Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > France-Otan : la fin de l’ambiguïté constructive ?

France-Otan : la fin de l’ambiguïté constructive ?

La France réintégrera-t-elle l’ensemble des structures militaires de l’Otan ? Amorcera-t-elle une mutation de ses politiques étrangère et de défense au point de déchirer le voile gaullien qui avait recouvert jusqu’à nos jours la posture doctrinale du pays vis-à-vis de l’Alliance ? Le Sommet des 60 ans de l’Otan du printemps 2009 à Strasbourg-Kehl constituera-t-il l’aboutissement ou le point de départ d’une réflexion sur le devenir des rapports entre la France et ses alliés ? Surtout, le Quai d’Orsay disposera-t-il de suffisamment d’énergie diplomatique pour tout à la fois relever l’Europe après le "non" irlandais et préparer la rénovation du relationnel transatlantique ?

Deux mots d’ordre s’imposent avant toute chose : prudence et mesure ! Prudence, tout d’abord, car nous manquons du recul nécessaire pour une analyse dépassionnée du Livre blanc publié ce mardi 17 juin et dont les grandes lignes ont été présentées solennellement par le président Nicolas Sarkozy. Mesure, ensuite, parce qu’il convient de prendre en compte le « sel particulier » du relationnel franco-otanien dans toute démarche d’examen de la posture française vis-à-vis des instances transatlantiques.

Les mises en garde étant dès à présent posées, il nous faut néanmoins aborder les conséquences possibles de l’exercice réflexif conduit par la France quant à l’avenir de sa défense et, par effet d’implication, de sa politique étrangère vis-à-vis de ses alliés, en particulier les Etats-Unis. Et de nous interroger : la ligne politique adoptée par le président Nicolas Sarkozy et par les termes du Livre blanc est-elle de nature à générer une rupture de la politique étrangère et de défense de la France ?

Les ambivalences des discours

Apprécier la portée du discours politique actuel de la France implique un rappel rapide de l’évolution de la posture française tant vis-à-vis de l’Alliance que des Etats-Unis ; posture non dénuée « d’ambiguïtés constructives » - elles-mêmes porteuses de symboliques fortes – et marquée par les « contrevérités » et autres « abus de langage »[1].

Une première ambivalence concerne la nature des dissensions entre Paris et l’Alliance. Oui, la fondation de l’Alliance atlantique a procédé d’une demande, en partie, française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, non : la France n’a jamais quitté l’Otan. Le retrait, opéré en 1966, reposait sur le départ du seul commandement militaire intégré, structure constituée au lendemain de la guerre de Corée et dont le fondement politico-juridique apparaît, au demeurant, flou au regard du Traité de Washington, acte fondateur de l’Alliance. La France et l’Otan ont, cependant, instrumentalisé cette contre-vérité afin, pour la première, de graver dans le marbre de la conscience collective du pays le concept de « politique d’indépendance nationale » et, pour la seconde, de caractériser le comportement d’un pays membre qui avait souhaité faire « cavalier seul ».

Une seconde ambivalence porte sur ce que furent les suites données à la coopération de la France avec les structures de défense collective atlantiques. Si Paris a maintenu le principe d’une non-intégration des dispositifs institutionnels de l’Otan, elle a néanmoins prouvé qu’elle constituait un allié parfaitement inséré dans la solidarité transatlantique. Ainsi, la France est actuellement le 5e contributeur en nombre d’hommes ; elle participe aux deux opérations majeures de stabilisation et de maintien de la paix conduites par l’Otan (KFOR et ISAF) sous l’égide des Nations unies. En Afghanistan, la France est actuellement présente avec un contingent total de 2 000 hommes. L’implication de la France au sein de l’Otan se traduit également en termes financiers puisqu’elle représente le 3e contributeur au budget civil de l’Otan et le 5e contributeur pour le volet militaire du budget global de l’organisation.

Soulignons encore que les coopérations technologiques militaires (programmes de contrôle aérien ACCS, de lance-roquettes guidées GMLRS, etc.) entre la France, l’Otan et/ou les Etats-Unis existent qui attestent de l’usage des programmes d’armement comme autant de leviers de participations modulaires destinés à concilier les orientations capacitaires transatlantiques (interopérabilité oblige)[2] avec la préservation d’une singularité française dans l’expression de sa stratégie des moyens.

En attendant Strasbourg-Kehl

Ce sont ces mêmes ambivalences et contrevérités qui semblent, aujourd’hui, qualifier le débat transatlantique sur le « retour » de la France au sein de l’Alliance et de l’Otan. Précisons, d’emblée, qu’une première forme de rapprochement des autorités politico-militaires françaises avait été opérée entre 1996 et 1997 (à l’époque des déploiements de forces françaises en Bosnie-Herzégovine sous bannière Otan et de l’arrivée de Jacques Chirac à la présidence de la République). Ce processus s’était traduit alors par le retour du chef d’état-major des armées au Comité militaire.

Parler, aujourd’hui, d’un retour de la France au sein du commandement militaire intégré de l’Otan est « aller un peu vite en besogne ». Plusieurs interrogations demeurent en suspens. Tout d’abord, que devons-nous réellement entendre par une « rénovation du lien de la France avec l’Otan » ? Surtout les conditions d’une telle rénovation, présentée dans le Livre blanc sous le qualificatif d’un « rapprochement », bornent la marge de manœuvre diplomatique française en soumettant ce processus au respect de (1) la liberté d’appréciation des autorités politiques françaises, de (2) l’indépendance nucléaire (pas de participation française au sein du groupe sur les plans nucléaires) et de (3) la liberté de décision d’engagement des forces[3].

Ensuite, le Sommet de Strasbourg-Kehl – que l’on imagine pour le printemps 2009 – sera-t-il l’occasion de la conclusion de ce processus ou le point de départ d’une réflexion sur l’avenir de la place de la France au sein de l’Organisation transatlantique ? La France, qui aborde à partir du 1er juillet la présidence tournante de l’Union européenne, ne verra-t-elle pas son énergie diplomatique pour l’essentiel mobilisée autour de la relance d’une dynamique de construction européenne déjà fragile et un peu plus mise à mal par la non-ratification irlandaise du Traité de Lisbonne ?

Un positionnement en cours de définition

Loin de représenter une décision aboutie, le « rapprochement » de la France avec les structures atlantiques apparaît comme une opération politico-militaire soumise à de nombreuses variables dont Paris ne saurait, par définition, maîtriser l’ensemble des évolutions. Seule certitude, ce « retour », s’il a lieu, répondra inévitablement à un critère de modularité (indépendance de la dissuasion nucléaire nationale oblige) qui n’altère en rien la formulation d’un discours symboliquement porteur en termes de rupture.

Pour le reste, les incertitudes sont réelles. Si la France estime pouvoir reprendre « toute sa place » dans le dispositif allié, force est de constater que Paris demeure réservé quant à ses prétentions en termes de responsabilités de commandement. Non pas en raison de l’absence de prétentions françaises, mais afin de ne pas commettre les erreurs de communication commises en 1997. Il reste, enfin, à connaître les bénéfices qui pourraient être retirés d’une participation plus étroite. Quel serait, en effet, l’avantage en termes politiques, doctrinaux et opérationnels d’une telle démarche, si elle se confirme ? Ou, pour paraphraser André Dumoulin : quelle part d’influence la France parviendrait-elle à acquérir par l’échange d’une part de souveraineté ?



[1] Hervé Coutau-Bégarie, « La politique de défense de la France », Stratégique, 1991, p. 18.

[2] Encore que les règles de standardisation de l’Otan (les STANAGS) s’avèrent davantage respectées par les Européens que par les Etats-Unis.

[3] Défense et Sécurité nationale : Le Livre blanc, Paris, Odile Jacob & La Documentation française, juin 2008, p. 110.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Cug Cug 25 juin 2008 16:41

     L’OTAN est dirrigé par les USA.

     La France souhaite t’elle être aux ordres d’une administration US ?

     


    • Alain De Neve 25 juin 2008 17:04

      Les enjeux ne sont pas aussi simples. La réponse doit être nuancée. Tout d’abord, permettez-moi de préciser que la France ne saurait en aucun cas faire abstraction de l’administration américaine dans son rapport au monde et dans la gestion des relations internationales. Regardez, même la Birmanie qui a choisi voici plusieurs années faire abstraction du facteur "international" est dans une certaine mesure rattrapé par la nécessité de devoir communiquer un minimum en fonction de la communauté internationale. Alors d’accord, cet exemple est un peu exagéré et la situation n’est pas idéale, mais bon...

      Je voulais surtout indiquer que la France n’a jamais été totalement indépendante de son allié US. La France respecte, par exemple, les standards OTAN. Paradoxe, comme je le disais, ce sont les US qui se détachent de plus en plus de ces critères d’interopérabilité (notamment en raison du saut technologique conséquent qu’ils sont parvenus à opérer dans le domaine des systèmes technologiques militaires).

      En tant que Belge, je vois davantage la décision - pour autant qu’il s’agisse d’une décision - française comme un processus de normalisation d’une posture ambivalente. C’est la forme de la communciation qui connaît une rupture, pas le fonds du dossier. Disons que la France avait principalement l’avantage de choisir à la carte les opérations et les programmes auxquels elle souhaitait participer.


      • Cug Cug 25 juin 2008 18:39

         Si la relation France/OTAN est ambyvalente c’est sans doute que nous sommes des partenaires voir des alliés depuis la fin de la WW2.

         Néanmoins, nous sommes dorénavent au 21 siecle et le monde a changé.

         Il est aberrant au regard de ce qui se passe dans le monde de s’aligner sur les anglosaxon, USA et GB en tête. Que nous ayons des relations certes mais que nous soyons à leurs ordres pour des opérations militaires c’est suicidaire et ce n’est pas rendre service aux peuples anglais et états-uniens.


        • Alain De Neve 25 juin 2008 20:48

          Bon, tout d’abord, je ne me prononce pas sur l’opportunité des choix politiques qui consistent, comme vous le dites, à se placer sous les ordres des US et du Royaume-Uni. Ce sont des arbitrages politiques, décidés par les autorités publiques.

          Cependant, j’attire votre attention sur un fait : au final, quelle que soit l’orientation générale qui peut être adoptée lors des sommets, les engagements de force sous bannière OTAN sont du ressort de chaque - je dis bien "chaque" - capitale. L’OTAN, en soi, n’a aucune capacité formelle de contrainte. Il est clair que des forces de persuasion existent, mais la décision est toujours nationale. C’est d’ailleurs pour cela que je reste relativement septique quant à un retour de la France dans la structure militaire intégrée (chose qui n’a été affirmée que par les médias, au demeurant).

          Mercio pour vos réactions, en tous les cas.


        • Cug Cug 26 juin 2008 11:57

          Ben si justement,

          "Quel serait, en effet, l’avantage en termes politiques, doctrinaux et opérationnels d’une telle démarche, si elle se confirme ? Ou, pour paraphraser André Dumoulin : quelle part d’influence la France parviendrait-elle à acquérir par l’échange d’une part de souveraineté ?"

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès