberté d’action.

- La prévision économique présidentielle s’est largement trompée, aveuglée par un optimisme ne reposant sur rien ; cela aurait dû faire partie des éventualités sans perturber autrement la situation. Malheureusement cet optimisme infondé a été traduit en mesures coûteuses qui ont conduit à une situation économique pire que celle qui aurait résulté de la seule dégradation de la conjoncture. Il s’agit là d’un non-respect du principe d’économie des moyens lourd de conséquence. Ceci a été encore aggravé par la décision de reporter le retour à l’équilibre budgétaire.

- L’attitude devant les problèmes techniques gouvernementaux laisse apparaître des faiblesses inquiétantes : - la tentative de contourner une décision du Conseil constitutionnel par l’instance chargée de protéger la constitution donc son gardien laisse sans voix ; - les critiques de la BCE marquées d’une grave incompréhension de la monnaie et de l’économie ; - la confusion entre l’argent, l’épargne et le pouvoir d’achat ; - la séduction ressentie pour le modèle américain dont les vertus romanesques se traduisent dans les faits par la crise financière mondiale, une politique étrangère désastreuse, un protectionnisme caricatural.

Par ailleurs, lorsque la durée du mandat présidentiel a été réduite de 7 à 5 ans, l’horizon présidentiel s’est raccourci de 14 à 10 ans, en admettant que tous les Présidents demandent à être réélus, et parfois obtiennent satisfaction. A une époque de changements considérables et rapides du monde, une réduction de 30% est considérable. Mais quand le Président déclare qu’il n’a pas l’intention de demander le renouvellement de son mandat, ce qui n’est peut-être qu’une contorsion politique mais que l’on doit quand même prendre au sérieux, il réduit son horizon d’une baisse supplémentaire de 50%, ce qui amène forcément à la conclusion que la République a perdu son protecteur de l’avenir.

En conclusion, si nous avions à juger d’une fin de période d’essai, la réponse rationnelle serait de mettre fin au contrat. Mais nos institutions sont modérées et n’interrompent pas un mandat pour simple incompétence. Espérons que notre Président actuel réalise qu’il a sa propre révolution culturelle à accomplir simplement pour faire son devoir de Président.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


    • appoline appoline 9 août 2008 21:37

      Je mets de suite le casque lourd, les sacs de sable sans oublier le canon de 75 sans recul, vaut mieux être prêt car avec une aussi grande poignée de cons à affronter, ce n’est pas gagné.


    • appoline appoline 9 août 2008 16:29

      Au lieu de se disperser à tort et à travers et à songer à ses propres intérêts, Monsieur Sarkosy ferait bien de se poser les bonnes questions sur le mal-être des français. Son gouvernement ressemble à une vitrine de bazar où chacun est plus occupé à tricoter sa propre couverture. Comment voulez-vous que notre belle jeunesse ait des valeurs fondamentales alors qu’elle voit tout au long de la journée ce qu’il y a de plus méprisable en l’être humain au travers du grand-guignol gouvernemental.
      Il faut ouvrir les yeux ; comme disait Churchill il y a quelques années aux français "vous aviez le choix entre le déhonneur et la guerre, vous avez choisi le déhonneur" ; vous voyez, ça fait un moment qu’on trimballe notre connerie.


      • Jean Lasson 10 août 2008 00:33

        [...] comme disait Churchill il y a quelques années aux français "vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur"

        Belle citation et belle réfutation de l’esprit de Munich ! Cependant, de mémoire, il me semble que Churchill s’adressait autant à Chamberlain qu’à Daladier. Cette citation n’est pas complète et sa fin est très pertinente :

        [...] entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur... et vous aurez la guerre !

        A méditer...


      • Cug Cug 9 août 2008 16:31

        Il est l’agent du capitalisme néo-libéral et de certains décideurs US.
        Il est en place pour privatiser ce qui reste d’économie publique, de syndicalisme, de droit du travail bref des dernières tares du socialisme et surtout remettre la France dans le droit chemin international bref nous inféoder à la diplomatie US.
        La France c’est sérieusement faite pieger !


        • Gilles Louïse Gilles Louïse 10 août 2008 06:50

          Avec mes excuses émues, pas d’accord grammatical après un infinitif et c’est "s’est" et non "c’est" :

          La France s’est sérieusement fait piéger.

          Bien entendu, personne n’est à l’abri d’une inadvertance, d’un lapsus clavis, pour le nommer de son nom latin, mais une aussi belle phrase, par vous forgée, laquelle doit fatalement contenir un fond de vérité, se doit d’être présentée sous sa forme canonique.

          Bien à vous.


        • Forest Ent Forest Ent 9 août 2008 16:47

          Je n’aimais pas Sarkozy avant. Ca n’a pas changé. Mais je n’ai aucune raison de faire un bilan aujourd’hui pire qu’il y a 15 mois, car le président est fidèle au candidat. Nous avons encore 3 ans pour juger. On verra bien. Une amélioration n’est jamais complètement exclue.

          Les relations internationales

          Il est clair que c’est la catastrophe. Nous sommes ridiculisés.

          La prévision économique présidentielle s’est largement trompée.


          Elle a été publiée avant les élections, et les électeurs y ont souscrit. Nous avons tenté d’interpeller ici les sympathisants UMP sur cela, et ils s’en moquaient.

          L’attitude devant les problèmes techniques gouvernementaux


          Ce sont plus des problèmes constitutionnels et institutionnels que vous décrivez. Il est clair que Sarkozy n’aime pas la 5ème et rêve d’un modèle présidentiel. Mais il ne semble pas aller au bout du raisonnement et souhaiter l’indépendance du législatif et du judiciaire.

          Tout cela dit, l’article me semble passer à côté des deux problèmes principaux.

          Un président est une sorte de "manager", et on doit le juger sur son aptitude à "manager". Or son "équipe" est un bordel complet, sans doute parce qu’il n’arrive pas à déléguer. Sa phrase récurrente "il faut que je m’occupe de tout ici" le démontre amplement.

          Et puis un président devrait être un peu honnête, or Sarkozy est corrompu jusqu’à la moëlle et gouverne au bénéfice de ses copains.


          • le gaulois 13 août 2008 11:36

            La question que j’ai soulevée portait sur la fonction essentielle du Président de la République qui est celle de stratège. Il est clair qu’elle est totalement oubliée au bénéfice de celle de manager, même si celle-ci est lamentablement traitée comme vous le dites, mais les conséquences en seront plus tardives, et plus difficiles à corriger.


          • Bof 9 août 2008 16:48

            Mais quel verbiage ! ...Pour ma part, il est urgent d’éviter l’installation des fonds " vautours".
            Monsieur Hollande a eu le courage de nous annoncer que la France est : "un pays sans le sous". Nous sommes donc ruiné . ...Donc, les Français ont fait leur choix et le scoop du jour ! le vote tomba sur Monsieur Sarkosy. Il dispose de 5 ans pour essayer de stoper l’accélération de notre descente ! et si possible de stoper la descente. En effet, nous avons nationalisé nos entreprises les plus performantes et malheureusement pour nous à crédit. Notre Justice nous a dit qu’elles étaient : " égarées " . Jusqu’à ce jour ces info. n’ont jamais été démanties ....il était tout à fait normal que les Français désignent le plus performant des deux candidats qu’ils leur restaient à choisir...ET là ...est le problème !!! Nous n’avons eu que deux candidats à choisir....Il y a donc toute l’organisation de la France à changer.

            Pour le plus gros : L’ Europe puisque déjà voté pour ses décisions ( et surtout plus d’autres) ; Puis, un président de la République avec son staf puis un préfet avec sa région puis la communauté de commune et enfin dans les quartiers ,un commité des fêtes !
            Je ne vois plus l’ UTILITE des autres tant que la France n’aura pas retrouvé son équilibre ! Leur rôle était de garder ...et ils ont échoué ! TOUT LES RESTE N’ EST QUE VERBIAGE. Voilà ce que nous attendons de notre président, qu’il vire les bavards.


            • Adrian Adrian 9 août 2008 19:06

              La crise est inévitable. Il faut réduire les dépenses.


            • vieuxconCGT vieuxconCGT 10 août 2008 11:34

              adrian

              retourne à ton pif gadget et surtout ne touche plus à un bouquin d’économie tant que tu n’auras pas plus de sens critique. Et arrête l’ordi, c’est mauvais pour tes jeunes yeux et nos vieux neurones.

              Il est chiant ce gosse !


            • vieuxconCGT vieuxconCGT 10 août 2008 23:33

              A Adrian

              Pour réduire les dépenses, je propose que tes parents résilient leur abonnement à internet.
              Ca leur fera 29,90 d’économies, tu étudieras sans te disperser et ça fera des vacances aux adultes.


            • vincent p 9 août 2008 19:38

              On ne se débarrasse de ses illusions politiques que lorsqu’on comprend de quoi elles sont faites, par qui, et pourquoi elles sont entretenus ainsi dans une société ?



              • Thierry LEITZ 9 août 2008 22:34

                Quelques leçons à tirer d’une élection gagnée sur la manipulation mass-médiatique TF1-Figaro-Paris Match et autres entreprises de com amies du Président et des riches en général :

                1/ Vote parasité par l’exploitation des questions de sécurité avec en toile de fond, l’Homme providentiel, ulltime rempart contre les "voyous", héros dévoué de tout un peuple, celui qui n’a pas peur, celui dont la France a besoin. (alors que SR lançait un "j’ai besoin de vous" super anxiogène pour ces couards...)

                2/ Vote manipulable des seniors vissés devant JPP, et tant qu’à faire sur tout le programme lénifiant de la Une, apeurés par des images de désordre urbain requérant une réponse policière forte, inquiet du niveau de leur retraites (quelque soit ce niveau, d’ailleurs)

                3/ Vote égoïste des FN orphelins avant l’heure de leader,auxquels la remarque du candidat Sarkozy "çà ne sert à rien de voter Le Pen, il ne sera jamais élu" est allée droit au coeur. Pour le coup, c’était vrai, et en filigrane : "tandis que moi... je ferais du FN pour vous (avec Brice).

                4/ Vote biaisé par la finale à deux qui oblige les staff à organiser l’élimination d’un 3ème potentiellement dangereux, Bayrou en 2007, qui bien qu’ignoré, puis moqué (il n’a personne avec lui) en boucle fini 3 ème bien près de SR.

                5/ Vote du candidat unique de la droite car les autres ont été soit tués (Villepin, Dupont-Aignant) ou ridiculisés à longueur d’ondes (Bayrou)

                Liste non exhaustive... Mais c’est là : des vieux, des couards, des machos, des ignorants, voilà le vrai visage de l’électorat populaire de NS, en gros 80% des inscrits ayant voté, les 20 autres , artisans, agriculteurs, patrons, rentiers, ont vu leur intérêt, mais n’ont été "payés" au final qu’une poignée : les vrais bénéficiaires de la loi TEPA.

                Cà vous a plu ? Alors on remet çà en 2012 ?


                • wesson wesson 9 août 2008 22:56

                  j’ai particulièrement aimé votre 1 et 2, sur l’instrumentalisation par les mass médias des questions de sécurité.

                  Un exemple bien éclairant :

                  Ce 14 Juillet 2008, jamais autant de bagnoles n’ont cramés (près de 900 voitures parties en fumées), et cela depuis qu’on les compte. Il y a eu aussi des scènes d’émeutes, avec 290 arrestations à la clé.

                  A la télé : pas un mot ! et dans les journaux : quelques lignes reléguées en pages intérieures.

                  Si cela s’était passé avec un socialiste au pouvoir, ça aurait fait la une de l’actualité pendant au moins 1 mois. Il suffit de se rappeler les sujets des JT de TF1 en 2002 juste avant l’élection pour s’en convaincre...


                • La Taverne des Poètes 9 août 2008 22:45

                  Fonction ? fonction ? Ah laissez-moi chercher, j’adore les devinettes...
                  Heu...homme-sandwich pour les montres Rolex ?
                  non, producteur de tongues et de préservatifs pour plagistes, combinard pour affairistes...
                  non ! non ! J’ai trouvé : c’est le type qui a épousé Carla Bruni !


                  • La Taverne des Poètes 9 août 2008 22:51

                    Présent de la réplique, c’est ma fonction à moi. J’ai juste retiré deux lettres à chaque mot. C’est la flemme olympique...






                  • pyralene 9 août 2008 23:59

                    Soyons plus poétique,un beau parleur, un mystificateur,un faux-cul de 1ère classe,un balai de chiottes,un rouleau de PQ en papier glacé aux ordres du cac40...............le pire,c’est que le populo est capable de le réelire......j’en tremble d’avance...


                  • wesson wesson 10 août 2008 05:09

                    petite info récente sur Sarko aux JO :

                    Pour se rendre en Chine, Sarko a pris l’airbus présidentiel. Mais il y avait un petit problème. Chargé de tout son matériel et passagers, L’airbus présidentiel ne pouvait atteindre d’une seule traite Pékin. Il lui fallait faire une escale technique de 2 heures à Novossibirsk.

                    Notre président étant d’un naturel empressé, cette escale technique était inacceptable. Que faire ?

                    La solution a été trouvée, l’airbus présidentiel pouvait faire le voyage d’un trait ... à condition qu’il y ait moins de passager. Mais comme il n’était pas question de ne pas amener les copains, c’est donc 2 airbus au lieu d’un qui ont été requis pour la suite présidentielle.

                    Les chaffouins gauchistes objecteront que l’escapade présidentielle de notre petit père des people aura couté donc 2 fois plus cher au budget de la France qui n’en a guère besoin. Ce sont des critiques injustifiés, car c’est effectivement important que notre président puisse profiter de 2 heures de vacances supplémentaires au cap nègre en compagnie de Carlita (si elle a fini de recevoir le dalaï lama ... )

                    moralité : chassez le bling bling et il revient au galop !


                    • wesson wesson 10 août 2008 05:32

                      j’oubliais,

                      pour l’international on se moque de nous à peu près partout.

                      Pour nos amis Chinois, Sarkozy c’est le président 爱来不来(ài lái bù lái)

                      c’est une formule ironique pour dire : Tu viens, c’est bien, tu viens pas, c’est bien !

                      Le pauvre n’a pas touché sa rolesque et son portable pendant la cérémonie, il a eu peur que bouteflika qui a été mis à coté de lui ne la lui piques !

                      Et nous athlètes copieusement sifflés pendant qu’ils défilaient lors de la cérémonie d’ouverture.

                      donc, l’image de la France au niveau international, grace à Sarkozy, tout baigne.



                    • décurion 10 août 2008 14:50

                      Je ne vois pas trop, l’utilité de juger l’homme.Certe, ce n’est pas la matière qui manque, mais, concrètement, qu’est ce que celà peut nous apporter ?
                      A trop se focaliser sur le personnage, on en oublie l’essentiel qui est, qu’il a été élu, avec des voix bien réelles. Elu frauduleusement, l’honneur des électeurs serait sauf, mais ce n’est pas le cas, et le fait est que pour avoir un mauvais président, il a fallut que globalement, nous soyons, de biens piètres électeurs.
                      Ce qui serait évidemment salutaire, c’est que pour avoir été échaudés, nous puissions comme le corbeau de la fable, être en mesure de jurer de ne plus se faire reprendre.mais tout porte à croire, que soyons encore et pour longtemps, de quelques crans, trop cons pour mesurer l’étendue de notre connerie.Le pire étant, que ceux qui sont conscients du fait, et s’imaginent à l’abri, sont tout autant atteints, mais à des niveaux différents.
                      Je crois, je suis persuadé, que François Bayrou, n’a jamais été le 3ème homme des élections. Juste une baudruche, gonflée au bon moment, et qui marche encore, puisque ceux qui dénoncent les manipulations médiatiques, ignorent celle là.
                      Aprés que l’on nous ait répétés, à satiété, qu’un président ne sert à rien, des électeurs se sont démotivés et Chirac est passé. Le coup d’aprés, c’est le duel archi annoncé, Chirac-Jospin, qui a renvoyé les mêmes électeurs trempé le bouchon.
                      Aprés coup, l’astuce semble grosse, mais n’empêche qu’elle est passée, et on boit la lie.
                      En fait, comme le disent si bien, certaines dames en nuisettes, si nous sommes manipulables à loisir, c’est que nous le vallons bien.


                      • Gabriel Gabriel 11 août 2008 11:21

                        Bonjour,

                        D’accord avec cette analyse, étant en démocratie nous sommes responsables et avons que le président que nous méritons ! Personnellement je n’ai pas voté pour lui. II me semble que nous n’avons aucunes excuses, tous le monde connaissais son parcour médiatico-politique, agité, traite et beau parleur. Alors aujourd’hui inutile de geindre.Nous en avons malheureusement encore pour 4 ans et vu la casse sociale, le noyotage des médias ainsi que les dépenses pharaoniques du buget de l’élysée de la première année, à la fin de son mandat, le monde de Zola nous apparaitra presque comme un paradis.


                      • zorbec 12 août 2008 16:38

                        On juge la qualité d’un chef à sa capacité d e s’entourer de collaborateurs compétents et là on est obligé de constater que N$ à tout faux ce qui peut paraitre normal vu son niveau d’incompétence personnel ;j’ai beau repassé tous ses ministres et secrétaires d’état en revue,pas un seul ne franchit la barre de10/20,et comme lui aussi se rend compte de leur incompétence on a le droit au plus beau concours de couac jamais vu sous la V° République !

                        Comment ses électeurs n’ont pas pu discerner ce problème qui paraissait si évident à beaucoup d’entre nous ?

                         

                         

                         sélecteurs C r 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès