Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Football et taxe à 75% : quand Moscovici se moque du monde

Football et taxe à 75% : quand Moscovici se moque du monde

C’est sans doute une conséquence logique de la manière dont cette taxe a été conçue : cela fait déjà 16 mois que le gouvernement tergiverse sur la mise en œuvre de cette promesse électorale de François Hollande, avec un manque de professionnalisme et de justice flagrant.

Le football, en partie exonéré ?
 
Le cas du football semble inquiéter : en effet, si les stars du ballon rond étaient taxés à 75% au-delà d’un million d’euros de revenus annuels, alors, la compétitivité de nos clubs par rapport à leurs concurrents européens risque d’être sacrément handicapée. En effet, cette taxe toucherait plus d’une centaine de joueurs dans un championnat où le revenu moyen approche un demi-million d’euros par an. Sa mise en place peut avoir deux conséquences : soit une forte réduction du salaire net des joueurs, ou alors, une forte augmentation des coûts des clubs s’ils garantissent ce salaire net.
 
Le problème est que les clubs de football français ont, en général, moins de moyens que les autres grands clubs européens, du fait d’une moindre audience à la télévision et dans les stades (à part pour Monaco et le PSG). En outre, le football s’illustre aussi par une capacité assez extraordinaire à dépenser des sommes folles, parfois même au-delà de tous les équilibres économiques. C’est pour cela que Pierre Moscovici a dit  : « nous attentons les avis, mais c’est vrai que nous avons des clubs de football dont l’équilibre est fragile  » mais il a reconnu qu’il lui faudra prendre une mesure générale.
 
Une injustice flagrante

Cependant, pourquoi les millionnaires du football devraient être en partie exonérés de cette taxe ? Le raisonnement autour de la compétitivité de la ligue 1 peut également être tenu pour d’autres activités où la compétition internationale n’est pas moins forte et où le surcroît de taxation peut également pousser à la délocalisation hors de France. En outre, il est difficile de dire que le football est un secteur d’activité suffisamment stratégique pour justifier un tel souci. Pire, le comportement de certains footballeurs ne donnent vraiment pas envie de leur donner un tel passe-droit.

Néanmoins, tout ceci a au moins le mérite de montrer les contradictions de ce gouvernement qui embrasse complètement la mondialisation et ne se donne donc pas les moyens de mener des politiques vraiment différentes. Ici, la promesse était trop emblématique pour être abandonnée, même si elle est totalement contradictoire avec la mondialisation qu’il défend. Du coup, il est probable qu’elle sera fortement tempérée par des modalités techniques qui en limiteront le rendement, si elle n’est pas censurée par le Conseil Constitutionnel (qui pourrait retoquer son caractère rétroactif).
 

La taxe à 75% a du sens pour qui se rappelle que les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne avaient des taux marginaux d’impôt sur le revenu proches dans les années 1970. Mais outre une impréparation chronique qui confine à l’amateurisme, le gouvernement oublie qu’elle revient à se battre avec un bras dans le dos dans cette mondialisation qu’il accepte et défend.


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Claudius Claudius 13 septembre 2013 14:04

    « je n’apprécie pas les faux-semblants et les fourbes » vous défouraillez imprudent


    Enchanté Démos-Haine enchanté

    Et nous, pas les sombres vieux crétins comme vous

  • paul 13 septembre 2013 15:25

    Ben oui, Laurent dit vrai, Mosco se moque du monde :

     - N’oublions pas sa réforme bancaire qui ne risquait pas de déranger les banquiers, plus bidon que celle entreprise par les anglais, c’est dire,
     - sa réforme fiscale qui aggrave le transfert de charges des entreprises vers les familles
     - l’amateurisme de son premier projet de taxe à 75 % des hauts revenus, retoquée par le Conseil constitutionnel
     - le tango d’amour avec Gattaz, à l’université d’été du Medef, en promettant à son patron moult cadeaux pour améliorer la compétitivité du salarié (= une charge) .

    Alors cette taxe concernant le foot, très impopulaire - panem et circenses - ce velléitaire, roi de la reculade, n’est pas prêt de l’appliquer avant de la vider de son sens .
    Le magazine « Cash investigation » de france 2 a diffusé mercredi un excellent doc sur le foot business où l’on voit les dégâts de la mondialisation : des fonds de pension achètent des parts de joueurs - des % de la personne physique - qui seront valorisées à chaque transfert . La Féde de foot, et la FIFA de Platoche détournent le regard, un peu gênés ...


    • JP94 13 septembre 2013 18:09

      L’analyse est juste et documentée . Qu’en serait-il sur les retraites ?


      Oui aux USA , jusqu’à Reagan , on touchait aux gros revenus ...

      Malgré tous ces clins d’oeil au Capital tout en faisant les gros yeux aux gros revenus devant les caméras , ce gouvernement n’a pas empêché l’évasion fiscale d’augmenter de 500% en 1 an .

      Il est vrai que quelques-uns de ses ministres et non des moindres y participant , le ton était donné .



      • gonehilare gonehilare 13 septembre 2013 18:20
        « il est difficile de dire que le football est un secteur d’activité suffisamment stratégique pour justifier un tel souci »

        Et si le « souci » de Moscovicié était en fait le PSG, cheval de Troie et faux nez d’un certain Etat islamique, dont le proprio a déjà obtenu des avantages fiscaux uniques, pour ne pas dire iniques, qu’il entend probablement voir reconduits afin de poursuivre ses emplettes s’offrant ainsi, à moindres coûts, les bijoux de famille que Presimou ne pourra plus entretenir... ?

        • Kern Kern 14 septembre 2013 06:15

          Il faudra bien qu’un jour les auteurs cessent de faire référence aux promesses du candidat Hollande


          Il n’en a tenu qu’une : celle de contenter quelques homosexuel(le)s de France et surtout Bergé


          Pour le foot c’est comme pour le reste : de l’indécision à tous les étages et la peur de mécontenter les investisseurs du Golfe et d’ailleurs

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès