Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > France, cherche repreneur pour 2012 afin d’éviter une (...)

France, cherche repreneur pour 2012 afin d’éviter une liquidation

 Les vacances d’été ne feront pas oublier que les électeurs français sont invités à élire un président en 2012. Les choses « sérieuses » commencent cet automne avec la compétition au PS pour briguer l’investiture à la candidature suprême. A droite, sauf coup de théâtre, Nicolas Sarkozy sera le candidat naturel. UMP, PS et plus d’une dizaine de partis vont se partager le temps d’antenne pour exprimer leurs idées et exister médiatiquement parlant. Le second tour devrait voir s’affronter le candidat socialiste et le président sortant. A moins que Marine le Pen ne crée une surprise. On peut prévoir une campagne des plus ennuyeuses, sans thème porteur ou fédérateur, joué à coups d’arguments techniques, économiques, avec des formules aussi creuses qu’un menu de chez Flunch. En vérité, il existe un thème central pour cette campagne mais aucun candidat ne se risquera à l’évoquer. La France est endetté, la croissance pour les prochaines années sera atone, avec un scénario à la japonaise, quant à la société française, son élan ne peut être porté ni par un projet, une espérance, un idéal européen et encore moins par des perspectives économiques. En un mot, la France est une société qui ne se porte pas très bien et qu’on peut dépeindre comme une entreprise en difficulté qui pour éviter la faillite, lance un appel d’offres aux repreneurs. La différence notable étant qu’un repreneur apporte souvent des capitaux, ce qui n’est pas le cas du futur président dont on attend au moins une chose ; qu’il gouverne correctement. Autrement dit, la société française doit être préservée de la faillite, qui ne sera pas tant économique que sociale.

 La campagne saura trouver quelques slogans mais il sera interdit de parler du thème central pour le quinquennat de 2012-2017. Interdit de parler de faillite, de liquidation, de déclin, de société fracturée et malade. Interdit d’utiliser l’image d’un Titanic qui cherche son capitaine. C’est plutôt la croisière qui ne s’amuse pas trop, du moins ceux qui sont aux étages inférieurs et dans la salle des machines. La mission impossible assignée aux candidats sera de convaincre les passagers du pays France que la croisière pour emprunter une route plus praticable et redevenir un peu amusante. Telle sera la tonalité des partis raisonnables, essayant de ne pas trop prendre les électeurs pour des cons. Après, rien n’empêche les gars de la Marine de croire que la skipper du FN hissera le mât pour une virée du pays France en catamaran démondialisé et protectionnisé retrouvant les couleurs d’antan de la douce France et du pays de cocagne. Et vogue la galère se disent les banlieusards en attendant les soldes. Eviter la liquidation, voilà l’enjeu de cette élection et bien évidemment, on s’attend à un manque d’enthousiasme des citoyens ce qui se comprend aisément. Où est passé l’avenir se demandent les visionnaires ? L’avenir est obturé par le futur aurait dit Raymond Devos. Mais Raymond la science croit en la singularité technologique venue de Californie qui fera pleuvoir la croissance, quant à Raymonde la patronne du bistrot, elle s’en remet aux prédictions d’Elisabeth Tessier. De l’autre côté de la mer du Nord, les bookmakers londoniens jouent Bayrou au second tour avec une cote de un contre 10 000. Mais le tiercé gagnant, c’est récession, dette, chômage.

 Quelle étrange parabole que celle des élections depuis trente ans. En 1981, la force tranquille de Mitterrand promettait de changer la vie. Sept ans plus tôt, Giscard à la barre puis avec Barre nous proposait le changement dans la continuité. Mais en 2012, le slogan vrai, ce serait la continuité sans le changement et puis, sauver la vie. Autrement dit, faire que la France ne change pas étant entendu que le changement en question serait plutôt amer, dicté par la téléologie économique et sociale dont la flèche pointe vers le chômage, la crise sociale, la dette, l’appauvrissement, la morosité. On demandera donc au futur président de préserver la France de l’accident social et économique. D’une élection d’espérance en 1981, la France est passé à une élection de désespérance incitant les candidats à se vendre comme une pilule de Lexomil. Si Madame Royal est la présidente des solutions, alors, la meilleure est une solution d’anxiolytique en transfusion mensuelle.

 1981 fut une élection d’espérance, 1988 a été une élection de persévérance sans illusion. En 1995, Chirac a inspiré la confiance, puis en 2002, ce fut le doute et la défiance, avant que 2007 ne tire une dernière salve d’espérance mais sous forme de progrès vendu en canette de Canada Dry, autrement dit, 2007 fut une campagne d’illusionnistes, et les Français furent bercés d’illusions. 2012 convoque les repreneurs, les restaurateurs de monument, mais c’est un numéro de funambule qui attend le futur président. Prions pour qu’il ne se casse pas la gueule car s’il chute, il entraîne une bonne partie des Français dans le marasme.

 Qui incarne alors la figure du repreneur ? Les Français ne sont plus disposés à élire un illusionniste, un agitateur de réformes, mais un homme de confiance, à l’allure sobre, honnête, déterminée, près des gens et pourquoi pas, un homme neuf, pas encore usé par le pouvoir. Quelle coïncidence, c’est exactement le portait de François Hollande.

 Quant à l’avenir, il pourrait bien se dessiner à la faveur de quelques surprises, mouvements inattendus, créations imprévisibles, générés par le génie du peuple qu’on attend sans y croire.


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 23 août 2011 09:31
    D’accord avec votre article 
    J’ai apprécié le passage avec la métaphore maritime 

    D’accord avec votre conclusion 

    Philippe 

    • Kalki Kalki 23 août 2011 11:35
      ∞ 2 L’Abondance Energetique, et l’abondance en matière première ( que la lumière soit )La croissance économique – réelle – est liée à 2 abondances L’état – de l’économique
      Il y a t’il un problème énergétique et économique sur terre à cet instant ? NON. Mais quel est le seul problème : un problème de qui à la monnaie et le pouvoir ?

      Seulement ça ? Ah si c’est si simple me répond on

      Il faut m’exliquer sérieusement, vous soit dit en passant, de grand enfant enfermés dans des jeux

      QUEL EST PROBLEME : J’ATTEND ?

      VOUS MANQUEZ DE COMPREHENSION, DE CHOIX DE BONNE DIRECTION, D’ACTES ET DE COURAGE

      L’autre solution est simple, tuer les gens, ils ne servent plus à RIEN : c’est une solution envisageable n’est ce pas ?

      Il faut pas prendre tout le monde pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu’ils sont.


    • Kalki Kalki 23 août 2011 13:43

      Vous voulez dire que des singes tuent des autres singes pour ...

      RIEN ?

      AH BON !


    • morice morice 23 août 2011 09:32

      En Leasing ? avec option d’achat au bout des 5 ans ?


      • kanite 23 août 2011 10:36

        Petite erreur pour " La mission impossible assignée aux candidats sera de convaincre les passagers du pays France que la croisière pour emprunter une route plus praticable et redevenir un peu amusante.« je pense que c’est »peut« emprunter et non »pour" emprunter.


        • Caleidoscophase Caleidoscophase 23 août 2011 11:57

          Bj ,Mr Dugué

          alors, en définitive ,il est stable le système ou il donne de la bande ?
          D’un article l’autre , on a du mal à vous suivre , non ! parce que ,relisez bien :

          http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/il-n-y-a-pas-de-crise-economique-98535

          sans doute le bol de recul nécessaire s’est imposé à vous durant vos vacances telle l’assiette d’un navire en pleine tourmente , mais comme avec le principe du cardan , votre compas de route vous a suggéré qu’il se pourrait que la stabilité soit toute relative ,non ?

          c’est trompeur un compas de bateau , vous pouvez lire parfaitement votre route , alors qu’en vérité ,ça chahute parfaitement ....


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 août 2011 12:13

            Bonjour,

            Je persiste, pas de crise économique, j’ai pu le constater en prenant samedi la rocade et le début de l’A10 direction Poitiers, plus fréquentée que l’an passé

            Si crise il y a, elle est sociale. Les politiques ne peuvent plus cette foi jouer sur les finances pour résoudre la crise sociale et si faillite il y a en France, c’est la faillite de la république, de la société, avec une crise qui sera certainement politique.


          • Caleidoscophase Caleidoscophase 23 août 2011 12:41

            exact , j’ai également fait ce constat sur l’A7 ,ainsi que dans nos belles criques de méditerranée toujours aussi fréquentées par ces élégantes lessiveuses qui font la richesse de notre patrimoine portuaire !!

            Vous parlez de stabilité en évoquant le bas de laine des français qui est bien évidemment substanciel (voire les rebonds de la bourse d’une heure à l’autre ) ! pas question de se priver de vacances ,pensez donc ...

            Et c’est précisément là , que nous multiplions les problèmes d’un pays riche (en quète d’identité) , oui ... car c’est en cela qu’il y a une crise comme vous le soulignez ,une crise identitaire au regard d’une société qui finit par ne plus remplir sa fonction !
            la France dans un marché ouvert fait penser à ces villages -rocades ou des milliers de véhicules s’écoulent quotidiennement tout comme une majorité de ses habitants d’ailleur ,persécutés par un pouvoir qui fait de moins en moins pour eux ,du moins ,c’est le ressenti ! 


          • Kalki Kalki 23 août 2011 13:01

            Pendant ce temps là


          • BHL=MST 23 août 2011 12:05

            Le repreneur est une repreneuse. La taupe Lagarde. Personne ne vous a donc prévenu que le programme du IMF sera appliqué à la lettre par la pseudo-alternance ? Vous n’écoutez pas l’élu de Dieu Attali ?


            • bdoume bdoume 23 août 2011 13:03

              « Prions pour qu’il ne se casse pas la gueule car s’il chute, il entraîne une bonne partie des Français dans le marasme. »
              La prise de risque implique la probabilité de l’echec. L’attentisme, c’est l’echec.


              • Cubigaz Cubigaz 23 août 2011 16:32

                Bonjour,
                Après lecture, j’ai peur que vous ne recherchiez qu’un nouveau messie. (libre à vous).
                Le seul que j’ai pu voir ne se trouve malheureusement pas en France mais en Espagne, à Barcelone.
                Le fait que mr Hollande vous paraisse neuf, ne veut pas forcement dire qu’il est compétent. Mme Lepen est neuve également, en est elle compétente pour autant ?
                Néanmoins ça n’enlève aucunement les qualités supposées de cet homme politique, que je crois sincère, mais qui reste dans une lignée conservatrice (économique, sociale, non réformiste, européen jusqueboutiste...). Probablement une question de formation : HEC Paris, ENA.
                 


                • Kalki Kalki 23 août 2011 16:42

                  PERSONNE NE VOUS SAUVERA

                  Ce n’est pas une histoire de PERSONNES

                  C’est une histoire de système, de bétise et de possibilité dans le pire comme dans le mieux


                • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 23 août 2011 19:57

                  Qui incarne alors la figure du repreneur ? Les Français ne sont plus disposés à élire un illusionniste, un agitateur de réformes, mais un homme de confiance, à l’allure sobre, honnête, déterminée, près des gens et pourquoi pas, un homme neuf, pas encore usé par le pouvoir.


                  Un repreneur de nos vies ? Je vous remercie je n’en n’ai pas besoin. Surtout au vu de ce qui ressort du scrutin démocratique.

                  • BA 23 août 2011 21:57
                    Mardi 23 août 2011 :

                    La croissance du secteur privé allemand à un plus bas de 25 mois.

                    Principaux résultats préliminaires publiés mardi 23 août des enquêtes mensuelles PMI réalisées par Markit auprès des directeurs d’achats des secteurs de l’industrie manufacturière et des services en Europe.

                    ALLEMAGNE - L’INDUSTRIE STAGNE, LES SERVICES RALENTISSENT.
                    L’activité manufacturière est restée stable au mois d’août en Allemagne, restant à son plus bas de 25 mois, sous l’effet d’une chute des nouvelles commandes, montre l’enquête PMI menée auprès des directeurs d’achat des entreprises.
                    S’il ressort meilleur que prévu - le consensus n’anticipait que 50,8, après 52,0 en juillet - il ne parvient pas à s’éloigner de la barre des 50 qui sépare contraction de croissance et reste à son plus bas depuis juillet 2009.
                    L’indice PMI des services est ressorti plus bas qu’attendu à 50,4 pour août, contre un consensus de 52,0, et après 52,9.
                    L’indice PMI composite est lui aussi inférieur aux attentes, à 51,3, contre 52,2 attendu.
                    « Le principal moteur de croissance de la zone euro est en train de caler. C’est un tournant spectaculaire pour l’Allemagne », s’est alarmé Chris Williamson, économiste chez Markit.

                    FRANCE - CONTRACTION DANS l’INDUSTRIE, CROISSANCE DES SERVICES.
                    L’activité manufacturière s’est contractée en France en août et, malgré la bonne tenue des services, la croissance du troisième trimestre s’annonce molle, montrent les résultats publiés par Markit-CDAF.
                    L’indice PMI composite est remonté à 53,6 en version « flash » contre 53,2 en juillet.
                    Dans les services, l’indice des directeurs d’achats, qui reculait lui aussi depuis mai, est reparti à la hausse à 56,1 après 54,2 le mois dernier.
                    Mais ce rebond occulte le net recul de l’indice de l’industrie manufacturière, qui chute à 49,3 et repasse pour la première fois depuis juillet 2009 sous le seuil de 50 séparant contraction et expansion de l’activité.
                    L’enquête montre aussi que les nouveaux contrats signés par les entreprises françaises (industrie et services confondus) ont enregistré en août leur plus faible croissance depuis deux ans.
                    Dans les services, la composante des anticipations des chefs d’entreprises accuse une baisse de plus de cinq points d’un mois sur l’autre.
                    Sur cette base, Markit anticipe une croissance du PIB français limitée à 0,1 % ou 0,2 % au troisième trimestre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès